Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 4 avril 2020

Des biais cognitifs à l’origine de notre comportement face à l’épidémie?

Figaro Vox   Par Hugo Bottemanne et Philippe Fossati Publié le 3 avril 2020

Au début de la crise, notre cerveau nous a encouragés à négliger les informations inquiétantes, considèrent les psychiatres Hugo Bottemanne et Philippe Fossati. D’où une forme d’insouciance collective.
Des Parisiens profitent d’un après-midi au bord du canal Saint-Martin malgré l’injonction à ne pas sortir et les informations inquiétantes en provenance du monde entier. 15 mars 2020
Des Parisiens profitent d’un après-midi au bord du canal Saint-Martin malgré l’injonction à ne pas sortir et les informations inquiétantes en provenance du monde entier. 15 mars 2020 THOMAS SAMSON/AFP
Hugo Bottemanne est interne en psychiatrie. Diplômé en philosophie, il travaille sur la manière dont nous générons et modifions nos croyances à l’Institut du Cerveau et de la Moelle.
Philippe Fossati est professeur de psychiatrie à Sorbonne-Université et chef d’équipe à l’Institut du Cerveau et de la Moelle. Il dirige le département de Psychiatrie Adulte de l’hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP. Lauréat 2016 du Prix Halphen, il est spécialiste de la dépression.
Dimanche 15 mars, 24 heures avant le discours de mobilisation générale du président de la République Emmanuel Macron et tandis que la Chine a décrété l’état d’urgence sanitaire, beaucoup de Français se rendent aux urnes puis profitent de la chaleur du soleil dans les parcs. Certains observateurs s’étonnent alors du décalage entre les informations provenant du monde et la manière dont nous percevons les risques associés au COVID-19, condamnant l’inconséquence d’une partie de la population et des instances gouvernementales. Rétrospectivement, alors que l’expansion de la pandémie a plongé notre pays dans un climat de crainte et une crise sanitaire sans précédent, l’insouciance qui a prévalu pendant de nombreuses semaines questionne. Avons-nous été victimes de la manière dont fonctionne notre cerveau?

Le cerveau, une machine prédictive?

Notre esprit est tissé par nos croyances à propos du monde. À chaque instant de notre vie, elles définissent ce que nous attendons, ce que nous percevons et ce que nous choisissons. Une théorie influente en sciences cognitives, dite du «cerveau bayésien», suppose que notre cerveau fonctionne comme une «machine à inférences» qui élabore continuellement des croyances à propos de son environnement. Celles-ci lui permettent de générer des hypothèses sur le monde qui sont utilisées pour filtrer la perception et guider nos actions. À chaque fois que notre cerveau détecte une différence entre ce qu’il croit et ce qu’il perçoit, le décalage crée une erreur de prédiction qui lui permet de réviser son modèle. Notre cognition est ainsi constituée d’un cycle perpétuel d’inférences (nous percevons et nous agissons en fonction de nos croyances) et de mises à jour (nous modifions nos croyances en fonction de ce que nous percevons et de ce que nous faisons).

Contagion : une peur atavique

Publié le 04/04/2020

«Les historiens sont mauvais prophètes. Ainsi, un excellent historien des maladies, William Beveridge, a publié en 1977, année où le sida couvait déjà sur les côtes américaines, un ouvrage intitulé Influenza, the last great plague (La grippe, la dernière grande pestilence). » (Mirko Grmek, Histoire du sida, 1989)[1]

Lèpre, paludisme, typhoïde... Les diverses maladies épidémiques « ont forgé le destin des civilisations », rappelle Mirko Grmek[1]. Flash-back sur quelques stars anciennes ou plus récentes du festival mondial du film d’horreur des affections contagieuses. Frissons garantis d’angoisse collapsologique...

Le concept de contagion

Philippe Labro rappelle que le médecin n’est jamais omniscient, surtout face à une pandémie nouvelle : « On ne sait pas tout. Dans mes contacts avec l’univers de la médecine, j’ai toujours écouté celui qui disait : ‘‘Vous savez, je ne sais pas tout !’’.
Malgré certains précurseurs comme Ibn-al-Khatib (à Grenade) expliquant au XIVème siècle que « le contact avec des malades peut suffire à donner la maladie, alors que l’isolement maintient à l’abri et que le mal peut se transmettre par les vêtements ou la vaisselle », le principe de la contagion n’a pas toujours été compris. Émergeant lentement, ce concept de contagion semble installé dès le XVIème siècle, époque où (écrit Pierre Theil[2]) la maladie « n’est plus perçue uniquement comme un châtiment divin, mais comme l’effet d’un ‘‘miasme’’ » et où apparaît plus nettement la conscience d’une transmission possible d’un individu à l’autre, non par « l’effet d’un mystérieux décret de la Divinité », mais par l’intervention systématique d’un « agent subtil » : pour ce cheminement épidémique, « Dieu a besoin de ‘‘miasmes’’ (nous dirions aujourd’hui de microbes). »

Handicaps psychiques : des mesures pour aider les familles à gérer le confinement

Avec la fermeture des établissements médico-sociaux en externat, 65 000 enfants et 30 000 adultes sont rentrés à domicile. Leurs conditions de sortie ont été assouplies et des solutions de répit sont mises en place. 
Par  et   Publié le 5 avril 2020
A Givors, près de Lyon, le 31 mars.
A Givors, près de Lyon, le 31 mars. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Le confinement se conjugue mal avec la prise en charge à domicile des handicaps psychiques. Le 2 avril, journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, Emmanuel Macron a fait un premier geste vers les dizaines de milliers de familles confrontées à cette épreuve, en annonçant un assouplissement des conditions de sortie « pour les personnes en situation de handicap et leur accompagnant ».
Troubles autistiques, trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), déficience intellectuelle, atteinte psychiatrique : pour tous ceux qui rencontrent « une aggravation de leurs troubles du fait du confinement », les sorties ne sont plus limitées à une heure, ni contraintes au périmètre d’un kilomètre, ni régulées dans leur fréquence et leur objet. L’attestation habituelle de déplacement reste de mise, mais consigne est donnée aux préfets et aux forces de l’ordre d’une prise en compte spécifique.
Samedi 4 avril, lors d’un point presse avec le ministre de la santé, la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, a fait un pas de plus en annonçant l’organisation de solutions « de répit » pour les familles : gardes prévues au domicile, ainsi, le cas échéant, qu’un accueil temporaire des personnes handicapées, pour des périodes de 7 à 14 jours renouvelables. Mais ces mesures ne résoudront pas tous les problèmes auxquels doivent faire face ces foyers, confrontés depuis la mi-mars à la fermeture des instituts médico-éducatifs (IME) et autres structures d’accueil de jour.

Coronavirus / Hautes-Alpes : La psychiatrie face à la pandémie, comment le centre hospitalier Buëch Durance fait face à ces difficultés ?

DICI

Publié par Laurie Charrié le sam, 04/04/2020


Si de nombreuses personnes souffrent face au confinement la situation peut être nettement plus inconfortable pour les patients souffrant de maladies mentales. En effet moins de contacts physiques et de présence sociale n'aident pas à la guérison, de plus il peut être difficile pour les soignants de respecter les gestes barrières face à des personnes souffrant de certaines pathologies mentales et qui ne sont pas toujours en capacité de respecter ces gestes ayant pour but de limiter la transmission du virus. 

Confinement : l'hôpital de Landerneau adapte la prise en charge en psychiatrie



Par France Bleu Breizh IzelFrance Bleu Armorique
Le confinement et les risques du coronavirus amènent les hôpitaux à revoir entièrement leur organisation. Dans ces circonstances, la prise en charge des patients en psychiatrie se fait au cas par cas, de façon personnalisée comme à l'hôpital de Landerneau.
Le pôle psychiatrie de l'hôpital de Landerneau privilégie les suivis à domicile
Le pôle psychiatrie de l'hôpital de Landerneau privilégie les suivis à domicile - Capture d'écran Google Maps
Comment accueillir et soigner les patients en service psychiatrie, en plein confinement, avec les risques liés au coronavirus ? L'hôpital de Landerneau, qui doit venir en soutien du CHRU de Brest pendant cette épidémie, adapte la prise en charge de ses patients pour éviter tout incident.

vendredi 3 avril 2020

Financement, gouvernance : ce que 20 ans de réformes de l'hôpital public ont changé

par Léa Guedj  publié le 
Depuis 20 ans, l’hôpital public a connu une succession de réformes qui en ont modifié le fonctionnement et le financement. Pour certains économistes et syndicats, l’hôpital est de plus en plus géré “comme une entreprise”, dans une “logique de rentabilité”.
En 20 ans, l'hôpital public a fait l'objet de plusieurs réformes successives, suscitant le mécontentement d'une partie du personnel hospitalier.
En 20 ans, l'hôpital public a fait l'objet de plusieurs réformes successives, suscitant le mécontentement d'une partie du personnel hospitalier. © AFP / Amaury Cornu / Hans Lucas
Le 12 mars, Emmanuel Macron déclare dans une allocution que “la santé gratuite sans condition (...) ce ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe (...). Il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché”
Un discours qui prend le contre-pied des réformes engagées ces 20 dernières années, lesquelles, selon Jean-Paul Domin, économiste de la santé et membre des "Économistes Atterrés", participent d’un même mouvement de fond expliquant à la fois le mal-être des soignants et les dysfonctionnements que connaît l’hôpital public.

Coronavirus. À New-York, les infirmiers dénoncent le manque d’équipement

Publié le 
En ces temps de pandémie, avec désormais près de 100 000 cas confirmés de Covid-19 et plus de 2 300 morts dans le seul État de New York, les manifestations sont rarissimes, et les consignes de distanciation strictes.
À l’appel d’un syndicat, infirmiers et infirmières s’étaient postés le long de la clôture de l’hôpital universitaire Montefiore, dans le quartier du Bronx, à distance les uns des autres, masqués et ruban noir au bras par solidarité avec tous les malades.
« Nous protéger contre l’ennemi »

Tous avaient un panneau pour dénoncer le manque de « PPE » - les équipements de protection rationnés dans de nombreux hôpitaux new-yorkais - et réclamer aux dirigeants politiques qu’ils en fassent produire d’urgence.


Inquiètes pour les sans-abri, les CPTS parisiennes alertent sur l’engorgement du 115

| 03.04.2020




  • sans abri
GARO/PHANIE

Pendant cette période de confinement, personne, en principe ne doit être à la rue. Quid des personnes sans abri ? Cinq CPTS parisiennes alertent ce vendredi dans un communiqué commun sur leur situation. Elles expliquent que généralistes, infirmiers, pharmaciens, soignants de premier recours, reçoivent dans leurs cabinets et MSP des personnes sans abri qui viennent les voir car de nombreuses structures d’aide sont fermées.

Soignants dans la tempête

LES PIEDS SUR TERRE par Sonia Kronlund 

Elles sont infirmières, psychiatres, kinés et médecin de campagne. Paroles de quatre soignantes en première ligne, où l'on se demande, entre autre, si les applaudissements entendus chaque soir leur apporte soutien, réconfort, ou bien agace ce personnel médical en manque cruel de moyens. 
Une infirmière se rappelant pourquoi elle est là
Une infirmière se rappelant pourquoi elle est là  Crédits :  Juanmonino - Getty
Marie est infirmière en soins intensifs, payée 1700 euros net par mois. Son service d'hématologie, dévolu aux maladies du sang, a récemment été transformé en "unité Covid". 
Le premier jour, on a eu une micro-formation. Mais on ne savait pas du tout dans quoi on allait, quels étaient les traitements, la prise en charge. On avait encore plein de question qui subsistaient. 
Ca s'est passé du jour au lendemain, et ça a été très brutal, et ça a chamboulé toute ma pratique. (...) J'ai l'impression de passer toute la journée d'une chambre à une autre, sans avoir le temps de connaître mes patients. 
Entendre ces applaudissements, ça me permet de dire que je fais un beau métier. C’est maintenant qu’il faut faire bouger les choses. C’est le moment de se battre. De faire preuve de toute l’humanité qu’on a. De montrer ce qu’on sait faire. C’est le moment. 
Médecin généraliste à la campagne, près de Grenoble, Jeanne travaille dans un village de 2500 habitants. Tout est calme, mais elle se demande si et quand la vague va arriver sur elle.
C'est difficile d'anticiper, de savoir si on ne va pas être débordé du jour au lendemain, par un afflux de malades
La semaine dernière, c'était très calme. On entendait que la vague allait arriver. Et finalement, je ne sais pas si on est dans une espèce de calme avant la tempête, ou si la tempête n'arrivera pas chez nous. 
Maeva est psychiatre à Paris, dans un hôpital de l'APHP. Elle travaille en particulier avec des patients usagers de drogue. Chez elle, la colère est montée petit à petit, jusqu'à exploser, un soir, alors qu'elle rentrait chez elle. 
Jeudi soir j'étais dans la rue, après une journée difficile. J'ai entendu les applaudissements et la colère est montée, très fort. J'ai commencé à crier dans la rue, qu'on ne voulait pas applaudissements, mais des moyens pour l'hôpital. On m'a insultée.

Coronavirus : l'Académie de médecine pour le port obligatoire du masque, même « alternatif »

| 03.04.2020

Le port d'un masque « grand public » ou « alternatif » aux masques médicaux en pleine pénurie, devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement et lors de sa levée, a recommandé ce jeudi l'Académie de médecine.
« Il est établi que des personnes en période d'incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l'infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d'un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur », estime l'Académie.
Or, en situation de « pénurie de masques » comme actuellement en France, la priorité d'attribution des masques chirurgicaux ou FFP2 plus protecteurs doit aller aux professionnels et structures de santé, souligne l'Académie. Mais elle « recommande que le port d'un masque "grand public", aussi dit "alternatif", soit rendu obligatoire pour les sorties nécessaires en période de confinement ».

Amani Ballour, aux soins du peuple

Par Hala Kodmani, photo Rémy Artiges pour "Libération" — 2 avril 2020





Photo Rémy Artiges pour Libération



Cette pédiatre syrienne, devenue directrice d’un hôpital rebelle près de Damas, a fait l’objet d’un documentaire nommé aux oscars.

Visage de mater dolorosa échappée d’une église d’Orient. Regard encore pétrifié par tout ce qu’il a vu. Voix douce habituée à réconforter les enfants blessés. Amani Ballour que l’on retrouve au petit-déjeuner à son hôtel parisien est la même que dans les sous-sols de l’hôpital de guerre qu’elle a dirigé jusqu’en 2018 dans la banlieue de Damas sous les bombes. Dans un rare grand sourire, elle confie : «Ça me fait tellement de bien de pouvoir parler en arabe.» La pédiatre syrienne de 33 ans parcourt depuis des mois les capitales mondiales pour plaider la cause humanitaire des Syriens, à Idlib en ce moment. Elle ne change pourtant ni d’allure ni d’humeur. Foulard bien serré autour de la tête et long manteau étroit sur son corps menu, elle garde cette tenue habituelle et majoritaire des femmes des milieux conservateurs de la Syrie défavorisée. Elle s’est présentée ainsi même au milieu des stars en robes de soirée décolletées sur le tapis rouge des oscars en décembre. Le film The Cave («la grotte»), dont elle est l’héroïne, figurait parmi les cinq nommés dans la catégorie documentaire.

NUMÉRO SPÉCIAL - COVID-19 : RESSOURCES DOCUMENTAIRES POUR LA PSYCHIATRIE



COVID-19 : Ascodocpsy vous propose un accès à des ressources spécialisées en psychiatrie
Nous avons rassemblé sur notre page "Covid-19" des ressources utiles dans votre activité de soins en psychiatrie dans cette édition particulière du Fil d’Asco.


Dépression : un ancien mécanisme de défense lié à l'évolution ?

RTFLASH   01/04/2020

La dépression touche entre 15 et 20 % de la population générale et augmente le risque de suicide de 10 à 20 % chez les personnes concernées. Elle se caractérise par une tristesse pathologique quasi-permanente, une perte d'intérêt et de plaisir, une perte d'appétit, d'estime de soi, une fatigue intense, une angoisse permanente, une forte tendance au pessimisme, une perte d'énergie vitale, un ralentissement psychomoteur (dans la gestuelle, la voix, la démarche et l'initiative) ou encore des troubles de l'attention et de la concentration.
Potentiellement invalidante, la dépression peut considérablement altérer la qualité de vie des patients et devenir un vrai trouble social. On estime pourtant qu'une personne sur cinq a souffert ou souffrira de dépression au cours de sa vie. Une tendance importante, considérée aujourd'hui comme un problème de santé publique majeur.
Le professeur Gilles Bertschy s'est interrogé sur les raisons qui font de nous des êtres si vulnérables aux risques de dépression. Il a rassemblé plusieurs éléments de réponse puisés dans la médecine évolutionniste qui considère qu'au fil de son évolution, l'être humain a optimisé certains facteurs de vulnérabilité de certaines maladies pour préserver sa survie. « Par exemple », explique Gilles Bertschy, « on pense que certains sont prédisposés au risque d’obésité dans notre société de surabondance alimentaire, parce que leurs ancêtres étaient confrontés à la disette ».

Aix : l'hôpital psychiatrique à l'épreuve de l'épidémie


Par L.S.  Jeudi 02/04/2020

L'hôpital Montperrin n'est pas épargné par la crise et s'adapte comme il peut pour assurer la délicate prise en charge de ses patients à l'intérieur et surtout à l'extérieur

Depuis plus de quinze jours, plus de visites ni de sorties pour ceux qui sont hospitalisés. PHOTOS SERGE MERCIER

Rassurer des personnalités troublées dans cette période incertaine n'est pas une mince affaire. La crainte qui prédomine au sein de l'équipe médicale de l'hôpital psychiatrique de Montperrin est une avalanche de décompensations, notamment chez les patients priés de rester chez eux du fait du confinement. "L'isolement ou des tensions familiales trop importantes peuvent entraîner des difficultés pour certains, avec un risque élevé de suicides à domicile par exemple. Notre souci majeur est d'assurer un soutien à distance suffisant", pose la psychiatre Françoise Antoni, chef de service.

Comme ailleurs, Montperrin s'est mis à l'heure du Covid-19 en prenant des mesures de sécurité drastiques : depuis plus de quinze jours, plus de visites ni de sorties pour ceux qui sont hospitalisés. "Dans les services, nous avons pu réduire notre capacité de 23 à 16 lits afin de respecter la règle de distanciation sociale et nous faisons désormais deux services pour les repas, explique le directeur de l'établissement, Pascal Rio. Du fait du confinement, pour le moment, nous sommes moins sollicités. Mais tout va dépendre de la durée..." Si une grande partie des dispositifs ambulatoires a été conservée, le centre d'accueil thérapeutique à temps partiel (CATT) a fermé, les séances de groupe en hôpital de jour ont été supprimées et le centre médico-psychologique (CMP) privilégie désormais les consultations par téléphone, réservant néanmoins les consultations "présentielles" pour les soins.




Boris Cyrulnik : "Après chaque catastrophe, il y a un changement de culture"

Mercredi 25 mars 2020
par Léa Salamé  

Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik est l'invité de Léa Salamé à 7h50. Il évoque la manière dont nous pouvons affronter l'épidémie de coronavirus, le confinement, les obsèques impossibles...

Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik
Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik © Radio France
"Le prix sera élevé" pour nos sociétés, assure Boris Cyrulnik. Notamment le fait de ne pas pouvoir organiser des obsèques "comme avant". _"_Depuis que les êtres humains sont sur Terre, ils font des sépultures, ils font des rituels du deuil. Toutes les cultures en ont, et là on sera obligés de ne plus en faire. Donc ça va provoquer des angoisses et de grands malaises parmi les survivants, pendant les mois et les années qui suivent. Il y aura des culpabilités, pas toujours conscientes, avec des comportements d’auto-punition : rater un examen, rater un rendez-vous important… On n’a pas le droit d’être heureux quand on a laissé nos parents mourir tout seuls, on s’abîme nous-mêmes, on se punit."



FERNANDO NANNETTI LE CRI ÉTAIT FRESQUE PARFAITE

Par Clémentine Mercier   2 avril 2020 

Interné pour schizophrénie à la fin des années 50, l’Italien a gravé un hallucinant journal intime fait de mots, de signes étranges et de dessins sur les murs de la cour de l’ancien hôpital psychiatrique de Volterra, en Toscane. Un livre fait état de cet exemple atypique d’art brut, visionnaire et révolté.



Un hôpital de Toscane en ruine dont les murs partent en lambeaux… Fermé depuis plus de quarante ans, aujourd’hui plongé dans le silence et envahi par la végétation, l’hôpital psychiatrique et judiciaire de Volterra, un des plus grands asiles d’Italie installé dans un ancien couvent, a vu naître en son sein coercitif une œuvre mystérieuse qui s’efface petit à petit. La pluie, le vent, le délabrement ont peu à peu raison d’une immense et étonnante fresque. Pendant neuf ans (de 1959 à 1961 et de 1968 à 1973), le patient Fernando Oreste Nannetti a gravé son journal intime sur les murs de l’institution qui l’a tenu enfermé. Sur 70 mètres de parois, dans la cour de l’hôpital-prison qui servait de lieu de promenade aux malades, Nannetti a composé une œuvre fascinante en inscrivant sur la pierre des mots, des signes étranges et des dessins. Graffiti prodigieux et quasi cabalistique, ce journal de pierre magnétise encore aujourd’hui les professionnels de l’art et les amateurs de récits singuliers. Lucienne Peiry, ex-directrice de la Collection de l’art brut à Lausanne, publie à ce sujet le Livre de pierre. Pour éviter que l’artiste graphomane ne tombe dans l’oubli, car, dans peu de temps, il ne restera rien de ce «véritable livre à ciel ouvert», la Suissesse, historienne de l’art, lui a dédié un mince et délicat ouvrage illustré. Alors qu’elle était encore directrice de la Collection de l’art brut, elle lui a aussi consacré une rétrospective et travaille chaque année sur le sujet avec ses étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Pour la première fois, une vingtaine d’œuvres au stylo bille de Nannetti sont publiées, sauvées de la destruction par le fils d’une infirmière de l’hôpital. Nannetti aurait réalisé plus de 1 600 œuvres sur papier. La plupart sont aujourd’hui détruites.

La délicate préparation de la sortie du confinement



Paris, le mercredi 1er avril 2020 – Le Conseil scientifique mis en placepour guider l’exécutif dans sa réponse face à l’épidémie de Covid-19 prépare déjà depuis plusieurs jours et de plus en plus activement la sortie du confinement, même s’il n’est pas envisagé avant plusieurs semaines. Il s’agit d’un sujet particulière complexe.

Attendre la baisse du nombre d’hospitalisations

La première question qui préoccupe tant l’ensemble des Français que les professionnels de santé et les experts concerne la date de cette sortie. On le sait, les annonces successives des politiques successives n’offrent aucune certitude. En tout état de cause, on ne peut envisager un assouplissement progressif des mesures strictes de distanciation sociale que « lorsqu’on sera dans la pente descendante du nombre d’hospitalisations » remarque Yves Coppieters, épidémiologiste à l’École de santé publique de l’Université libre de Bruxelles, cité par le Journal du Dimanche. Par ailleurs, pour chaque pays, l’appréciation du niveau de diminution à atteindre pour envisager un allégement des mesures dépend de ses capacités hospitalières et de réanimation.