Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 9 mai 2020

« Il n’y aura probablement pas de traitement universel contre le Covid-19 »

09.05.2020



  • Bruno Lina
Capture d'écran

Alors que l’analyse des premières données de l’essai européen Discovery a été annoncée pour le 14 mai, le Pr Bruno Lina, directeur du laboratoire de Virologie et Pathologie Humaine (VIRPATH) (Lyon) dans le Centre International de Recherche en Infectiologie, et co-coordinateur pour la France de Discovery, nous livre sa vision sur la recherche thérapeutique contre le SARS-CoV-2. Pour lui, la pléthore d’essais thérapeutiques est justifiée par le patchwork des présentations cliniques du Covid-19. Une grande partie des centaines d’essais en cours livrera des premiers résultats courant mai et juin. Mais à ce stade de la recherche, aucun traitement universel ne semble se dégager.
Antipaludéen, antiviraux, immunomodulateurs, nicotine, chlorpromazine… Qu’est-ce qui justifie un tel dynamisme de la recherche tous azimuts ?
Pr Bruno Lina : Les nombreux essais cliniques s’attachent à différentes phases de l’infection due au coronavirus SARS-CoV-2 : la maladie Covid-19 est un patchwork de différentes présentations cliniques, dans l’immense majorité des cas relativement simples et bénignes, mais avec une frange significative de cas qui posent des problèmes sur le court et le plus long terme (lésions pulmonaires, syndrome de Kawasaki…).

Grippe de Hongkong en 1968 : pourquoi on l’a tous oubliée

PODCAST Il y a 52 ans, la grippe de Hongkong, causée par le virus H3N2, partait de Chine centrale pour se propager et faire un million de victimes dans le monde. Mais personne ne s’en souvient.
Publié le 9 mai 2020
Il y a cinquante-deux ans, la grippe de Hongkong, causée par le virus H3N2, partait de Chine centrale pour se propager sur la planète. Le bilan est terrible : plus d’un million de morts dans le monde, dont 30 000 à 35 000 en France. Pourtant, plus personne ne semble s’en souvenir, y compris parmi les médecins qui étaient mobilisés à l’époque.

Direct 9 mai : moins de 100 décès en France | La vérité ne se décrète pas à l'applaudimètre

Publié le 09/05/2020

Cette veille quotidienne régulièrement réactualisée vous permet de retrouver rapidement certaines des informations brèves concernant l’épidémie actuelle. Retrouvez tous nos articles sur le Covid-19.

19 h 20 - France : moins de 100 décès

Selon les dernières données de Santé publique France, on compte 22 614 patients Covid + hospitalisés dans notre pays (- 110, 265 admis en 24 h) dont 2 812 en réanimation (-56 , 38 admis en 24 h). Au total, on recense 26 710 décès de Covid-19 dépuis le début de la pandémie (+80 vs + 243). Rappelons, néanmoins, que les chiffres de décès du week-end sont généralement minorés. Malgré tout, soulignons que le samedi 2 mai, on recensait 166 décès de Covid-19.

17 h 30 - L'Académie de médecine rappelle : "la vérité scientifique ne se décrète pas à l'applaudimètre".

Dans un communiqué paru aujourd'hui l'Académie de médecine pointe les dérives dans la recherche d'un traitement contre le Covid-19. Elle souligne : "la vérité scientifique ne se décrète pas à l’applaudimètre. Elle n’émerge pas du discours politique, ni des pétitions, ni des réseaux sociaux. En science, ce n’est ni le poids majoritaire ni l’argument d’autorité qui font loi". Elle rappelle en outre : "l’essai thérapeutique contrôlé randomisé est la seule méthode permettant de répondre à ces questions avec un niveau de preuve élevé".

16 h 30 - De bonne nouvelle sur l'immunisation des patients ayant eu le Covid-19

En Corée du Sud, 292 personnes guéries du Covid-19 avaient été testées une nouvelle fois positives pour le SARS-CoV-2 plusieurs semaines après leur rémission. Aujourd'hui, l'Organisation mondiale de la santé se veut rassurante : "d'après ce que nous savons aujourd’hui, sur la base de données très récentes est que les patients expulsent du matériel ayant persisté dans les poumons, dans le cadre de la phase de rétablissement”. L'OMS qualifie donc ces 292 cas coréens de "faux positifs". En outre, l'agence onusienne estime désormais peu probable qu'un patient ayant été atteint de Covid-19 puisse être infecté une deuxième fois par le SARS-CoV-2.



L'épidémie de coronavirus vue par un service de psychiatrie

Résultat de recherche d'images pour "huffpost logo"
Par Esther Degbe 09/05/2020

Chef de clinique en psychiatrie à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, Redwan Maatoug et son service ont dû soigner des personnes gravement atteintes du coronavirus.


L'épidémie de coronavirus vue par un service de psychiatrie | Le ...
TÉMOIGNAGE - La crise sanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus a mis tout le monde à contribution dans les hôpitaux, y compris les soignants dont la spécialité en était éloignée. À la Pitié Salpêtrière à Paris, le service de psychiatrie du médecin Redwan Maatoug a ainsi dû faire face à une situation exceptionnelle, en accueillant des patients gravement atteints par le covid-19. 
Le chef de clinique a décrit au HuffPost cette période compliquée durant laquelle le stress et le doute permanents ont fini par faire partie du quotidien. Être à l’écoute, ne pas montrer son inquiétude et naviguer “en plein brouillard” tout en sachant que certains patients pourraient ne pas survivre.

« En banlieue, “restez chez vous” est un slogan qui n’a pas de sens

TRIBUNE  Brigitte Giraud Écrivaine Publié le 9 mai 2020

Pour l’écrivaine Brigitte Giraud, qui a grandi dans une « ZUP » près de Lyon, être confiné « à la maison » ne vaut que si l’on peut parler d’un « chez-soi ». Car, explique-t-elle dans une tribune au « Monde », dans ce que l’on nomme les « cités », l’extérieur est devenu l’extension naturelle de l’habitat.

Tribune. Si la banlieue est le lieu de l’enfance, c’est aussi là que vit encore une partie de ma famille. Je n’ai jamais cessé d’aller et venir entre ce qu’on nommait jadis la zone à urbaniser en priorité (ZUP) et le presque centre-ville de Lyon, où je me suis installée à l’âge de 20 ans. Depuis ce temps, la ZUP a changé de nom, on lui préfère « cité » ou « quartiers ». Les quartiers, c’est un peu le pire de la banlieue dans l’esprit du Français moyen. Vaulx-en-Velin (Rhône), Echirolles (Isère) ou Montfermeil (Seine-Saint-Denis) : pas des endroits où on se balade le dimanche. On en entend parler comme des territoires perdus de la République. Perdus pour qui ? Comme des zones de non-droit. Comme si elles étaient habitées par des « non-gens ». Des expressions dénigrantes, il en existe à la pelle, qui me font mal.

Pour les collapsologues, la pandémie accélère la quête de l’autosuffisance

Entre utopie et envie de nouvelles solidarités sociales, les partisans d’une théorie de l’effondement imaginent un avenir fait de résilience et d’autonomie.
Par  et  Publié le 8 mai 2020
Dans un jardin lillois, le 10 avril.
Dans un jardin lillois, le 10 avril. MICHEL SPINGLER / AP
Emmanuel Cappellin s’est surpris à vivre la crise du Covid-19 dans « une forme de normalité »« Pas dans le sens “on vous l’avait bien dit”, mais juste parce que ça fait partie des soubresauts qu’il va y avoir de plus en plus, symptômes d’un système à bout de souffle », estime le documentariste drômois, qui navigue depuis plusieurs années dans les théories de la collapsologie.
Popularisée en France par Pablo Servigne, la collapsologie explore la vulnérabilité de nos sociétés face à divers risques systémiques – crise financière, épuisement des ressources, changement climatique, etc. –, qui les menaceraient d’un effondrement dans un avenir proche. Pour ses partisans, la crise du coronavirus a fortement fait écho aux scénarios lus et entendus dans la sphère « collapso ». Ils y ont reconnu la même vision, celle d’un monde fragile, car interconnecté, et les mêmes ingrédients : pénuries, crise pétrolière ou économique, affaiblissement des services publics…
Si les plus convaincus y ont vu la confirmation d’un monde qui s’abîme, d’autres, moins familiers, ont plongé dans les théories de la collapsologie à la faveur de cette crise. L’un des principaux groupes Facebook sur ce thème, La collapso heureuse, a gagné quatre mille nouveaux membres depuis le début du confinement, atteignant plus de 27 000 abonnés.

Le monde d’après : une dictature sanitaire ?




Paris, le samedi 9 mai 2020 – Sur les réseaux sociaux, des messages désabusés face à l’inconséquence des Français. Aussi peu disciplinés que les Italiens entend-t-on, trop égoïstes pour comprendre les enjeux sanitaires, indifférents aux difficultés des professionnels de santé. Dès qu’oscille à la hausse le nombre de morts, on s’indigne du "relâchement" vis-à-vis des mesures de confinement. Pourtant, au-delà de quelques épiphénomènes, les images passées à l’infini des rues désertées, l’absence d’explosion des interventions des forces de l’ordre et de façon désolante les dénonciations que l’on a vu fleurir témoignent au contraire que d’une manière globale et majoritaire les Français ont accepté sans sourciller, sans se révolter, le confinement.

Des fondements de nos civilisations délaissés sans mot dire

Cette docilité étonne. D’abord, parce que les mesures édictées ont touché des fondements de civilisation dont il paraissait anthropologiquement difficilement concevable qu’ils puissent être remis en cause si facilement. « Je reste sidéré, d’un point de vue anthropologique, par l’acceptation, sans beaucoup de protestations me semble-t-il, des modalités d’accompagnement des mourants du Covid-19 dans les Ehpad. L’obligation d’accompagnement des mourants, puis des morts, constitue en effet une caractéristique fondamentale de toutes les sociétés humaines. Or, il a été décidé que des personnes mourraient sans l’assistance de leurs proches, et que ce non-accompagnement se poursuivrait pour partie lors des enterrements, réduits au minimum. Pour moi, c’est une transgression anthropologique majeure qui s’est produite quasiment "toute seule". Alors que si on nous avait proposé cela il y a deux mois, on se serait récriés en désignant de telles pratiques comme inhumaines et inacceptables » remarque ainsi dans un entretien diffusé par Mediapart et Tribune juive l’historien de la guerre Stéphane Audoin-Rouzeau.


Déconfinement : "N'allons pas inventer un syndrome post-confinement", explique un psychiatre

Logo RTL - Mouvement Européen : Mouvement Européen
Christelle Rebière   PUBLIÉ LE 08/05/2020

Lundi 11 mai nous pourrons quitter nos quatre murs qui nous servaient d'horizon depuis 55 jours, respirer l'air libre, mais va-t-il falloir réapprendre à vivre ? Le déconfinement tant espéré n'est pas un retour à notre vie d'avant et beaucoup sont mêmes angoissés à l'idée de sortir.
"Je crois qu’il faut quand même raison gardée, nous avons beaucoup souffert des contraintes imposées par l'épidémie, par le virus. N'allons pas aujourd'hui inventer une nouvelle maladie qui serait le syndrome post-confinement, qui nous atteindrait obligatoirement parce que tout d'un coup on retrouve une liberté de mouvements", explique Michel Lejoyeux, chef du Service de psychiatrie à l'hôpital Bichat à Paris, sur RTL. "La nouvelle vie à laquelle nous allons être confrontés à, à la fois, des motifs d'inquiétude et des motifs de réassurance (...) On va se réhabituer à la sortie du cocon".
Lire la suite ...

Sur la rentabilité de la science

Books — Wikipédia

Publié dans le magazine Books n° 60, décembre 2014. Par Kwame McKenzie.

Comment déceler d’emblée les projets de recherche les plus prometteurs dans le domaine de la santé ? La question est essentielle si l’on veut dépenser au mieux l’argent public qui les finance. C’est précisément à ce casse-tête que s’intéresse une nouvelle discipline, la « science de la science ». Ses travaux nous invitent à une réflexion aussi passionnante que nécessaire sur les dividendes de la recherche. À condition de ne pas en profiter pour réduire la science à son utilité sociale apparente.

ux fois par an, je me sacrifie pour les autres : j’examine les demandes de subvention soumises à l’Institut canadien de recherche en santé. Cela me prend une semaine : cinq jours pour faire une évaluation détaillée des projets de recherche, suivis de deux jours éreintants pendant lesquels, avec un groupe d’autres scientifiques, nous décidons de ceux que nous recommanderons. Sur quarante-cinq demandes examinées, six ou sept seulement recevront un financement. C’est un travail soumis à forte pression, non rémunéré, exigeant et qui s’ajoute à nos obligations professionnelles habituelles. Dans la mesure où les institutions dont nous relevons attachent souvent une piètre valeur à ce genre d’activité gratuite, privilégiant les subventions que nous apportons et les articles scientifiques que nous publions, la tâche peut sembler vraiment ingrate.
Des centaines de chercheurs chevronnés se l’infligent pourtant chaque année (1). Car ils croient juste que le projet de recherche d’un scientifique soit jugé par ses pairs. Ils sont également convaincus que le système élève la qualité de la science. Si les programmes les plus faibles périssent et que les plus solides survivent, la recherche en santé progressera en vertu d’une sorte de processus de sélection naturelle.
Mais la dure réalité, c’est que le système ne fait sans doute pas avancer la science de manière aussi systématique que nous ne l’espérons. Les travaux menés dans le domaine médical engendrent rarement des découvertes qui améliorent la santé publique. La recherche ciblée peut passer à côté des innovations majeures de demain. Et nombre des percées les plus décisives sont le fruit du hasard.
Comme en témoigne la découverte du premier antibiotique, la pénicilline, révolution pharmacologique qui a sauvé des millions de vies. Alors qu’il menait ses expériences sur des bactéries dans un tout autre but, Alexander Fleming observa qu’une moisissure empêchait les microbes de se multiplier. Elle produisait de la pénicilline naturelle. Ce fut une découverte fortuite, résultat de la contamination d’un labo par un autre. Mais, comme l’a dit Louis Pasteur dans une formule restée célèbre, « le hasard ne favorise que les esprits préparés » : pour découvrir la pénicilline, Fleming devait d’abord être capable de remarquer qu’il avait sous les yeux un phénomène inattendu, ensuite être capable de l’étudier. Tous ses travaux antérieurs avaient développé en lui l’esprit et les outils scientifiques qui allaient lui permettre d’exploiter ce cadeau du ciel.
Mais les comités de financement peuvent difficilement miser sur les découvertes fortuites. En outre, l’idée que les avancées de la recherche sont aléatoires pourrait amener à la conclusion que l’importance d’un projet se mesure peut-être au moins autant à sa capacité de forger des compétences qu’à l’enjeu de recherche lui-même. Pareil raisonnement inciterait à financer les études proposées davantage pour leur potentiel formateur que pour la question même qu’elles entendent résoudre.

Les médecins otages des labos

Books — Wikipédia

Publié dans le magazine Books n° 46, septembre 2013. Par Andrew Marshall.

Les informations dont disposent les praticiens sur les médicaments sont complètement biaisées : non seulement les firmes pharmaceutiques gardent par-devers elles les données les plus sensibles, mais les revues scientifiques sont manipulées et les labos noyautent, voire corrompent, les autorités de régulation. La communauté médicale, esclave d’un secteur qui l’empêche de prescrire à bon escient, doit prendre le taureau par les cornes.

Ben Goldacre est l’homme d’un idéal. Et cet idéal est le suivant : toutes les données issues de l’expérimentation humaine d’un médicament devraient être disponibles gratuitement et accessibles à tous. Dont l’ensemble des éléments cliniques ayant motivé l’autorisation de mise sur le marché, et les informations issues des études menées après le lancement d’une molécule sur la population cible. Seul le plein accès à ces données peut permettre aux médecins de prescrire en toute connaissance de cause.
Dans son nouveau livre, Bad Pharma, Goldacre montre par le menu à quel point la pratique médicale est aujourd’hui fort loin de cet idéal. Selon des estimations récentes, la moitié seulement des essais cliniques réalisés ont donné lieu à communication. Et l’on a publié deux fois plus d’articles sur les expériences dont les résultats étaient positifs que sur celles dont les conclusions étaient défavorables.
Bad Pharma est une critique virulente du complexe académico-industriel, et de la manière dont il a perverti la littérature médicale. Mais il lance aussi un défi salutaire à de nombreuses méthodes pratiquées de longue date dans la recherche pharmaceutique, et qui ont bien besoin d’être examinées de près. Le livre pose notamment deux questions clés : les patients qui acceptent de participer à un essai clinique comprennent-ils que les données peuvent n’être jamais publiées ? Est-il suffisant de lutter pour la communication des études concernant les nouveaux médicaments, compte tenu de l’impuissance de la littérature scientifique à éclairer la pratique médicale actuelle ?

COVID-19 : une initiative internationale identifie de nouvelles pistes thérapeutiques

Univadis

Caroline Guignot   5 mai 2020

Grâce à la collaboration internationale de plus de 120 scientifiques issus de plusieurs structures de recherche, parmi lesquelles l’institut Pasteur, il a été possible d’identifier près de 70 molécules déjà enregistrées ou en développement, et qui pourraient avoir un intérêt dans le traitement de la maladie COVID-19. Ils ont, à l’inverse, identifié des molécules pouvant favoriser la maladie, comme le dextrométhorphane.

Si ces pistes, issues d’analyses génomiques, biochimiques, computationnelles et expérimentales ne sont évidemment pas des preuves d’efficacité, elles proposent de nouvelles approches pour lutter contre l’infection, à travers des mécanismes non explorés dans les études cliniques actuelles.

COVID-19 : Des données non validées par des revues scientifiques sont diffusées par les médias

Univadis

Hervé Maisonneuve, Éditorial  4 mai 2020


Il fut un temps où les revues scientifiques ne considéraient pas les manuscrits dont les données avaient été communiquées au public

En 1969, John F Ingelfinger, rédacteur en chef de la revue New England Journal of Medicine, a proposé une politique qui a été rapidement adoptée par la plupart des revues scientifiques quel que soit leur domaine. Cette règle, revisitée en 1991 à l’occasion de l’épidémie du SIDA, donnait satisfaction à la communauté scientifique. L’engagement des revues était de ne pas considérer, ni publier des manuscrits dont les résultats avaient été présentés aux médias, ou déjà publiés, hormis lors des congrès. Cette règle a été longtemps respectée ; elle était basée sur le principe que les revues, par leur processus d’évaluation par les pairs (peer-review) et de contrôle qualité (mise en forme,..) assuraient la validité des données divulguées. Des détracteurs ont pensé qu’il s’agissait plutôt de protéger un modèle économique.

Les enfants handicapés prioritaires pour le retour à l’école après le déconfinement

Leurs troubles ont rendu encore plus complexe « la continuité pédagogique » et les enseignants redoutent un recul des apprentissages.
Par  Publié le 07 mai 2020
12 heures, chez Jean-Pierre, sa compagne Véronique et leur fils William, 9 ans, légèrement handicapé. Montivilliers. Atteint d'une maladie pulmonaire, Jean-Pierre fait partie du public à risque. Lui et son fils William ne sont pas sortis depuis un mois de l'appartement. C'est Véronique qui s'occupe des courses. William reçoit des contenus vidéo de son IME très régulièrement mais ses copains et ses éducateurs lui manquent. Dans la région le virus paraît loin parce que la contamination est faible en Normandie pour l'instant. Depuis le 17 mars 2020, les Français doivent restés confinés chez eux afin d'éviter la propagation du coronavirus. Montivilliers, Normandie, France, 14 avril 2020.
12 heures, chez Jean-Pierre, sa compagne Véronique et leur fils William, 9 ans, légèrement handicapé. Montivilliers. Atteint d'une maladie pulmonaire, Jean-Pierre fait partie du public à risque. Lui et son fils William ne sont pas sortis depuis un mois de l'appartement. C'est Véronique qui s'occupe des courses. William reçoit des contenus vidéo de son IME très régulièrement mais ses copains et ses éducateurs lui manquent. Dans la région le virus paraît loin parce que la contamination est faible en Normandie pour l'instant. Depuis le 17 mars 2020, les Français doivent restés confinés chez eux afin d'éviter la propagation du coronavirus. Montivilliers, Normandie, France, 14 avril 2020. FLORENCE BROCHOIRE POUR « LE MONDE »
« Remettre notre fille à l’école pour éviter que son handicap ne s’aggrave encore mais en risquant de la contaminer ? Franchement, on ne sait pas quoi faire ! » A l’autre bout du téléphone, la voix de Khadra Gaillard tremble de colère. Loubna, sa fille autiste de 10 ans, inscrite en école primaire en région grenobloise, fait partie des « publics prioritaires à rescolariser » dès le 11 mai, selon Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation nationale.