Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 17 janvier 2015

Face aux ados, le poids des mots

Marie PIQUEMAL
Latifa Ibn Ziaten (à droite), la mère d'une des victimes de Mohamed Merah.
Latifa Ibn Ziaten (à droite), la mère d'une des victimes de Mohamed Merah. (Photo Matthieu Alexandre. AFP)
REPORTAGE

Depuis le meurtre de son fils par Mohamed Merah, Latifa Ibn Ziaten se rend dans les écoles pour échanger sur la religion et la citoyenneté.

«Bonjour, meilleurs vœux. Je suis la maman du premier soldat tué par Mohamed Merah. Il a volé la vie de mon fils. Je ne peux pas vous expliquer la douleur à l’intérieur de moi. Les fêtes, les anniversaires, je ne sais plus ce que c’est.» Latifa Ibn Ziaten, voilée depuis la mort de son fils, se tient droite, debout face à des élèves de troisième au collège Joliot-Curie d’Argenteuil (Val-d’Oise), réputé difficile. La semaine dernière, la principale l’avait appelée à la rescousse :«Vous savez, dans nos classes comme ailleurs, on entend des "c’est bien fait" et des théories du complot depuis les attentats.»
En mars 2012, quelques jours après la mort de son fils, Latifa Ibn Ziaten se rend à Toulouse, dans la cité des Izards, où Mohamed Merah a grandi. «Des jeunes étaient assis, je leur ai demandé s’ils le connaissaient. Ils m’ont répondu : "Vous regardez pas la télé, madame ? Merah, c’est un martyr de l’islam."» Elle crée l’association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix. Et sillonne depuis écoles et prisons pour mineurs pour témoigner auprès des jeunes, échanger avec les parents. Leur dire «qu’on peut vivre ensemble malgré nos différences»,combien «il est important de respecter l’école et les professeurs. A la fin, vous aurez quelque chose dans la tête et dans les mains : un diplôme. Vous êtes l’avenir de la France, c’est très important».

«Charlie Hebdo» : les psys face à l'angoisse des Français

FANNY LESBROS

Pendant vingt minutes, il n’y a eu aucun appel. Un événement rare observé mercredi au Samu de Paris, lors de l’annonce des morts à Charlie Hebdo.«Il faut vraiment que le choc soit extrêmement violent pour qu’aucun malade appelle, affirme Pierre Carli, responsable du centre parisien. En temps normal, les téléphones ne font que sonner. On a cru à un bug informatique. J’imagine que tout le monde était devant sa télévision pour prendre connaissance des événements… C’est difficile à expliquer.» Rebelote deux jours plus tard, pour l’assaut des policiers contre le supermarché casher. Des longs silences déjà observés en 1995 pendant les attentats à Saint-Michel, et le 11 septembre 2001. 

Leurs méchants à eux, par Lydie Salvayre

LE MONDE DES LIVRES | 


Lydie Salvayre.


Pardon, mais je ne parviens pas à partager les grands sentiments du moment, ni l’illusion heureuse que les choses, désormais, ne seront plus jamais comme avant.

C’est mon expérience de pédopsychiatre dans un dispensaire de banlieue qui m’amène à écrire, non sans réticence, ce qui va suivre : dans les années 2008-2009, certains des enfants que je suivais se mirent à dire, naïvement et comme une chose allant de soi, qu’ils détestaient juifs et mécréants : leurs méchants à eux, les méchants de leur histoire.

« Nous, jeunes de Grigny, refusons les préjugés »

Le Monde.fr 


Les meurtriers responsables de l'attaque perpétrée contre Charlie Hebdo et de l'attentat contre une policière à Montrouge mercredi 7 janvier, puis de la prise d'otages dans l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes vendredi 9 janvier, venaient tous trois de quartiers populaires.

Depuis quelques jours, les projecteurs se braquent en particulier sur Grigny, dans l'Essonne, où a grandi Amedy Coulibaly. Avec le risque, parfois, de n'éclairer que les comportements les plus radicaux, de ne relayer que les discours les plus extrêmes, de ne dessiner qu'un visage déformé de cette ville et à travers elle, de toute la banlieue.

La trentaine de jeunes de Saint-Denis (93), Créteil (94), l'Ile-Saint-Denis (93), Grigny et Viry-Châtillon (91), âgés de 18 à 30 ans, réunis depuis 2013 du projet associatif Reporter citoyen (une formation de trois ans aux techniques de base du journalisme multimédia), offre une large mosaïque de visages de banlieue parisienne.

Consternés notamment par un article paru jeudi 15 janvier dans Le Figaro sur le quartier de la Grande Borne, à Grigny – intitulé « A Grigny, la ville de Coulibaly, la théorie du complot va bon train » – les jeunes Grignois de la formation ont voulu réagir à travers une tribune vidéo.



Dans les collèges et lycées, le soutien à « Charlie Hebdo » loin de faire l'unanimité

Le Monde.fr |  | Par 

Minute de silence dans une classe de 6e du collège-lycée Maurice Ravel, à Paris, le 8 janvier.


Les images étaient belles, dimanche 11 janvier. Celles d'un peuple uni derrière des valeurs communes, un moment de grâce républicaine qui ressemblait à de l'unité nationale. Mais dans les collèges et les lycées de la République, l'heure n'est pas forcément au recueillement ou à la main tendue. Plusieurs professeurs ont répondu à un appel à témoignages du Monde.fr. Les noms des professeurs ont été modifiés.

Dos aux tableaux noirs de leurs salles de classe, ces enseignants expliquent leurs difficultés à faire passer un message humaniste à nombre de leurs élèves. Ils soulignent toutefois l'occasion qui leur est offerte de rappeler quelques principes, comme la liberté d'expression ou la laïcité.



« Lettre à ma fille, au lendemain du 11 janvier 2015 »

LE MONDE DES LIVRES | 

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/01/14/534x0/4556224_3_873b_jmg-le-clezio_f85c8f88bc57b93b9e6638314f825066.jpg
JMG Le Clézio.


Tu as choisi de participer à la grande manifestation contre les attentats terroristes. Je suis heureux pour toi que tu aies pu être présente dans les rangs de tous ceux qui marchaient contre le crime et contre la violence aveugle des fanatiques. J’aurais aimé être avec toi, mais j’étais loin, et pour tout dire je me sens un peu vieux pour participer à un mouvement où il y a tant de monde. Tu es revenue enthousiasmée par la sincérité et la détermination des manifestants, beaucoup de jeunes et des moins ­jeunes, certains familiers de Charlie Hebdo, d’autres qui ne le connaissaient que par ouï-dire, tous indignés par la lâcheté des attentats. Tu as été touchée par la présence très digne, en tête de cortège, des familles des victimes.

Mohamed Mechmache : « La banlieue n’est pas un réservoir de coupables, elle est une partie de la solution »

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR ALEXANDRE FACHE
LUNDI, 12 JANVIER, 2015
Co-président de la coordination nationale « Pas sans nous » et porte-parole du collectif AC LE Feu, Mohamed Mechmache a organisé lundi soir, à Bobigny et Toulouse, des « rassemblements républicains et solidaires contre la violence, les extrémismes et leur instrumentalisation ».
Pourquoi ces rassemblements lundi soir ?
Mohamed Mechmache. Après le beau rassemblement de dimanche, on a pensé qu’il était important de faire quelque chose en banlieue, là on habite. Pour dire stop à toute cette violence et aux extrêmes, quels qu’ils soient. Stop à la stigmatisation aussi. Car nous sommes indirectement, en banlieue, les premières victimes de ce qui s’est passé. Ensuite, il va falloir construire l’après et parler du fond. C’est-à-dire d’analyser les échecs de ces trente dernières années. On parle d’intégration, de quartiers « oubliés de la République », de plus en plus d’enseignants se disent désabusés face à ce qui s’exprime à l’école. Nos responsables doivent s’interroger et reconnaître qu’ils ont « merdé ». La banlieue n’est pas un réservoir de coupables, elle est peut-être au contraire une partie de la solution. A condition qu’elle soit invitée autour de la table. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu depuis très longtemps qu’on allait vers des dérives, qu’on était en train de glisser. Mais on n’a pas été entendu.


vendredi 16 janvier 2015

Places et classes en prison

LE MONDE DES LIVRES |  | Par 


Dans « L’Ombre du monde », Didier Fassin met au jour les logiques sociales à l’œuvre dans le système carcéral et rappelle, arguments à l’appui, son échec (photo: Fleury-Mérogis).

Cela nous revient au visage : certains détenus ressortent de prison plus dangereux pour la société qu’ils n’y sont entrés. Chaque fois la même terrible redécouverte. Les terroristes qui ont frappé les 7, 8 et 9 janvier, les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, se sont radicalisés derrière les barreaux. Le caractère criminogène de la prison est une chose bien connue, qui n’étonne plus et par conséquent indigne à peine. Cette sensation de malaise devant un aveuglement volontaire, le nouvel ouvrage du sociologue ­Didier Fassin, L’Ombre du monde, ne la dissipe pas, au contraire.

Prenant soin de ne pas considérer la prison comme un lieu isolé, encore moins une boîte noire (en cela, il se distingue de bien des études sur le sujet), l’auteur s’évertue à mettre au jour les logiques sociales qui alimentent la chaîne allant de l’arrestation d’un individu à sa libération. Il rappelle aussi, dans cette « enquête ethnographique », que la prison est d’abord un collectif d’être humains (qu’ils y soient consignés ou y travaillent), un monde d’objets (d’importance primordiale, et dont la valeur fluctue en fonction de leur rareté : drogues, téléphones portables, etc.), générant un ensemble de tiraillements, de réflexes et de comportements qui ne pourront jamais être totalement contrôlés. Au mieux découragés par encore plus de peine, encore plus de surveillance. Autrement dit par encore plus de violence si, comme le dit l’auteur, la violence institutionnelle est « ce qui est en excès de la simple privation de liberté que le droit prévoit ».

Les dépassements moyens à l’hôpital public jusqu’à quatre fois plus élevés qu’en clinique

16/01/2015


Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS, usagers) et la revue « 60 millions de consommateurs » ont publié ce jeudi un tableau comparatif des dépassements d’honoraires effectués par les médecins à l’hôpital public (activité libérale) et en clinique sur dix interventions parmi les plus fréquentes.
Croisement des données de l’assurance-maladie et de l’agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH), le tableau confronte les dépassements pratiqués sur la cataracte, la prothèse de hanche et de genou, l’ablation de l’adénome de la prostate (et de la prostate), de la thyroïde, de la vésicule biliaire, d’une tumeur au sein, la libération du nerf carpien et la pose d’un by-pass gastrique. 4 889 praticiens hospitaliers sur 40 000 ont exercé une activité libérale dans le cadre de leur secteur privé en 2013, rappellent les usagers.

CHARLIE : "CES PETITS DESSINS N'ONT RIEN À VOIR AVEC LE PROPHÈTE"

16/01/2015

L'incroyable succès du premier numéro des survivants de Charlie Hebdo après l'attentat de la semaine dernière et les réactions très négatives en provenance de nombreux pays musulmans -mais pas seulement- ont fait rebondir le virulent débat sur le blasphème. Est-ce que le blasphème doit être un délit ? Est-ce que le blasphème doit être un droit ? Pourquoi les limites du blasphème sont-elles différentes en Europe, dans le monde musulman et dans le monde anglo-saxon ? Toutes ces questions, nous les poserons à nos trois invités : Fethi Benslama, psychanalyste, professeur à Paris VII et chercheur, Abdelkrim Branine, rédacteur en chef de Beur FM et François Euvé, rédacteur en chef de la revue Jésuite "Etudes". 

Lire la suite ...

L’Espagne adopte un plan de lutte contre l’excision

16/01/2015

Les personnes originaires de pays où se pratique la mutilation génitale féminine (MGF) devront s’engager par écrit à ne pas la faire subir à leurs filles avant de quitter l’Espagne pour s’y rendre en voyage. C’est l’une des principales mesures du plan de lutte que viennent d’approuver les autorités espagnoles. « Je m’engage à prendre soin de la santé de la/des mineure(s) dont je suis responsable et à éviter leur mutilation génitale, ainsi qu’à me présenter à une visite de contrôle au retour de voyage », est-il écrit sur le document que les pédiatres feront signer aux parents. Si ces derniers refusent de le signer, les médecins alerteront la justice qui pourra à son tour décider de la mise en place « de mesures de prévention pour éviter » la MGF, selon le ministère de la Santé.

40 ans de loi Veil Les nouveaux acteurs de l’IVG en ville

16.01.2015

À la veille de la date anniversaire de la promulgation de la loi autorisant l’IVG, les célébrations se multiplient, alors que depuis plusieurs années déjà certains dans le monde de la santé tirent la sonnette d’alarme : l’accès à l’IVG serait en danger. Au travers de portraits de généralistes qui pratiquent l’IVG médicamenteuse, retour sur un exercice atypique qui tend à prendre de plus en plus le relais des services d’orthogénie à l’hôpital. Mais les effectifs ne suivent pas vraiment.

Qu’ils soient militants de la première heure ou généralistes pratiquant l’IVG médicamenteuse sans convictions politiques particulières, ces hommes et ces femmes avancent tous une motivation commune : le bien-être de leurs patientes. « C’est vrai que le profil « type » du médecin un peu soixante-huitard qui milite pour l’IVG a un peu changé », explique tout en esquissant un sourire le Dr Danièle Gaudry, gynécologue à Saint-Maur et co-responsable du Planning familial. « Je suis entourée de spécialistes ou de généralistes qui ne brandissent pas tous la bannière « Droit des femmes ». Pour celle qui est « de la vieille génération », pratiquer l’IVG médicamenteuse est tout naturellement « un service » qu’elle rend à sa patientèle.

40 ans de la loi Veil : une "journée militante" et de nouvelles mesures attendues samedi

15.01.2015

Samedi prochain 17 janvier marquera les 40 ans de la promulgation de la loi Veil. A l’occasion de cet anniversaire, Marisol Touraine se rendra vendredi matin, aux côtés de la secrétaire d’Etat aux Droits des femmes Pascale Boistard, dans un Centre de planification familiale au Centre-Hospitalier de Saint-Denis. Elles doivent y présenter le Programme national d’actions pour améliorer l’accès à l’IVG. Le chef de l’Etat qui devait lui aussi s’exprimer sur le sujet à Paris, salle Olympe de Gouges, dans le XIè arrondissement de Paris (XIe) a finalement annulé son discours.

Parallèlement à cette visite officielle, les associations féministes se mobiliseront samedi autour du sujet. Le collectif « Féministes en Mouvements » qui rassemble une quarantaine d'associations féministes, organise à la mairie du IVe arrondissement une "journée militante" pour "le droit à l'avortement en France et en Europe", intitulée "bougez pour l'IVG". La ministre et la secrétaire d’Etat devraient participer à ce colloque.

Octuple infanticide : «Je n’avais pas d’autre solution»

ONDINE MILLOT




jeudi 15 janvier 2015

IVG : enquête auprès des femmes et des soignants en Ile-de-France

14.01.2015

Alors que les 40 ans de la loi Veil vont être célébrés samedi 17 janvier, l'ARS Ile-de-France lance ce mois-ci, un questionnaire en ligne pour interroger femmes, proches et professionnels sur cette question. L'Agence régionale de santé invite ainsi les personnes qui ont eu recours à l’IVG, mais aussi les médecins ou travailleurs sociaux à témoigner anonymement, en répondant à quelques questions simples: type de méthode utilisée, information reçue lors de la prise en charge, délais. Selon l'ARS-IDF, "les réponses au questionnaire fourniront des éléments d'appréciation de la qualité du parcours proposé en Ile-de-France et des obstacles rencontrés par les femmes en termes d'accès et de réalisation de l'IVG".

En soins palliatifs, les demandes d’euthanasie sont exceptionnelles

14.01.2015


On savait déjà qu’euthanasie et soins palliatifs allaient rarement ensemble. Une toute récente étude confirme que, dans les centres dédiés à l’accompagnement des mourants, les demandes d’en finir sont exceptionnelles. C’est en tout cas vrai pour la Maison Médicale Jeanne Garnier à Paris (81 lits de soins palliatifs). Cette enquête montre que dans cet établisssement de référence en la matière -objet d’un film documentaire et visité en 2013 par la ministre de la Santé- , les demandes d'euthanasie en unité de soins palliatifs tournent autour des 3% des patients.

Abus de travail et abus d’alcool : attention, liaisons dangereuses !

14.01.2015

Travailler plus... pour boire plus ! D’après une étude parue dans le BMJ, les individus qui travaillent plus de 48 heures par semaine, ont une plus grande probabilité de s’engager dans une consommation d’alcool à risque pour leur santé. C’est-à-dire plus de 14 boissons alcoolisées par semaine pour une femme et plus de 21 pour un homme.

La marche paradoxale des femmes vers l’émancipation

Le Monde.fr  | Par 


Une femme libanaise habillée en homme lors d'une manifestation contre les inégalités de genre au Liban en 2011.
Une femme libanaise habillée en homme lors d'une manifestation contre les inégalités de genre au Liban en 2011. | JOSEPH EID / AFP


La progression vers l’égalité entre femmes et hommes est réelle, mais le chemin est encore long. « Les avancées sont inabouties et paradoxales », écrivent les auteurs de l’Atlas mondial des femmes, premier du genre, présenté, lundi 12 janvier, par l’Institut national d’études démographiques (INED) et publié par les éditions Autrement.

La cause du droit des femmes est relativement récente : ce n’est qu’en 1945 que les Nations unies ont adopté une charte établissant des principes généraux d’égalité entre les sexes. Depuis, plusieurs conférences internationales ont permis de préciser les objectifs. Le 18 décembre 1979, l’Assemblée générale de l’ONU a notamment adopté la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Et la quatrième conférence mondiale de Pékin, en 1995 − dont les Nations unies préparent le vingtième anniversaire −, s’est conclue sur une déclaration et un programme d’action pour l’autonomisation sociale, économique et politique des femmes.

Moins nombreuses que les hommes



Sur près de 7,4 milliards d'humains, les femmes sont minoritaires. Elles étaient plus nombreuses que les hommes jusque dans les années 1950.


Où en est-on réellement aujourd’hui ? « Il y a des avancées dans un très grand nombre de domaines comme la santé, l’instruction… mais on voit aussi des situations se dégrader », explique Isabelle Attané, démographe de l’INED et coresponsable de l’Atlas. Moins nombreuses que les hommes sur la planète depuis les années 1950 – les femmes sont 3,6 milliards sur près de 7,4 milliards d’humains –, elles vivent plus longtemps, et ce partout dans le monde. Mais c’est un des rares avantages qu’elles peuvent revendiquer par rapport à la gente masculine. En 2010, le risque pour un homme de mourir à 20 ans était ainsi presque trois fois plus élevé que pour une jeune femme. Las, cette espérance de vie plus longue cache une dégradation de la santé plus importante pour les femmes, liée notamment aux « difficultés rencontrées parfois pour concilier la vie professionnelle et la vie familiale, les activités domestiques mobilisant davantage les femmes que les hommes, y compris celles qui travaillent », écrit la démographe Emmanuelle Cambois.


Autriche : les couples homosexuels pourront adopter sans restriction

14/01/2015


Les couples homosexuels pourront désormais adopter des enfants dans les mêmes conditions que les couples hétérosexuels, a décidé ce 14 janvier la Cour constitutionnelle autrichienne. Depuis 2013, chacun des partenaires d’un couple homosexuel en Autriche peut adopter les enfants du conjoint, et depuis 2014, les couples de femmes ont accès à l’assistance médicale à la procréation (AMP).

Éric Kariger et l’affaire Vincent Lambert : "Ma vérité de médecin"





Le docteur Eric Kariger, qui était en charge du patient Vincent Lambert au CHU de Reims sous le feu des médias.
Le docteur Eric Kariger, qui était en charge du patient Vincent Lambert au CHU de Reims sous le feu des médias. © Nicolas Tavernier/REA


Depuis deux ans, une partie de sa famille et son équipe médicale se déchirent au chevet de Vincent Lambert. Entré dans un état végétatif irréversible, n’est-il pas victime d’un acharnement thérapeutique ? Au-delà des procédures judiciaires, le docteur Éric Kariger évoque la médecine toute-puissante et la dignité du malade.
Comment être à la fois acharné à défendre la vie et scrupuleusement respectueux de son patient ? Le docteur Éric Kariger a fait profession de ce savant équilibre. Il aurait pu poursuivre sans bruit son travail en soins palliatifs au centre hospitalier de Reims, mais « l’affaire Vincent Lambert » en a décidé autrement.

Le cancer joue-t-il aux dés ?

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 


Le cancer serait-il dû au hasard et à la malchance ? C’est la thèse provocante développée dans la prestigieuse revue Science par deux scientifiques américains… du moins si l’on en croit les comptes rendus qu’en font les médias, et les réactions qu’elle suscite. Critiquant cet article dans Le Monde tout en passant largement à côté, la sociologue Annie Thébaud-Mony vient même à en conclure une nécessaire remise en cause de tout outil mathématique dans le domaine de la santé !

Mais il suffit de lire l’étude elle-même pour comprendre que ce résumé est un contresens. Son objectif n’est pas d’expliquer pourquoi certains individus sont touchés par des cancers et pas d’autres, mais d’expliquer pourquoi certains organes sont bien plus souvent touchés par des cancers que d’autres. Par exemple, les cancers du colon sont 25 fois plus fréquents que les cancers de l’intestin grêle chez l’humain.



LES «OUBLIÉS DES OUBLIÉS» EN AFRIQUE Libérer les malades mentaux de leurs chaînes

6 janvier 2015 |Sarah R. Champagne




La douche et le savonnage, première étape vers la dignité. Des bénévoles de l’extérieur ou des patients dont la maladie est bien contrôlée accompagnent les plus vulnérables dans leur rituel d’hygiène.
Photo: Jonathan Boulet-GroulxLa douche et le savonnage, première étape vers la dignité. Des bénévoles de l’extérieur ou des patients dont la maladie est bien contrôlée accompagnent les plus vulnérables dans leur rituel d’hygiène.

Grégoire Ahongbonon transporte une chaîne de métal dans ses valises. Elle a servi à enchaîner une personne aux prises avec la maladie mentale en Côte d’Ivoire, son pays d’adoption. Il l’apporte avec lui en voyage, au cas où il aurait la chance de la déposer sur le bureau de décideurs. Au cas où les pièces de métal changeraient les mentalités comme lui-même s’y affaire.
« En Afrique, les malades mentaux sont considérés comme possédés, frappés de la malédiction des sorciers, et tout le monde a peur d’eux », dénonce-t-il lors d’un entretien accordé pendant un récent passage au Québec. Il n’est ainsi pas rare que leur famille prenne les moyens de les immobiliser par des chaînes ou des troncs d’arbre. Quand ils sont tout simplement abandonnés, on les croise nus, mangeant dans les ordures, raconte Grégoire.
Attablé dans un banal restaurant du quartier Ahuntsic à Montréal, M. Ahongbonon avoue sans gêne : « Moi aussi, j’avais peur des malades mentaux. » En quelques années, il est néanmoins passé de réparateur de pneus à raccommodeur de vies. Il a fondé l’Association Saint-Camille-de-Lellis, qui héberge, soigne et réhabilite les malades mentaux dans 16 centres dispersés en Côte d’Ivoire, au Bénin et bientôt au Burkina Faso et au Togo.
L’homme de 62 ans est très sensible à leur fragilité, à cette sensation d’avoir les pieds au bord d’un abîme sans cesse renouvelé. C’est qu’il a connu la dégringolade, de la fortune — « J’avais une voiture, quatre taxis et beaucoup d’amis » — à sa perte : « J’ai tout perdu, mes amis sont partis. Je songeais au suicide. »