blogspot counter

La psychiatrie française en revue, etc.

Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

dimanche 17 octobre 2021

XVIIèmes Rencontres de la CRIEE - 1er et 2 octobre 2021 : L'Engagement dans la rencontre transférentielle par temps de catastrophe

 XVIIèmes Rencontres de la CRIEE

Psychiatrie, Psychanalyse, Psychothérapie Institutionnelle 

Les 1er et 2 octobre 2021

Centre des Congrès de Reims

 

L'ENGAGEMENT DANS LA RENCONTRE TRANSFÉRENTIELLE PAR TEMPS DE CATASTROPHE



Nous ne saurions évoquer nos enjeux cliniques en escamotant l’actuelle pandémie qui est venue brutalement objectiver la possibilité de la mort. Plus ou moins désavouées, les forces de déliaison ont mis à mal les Collectifs, les atomisant, chacun étant renvoyé à une lutte pour sa survie personnelle. Cette attaque des liens vivants renverrait à une entame de « la confiance dans le Monde ». Elle pourrait être mise en relation avec une destruction du « Nebenmensch » freudien que nous pourrions traduire par « complexe du prochain ». 

L’enjeu de la rencontre transférentielle dans la psychose, mais aussi dans d’autres configurations cliniques, suppose de prendre en charge ce Nebenmensch en péril, strate inaugurale pour soutenir le registre de « l’image inconsciente du corps ». Ce qui reste problématique et difficilement transmissible concernerait la capacité de chaque thérapeute, de chaque soignant à « entrer dans la danse » (Françoise Davoine) et à s’y tenir debout. 

Gisela Pankow parle fort justement de « descente aux enfers » à propos de cette « approche du dedans », et donc du partage de zones de catastrophe, voire des « aires de mort » psychiques évoquées par Gaetano Benedetti. Le thérapeute ou le soignant s’y risque, avec son corps et son « être au monde », sans l’appui rassurant d’une « pensée héritée » (Cornelius Castoriadis). Miser sur le désir inconscient suppose sans doute une sorte d’acte de foi laïque dans l’inconscient ; il s’agirait de produire une première forme, une Gestaltung, « forme formante » génératrice de l’espace à construire, et peut-être d’une historicité pour « le sujet potentiel » du transfert. Il faudrait insister paradoxalement sur la théorisation nécessaire pour chaque thérapeute, chaque soignant, qui s’inscrit sur les traces de ceux qui l’ont précédé, tout en réinventant « une boite à outils métapsychologique » personnelle, évoluant tout au long de son cheminement. 

Lire la suite ...


Denis Mukwege : soigner les femmes pour réparer le monde

LE 14/10/2021

Le gynécologue-obstétricien congolais Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix en 2018, rend hommage à « La force des femmes » (Gallimard) dans un livre témoignage qui retrace le combat d’une vie pour aider les femmes victimes de violences sexuelles.

Denis Mukwege lors de l'anniversaire des dix ans du mandat sur la violence sexuelle dans les conflits au siège de l'ONU à New York (USA)  le 30 octobre 2019
Denis Mukwege lors de l'anniversaire des dix ans du mandat sur la violence sexuelle dans les conflits au siège de l'ONU à New York (USA) le 30 octobre 2019 Crédits : EuropaNewswire/Gado / Contributeur - Getty

Le corps de la femme est le corps qui donne : qui donne la vie, qui protège la vie. (…) S’attaquer à l’appareil génital de la femme traduit le refus de l’humanité, de la vie. (Denis Mukwege)

Denis Lukwege est gynécologue et chirurgien, fondateur de l'hôpital de Panzien République Démocratique du Congo. Il a consacré sa vie aux femmes victimes de violences sexuelles dans son pays (et dans le reste du monde). Un film lui est dédié en 2015 (L’homme qui répare les femmes de Thierry Michel).  En 2018, il s'est vu remettre le Prix Nobel de la Paix aux côtés de Nadia Murad, laquelle a a attiré l’attention de la communauté internationale sur le viol de masse organisé par Daech sur les Yézidis.

Il publie aujourd'hui La force des femmes (Hors série Connaissance, Gallimard, octobre 2021), un hommage au courage et à la lutte des femmes. Sa mère, ses patientes qui se reconstruisent, celles qu'il n'a pas connues... autant de modèles et d'héroïnes. 

Lire la suite et écouter le podcast ...


samedi 16 octobre 2021

La France se moque-t-elle des vieux ?

Paris, le vendredi 15 octobre 2021 – Et si le spectacle d’une société si bienveillante qu’elle a été prête à sacrifier son économie pour protéger les plus âgés n’était finalement qu’un trompe l’œil ? Et si à la stigmatisation du comportement présenté comme inconscient de certains jeunes vis-à-vis de l’épidémie répondait une déconsidération de nos aïeux, jugés incapables de déterminer eux-mêmes comment ils souhaitaient affronter l’ennemi invisible qu’est le virus ?

Pourtant, on se félicite. Interrogé par le groupe de réflexion CRAPS dédié à la protection sociale, l’ancien député Jérôme Guedj, auteur d’un rapport sur l’isolement des personnes âgées remis en juillet 2020 au ministre de la Santé remarque : « Nous avons eu affaire à un virus particulièrement âgiste qui a remis au coeur des débats la question de la place des personnes âgées dans la société. Le premier enseignement à retenir c’est que nous y avons apporté une réponse collective extraordinaire puisque nous avons mis l’économie à l’arrêt et une grande partie de la vie sociale pour protéger les plus fragiles. C’est une forme de maturité civilisationnelle et d’un point de vue anthropologique c’est rassurant car globalement, malgré des débats qui ont pu surgir sur le thème « on en fait trop pour les vieux qui vont de toutes façons mourir bientôt », nous avons une société qui a pris des décisions drastiques, parfois attentatoires aux libertés notamment à celle d’aller et de venir, avec des contraintes sanitaires fortes, pour préserver les personnes à risque et singulièrement les personnes âgées ».


Le collectif « Femmes de Santé » s’engage ! Un appel à le rejoindre !

Publié le 16/10/2021

La question de la place des femmes dans la communauté médicale revêt des aspects singuliers. En effet, les femmes sont majoritaires aujourd’hui parmi les médecins et plus généralement au sein du personnel médical et paramédical. Pourtant, cette position ne se reflète pas toujours dans les instances décisionnelles, ce qui peut s’expliquer par des facteurs multiples. Mais au-delà de la compréhension des mécanismes en jeu, certains ont décidé de se mobiliser, à travers une action positive, qui n’a aucune volonté d’exclure les hommes. Il s’agit du Collectif Femmes de Santé, dont nous publions ici un texte en forme de manifeste et d’appel à le rejoindre.

Lire la suite ...


Olivier Bétourné et Elisabeth Roudinesco créent l’Institut histoire et lumières de la pensée




Le 20/09/2021












L’Institut Histoire et Lumières de la Pensée a réuni son premier conseil d’administration vendredi 17 septembre 2021. Créé par Olivier Bétourné (président) et Elisabeth Roudinesco (vice-présidente), cet institut indépendant se donne pour première tâche de faire fructifier le produit de deux trajectoires intellectuelles – archives, publications, bibliothèque – qui n’ont cessé de s’enrichir mutuellement depuis trente-cinq ans. 

D’un côté l’œuvre de l’historienne dont les travaux sont publiés dans le monde entier, de l’autre celle de l’éditeur et historien qui s’est attaché à promouvoir les œuvres majeures de la pensée du dernier demi-siècle. Les fonds d’archives déposés à l’institut, au premier rang desquels ceux des fondateurs, seront rendus accessibles au public dans les meilleurs délais.

Lire la suite ...


AAH : "Ça va être un vrai débat de la présidentielle"

Par Véronique Martinache11 octobre 2021

L'individualisation de l'AAH, qui revient au Sénat, va s'imposer comme un sujet de débat pour l'élection présidentielle, estime le rapporteur LR Philippe Mouiller, qui regrette l'absence d'une "vision globale de la politique du handicap".

Illustration article


Q : Le Sénat, dominé par l'opposition de droite, va rétablir la proposition de loi sur la "déconjugalisation" de l'AAH (allocation adulte handicapé) pour les personnes vivant en couple. Elle sera en débat au Sénat le 12 octobre 2021 (articles en lien ci-dessous). Quels éléments opposez-vous à la fin de non-recevoir du gouvernement ?

Philippe Mouiller : Que le gouvernement dise « je n'en veux pas », c'est un choix politique, mais par contre nous sommes dans notre rôle en démontant son argumentaire. Le premier argument avancé par la ministre (Sophie Cluzel, ndlr), c'est qu'elle considère que l'AAH est un minimum social et que si on déconjugalise l'AAH, il faudra le faire pour tous les minima sociaux. C'est une vraie question. Au Sénat on a tranché en faveur d'une prestation de compensation, en s'appuyant sur un faisceau d'arguments. Le premier : quand le président de la République a lancé le projet de revenu universel d'activité (RUA), il a considéré que l'AAH n'était pas un minimum social. Autre argument : on est sur un mécanisme qui vient du Code de la Santé, on est bien sur quelque chose d'équivalent aux pensions d'invalidité.


Lire la suite ...



Votre avenir, vous le voyez comment ?

  




Répondez au grand questionnaire d’ARTE & France Culture

Déjà 7 002 participant(e)s 
et 749 532 réponses collectées

Le projet

Et maintenant ? c'est un questionnaire et un festival tournés vers l’avenir. Dans quel monde voulons-nous vivre ? ARTE et France Culture s'engagent pour interroger la jeunesse et identifier les enjeux essentiels d’aujourd’hui et de demain. 

Tout commence par ces 130 questions.
 
Vos réponses inspireront la programmation du festival. Les résultats du questionnaire seront étudiés par la sociologue Monique Dagnaud, directrice de recherche au CNRS.

Lire la suite ...


Xavier Emmanuelli et Boris Cyrulnik: «La pandémie est un minuscule problème biologique, mais un immense problème de civilisation»

16 octobre 2021

La peste médiévale a fait 25 millions de victimes, mais elle a aussi entraîné la protection du monde paysan, devenu indispensable pour nourrir les survivants, et le renouveau artistique: confinés chez eux, les peintres ont développé la représentation domestique en appoint à l’art religieux. La Seconde Guerre mondiale a coûté la vie à près de 80 millions de personnes, mais elle a également débouché, en France, sur la Protection maternelle infantile et la Sécurité sociale.


Autrement dit, «la catastrophe, ce n’est pas le désastre», clament Boris Cyrulnik et Xavier Emmanuelli dans Se reconstruire dans un monde meilleur, paru aux Editions HumenSciences, le 6 octobre dernier. «Moyennant les trois résiliences dont nous disposons – individuelle, sociale et naturelle –, nous pouvons profiter de la crise pour créer une dynamique nouvelle», assurent le célèbre neuropsychiatre et le fondateur de Médecins sans frontières.



Lire la suite ...


Apprenons à faire l’amour, l’affaire Carpentier

Illustration montrant les symboles masculins et féminins, expliquée par une médecin

À PROPOS DE LA SÉRIE

Le docteur Carpentier écope d’une suspension de toute activité professionnelle pendant un an !

Nicole Mercier, professeure de philosophie au lycée de jeunes filles de Belfort, accepte de commenter le tract du Docteur Carpentier, quelques mois plus tard, à la demande de ses élèves. Poursuivie pour outrage aux bonnes mœurs, 3 000 personnes se rassemblent devant la mairie de Belfort.

Lire la suite et écouter le podcast ...


vendredi 15 octobre 2021

Pédocriminalité dans l’Eglise : le secret professionnel, la confession et la loi

par Christian Charrière-Bournazel, ancien bâtonnier de Paris, ancien président du Conseil national des barreaux  publié le 14 octobre 2021

La jurisprudence a mis sur le même plan le médecin, l’avocat ou le ministre du culte qui sont amenés à recevoir des confidences en raison de leur fonction. Il est question d’un changement de loi pour créer une obligation de dénonciation pour les prêtres. Mise au point de l’avocat Christian Charrière-Bournazel. 

Le rapport Sauvé sur les crimes et les délits sexuels commis par le clergé ou les assistants de l’église catholique a provoqué une légitime stupéfaction et entraîné l’ouverture d’un débat autour du secret. Rappelons, en cette matière, l’état du droit et de la jurisprudence.

L’article 226-13 du Code pénal dispose : «La révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.»

La jurisprudence a mis sur le même plan le médecin, l’avocat ou le ministre du culte qui sont amenés à recevoir des confidences en raison de leur fonction. Deux autres articles du même code pénal, qui se complètent l’un et l’autre, répriment la non-dénonciation des délits et des crimes dans des conditions précises.

Sortie de l’étude : Au dernier barreau de l’échelle sociale, la prison

Après deux ans d’enquête auprès des personnes détenues sur les pauvretés vécues en détention,  le Secours Catholique et Emmaüs France viennent de publier le résultat de cette enquête.

1174 personnes ayant vécu une expérience carcérale ont accepté de partager leurs expériences et propositions au cours de l’enquête, ainsi que l’ensemble des organisations, et des salariés et bénévoles, qui se sont investis aux côtés  du Secours Catholique et d’Emmaüs France par la diffusion des questionnaires ou encore les groupes de travail sur les préconisations.

Le rapport sort officiellement ce 12 octobre avec notamment une campagne sur les réseaux sociaux.

Lire la suite ...


Pollution de l’air : la double peine pour les enfants pauvres

par Aurore Coulaud  publié le 14 octobre 2021

Dans un rapport publié ce jeudi, le Réseau action climat et Unicef France dénoncent les effets de la pauvreté sur la santé des plus jeunes et appellent à des changements dans les politiques publiques de lutte contre la pollution de l’air.

On le sait, en France, trois enfants sur quatre respirent un air toxique, d’après des données communiquées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2018. Une pollution qui est également responsable de plus de 48 000 morts chaque année. Si l’impact sur la santé est documenté depuis longtemps, que sait-on réellement des facteurs de risques chez les plus jeunes, et plus particulièrement socio-économiques ? A l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air, l’ONG Réseau action climat (RAC) et le comité national français du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef France), très en pointe sur la question, publient ce jeudi un rapport qui souligne les liens entre pollution atmosphérique et statut social.

Congrégation catholique Maltraitance : les «mauvaises filles» du Bon Pasteur attendent leur pardon

par Maxime Pionneau, Correspondant à Angers et photos Théophile Trossat publié le 13 octobre 2021

Chargées jusque dans les années 70 de «rééduquer» des mineures jugées vulnérables, les religieuses de la congrégation catholique sont accusées par d’anciennes pensionnaires de violences physiques et gynécologiques. Réunies en association, les victimes se battent aujourd’hui pour une reconnaissance de ces sévices.

Longtemps, elles ont gardé le silence. Et puis le 20 septembre 2007, le battement d’ailes de papillon a lieu sur France 3. Un téléfilm, les Diablesses, y relate les mésaventures d’une adolescente des années 50 placée, pour un simple flirt, dans une pension tenue par des religieuses. Elle y découvre un univers morne, violent, rigide. Le lendemain, une certaine Yvette publie un message sur un forum dédié aux amateurs de cactus : «Que sont devenues mes copines d’Anjorrant ? Vous en êtes-vous sorties ? Etes-vous heureuses ?» La tornade est lancée.

«J’ai d’abord demandé quelle était cette institution. Elle m’a répondu que c’était un Bon Pasteur. Ça a fait tilt», se rappelle Michelle-Marie Bodin-Bougelot, prof à la retraite de 75 ans et jardinière à ses heures perdues. La mémoire lui revient subitement. «C’était des maisons de correction. Quand on n’était pas sage, on nous menaçait d’aller au Bon Pasteur», résume celle qui a passé un an dans une institution d’Orléans en 1959-1960. Son mari s’étonne : «On est mariés depuis trente ans et tu ne m’as jamais parlé de ça. Pourquoi ?»

«Ma vie avec la comtesse de Ségur», de Caroline Eliacheff : l’hymne aux enfants

par Richard Godin  publié le 14 octobre 2021 

Caroline Eliacheff rappelle dans son livre les idées novatrices de l’écrivaine prolifique, qu’elle rapproche de Françoise Dolto, en matière d’éducation.

L’évocation de la comtesse de Ségur rappellera à certains «la couleur des couvertures de la Bibliothèque rose illustrée». Pour d’autres, cela fera ressurgir des noms (Sophie, Dourakine, Gribouille), «des émotions durables, des récits effrayants, des mots de vocabulaire jamais entendus» ou «des sensations immédiates pas toujours avouables stimulant les fantasmes érotiques ou sadiques». Pour Caroline Eliacheff, fille de Françoise Giroud, ce sont des ouvrages «qu’on croit relire alors qu’on lit enfin». A la lumière de sa vie personnelle et professionnelle (elle est psychanalyste et pédopsychiatre), l’autrice raconte la passion de la comtesse de Ségur pour «l’éducation et la santé des enfants» à travers son œuvre qui «décline de mille façons l’idée selon laquelle ils sont le pur produit de ce qu’on leur inculque».

Une odeur de poudre

TOUS LES ÉPISODES 
LE 14/11/2017

Les secrets professionnels de deux dealers de cocaïne.

LE 22/11/2017

Comment et pourquoi on consomme de la C. Deux jeunes femmes racontent. 


LE 29/11/2017

Kétamine, 3MMC, méphédrone, le XXIème siècle carbure avec de nouvelles drogues. Deux consommateurs racontent ce qu’elles ont de nouveau… ou pas.

Lire la suite et écouter les podcasts ...


Génétique, métissage et pathogènes, du Néandertal au Covid-19. Avec Lluis Quintana Murci

LE 13/10/2021

À retrouver dans l'émission

L'INVITÉ(E) DES MATINS

par Guillaume Erner

La génétique et la biologie, couplées à l’histoire et l’anthropologie, nous permettent de mieux comprendre nos résistances aux pathogènes. 

Scientifiques regardant un modèle ADN.
Scientifiques regardant un modèle ADN. Crédits :  Getty

Lluis Quintana-Murci est généticien. Les bases de sa discipline sont à chercher chez Charles Darwin et Gregor Mendel, pères de la théorie de l’évolution par sélection naturelle, et des lois de la génétique et de l’hérédité. 

Démographie, métissage, migrations, cultures et modes de vie… Les avancées les plus récentes de la science nous permettent d’apporter de nouvelles réponses aux trois questions qui guident le travail de Lluis Quintana-Murci, inspirées par le célèbre tableau de Paul Gauguin : D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? 

Avec la pandémie, les recherches de Lluis Quintana-Murci attirent l’attention : en effet, elles permettent d’étudier l’évolution de notre adaptation biologique aux agents infectieux et nos défenses actuelles face à de nouveaux pathogènes. Résistance au paludisme, tolérance au lactose, adaptation à l’environnement, effets des modes de vie et aujourd’hui, morbidité face à l’épidémie de Covid-19 sont à étudier au prisme de notre histoire génétique. 

Lire la suite et écouter le podcast ...


Sourire suffit parfois à nous rendre heureux

Publié le 13 octobre 2021

Des recherches sur le lien entre expression faciale et émotions montrent que nos mimiques peuvent influencer notre ressenti, raconte la neuropsychologue.

Carte blanche. Après une journée stressante, avez-vous déjà pris conscience du nombre de fois où vous avez serré la mâchoire ou froncé les sourcils ? A l’inverse, en vacances, détendu, vous êtes sans doute beaucoup plus souriant. Ces expressions faciales que nous produisons en permanence reflètent nos émotions de manière relativement fidèle. Mais se pourrait-il que l’inverse soit également vrai ? Est-ce que nos émotions pourraient résulter de nos mimiques faciales ?

mercredi 13 octobre 2021

COP26 : l’alerte de l’OMS et de 45 millions de médecins sur les dangers du dérèglement climatique

par Eléonore Disdero  publié le 11 octobre 2021

Dans un rapport accompagné d’une lettre ouverte de soignants, l’Organisation mondiale de la santé met en lumière les effets dévastateurs du réchauffement climatique sur la santé des êtres humains.

«Le changement climatique est la plus grande menace sanitaire à laquelle l’humanité est confrontée». Les mots sont forts, l’urgence évidente. Dans un rapport publié ce lundi intitulé «The Health Argument for Climate Action», l’Organisation mondiale de la santé (OMS) établit les liens «indissociables» entre climat et santé. Avec ce texte, le monde de la santé appelle les pays devant participer début novembre à la COP26 de Glasgow, en Ecosse, à «intensifier leur action en faveur du climat».

Les professionnels médicaux exhortent tous les pays à «actualiser leurs engagements nationaux en matière de climat dans le cadre de l’Accord de Paris afin de s’engager, dans une mesure équitable, à limiter le réchauffement à 1,5 °C».

«Si personne n’est à l’abri des effets du changement climatique sur la santé, ce sont les personnes les plus vulnérables et les plus défavorisées qui les ressentent de manière disproportionnée», indique le rapport, qui liste dix recommandations pour «éviter la catastrophe sanitaire».