La psychiatrie française en revue, etc.

Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 11 décembre 2019

LES VIOLENCES INTERPERSONNELLES DANS LES LIEUX DE PRIVATION DE LIBERTÉ

logo
11/12/2019



La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté publie un rapport thématique sur « Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté ».
Le CGLPL a pour mission de veiller à ce que les personnes enfermées soient traitées avec humanité dans le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux. Il constate régulièrement, dans ses visites et les courriers qu’il reçoit, des atteintes à l’intégrité physique et psychique, produites par l’enfermement lui-même mais aussi par l’interaction des personnes présentes en leur sein : personnel, personnes privées de liberté.
Tous les lieux et les administrations sont confrontés à des actes de violence, par des personnes privées de liberté sur le personnel, par du personnel sur les personnes privées de liberté, entre les personnes privées de liberté elles-mêmes, voire entre des membres du personnel.

Documentaire. “Les voix de la Chesnaie”, immersion dans une clinique psychiatrique près de Blois

Résultat de recherche d'images pour "france 3 centre val de loire logo"
Par Anne Lepais  Publié le 19/11/2019

Résultat de recherche d'images pour "Documentaire. “Les voix de la Chesnaie”, immersion dans une clinique psychiatrique près de Blois"Résultat de recherche d'images pour "Documentaire. “Les voix de la Chesnaie”, immersion dans une clinique psychiatrique près de Blois"

Le film documentaire « Les voix de la Chesnaie » réalisé par Alex Venel et Cyrille Vauzelle nous emmène au cœur de la clinique privée de la Chesnaie, à Chailles en Loir-et-Cher, qui pratique la "psychothérapie institutionnelle".

C'est quoi le centre de la Chesnaie ?


Une institution psychiatrique en milieu ouvert où les pensionnaires sont tous volontaires.
 

Le patient est une personne qui a besoin de soins et qui s'implique. Les soignants sont des ressources supplémentaires pour l'aider - Julien, moniteur à la Chesnaie

Créée dans les années 50, la clinique pratique la « psychothérapie institutionnelle », une psychiatrie basée sur la déstigmatisation de la maladie et la responsabilisation du patient dans ses soins.

Elle accueille 110 patients à temps plein et 40 en hôpital de jour et s’applique à casser la hiérarchie qui sépare le soignant du soigné et abolit la « blouse blanche ». De même, elle promeut la liberté de mouvement de ses patients, renommés pensionnaires, en supprimant les murs d’enceinte qui entravent la circulation et ainsi l’esprit des malades.

Dernier fondement de la psychothérapie institutionnelle, le « contrat » de la Chesnaie propose aux pensionnaires qui s’y engagent de réaliser un travail quotidien permettant de faire marcher la clinique.

La Chesnaie fonctionne ainsi sur un modèle de semi-autogestion dans lequel le malade possède sa part de responsabilité s’il le souhaite.




Entre les murs… 2 : Plaidoyer pour le soin

Résultat de recherche d'images pour "politis logo"
PUBLIÉ LE 9 DÉCEMBRE 2019

Entre les murs… 2 : Plaidoyer pour le soin

Le Dr BB répond aux détracteurs du soin en revenant sur certains principes fondamentaux qui ont orienté l’organisation des institutions psychiatriques et en essayant d’analyser les motifs de leur mise à mal dans les discours et les pratiques.

Lors de mon précédent billet, j’évoquais certaines attaques récurrentes contre les institutions soignantes. Dès lors, ce discrédit systématique véhiculé par les médias à l’égard des acteurs du soin devrait nous interpeller car, quand on veut tuer son chien, on l’accuse effectivement de la rage. Mais quels sont donc les enjeux sous-jacents ? Qui mène cette charge idéologique et avec quels profits ? Quels intérêts peuvent ainsi chercher à démanteler toutes les institutions publiques ?
Face à cette remise cause, il m’a paru également indispensable de pouvoir revenir sur la dimension du soin. Qu’est-ce que soigner signifie ? Qu’est-ce qu’un « établissement » thérapeutique ?
La question de l’autisme étant particulièrement sensible, elle nous servira de fil conducteur : dans un premier temps, il s’agira de se polariser sur des questions globales concernant les évolutions actuelles des dispositifs de soins. Puis, il sera important d’aborder plus concrètement, à l’occasion d’un prochain billet, les questions pratiques autour de la prise en charge de l’autisme, en essayant notamment de répondre de façon explicite à certains enjeux polémiques.
Commençons donc par cette affirmation péremptoire assénée ad nauseam : « Il faut fermer tous les établissements car il n’y a pas de bonne institution. »
Derrière cette revendication se profilent certains postulats :
  • Un déni de la souffrance : en effet, l’argumentaire ressassé consiste à balayer d’un revers de la main la détresse et les empêchements au niveau de la personne incarnée – ainsi d’ailleurs que les possibilités réelles d’évolution à l’échelle individuelle …– pour prôner uniquement une transformation sociale. Cette « transition inclusive » suffirait magiquement à faire disparaitre toute forme d’affliction et d’incapacité.
  • Un refus du singulier : ce discours de surplomb ne s’abaisse pas à considérer les spécificités de chaque situation. On préfère brandir des mots d’ordre publicitaires, assaisonnés à la novlangue politiquement correcte, pour en atténuer la dimension autoritaire et l’insipide artificialité.
  • Une représentation simpliste de l’institutionnel, qui ne serait lié qu’à la présence de murs et de clôtures : il convient cependant de rappeler qu’une institution est un système de relations sociales organisé par des règles, orienté vers une fin, dotée d’une certaine stabilité temporelle garantie par des modes spécifiques de régulation. L’école est une institution, le mariage ou les réseaux sociaux numériques également ; de même que les réformes néolibérales. Paradoxalement, on pourrait dire que le mouvement de désinstitutionnalisation est aussi un processus institutionnel…Dans les années 60, Michel Foucault et Erwing Goffman ont effectivement pu décrire respectivement des institutions disciplinaires et totales, visant à produire des normes reproductibles, prévisibles et contrôlées de comportement. Or, c’est justement ce à quoi aspirent les pourfendeurs du soin, en imposant une solution unique pour tous, en exhortant chacun à mener « une vie agréable sur la base de l’égalité avec les autres ». Quels impératifs normatifs, quels préjugés sur ce que serait une « bonne existence » ce type d’affirmations charrie-t-il ? Hors les murs, il peut y avoir des grilles bien plus asservissantes qu’au sein d’espaces circonscrits pour accueillir la différence…
  • Un désaveu de l’hospitalité et du droit d’asile : offrir l’hospitalité revient à donner quelque chose de soi pour accueillir l’étranger, au-delà de la simple prestation de service. Néanmoins, il ne s’agit pas d’intégrer ou d’inclure ; une certaine distanciation est nécessaire pour préserver l’altérité de l’accueilli, pour partager une manière de vivre ensemble qui puisse respecter les différences. Dans la Grèce Antique, le refus de l’hospitalité constituait un blasphème à l’égard des Dieux potentiellement incarnés dans cette figure de l’étranger. Quant à l’asile, il consistait en un lieu inviolable, préservé, où l’on pouvait trouver refuge ; un havre de paix pour se protéger des persécutions de l’extérieur
  • Une destruction des communs : démanteler ainsi les institutions d’accueil reviendrait à mettre à mal cet impératif de soins inconditionnels, qui constitue le fondement même de notre solidarité collective, une conquête sociale issue notamment du programme du conseil de la résistance. Ainsi, la protection sociale et les services publics sont toujours dans le collimateur quand il s’agit de proposer une privatisation lucrative des interventions à destination des personnes vulnérables, en détricotant insidieusement toutes les organisations collectives accessibles à l’ensemble de la population sur l’intégralité du territoire.
  • Une libéralisation forcée : l’instauration de subventions directement versées à la personne handicapée, censée être libre de choisir ses prestations, à la place du financement des institutions publiques, revient finalement à considérer l’individu comme une monade déconnectée de ses ancrages sociaux, comme un autoentrepreneur devant rentabiliser et optimiser ses investissements en termes de capital santé, sur un marché concurrentiel de l’offre et de la demande. Au fond, c’est une anthropologie néolibérale qui cherche ainsi à s’imposer, avec le double bénéfice de ratiboiser les dépenses publiques et d’ouvrir des marchés, tout en se parant des vertus de la bonne conscience charitable et libératrice.
  • Une perversion de la fonction médicale : La remise en cause du soin suppose évidemment une transformation du positionnement du praticien. Voici quelques citations extraites de différentes versions du serment d’Hippocrate qui rappellent les obligations traditionnelles du médecin : « J'utiliserai le régime pour l'utilité des malades, suivant mon pouvoir et mon jugement ; mais si c'est pour leur perte ou pour une injustice à leur égard, je jure d'y faire obstacle. » « Dans toutes les maisons où je dois entrer, je pénétrerai pour l'utilité des malades, me tenant à l'écart de toute injustice volontaire ». « Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. » « Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. » « Au service de mes patients, je favoriserai leur santé et soulagerai leurs souffrances. » « J’utiliserai de manière responsable les moyens que la société met à disposition et j’œuvrerai pour des soins de santé accessibles à tous. » « Même sous la pression, je n’admettrai pas de faire usage de mes connaissances médicales pour des pratiques contraires à la dignité humaine. » Or, il est de plus en plus demandé au médecin d’exercer une fonction anthropotechnique, c’est-à-dire de le sommer avant tout de reconnaitre, de valider et de catégoriser, en établissant un diagnostic censé entériner un préjudice social. Dès lors, il ne s’agit plus de soigner, d’accompagner, de traiter, etc. mais de permettre l’ouverture de droits en officialisant l’appartenance à une catégorie discriminée ou à un statut de victime, du fait d’une constitution corporelle considérée comme inamovible, en rapport avec son infrastructure génétique, ou neurologique, ou autre. Ainsi, le substrat biologique de l’existence tendrait à être appréhendé comme une destinée, sans ouverture ni pas de côté à envisager. 

Mayenne : une nouvelle unité pour mieux accueillir les patients en souffrance psychique au centre hospitalier

Résultat de recherche d'images pour "france bleu mayenne logo"

L'équipe est composée de 14 soignants comme Marc-André Haas, cadre de santé, renforcée par les médecins dont Mathilde Six, psychiatre cheffe de pôle santé mentale au CHNM. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul
Au centre hospitalier du Nord-Mayenne (CHNM), les patients qui ont besoin de soins intensifs en psychiatrie ne sont désormais plus obligés d'être complètement hospitalisés et de rester dans une chambre d'hôpital pendant des jours ou des semaines.  Ils peuvent être soignés la journée et rentrer chez eux le soir, grâce à une nouvelle unité de soins intensifs de jour (USIJ). Elle se distingue de l'hôpital de jour, qui soigne les patients dont les symptômes sont plus atténués.
Ouverte depuis deux mois, l'USIJ a été inaugurée mercredi 4 décembre. Elle dispose de vingt places et accueille tous les jours de la semaine, même le week-end et les jours fériés. Les patients peuvent y trouver des chambres pour se reposer ou faire une sieste, des salles d'activités ou encore un self. L'équipe est quant à elle composée de quatorze soignants

Pour permettre l'ouverture de cette unité de jour, dix-huit lits ont été supprimés. Mais les soignants insistent : c'est un choix bénéfique pour les patients"Le principal avantage est d'offrir une palette de soins à la carte, explique Mathilde Six, psychiatre et cheffe de pôle santé mentale au CHNM. Les soins s'adaptent davantage aux souhaits du patient."

Santé mentale : un dispositif de soins innovant à Dijon

Résultat de recherche d'images pour "le bien public logo"
Le 10 décembre 2019

La Plateforme d’orientation psychiatrique (POP) a été inaugurée ce lundi 9 décembre au centre hospitalier La Chartreuse, à Dijon, en présence de Jean-Yves Pian, président du Conseil de surveillance du centre hospitalier La Chartreuse, François Martin, directeur du centre hospitalier La Chartreuse, Dr Gérard Milleret, psychiatre et président de la Commission médicale d’établissement, Dr Yves Beauvalot, psychiatre référent de la POP et Edith Puglierini, représentante de l’Agence régionale de santé. Remplaçant l’UMAHCO (Unité médicale d’accueil, d’hospitalisation courte et d’orientation), avec structure renforcée, passant de 500 à 945m2, la nouvelle Plateforme d’orientation psychiatrique (POP) devient la véritable porte d’entrée de l’hospitalisation en psychiatrie. Elle a pour mission d’accueillir et de répondre aux besoins de soins psychiatriques du bassin de population de la Côte d’Or.

La Plateforme d’orientation psychiatrique (POP) a été inaugurée ce lundi 9 décembre au centre hospitalier La Chartreuse, à Dijon. Photo LBP/Philippe BRUCHOT


Psychiatrie : le gouvernement finance près de 80 projets à hauteur de 30 millions d'euros

PAR 
COLINE GARRÉ
-  
PUBLIÉ LE 09/12/2019

Crédit photo : S. Toubon
Le ministère de la Santé a rendu publique la liste des lauréats de deux appels à projets nationaux pour l'accompagnement et le soutien de l'offre en santé mentale. Ces appels à projets s'inscrivent dans le cadre de la feuille de route Santé mentale, et sont financés à hauteur de 30 millions d'euros, en plus des 80 millions déjà délégués début 2019 pour développer l'offre de psychiatrie dans les territoires, précise le ministère.

Feuille de route pour la psychiatrie : quelles sont les avancées ?

09.12.19

À l'occasion du congrès français de psychiatrie, la ministre de la Santé a précisé plusieurs avancées de la feuille de route dédiée à la discipline. Elle a notamment évoqué le succès rencontré par deux appels à projets nationaux, sur l'innovation d'une part et la pédopsychiatrie d'autre part, dont la liste des lauréats a été publiée dans la foulée.
Attendue à l'ouverture du congrès français de psychiatrie à Nice, Agnès Buzyn s'est finalement exprimée ce 6 décembre par visioconférence depuis son ministère des Solidarités et de la Santé. Alors que le congrès porte justement comme thème "la crise", la ministre a souligné que la psychiatrie n'échappe pas à la crise de la médecine française et aux besoins croissants des Français vis-à-vis du système de santé. Elle a néanmoins concédé que les professionnels de la psychiatrie, qui est mal connue, stigmatisée, vivaient une crise particulière. L'enjeu, c'est aussi de vous aider à apparaître comme une discipline indispensable, une psychiatrie plus moderne, au parcours de soins global des patients" pour que "vous ne soyez pas toujours à part.

Schizophrénie : Quelles nouvelles pistes et outils en 2019 pour optimiser la continuité des soins ? Le rôle clé du pharmacien

Publié le 09/12/2019



Introduction

La prise en charge des troubles psychiatriques est aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique en France.

Les autorités de santé ont défini une nouvelle feuille de route 2018-2023 dans laquelle les besoins de collaboration multidisciplinaires apparaissent comme prioritaires1.

L’engagement historique de l’Alliance Otsuka & Lundbeck s’inscrit dans ce projet national d’amélioration de la prise en charge et de la qualité de vie des patients souffrant de schizophrénie. Dans ce contexte, le projet - « LINK » de réunions pluridisciplinaires a été initié en 2017.

8 rencontres ont eu lieu sur tout le territoire national (lien vers l’annexe 1), regroupant 61 experts : psychiatres, médecins généralistes, pharmaciens, infirmier(e)s, psychologues, acteurs sociaux et représentants d’association de patients, de familles et de proches (lien vers l’annexe 2).

La synthèse de ces travaux de réflexion nous permet de souligner l’importance du rôle du pharmacien dans la prise en charge globale de la schizophrénie, aux côtés d’autres professionnels, et surtout, elle propose des outils et des pistes d’amélioration.

"Parlons Psy": des "solutions concrètes" pour améliorer la santé mentale

Résultat de recherche d'images pour "notre temps logo"
 le 09 décembre 2019 par AFP

Et si tous les Français se formaient aux "premiers secours en santé mentale", pour savoir comment réagir face à une personne en crise? Cette "solution concrète", et de nombreuses autres, ont été présentées lundi à Paris, au cours d'un forum réunissant les acteurs de la psychiatrie.
L'événement, "Parlons Psy", est l'aboutissement de plusieurs mois d'ateliers organisés dans toute la France, à l'initiative de la Fondation de France et de l'Institut Montaigne.
"On entend beaucoup parler de la psychiatrie sous un angle négatif. Nous avons voulu faire entendre un message d'espoir en donnant la parole aux acteurs de terrain: qu'est ce qui marche et qui mériterait d'être généralisé?", a dit à l'AFP Karine Pouchain-Grépinet, responsable programme maladies psychiques à la Fondation de France.
"De nombreuses expérimentations positives se déroulent déjà, mais de manière isolée, sans publicité ni diffusion", constate la fondation.