La psychiatrie française en revue, etc.

Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 31 mars 2020

Devenir grand

france.tv



diffusé le mar. 31.03.20 à 23h05
disponible jusqu'au 31.05.20
société - 58 min - 2020 - tous publics

Comment relever, jour après jour, le défi de grandir, ensemble ?

"Devenir Grand" nous emmène dans trois classes, aussi ordinaires qu’extraordinaires, et dévoile ce qui se joue entre enseignants et élèves, le temps d’une année scolaire, pour permettre à chacun de s’épanouir, individuellement et collectivement.

Comment l’école peut-elle accompagner les élèves et les aider à grandir, jour après jour?

Dans une époque de crises politiques, sociales, environnementales ou sanitaires, comment l’école peut-elle contribuer à former une nouvelle génération de citoyens responsables, capables de changer positivement le monde ?


Musique et Santé, Institut Gustave Roussy





France 2, Mille et une vies : Reportage sur un des aspects du travail de Musique et Santé à l'Institut Gustave Roussy de Villejuif. Jean-Marie Gérintes, musicien intervenant, nous parle de ses interventions dans le Département de Cancérologie de l'Enfant et de l'Adolescent du Dr Valteau-Couanet


A l’Ehpad des Quatre-Saisons, la vie et la mort au jour le jour

Par    Publié le 31 mars 2020

[Les Quatre-Saisons, où vivent 65 résidents, fait partie des quelque 7 000 Ehpad que compte la France. Dans cette maison de retraite de Bagnolet, en banlieue proche de Paris, le quotidien a été totalement bouleversé, à partir de la mi-mars, par les mesures de protection contre le virus. Les visites étant interdites, récit de la vie confinée.]

«Le coronavirus aura un effet dévastateur quand on fera le décompte des morts de la rue»

Par Sylvain Mouillard — 
Des SDF trouvent refuge sous la gare de Lyon, à Paris, en février 2018.

Des SDF trouvent refuge sous la gare de Lyon, à Paris, en février 2018. Photo Cyril Zannettacci pour Libération

Le collectif «Les morts de la rue» rend ce mardi son hommage annuel aux 569 personnes sans domicile décédées en 2019. Un chiffre largement sous-estimé.

La cérémonie devait se dérouler dans le square Serge-Reggiani, situé dans le XIXarrondissement de Paris. Une liste de 569 noms égrenée pour rendre hommage aux «morts de la rue» de l’année 2019, tout à la fois pour «interpeller les pouvoirs publics» mais aussi donner une identité à ces personnes sans-domicile et «faciliter le deuil» de leurs proches, familles, amis et voisins… En conclusion, des pétales de fleurs devaient être jetés dans le canal de l’Ourcq. Mais le confinement décidé pour lutter contre l’épidémie de coronavirus est venu mettre à mal les plans du collectif «Les morts de la rue», créé en 2002 par des travailleurs sociaux et des personnes sans logis. «On a envisagé de reporter notre hommage annuel, mais avec une grande inconnue sur la date à laquelle il pourrait avoir lieu, confie Cécile Rocca, la coordinatrice. Finalement, on a opté pour une cérémonie virtuelle.»

«Pendant cette période, il faut maintenir les liens le plus possible»

Par Sibylle Vincendon — 
La semaine passée, l’angoisse a été le cinquième diagnostic le plus posé par SOS Médecins.
La semaine passée, l’angoisse a été le cinquième diagnostic le plus posé par SOS Médecins. Photo Clémence Losfeld. Hans Lucas

Jean-Dominique Nicolas est psychiatre et a été médecin en sous-marin où les équipages vivent parfois confinés plus de deux mois. Il décrit à «Libération» les ressorts psychologiques d’une telle épreuve.

Les usagers confinés des établissements médico-sociaux témoignent de leur engagement

Publié le 30/03/20 

Confinés, des usagers et parents d'enfants en situation de handicap témoignent sur la toile et dans la presse. Un jeune garçon fait un don à un Ehpad... La rédaction d'Hospimedia a sélectionné des événements marquants de la semaine écoulée.
[Médiathèque] France 3 Grand-Est se fait l'écho de la mise en ligne d'un clip musical Confinés sur l'air de Libérée, délivrée de La Reine des neiges, réalisé avec les résidents d'une maison d'accueil spécialisée (Mas) de Cormontreuil (Marne) gérée par l'association d'aide aux infirmes moteurs cérébraux du Nord et de l'Est. "Ce clip, on en a eu l'idée car on a une équipe d’animation avec une salariée qui anime une chorale. Une aide-soignante [...] qui chante très bien [...]. Cela a resserré les liens, certains pleuraient, des familles nous ont dit que c'était super", raconte Fabienne Ducerf, chef de service socio-éducatif. Dans cet établissement, les résidents sont 44 en temps normal. En ce moment, ils sont 31, âgés de 18 à 80 ans.

Coronavirus : le confinement aurait sauvé 2 500 vies en France selon une étude

Camille Roux
| 31.03.2020
Le confinement et d'autres mesures prises pour freiner l'avancée de l'épidémie de Covid-19 auraient déjà porté leurs fruits, selon des chercheurs britanniques. « Nous estimons que les mesures actuelles en place jusqu'à, au moins, la fin mars, auront évité la mort de 59 000 personnes dans 11 pays jusqu'au 31 mars », affirment des chercheurs de l'Imperial College de Londres dans une étude mise en ligne ce lundi. Ces universitaires spécialistes en épidémiologie et en mathématique ont modélisé la dynamique de l'épidémie en Europe et estimé le freinage de la contagion par SARS-CoV-2, à la suite des différentes dispositions prises dans les pays étudiés à des dates différentes les uns des autres.

Covid-19 : 1 200 professionnels de l'AP-HP contaminés, dont 40 % de médecins

PAR 
ANNE BAYLE-INIGUEZ -  
PUBLIÉ LE 31/03/2020

Crédit photo : AFP
L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a réuni les membres de son conseil de surveillance pour faire un point complet sur l'organisation du CHU francilien face à la pandémie. En sont ressortis de nouveaux chiffres rendus publics ce lundi 30 mars.
Sous la présidence d’Anne Hidalgo et en visio-conférence, le DG Martin Hirsch a rappelé que 1 400 patients positifs au Covid-19 étaient hospitalisés à l'AP-HP ce même vendredi, dont 650 en réanimation. Le directeur général de l'établissement a évoqué une « montée en charge importante depuis quatre jours avec 150 patients de plus chaque jour hospitalisés en réanimation », lit-on dans le compte rendu du conseil de surveillance.
Autre chiffre préoccupant : le nombre de professionnels de l’AP-HP contaminés depuis le début de l’épidémie s’élève à 1 200 personnes « avec une proportion importante de médecins, proche de 40 % ».

COVID-19 : premières leçons internationales

Univadis

Serge Cannasse   26 mars 2020

Vis-à-vis de la lutte contre l’épidémie de COVID-19, le recul est à présent suffisant pour commencer à savoir ce qui marche ou pas et plus généralement, pour identifier les forces et les faiblesses des systèmes de santé, voire des systèmes sociaux.
1) CE QUI MARCHE
1-1) La meilleure stratégie est de tester tôt, souvent et largement.
C’est la première et la plus importante leçon que tirent Max Fisher et Amanda Taub, journalistes au New-York Times, de leur revue internationale. Tôt, cela signifie tester dès que la maladie apparaît quelque part. Le petit nombre apparent de personnes symptomatiques cache le grand nombre des porteurs et, du fait de la latence d’apparition de la maladie, l’augmentation extrêmement rapide des cas.
L’exemple de la Corée du Sud prouve amplement ce point. Les autorités de santé ont pu identifier et isoler rapidement non seulement les individus infectés mais aussi les groupes populationnels particulièrement touchés. Cela a également permis de suivre la progression épidémique avec un maximum de précision. De même, les autorités taïwanaises « ont repéré et confiné très rapidement les personnes ayant voyagé dans des zones à risque et celles ayant un risque élevé face au virus », explique Angèle Malâtre-Lansac, Directrice déléguée à la santé de l’Institut Montaigne.

Covid-19 : encore incertaine, la durée d'immunisation post infection pourrait être de quelques mois

PAR 
DAMIEN COULOMB -  
PUBLIÉ LE 31/03/2020

L'un des espoirs qui justifie les mesures mises en place contre l'épidémie de Covid-19 par les différents pays est de voir se développer au sein des populations une immunité de groupe. Au cœur de cette stratégie, réside toutefois une incertitude majeure : combien de temps dure l'immunité induite par une infection par le SARS-CoV-2 ?
Compte tenu du manque de recul sur ce virus particulier, les meilleures sources d'information restent les données accumulées sur d'autres coronavirus, comme le souligne le Dr Seth Berkley, président-directeur général de l'alliance GAVI pour l'immunisation et les vaccins : « C'est le troisième coronavirus à aller dans la population humaine en 20 ans, et il ne semble pas avoir provoqué d'immunité à vie chaque fois, ni même d'immunité à long terme », explique-t-il.

lundi 30 mars 2020

La policière, l'attestation, et «les gens comme ça»

Par Sopheara Lum, psychiatre à Rennes — 
Une opération de contrôle des attestations de sortie par la police, à Marseille le 17 mars.
Une opération de contrôle des attestations de sortie par la police, à Marseille le 17 mars. Photo Patrick Gherdoussi pour Libération

En venant consulter sa psychiatre, un patient au RSA écope d'une amende de 135 euros pour avoir «mal rempli» son attestation de sortie. Témoignage circonstancié du médecin qui dénonce une police autoritaire.

Comment l’épidémiologie tente de cerner l’épidémie due au nouveau coronavirus

Propagation, mortalité, impact du confinement... Si « tous les modèles sont faux, certains sont utiles », disent les statisticiens, qui disposent d’outils pour anticiper la suite de la pandémie.
Par  Publié le 30 mars 2020
Un homme passe devant un écran géant pendant l’épidémie de Coronavirus, à Brasilia (Brésil), le 24 mars.
Un homme passe devant un écran géant pendant l’épidémie de Coronavirus, à Brasilia (Brésil), le 24 mars. UESLEI MARCELINO / REUTERS
Combien de morts du Covid-19 ? Combien d’hospitalisés en réanimation ? Combien de temps le confinement durera-t-il ? Autant de questions brûlantes auxquelles s’attaque la science de la modélisation… avec difficulté.
Le 12 mars, face aux prédictions d’une submersion du système hospitalier avancées par une équipe anglaise de l’Imperial College (Londres), la France s’est engagée dans une stratégie de confinement poussé. « Les modèles sont un signal parmi d’autres. La situation italienne, mais aussi toutes les connaissances accumulées sur des épidémies précédentes allaient dans le sens de cette décision pour soulager le système de santé », relativise Simon Cauchemez, chercheur à l’Institut Pasteur, spécialiste en modélisation et membre du conseil scientifique Covid-19 mis en place par le gouvernement.
Il n’y avait en effet pas besoin du modèle anglais pour être inquiet. Un « vieux » modèle des années 1930 et les premières données chinoises sur le nouveau coronavirus fournissent assez vite aux spécialistes des estimations d’au moins 50 % de personnes infectées au pic de l’épidémie, et donc plus de 300 000 morts en France avec une hypothèse de seulement 1 % de létalité due au virus.

Coronavirus : la "nouvelle" diplomatie mondiale du masque, du médecin et de l'infirmier



BELGIQUE

Olivier Arendt.  le 31 mars 2020

Cette photo prise et publiée le 30 mars 2020 par l'unité française de communication et de production audiovisuelle de défense (ECPAD) montre le personnel de l'aéroport déchargeant une cargaison d'un avion Antonov 124 de la compagnie russe de services d'affrètement aérien Volga-Dnepr Airlines, après son atterrissage en transportant 10 millions de masques commandés par la France à la Chine, à l'aéroport de Paris-Vatry à Bussy-Lettree, dans l'est de la France, lors d'un verrouillage strict en France visant à freiner la propagation du COVID-19 (nouveau coronavirus). Première livraison de masques par un ANTONOV 124 en provenance de Chine.
Cette photo prise et publiée le 30 mars 2020 par l'unité française de communication et de production audiovisuelle de défense (ECPAD) montre le personnel de l'aéroport déchargeant une cargaison d'un avion Antonov 124 de la compagnie russe de services d'affrètement aérien Volga-Dnepr Airlines, après son atterrissage en transportant 10 millions de masques commandés par la France à la Chine, à l'aéroport de Paris-Vatry à Bussy-Lettree, dans l'est de la France, lors d'un verrouillage strict en France visant à freiner la propagation du COVID-19 (nouveau coronavirus). Première livraison de masques par un ANTONOV 124 en provenance de Chine. - © THOMAS PAUDELEUX - AFP

Cette pandémie va certainement changer notre monde demain et ce à plus d’un titre, sur le plan économique, sur l’organisation de la santé et sur le suivi de ces "nouvelles solidarités" qui apparaissent chaque jour dans un monde, de plus en plus, replié sur lui-même.

Preuve que même en temps de crise mondiale, la géopolitique et la "réal politique" ne sont jamais très loin dans les pensées des dirigeants mondiaux.
Prenons ici quelques exemples, avec des pays comme la Chine, la Russie, Cuba, ou l’Albanie pour ne citer qu’eux. Des pays qui veulent transformer cette crise en "opportunité" pour redorer leur image, ou même pour gagner de l’argent.

Une diplomatie chinoise qui veut redorer son image internationale

La Chine, qui produit actuellement 116 millions de masques par jour, a par exemple annoncé une donation de 500.000 masques à l’Espagne et l’envoi de 2 millions de masques vers l’Italie ainsi que l’acheminement d’appareils respiratoires commandés par les Italiens. Luigi di Maio, le ministre italien des Affaires étrangères, déclarait la semaine dernière que son pays "se souviendrait de ceux qui étaient avec nous dans les moments difficiles". Xi Jiping, le Secrétaire général du Parti communiste chinois a expliqué qu’il voulait contribuer à une "Route de la soie de la santé", en référence au vaste programme chinois d’investissement à l’étranger.
Certains responsables européens ne cachent plus leur irritation face à cette superpuissance chinoise accusée d’avancer ses pions géopolitiques sous couvert de générosité et de diplomatie sanitaire dans la crise du Covid-19, tout en cherchant à réécrire l’histoire de la pandémie sur son sol.


La psychiatrie face à l’épidémie de coronavirus : les inquiétudes des soignants de Cadillac en Gironde


Par Marie-Pierre D'Abrigeon & C. Le Hesran  Publié le 30/03/2020
Vivre avec la maladie mentale, pas facile dans un univers encore plus confiné que d’habitude en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Les soignants sont inquiets comme à Cadillac, en Gironde. C'est le plus grand hôpital psychiatrique de la région
L'hôpital psychiatrique de Cadillac en Gironde, situé à 30 kilomètres de Bordeaux, n’échappe pas aux nouvelles contraintes imposées par la crise du coronavirus.

Depuis le 19 mars, l’établissement de santé a mis en place une organisation dont l’objectif est « Zéro Covid-19 ». 
Pour Daniel Habold, directeur de la santé publique à l’Agence régionale de santé, " C’est un peu comme dans les EPHAD, un seul mot d’ordre : le confinement. Ne pas desserer le confinement, c’est la seule façon de s’en sortir. Nous avons renforcé les dispositifs de visio-conférence pour le suivi des malades avec les psychiatres".

À Cadillac, les visites et sorties sont interdites jusqu’à nouvel ordre. Deux unités spéciales sont prêtes à accueillir des patients contaminés. Jusqu’à présent, aucun cas de Covid-19 n’a été signalé.

Daniel Habold, directeur de santé publique à l’Agence régionale de santé, compare les mesures mise en place dans les hôpitaux psychiatriques et dans les EHPAD, ce sont les mêmes. Mais le personnel soignant s’inquiète. Car la pression est particulièrement forte. La situation reste tendue.

Mercredi 25 mars, la CGT a organisé une manifestation devant l’établissement de santé pour dénoncer le manque de moyens de protection et réclamer une participation plus active du personnel soignant lors des réunions de crise organisées à l’hôpital. « On est là pour soigner, pas pour contaminer » : voilà ce que l’on pouvait lire sur les banderoles déployées devant l’hôpital.

Jocelyne Goût est infirmière au centre hospitalier de Cadillac, elle est aussi déléguée syndicale CGT. Elle témoingne de l'inquiétude.

Nous tirons la sonnette d’alarme, car jusqu’à la semaine dernière nous manquions de masques de protection.  Certes, nous en avons reçus vendredi mais, si la crise continue, cela pourrait se compliquer. Il y a donc beaucoup d’anxiété face au manque de matériel.  Les hôpitaux psychiatriques sont les grands oubliés de la distribution de matériel de protection !
 

View image on Twitter
Lire la suite ...

Coronavirus : le centre hospitalier Sainte-Marie s'adapte


logo slogan new
lundi, 30 mars 2020





Afin de répondre à la situation de crise sanitaire actuelle et à une potentielle augmentation des besoins de soins en psychiatrie, le Centre Hospitalier Sainte-Marie de Haute-Loire a modifié son organisation pour renforcer ses capacités de réponse sur l’ensemble du département.

Dans ce cadre, le Centre Hospitaliser Sainte-Marie a mis en place une organisation médicale spécifique, afin de limiter les risques de contamination.

Confinement des SDF : plus de 5 000 hébergements et 1 300 places médicalisées, annonce le gouvernement

PAR 
ELSA BELLANGER - 
PUBLIÉ LE 30/03/2020

Crédit photo : Phanie
La mise à l’abri et en confinement des personnes à la rue se concrétise progressivement. Après l’ouverture, la semaine dernière, de 2 000 places dans des hôtels et de trois centres de confinement pour les sans-abri, le ministère du Logement a annoncé hier la mise à disposition d’hébergements supplémentaires pour atteindre 5 467 places. « Cette mobilisation s’ajoute aux 157 000 places d’hébergement déjà existantes avant la crise sanitaire », souligne le Ministère.

Coronavirus : « En 2007, la France avait su mettre au point un dispositif de protection très ambitieux contre des pandémies »

Claude Le Pen, spécialiste de l’économie de la santé, décrit la chaîne de décisions qui ont conduit à la fin d’un dispositif efficace mis en place après la grippe aviaire.

Publié le 30 mars 2020

Tribune. La pandémie de coronavirus, d’ampleur totalement inédite, a pris de court la plupart des pays. Peu d’entre eux étaient prêts à encaisser une vague épidémique majeure. Il en existe pourtant au moins un qui avait su mettre au point un dispositif de protection très ambitieux contre des pandémies de cette ampleur. Et ce pays c’est… la France de 2007 ! Malheureusement, ce dispositif a été progressivement désarmé pour diverses raisons. Retour sur un épisode et une institution peu connue de notre histoire récente, l’établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus).

Confinement : un défi pour la psychiatrie




Paris, le lundi 30 mars 2020 – Le confinement instauré depuis quinze jours en France met la psychiatrie à rude épreuve.

En ambulatoire, la grande majorité des structures et en premier lieu, les CMP et les hôpitaux de jour ont dû fermer leur porte et assurent désormais des consultations téléphoniques ou des téléconsultations.

« Une des spécificités de notre métier, c’est la rencontre en présentiel. Notre présence apporte quelque chose au patient. Là, on ne peut plus le faire. Cela enlève de l’efficacité et de la richesse à la relation. On marche sur une jambe » déplore ainsi le Dr Nicolas Lacoste, psychiatre à l’hôpital de jour de la MGEN à Bordeaux cité par la Gazette Santé Sociale.

D’autant que le confinement, y compris chez les patients suivis en ville, peut être une source d’angoisse voire de décompensation.

De nombreux psychiatres signalent ainsi une recrudescence des délires de persécution chez des patients auparavant stabilisés.


L’immunité collective peut-elle avoir raison de l’épidémie ?

Mis en ligne le 30/03/2020

© Sébastien Bozon/AFP
Personnel médical du centre gospitalier Émile-Muller de Mulhouse transportant un patient en attente d’être évacué vers un autre hôpital, le 17 mars 2020. © Sébastien Bozon/AFP

Depuis que le Premier Ministre britannique Boris Johnson en a parlé pour justifier la politique initiale de laisser-faire de son pays face au Covid-19, la notion d’“immunité collective” est au cœur du débat. S’agit-il de sacrifier les plus faibles pour préserver le plus grand nombre dans une optique néodarwinienne ? Nous avons interrogé épidémiologistes et philosophes qui y voient plutôt un outil pour protéger l’ensemble de la société.