La psychiatrie française en revue, etc.

Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

dimanche 4 décembre 2016

Mort de François Roustang, psychanalyste

Philosophe et théologien, François Roustang est décédé dans la nuit du 22 au 23 novembre, à l’âge de 93 ans.
LE MONDE  | Par Elisabeth Roudinesco (Historienne et collaboratrice du "Monde des livres")

François Roustang, en 2009.
François Roustang, en 2009. John Foley / Opale/Leemage

François Roustang, mort dans la nuit du 22 au 23 novembre, à l’âge de 93 ans, auteur d’un grand nombre d’ouvrages, était avant tout un extraordinaire clinicien, animé d’une passion de guérir et d’une empathie pour ses patients assez unique dans le monde de la psychothérapie et de la psychanalyse. En témoigne la manière dont, un jour de 2005, il traita en une séance unique l’écrivain Emmanuel Carrère, qui lui rendit visite en songeant au suicide : « Oui, c’est une bonne solution », lui dit-il. Et il ajouta après un silence : « Sinon vous pouvez vivre. »
Né le 23 avril 1923, il entre, à l’âge de 20 ans, dans la Compagnie de Jésus tout en poursuivant des études de philosophie et de théologie. A partir de 1956, il fait partie de la revue Christus, dont il devient le directeur en 1964. En même temps, il se tourne vers la psychanalyse et devient, avec ses amis Louis Beirnaert et Michel de Certeau, membre de l’Ecole freudienne de Paris (EFP), fondée par Jacques Lacan. C’est alors qu’il commence une première cure avec Serge Leclaire.
En 1966, il fait paraître un article intitulé « Le troisième homme ». Il y démontre que le concile Vatican II a favorisé l’émergence de chrétiens qui ne pratiquent pas et ne se reconnaissent plus dans les valeurs de la foi et des sacrements. L’article aura un retentissement important dans les milieux catholiques.
Cette prise de position iconoclaste est la conséquence directe des transformations opérées par la cure sur les opinions de l’auteur, qui a lui-même perdu la foi. La Congrégation ne s’y trompe pas et démet Roustang de ses fonctions. Quelque temps plus tard, il rompt avec l’Eglise, quitte l’habit, se marie et devient psychanalyste en vouant à Freud et à Lacan une admiration sans bornes.
Trouble-fête
Mais, après avoir vécu son passage à la pratique psychanalytique comme une véritable libération, il constate avec fureur et amertume que l’EFP s’est transformée en une Eglise avec ses idolâtres et ses rituels convenus. Rien ne le révolte plus que les relations de servitude entre un maître et ses élèves. Et, pour tenter de comprendre pourquoi une doctrine aussi critique que la psychanalyse a pu se transformer en une nouvelle religion, il s’oriente vers une mise en cause radicale de ce qu’il avait tant aimé. De fait, il participe à un vaste mouvement de contestation qui traverse, à cette époque, tous les courants français de la psychanalyse. Emmené par René Major et soutenu par Jacques Derrida, ce mouvement, incarné par les cahiers Confrontation, se déploie joyeusement sur la scène psychanalytique parisienne.
En 1976, Roustang publie un ouvrage qui deviendra le manifeste le plus flamboyant de cette nouvelle orientation antidogmatique : Un destin si funeste (Editions de Minuit). S’appuyant sur une lecture critique des relations de Freud avec certains de ses disciples (Carl Gustav Jung, Georg Groddeck, Sandor Ferenczi), il accuse la doctrine psychanalytique d’être l’arme d’une folie destinée à rendre l’autre fou. Et, du coup, il fait de la cure par la parole l’instrument d’une sorte de viol subjectif qui, sous couvert de renoncement à l’hypnose, ne fait que reconstruire la dialectique aliénante du maître et de l’élève.

LAFORCADE SALUE LA CREATIVITE EN PSYCHIATRIE DE SECTEUR : CATTP ET GEM, EPISODE IV

Laforcade a pu sans évoquer nos blocages annoncer la donnée nouvelle essentielle, la place reconnue aux usagers, puis avec la levée de la censure sur le Rapport Demay la consolidation de la « Politique de Secteur », et malgré la confusion des idéologies qu’il reprend de l’Administration, il nous apporte une nouvelle fort utile

Psychiatrie : trop de ruptures dans la prise en charge

Une enquête publiée vendredi par une association de proches de patients dresse un constat sombre des soins psychiatriques et appelle à repenser l’acompagnement des malades.
LE MONDE  | Par Laetitia Clavreul et François Béguin
Délais de prise en charge trop longs, diagnostics trop tardifs, réponse médicamenteuse trop fréquente, absence d’accompagnement médical et social… L’étude publiée vendredi 2 décembre par l’Unafam, une association de proches de personnes malades et/ou handicapés psychiques, dresse un paysage bien sombre des soins psychiatriques en France.
Pour la moitié des 2 807 personnes qui ont répondu en ligne à cette enquête, la première prise en charge de leur proche a eu lieu par les urgences. « Comme on n’a pas su repérer les premiers symptômes, l’entrée dans la maladie se fait par une crise qui nécessite l’hospitalisation », déplore Béatrice Borel, la présidente de l’Unafam. Une situation d’une rare violence pour le malade et ses proches.

Psychiatrie: le rire pour déminer les clichés absurdesPsychiatrie: le rire pour déminer les clichés absurdes

Résultat de recherche d'images pour "le figaro santé"      02/12/2016


LIVRE - Dans «Cinquante puissantes raisons de ne pas aller chez le psy», le Dr David Gourion démonte avec humour les préjugés sur sa profession. Et de rappeler que le recours à la consultation sans filet sur Internet n’est pas sans danger.

La psychiatrie est une chose trop sérieuse pour ne pas en rire. Les idées reçues, les dénis de ceux qui souffrent de pathologies graves, parfois mortelles, le Dr David Gourion les bat en brèche dans Cinquante puissantes raisons de ne pas aller chez le psy, un livre drolatique, en apparence léger, et illustré par le talent de l’illustrateur Muzo. Ce dernier n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai en matière de psychiatrie - si l’on peut dire -, puisqu’il a déjà accompagné un autre médecin, Christophe André, pour l’ouvrage Petites angoisses et grosses phobies.

samedi 3 décembre 2016

Du divan aux électrochocs

Accueil    SUISSE     24.11.2016

GUÉRISON Les études l’ont démontré: pour des dépressions légères à modérées, la psychothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs.

Décodage. Antidépresseurs, acupuncture, psychothérapie, électrochocs… Les personnes en dépression ont désormais à leur disposition une palette de techniques pour s’en sortir. Les médecins, eux, ont une approche globale et tentent d’adapter le traitement à chaque patient.
Il est fini, le temps des chapelles. Psychiatres, psychologues, psycho­thérapeutes, les spécialistes ont décidé depuis quelques années de mettre en commun leurs forces pour lutter contre la dépression. Au sein des services spécialisés, dans les cantons romands, on revendique une approche globale et fédératrice: il s’agit d’abord de recevoir le patient, de l’écouter, d’analyser son profil, puis d’essayer avec lui plusieurs méthodes.

«Pendant des décennies, le patient devait s’adapter à la vision du psychiatre, relève Guido Bondolfi, médecin adjoint agrégé, responsable du programme des troubles anxieux aux HUG. Aujourd’hui, nous sommes plus sensibles au fait qu’il faut trouver la bonne chaussure au pied du patient. Cela ne sert à rien de lui imposer des approches qui ne lui conviennent pas.»

Les infirmiers anesthésistes en grève pour de meilleurs salaires

Entre 700 et 1 000 personnes se sont rassemblées à Paris pour réclamer une rémunération à la hauteur de leurs cinq années d’études et de leur master.
Le Monde.fr avec AFP

Des centaines d’infirmiers anesthésistes et étudiants ont manifesté jeudi 24 novembre à Paris.
Des centaines d’infirmiers anesthésistes et étudiants ont manifesté jeudi 24 novembre à Paris. JULIE SEBADELHA / AFP

Les infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat (IADE) et les étudiants étaient appelés à faire grève jeudi 24 novembre par l’intersyndicale SNIA-CGT-FO-Aneia pour réclamer de meilleurs salaires, à la hauteur de leurs cinq années d’études et de leur master.

L'éducation thérapeutique en ambulatoire du CH Esquirol permet d'impliquer les patients psychotiques

L'ARS Nouvelle-Aquitaine a autorisé le CH Esquirol de Limoges (Haute-Vienne) à mettre en œuvre un programme ambulatoire d'éducation thérapeutique (ETP) pour les patients psychotiques et leurs aidants à domicile. Le CH entend ainsi rendre ces patients "pleinement acteurs de leur processus de soins et, de fait, leur permettre de reprendre leur vie en main", a-t-il informé dans un communiqué ce 29 novembre. Ce projet, impulsé par Robert Costanzo, chef du pôle des usagers, associe les patients, les familles et les soignants "dans une alliance thérapeutique dynamique". Encourager l'autonomie, améliorer la qualité de vie des patients, permettre aux aidants de mieux accompagner les personnes souffrant de maladie mentale sont les priorités de ce dispositif. Pour le patient, il s'agit concrètement d'apprendre à connaître la maladie et son traitement médicamenteux et à reconnaître les signes de début d'une aggravation ainsi que les circonstances favorisantes. "De la sorte, chaque patient doit se trouver en mesure de faire appel à une aide en cas d'urgence et savoir parler de l'évolution de sa pathologie au soignant", explique le CH Esquirol. Il doit en outre permettre de renforcer les habiletés nécessaires de ces patients au maintien d'une insertion sociale voire professionnelle et d'une qualité de vie optimale. "Le patient devient un acteur de sa prise en charge", résume Robert Costanzo.

Quel rôle jouent nos rêves sur notre mémoire et nos émotions ?



Conférences  Universcience 

Tout le monde rêve, même celui qui ne s’en souvient pas ! Pourquoi rêve-t-on ? Comment le cerveau endormi construit des récits détaillés et complexes ? Peut-on diriger ses rêves, maîtriser ses cauchemars ? Nos nuits n’ont pas livré tous leurs mystères…

Quel rôle jouent nos rêves sur notre mémoire et nos émotions ?
Quel rôle jouent nos rêves sur notre mémoire et nos émotions ? Crédits : eflon / Flickr
Jacqueline Carroy , historienne des sciences à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Lire la suite et voir la conférence ...

Fillon, Mélenchon, Le Pen… : la Mutualité décrypte les programmes santé

Cyrille Dupuis    01.12.2016

La santé sera-t-elle un sujet majeur, voire décisif, de la campagne présidentielle 2017 après avoir été quasi absente en 2007 et 2012 ?
En lançant ce jeudi un ambitieux site participatif PlacedelaSante.fr pour « décrypter les programmes » des candidats à l'Élysée en matière de protection sociale, la Mutualité française affiche en tout cas sa volonté de « donner des clés de compréhension »à l'heure où le débat se cristallise sur les propositions radicales de François Fillon.    
« La santé est au cœur des préoccupations de nos concitoyens mais c'est beaucoup moins le cas des personnes qui aspirent aux plus hautes fonctions de l'État », a déclaré Thierry Beaudet, président de la FNMF, lors du lancement de ce site à Paris, en présence de trois think tanks partenaires (Fondapol, Fondation Jean Jaurès et Terra Nova). « Ce n'est pas un comparateur et il ne s'agit pas de distribuer les bons et les mauvais points, notre démarche vise à nourrir les débats et à éclairer les choix », assure le président de la Mutualité, une façon d'écarter la critique d'un positionnement partisan.

Personnes vivant avec le VIH ou VHB/VHC : un quart des discriminations intervient dans le domaine médical

Coline Garré     01.12.2016


À l'occasion de la journée mondiale de ce 1er décembre, l'association AIDES dénonce dans son rapport « la Face cachée des discriminations », rédigé en collaboration avec le Défenseur des droits, la persistance des discriminations dont sont victimes les séropositifs : 23,6 % des personnes vivant avec le VIH et 27,3 % de celles atteintes d'une hépatite ayant subi des discriminations l'ont été dans un contexte médical. Ces données font du domaine médical le deuxième lieu de discrimination à l'égard des personnes atteintes de VIH, VHB ou VHC, derrière la sphère affective et sexuelle.

Les enfants exposés aux violences collectives


Les enfants exposés aux violences collectives

Les enfants exposés aux violences collectives ont été confrontés à des traumatismes individuels, familiaux et/ou groupaux qui fragilisent leur développement. La perte des enveloppes culturelles et/ou familiales peut alors générer la « crainte de l’effondrement » psychique de ces enfants en mettant à mal leur continuité d’existence.


Le troisième cycle des études médicales s'organisera en trois phases dès la rentrée 2017


Le troisième cycle des études médicales s'organisera désormais en trois phases. Un décret, publié ce 27 novembre au Journal officiel, détaille le nouveau dispositif. La veille, la ministre des Affaires sociales et de la Santé l'avait présenté aux internes. La possibilité d'une réorientation en troisième cycle est désormais ouverte.

Il était particulièrement attendu et engendrera des changements tangibles dès la rentrée universitaire 2017-2018. Le décret relatif à l'organisation du troisième cycle des études médicales a été publié ce 27 novembre au Journal officiel. C'est devant les étudiants de l'Intersyndicat national des internes (Isni) réunis en université de rentrée la veille, que la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a dévoilé les grandes lignes de cette réforme.

Amiens aura son pôle psychiatrique

  Par TÉRÉZINHA DIAS   01/12/2016



La clinique du Campus, maison de santé psychiatrique, ouvrira à l’été 2017 à proximité du centre hospitalier Pinel. L’unité de soins réservée aux seniors accueille déjà des patients.


La clinique du Campus ouvrira ses portes à l’été 2017 route d’Amiens, à proximité immédiate du centre hospitalier Pinel avec lequel des accords de coopérations médicales ont été validés. Une unité spécifique accueillera les adolescents et jeunes adultes.

La clinique du Campus ouvrira ses portes à l’été 2017 route d’Amiens, à proximité immédiate du centre hospitalier Pinel avec lequel des accords de coopérations médicales ont été validés. Une unité spécifique accueillera les adolescents et jeunes adultes.

Elle a vocation à devenir, à termes, la première clinique psychiatrique privée de la Somme. Mais le chemin a été long avant d’aboutir, ce lundi 1er décembre, à la pose de la première pierre. Celle de la future clinique du Campus, maison de santé spécialisée dans les troubles psychosomatiques et psychiatriques, à Dury. Fruit d’un partenariat entre la Polyclinique de Picardie, le groupe de santé Victor Pauchet et Clinipsy, réseau des cliniques indépendantes de psychiatrie, elle ouvrira ses portes à l’été 2017 route d’Amiens, à proximité immédiate du centre hospitalier Pinel avec lequel des accords de coopérations médicales ont été validés. Une complémentarité saluée par les directeurs des groupes Polyclinique et Pauchet, qui y voient l’occasion de créer un véritable pôle public/privé de santé psychiatrique à Amiens et de rééquilibrer l’offre de soins sur le territoire de l’ex-Picardie. « Nous avions identifié, avec l’Agence régionale de santé, les lacunes en termes de prise en charge dans le département. Il s’avère que les capacités n’étaient jusqu’à présent pas assez bien réparties, au profit de Clermont (Ndlr : centre hospitalier interdépartemental basé dans l’Oise). Il nous fallait rééquilibrer l’offre au profit d’Amiens afin de répondre le mieux possible aux attentes de la population », explique Stephan De Butler, PDG du groupe Pauchet.

LIBAN Les psychoses, la schizophrénie et la psychothérapie institutionnelle (suite)

LA PSYCHANALYSE, NI ANGE NI DÉMON
01/12/2016     
Un jeune homme schizophrène est hospitalisé dans notre service de psychiatrie à l'Hôpital Mont-Liban. Il venait de passer huit mois au lit. Il n'en sortait pas, ne parlait pas, ne demandait rien, il y mangeait à peine et il y faisait ses besoins. Sa mère faisait office de nourrice, d'infirmière, d'aide-soignante, etc.
Dans le service, il avait le même comportement. Les infirmiers et aides-soignants l'avaient « à la bonne ». Mais très vite, devant son extrême passivité, l'équipe s'essouffla. Il fallait le laver trois fois par jour tellement il puait. Il ne demandait rien, ce qui était le plus difficile pour l'équipe. Et comme on le sait par Lacan, « toute demande est une demande d'amour », l'équipe était convaincue que ce jeune ne les aimait pas.


Hôpital : les directeurs en grève portent le chapeau au pied du ministère

Anne Bayle-Iniguez   30.11.2016

Dir hopitaux

Les directeurs d'hôpitaux, directeurs des soins et directeurs des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux (D3S) manifestent ce mercredi à 14 h 30 sous les fenêtres de Marisol Touraine (Place Laroque, Paris 7e) pour réclamer l'unicité statutaire et l'alignement des carrières entre les différents corps, répondant à l'appel du SYNCASS-CFDT, de CH-FO et de l’UFMICT-CGT.
Sans être opposés sur le principe à la réforme des groupements hospitaliers de territoire (GHT), les directeurs s'agacent de devoir mettre en œuvre « dans des conditions peu favorables qui affectent le management et dégradent [leurs] conditions de travail » des « restructurations mal conçues et pour lesquelles [ils] porteront le chapeau ». Pour manifester leur mécontentement face au ministère qui oppose à leurs revendications « un déni qui devient méprisant », les directeurs ont l'intention de protester… chapeautés.

Est-on libre de disposer de son corps ?

29.11.2016

Conférences

Normatisation, hyper-moralisation, hygiénisme : ce que devient la société au nom de la santé publique et de la marchandisation, redimensionne la liberté individuelle et le libre arbitre. Pour le meilleur et pour le pire...

Est-on libre de disposer de son corps ?
Est-on libre de disposer de son corps ? Crédits : T.T. -Getty
Lire la suite et écouter la conférence ...

Où l’on cherche des jeunes psychiatres pour la recherche

28/11/2016


L’importance de la recherche pour renforcer notre compréhension des maladies et l’efficacité des thérapeutiques proposées n’est plus à démontrer  : selon un aphorisme célèbre, « le médecin gagne sa vie avec ce qu’il sait déjà, et le chercheur avec ce qu’il ignore encore. » Cela vaut aussi, bien sûr, pour les maladies mentales. Cependant, le nombre des jeunes chercheurs diminue, notamment en Amérique du Nord, et ce déclin de la recherche médicale « est encore plus significatif en psychiatrie » rappellent des psychiatres canadiens.
Les auteurs ont consacré une étude à ce sujet, à partir d’une enquête en ligne réalisée auprès de 853 résidents en psychiatrie exerçant au Canada. Premier constat, déjà révélateur : seuls 207 de ces jeunes professionnels (soit 24,3 %) ont accepté de répondre à l’enquête, ce qui peut laisser supposer que les résultats (peu reluisants sur la place concrète de la recherche en psychiatrie) sont affectés en plus d’un biais de sélection, dans la mesure où les sujets ayant participé effectivement à l’étude sont pourtant les plus motivés par la recherche, les autres (3/4 des jeunes psychiatres) étant vraisemblablement restés à l’écart de cette enquête.

Le CH de Troyes expérimente son système de géolocalisation en établissement



Le projet Gino, pour Geolocalisation indoor n'outdoor, du CH et de l'université de technologie de Troyes (Aube) est sur les rails. "Il s'agit du développement d'un système unique au monde qui permet de développer une géolocalisation basée sur le réseau wifi d'un établissement de santé ou médico-social (indoor) mais aussi sur le signal GPS (géopositionnement par satellite) pour la géolocalisation à l'extérieur des bâtiments", explique le CH dans un communiqué. Cette opération de développement est entièrement financée par la région Grand-Est qui octroie une dotation de 100 000 euros dans le cadre du plan Innov'Action.

Sevrage à la cocaïne : des résultats «extraordinaires» avec des enzymes génétiquement modifiées

Alain Dorra    29.11.2016


cristaux cocaine
Le problème posé par le sevrage de l’addiction à la cocaïne reste actuellement irrésolu. D'où l'existence de plusieurs axes de recherche actuellement en cours, détaillés par le Dr Laurent Karila (addictologie, hôpital Paul Brousse (Villejuif) lors du huitième congrès de psychiatrie française (Montpellier, 23 au 26 novembre).
Il a, à cette occasion, souligné l’intérêt d’une nouvelle méthode de sevrage de la cocaïne utilisant des enzymes génétiquement modifiées, qualifiant cette nouvelle approche « d’extraordinaire ». Plusieurs équipes chinoises qui travaillent sur ce sujet ont en effet mis au point des enzymes qui métabolisent la cocaïne en pouvant transformer activement celle-ci en métabolites inactifs dans le plasma. La cocaïne n’a alors plus aucun effet, ni craving ni euphorie, ce qui implique une plus grande facilité de sevrage.

Les infirmiers ont leur propre code de déontologie

27.11.2016
Pour l'Ordre des infirmiers, c'est surement un vrai motif de satisfaction. Alors qu'il y a peu de temps encore, cette récente instance jouait sa survie, elle vient de voir aboutir son travail sur le code de déontologie de la profession. Le décret créant le premier code de déontologie des infirmiers est en effet paru dimanche au JO. Ce code de déontologie qui comprend l'ensemble des droits et devoirs des infirmiers se substitue aux règles professionnelles qui figuraient dans le code de la santé publique et qui n'avaient pas été modifiées depuis 1993.

Inauguration d'une clinique qui propose une nouvelle approche de la psychiatrie intégrative, rééducative et positive

Accueil
A la découverte de la Clinique du Dauphiné - (Ex Le Coteau) à Seyssins (38) qui dispose d'une unité de gérontopsychiatrie 


Longtemps stigmatisée par la Société, la psychiatrie est aujourd'hui en pleine mutation.
Le 17 novembre prochain, la Clinique du Dauphiné (ex-Clinique Le Coteau), inaugurera son nouvel établissement, 6 000 m2 flambants neufs à Seyssins (38), au sein d'un parc de plus de 2 hectares. C'est une véritable mue que réalise la Clinique, à la fois sur le plan de l'évolution de son offre de soins et de la mise en œuvre d'un projet innovant.