La psychiatrie française en revue, etc.

Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 19 octobre 2019

Ce qui ne s’apprend pas






Paris, le samedi 19 octobre 2019 – Les études de médecine sont longues et denses. Les heures passées sur les bancs de la faculté s’additionnent et constituent un solide socle de connaissances. Pourtant, régulièrement, les impasses de ce long programme sont évoquées. Des éléments majeurs de la pratique quotidienne des médecins, généralistes comme spécialistes, sont comme passés sous silence, réduits à la portion congrue. Il est vrai, qu’en dépit de la volonté d’ancrer la formation des médecins dans une dimension plus éthique et pratique, certaines choses s’apprennent difficilement. Les mille enjeux de la relation médecin-malade, l’écoute, le soulagement des souffrances infligées par l’existence et la maladie (au-delà des soins médicamenteux) peuvent difficilement s’inscrire dans un cadre pédagogique formel, même si certaines techniques peuvent s’enseigner, certains fondamentaux peuvent être rappelés.

Que dire ?

Dans un post publié en septembre, l’interne en médecine auteur du blog Litthérapeute évoque comment lors de son stage en cabinet de médecine générale, il était allé à la rencontre de l’épouse d’un patient de ce praticien, qui venait à 90 ans de perdre son mari. « Que voulez-vous dire à une femme de 90 ans, du haut de vos 60, 40 ou même 20 ans, sur ce que c’est de perdre un être avec lequel vous avez traversé presque 70 ans de vie commune ? Que voulez-vous apaiser, moins de 48h après la mort de la personne auprès de laquelle vous avez cheminé la majeure partie de votre existence ? » s’interroge-t-il signalant bien par ces questionnements l’extrême difficulté d’accompagner le deuil ; une complexité à laquelle des cours théoriques ne pourraient que difficilement répondre.

Poétique de la médecine




Paris, le samedi 19 octobre 2019 – L’écoute du patient est à la médecine ce que l’herméneutique est à la poésie. Décrypter derrière les mots et les formulations les sens dissimulés. Comprendre l’importance des respirations et des silences. Résister à l’éphémère de la parole, en recueillant avant sa disparition, les essentiels.

Havre d’écoute

C’est ce que nous suggère l’ouvrage du docteur Robert Haïat, A cœur ouvert, publié aux éditions Frison Roche. Dès son titre, le cardiologue suggère combien son livre est un décryptage des symboliques qui émaillent les discours des patients, un constant aller-retour entre le caractère concret du soin et de la médecine et une ouverture d’esprit humaine indispensable pour comprendre le patient. A cœur ouvert est le prolongement de son précédent recueil au titre déjà évocateur Mots patients, mots passants. Il s’agit de la même manière comme l’explique l’auteur dans son introduction de la « retranscription fidèle et minutieuse de propos entendus en consultation ; cette consultation médicale qui reste un havre d’écoute, de réconfort et de soutien pour ceux qui viennent y exposer leurs maux à cœur ouvert, avec leurs paroles mais aussi leurs silences qu’il faut décoder pour mettre en lumière ce qu’ils peuvent ou ne savent pas exprimer ». Ainsi, déjà, le recueil de la parole traduit l’intérêt suscité par les mots prononcés, signale leur importance, en dépit de leur apparence souvent anodine. Parallèlement à cet inventaire délicat, Robert Haïat propose également un classement évocateur et ponctuellement quelques pensées inspirées par les confidences et remarques recueillies.

Quand les malades se mettent au e-learning




Paris, le vendredi 18 octobre 2019 – L’éducation thérapeutique (ETP) s’est beaucoup développée ces dernières années. Elle doit permettre aux patients atteints de maladies chroniques de s’impliquer davantage dans le traitement de leur maladie. Cependant, comme l’observaient récemment dans une tribune publiée par Le Figaro, le docteur Maxime Touzot et Yves Sutter secrétaire général de l’association de patients France Rein Paris Ile de France, l’accès aux   ateliers d’ETP « hors réseaux de santé, reste encore rare et inégal ». Dans ce contexte, les informations glanées sur internet sont des compléments d’inégale qualité.

Approfondir

L’insuffisance rénale chronique compte parmi les pathologies face auxquelles l’ETP apparaît essentielle, en raison de la complexité des données transmises aux patients, de la rapidité des échanges avec les médecins, et de la difficulté pour les malades de s’approprier l’ensemble des informations. Lors d’une récente présentation du programme d’e-learning mis en place par le Réseau de néphrologie d’Ile de France (Renif), le docteur Maxime Touzot a rappelé que fréquemment les patients éprouvent des difficultés à se familiariser avec certains termes, tel "débit de filtration glomérulaire". S’agissant d’une pathologie qui peut demeurer longtemps silencieuse et qui lorsqu’elle se déclare atteint souvent déjà un stade critique, les messages peuvent être d’autant plus difficiles à faire passer. Dès lors, le praticien estime que le programme d’e-learning développé par le Rénif, sous sa coordination médicale, offre aux patients la « possibilité d’approfondir » les informations transmises « et/ou de préparer leurs consultations. Les patients vont pouvoir se familiariser avec les termes et les traitements ».

« Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre » : une forêt précieuse et fragile

Arte diffuse un documentaire pédagogique et drôle sur les pouvoirs de notre « deuxième cerveau ».
Par   Publié le 19 octobre 2019
Extrait de « Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre », réalisé par Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade.
Extrait de « Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre », réalisé par Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade. YUZU PRODUCTIONS / ARTE
arte – 19 octobre – 22 h 20 – documentaire
Dans son nom originel, « flore intestinale », il y avait déjà tout un monde évoqué en creux : celui d’une forêt primaire, riche et délicate, aux propriétés aussi puissantes que mystérieuses. Depuis la parution du Charme discret de l’intestin (éd. Actes Sud, 2017), ouvrage de vulgarisation médicale écrit avec pédagogie et humour par une toute jeune gastro-entérologue allemande encore inconnue, le microbiote est devenu furieusement tendance.
Giulia Enders venait montrer au grand public le fonctionnement, incroyablement sophistiqué, de ce « deuxième cerveau », qui abrite en son sein plus de bactéries que notre corps compte de cellules. Et, tout à coup, parler caca, pets et constipation n’était plus tabou. Car il faut savoir qu’il n’y a pas d’alternative : pour étudier le microbiote, il faut s’intéresser à nos déchets.

PALÉOANTHROPOLOGIE DEPUIS L'AN 2000, L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ REMANIÉE

De la découverte du plus vieil hominidé connu à ce jour, Toumaï, à celle de la part d’ADN néandertalienne en nous, la compréhension de nos origines a été bouleversée depuis le début du siècle. A tel point que l’histoire évolutive de l’humanité ne ressemble plus du tout à celle que l’on enseignait il y a encore quelques années. Etude après étude, le nombre d’espèces fossiles de vieux hommes identifiées s’est ainsi multiplié, la naissance de notre lignée a elle été repoussée et les hypothèses sur ce qui nous distingue de nos ancêtres reconsidérées. Vingt ans de revirements scientifiques que voici compilés.

Résultat de recherche d'images pour "PALÉOANTHROPOLOGIE DEPUIS L'AN 2000, L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ REMANIÉE"

LES DÉCOUVERTES

Filtré sur : 

2001

FÉVRIER 2001

Orrorrin détrône Lucy comme plus vieux représentant de la lignée humaine
Orrorin devient une vedette dès sa découverte, en 2001, sur les collines Tugen au Kenya : il vole à Lucy le titre de plus vieil hominidé connu avec ses 5,9 millions d'années. Orrorin tugenensis, premier représentant d'un nouveau genre de primates, est aussi à ce moment-là le plus vieux bipède de la lignée, tout en restant à l'aise pour grimper aux arbres. Il a été détrôné par Toumaï, un an plus tard. En savoir plus

MARS 2001

Un hominine kenyan d'un nouveau genre
Un crâne et quelques molaires trouvés en 1998 près de la rivière Lomekwi, au Kenya : voilà ce qui permet à Meave Leakey­ et son équipe du Musée national du Kenya, d'annoncer en fanfare une espèce d'hominine d'un nouveau genre, à savoir le Kenyanthropus platyops. Ni australopithèque ni paranthrope, ce très lointain parent à face plate a vécu, selon la scientifique, il y a entre 3,5 et 3,7 millions d'années, ce qui en fait donc un contemporain de Lucy. En revanche, il avait une plus petite cervelle que cet australopithèque et de toutes petites dents ce qui, d'un point de vue alimentaire, ne les mettaient sûrement pas en concurrence. En savoir plus

2002

JANVIER 2002

Des formes d'art il y a 77 000 ans
Dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud, fouillée dans les années 90, des morceaux d'ocre rouge sont hachurés, avec un dessin régulier sur différents fragments mais présentant des variantes. «Ils témoignent de la présence d'une pensée symbolique. Au point de vue des capacités cognitives, c'est l'équivalent de la grotte Chauvet», estime le chercheur Franscesco d'Errico. En savoir plus

«Rexister» : psychiatrie et ébullition du monde de la santé

Le monde de la santé est en ébullition, la psychiatre toujours en feu et ses pompiers pyromanes sont aux commandes. La lutte à venir est nécessaire, décisive pour « réxister ». Rendez-vous le 14 novembre pour la mobilisation nationale de la santé et pour l’AG du printemps de la Psychiatrie fin novembre.
L’ébullition du monde de la santé est en cours, l’embrasement de la psychiatrie continue au Rouvray, à Toulouse, à Moisselles et ailleurs. Une constellation d’organisations prépare une mobilisation d’ampleur le jeudi 14 novembre 2019 avec un rassemblement à Paris et des événements en région pour celles et ceux qui ne pourront pas venir ou qui souhaiteront faire des événements locaux.
Ce front large constitué du collectif inter-hôpitaux, d’une intersyndicale large de la santé (syndicats de personnels et de médecins de toutes les spécialités confondues : Action Praticiens Hospitaliers, SNPHARE, CGT, CFDT, UNSA, SUD), de la Coordination Nationale de défense des maternité et hôpitaux de proximité, du Printemps de la Psychiatrie et du Collectif inter-urgences est en accord sur la plateforme revendicative pour soutenir le service public de santé dans son sens large à rebours de la politique de destruction de Macron, de la ministre de la santé Buzyn et de ses sbires. Il est demandé plus d’effectifs, l’arrêt des fermetures de lits et de services et la réouverture d’un certain nombre d’entre eux ainsi qu’une revalorisation salariale pour les personnels sous-payés, épuisés, maltraités par ces politiques de rationnement.
Une action médiatique est prévue le 29 octobre quand le plan de destruction de la santé publique, nommé chaque année Projet de loi de Financement de la sécurité sociale (PLFSS), fera la navette entre l’Assemblée Nationale et le Sénat. Un appel large est diffusé pour organiser des rassemblements locaux dans les établissements et / ou dans la cité, avec la population. Il faut interpeler les députés qui vont voter la loi afin qu’ils précisent publiquement leurs engagements concernant la santé publique qui se résume à cette simple question : pour ou contre la destruction du système de santé ? Tous les parlementaires qui voteront pour le PLFSS seront responsables et coupables de cette destruction.

ROGER GENTIS : SYMPOSIUM DE PSYCHIATRIE, février 1998

  • 17 OCT. 2019
  •  
  • PAR 
  •  
  • ÉDITION : CONTES DE LA FOLIE ORDINAIRE

  • Ce texte m’a été envoyé par Roger Gentis en 1998 afin que je l’inclue à un livre dont je lui avais envoyé la première version, "Le Carrefour des Impasses", sur mon vécu d'infirmière de secteur psychiatrique. Il y relate son parcours en psychiatrie, fait un bilan de l'évolution de celle-ci et s'interroge sur son devenir.
   Je remercie le Professeur Werner de m'avoir choisi pour venir présenter ce rapport à votre symposium. Je pense qu'il l'a fait en connaissance de cause: j'ai participé pendant près d'un demi-siècle à la difficile transformation de la psychiatrie française, ce qui ne peut manquer d'émailler ce rapport de souvenirs personnels et de l'entacher d'une certaine partialité. Vous voudrez bien en tenir compte. Par ailleurs, j'ai cessé d'exercer il y a maintenant neuf ans dans la psychiatrie publique, mais j'occupe ma retraite avec de multiples actions de formation et surtout, dans le midi de la France, avec de nombreuses supervisions et régulations d'équipe, tant dans le secteur socio-éducatif que dans le secteur médico-social; je participe tous les ans à plusieurs rencontres et colloques - bref, je reste en contact assidu avec la psychiatrie en train de se faire, et c'est ce qui m'autorise à prendre la parole devant vous.
            A moins d'y passer des heures, je ne saurais évidemment pas plus que quiconque dresser un tableau exhaustif de la psychiatrie française en cette année 1998. Comme sans doute dans la plupart des pays dits occidentaux, la situation est en France extrêmement complexe, conflictuelle et mouvante. Vous connaissez aussi bien que moi les multiples options idéologiques qui se disputent actuellement le champ de la santé mentale - la France n'est nullement en retard à cet égard et on y trouve comme ailleurs à portée de main comportementalisme, cognitivisme, thérapies systémiques, psychiatrie biologique, psychanalyse freudienne ou jungienne, art-thérapie, sophrologie, analyse transactionnelle, thérapies gestaltistes, etc. Comme ailleurs sans doute, ces différentes tendances s'affrontent ou s'associent - plusieurs d'entre elles coexistent le plus souvent dans une même pratique, de façon plus ou moins éclectique, sans que cette coexistence ait été toujours bien pensée, bien articulée, ce qui est assez étonnant dans un pays où la spéculation théorique précède souvent d'assez loin les réalisations pratiques.
            On ne peut par ailleurs dissocier ce malaise de la psychiatrie de la conjoncture politique et économique dans laquelle il se développe. Dans le contexte actuel d'inflation du coût de la santé et des tentatives de maîtrise que cela induit chez les gestionnaires, la psychiatrie se trouve dans une position très inconfortable, car on lui demande de limiter ses dépenses, et pour cela d'évaluer son activité en vue de la rationaliser, de rendre des comptes - ce qui en soi est tout à fait normal et compréhensible: la difficulté dans le cas de la psychiatrie, c'est qu'il est difficile de fonder ces calculs sur des paramètres véritablement pertinents, comme c'est plus aisément le cas en médecine somatique. Il y a là une aporie méthodologique bien connue, même si l'on s'obstine à la méconnaître: lorsqu'il s'agit de prendre en compte le sujet humain, toute tentative de quantification l'objective immanquablement, et l'on n'a plus affaire qu'à un pseudo-sujet, un sujet en trompe l'œil. Alors on s'évertue à établir des grilles de calcul aussi ingénieuses qu'arbitraires, dont le résultat le plus clair est de fournir des statistiques inutilisables, ou que du moins on devrait considérer comme telles - car à la base on ne peut mettre des chiffres sur la pratique sans distordre gravement la réalité de celle-ci.
            Plus grave encore, il y a là l'amorce d'un cycle éminemment pervers, car les réticences et les tricheries des travailleurs de base suscitent la défiance des instances de contrôle et la mise en place d'un appareil hiérarchique de plus en plus bureaucratique et policier, de plus en plus désinséré de la pratique réelle des gens de terrain. Ces bureaucrates, qui étaient parfois de bons soignants tant qu'on ne les avait pas aliénés à cette tâche impossible, s'accrochent alors faute de mieux à ce qui fait illusion de leur pouvoir, ils deviennent des fétichistes de l'ordinateur et ne voient plus l'exercice du métier de soignant qu'à travers les quatorze pouces de leur écran. Il me semble qu'il y a là, c'est pourquoi j'insiste un peu, un des ingrédients essentiels du malaise actuel de la psychiatrie, en France - difficulté qu'on peut ramener, en fin de compte, à un problème de méthodologie, qui est en même temps un problème d'éthique: on veut faire entrer la psychiatrie dans une quantification dont la validité, si toutefois elle est établie, a été testée hors de son champ, et qui constitue pour elle un véritable lit de Procuste.  En un mot, on ne semble pas s'être soucié de la spécificité de la psychiatrie et c'est sans doute par là qu'il aurait fallu commencer…
            Nous touchons là, bien sûr, un autre aspect important de la question: la place de la psychiatrie parmi les disciplines médicales. 

Pierre-Michel Llorca, psychiatre : “la société a du mal à assumer la problématique des pathologies psychiatriques”

Résultat de recherche d'images pour "france 3 rhones alpes logo"
Par FG  Publié le 18/10/2019 
Pierre-Michel Llorca est le co-auteur du livre "Psychiatrie : l'état d'urgence" / © Fabien Gandilhon - France 3 AuvergnePierre-Michel Llorca est le co-auteur du livre "Psychiatrie : l'état d'urgence" / © Fabien Gandilhon - France 3 Auvergne

Professeur de psychiatrie, chef de service au CHU de Clermont-Ferrand et directeur des soins de la Fondation FondaMental, Pierre-Michel Llorca était l'invité de l'interview du jeudi le 17 octobre. Il nous décrit une psychiatrie en difficulté et une société qui a du mal à assumer ces pathologies.


rofesseur de psychiatrie, chef de service au CHU de Clermont-Ferrand et directeur des soins de la Fondation FondaMental, Pierre-Michel Llorca était l'invité de l'interview du jeudi le 17 octobre. Auteur avec Marion Leboyer de l'ouvrage Psychiatrie : l'état d'urgence, il nous décrit une psychiatrie en difficulté et une société qui a du mal à assumer ces pathologies.

- Qu'est ce qui ne fonctionne pas ou plus dans la psychiatrie en France ?

La psychiatrie, c'est vraiment comme les hôpitaux mais avec des spécificités. C'est un système qui a montré tout son intérêt pendant de nombreuses années mais qui craque un peu de toutes parts pour de multiples raisons : des aspects de financement, des aspects d'organisation et de répartition ... Et puis en ce qui concerne la psychiatrie, c'est assorti de la difficulté pour la société d'assumer la problématique des pathologies psychiatriques qui sont souvent très stigmatisées et pas suffisamment prises en compte. 



Autisme : nouveaux regards sur la norme

L'INVITÉ(E) DES MATINS par Guillaume Erner
18/10/2019
37 MIN

Et si l’autisme, plutôt qu’une condition prédestinant à la déchéance, était une valeur d’avenir ? Diagnostiqué autiste à l'âge de 3 ans, Hugo Horiot est aujourd'hui auteur et comédien. Il déplore une "pathologisation de la différence" qui demeure très présente.
Extrait du film "Hors normes" d'Éric Toledano et Olivier Nakache , avec Vincent Cassel et Reda Kateb. Auteur : Carole Bethuel
Extrait du film "Hors normes" d'Éric Toledano et Olivier Nakache , avec Vincent Cassel et Reda Kateb. Auteur : Carole Bethuel
« Enfant illuminée » ou encore « automate » au « visage terriblement angoissant », la militante écologiste Greta Thunberg est fréquent la cible d’attaques sur ses positions politiques, son jeune âge, mais également sur son trouble du spectre autistique. Devenue une véritable icône du climat, elle serait selon ses détracteurs à la fois incapable d’éprouver des émotions, de penser par elle-même, ou au contraire serait trop sensible pour être crédible. A l’heure où la société se questionne de plus en plus sur l’inclusivité, ces attaques attestent d’une méconnaissance toujours actuelle de ce trouble du neurodéveloppement et témoignent de la stigmatisation des différences cognitives.

Cynthia Fleury, philosophe clinicienne

LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE par Adèle Van Reeth et Géraldine Mosna-Savoye
18/10/2019 58 MIN

Portrait de la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury, autrice d’une thèse sur l’imagination, et qui a trouvé la sienne non pas dans la littérature, mais dans la création des concepts. Chaque jour, la discipline de l’écriture construit une œuvre, au sens d’artisanat, et tisse son lien à l'autre.
Cynthia Fleury
Cynthia Fleury Crédits : LIONEL BONAVENTURE - AFP
Une émission présentée par Géraldine Mosna-Savoye
Les Chemins de la philosophie du vendredi vous emmènent chaque semaine à la rencontre de ceux qui ont fait de la philosophie leur métier.   
La philosophie est-elle une vocation ? Comment viennent les  idées ? Comment se fabrique un concept ? À quoi ressemble l'atelier du  philosophe ? Et quel rôle le philosophe doit-il jouer dans la cité ?

L'invitée du jour :

Cynthia Fleury, philosophe, psychanalyste, professeure titulaire de la Chaire "Humanités et Santé" au Conservatoire National des Arts et Métiers, dirige la Chaire de philosophie au GHT Psychiatrie et Neurosciences de Paris



Le mythe mortifère de la virilité

CONFÉRENCES   ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

17/10/2019

Pour asseoir sa domination sur le sexe féminin, l’homme a théorisé sa supériorité en construisant le mythe de la virilité. Un discours fondateur qui n’a pas seulement postulé l’infériorité essentielle de la femme, mais aussi celle de l’autre homme : l’étranger, le "sous-homme", le "pédéraste"...
Le mythe de la virilité
Le mythe de la virilité  Crédits : Marina Stepanova / EyeEm - Getty
Historiquement, ce mythe a ainsi légitimé la minoration de la femme et l’oppression de l’homme par l’homme. Depuis un siècle, ce modèle de la toute-puissance guerrière, politique et sexuelle est en pleine déconstruction, au point que certains esprits  nostalgiques déplorent une "crise de la virilité". Les masculinistes accusent le féminisme d’avoir privé l’homme de sa souveraineté naturelle. Que leur répondre ?

L’amour est-il un objet scientifique ?

LA GRANDE TABLE IDÉES par Olivia Gesbert
18/10/2019
33 MIN

L'amour, un objet mystérieux que non seulement l'art, mais aussi la science, tentent d’éclairer. On en parle avec le philosophe Francis Wolff et Astrid Aron, co-commissaire de l'exposition "De l’amour" au Palais de la découverte (9 octobre 2019 - 30 août 2020).
Coeur et stethoscope
Coeur et stethoscope Crédits : Towfiqu Photography - Getty
Y a-t-il sentiment plus mystérieux que l'amour ? Peut-on mettre des mots sur ce phénomène obscur pour celui qui le subit et dont on dit qu'il rend aveugle? En même temps, n'y a-t-il pas plus universel ? Il y a longtemps que la littérature et les arts s'essayent à cerner l'amour. Mais, et c'est moins connu, les sciences se sont aussi penchées sur le sujet.
C'est tout le propos de l'exposition "De l'amour", présentée au Palais de la Découverte jusqu'au 30 août. Une première pour un musée de sciences. L'enjeu est ici d'explorer différentes facettes du sentiment amoureux par le prisme de diverses disciplines, des neurosciences à la sexologie en passant par la chimie ou la sociologie. 
Les sciences "dures" sont donc prééminentes dans cette exposition conçue par Universcience, un organisme qui regroupe le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de l'industrie et qui a notamment pour ambition de faire aimer les sciences d'aujourd'hui à un large public.
A travers les statistiques, on voit que les sites de rencontres ne sont pas le moyen principal de se rencontrer. Ce qui change, c'est que ces rencontres se font désormais à l'abri des regards, mais que les codes demeurent, notamment à travers l'écrit. On s'écrit toujours beaucoup de mots d'amour aujourd'hui.          
(Astrid Aron)

Sandra Laugier : «Les séries sont des outils d’éducation, de pensée et de combat politique»

Par Guillaume Launay et Anastasia Vécrin — 
Sandra Laugier : «Les séries sont des outils d’éducation, de pensée et de combat politique»
Sandra Laugier : «Les séries sont des outils d’éducation, de pensée et de combat politique» Dessin Simon Bailly

Dans son livre «Nos Vies en série», la philosophe explore les innombrables expériences philosophiques que suscitent ces œuvres de fiction. Elle souligne le lien d’attachement qui nous unit aux personnages et qui dessine une nouvelle sociabilité.

Bonne nouvelle : le temps considérable passé devant les séries ne fera pas de nous des légumes. Depuis le début du XXIe siècle, elles ont envahi nos existences et changé notre rapport à la culture - jusqu’à dépasser le simple divertissement ? Fan absolu du genre, la philosophe Sandra Laugier y voit de véritables œuvres de pensée. Dans Nos Vies en séries (Flammarion), qui réunit ses chroniques écrites depuis 2009 dans Libération et d’autres textes exclusifs, elle examine ce vaste répertoire de situations, d’expériences et de formes de vie que proposent Buffy contre les vampires, Game of Thrones ou encore Six Feet Under.