La psychiatrie française en revue, etc.

Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 21 juin 2017

Centre hospitalier de Novillars : "Une situation intenable pour les agents"

18 juin 2017 

Centre hospitalier de Novillars ©GoogleMaps


Les représentants des personnels du Centre hospitalier de Novillars appellent à la grève vendredi 23 juin 2017, date à laquelle se tiendra le conseil de surveillance, afin d'interpeller élus, représentants des familles et représentants de l'Agence régionale de santé sur "la mise en marche de la destruction organisée de la Psychiatrie"


Après la fermeture de neuf lits en psychiatrie

19/06/2017




Après la fermeture de neuf lits en psychiatrie
Les Sanflorains soutiennent le mouvement. © Agence SAINT FLOUR


Pas de manifestation, comme la semaine précédente, ce samedi. Mais le personnel hospitalier n'en était pas moins mobilisé.

Une forte délégation arpentait le marché, pour faire signer la pétition en faveur du maintien de neuf lits au service psychiatrie, et alerter, via des tracts, sur la situation du centre hospitalier sanflorain.

Schizophrénie : tous les milieux touchés

20/06/2017

Un mercredi par mois au service psychiatrie de l'hôpital de Vendôme, des aidants participent à un groupe de paroles tenu par l'Unafam. Des familles qui ne comptent pas l'énergie dont ils ont besoin pour faire face. 
Il y a par exemple Michèle (*), 58 ans, habitante du Vendômois, ancienne chef d'entreprise. « J'ai une fille – qui va très bien – et un fils de 26 ans qui a été diagnostiqué schizophrène à 22 ans. Petit à petit, il n'a plus été raccord avec la réalité. Ce sont ses copains qui s'en sont rendus compte. Il était comme dans un film de science-fiction. Il a fallu l'hospitaliser sous la contrainte… Et ça C'est une expérience de vie ! Il faut qu'un médecin généraliste soit présent dans ces cas-là. Certains refusent de venir quand ils savent pour quelle pathologie ils sont appelés. La peur sans doute Alors que les schizophrènes sont souvent plus dangereux pour eux-mêmes que pour les autres. J'étais séparée au moment du diagnostic. Mais ma famille a fait bloc autour de moi et mon fils.

Lire la suite ...

Pourquoi faire consulter un psychologue à un enfant qui a mal ?


F. REITER,
Psychologue, centre  douleur et  migraine de l’enfant et de l’adolescent,
hôpital A. Trousseau, AP-HP, Paris
Après une première évaluation médicale, voire multidisciplinaire des douleurs chroniques, quels enfants adresser au psychologue et dans quel contexte ? Florence Reiter précise ces conditions, ainsi que les méthodes mises en œuvre et leurs possibles résultats. Avec le cas d’Élisa, elle met en perspective ces données théoriques.
Le centre douleur et mi graine de l’hôpital Trousseau (Paris) reçoit des enfants et adolescents ayant des douleurs ou des céphalées chroniques. Dans un premier temps, le patient est vu en consultation médicale ou consultation multidisciplinaire médecin-psychologue* pour une évaluation de la douleur approfondie et multidimensionnelle. Les composantes sensorielles et émotionnelles de la douleur chronique sont détaillées. Cette évaluation est faite sur une ou plusieurs consultations en s’intéressant aux données médicales apportées par le patient et ses parents. Lors de ces consultations, l’enfant, lui-même, est invité à partager ce qu’il vit, ce qu’il perçoit de la situation et ce qu’il en a repéré. Les parents sont également amenés à raconter l’histoire de leur enfant et, si nécessaire, à compléter le contexte de survenue des douleurs, les facteurs déclenchants ou aggravants. Sont également évalués les retentissements sur le quotidien de l’enfant (sommeil, appétit, fatigue, humeur, limitation des loisirs, scolarité, etc.), les relations sociales, sur la vie familiale, etc.

L’orientation vers le « psy »

« J’ai mal » pour « Je suis mal », quand le corps s’exprime

Il apparaît souvent des éléments qui aident à « la compréhension globale de la situation et aux propositions thérapeutiques ». Cette évaluation globale permet souvent de faire apparaître des éléments nouveaux, des difficultés et souffrances intriquées et/ou anciennes. Ces consultations bio-psychosociales permettent au patient et ses parents de percevoir l’intrication des facteurs psychologiques et somatiques. Lorsque la composante psychologique paraît importante, il est proposé au patient de rencontrer un psychologue ou un pédopsychiatre**, afin d’évoquer plus spécifiquement les retentissements déjà évoqués et de proposer un suivi adapté.

Adultes autistes : lancement d'une consultation publique pour élaborer des recommandations de bonnes pratiques

Coline Garré
| 20.06.2017


























































































                                 Organismes, institutions, associations, sociétés savantes, syndicats, agences sanitaires… Toutes les structures impliquées dans le suivi et l'accompagnement des adultes ayant un trouble du spectre autistique (TSA) sont invitées à donner leur avis sur une version préliminaire des recommandations de bonnes pratiques, en cours d'élaboration par la Haute autorité de santé (HAS) et l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM).
Les avis sont recueillis jusqu'au 31 juillet ; tous seront publiés et devraient servir à enrichir ces recommandations qui s'inscrivent dans le cadre du troisième Plan Autisme 2013-2017, assurent les deux institutions. L'objectif de ces bonnes pratiques : « améliorer la qualité des interventions tant sanitaires que médico-sociales auprès des adultes avec TSA, et ainsi répondre aux besoins en termes d'inclusion sociale et de qualité de vie », écrivent l'ANESM et la HAS.
La prise en charge des adultes autistes est en France à la peine. Et le 3e plan n'y a rien fait, a déploré l'Inspection générale des affaires sociales dans son bilan paru en mai dernier, pointant le retard dans la création de places dans les établissements, l'absence d'une politique d'insertion professionnelle et de logement, la méconnaissance des besoins, et des ruptures dans les parcours de soins.
De l'adolescence au vieillissement
La version soumise à consultation publique, d'une cinquantaine de pages, aborde de multiples thèmes, à commencer par l'épidémiologie (est notamment recommandé le lancement d'une étude épidémiologique sur la prévalence et les besoins de cette population), puis le passage de l'adolescence à l'âge adulte, jusqu'au vieillissement. Plusieurs pages sont consacrées au parcours de santé (soins somatiques, psychiatriques, préventifs et curatifs) et à la prévention et la gestion des comportements-problèmes.

Santé au travail, risques psychosociaux : un quart des entreprises ne font (presque) rien

Anne Bayle-Iniguez
| 19.06.2017























































Plus de huit entreprises sur dix recensent les risques professionnels pesant sur leurs salariés, mais un quart d'entre elles en restent là et n'ont pas mis en place de plan d'action pour prévenir et réduire ces risques, indique un baromètre présenté ce lundi.
84 % des entreprises interrogées affirment avoir réalisé le document unique d'évaluation des risques professionnels, qui oblige l'employeur à identifier, analyser et classer les risques pour la santé physique et mentale des salariés en vue de définir des actions de prévention les plus appropriées. Pour autant, un quart des entreprises ne vont pas au bout de leur démarche.

La psychothérapie mise de coté ?

BELGIQUE    20/06/17

Le mercredi 14 juin a été publiée la liste des membres du conseil fédéral des professions de soins de santé. Les psychothérapeutes notent l’absence de représentation de leur profession.
Depuis la loi relative à l’exercice de la psychothérapie et la décision de Maggie de Block de ne plus considérer la psychothérapie comme une profession à part entière, les professionnels mènent un combat via différentes actions en justice. L’annonce du conseil fédéral des professions de soins de santé sans représentants pour la psychothérapie assène un nouveau coup aux professionnels. Pourtant, ils ne baissent pas les bras . L’ASBL Alter-Psy le rappelle dans son communiqué : la constitution de ce Conseil fédéral fait partie de la législation contre laquelle plusieurs recours ont été déposés auprès de la Cour Constitutionnelle et auprès du Conseil d’Etat. Le combat des psychothérapeutes est donc bien loin d’être terminé.

mardi 20 juin 2017

Agir contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés




JOURNÉE NATIONALE CONTRE LA MALTRAITANCE DES PERSONNES ÂGÉES

COLLOQUE NATIONAL DU 3977


A la veille de la journée mondiale contre la maltraitance des personnes âgées, la Fédération 3977 contre la Maltraitance a organisé, mercredi 14 juin, son Colloque National.


La Collection de l’Art Brut expose les fleurs infinies d'Anna Zemánková

SUISSE          20-06-17

Anna Zemánková, sans titre, entre 1960 et 1986, stylo à bille rouge et noir sur papier fin.
Anna Zemánková, sans titre, entre 1960 et 1986, stylo à bille 
rouge et noir sur papier fin. 
[Amélie Blanc - Collection de l’Art Brut, Lausanne]

À Lausanne, la Collection de l’Art Brut consacre son exposition estivale à l’artiste tchèque Anna Zemánková, mère de famille tout à fait intégrée qui crée avec une grande liberté expressive et technique.
Mariée à un officier en 1933, Anna Zemánková abandonne son métier dʹassistante dentaire en 1936 à la naissance de leur deuxième enfant. En 1948, la famille sʹinstalle à Prague. Au cours des années 1950, cette mère de famille assez agitée et malade de diabète se fera amputer des deux jambes.
À passé cinquante ans, elle se met alors à peindre, à dessiner, à coller des représentations de figures organiques, animaux, plantes, minéraux, grappes de fruits hybrides, corps recomposés, extraterrestres.


Infirmier(e)s et aide-soignante, ils rentrent à l'Assemblée nationale !

 par Bernadette Fabregas.

Ils sont soignants ou liés de très près au secteur de la santé - infirmier, aide-soignant, médecin généraliste ou spécialisé, chirurgien-dentiste, pharmacien, kinésithérapeute, sage-femme, professeur agrégé… - Ils sont aujourd'hui, après ce deuxième tour des élections législatives, députés élus. Ils siègeront donc à l'Assemblée nationale et, de tout bords confondus, feront entendre leurs voix. Nous leur souhaitons que les cinq ans de débats à venir soient constructifs et porteurs de belles réalisations pour le secteur de la santé dont ils sont les dignes représentants. Et que la France grandisse également grâce à la richesse de leurs parcours. Zoom sur les infirmiers élus.


Aux sources du Coran

Avec humour, Rachid Benzine et Ismaël Saidi conversent et décryptent le texte sacré des musulmans.

LE MONDE  | Par 

Le livre

« Finalement, il y a quoi dans le Coran? », de Rachid Benzine et Ismaël Saidi. Ed. La Boîte à Pandore, 149 pages, 14,90 euros.

C’est un petit livre qui, sans doute, va dérouter. Par le ton qu’il adopte, empreint d’un humour inhabituel dans ce genre d’entreprise. Par le couple inédit que forment ses auteurs, l’un, « Belge, musulman de culture judéo-chrétienne », qui rêve de faire naître un « islam d’Europe » et s’alarme que dans sa ville, Bruxelles, de nombreuses mosquées, protégées par une liberté de culte qui les met à l’abri des regards, diffusent un message vide, intellectuellement pauvre, décalé par rapport aux exigences d’une société moderne. Ismaël Saïdi a écrit, en 2014, Djihad, une fable tragicomique sur l’engagement de jeunes paumés dans une cause dont, en définitive, ils ignorent tous les prétendus fondements.

L’autre est un érudit, chercheur, enseignant parisien qui, d’ouvrage en ouvrage, s’emploie à remédier à l’ignorance généralisée qui entoure l’islam, à faire connaître ce qu’il pense être sa vraie nature, à déconstruire les mythes, souvent destructeurs, que véhiculent certains courants fondamentalistes. Rachid Benzine a, par ailleurs, lui aussi écrit une pièce, Lettres à Nour (2016), récit poignant de la relation tragique entre un père, qui enseigne la religion musulmane, et sa fille, partie rejoindre un combattant.

Passant par le théâtre, le chemin du gamin de Saint-Josse et celui de l’intellectuel de Trappes étaient donc appelés à se croiser. Et de quoi parlèrent-ils ? De l’islam, évidemment… A propos duquel le premier avait énormément de questions, tandis que le second possédait des réponses, puisées dans sa connaissance de l’histoire et de l’anthropologie.
« Les grands textes sacrés sont des voyageurs. Ils traversent les siècles, voire les millénaires. Ils deviennent alors ce que les hommes de chaque époque en ­font », explique-t-il lors de sa première rencontre avec celui qui se demande si, en soumettant sa femme – comme, lui a-t-on dit, le Coran l’enseigne –, il pourra, enfin, installer dans sa chambre l’écran plasma qui lui permettrait de regarder plus confortablement Netflix… Raté : le savant qu’il consulte lui parle de « mur anthropologique », de la nécessité de replacer d’abord le texte dans son époque (le VIIe siècle).


Vision critique


« Pour comprendre le Coran, il faut comprendre trois choses ­essentielles : le temps, le lieu, le groupe humain du Coran », explique Richard Benzine. Et, dès lors, « quand on étudie l’histoire on doit repérer ce qui fait la spécificité de chaque société et quelles sont les différences. Il ne s’agit pas de juger, de dire que c’est bien ou mal, mais d’étudier ce qui est spécifique, sans ce qu’on appelle un jugement de valeur ».

4 nouveaux CHU, 4 hôpitaux psychiatriques, 35 hôpitaux de proximité… le grand chantier de Louardi

Aujourd'hui le Maroc



Le ministre de la Santé, El Houcine Louardi, a exposé jeudi en Conseil de gouvernement les grandes lignes du programme national de promotion du secteur de la santé 2017-2021.
Il s’articule autour de quatre grands axes, à savoir le renforcement des chantiers de réforme et le soutien aux programmes sanitaires de base, la promotion de l’accès aux services et la consécration de l’orientation des «services», le dépassement du déficit en ressources humaines et  l’amélioration de la gouvernance du secteur. Concernant le premier axe, il porte sur le parachèvement de la couverture sanitaire. Parmi les autres actions figurent le soutien à l’assurance-maladie obligatoire, la promotion du financement et de la gouvernance du système d’assistance médicale, l’application de la couverture sanitaire au profit des immigrés. Le deuxième axe vise à consolider la capacité d’accueil globale des hôpitaux. Ainsi, le ministre a prévu 10.327 lits supplémentaires d’ici 2021 à travers la création de 4 centres hospitaliers universitaires (CHU), 20 centres de soins, 4 hôpitaux de psychiatrie et 35 hôpitaux de proximité. Le troisième axe s’articule autour de plusieurs chantiers dont le développement de l’accès aux soins pour atteindre plus de 40% de la population, de l’accès aux services des médecins généralistes pour atteindre 100% à l’horizon 2021 contre 60 % actuellement.

USA. Forte hausse des suicides par armes à feu chez les enfants

20/06/2017

Le nombre d'enfants américains qui se sont donné la mort en utilisant des armes à feu a fortement augmenté entre 2007 et 2014, montre une étude publiée lundi, qui arrive à la conclusion que d'entreposer ces armes dans un endroit sûr permettrait de fortement contribuer à la prévention du suicide des jeunes.
Parmi les enfants et les adolescents âgés de 17 ans maximum, 1,6 pour 100 000 s'est tué avec une arme à feu en 2014, contre un ratio de 1,0 pour mille en 2007. "Les suicides sont souvent un acte impulsif dans ce groupe d'âge, avec des données montrant que ceux qui font une tentative de suicide passent 10 minutes à délibérer voire moins", lit-on dans cette étude, publiée par le journal en ligne Pediatrics. L'étude a été pilotée par Katherine Fowler et Linda Dahlberg, deux scientifiques travaillant pour les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies. 

Le blob, cet étrange génie visqueux, ni plante, ni animal, ni champignon

Fait d’une unique cellule géante capable de se déplacer, sans cerveau mais doté de mémoire, « Physarum polycephalum » défie tous les canons de la biologie. Portrait.

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO  | Par 

Imaginons un quiz élémentaire sur la biologie : quelques affirmations simples – disons cinq – auxquelles il conviendrait de dire si elles sont vraies ou fausses. La cellule, unité fondamentale du vivant, est de petite taille. Pour se ­déplacer, un organisme vivant est doté d’organes ­locomoteurs spécifiques. Chaque espèce dispose d’un nombre déterminé de chromosomes. Les êtres ­vivants à reproduction sexuée sont divisés entre ­mâles et femelles. Le siège de la mémoire et de l’apprentissage se situe dans le cerveau.

Vous avez répondu « vrai » aux cinq affirmations. Vous disposez manifestement de connaissances de base en sciences naturelles. Pourtant, vous avez tout faux. Aucune de ces cinq phrases n’est exacte. La faute à un étrange organisme qui se déplace et se nourrit comme un animal, produit des pigments comme une plante, se reproduit comme un cham­pignon, mais n’appartient à aucune de ces trois grandes branches de la classification des espèces.

Ce mouton à cinq pattes, chimère inclassable et défi à nos connaissances, porte un nom : Physarum polycephalum. Trop compliqué ? Alors, faites comme Audrey Dussutour, chercheuse au Centre de recherche sur la cognition animale (CNRS, Toulouse), et appelez-le « blob ». Un hommage rendu par la biologiste à un film d’horreur américain du même nom, réalisé en 1958, avec un jeune débutant nommé Steve McQueen. Une créature visqueuse tombée du ciel s’y nourrissait des ­humains qu’elle absorbait et résistait à toutes les tentatives d’éradication.

Plus inoffensif, notre blob se nourrit de bactéries qu’il trouve sous les souches d’arbres ou dans les tourbières. Mais il se moque effectivement du feu, de la submersion ou des attaques à l’arme blanche. En 1973, au Texas, une femme, effrayée par la masse spongieuse apparue dans son jardin, appela les autorités. Ni la découpe, ni l’empoisonnement, ni l’eau sous pression n’empêchèrent la chose de croître. ­Jusqu’à sa soudaine disparition.

« Physarum polycephalum », aussi appelé « blob », en pleine exploration de son environnement.
« Physarum polycephalum », aussi appelé « blob », en pleine exploration de son environnement. Audrey Dussutour

Déserts médicaux Les médecins retraités reprennent du service à Laval dans un centre de santé inédit

18.06.2017
C’est un centre de santé d’un nouveau genre qui a ouvert ses portes jeudi à Laval. Le service médical de proximité Henri-Dunan est une aventure très collective avec pour but d’essayer de résoudre les importants problèmes de démographie médicale de la ville. « Sur 50 000 habitants, 10 000 n’ont pas de médecins traitants » explique ainsi le Dr Dominique Hérault, médecin coordinateur du centre et ancien généraliste du pôle de santé de Renazé.
L’Ordre des médecins a donc eu l’idée de demander aux jeunes généralistes retraités de reprendre du service pour venir exercer par intermittence dans ce centre de santé. « Nous nous sommes dit, 'pourquoi pas?', mais les médecins retraités ne sont pas l’avenir de la médecine libérale'. Il a donc été décidé de s’adjoindre aussi les services d’internes en médecine générale en stage SASPAS qui seront encadrés et formés par des anciens maîtres de stages universitaires qui eux aussi reprennent du service » détaille le Dr Hérault. En tout ce sont donc 13 généralistes retraités depuis moins de 5 ans et deux internes qui se relaient, à raison de deux médecins par jour et d’un interne un jour par semaine.

lundi 19 juin 2017

Si « Le Généraliste » était paru en 1900 Deux exemples de la montée du féminisme médical

Alain Létot
| 19.06.2017

Aujourd’hui, il est beaucoup de familles où, lorsque la mère, l’enfant, voire même le père est malade, on n’hésite pas à faire appel à une doctoresse. Elle soigne et guérit avec plus de soin, de dévouement, sinon plus de science que tout autre médecin.

"Orange is The New Black": deux actrices au parloir

Résultat de recherche d'images pour "téléobs"
"Orange is The New Black": deux actrices au parloir

Un sombre avenir se dessine à Litchfield, la prison pour femmes d'"Orange is The New Black" (ou "OITNB"). La série de Netflix a clos sa quatrième saison sur la mort de Poussey (Samira Wiley), étouffée par un gardien, une tragédie qui n'est pas sans rappeler les victimes noires de la police aux Etats-Unis. La mobilisation des prisonnières pour lui rendre justice a dégénéré, plaçant entre les mains de Dayanara (Dascha Polanco) une arme, pointée sur l'un des matons.


Uzo Aduba (Netflix)


[...] Uzo Aduba - surnommée "Crazy Eyes" en raison de son regard d'illuminée -, a déjà joué, elle, le fameux flash-back de son personnage d'ex-employée modèle. Atteinte d'une légère déficience mentale, cette dernière a été accusée d'avoir tué un petit garçon. Le rôle a bouleversé les conceptions de l'actrice. "J'ai plus de compassion envers les personnes qui luttent contre la maladie mentale. Cette question a encore trop peu d'importance. On ne lui accorde pas le respect et la sensibilité qu'elle mérite. Si vous avez un cancer, vous n'êtes pas marginalisé ni stigmatisé. On vous soigne et on vous traite avec dignité. Je ne pense pas qu'on puisse en dire autant pour les personnes souffrant de maladie mentale. Elles nous effraient."


Un ver revient de l’espace avec deux têtes

Le Monde Blogs , par Marc Gozlan



Planaire à 2 têtes (une à chaque extrémité) à son retour Terre. En haut à gauche et en bas à droite : vue rapprochée de chaque tête. Morokuma J, et al. Regeneration. 2017;4:85-102.
L’observation est fascinante : une planaire ayant séjourné à bord de la station spatiale internationale (ISS) est revenue sur Terre avec deux têtes. Elle est la seule d’un groupe de quinze vers plats à présenter cette morphologie étonnante. Ces derniers avaient été décapités avant d’être embarqués à bord d’une fusée qui devait rejoindre l’ISS. L’objectif de ces expériences était de déterminer si un séjour dans l’espace pouvait affecter leur régénération. Autrement dit, si la microgravité ou le faible champ géomagnétique pouvait avoir un effet sur les planaires qui possèdent l’extraordinaire capacité de régénérer n’importe quelle partie endommagée de leur corps.

Les planaires sont des vers plats aquatiques, non-parasitaires, d’une longueur d’environ 10 mm de long pour un poids moyen de 0,25 g. Les spécialistes en biologie du développement les affectionnent tout particulièrement. Ces petits animaux représentent en effet des organismes de prédilection pour l’étude de la régénération cellulaire. Ils sont connus pour leur extraordinaire aptitude à reconstituer en l’espace de deux semaines des parties détruites de leur corps après une blessure traumatique. Ainsi, quand une planaire est sectionnée en deux, la partie qui porte la tête reforme la queue tandis que la moitié qui possède la queue régénère la tête. Mieux, lorsque la bestiole est découpée de telle façon que certains fragments n’ont ni queue ni tête, les différents éléments peuvent encore se « souvenir » de quel côté, de la tête ou de la queue, elles étaient le plus près. Les fragments régénèrent alors une tête et une queue dans une orientation conforme à celle qui prévalait quand l’organisme ne faisait qu’un.

Le meilleur ami de l'homme passe aussi sur le divan

  par Lucie Marsaud   15 juin 2017


Votre chien ne vous obéit pas ? Il fait énormément de bêtises ? Il pleure toute la journée en votre absence ? Les conseils d'un psychiatre vétérinaire pour y remédier.

Les troubles comportementaux du chien se soignent en passant notamment par la psychiatrie

La Tête au carré, l'émission de Mathieu Vidard, abordait la question de la folie chez l'animal. Car en effet, depuis peu, la psychiatrie vétérinaire est en plein développement, les considérations autour de l'animal ayant particulièrement évoluées ces dernières années.

Les troubles du comportement sont la première cause d'euthanasie des chiens. Ils peuvent souffrir d'hyperactivité, d'hypersensibilité, de névrose, d'anxiété...comme nous !