Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 17 octobre 2015

Le dossier médical passe au numérique

Par Eric Favereau — 
Ce n’est plus un serpent de mer, c’est un TOC, un trouble obsessionnel compulsif. Tous les deux ou trois ans, le projet du dossier médical personnalisé (DMP) fait son apparition, puis disparaît. Le voilà de retour avec un nouveau qualificatif : le carnet de santé numérique. Une bonne nouvelle, mais l’histoire de ce dossier a révélé tant de gâchis…
Ces jours-ci, en tout cas, il y a eu deux signes positifs. D’abord, la remise à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, d’un rapport du Conseil national du numérique. 

STAR WARS, le mythe tu comprendras

Hors-série n°27, en kiosques le 15 octobre 2015


La “Guerre des étoiles”, une mythologie de notre temps ? De la Force que maître Yoda et Obi-Wan Kenobi tentent d'expliquer au jeune Luke Skywalker au « Je suis ton père » de Dark Vador, en passant par les ressorts politiques de l'Empire et le statut des robots, enquête philosophique sur un univers pas aussi lointain que ne le laisse supposer son célèbre générique ! Et, en guise de “prequel”, un surprenant dialogue entre le philosophe Raphaël Enthoven et le rappeur Akhénaton qui, notamment s’interrogent sur la légitimité de l'action des Jedis, puisque ceux-ci “n’ont pas été élus”…

Revanche de l'amour maternel ?

Yvonne KNIBIEHLER
Mise en vente le 3 septembre 2015

Cliquez pour voir l'image dans sa taille originale

Résultat de recherche d'images pour "LA REVANCHE DE L’AMOUR MATERNEL ?"
[...] Dans cet ouvrage qui s’appuie sur son parcours de femme engagée, Yvonne Knibiehler milite pour que les femmes poursuivent un combat féministe d’un nouvel âge où l’amour maternel peut faire bouger les lignes.


Franck CHAUMON - ESPACES DE PAROLES ; PLURALITE DES PRATIQUES ANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS

On a tous une histoire avec Sauramps

ESPACES DE PAROLES ; PLURALITE DES PRATIQUES ANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS
 Editeur : ERES
Date de parution : 08/10/2015

Comment travaille-t-on en pratique dans un secteur de psychiatrie de l'enfant avec de nombreux partenaires ? Des témoignages précis et variés de pratiques thérapeutiques complexes démontrent comment une éthique de la psychanalyse se conjugue à une orientation politique.

Le champ de la psychiatrie de l'enfant est un domaine où de nombreux praticiens se réfèrent à la psychanalyse. 


Père ou Mère ? Entre bisexualité psychique et différence des sexes

Logo Carnet/Psy

Colloques Carnet/Psy : Père ou Mère ?

Faut-il choisir ? Entre le père et la mère, faut-il toujours privilégier l'un plutôt que l'autre, faut-il abandonner l'un au bénéfice de l'autre ? Faut-il encore se laisser prendre par la question vive posée à l'enfant, dans sa maladresse brutale : "Qui préfères-tu, ton père ou ta mère ? Qui aimes-tu le plus, elle ou lui ?" Être nécessairement du côté de l'un ou de l'autre ? Comme si, hors de la grande dramaturgie œdipienne, il n'y avait pas de lieu possible pour rassembler le père et la mère, comme si la pensée de leur co-existence se révélait intolérable, du fait de la douleur qu'inflige la reconnaissance de leur vie commune, de leurs liens, de leurs désirs : être avec l'un ou avec l'autre revient à les séparer, et donc à éviter de les voir ou de les penser ensemble lorsque l'attente se confond avec la solitude et que celle-ci bascule dans la détresse.



vendredi 16 octobre 2015

L’Insee bouscule les idées reçues sur l’immigration

LE MONDE |  | Par 

C’est une photographie de la France et de ses flux migratoires qui va à l’encontre des fantasmes d’invasion rebattus par la droite nationaliste et identitaire. Mardi 13 octobre, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié deux études qui rendent compte d’un pays où les mobilités sont de plus en plus importantes mais ne concernent que partiellement les immigrés. La part de la population immigrée augmente par ailleurs, mais de façon modérée.


La part de la population immigrée parmi les résidents en France augmente de façon modérée.


Car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse

 |  PAR PAUL MACHTO


« Déranger ». Un spectacle fou, littéraire, populaire… et curatif à la fois ! Une plongée dans l’ordinaire folie d’une unité de soins psychiatriques, un jour comme tant d’autres. Enfin pas tout à fait : les alertes attentats se répandent sur les ondes et le service organise son gala de charité. Salle Jacques Brel à Pantin les 6, 7 et 8 novembre 2015.
DERANGER
Car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse

« Et surtout mon corps aussi bien que mon âme,
gardez vous de vous croiser les bras
en l’attitude stérile du spectateur,
car la vie n’est pas un spectacle,
car une mer de douleurs n’est pas un proscenium,
car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse … »
Aimé Césaire.

Texte et mise en scène Guy Bénisti
Groupe d’Intervention Théâtrale Et Cinématographique (GITHEC)
6 – 7 – 8 novembre 2015
Salle Jacques Brel
42 avenue Edouard Vaillant  -93500-Pantin
Mo : Aubervilliers –Pantin Quatre chemins
Réservations au :  0149154170
« Un spectacle fou, littéraire, populaire … et curatif à la fois !!!!
Une plongée dans l’ordinaire folie d’une unité de soins psychiatriques, un jour comme tant d’autres… Enfin pas tout à fait : les alertes attentats se répandent sur les ondes et le service organise son gala de charité.
Dans le couloir de l’hôpital, les urgences se multiplient, les vies et les délires s’entrechoquent, la folie du temps rejoint celle de l’unité de soins. Vertigineuse représentation du monde au prisme de la psychiatrie. »  
Ce spectacle s’attaque à l’univers actuel de la folie du monde et des êtres. Questionnant aussi les dérives sécuritaires de la psychiatrie, l’ambiance perturbée de l’hôpital psychiatrique, confronté à la saturation des équipes, les pénuries, les contradictions qui traversent les psychiatres, l’urgence et l’utilisation de la psychiatrie à des fins de maintien de l’ordre, les tragédies humaines et sociales.

Cette création réunit des comédiens professionnels du GITHEC, des comédiens amateurs : enfants de l’école Jean Jaurés du quartier des Courtillières de Pantin, patients et soignants fréquentant le Centre de jour de Montfermeil (du 15ème secteur psychiatrique de Seine Saint Denis- Ville Evrard) et des citoyens de l’association Champ libre (club thérapeutique du centre de jour).

Dépénalisation, légalisation du cannabis : le débat impossible à droite comme à gauche

LE MONDE |  | Par 


Ni dépénalisation ni légalisation. Au-delà de cette règle d’or portée avec constance par tous les gouvernements de gauche comme de droite depuis des décennies, la politique pénale française en matière de cannabis peut-elle évoluer ? La transaction pénale, entrée en vigueur jeudi 15 octobre, s’applique également aux poursuites pour usage de drogue, un délit aujourd’hui théoriquement passible d’un an d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende.

Cette volonté de proposer sous plusieurs conditions une amende dans le cas d’un usage simple aurait donc pu de prime abord être perçue comme une reconnaissance de l’impasse sanitaire et sécuritaire de la loi de 1970 sur les stupéfiants, impossible à appliquer. En 2014, 11 % des Français âgés entre 18 et 64 ans ont consommé du cannabis au moins une fois dans l’année, selon une étude de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé parue en avril. 700 000 Français fument chaque jour des joints.


Journée mondiale du refus de la misère

15 OCTOBRE, 2015



ATD Quart Monde est à l’origine de cette journée du refus de la misère, célébrée ce samedi. À cette occasion, Bruno Tardieu, figure du mouvement, lance un appel pour en finir avec la stigmatisation des plus démunis et pour une alliance entre progressistes et laissés-pour-compte.


Journée mondiale Douleur : du nouveau, mais pour les spécialistes

16.10.2015

Les experts de la douleur préconisent une prise en charge « sur mesure de la douleur » et privilégient le réseau de soins malade-médecin généraliste- spécialiste.

Tandis que l’arsenal thérapeutique antalgique à disposition du généraliste s’amenuise avec le déremboursement des anti-arthrosiques d’action lente, la mise à mal des AINS et la polémique sur la tolérance du paracétamol vite dégonflée, la Journée mondiale de la lutte contre la douleur du 19 octobre, s’ouvre sur un bilan en demi-teinte.

Des « vieux» de plus en plus jeunes !

16.10.2015

Selon le Centre de Recherche pour l'étude et l'Observation des conditions de vie (Credoc), la qualité de vie des seniors s’est considérablement améliorée ces trente dernières années. En meilleure santé, plus sportifs, ayant plus souvent recours à la chirurgie esthétique,ils entrent de plus en plus tard dans la vieillesse. 

«La vieillesse, c'est quand on commence à dire : " Jamais je ne me suis senti aussi jeune », a écrit Jules Renard. Un paradoxe qui garde son actualité, alors qu’on voit se profiler depuis plusieurs années une nette amélioration de la qualité de vie des personnes âgées en France, aboutissant à un « rajeunissement » de nos aînés.
Ce que montre bien l’enquête réalisée par le Credoc sur l’ « Évolution des aspirations et des conditions de vie des seniors depuis trente ans » publiée en 2013. Selon ce travail, l’âge d’entrée dans la vieillesse est de plus en plus tardif. Il a ainsi évolué, pour les hommes, de 60 ans en 1850, à 70 ans en 1995, et il est passé, chez les femmes, de 61 ans à 75 ans au cours de la même période.

Seulement 7 % des enfants nés l’an dernier portent le nom de leur mère

Par Catherine Mallaval — 


Seulement 7 % des enfants nés l’an dernier portent le nom de leur mère, un droit pourtant légal depuis 2005. Pourquoi les Français bloquent-ils ?

Dix ans maintenant que les Français ont le choix de donner à leurs enfants le nom du père, de la mère ou d’accoler les deux dans l’ordre qui leur sied. Dix ans que cette loi offre aux couples l’opportunité de jouer la carte de l’égalité et de la liberté. Et ? Eh bien, rien, nada, walou, ou quasi : dans une majorité des cas, c’est toujours papa qui gagne et transmet son fameux «patronyme», mot symbolique que le législateur avait justement tenté d’envoyer ad patres.

Exclusif : une majorité des professionnels défavorable à une loi sur la contention en psychiatrie

15/10/2015

Plusieurs rapports ont, ces dernières années, évoqué une progression, dans les établissements français,  de l’utilisation de la contention et des mesures d’isolement en psychiatrie. Les instances européennes ont ainsi donné l’alerte dès 2012 après une visite réalisée en France à la fin 2010. Le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) s’inquiétait notamment de l’absence totale d’harmonisation dans le recours à ces méthodes. Ce comité, comme quelques années plus tôt le comité des ministres du Conseil de l’Europe, recommandait la mise en place systématique d’un registre pour consigner les cas où la contention avait été mise en œuvre. Outre ces préconisations européennes, plusieurs inspections ont également été conduites par des responsables français. Elles ont également conclu à un recours parfois excessif et à l’absence de référence à des recommandations précises. Tant le député Denys Robillard que les deux contrôleurs généraux des lieux de privation de liberté qui se sont succédés ont déploré certaines pratiques et ont tenu à marteler que l’isolement et la contention ne devaient intervenir qu’en dernier recours. Le contrôleur général Adeline Hazan a notamment insisté dans son rapport d’activité 2014 sur la nécessité de toujours veiller au « respect de la dignité des personnes hospitalisées sans leur consentement », ce qui « implique de prendre en considération la manière dont le patient perçoit l’humiliation ».

Un nouveau pas vers la pilule pour les hommes

Le Monde Blogs , par Pierre Barthélémy

Spermatozoïdes. © Iqbal Osman.
La recherche médicale emprunte parfois des voies imprévues. Ainsi, l'étude d'une équipe japonaise de l'université d'Osaka, publiée dans Science le 1eroctobre, est-elle partie d'un travail sur les traitements immunosuppresseurs – donnés à des patients afin d'éviter le rejet de l'organe qu'on leur a greffé – pour aboutir à l'expérimentation d'un contraceptif masculin chez les souris... Le cheminement peut sembler improbable ou tortueux mais il est intéressant à suivre car il illustre bien la manière dont, en science, on peut rebondir d'un domaine à l'autre.
Cet article prend donc racine dans des travaux sur deux médicaments immunosuppresseurs, la ciclosporine et le tacrolimus. Pour empêcher que le système immunitaire s'en prenne aux greffons, ces deux molécules inhibent la calcineurine, une protéine qui active les lymphocytes T, ces globules blancs qui, en temps normal, attaquent les cellules étrangères. Pour schématiser, si la calcineurine est neutralisée, les lymphocytes T le sont aussi. Cependant, on s'est aperçu, en testant les immunosuppresseurs sur des animaux, que ces traitements n'étaient pas sans conséquences sur la fabrication et la maturation des spermatozoïdes. D'autres expériences, in vitro celles-ci, ont montré que les gamètes masculins perdaient de leur motilité en présence de ciclosporine et de tacrolimus. Visiblement, quelque chose dans les spermatozoïdes était sensible à ces molécules. Mais quoi ?

L'étude Milestone vise à améliorer le continuum de prise en charge des adolescents en psychiatrie


L'étude Milestone, qui est lancée ce mois d'octobre dans huit pays européens, vise à comprendre et améliorer la transition des jeunes entre services de pédopsychiatrie et structures de psychiatrie adulte. Ce projet de recherche de vingt-sept mois sera coordonné en France par le CHRU de Montpellier.

Exclusif : la majorité des professionnels défavorables au déremboursement des benzodiazépines

13/10/2015

Le ministre de la Santé l’a martelé ces dernières semaines, toutes les mesures impliquant une augmentation des dépenses de santé supportées par les ménages ont été écartées. Est donc exclue toute perspective de déremboursement. Voilà qui éloigne pour quelques temps l’application des préconisations formulées cet été par un groupe de travail installé par le ministère de la Santé qui proposait de supprimer le taux de remboursement de 15 %.Une telle évolution viserait notamment de nombreux hypnotiques de la famille des benzodiazépines qui ont vu leur niveau de prise en charge passer de 65 à 15 % à la fin 2014.

Des pharmaciens partagés, des infirmières fortement hostiles

Tant les Français que les professionnels de santé se montrent largement hostiles à une telle perspective.

Psychiatrie L'inter-Clud de la périphérie lilloise porte un éclairage sur les liens entre douleur et dépression

 - HOSPIMEDIA
À l'occasion de la journée mondiale contre la douleur ce 15 octobre et plus particulièrement d'un colloque organisé à Saint-André-lez-Lille (Nord), l'inter-comité de lutte contre la douleur (inter-Clud) de la périphérie lilloise, qui regroupe plusieurs établissements de santé, se penche sur le thème "Douleur et dépression". Cette thématique a été choisie par le Clud de l'établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise (Epsmal), qui organise cette année le colloque annuel inter-Clud, a indiqué àHospimedia le président du Clud de l'Epsmal, le Dr Didier Duthoit, lors d'un entretien le 13 octobre. Il a expliqué que l'inter-Clud de la périphérie lilloise, fondé il y a une dizaine d'années, est l'un des rares en France qui fédère à la fois des établissements MCO et psychiatriques. Il compte en effet parmi ses membres l'Epsmal et l'EPSM Lille-Métropole, ainsi que les CH de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos et le Groupement des hôpitaux de l'institut catholique de Lille (GHICL).

L'art d'être différent

Histoires de handicaps
Nicolas BISSARDON -Blandine BRICKA - Marie DECKER - Deza NGUEMBOCK -Lalie SEGOND - Benoit WALTHER

Cliquez pour voir l'image dans sa taille originale

Préface de Corinne Lebrun-Egreteau, présidente de AREH (Association pour le rayonnement d'Esthétique & Handicap)

Nicolas Bissardon, Marie Decker, Deza Nguembock, Lalie Segond et Benoît Walther vivent chacun avec un handicap physique inné ou acquis au cours de l’enfance ou au début de l’âge adulte. Ils ont aujourd’hui entre 31 et 45 ans et leurs vies professionnelles et personnelles, amoureuses, familiales, amicales, sont riches et bien remplies.
Dans leur dialogue avec Blandine Bricka, ils racontent tour à tour leur parcours de vie et d’initiation à soi, questionnent leur relation à eux-mêmes tout au long de leur développement et de leurs contacts avec les autres – corps médical et proches.

Lire la suite ...

L'identité juridique de la personne humaine

Lgdj.fr, la librairie juridique de référence en ligne

 

L'identité juridique de la personne humaine nécessite aujourd'hui d'être revisitée face aux bouleversements médico-scientifiques et technologiques de ces dix dernières années et à l'ouverture du droit à de nouvelles dimensions de la personne. 

Aux critères objectifs traditionnels (nom, prénom, nationalité...), renforcés aujourd'hui par des nouveaux critères biologiques et technologiques (données biométriques, empreintes génétiques...) s'adjoignent de plus en plus des critères subjectifs et notamment psychiques (volonté, sexe psychique, sentiment d'appartenance...) pour déterminer l'identité de la personne humaine. 

C'est une approche renouvelée de la question de l'identité de la personne humaine en droit qui est ici proposée à partir d'une démarche interdisciplinaire. Sur chacun des aspects de l'identité de la personne humaine une double analyse, juridique et extrajuridique (philosophique, sociologique, politiste, historique, psychanalytique...), a ainsi été menée. 


jeudi 15 octobre 2015

Vote de grève chez les infirmières

QUEBEC 14 octobre 2015 | Robert Dutrisac

Le gouvernement revient sur sa décision d’abolir des primes


Manifestation de la Fédération interprofessionnelle de la santé à Québec, le 2 octobre dernier
Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir
Manifestation de la Fédération interprofessionnelle de la santé à Québec, le 2 octobre dernier
Les membres de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) seront appelés, le 20 octobre, à approuver le recours à la grève.
 
Le mandat, qui sera ouvert et d’ordre général, portera sur le déclenchement de grèves rotatives, a-t-on indiqué à la FIQ. L’exécutif syndical pourra décider de la durée et de la fréquence des grèves et si elles sont déployées aux échelles locale, régionale ou nationale.
 
La FIQ soutient que son objectif n’est pas de perturber les services à la population. De toute façon, l’exigence du maintien des services essentiels fait en sorte que 90 % du personnel infirmier ne peut débrayer, a-t-on rappelé. La FIQ représente 66 000 infirmières et autres professionnels de la santé.« Ce qui est important pour nous, c’est de ne pas prendre les patients en otage », a affirmé au Devoir un porte-parole.


L'association SOS suicide a rencontré un public réduit Moorea




L'association SOS suicide a rencontré un public réduit Moorea
PAPEETE, le 14 octobre 2015 - L’association SOS suicide organisait le week-end dernier deux rencontres avec le public de Moorea, le vendredi soir à l’école maternelle de Paopao et le samedi après-midi dans les locaux de la mairie de Teavaro, afin d’informer et de sensibiliser la population sur le problème du suicide qui touche la population polynésienne. 

Il était une fois, en psychiatrie...


Christophe Malinowski est infirmier en psychiatrie. Il anime un blog  où il égrène son quotidien dans de savoureuses petites nouvelles que nous vous proposons dans cet espace. 

Marseille : La psychiatre Danièle Canarelli définitivement relaxée

20minutes.fr  20 Minutes avec AFP 16.10.2015

La Cour de cassation a confirmé le jugement de la cour d’appel d’Aix-en-Provence, qui avait notamment écarté toute faute caractérisée dans le meurtre commis par un patient dont la praticienne avait la charge…

Le procès du Docteur Psychiatre Daniele Canarelli en novembre 2012.

La Cour de cassation a confirmé la relaxe d’une psychiatre, Danièle Canarelli, dont le patient avait tué un parent à coup de hachette, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. Initialement poursuivie pour homicide involontaire à la suite du meurtre commis par un patient dont elle avait la charge de 2000 à 2004, le docteur psychiatre Danièle Canarelli avait été relaxée en 2014 en appel.


Le Cefiec propose de créer une formation des tuteurs validée par un certificat obtenu en 25 jours

Six ans après la réforme de la formation infirmière, le tutorat des étudiants pose question. C'est ce qui ressort d'une enquête présentée au Salon infirmier le mercredi 15 octobre*. En septembre dernier, le Comité d'entente des formations infirmières et cadres (Cefiec) a chargé ses délégations régionales de mener une étude auprès des étudiants, référents et tuteurs.

Refus de soin du médecin : quand bascule-t-on dans la non-assistance à personne en danger ?

17/10/2015

Le 7 octobre dernier, le JIM se faisait l’écho du jugement rendu par le Tribunal de Grande Instance d’Orléans condamnant un médecin à dix mois de prison avec sursis pour non-assistance à personne en danger.
Les faits de cette affaire remontent à janvier 2011. Les parents d’une petite fille de cinq ans atteinte d’un cancer en phase terminale avaient obtenu que leur enfant puisse bénéficier d’une hospitalisation à domicile. Le dispositif prévoyait un suivi médical afin d’assurer à la patiente la fin de vie la plus douce possible. Malheureusement, le 30 janvier, les souffrances de l’enfant s’aggravent et la famille n’a pas d’autre choix que d’appeler le médecin d’astreinte.
Le médecin, âgé de 75 ans, a alors refusé de se rendre à son chevet (situé à 25 kilomètres de son domicile) et avait préconisé la prise de paracétamol. Les parents ont alors conduit l’enfant à l’hôpital, qui décèdera au sein de l’établissement (et non à son domicile…) trois jours plus tard.
C’est dans ce contexte que les parents portèrent plainte pour non-assistance à personne en danger.
Au-delà de la question du manque de coordination entre les services de soins palliatifs à domicile, et du problème lié à la permanence des soins dans certaines zones rurales, une question est posée par cette affaire : à partir de quand le refus de soins du médecin devient pénalement répréhensible ?

La présence de représentants des usagers en Ehpad permet de libérer la parole des résidents

À mi-parcours, l'expérimentation menée en Nord-Pas-de-Calais, visant à faire siéger des représentants d'associations d'usagers agréées au sein des conseils de la vie sociale (CVS) d'Ehpad, semble démontrer son utilité. Et notamment en ce qu'elle permet de libérer la parole des résidents, note la conférence régionale de la santé et de l'autonomie (CRSA) dans sonrapport 2014 sur le respect des droits des usagers. Le projet lancé en janvier 2014 pour une durée de deux ans, concerne quatorze représentants qui interviennent au sein de seize CVS d'Ehpad. 

mercredi 14 octobre 2015

Maîtrise des dépenses de santé : les petites recettes de onze pays développés

Sophie Martos
| 14.10.2015  



Le cabinet de conseil Nexialog a passé au crible onze pays étrangers afin de connaître leurs stratégies pour maîtriser les dépenses croissantes de santé. Au cœur de cette étude, les armes face au vieillissement démographique, aux maladies chroniques et à l’inégalité d’accès aux soins. « Ces trois défis conduisent à une forte augmentation des dépenses de santé qui représentent déjà 6 % du PIB mondial en 2015 et pourraient atteindre 14 % en 2060 », précise Virginie Degroote, directrice associée du cabinet Nexialog.