Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 22 mars 2014

Internet : outil de collaboration ou de domination ?

Le Monde Blogs 


Il y a un an, l'enquête Ipsos "France 2013 : les nouvelles fractures" faisait l'effet d'un coup de tonnerre médiatique, soulignant combien la crise avait exacerbé la tentation du repli national et le rejet du politique. Le Monde titrait sur"les crispations alarmantes de la société française""Le poujadisme s'est enraciné en France", estimait-elle. L'idéologie anti-autoritaire des années 60-70 a reflué de manière spectaculaire. 87 % des Français estiment qu'on a besoin d'un vrai chef en France pour remettre de l'ordre et 86 % (toute tendance politique confondue) estiment que l'autorité est une valeur qui est souvent trop critiquée. Et la nouvelle édition que vient de relayer Ipsos ne fait que renforcer cette tendance. Certes, ce sondage, encore plus que d'autres, est à prendre avec beaucoup de précautions, tant il semble chercher à faire démonstration. Le politologue Alain Garigou de l'Observatoire des sondages et le sociologue Renaud Cornand sur le blog de Laurent Mucchielli en ont brillamment montré toutes les limites, insistant sur son manque de représentation, sur son côté manipulatoire et sa capacité à amalgamer des différences, ou encore sur la polysémie du terme même d'autorité, qui ne recouvre certainement pas la même réalité pour les sympathisants du Front national et ceux du Front de gauche. Si la défiance s'exacerbe, encore faut-il rappeler que la collaboration, la réinvention du lien social, elle, est une réponse, pragmatique, des Français à ce repli sur soi, estimait la directrice de TNS Sofres dans le Monde.fr en réponse au sondage de son concurrent.

Notre besoin d'autorité est impossible à rassasier

Reste que si cette représentation résonne en nous, c'est malgré tout parce qu'elle donne l'impression de traduire un sentiment, un malaise que nous ressentons chaque jour un peu plus face aux crispations de la société. Ce sentiment que ce besoin d'autorité est partout plus présent : en politique bien sûr, où le système favorise la primauté des représentants au détriment de toute forme de démocratie participative, mais plus encore dans le monde du travail, où le système favorise toujours plus une organisation pyramidale fondée sur le contrôle.

vendredi 21 mars 2014

CES PHOTOS QUI NOUS PARLENT

_blank
Christine Ulivucci, Ces photos qui nous parlent. Une relecture de la mémoire familiale
Paris: Payot Essais
Avril 2014
Présentation de l'éditeur
Pourquoi prend-on des photos ? Comment les conserve-t-on ? Pourquoi sont-elles très présentes dans certaines familles et absentes dans d'autres ? Pourquoi éprouvons-nous le besoin de nous recontacter au passé par leur biais ? Que nous disent-elles de nous, de notre vie, de notre inconscient familial ? Ce très bel essai est la suite de Psychogénéalogie des lieux de vie.
Christine Ulivucci est psychothérapeute. De formation universitaire, elle exerce la psychothérapie analytique et transgénérationnelle à Paris. Elle a fondé en 2004 l’Atelier de recherche sur le transgénérationnel. Son approche l’amène par ailleurs à utiliser la photographie comme outil thérapeutique et à travailler sur les processus de création artistique.

Le 12 mai, Journée Internationale de l'Infirmière


Le 12 mai, faites-vous reconnaître !

 par 


Alors que la Journée Internationale de l'Infirmière approche à grand pas - c'est en effet le 12 mai prochain - Infirmiers.com réitère son appel à contributions auprès de sa communauté... Faites témoigner vos collègues professionnels de santé, vos patients et leur famille, vos amis, vos proches, votre boulanger, votre fleuriste, votre banquier... bref tous ceux qui côtoient, ont côtoyé ou côtoieront de près ou de loin, un(e) infirmier(e)... L'opération de valorisation s'appelle "l'infirmier(e) vu(e) par les autres"...

Trois « enfants sauvages » découverts dans un logement à La Courneuve

LE MONDE | 
Par 
Comment quatre enfants déclarés à l'état civil ont-ils pu passer à travers les mailles du filet de toutes les institutions pendant plusieurs années ? C'est la principale question qui se pose depuis que RTL a révélé, jeudi 20 mars, le cas d'une fratrie qui vivait recluse, dans une barre HLM de la cité des 4 000, à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).
Il a fallu la naissance du quatrième enfant d'un couple d'origine indienne pour que la police découvre ce qui se cachait depuis 2008 au 7e étage de la tour du Mail de Fontenay. Trois enfants, des garçons de 2, 5 et 6 ans, privés de soins, d'école et de tout suivi médical depuis leur naissance, partageaient dans le dénuement le plus complet une pièce d'un appartement de 85 m2.
Selon une source judiciaire, aucun signe de la présence d'enfant en bas âge dans l'appartement, à l'exception d'un lit pliant de bébé. Aucun jouet. La baignoire ne semble pas avoir servi depuis des mois. Pendant plus de cinq ans, aucun des occupants des 301 logements de l'immeuble n'avait jamais vu les deux aînés.

Ecrire « SMS » ne nuit pas à l’orthographe

Le Monde Blogs 19 mars 2014
La « novlangue SMS » va-t-elle envahir les bancs de l’école ? Va-t-on trouver, dans les copies des élèves, des « tu fé koi ? » (tu fais quoi ?) ou des « g croier que tu devè venir » (je croyais que tu devais venir) ? L’écriture SMS ne fait pas seulement hurler les défenseurs de la langue française. Elle inquiète aussi de nombreux parents et enseignants, qui y voient une menace sur le niveau d’orthographe des adolescents.
Pour la première fois en France, une étude, publiée mardi 18 mars par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), a de quoi les rassurer. Non, le langage SMS ne nuit pas à l’orthographe traditionnelle. Ce n’est pas parce qu’un élève écrit « tu fé » dans un SMS qu’il ne sait pas que le verbe « faire », conjugué à la deuxième personne du singulier, s’écrit « fais ». Il existe un registre de l’écrit traditionnel et un registre de l’écrit SMS ; les deux sont indépendants l’un de l’autre.
Les travaux en question, réalisés par des chercheurs du Centre de recherche sur la cognition et l’apprentissage (Cerca, université de Poitiers), ont consisté à observer pendant un an des collégiens de 6e et de 5e qui ne possédaient pas de téléphones portables avant le début de l’étude. « Nous les avons équipés d’un téléphone mobile en échange de quoi ils se sont engagés à nous livrer leurs SMS tous les mois »,explique Josie Bernicot, de l’équipe du Cerca. « Au total, près de 5 000 SMS ont été recueillis auprès de 19 jeunes âgés de 11 et 12 ans. »

La jouissance (2/4): la jouissance sur le divan

Emission à venir, le 25.03.2014 à 10h
Par Adèle Van Reeth
Réalisation : Mydia Portis-Guérin
Lectures : Anne Brissier 
Bibliographie complémentaire:
- Jacques Lacan, Le SéminaireLivre XX: Encore 1972-1973, Texte établi par Jacques-Alain Miller (Seuil, 1975)
- Jacques Lacan, Ecrits II ( Seuil, 1971)
Invité(s) :
Jean-Luc Nancy, philosophe
Elisabeth Roudinesco, directrice de recherche au CNRS

Grève nationale et manifestation des psychologues

L'Intersyndicale qui réunit différents syndicats s'est prononcée pour la grève du 10 avril 2014. La CGT-UFMICT nous a fait parvenir le premier appel à la grève nationale. (à voir sur le site du syndicat ...)


10/04/2014 Grève nationale et manifestation des psychologues











APPEL DE LA CGT & CGT-UFMICT : GRÈVE NATIONALE, MANIFESTATION NATIONALE : PLACE DE LA RÉPUBLIQUE À PARIS À 13H30, SUIVIE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE À LA BOURSE DU TRAVAIL : 3 RUE DU CHÂTEAU D’EAU, PARIS JUSQU’À 19H

Pour une revalorisation de nos salaires et la suppression de la précarité dans la fonction publique hospitalière, exigeons l’ouverture de négociations. 

Pour la reconnaissance officielle de l’activité et de la place des psychologues dans la fonction publique hospitalière en lien avec leur niveau de formation et de responsabilité. 

La structuration des psychologues en cours d’expérimentation doit déboucher sur un texte règlementaire. 


Pour la prise en compte de la dimension psychologique clairement inscrite dans la réécriture de la loi hospitalière. 


Pour la gratification des stages de master des étudiants en psychologie luttant contre l’inscription dans la précarité dès l’université. 


Cet appel fait suite aux mobilisations des 26 septembre 2013 et du 28 mai 2013. 

Ces mobilisations s’inscrivent dans le prolongement de la mobilisation du 28 janvier 2011 et l’ouverture de négociations avec la DGOS qui ont permis l'abrogation de la circulaire du 4 mai 2010, la réécriture du décret sur le titre de psychothérapeute, l’augmentation du quota promu/promouvable et l’expérimentation de la structuration des psychologues actuellement en cours. 


Tous en grève le 10 avril !!! 


Fédération de la santé et de l’Action Sociale 

Case 538 93515 MONTREUIL Cedex  
Tél. : 01 55 82 87 49 / 57 

BOURSE NATIONALE DU TRAVAIL 263, rue de Paris, MONTREUIL Métro : Porte de Montreuil 

Réflexions bloguesques sur la maltraitance médicale et son assimilation à un viol





Paris, le samedi 15 mars 2014 – Un seul tweet s’impose et tous se sentent maltraités ! Le vers de Lamartine repris à l’envi pourrait être ainsi parodié pour évoquer l’effervescence connue sur Twitter fin février après la publication par le docteur Marc Zafran, alias Martin Winckler du message suivant. « La maltraitance médicale est un viol ». Immédiatement, les réponses ont afflué pour s’offusquer de l’outrance de ce message. Pour apaiser les esprits, le médecin et talentueux écrivain, auteur de « La maladie de Sachs » a rectifié : « La maltraitance médicale est (vécue) comme un viol ». Cependant, comme il l’explique dans un long post publié sur son blog « le problème reste entier ».

jeudi 20 mars 2014

L'enfant préféré, un tabou familial

Le Monde.fr |  |Propos recueillis par 
Un père et ses enfants à la rentrée de septembre 2013 à Lyon (image d'illustration).
Cela arrive aux parents plus souvent qu'ils n'osent se l'avouer. Avoir, parmi leurs enfants, un préféré. Catherine Sellenet, professeur en sciences de l'éducation à l'université de Nantes, psychologue clinicienne et sociologue, a publié avec Claudine Paque, qui enseigne la communication dans la même université, un livre sur ce sujet encore tabou. L'enfant préféré, chance ou fardeau ? (Belin) ouvre une lucarne passionnante sur la vie des familles, parfois moins harmonieuse que dans les livres pour enfants.

L’excision, ça se répare, leçon pour toutes les femmes victimes de violences

22/03/2014

Paris, le samedi 22 mars 2014 – Pas une journée mondiale dédiée à la lutte contre l’excision ne se déroule sans que soit rappelé l’apport majeur de l’action du docteur Pierre Foldes en la matière. Ce praticien français a en effet mis au point il y a près de trente ans une technique de chirurgie réparatrice qui a offert à des milliers de femmes dans le monde la possibilité de recouvrer un clitoris et au-delà de se réapproprier leur corps et leur sexualité. Evoquant ici avec Frédérique Martz, responsable d’un groupe de parole dédiée à l’excision au sein de l’Institut en santé Génésique de Saint Germain en Laye, sa découverte des femmes excisées en Haute-Volta et la prise en charge qu’il a fortement contribué à mettre en place, le docteur Pierre Foldes révèle que son soutien sans faille à ces victimes a nourri en lui le désir de venir en aide à toutes les femmes martyrisées. C’est le message qu’il entend délivrer ici avec force, insistant sur les leçons universelles tirées de la prise en charge des victimes d’excision.
Par le Docteur Pierre Foldes et Frédérique Martz

mercredi 19 mars 2014

Mouvement de grogne au CHU d'Amiens

PUBLIÉ LE 

Les hôpitaux de l'Ontario recherchent l'équité pour tous les professionnels de la santé

TORONTO, le 18 mars 2014 /CNW/ - 

Comme elle l'a déjà mentionné (en anglais), l'Association des hôpitaux de l'Ontario (OHA) et l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario (AIIO) ne sont pas parvenues à un accord dans le cadre des conventions collectives et d'une médiation. Le dossier est désormais entre les mains d'un conseil d'arbitrage.

En réponse aux récents commentaires publics concernant les mandats de négociation des hôpitaux de l'OntarioAnthony Dale, président-directeur général, OHA, a fait la déclaration suivante :
« Les hôpitaux de l'Ontario accordent une grande valeur et vouent un immense respect au personnel infirmier tout comme à l'ensemble des professionnels de la santé.

Le mandat de négociation auquel les hôpitaux de l'Ontario ont eu recours lors des récentes négociations avec l'AIIO était non seulement équitable et raisonnable, mais il était fondé sur des accords similaires récemment négociés et que les hôpitaux de la province ont conclu avec succès et de bon gré avec le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et le Service Employees International Union (SEIU). Ensemble, ces deux syndicats représentent des dizaines de milliers de professionnels de la santé qui sont essentiels.


8 questions pour en finir avec les clichés sur la théorie de l’évolution

Le Monde Blogs , par Pierre Barthélémy

Un entretien avec Jean-Sébastien Steyer

Jean-Sébastien Steyer est paléontologue au CNRS et rattaché au Muséum national d'histoire naturelle. Avec l'astrophysicien Roland Lehoucq, l'archéologue Jean-Paul Demoule et l'écrivain de science-fiction Pierre Bordage, il vient de co-signer Exquise Planète (éditions Odile Jacob, 190 p., 19 €), un livre où, sur le principe du cadavre exquis, les auteurs imaginent une planète où se développe la vie, en suivant les lois de la physique et de la biologie. L'exercice permet de réinterroger la théorie de l'évolution, souvent déformée par une série d'idées reçues que j'ai demandé à Jean-Sébastien Steyer de décrypter pour les lecteurs du Monde.fr.

1/ Soit par une simplification excessive soit dans le discours des partisans créationnistes de l'« Intelligent Design », l'évolution est souvent représentée comme une ligne droite qui va de la bactérie jusqu'à l'homme. Que répondre à ceci et quelle autre représentation graphique serait plus correcte ?
L’esprit humain a du mal à accepter le rôle important du hasard et l’absence de hiérarchie dans l’évolution, deux leitmotivs que je me suis imposés en écrivantExquise Planète. Avant même que l’évolution ne soit connue, Aristote classait le monde selon une hiérarchie imaginaire allant des minéraux jusqu’à Dieu, englobant alors les bactéries et l’homme ! Cette conception hiérarchique de l’évolution, dictée par les croyances plus que par la raison, a donc une origine très ancienne. Elle montre que, même si certains religieux ont participé à la description de la nature, les religions sont des prismes nous empêchant de la comprendre.
En 1996, et à défaut d’admettre enfin la réalité de l’évolution, l’Eglise catholique reconnaît que la théorie de l’évolution est « plus qu’une hypothèse »… Des spiritualistes (parfois déguisés en scientifiques pour mieux brouiller les pistes) prêchent alors un déterminisme dans l’évolution : « OK, l’évolution existe, mais elle est dirigée par Dieu. » Ce mélange entre science et religion – certains parlent même de « réconciliation » – n’a pas lieu d’être puisque ces deux magistères (pour reprendre les termes de Stephen Jay Gould) répondent à des questions fondamentalement différentes, « comment » et « pourquoi ». C’est cet affreux mélange qui masque la vision buissonnante et aléatoire que nous devrions tous avoir de l’évolution…
2/ L'évolution va-t-elle nécessairement vers plus de complexité comme on l'entend souvent ?
Non. Concevoir l’évolution comme une augmentation de la complexité, c’est encore une fois lui donner un sens… Or l’évolution est un phénomène stochastique et foisonnant qui part dans toutes les directions. L’argument souvent avancé est alors « Oui mais regardez le cerveau humain et l’évolution de l’homme ; ne sommes-nous pas plus complexes que les autres espèces ? » En bons primates égocentriques, nous percevons l’évolution comme une augmentation de la complexité car nous trônons sur notre branche. Or dans l’arbre de la vie, aucune espèce n’est plus complexe ni plus évoluée qu’une autre, mais toutes sont différentes.
Cette idée de complexité hiérarchise non plus les espèces elles-mêmes, mais les caractères les définissant : ainsi le fait de posséder un cerveau devient plus important que celui de posséder un œil ou un rein… Vu sous cet angle, il est alors facile de démonter l’argument en orientant le projecteur sur d’autres caractères : le crâne des hominidés est par exemple beaucoup plus simple que celui d’un vulgaire poisson car il contient beaucoup moins d’os !

Nouvelles normes pour la recherche psychiatrique aux États-Unis

19 mars 2014
Le National Institute of Mental Health(NIMH), organisme gouvernemental américain subventionnant la recherche en santé mentale, a décidé de cesser de financer les essais cliniques qui ne visent qu'à soulager les symptômes de patients, rapporte la revue Nature.
Les études cliniques devront dorénavant identifier les mécanismes biologiques qui sous-tendent les symptômes. Ainsi, si l'essai d'un traitement échoue, les chercheurs auront au moins appris quelque chose du fonctionnement cérébral, souligne Thomas Insel, directeur du NIMH.
En 2013, le budget alloué aux essais cliniques par le NIMH a été de 100 millions de dollars.

« Human Longevity », la plus vaste opération de séquençage au monde

19/03/2014

L’approche est ambitieuse et inédite : développer la plus large opération de séquençage humain dans le monde, et créer une vaste base de données combinant génome, microbiome, métabolome et phénotype des individus.
Aux États-Unis, le biologiste et entrepreneur Craig Venter vient de lancer Human Longevity Inc. (HLI), une compagnie privée qui s’attache à comprendre et vaincre les conséquences du vieillissement, en commençant par le cancer. Objectif : permettre aux individus de vivre en bonne santé et en pleine forme le plus longtemps possible.
« Grâce au pouvoir combiné de nos principaux secteurs d’expertise - la génomique, l’informatique et les thérapies par cellules souches - nous nous attaquons à l’un des plus grands défis... le vieillissement et les maladies liées à l’âge », a déclaré le Dr Craig Venter, co-fondateur de HLI, basée à San Diego, et grand pionnier de la génomique.

VHC : Médecins du monde appelle à un accès universel aux nouveaux traitements

19/03/2014

« Nous assistons à une révolution dans le traitement du virus de l’hépatite C avec des molécules puissantes capables de guérir l’infection. Il n’est pas question que ces traitements qui peuvent sauver des millions de vies, ne soit pas universellement mis disponibles à un prix abordable ». Ces mots du Pr Françoise Barré-Sinoussi figurent en exergue d’une étude publiée par Médecins du monde.

Pôles hospitaliers : réforme pertinente mais inaboutie, selon les Conférences

19/03/2014

Marisol Touraine les avait chargées l’an dernier de dresser le bilan du fonctionnement des pôles. Les Conférences de directeurs d’hôpital et de présidents de CME (commission médicale d’établissement) viennent de rendre leurs conclusions à la ministre.
Les Conférences dressent le constat d’une réforme inaboutie : délégation de gestion partiellement mise en place, contrats de pôle au contenu très variable, manque d’information à disposition du personnel sur l’actualité du pôle...

Un risque de balkanisation

Alors, si c’était à refaire ? Les Conférences ne prônent pas un tout autre scénario. Elles réaffirment au contraire le principe des pôles, une organisation qualifiée de pertinente, à condition que le pôle ne soit pas trop grand. Au delà de 300 équivalents temps plein, le risque de balkanisation et les problèmes de management surgissent, notent ainsi les Conférences hospitalières.

Silence, on écoute : lancement du 5e festival Audiovision, le cinéma décrit aux aveugles

19/03/2014




Crédit photo : DR
L’association Valentin Haüy(AVH) lance ce mercredi 19 mars la 5e édition du festival Audiovision qui, jusqu’au 1er avril, propose des films audiodécrits à 4,90 euros la séance au cinéma UGC Gobelins*, sous le parrainage de NicolasAbout, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel, et de Valérie Lépine-Karnik, Directrice du Centre national du cinéma et de l’image animée.
Près d’une trentaine d’œuvres sont à découvrir au cours de 82 projections, des classiques, comme La Reine Margot de PatriceChéreau, le Jouet de Francis Veber, ou la comédie musicale 3 places pour le 26 de Jacques Demy, mais aussi les films à succès de ces derniers mois : Ernest et CélestineGravityJimmy P, Le Majordome, ou Les garçons et Guillaume, à Table !
Une profusion signe de succès : à sa naissance en 2010, le festival, qui ne durait qu’une semaine, proposait 7 films.

Les internes publient le palmarès de leurs facs

19/03/2014

L’Intersyndicat national des internes (ISNI) rend publics ce mercredi les résultats d’une enquête nationale qui révèle l’hétérogénéité de la qualité de la formation des futurs médecins.
Plus de 5 600 internes (sur les 19 000 actuellement engagés dans le 3e cycle des études médicales dans les 28 villes de facultés de France) ont répondu par voie électronique au questionnaire diffusé par le syndicat entre juillet et octobre 2013. Six mois d’analyse ont été nécessaires pour établir ce premier classement de la qualité de la formation.
Les internes, majoritairement en CHU et en CHG, ont exprimé leur niveau de satisfaction sur plusieurs critères : la qualité des enseignements, leur organisation, leur niveau scientifique, l’adaptation des cours à leur exercice futur mais aussi la possibilité qu’ils ont ou non de suivre chaque semaine les deux demi-journées de formation universitaire obligatoires.

Lille au top, Marseille fait un flop

Sur la base de ces réponses déclaratives, l’ISNI a établi le palmarès des villes qui « forment le mieux les internes »Lille arrive en tête devantAngersNantes, Paris (toutes facultés confondues) et Toulouse. En queue de peloton, on retrouve Limoges, NiceCaen et les Antilles-Guyane. Marseille ferme la marche, recueillant par ailleurs le plus fort taux d’étudiants insatisfaits de leur formation (83,4 %).