Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 6 janvier 2018

"Le maître est l'enfant", le documentaire qui donne enfin la parole à Maria Montessori




Un documentaire passionnant et émouvant en immersion dans une classe de Nord de la France.


LE MAÎTRE EST L'ENFANT

Le nom de Maria Montessori, la pédagogue italienne du début du XXe siècle, est sur toutes les lèvres. Si sa pédagogie n'a jamais été aussi populaire, rares sont ceux qui peuvent la définir avec précision, plus rares encore sont ceux qui ont lu ses écrits. Alexandre Mourot fait partie de ceux-là. Il signe un documentaire passionnant en salles ce mercredi 27 septembre, "Le maître est l'enfant".
La plus ancienne école Montessori de France se trouve à Roubaix, c'est là qu'Alexandre Mourot a posé sa caméra. Il a suivi pendant deux ans et demi la même classe, celle de Christian Maréchal où règnent le calme, la bienveillance et l'envie de travailler. De beaux mots qui prennent tout leur sens en découvrant ces images.

Rouen : chaque année plus de 1 000 patients hospitalisés contre leur volonté

Résultat de recherche d'images pour "paris normandie rouen"
Benoît MARIN-CURTOUD

Publié 05/01/2018

Résultat de recherche d'images pour "Rouen : chaque année plus de 1 000 patients hospitalisés contre leur volonté paris normandie rouen"
Les malades les plus dangereux, que ce soit 
pour eux-mêmes ou pour autrui, sont enfermés 
au sein de l’unité pour malades difficiles
Depuis août 2011, la justice exerce un contrôle renforcé sur les conditions de détention - il faut bien appeler les choses par leur nom - des personnes hospitalisées contre leur gré en raison de troubles psychiatriques. Tout récemment, le film Douze jours, de Raymond Depardon, a jeté une lumière crue sur les drames domestiques et intimes de ces hommes et femmes qui, au terme de douze jours d’hospitalisation (qu’elle ait été demandée par un tiers ou ordonnée par le préfet), passent obligatoirement devant le juge des libertés et de la détention (JLD).
Étrange sentiment dans une pièce anonyme aux murs blancs et mauves, au lino « vintage » et très hospitalier à Saint-Étienne-du-Rouvray. C’est la justice sans trop de cérémonial qui s’invite à l’hôpital. Une simple table un peu large, quelques chaises disposées contre un mur, un magistrat et son greffier, une avocate commise d’office, en robe, qui enchaîne les dossiers et les demandes d’aides juridictionnelles. Et surtout pas l’odeur familière et un peu écœurante d’un établissement de soins plus « classique ».
C’est ici, dans le bureau du JLD que les accidentés de la vie psychique comparaissent. Ils voudraient tous la mainlevée d’une hospitalisation qu’ils n’ont pas voulue.
Premier cas : un étudiant en première année de BTS, hospitalisé pour la première fois à la demande de sa mère qui l’accompagne. La tension entre les deux est certaine. Le grand adolescent, dépendant au cannabis mais qui a brutalement cessé sa consommation, a été retrouvé par son CPE dans un grand état d’agitation. L’enseignant a prévenu la famille.
- « Mon rôle est de vérifier que vous êtes bien là pour des motifs médicaux, de voir si la procédure a été régulière », commence la juge qui feuillette les expertises médicales. En procédure d’urgence, un seul certificat médical est requis, il peut être rédigé par un médecin de l’établissement tandis qu’en procédure classique, deux certificats dont un établi par un médecin n’exerçant pas dans l’hôpital, sont nécessaires. Un autre certificat doit être dressé 72 heures après. « Les médecins parlent de délire de persécution, de délire d’interprétation. Ils estiment qu’il vaudrait mieux que vous restiez un peu plus longtemps. »
- « Je ne suis pas cinglé, je ne délire pas du tout. »

La Norvège va ouvrir le premier hôpital psychiatrique du monde sans médicaments

Si une personne souffre de dépression, si une autre a des craintes liées à un état omniprésent de l’anxiété, les médecins prescrivent généralement des médicaments. En Norvège, cependant, on veut révolutionner ce concept, en fait, c’est dans ce pays que nettra le premier hôpital psychiatrique où les patients seront traités sans médicaments.
Le ministère norvégien de la Santé a lancé le programme «Traitement sans médicaments» dans quatre unités de santé.
Tout commence dans la citadelle scandinave d’Åsgård, où un hôpital psychiatrique a été pionnier en commençant un chemin très particulier avec ses patients, un chemin sans médicaments. L’hôpital est situé à Tromsø, à 215 miles au nord du cercle polaire arctique, et pourrait difficilement être situé plus loin des centres de psychiatrie occidentale …

Pas assez de gynécologues, est-ce grave docteur ?

Paris, le samedi 6 janvier 2018 – Les polémiques sur l’apparente insuffisance des gynécologues médicaux sont récurrentes. A la faveur du vieillissement de l’ensemble des médecins libéraux, elles ne devraient qu’être plus fréquentes. Le dernier épisode en date est né d’une enquête conduite par le Monde s’inquiétant : « Le nombre de gynécologues qui font du suivi médical a chuté de 31 % en sept ans. Depuis 2010, il est passé de 1 648 à 1136 et pourrait atteindre 531 d’ici à 2025». Pour le quotidien vespéral, la situation est fortement dommageable pour la santé des femmes, dont certaines renonceraient à se soigner faute d’accès rapide à un gynécologue et qui plus est à un gynécologue installé en secteur 1.

Et les généralistes dans tout ça ?

La dénonciation n’a pas laissé indifférents les syndicats de médecins généralistes et de sages-femmes qui ont tenu à rappeler que loin d’être abandonnées, les femmes françaises pouvaient recourir et recourent régulièrement à leur service. Se faisant le porte-parole de ces praticiens, Martin Winckler affirme d’ailleurs sur son blog qu’aujourd’hui la plupart des femmes ne consultent jamais de gynécologues, mais se font prescrire la pilule par leur médecin généraliste et voient leur grossesse (non pathologique) suivie par des sages-femmes.
Plus affreux, sales et méchants que les autres ?

Le désir accompli du sociologue, par Jacques André

Le psychanalyste a lu « L’Interprétation sociologique des rêves », de Bernard Lahire. Regard critique.

LE MONDE 

Le psychanalyste Jacques André.

« L’“inconscient” n’est que l’oubli de l’histoire que l’histoire elle-même produit en incorporant les structures objectives qu’elle produit dans ces quasi-natures que sont les habitus. » La phrase est de Pierre Bourdieu, mais si Bernard Lahire la reprend à son compte, c’est qu’elle s’applique fort bien à son projet d’une « interprétation sociologique des rêves ». L’individu ne tient pas ses expériences passées devant lui comme un « avoir » ou un ­ « acquis » : elles sont une part constitutive de lui-même qui détermine, sans qu’il en soit conscient, ses représentations ou ses actes… et aussi ses rêves.

vendredi 5 janvier 2018

Le stress des mères détecté chez les «enfants du verglas»

Le Devoir.com - Libre de penser
4 janvier 2018 |Andréanne Chevalier

Mené par la professeure en psychiatrie Suzanne King, le Projet Verglas étudie les conséquences du stress vécu par les femmes enceintes au moment de la crise du verglas de janvier 1998.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir
Mené par la professeure en psychiatrie Suzanne King, 

le Projet Verglas étudie les conséquences du stress 
vécu par les femmes enceintes au moment de la crise 
du verglas de janvier 1998.

Il y a 20 ans, le Québec faisait face à l’une des plus grandes catastrophes naturelles de son histoire. Entre le 4 et le 10 janvier 1998, la tempête de verglas a laissé jusqu’à 100 millimètres de pluie verglaçante sur son passage, plongeant dans le noir plus d’un million d’abonnés d’Hydro-Québec au pire de la crise. Premier texte d’une série à lire jusqu’à samedi sur cet épisode marquant.

Un grand stress vécu par une mère enceinte peut accroître des facteurs de risques chez l’enfant à naître.


L'Algérie se vide de son corps médical

Univadis
28 déc. 2017

C'est une véritable hémorragie à laquelle l'Algérie est confrontée depuis une vingtaine d'année. Selon l'Atlas 2017 de la démographie médicale publié par l'Ordre des médecins français, 4 776 médecins algériens exercent aujourd'hui en France, soit 38 % du total des praticiens titulaires d'un diplôme obtenu en dehors de l'Union européenne. Un chiffre auquel s'ajoutent tous ceux qui ne sont pas inscrits à l'Ordre, « mais qui sont tout de même employés sous des statuts divers (faisant fonction d'interne, praticien associé, etc.) ; ceux là sont entre 10 et 15 000, selon les associations qui les représentent », explique le docteur Mohamed Bekkat Berkani, le président du Conseil national de l'Ordre des médecins en Algérie, au magazine en ligne What's Up Doc ?


L’Islande devient le premier pays à obliger les entreprises à payer les femmes autant que les hommes

Daily Geek Show

L’Islande a dignement fêté son entrée dans la nouvelle année en appliquant, dès le 1er janvier 2018, une loi qui reconnaît l’inégalité salariale comme un délit, passible d’une amende plutôt salée…

MÊME TRAVAIL, MÊME SALAIRE

C’est officiel : d’ici à 2022, l’ensemble des entreprises publiques et privées implantées sur le sol islandais devront scrupuleusement respecter la parité salariale. Un message fort et ô combien inespéré que le gouvernement islandais adresse au reste de l’Europe, et plus largement, au reste du monde. Annoncée le 8 mars 2017Journée internationale des droits des femmes, et votée 3 mois plus tard, la loi pénalisant les inégalités salariales est entrée en vigueur ce 1er janvier 2018.
Désormais, toutes les entreprises de plus de 25 employés devront OBLIGATOIREMENT respecter l’égalité salariale au moyen du « Equal Pay Standard » ; ce système de gestion salariale, développé par les syndicats islandais, leur permettra notamment de décrocher une certification devenue obligatoire. Sans celle-ci, les entreprises hors-la-loi s’exposent à des amendes particulièrement douloureuses – même si le montant exact n’est toujours pas connu, elles tourneraient autour des 400 €…

Deux jours avec les partisans de la théorie de la Terre plate


Kevin Campbell, prédicateur, tenant une
pancarte devant l'Embassy Suites Hotel
en compagnie de son épouse et de sa fille.




"La représentation de la Terre en globe est le truc le plus facile à réfuter qui existe", m'affirma-t-il. "Nous savons que la Terre est plate. Mais que faut-il en déduire ?" Je ne savais pas quoi répliquer, alors j'ai hoché de la tête poliment et je suis retourné à l'intérieur de l'hôtel.

C'était le deuxième jour de la première Conférence internationale sur la Terre plate, et j'étais déjà à bout de forces. J'avais passé les dernières 48h enfermé dans un auditorium d'hôtel en compagnie de 500 platistes, à écouter les élucubrations de prédicateurs fous, de crackpots professionnels et de scientifiques autoproclamés. Toutes les conversations que j'avais eues jusque là ressemblaient peu ou prou à celle que je venais d'avoir avec Atkinsun.

Watsun Atkinsun, présentant son mobile home.
Si je me suis rendu au fin fond de la Caroline du nord les 9 et 10 novembre 2017, c'était pour rencontrer des platistes en chair et en os, et tenter de comprendre comment les réseaux sociaux et le contexte politique américain avaient participé à donner un second souffle à cette croyance – pourtant fort ancienne – selon laquelle la Terre était plate comme un terrain de pétanque.

Fin de vie : le Conseil d’Etat valide l’arrêt des soins d’une adolescente dans le coma, contre l’avis des parents

Le tribunal administratif de Nancy avait suivi l’avis exprimé fin juillet par les médecins, qui s’étaient prononcés pour un arrêt des soins d’Inès.

LE MONDE 

Le Conseil d’Etat a validé, vendredi 5 janvier, la possibilité que les médecins de l’hôpital de Nancy puissent procéder à l’arrêt des soins d’une adolescente de 14 ans, dans un état végétatif depuis juin, mais que les parents refusent de laisser mourir.

Le père et la mère de l’adolescente, prénommée Inès, avaient saisi en référé (procédure d’urgence) la plus haute juridiction administrative pour s’opposer à la décision du tribunal administratif de Nancy qui, le 7 décembre, avait validé l’avis exprimé fin juillet par les médecins au terme d’une procédure collégiale. Le Conseil d’Etat avait procédé à une audience sur le sujet le 28 décembre.


La méditation ouvre une nouvelle piste pour prévenir la maladie d'Alzheimer

Une étude pilote met en lumière les bienfaits de la méditation sur le cerveau et particulièrement les régions touchées par le déclin cognitif. Elle explore la possibilité que cette pratique puisse "décaler de quelques années l'âge auquel les changements cérébraux favorables au développement d'Alzheimer apparaissent". En effet, le stress et la mauvaise qualité de sommeil sont deux facteurs de la maladie, facteurs sur lesquels la méditation agit.

Des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), basés à Caen (Calvados) et Lyon (Rhône), ont comparé le fonctionnement du cerveau de six "experts" en méditation de 65 ans, avec celui de 67 témoins du même âge. Les pratiquants ont en moyenne entre 15 000 et 30 000 heures de méditation derrière eux et ont été sélectionnés "car ils pratiquent la méditation selon différents courants traditionnels bouddhistes", précise Gaël Chételat, chercheuse à l'institut et première auteur de ces travaux. Enfin, un groupe plus large de 186 personnes de 20 à 87 ans a été inclus pour "évaluer les effets classiques du vieillissement sur le cerveau et mieux comprendre les effets particuliers de la méditation", note l'Inserm sur son site.

AIDANTS Un site proposera au printemps les disponibilités en temps réel des solutions de répit

Le Groupe de réflexion et réseau pour l'accueil temporaire des personnes en situation de handicap (Grath) annonce la mise en ligne du site SOS Répit pour le printemps 2018. Le Grath rappelle que le portail de l'accueil temporaire aide d'ores et déjà à trouver des solutions de répit pour les personnes en situation de handicap, malades ou âgées. Le nouveau site permettra alors de connaître les disponibilités de ces places en temps réel. SOS Répit "facilitera la recherche d'une solution, la prise de contact, et la demande d'une réservation", assure le groupe.
Cécile Rabeux

Tous droits réservés 2001/2018 — HOSPIMEDIA

La DGOS ouvre des perspectives pour dépasser le modèle de financement actuel de la psychiatrie

Lors d'un congrès à Lille ce 22 septembre, la DGOS a dressé un état des lieux du financement actuel de la psychiatrie et ouvert des perspectives pour dépasser le modèle de dotation globale de fonctionnement. Il a notamment listé des pistes de travail qui vont être discutées lors du prochain comité de pilotage de la psychiatrie au ministère.
À quelques jours de la nouvelle réunion du comité de pilotage (Copil) de la psychiatrie au ministère, où sera évoquée l'évolution des modalités de financement de la psychiatrie, la DGOS a présenté le 22 septembre de premières perspectives pour sortir du modèle actuel, jugé par nombre d'acteurs du secteur inadapté aux besoins et inéquitable (lire notre analyse). Thierry Kurth, chef du bureau des prises en charge post-aïgues, maladies chroniques et santé mentale à la DGOS est ainsi intervenu aux 6es journées nationales de l'information médicale et du contrôle de gestion en psychiatrie, organisées* à Lille (Nord), pour dresser un état des lieux et évoquer les travaux à venir.

Autisme France suggère que les futures recommandations de bonnes pratiques deviennent opposables

Pour que le quatrième plan Autisme entraîne une vraie rupture et ne soit pas un programme de plus, l'association Autisme France demande notamment que les recommandations de bonnes pratiques deviennent opposables. À la veille de la publication de celles concernant les adultes, un tel choix pourrait changer la donne en matière de formation.
Malgré les promesses de l'ancienne secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville, les recommandations de bonnes pratiques concernant les adultes autistes ne sont finalement pas sorties avant fin 2017. Trente mois déjà que le travail a débuté. Cet été, une version quasi finalisée a même été mise en ligne pour consultation publique jusqu'à mi-août (lire notre article). 

Quand l'Institut de neuroscience de Marseille teste le maquillage vocal

Par AFP le 05.01.2018

Maquiller sa voix comme on se met du rouge à lèvres ou du fond de teint, et susciter automatiquement la confiance auprès de son interlocuteur ? Grâce aux travaux de l'Institut de neuroscience de la Timone à Marseille, l'idée n'est plus fantaisiste.
"On peut imaginer dans un avenir proche des applications sur smartphone qui modifieront notre voix en temps réel", explique Pascal Belin, professeur à l'université d'Aix-Marseille et auteur principal de cette étude démontrant comment il est possible, via un algorithme, de générer une voix suscitant automatiquement la confiance.

La psychiatrie publique : Guillaume Régnier à Rennes symbole d'un malaise profond

Résultat de recherche d'images pour "france 3 bretagne"
Par AFP

À Alger, la répression policière de la manifestation de médecins résidents soulève une vague d'indignation





  • Alger Médecins blessés - Bras de fer Ministre de la Santé

    À Alger, la répression policière de la manifestation de médecins résidents soulève une vague d'indignation

Crédit Photo : Capture d'image (YouTube)Zoom
Plusieurs médecins ont été blessés – dont certains gravement – mercredi 3 janvier à Alger, à la suite d'une répression policière lors d'un « sit-in » et d'une manifestation au CHU Mustapha Pacha, le plus important hôpital algérien, alors qu'ils demandaient une amélioration de leurs conditions de travail.

Plus de concours pour les kinés, mais une sélection toujours drastique

Depuis la rentrée 2017, il faut valider une première année en Paces, en Staps ou en sciences pour espérer intégrer un institut de formation en masso-kinésithérapie.

LE MONDE  | Par 
En France, 47 établissements, publics ou privés, forment au métier de masseur-kinésithérapeute.
En France, 47 établissements, publics ou privés, forment au métier de masseur-kinésithérapeute. BenJam / CC BY 2.0

C’en est définitivement terminé du concours PCB (physique, chimie et biologie) pour intégrer un institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK). Depuis la rentrée 2017, la totalité des 47 établissements qui forment les futurs kinés les recrutent après une année de Paces (première année commune aux études de santé), une première année de licence en Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives) ou en sciences. Dès 1989, une expérimentation avait permis à plusieurs établissements de se passer de concours, mais c’est un arrêté de 2015 qui a imposé à tous les instituts de rentrer dans le rang en 2017.

« Cela met fin à une inacceptable sélection par l’argent », se réjouit Yann Plantade, élu de la Fédération nationale des étudiants en kinésithérapie (FNEK), dont c’était une revendication de longue date. Entre les frais d’inscription au concours – jusqu’à 150 euros, une manne pour certains IFMK, d’autant que le métier attire toujours plus de jeunes – et le coût d’hébergement, l’addition pouvait être salée pour les aspirants kinés qui tentaient parfois leur chance auprès de plusieurs établissements en France.