Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 2 mai 2020

« On boit pour se tranquilliser » : quand le confinement influe sur la consommation d’alcool

Si une minorité de personnes dépendantes semblent profiter du confinement pour réduire leur consommation, les témoignages confirment une hausse, voire une reprise, de la demande d’alcool.
Par  Publié le 1er mai 2020
Le climat anxiogène du confinement peut entraîner chez certaines personnes une augmentation de la consommation d’alcool.
Le climat anxiogène du confinement peut entraîner chez certaines personnes une augmentation de la consommation d’alcool. PHILIPPE HUGUEN / AFP
« Le confinement est arrivé, il n’y avait pas grand-chose à faire, je suis retombé dedans. » Avant le 16 mars, Baptiste (les prénoms ont été modifiés) comptait les jours. A rebours de la majorité de la population, c’est quand les mesures de distanciation sociale ont débuté qu’il a arrêté de compter. Le calendrier s’est enrayé au bout de quatre-vingts jours, lorsque le jeune homme de 31 ans a ouvert sa « cannette de 8.6. », après deux mois et demi d’abstinence.
« Le confinement est une période de déstabilisation émotionnelle, qui favorise ou renforce les situations de dépendance », constate Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération addiction, qui regroupe plus de 200 associations, confirmant « une majoration de la consommation d’alcool ». Pour expliquer cette hausse, les personnes dépendantes, majoritairement des hommes, évoquent pêle-mêle « l’anxiété »« la solitude », « la perte de rythme » ou encore « la pression familiale » induites par les mesures de distanciation sociale.

« Confinés ou déconfinés, les enfants victimes invisibles de la pandémie »



Les conséquences psychiques et sociales du Covid-19 sur l’enfance nécessitent un suivi et une coordination des politiques sanitaires, médico-sociales et de protection sociale, soulignent, dans une tribune au « Monde », onze pédiatres et spécialistes de santé publique.
Publié le 2 mai 2020

Tribune. La pandémie semble a priori épargner les enfants. Lorsqu’ils sont atteints, ils restent le plus souvent asymptomatiques, les formes graves sont rares et les décès heureusement exceptionnels. Cette relative protection risque de se retourner contre eux. S’ils n’ont pas encombré les services d’urgence, ils sont pourtant touchés, et peut-être durablement, par l’ensemble des effets indirects de la pandémie.
Ces conséquences pourraient passer inaperçues au regard de l’ampleur inédite de la crise que nous vivons. La perspective d’un déconfinement et de la réouverture des écoles doit inciter à préparer la suite et à en limiter les effets sur leur santé.

Le rêve, une réalité (4 ÉPISODES (4 DISPONIBLES)


TOUS LES ÉPISODES
54 MIN
LE 30/09/2019
"Le rêve est comme un film, mais qui est le projectionniste ?" Tobie Nathan
54 MIN
LE 01/10/2019
"Faire des cauchemars, cela évite de se foutre en l'air" Monsieur F. (Témoignage anonyme)

Évadez-vous grâce au "Manège" de Petit Pierre, chef d’œuvre d’ingéniosité et d’émerveillement

Par Céline du Chéné  01/05/2020

Culture Maison |En attendant que le musée La Fabuloserie à Dicy ne rouvre ses portes, découvrez l’incroyable "Manège" de Petit Pierre, garçon vacher du Loiret. Céline du Chéné, productrice de documentaires et chroniqueuse à Mauvais Genres, rend hommage à une œuvre inclassable, trésor de mécanique et de poésie.
Le "Manège" de Petit Pierre
Le "Manège" de Petit Pierre Crédits : Jean-François Hamon
Ça couine, ça grince, ça racle et c’est une véritable merveille visuelle et sonore que le Manège de Pierre Avezard, dit « Petit Pierre ». Fabriqué pendant un demi-siècle, à partir de bouts de tôles, de morceaux de fer blanc récupérés, de boulons, de débris de métaux, ce Manège - ainsi nommé par son créateur- tient plus du spectacle total que de la mécanique foraine. On y pénètre par une sorte de petit sas qui fait aussitôt basculer le visiteur dans un univers parallèle, entièrement animé. Entourés de machines mouvantes et bruyantes qui reconstituent le quotidien de Petit Pierre, on découvre alors un univers campagnard et onirique, réel et rêvé, authentique et farceur, rempli de personnages rigolards et d’animaux facétieux - comme cette vache électrique qui prend un malin plaisir à asperger d’eau le visiteur imprudent- sans oublier des véhicules en tout genre : des voitures, des chars, des tracteurs, mais aussi des tramways qui passent en brinquebalant au-dessus de nos têtes, des bombardiers qui lâchent des billes sur une tôle dans un son d’enfer, peinant à couvrir le bruit du moteur qui fait mouvoir l’ensemble des machines ; le tout étant dominé par une immense tour Eiffel de 23 mètres de haut.

Comment la médecine hospitalière a fait la «guerre» au Covid

Par Pierre Alonso et Anaïs Moran — 
Dans le Grand-Est et en Ile-de-France, les transferts de patients ont amorti les risques de détérioration des soins. Ici, un transfert de patients d'Ile-de-France vers la Bretagne, le 1er avril.
Dans le Grand-Est et en Ile-de-France, les transferts de patients ont amorti les risques de détérioration des soins. Ici, un transfert de patients d'Ile-de-France vers la Bretagne, le 1er avril. Photo Eliot Blondet. REA


L'épidémie du coronavirus a mis une pression inédite sur notre système de soins. Pour rendre compte de la situation, le chef de l'Etat a décliné sur le terrain médical la métaphore guerrière. D'aucuns ont même fait un parallèle avec la «médecine de guerre». Une comparaison contestable, même si le coronavirus a sérieusement bousculé le fonctionnement habituel des hôpitaux.

Lavaur. Réouverture progressive des unités en psychiatrie

Publié le 
Le pôle de psychiatrie du centre hospitalier de Lavaur s’organise pour permettre une reprise progressive des activités de psychiatrie et de pédopsychiatrie. Ce plan de reprise d’activité a été présenté et validé par la cellule de crise le 28 avril. Il détaille les modalités et le calendrier de la réouverture de toutes les structures.
close
volume_off
 

Ainsi, les unités vont accueillir de nouveau des patients de manière progressive à partir du lundi 4 mai. Les capacités d’accueil et les modalités de prise en charge seront adaptées pour garantir le respect des mesures barrières.

Jean-Paul Demoule: «Dès le Néolithique, la maison "en dur" scelle le confinement des humains dans une boîte immobile»

Par Simon Blin — 
Dessin Cat O’Neil

Pour l’archéologue, l’enfermement à domicile que nous vivons aujourd’hui s’inscrit dans la longue histoire de l’humanité. Depuis dix mille ans et l’invention de l’agriculture sédentaire, nous n’avons eu de cesse de réduire notre mobilité. La progressive urbanisation et la prise de contrôle de la nature par l’homme ont quant à elles favorisé la propagation de pandémies.

JP Demoule
Le confinement, une suite logique dans l’histoire de l’humanité ? C’est la thèse à rebours de l’archéologue et historien Jean-Paul Demoule, qui vient de publier une Préhistoire du confinement (éd. Gallimard, téléchargeable en ligne dans la collection «Tracts de crise»). Pour le spécialiste de protohistoire et professeur à l’université de Paris-I Sorbonne, l’enfermement du globe pour cause de pandémie de Covid-19 n’est pas l’«événement considérable» que l’on voudrait nous faire croire. Bien au contraire, il était écrit depuis des millénaires. Précisément lorsque Homo sapiens a tombé l’arc et la machette pour planter des champs et bâtir des villes. Au fil des siècles, la civilisation des chasseurs-cueilleurs a laissé place à celle des télétravailleurs tertiarisés, entassés dans les habitations que nous occupons désormais en continu depuis un mois et demi. Le confinement ne serait donc que l’aboutissement d’un monde sédentaire sur une «planète finie», explique Jean-Paul Demoule. Et ce, malgré l’apparente mobilité de la mondialisation.

Memento Mori, mais souviens-t’en vraiment !




Paris, le samedi 2 mai 2020 – Ecrivains, philosophes, physiciens, journalistes : experts en passé, férus de prophétie, ils pêchent face au même obstacle. Ils ne se concentrent que difficilement sur le présent. Les discours actuels sont souvent le théâtre de la confrontation entre le monde d’avant et le monde d’après. Quelles erreurs avons-nous commises hier qui expliquent nos difficultés face à l’épidémie de Covid-19 ? Qu’aurions-nous pu corriger ? Et quand ce bilan est en partie réalisé, nous nous tournons vers l’avenir. Comment empêcher que nous soyons demain à nouveau confrontés à une telle crise ? Quels mécanismes économiques, quels rapports internationaux, quelles valeurs devraient être transformés ?

La mort pour seul horizon

Ce passage entre hier et demain, entre ce que nous ne pouvons plus changer et ce que nous ne faisons que rêver nous interdit de penser aujourd’hui. Il faut dire que ce qui semble symboliser notre horizon immédiat est terrifiant : la mort. La mort a envahi l’espace médiatique, elle est en filigrane tans tous les discours. « Le décompte quotidien des morts, les souffrances des malades, les inquiétudes pour la vie de nos proches, l’incapacité d’accompagner dignement nos disparus, la prise en charge directe de la question de la vie par les instances politiques en charge de la santé publique et des politiques de lutte contre l’épidémie… tout cela signe le retour du tragique dans notre vie de tous les jours » décrit dans une tribune publiée par France TV, le politologue Pascal Perrineau.

Tu ne meurs pas de ce que tu es malade : tu meurs de ce que tu es vivant

Taboue, oubliée, bannie : la mort est l’invitée surprise des plateaux de télévision et des réseaux sociaux de cette année 2020. L’homme moderne était presque parvenu à oublier sa condition de mortel qui lui est rappelée avec violence. Sans doute, déciller les yeux de ceux qui avaient rangé la mort dans la catégorie des impensés ou des accidents n’est pas inutile, même si elle blesse notre orgueil. « En tant que communauté humaine, nous sommes condamnés à faire corps d’une manière qui nous oblige à apprendre à mourir, et à arrêter de déléguer notre mort à autrui, à prendre en charge toutes les vies et toutes les morts de façon égale. L’"homme occidental blanc" (si un tel terme veut dire quoi que ce soit) ne peut plus faire comme si la mort ne le concernait pas » remarque ainsi le philosophe Achille Mbembe, dans un entretien à Philomag, rappelant la différence certaine entre les pays riches et les pays pauvres face à cette crise. L’écart concerne notamment en partie la confiance accordée à la puissante technologique. « À mes yeux, nos sociétés subissent aujourd’hui un choc anthropologique de tout premier ordre. Elles ont tout fait pour bannir la mort de leurs horizons d’attente, elles se fondaient de manière croissante sur la puissance du numérique et les promesses de l’intelligence artificielle. Mais nous sommes rappelés à notre animalité fondamentale, au « socle biologique de notre humanité » comme l’appelait l’anthropologue Françoise Héritier. Nous restons des homo sapiens appartenant au monde animal, attaquables par des maladies contre lesquelles les moyens de lutte demeurent rustiques en regard de notre puissance technologique supposée : rester chez soi, sans médicament, sans vaccin… » remarque dans un entretien diffusé par Mediapart et Tribune juive l’historien des de la guerre Stéphane Audoin-Rouzeau. « La croyance en l’augmentation indéfinie des capacités de l’homme, l’allergie du transhumanisme à l’idée même de mort, l’externalisation de celle-ci, en un mot l’éloignement de la mort de la vie nous a fait oublier la magnifique sentence de Montaigne : "Tu ne meurs pas de ce que tu es malade : tu meurs de ce que tu es vivant" » renchérit Pascal Perrineau.

Lire la suite ...

vendredi 1 mai 2020

Nos enfants grandissent pendant le confinement

LCI

30 avril 2020

https://photos.lci.fr/images/1280/720/nos-enfants-grandissent-pendant-le-confinement-20200501-0135-b794de-0@1x.jpeg

Selon les psychologues, plus les jeunes enfants passent du temps avec leurs parents, plus ils progressent rapidement. En l'espace de quelques semaines, des parents ont pu voir leurs enfants grandir et devenir plus autonome. Reportage en Normandie.


Une enfant examinée en téléconsultation présente un hématome de retour d’une garde alternée. Sa mère me demande un rapport écrit. Que faire ?

PUBLIÉ LE 30/04/2020

Besoin d’une aide juridique dans le cadre de votre activité médicale ? Les lecteurs du « Quotidien » ont soumis leurs questions aux avocats du cabinet Auché, partenaire du journal.


Docteur Leo
Bonjour Maitre. Je suis médecin généraliste et je reçois en télé-consultation (TCG) une patiente que je suis depuis plusieurs années, pour sa fille unique de 10 ans. La maman est séparée de son conjoint, leur fille est donc en garde alternée. La maman me déclare qu'à chaque retour de sa fille d'une garde de chez son ancien conjoint, elle remarque la présence de traces cutanées bleues, rouges sur le corps de sa fille. Je visionne la petite fille et constate un hématome sur le bras de la petite fille. En interrogeant celle-ci, elle me dit que c'est la nouvelle amie de son papa qui l'a serrée très fort. Après cette TCG, je reçois un email de la maman me demandant « un rapport écrit de notre TC ». Que suis-je en droit de lui transmettre ? Dois-je en informer le papa, que je ne connais pas, de cette demande unilatérale ? Je vous remercie.

Domestication du feu, une histoire brûlante

LA MÉTHODE SCIENTIFIQUE par Nicolas Martin
Le 28/04/2020

Peut-on savoir à quand remonte la maîtrise du feu par l’homme ? En quoi la domestication du feu a-t-elle été déterminante pour l’évolution de notre espèce ? L’usage du feu est-il le propre de l’homme ?
Comment l'Homme a-t-il domestiqué le feu ?
Comment l'Homme a-t-il domestiqué le feu ? Crédits : CC

[...] Et voici nos conteurs au coin du feu, car quel meilleur endroit pour raconter une histoire ? Nos deux invités en conviendront aisément, Ramiro March, préhistorien, chargé de recherche CNRS au Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire de l’Université de Rennes et Antoine Balzeau, paléoanthropologue, chargé de recherche CNRS, chercheur au Muséum National d’Histoire Naturelle “33 idées reçues sur la préhistoire” avec Olivier-Marc Nadel, aux éditions Belin.

Lire la suite et écouter le podcast ...

"Je suis le Covid" : des psychiatres face aux "pathologies du confinement"

Ne ratez plus jamais l'actualité économique et technologique - L ...

AFP01/05/2020

Depuis le confinement, des psychiatres de Seine-Saint-Denis voient arriver à l'hôpital des jeunes sans antécédents atteints de "bouffées délirantes aiguës", des profils auxquels ces soignants "ne s'attendaient pas du tout" ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )
Depuis le confinement, des psychiatres de Seine-Saint-Denis voient arriver à l'hôpital des jeunes sans antécédents atteints de "bouffées délirantes aiguës", des profils auxquels ces soignants "ne s'attendaient pas du tout" ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

"Je suis le Covid" : depuis le confinement, des psychiatres de Seine-Saint-Denis voient arriver à l'hôpital des jeunes sans antécédents atteints de "bouffées délirantes aiguës", des profils auxquels ces soignants "ne s'attendaient pas du tout". 

Il y a ceux qui clament "avoir trouvé le traitement contre le coronavirus", ceux qui pensent que "tout est de leur faute", ceux qui "partent dans des délires messianiques". Et ceux qui affirment carrément "être le virus".
"En psychiatrie, on appelle cela un +coup de tonnerre dans un ciel bleu+ : il s'agit de gens qui fonctionnaient très bien et décompensent tout d'un coup. Leurs proches expliquent ne plus les reconnaître", décrit Marie-Christine Beaucousin, chef d'un des 18 pôles à l'hôpital psychiatrique de Ville-Evrard, qui couvre 80% de la Seine-Saint-Denis, département d'Ile-de-France parmi les plus touchés par l'épidémie. 
Fin mars, l'hôpital s'est totalement réorganisé pour éviter la propagation du virus. Le pôle d'Aubervilliers, dirigé par le docteur Beaucousin, est devenu une unité "sas" où sont accueillis des patients pendant 5 à 7 jours, le temps de s'assurer qu'il ne sont pas contaminés. Pendant cette période, ils sont en chambre, sans droit de sortie.
Pour les soignants, c'est un poste d'observation inédit qui s'est ainsi créé, apportant son lot de "surprises".

"Le confinement a joué un effet contenant. Mais, pendant ce temps, ça a chauffé sous la cocotte", explique Antoine Zuber, psychiatre en ville à Paris ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )
"Le confinement a joué un effet contenant. Mais, pendant ce temps, ça a chauffé sous la cocotte", explique Antoine Zuber, psychiatre en ville à Paris ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )