Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 9 février 2019

L’OCCUPATION DES RÊVES, SUR LES TRACES D’EMIL SZITTYA

Emil Szittya, à l’âge de 20 ans, en 1906. Dans la décennie qui suit il fonde une revue avec Cendrars.Par Philippe Lançon   — 

C’est la guerre, l’Occupation, la Libération. De Paris aux Pyrénées en passant par le centre de la France, le Rhône, la Drôme et Toulouse, un peintre et écrivain hongrois nommé Emil Szittya, la cinquantaine survivante, croise pendant six ans des tas de gens, Français moyens, exilés allemands juifs ou communistes, résistants, collaborateurs, internés, cordonniers, peintres, collectionneurs, actrices, intellectuels, paysans, gendarmes, maquereaux, ouvriers, instituteurs, romanichels, enfants, soldats allemands, petits vieux solitaires et mourants. Il leur demande de raconter un rêve. Le paquebot France a coulé. Tous flottent en tous sens dans la ratière inondée, comme des morceaux d’épave. Ils vont sur les eaux noires et agitées de la débâcle, de la fuite, de la séparation, des camps d’internement, de Drancy, d’Auschwitz. On ne sait pas quand ni comment Szittya a écrit son texte, directement en français, lui qui avait écrit la plupart des autres en allemand. Il est publié en 1963, un an avant sa mort à Paris. Peut-être a-t-il tout noté sur des vieux carnets dégueulasses, des feuilles volantes, comme du temps où il parcourait l’Europe à pied, en dandy vagabond et misérable, avant la Première Guerre mondiale. A cette époque, il voulait écrire un livre sur les images du Christ en Europe.

vendredi 8 février 2019

En médecine, plus de filles mais toujours autant d’enfants de cadres

Une femme, habitant dans une grande ville, ayant un bac S avec mention « très bien » et issue d’un milieu social favorisé : voilà le portrait-robot de l’étudiant en première année commune aux études de santé, que la réforme annoncée entend diversifier.
Par Cécile Peltier Publié le 9 février 2019
Les filles représentent désormais près de 70 % des inscrits en première année commune aux études de santé (Paces), et encore six sur dix des étudiants en deuxième année de médecine.
Les filles représentent désormais près de 70 % des inscrits en première année commune aux études de santé (Paces), et encore six sur dix des étudiants en deuxième année de médecine. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP
C’est une révolution lente, qui a commencé dans les années 1970. Minoritaires au sein des filières scientifiques universitaires et dans les écoles d’ingénieurs, les filles sont de plus en plus nombreuses à suivre des études de médecine. Elles représentent désormais près de 70 % des inscrits en première année commune aux études de santé (Paces), et encore six sur dix des étudiants en deuxième année de médecine. « Attirance pour les métiers du secteur sanitaire et social »« plus grande motivation et maturité » sont quelques-unes des raisons empiriques invoquées par les universités pour expliquer cette féminisation très forte de la profession.
Qui sont les étudiants et étudiantes de médecine d’aujourd’hui, qui seront chargés de soigner les Français dans les cabinets et dans les hôpitaux ? Si les filles sont bien plus nombreuses que par le passé, le profil social de l’élève en médecine a peu changé. En 2014, 40 % des étudiants de Paces avaient des parents cadres supérieurs ou exerçant une profession libérale – contre 30 % en moyenne à l’université. Des chiffres « stables depuis une vingtaine d’années », qui en font « une des formations les plus clivées socialement, derrière les classes préparatoires aux grandes écoles », souligne une note ministérielle de juillet 2015.

Incendie à Paris : en psychiatrie, « le vrai problème se trouve dans la rupture de la chaîne de soins »

Marie-Jeanne Richard, présidente de l’association de familles de malades psychiques, regrette un manque d’accompagnement.
Propos recueillis par Charlotte Chabas le 8 février 2019
Manifestation à Paris le 22 janvier.
Manifestation à Paris le 22 janvier. ALAIN JOCARD / AFP
L’incendie d’un immeuble du 16e arrondissement de Paris, dans la nuit de lundi 4 à mardi 5 février, a causé la mort de dix personnes et fait 96 blessés, dont un grièvement. Le profil de la suspecte, qui souffre de troubles psychiatriques, relance le débat sur le manque d’accompagnement des malades en France. Marie-Jeanne Richard, présidente de l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapés psychiques (Unafam), dénonce cet « abandon » des malades psychiques par la société, qui « crée la répétition des moments de crise ».« Aujourd’hui, on attend que ça dérape, et après on crie au loup », juge-t-elle.

Le parcours de la principale suspecte de l’incendie de la rue Erlanger, ponctué de treize séjours dans un établissement psychiatrique parisien entre 2009 et 2019, est-il une exception ?

Marie-Jeanne Richard : Non, malheureusement, c’est ce qu’on appelle le syndrome de la « porte-tournante », c’est-à-dire la multiplication des hospitalisations en urgence. Il s’explique par une difficulté d’accès aux soins, surtout en début de symptômes. Les gens qui ne vont pas bien ont du mal à trouver un clinicien pour les aider, ou à obtenir une place dans des centres médico-psychologiques (CMP) débordés. En moyenne, il faut attendre trois ans pour accéder aux soins.

Suivi des patients ayant des troubles psychiatriques: «La prévisibilité de ce type de patients est très difficile»

Résultat de recherche d'images pour "20 minutes logo"

Propos recueillis par Anissa Boumediene  Publié le 07/02/19 

INCENDIE A PARIS Quelques jours après l’incendie meurtrier à Paris qui a coûté la vie à 10 personnes, des questions sur le suivi psychiatrique de la principale suspecte se posent
  • Un incendie à Paris a coûté la vie à 10 personnes et fait de nombreux blessés dans la nuit de lundi à mardi.
  • La principale suspecte, qui souffrent de troubles psychiatriques, venait de sortir d’un séjour de deux semaines en hôpital psychiatrique.
  • Pour le Pr Pierre-Michel Llorca, chef du service de psychiatrie au CHU de Clermont-Ferrand, « la prévisibilité de ce type de patients est très difficile ».

Comment assurer un suivi psychiatrique efficace aux patients qui en ont besoin et éviter qu’ils ne représentent un danger pour eux-mêmes et pour les autres ? La question se pose aujourd’hui avec d’autant plus d’urgence que la principale suspecte de l’incendie qui a fait 10 morts à Paris dans la nuit de lundi à mardi venait de sortir d’un séjour de près de deux semaines à l’hôpital psychiatrique de Saint-Anne.

TABLE RONDE. LA FOLIE, UNE MALADIE COMME UNE AUTRE ?

8 Février, 2019  Sylvie Ducatteau



Rappel des faits Les mobilisations se multiplient dans les hôpitaux psychiatriques. La prise en charge des patients à l’heure du tout-médicament et des progrès des neuro­sciences ramène aux enjeux humains de ces pathologies.

Mathieu Bellahsen Médecin psychiatre, responsable d’un secteur de psychiatrie adulte Marion Leboyer Directrice de FondaMental, responsable du pôle de psychiatrie et d’addictologie des hôpitaux Chenevier et Mondor (Créteil) Serge Klopp Cadre de santé en psychiatrie, formateur, membre de la commission santé du PCF

La psychiatrie est au cœur de l’actualité médicale, sociale, politique, philosophique même. Quel état des lieux dressez-vous de ce secteur dont la ministre, Agnès Buzyn, déclare elle-même qu’il est le « parent pauvre de la santé »  ?


Mathieu Bellahsen La psychiatrie est le miroir grossissant de notre société et le microscope du lien social : abandon et ségrégation des invisibles et des plus vulnérables, déni des réalités concrètes de terrain, promotion inconditionnelle des dispositifs néolibéraux d’assujettissement des citoyens par des lobbies… La psychiatrie est le parent pauvre de la médecine et de la société. La pédopsychiatrie est son enfant abandonné. Nous manquons de contre-pouvoirs dans nos lieux : la dictature du chiffre est maîtresse. Le tournant sécuritaire et gestionnaire de la psychiatrie infiltre les pratiques.


« EN PSYCHIATRIE, CHAQUE MALADE EST SINGULIER »


Après l’incendie à Paris, le médecin Hervé Bokobza met en garde contre les réflexions à courte vue et pointe les conséquences du sous-investissement public dans le secteur. Entretien.

Ancien président des états généraux de la psychiatrie, en 2003, Hervé Bokobza tire les leçons du drame de la rue Erlanger, à Paris, qui a fait dix mort lundi dernier et des dizaines de blessés.

Que révèle, sur l’état de la psychiatrie, le cas d’Essia B., soupçonnée d’être à l’origine de l’incendie ?

Hervé Bokobza Que c’est un désastre ! Le secteur vit une régression constante depuis des années. Résultat : la qualité des soins n’est plus au rendez-vous. Et ce, à tous les niveaux. Ainsi, dans le secteur médico-social, quand une décision de placement d’un jeune dans une institution est prise, il faut attendre trois ans pour avoir une place ! Quand un malade téléphone pour avoir un rendez-vous, il lui faut aussi patienter des mois. Aujourd’hui, seule l’extrême urgence trouve des réponses. Il est donc très périlleux de pointer du doigt tel ou tel service qui aurait laissé sortir un malade potentiellement dangereux. Car l’inverse arrive aussi : des soignants qui sont dans une situation telle qu’ils ne laissent pas sortir des patients, par crainte d’éventuelles conséquences.


Incendie meurtrier à Paris : les professionnels dénoncent le manque de moyens de la psychiatrie

Paris, le jeudi 7 février 2019 - Les lourds antécédents psychiatriques de la principale suspecte dans l’incendie qui a causé la mort de 10 personnes ce mardi à Paris, qui aurait été internée à 13 reprises au cours des dix dernières années, met la lumière sur le manque de moyens de la psychiatrie française.

Le 26 janvier dernier, le ministre de la santé Agnès Buzyn qualifiait la psychiatrie de « parent pauvre » de la médecine française. Deux jours après le drame de la rue Erlanger où un incendie, semble-t-il allumé par une femme qui sortait récemment d’un séjour en hôpital psychiatrique a provoqué la mort de 10 personnes, les professionnels du secteur montent au créneau pour rappeler leur manque criant de moyens.


Psychiatrie : "On ne souhaite plus avoir d'hôpitaux psychiatriques remplis de personnes qui y passent leur vie", explique Agnès Buzyn

07 février 2019




Résultat de recherche d'images pour "Psychiatrie : "On ne souhaite plus avoir d'hôpitaux psychiatriques remplis de personnes qui y passent leur vie", explique Agnès Buzyn"


Interrogée par Audrey Crespo-Mara, au micro d'Europe 1, la ministre de la Santé assure que la baisse du nombre de lits dans les hôpitaux psychiatriques correspond à de nouvelles pratiques thérapeutiques et non à une contrainte budgétaire.

INTERVIEW
En 20 ans, 55.000 lits ont été supprimés dans les hôpitaux psychiatriques français. Un constat qui interroge sur l'attention portée à ces malades. "On ne souhaite plus avoir d'hôpitaux psychiatriques remplis de personnes qui y passent leur vie. Ce sont des changements de pratique survenus il y quelques années", a expliqué jeudi Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, interrogée par Audrey Crespo-Mara sur Europe 1.
Soigner les gens "chez eux". "Le traitement ambulatoire est recommandé dans beaucoup de pathologies parce qu'il permet une meilleure réinsertion des personnes", défend-elle. "Ça n'est pas parce que l'on ferme des lits que l'on met les gens dehors, c'est que l'on a des recommandations selon lesquelles il faut traiter les gens chez eux", insiste Agnès Buzyn.

De jeunes psys disent non à la contention !!

Accueil



Aussi étonnant cela puisse-t-il paraitre, aucune étude d’ampleur n’a eu comme objet la contention. Sinon celle de la fédération régionale de recherche en psychiatrie et santé mentale (Ferrepsy) dont les résultats ont été publiés en décembre dernier, et ont fait l’objet d’une journée dédiée au sujet en janvier dernier à Toulouse. À l’origine de ce projet, trois jeunes psys, qui ont bien l’intention de bousculer les habitudes et de proposer des alternatives à la contention. Wud en a discuté avec le Dr Raphael Carré, l’un des auteurs de cette étude, aux côtés des docteurs Samuel Porteau et Adeline Clenet. 


Faire corps avec et pour autrui par un geste juste

06.02.19

Heureux sont ceux qui, lors d’un soin convoquant toute notre attention, connaissent cet insaisissable instant qui nous entraîne à 20 cm du sol du simple fait que la connexion à ce que nous faisons est pleine, totale et sans ailleurs. Il s’agit d’un état de conscience, ou plutôt de non conscience, où l’intuition prend le pas sur la raison et permet la plus belle expression du Soin.

Une expérience du corps-esprit

Faire corps avec et pour autrui par un geste juste
L’extase est ce moment précieux où le calcul se tait et le problème s’apaise.
Le soin est une expérience physique et psychique qui déborde les limites du Soi et l’Autre. L’esprit et le corps infirmier tend à produire un soin, ce dernier devient alors le prolongement de ce corps-esprit et va rallier les rives de l’altérité. La pensée infirmière pour s’accomplir demande une intention vers autrui. L’espace qui sépare les êtres diminue pour que se produise le rapprochement des corps et cette connexion nous demande de lui donner du sens pour que celui qui reçoit cette intention puisse l’accueillir comme un Bien en soi. Le soin se doit d’être pensé dans sa dimension éthique qui nous oblige à le penser en termes de non malfaisance pour devenir le meilleur de moi-même offert à autrui. 

Hippocrate nous demandait de penser en même temps deux notions bien précises : le soulagement et la non malfaisance. Quand on s’interroge autour de la maladie, il convient de toujours garder en tête la volonté duelle de soulager et de ne pas nuire Primum non nocere. Il ne suffit pas de le vouloir, il faut aussi vérifier son innocuité dans les conséquences de cette action. C’est bien avec et pour autrui que ce prolongement du corps-esprit soignant doit se penser, se construire et s’accomplir.

Lors d’un soin complexe qui a trait directement avec la chair d’autrui, le Professeur Patrick Lozac’h, chirurgien digestif, parle de l’extase du chirurgien comme de l’extase plotinienne, le plus haut degré de vie et de liberté de l’âme. Un état qui ne peut être conscient qu’après l’acte lui-même. Que se passe-t-il alors ? Ce niveau infra ou supra-conscient peut se définir tout d’abord en ce qu’il n’est pas. Il n’est pas cette séparation et cette distinction que l’on pourrait faire entre la conscience de soi, la conscience de l’Autre et la science de l’acte de soin. Ce sont des philosophes qui, comme Plotin et Bergson, ont évoqué les premiers ces états singuliers.
C’est bien avec et pour autrui que ce prolongement du corps-esprit soignant doit se penser, se construire et s’accomplir.
Lire la suite ... 

Sans-abri : faute de données, les villes comptent sur leurs propres décomptes

Par Tonino Serafini — 
Au centre d’hébergement d’urgence de la rue Saint-Paul, à Paris, en février 2018.
Au centre d’hébergement d’urgence de la rue Saint-Paul, à Paris, en février 2018. Photo Livia Saavedra

Alors que Paris va procéder à un décompte de ses SDF pour la deuxième année de suite, la démarche essaime dans d’autres villes. Et permet ainsi de mieux penser l’aide et l’hébergement.

Gériatrie : «Ici, c’est le lieu qui s’adapte au patient»

Par Eric Favereau, photos Cyril Zannettacci — 
Dans l’unité cognitive comportementale de l’hôpital gériatrique Corentin Celton, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), en janvier.
Dans l’unité cognitive comportementale de l’hôpital gériatrique Corentin Celton, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), en janvier. Photo Cyril Zannettacci pour Libération

A Issy-les-Moulineaux, une unité spécialisée de l’hôpital Corentin-Celton accueille avec succès pour quelques semaines des personnes âgées perturbées, parfois violentes. La règle d’or du personnel : accorder le plus de liberté possible aux résidents.

Agnès Buzyn favorable à des délégations d’actes aux infirmières dans les services d’urgences

Paris, le jeudi 7 février 2019 – Dans sa synthèse annuelle, la Cour des comptes s’est penchée sur la situation des services d’urgences en France*.

Parmi ses multiples préconisations, la haute juridiction propose une mesure qui ne laissera pas insensible les infirmiers hospitaliers : la « mise en œuvre des délégations de tâches au sein de ces services ».

jeudi 7 février 2019

Noctilien 44, terminus de vie pour un SDF

Un chauffeur de bus a été condamné, mercredi, à cinq ans d’emprisonnement dont dix-huit mois ferme par la cour d’assises du Val-d’Oise pour l’expulsion fatale de son passager.
Par Pascale Robert-Diard Publié le 07 février 2019
Il se prénommait Issam, ou peut-être Rachid ou encore Samy. Il se nommait Moulayrchid, ou Saat ou Saadi. Il était né au Maroc ou en Algérie. Il était âgé de 37 ans, peut-être 38. C’est tout ce que le fichier des empreintes digitales a permis de savoir de lui. « Dans ce dossier, la victime nous a donné plus de travail que l’auteur », dit l’enquêteur de police. Il avait 2,5 grammes d’alcool, de la nicotine, de la caféine, des benzodiazépines dans le sang, un foie malade, un cœur fatigué, des sutures sur le visage. « Il n’était pas éligible au don d’organes », dit pudiquement le médecin légiste.
Issam ne possédait qu’une sacoche. Elle contenait un téléphone portable qui ne lui appartenait pas, une montre en acier, trois briquets, un couteau multifonction, une pince Facom, deux paquets de mouchoirs en papier, une écharpe multicolore, une paire de chaussures montantes marron, un bonnet noir, un manteau bleu foncé, un tee-shirt noir, un pull-over gris, quatre pièces de 10 centimes, une pièce de 5 centimes, deux pièces de 2 centimes, deux pièces de 1 centime, et vingt-quatre tickets RATP. Il était SDF. Il a été enterré dans le carré des indigents du cimetière de Gonesse (Val-d’Oise). Voilà pour sa vie.

Une permanence a ouvert à Marseille pour soigner les personnes précaires sans avance de frais

| 08.02.2019


Après une phase pilote en fin d’année dernière, Médecins du monde et l’URPS-ML Provence-Alpes-Côte d'Azur ont lancé en janvier la première permanence d’accès aux soins de santé (Pass) de ville à Marseille.
Comme pour les Pass aux urgences, l’objectif est de permettre aux personnes qui n’ont pas encore de couverture maladie ou une couverture partielle de se soigner sans avance de frais. Elles permettent donc à ces patients, dont l’état de santé ne présente pas d’urgence vitale, d’être orientés vers des professionnels en ville. Tous sont reçus au Centre d’accueil, de soins et d’orientation (Caso) de Médecins du monde pour être vus par un médecin lors d’une des trois vacations par semaine. Le Dr Serge Cini, généraliste à Marseille et secrétaire de l’URPS est le référent médical du projet.

Tarifs : deux consultations autisme entrent en vigueur le 10 février, la VL élargie

Camille Roux
| 08.02.2019


Plusieurs évolutions tarifaires entrent en vigueur à partir du 10 février à la faveur de l'avenant n° 6 de la convention médicale relatif à la télémédecine. Deux nouvelles consultations de prise en charge de l’autisme chez l’enfant sont créées. Ces actes s'inscrivent dans la continuité du Plan autisme annoncé par le gouvernement en avril 2018. Il s’agit tout d'abord de la consultation complexe annuelle « de suivi et de coordination de la prise en charge d’un enfant autiste » appelée CSE (cotée CCX) à 46 euros.

Le débat de M comme Maïtena : Où sont nos fous ?

Résultat de recherche d'images pour "bfm avec rmc logo"
Ecouter le podcast ...

Y-a-t-il un secret médical après la mort ?

Paris, le samedi 9 février 2019 - La question posée dans le cadre de cet article a pour origine un terrible drame.
Le 3 février dernier, un professeur de médecine se donnait la mort à l’hôpital Avicenne, dans un contexte social qui serait particulièrement tendu.
Quelques jours après la mort du médecin, l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris indiquait dans un message interne que cet acte trouverait son origine dans la découverte récente d’une grave maladie somatique (et non dans les "tensions" qui règnent au centre hospitalier).
Cette précision jugée indélicate a amené un syndicat à s’insurger contre ce qui constituerait une violation du secret médical.
De son coté, l’Assistance publique indique que l’épouse du médecin, jugée comme étant « la seule personne légitime à nous délier de ce secret » avait autorisé le message avant qu’il soit diffusé.
Bien entendu, il appartiendra (le cas échéant) à une enquête de déterminer après examen des différents éléments de considérer s’il y a eu ou non violation du secret médical. Toutefois, certains éléments nous permettent d’ores et déjà de nous interroger sur le périmètre du secret médical et si il y a lieu de considérer que celui-ci se poursuit après la mort du patient.