Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 25 avril 2015

Aloïse Corbaz en constellation - Exposition temporaire au LAM à Lille


LAM
DU 14/02/15 AU 10/05/15

Aloïse Corbaz en constellation - Exposition temporaire

Aloïse Corbaz est l’une des figures emblématiques de l’art brut. Elle est l’auteure d’oeuvres reconnaissables entre toutes, colorées, luxuriantes, peuplées de figures historiques, de couples amoureux, de personnages d’opéra, de symboles pacifistes et religieux… La plus monumentale d’entre elles, le Cloisonné de théâtre, rouleau de papier de 14 mètres de long, déposé au LaM depuis 2003 par le collectionneur Jean-David Mermod, est présentée de façon permanente dans les salles du musée depuis 2010. C’est autour de cette œuvre remarquable et de sa créatrice que l’exposition Aloïse Corbaz en constellation se déploie, rassemblant près de 250 œuvres et documents.

Lire la suite ...

Détruire la misère ! Robillard, le fils prodigue de l’art brut

 

Jusqu’au 19 avril 2015, la Collection de l’Art Brut de Lausanne présente la première exposition monographique consacrée à André Robillard. Figure majeure de l’Art Brut, Robillard compte parmi les derniers créateurs dont les œuvres ont été collectionnées par Jean Dubuffet qu’il a rencontré et avec lequel il a entretenu une importante correspondance.

L’HOMME À LA MACHINE

André Robillard sur une harley davidson photo de Catherine Ursin
La Collection compte 177 pièces de Robillard qui témoignent de la variété des sujets traités et des supports sémiotiques utilisés. Travaux graphiques, assemblages, sculptures en bois, musiques, performances etc. sont là pour témoigner d’une volonté artistique intarissable, toujours en quête d’univers nouveaux (armes, vaisseaux spatial, animaux, sportifs, etc.) pour alimenter la machine à créer !
Crosse de fusil
André Robillard est né en 1932. En raison de troubles du comportement, à l’âge de 19 ans il est placé dans l’hôpital psychiatrique de Fleury-les-Aubrais. A trente trois ans, il fabrique ses deux premiers fusils que son psychiatre le Dr Renard montrera à Jean Dubuffet. La même année, il est recruté comme auxiliaire pour s’occuper de la station d’épuration de l’hôpital, ce qui lui permettra de demeurer dans son logement jusqu’à aujourd’hui. André Robillard fabrique surtout des fusils, des engins spatiaux et après une visite à Lausanne où il fut vivement impressionné par l’œuvre d’Auguste Forestier, des animaux fantastiques et des personnages. Au fil des années, il est devenu dessinateur, sculpteur, musicien. Il joue de l’harmonica, de l’accordéon et des percussions sur des instruments qu’il se plait à inventer.
Attentif à la nature, au ciel, et aux planètes, André Robillard garde le souvenir émerveillé d’une comète vue avec son père un soir d’enfance. Depuis lors, il ne cesse de guetter les spoutniks, ces « machins soviétiques », et autres satellites, et tente de les reproduire à sa manière. Toute son œuvre est traversée par cette vie cosmique, chargée des étoiles et des animaux qu’il branche à ses étranges machines.
A partir de matériaux de récupération récoltés à la décharge de son hôpital, Robillard fait feu de tout bois : canettes en alu, boites de conserve, tuyaux de fer, plastiques, scotch, bois, et sangles de tissu, pour confectionner ses fusils ! Ces 2 premières œuvres princeps de 1964 sont envoyées à la Collection de l’Art Brut de Lausanne. Elles vont inaugurer une forme de « commerce » non lucratif avec le musée, très éloignée de l’esprit marchand attaché à ce terme. Comme le note Sarah Lombardi actuelle Directrice de la Collection, l’admiration de Robillard « et sa loyauté envers Jean Dubuffet sont dès lors éternelles ; comme en attestent les nombreuses lettres et les portraits photographiques » qui jalonnent l’exposition. Ce sera ensuite à Michel Thévoz de poursuivre ces « transactions », plutôt insolites en pays helvète, qui évoquent de préférence des formes de dons-contre-don pratiquées naguère en Amazonie !

Les paradoxes du désir (2/4) : Lacan et la destinée du désir

Accueil
Les Nouveaux chemins de la connaissance 17.03.2015

19.03.2015 - Les Nouveaux chemins de la connaissance
Les paradoxes du désir (4/4) : Luis Buñuel

  • Par Adèle Van Reeth

18.03.2015 - Les Nouveaux chemins de la connaissance
Les paradoxes du désir (3/4) : Sartre : le désir peut-il être comblé ? 53 minutes Écouter l'émission

  • Par Adèle Van Reeth Réalisation : Nicolas Berger Lectures : Céline Monsarrat

17.03.2015 - Les Nouveaux chemins de la connaissance
Les paradoxes du désir (2/4) : Lacan et la destinée du désir 53 minutes Écouter l'émission

  • Par Adèle Van Reeth Réalisation : Nicolas Berger Lectures : Céline Monsarrat

16.03.2015 - Les Nouveaux chemins de la connaissance
Platon: le désir amoureux est-il raisonnable ? 53 minutes Écouter l'émission

  • Aujourd'hui, premier temps de notre semaine consacrée au désir. Et c'est à travers le Banquet de Platon que nous allons essayer de cerner un de ces aspects. Pour nous en parler, nous avons le plaisir de recevoir Fulcran Teisserenc.   


Ces migrants invisibles qui côtoient les Parisiens

LE MONDE |  | Par 


Aux pieds de la Cité de La Mode, une centaine de migrants dorment dans des tentes.


Sous le pont Charles-de-Gaulle, quai d’Austerlitz, à Paris, Moustapha tue le temps en regardant le fleuve. Ce jeune Soudanais de 25 ans, en jean et blouson de cuir, pourrait passer pour un Parisien, si ce n’était ce besoin de parler du « naufrage ». Comme tous ceux qui ont bravé les dangers de la Méditerranée, il a été très choqué par les images des corps repêchés après le naufrage d’un bateau transportant 700 migrants, dimanche 19 avril, au large de la Libye. Il aurait pu en être ; des proches en étaient peut-être. « J’ai vu le drame à la télévision. Le monde ne tourne pas rond », ajoute-t-il, grave, le regard lointain.

vendredi 24 avril 2015

Erreur médicamenteuse et responsabilité juridique

24 avril 2015
« J’ai récemment injecté un médicament à une mauvaise posologie. J’ai respecté la prescription, qui était fausse, ce que le médecin a admis. Il n’y a eu aucune conséquence pour le patient, mais je me pose la question de ma responsabilité dans ce cas ? »
Fotolia_13419304_XS
L’infirmier doit appliquer les prescriptions du médecin, conformément à l’article R. 4311-7 du code de la santé publique (CSP). Mais il ne doit pas le faire aveuglément. En effet, l’article R. 4312-29 CSP prévoit que « l’infirmier ou l’infirmière applique et respecte la prescription médicale écrite, datée et signée par le médecin prescripteur (…). Il doit demander au médecin prescripteur un complément d’information chaque fois qu’il le juge utile, notamment s’il estime être insuffisamment éclairé.(…)».Si l’infirmier n’est pas tenu d’exercer un contrôle technique sur la prescription médicale, il a toutefois le devoir de vérifier qu’elle ne présente pas un danger pour le patient. En cas de doute, il doit interroger le médecin afin d’obtenir une confirmation soit de la prescription, soit de la modification et la porter au dossier.


Aulnay : 27 patients délogés après un début d’incendie à l’hôpital

24 Avril 2015




Illustration. Un début d’incendie a eu lieu dans l’un des bâtiments de psychiatrie adulte à l’hôpital Ballanger.
Illustration. Un début d’incendie a eu lieu dans l’un des bâtiments de psychiatrie adulte à l’hôpital Ballanger. (LP/G.B.)

Pas de blessé, mais une situation délicate à gérer. Un début d’incendie, dans la nuit de jeudi à vendredi, a conduit les équipes de l’hôpital Ballanger (Aulnay-Villepinte) à déménager les 27 patients d’un des trois secteurs de psychiatrie entre 3 et 4 heures du matin. Une patiente aurait mis le feu à son matelas, peut-être avec une cigarette.


Des Chinois tentent de modifier le génome d’embryons humains

LE MONDE |  | Par 


Image de synthèse présentant le complexe CRISPR-Cas9, outil d'ingénierie génétique utilisé par une équipe chinoise pour tenter de corriger une maladie du sang chez des embryons humains.


Modifier le génome d’un embryon humain pour prévenir le développement d’une maladie chez cet individu, mais l’éradiquer aussi dans toute sa descendance. Cette expérience, qui touche au patrimoine héréditaire de l’espèce humaine, et contrevient à la convention d’Oviedo, ratifiée par la France et 28 autres pays européens en 2011, vient d’être tentée par une équipe chinoise. Décrite dans la revue Protein & Cell du 18 avril, elle concrétise les craintes exprimées ces dernières semaines par une partie de la communauté de la recherche en génie génétique.

Après la publication par le journal du Massachusetts Institute of Technology (MIT) d’une enquête très fouillée montrant des débuts de manipulation génétique des cellules sexuelles (y compris aux Etats-Unis), des chercheurs américains avaient publié dans les revues Nature et Science les 12 et 19 mars des mises en garde envers les tentatives de modifier ces cellules germinales : elles auraient pour effet de modifier l’hérédité humaine, et non plus, comme les thérapies géniques classiques, une partie seulement des cellules défaillantes d’un individu. Les craintes portaient notamment sur l’utilisation d’une nouvelle technique d’ingénierie du gène, CRISPR-Cas9, extrêmement efficace et simple à mettre en œuvre.

L’expérience chinoise, qui fait appel à cet outil, s’inscrit dans le spectre des manipulations visées par ces demandes de moratoire, dans la mesure où elle avait pour objectif d’effectuer des mutations chez l’embryon, qui se seraient de fait retrouvées dans ses cellules sexuelles – et potentiellement dans sa descendance.


L’homme invisible, monstre de décontraction

Le Monde.fr  | Par 

L'expérimentateur (au centre) crée l'illusion d'invisibilité en balayant simultanément avec un pinceau l'abdomen du cobaye et une portion de l'espace correspondant à son corps invisible, filmé par une caméra reliée à son casque de réalité virtuelle.


Qui n’a pas rêvé de devenir invisible pour échapper à une situation stressante ou embarrassante ? Une série d’expériences créatives, menées par une équipe suédoise, confirme en tout cas que se sentir transparent, invisible en quelque sorte, diminue les signes d’anxiété sociale. Henrik Ehrsson et ses collègues du département de neurosciences (Karolinska Institute, Stockholm) publient les résultats de leurs travaux dans la revue Scientific Reports du 23 avril.

Illusionnistes mais avant tout neuroscientifiques, ces chercheurs du « laboratoire du cerveau, du corps et du soi » n’en sont pas à leur coup d’essai. Depuis quelques années, en recourant à différentes techniques dont la réalité virtuelle, ils ont réussi à provoquer chez leurs « cobayes » toutes sortes de sensations bizarres, les amenant à croire qu’ils étaient devenus une poupée Barbie ou un géant, qu’ils avaient échangé leur corps contre celui de quelqu’un d’autre… Ces études ont fait l’objet de publications dans des revues de premier plan.


Sensations de membres fantômes


Dans un article paru en 2013 dans le Journal of Cognitive Neuroscience, les Suédois expliquaient ainsi comment ils avaient pu créer des sensations de membre fantôme chez des individus non amputés, grâce à un système ingénieux permettant de tromper les sens. Pour cette expérience, les volontaires étaient assis à une table, et leur bras droit leur était dissimulé par un panneau. Un expérimentateur caressait la main cachée avec un pinceau et reproduisait exactement ce mouvement dans le vide, devant les yeux du participant. En moins d’une minute, la plupart d’entre eux s’appropriaient le membre invisible, le percevant à l’endroit où ils avaient vu le pinceau en mouvement.

Supposant que ce principe pouvait s’appliquer au corps tout entier, Arvid Guterstam (doctorant et premier auteur des travaux publiés dans Scientific Reports) et son équipe ont recruté 125 volontaires pour une nouvelle série d’expériences. Cette fois, ils ont été placés en position debout et équipés d’un visiocasque (casque de réalité virtuelle) connecté à une caméra. Muni de deux pinceaux, l’expérimentateur touchait simultanément une zone du corps des sujets, et un espace vide correspondant devant la caméra, comme s’il s’agissait d’une silhouette invisible. Au total, cinq points étaient stimulés : au niveau de l’abdomen, des membres supérieurs et inférieurs. Dans un groupe contrôle, la « silhouette invisible » était remplacée par un mannequin.



« La médecine du futur, c’est le suivi continu des données » du patient

LE MONDE ECONOMIE |  | Propos recueillis par 


Andrew Conrad, directeur de Google Life Sciences dans les locaux de Mountain View, en Californie, le 4 mars.


Après la voiture sans conducteur (Google Car), les lunettes connectées (Google Glass), les drones de livraison (le projet « Wing ») ou encore les ballons stratosphériques pour connecter à Internet les zones les plus reculées de la planète (le projet « Loon »), l’américain Google s’est lancé, voilà deux ans, sur un terrain encore plus inattendu : les sciences de la vie. Les commandes du projet ont été confiées au biologiste et généticien Andrew Conrad, devenu riche après avoir cédé à prix d’or la start-up qu’il avait créée dans le domaine des tests sanguins. Au cœur de Google X, structure expérimentale du groupe, il dirige une équipe de 150 ingénieurs, biologistes, généticiens, médecins.

Quelle est l’ambition de la division sciences de la vie de Google X ?

La question à laquelle nous tentons de répondre est la suivante : comment faire pour détecter les maladies avant qu’elles ne se déclarent ? La médecine du futur reposera sur le suivi en continu de paramètres que nous ne mesurons aujourd’hui que de temps en temps. Notre objectif est de mettre au point des instruments de mesure simples, utiles et abordables : une lentille de contact pour évaluer le taux de sucre dans le sang tout au long de la journée tout en corrigeant la vue, des nanocapteurs pour repérer dans le sang la présence de cellules cancéreuses, une cuillère pour corriger le tremblement des personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative et suivre son évolution.

Burn out, épuisement professionnel : pourquoi les infirmiers sont encore plus touchés que les autres à l’hôpital