Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 19 mai 2018

À Paris, un centre de santé accueille une structure d'hébergement pour étudiants handicapés

| 17.05.2018
hidalgo
Crédit Photo : S. Toubon
Ce mercredi avait lieu à Paris l'inauguration du centre de santé Colliard : situé dans le 5e arrondissement, cet espace regroupe un centre médical et dentaire, un centre de planification et d'éducation familiale (CPEF) et, originalité du projet, une structure d'hébergements domotisés pour étudiants en situation de handicap.
Pour l'occasion, la maire de Paris Anne Hidalgo et la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse étaient présentes. Après une courte visite des lieux et un discours inaugural du président de la Fondation santé des étudiants de France (FSEF) qui a soutenu le projet, toutes deux se sont félicitées de ce dispositif.

Infirmier de pratique avancée : le Haut conseil des professions paramédicales dit non au projet gouvernemental !

Paris, le vendredi 18 mai 2018 - Les projets de textes réglementaires concernant les infirmiers de pratique avancée (IPA) ont été présentés devant le Haut Conseil des Professions Paramédicales (HCPP), qui est, rappelons-le, une instance consultative. Après étude de ces décrets et arrêtés, l’institution a voté contre les projets gouvernementaux !


Syndrome méditerranéen, consumérisme, lynchage médiatique : les fantômes de l’affaire Musenga

 19/05/2018


Strasbourg, le samedi 19 mai 2018 – « Madame, je vais mourir ». La voix est tremblante, suppliante. La réponse est cinglante, ne tient nullement compte de la détresse exprimée. Des informations (non médicales)  sont lâchées sans compassion. L’appel est terminé. La solitude et l’angoisse reprennent toute leur place. Et comme elle le ressentait si profondément, la jeune femme va mourir. Elle avait 22 ans. Elle avait une petite fille. Elle avait tenté d’appeler les secours, elle croyait que les services disponibles en France, leur disponibilité et leur technicité, pourraient permettre d’éviter le pire. Mais sa souffrance n’a pas été entendue. Aucune question pour tenter de préciser les symptômes, déterminer si cette douleur était inédite. Rien. « Appelez SOS médecins » lui a-t-on intimé. Et Naomi est morte.

Emotion unanime

Ces détails ont été révélés au public par un média de Strasbourg où vivait Naomi, quatre mois après sa disparition, quatre mois après une autopsie réalisée dans des conditions qui apparemment n’ont pas permis d’expliquer les causes de son décès. La courte conversation entre l’agent de régulation médicale (ARM) et Naomi a été entendue par la France entière qui a été immédiatement bouleversée. Pour les personnes qui prennent chaque jour en charge des patients en urgence, l’émotion se double d’une incompréhension. Comment ceux qui sont appelés au secours peuvent-ils annihiler en un instant tous les espoirs d’être sauvés ?

Dictature de l’émotion

Témoignant de l’ampleur du trouble, les commentaires ont été nombreux sur la toile (et bien sûr sur le JIM). Outre les témoignages évoquant des prises en charge tout aussi brutales et inefficaces, outre les insultes et délires dont se sont gorgés les réseaux sociaux, plusieurs blogueurs ont tenté d’analyser les ressorts et enjeux de cette affaire. « Les faits divers ont ceci de passionnants qu’ils révèlent un certain nombre de ressorts profonds d’une société » remarque ainsi sur le site Causeur dans une tribune libre l’avocat Régis de Castelnau, qui anime le blog Vu du Droit. Il s’attarde notamment sur le « climat irrespirable » qui s’est installé sur internet et qui a pris pour cible l’opératrice, dont il considère qu’elle a servi à tous de « bouc émissaire sur mesure ». « Les autorités sanitaires, administratives et médicales ravies de disposer d’un bouc émissaire sur mesure se défaussent sur la salariée qui porte ainsi toute seule le poids entier de la terrible faute.

vendredi 18 mai 2018

Vos 4 premières séances chez le psy bientôt remboursées


18-05-2018

BELGIQUE

La ministre, Maggie De Block (Open Vld), a annoncé vendredi le remboursement, à partir de l'automne, des consultations chez le psychologue. Quelque 120.000 patients devraient en profiter.
  

"Nous rendons l’aide psychologique plus accessible et nous évitons ainsi que les problèmes ne s’aggravent", a expliqué la ministre De Block dans un communiqué.

Lire la suite ...
Nous rendons l’aide psychologique plus accessible et nous évitons ainsi que les problèmes ne s’aggravent", a expliqué la ministre De Block dans un communiqué.
La ministre, Maggie De Block (Open Vld), a annoncé vendredi le remboursement, à partir de l'automne, des consultations chez le psychologue. Quelque 120.000 patients devraient en profiter.La ministre, Maggie De Block (Open Vld), a annoncé vendredi le remboursement, à partir de l'automne, des consultations chez le psychologue. Quelque 120.000 patients devraient en profiter.
La ministre, Maggie De Block (Open Vld), a annoncé vendredi le remboursement, à partir de l'automne, des consultations chez le psychologue. Quelque 120.000 patients devraient en profiter.
La ministre, Maggie De Block (Open Vld), a annoncé vendredi le remboursement, à partir de l'automne, des consultations chez le psychologue. Quelque 120.000 patients devraient en profiter.

SANTÉ : LES PERSONNELS DE PSYCHIATRIE EN GRÈVE PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE

Résultat de recherche d'images pour "activ radio"
17 mai 2018

Résultat de recherche d'images pour "SANTÉ : LES PERSONNELS DE PSYCHIATRIE EN GRÈVE PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE"

Infirmiers, aide-soignants et personnels de psychiatrie du CHU de Saint-Etienne se sont rassemblés ce jeudi midi face à la mairie stéphanoise. Conditions de travail difficiles, fermeture de lits… ils veulent sensibiliser la population et demandent plus de moyens.

La qualité des soins revendiquée

« Les conditions d’accueil des patients de psychiatrie se dégradent depuis des années » explique Julie, infirmière depuis 4 ans en psy, « l’austérité, c’est bien mais pas avec la santé… la situation devient intolérable ». En juin 2017, plusieurs lits étaient fermés en raison de la pénurie médicale. Le personnel pointe donc du doigt le manque de moyen humain : « nous avons besoin de médecin » mais aussi la dignité des patients. « Actuellement, l’un d’entre eux est dans un bureau médical sans toilette ni point d’eau. On ne peut plus travailler dans l’humain, c’est du bricolage ! ». Le collectif psy réclame donc la réouverture des lits, la titularisation des agents contractuels, et de pouvoir repenser la formation des personnes qui souhaitent travailler en psychiatrie.

Le DG de l'ARS Pays de la Loire récuse tout "chantage" ou "prise en otage" de l'EPSM de la Sarthe

Mis en cause par médias interposés et jusque dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale pour son refus d'accorder à l'établissement public de santé mentale (EPSM) de la Sarthe le droit de déroger au groupement hospitalier de territoire (GHT) départemental, le directeur général de l'ARS Pays de la Loire rejette les accusations de "chantage" et de "prise en otage" de l'hôpital psychiatrique. Jean-Jacques Coiplet assure ainsi à Hospimedia ce 14 mai que la trésorerie hospitalière du Mans n'a fait qu'appliquer la loi en décidant début avril de suspendre le paiement des médicaments mais aussi de la collecte des déchets et de l'affranchissement du courrier (lire notre article). En l'occurrence, depuis le 1er janvier, l'EPSM n'a plus la possibilité d'engager le moindre marché car cette compétence relève depuis du CH du Mans, l'hôpital support du GHT sarthois.

Vidéosurveillance à l’hôpital : « Un gadget » ?

Résultat de recherche d'images pour "public sénat"
Par Laure-Anne Elkabbach   17 MAI 2018

Les invités de l’émission « On va plus loin » débattent du renforcement de la vidéosurveillance dans les hôpitaux, pour lutter contre la violence envers le personnel hospitalier.


Le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a annoncé mardi 15 mai dans Le Parisien, un plan de 30 millions d’euros d’ici 2020, pour lutter contre l’insécurité dans les hôpitaux. Une des principales mesures qui fait débat est le renforcement de la vidéosurveillance, avec « 40% de caméras supplémentaires d’ici à trois ans ».

Résultat de recherche d'images pour "Vidéosurveillance à l’hôpital : « Un gadget » ?"Résultat de recherche d'images pour "Vidéosurveillance à l’hôpital : « Un gadget » ?"


De Tanger à Paris, dans les pas des enfants perdus du Maroc

Mineurs isolés, drogués et violents, ils ont surgi il y a plus d’un an dans la capitale. On les pensait enfants des rues marocains, mais, en réalité, ils ont souvent une famille.

LE MONDE  | Par 

Un jeune marocain, candidat à l’émigration, dans l’attente d’une opportunité de passage sur le port de Tanger, le 3 mai.
Un jeune marocain, candidat à l’émigration, dans l’attente d’une opportunité de passage sur le port de Tanger, le 3 mai. ESTEBAN DUJA POUR LE MONDE

Paris n’avait jamais vu ça. Des hordes d’enfants qui débarquent dans les rues du 18arrondissement, seuls, drogués, violents, le corps couvert de plaies et de brûlures, ne parlant pas un mot de français, semant la peur dans un quartier qui en a pourtant vu d’autres. Les premiers ont surgi il y a un an et demi, ils étaient une vingtaine ; ils sont repartis, quelques-uns sont revenus, de nouveaux sont arrivés, plus nombreux, ils sont une soixantaine aujourd’hui. Les plus jeunes ont 10 ans, les plus âgés prétendent avoir 17 ans (ils ont probablement plus).

Les perturbations du rythme circadien augmentent le risque de troubles mentaux et de l'humeur

| 16.05.2018



Les perturbations du rythme circadien sont associées à des troubles mentaux et de l'humeur. Cela avait déjà été suggéré dans des études rétrospectives ou basées sur des questionnaires, mais aucune équipe n'était allée aussi loin que les chercheurs de l'université de Glasgow, dirigés par les Drs Laura Lyall et Cathy Wyse. Dans un article publié dans « Lancet Psychiatry », ils apportent la première preuve directe de cette relation.

Egly : un centre médico-psychologique flambant neuf pour ses 1 700 patients annuels

Marie-Charlotte Dutheil|16 mai 2018



Egly, ce mercredi. Le Centre médico-psychologique avait brûlé en 2013. Il a été réhabilité et agrandi. LP/Marie-Charlotte Dutheil
Dédiée aux soins psychiatriques ambulatoires, la structure accueille environ 1 700 patients par an. Pour des consultations généralistes aussi bien que spécialisées.

Le personnel du Bariol entame une grève illimitée - Ehpad

19/05/2018

Des banderoles revendicatives ont été posées sur les murs de la maison de l'établissement. / Photo DDM
Des banderoles revendicatives ont été posées sur les murs de la maison de l'établissement. / Photo DDM
Des banderoles revendicatives ont été posées sur les murs de la maison de l'établissement. / Photo DDM
La CGT refuse la suppression du poste d'infirmier de nuit à l'Ehpad du Bariol. Le syndicat a donc lancé une grève illimitée. Pour l'instant, la direction refuse de céder.
Depuis jeudi, une partie du personnel de l'Ehpad du Bariol est en grève. Pas de panique néanmoins, comme dans les hôpitaux, les personnes des Ehpad sont réquisitionnées pour faire fonctionner le service.
Cette grève illimitée, lancée par la CGT, entend contester la décision de supprimer le poste d‘infirmière de nuit sur l'établissement. Les familles des résidents et un collectif d'infirmier protestent également contre cette décision.
Le poste de l'Ehpad de Belissen, le second géré par le Chiva, a déjà été supprimé. Rappelons que la loi n'oblige pas à avoir un poste d'infirmière la nuit. Cette exception ariégeoise était due à l'absence de lit de longue durée sur le département. Absence qui a été depuis comblée (voir encadré).

Rencontre avec Roland Chemama et Christian Hoffmann autour du livre : "Trauma dans la civilisation" (éditions Eres)

Rencontre avec Roland Chemama et Christian Hoffmann autour du livre :
"Trauma dans la civilisation" (éditions Eres)

Mercredi 23 mai 2018 à 20h30

Discutants : Yorgos Dimitriadis et Angela Jesuino
Librairie Tschann
(125 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris)

Les auteurs dédicaceront le livre dès 20h.
Ce livre aborde, en relation avec le terrorisme et à partir de la psychanalyse, la psychologie collective et individuelle contemporaine, telle qu’elle se révèle notamment dans les cures.

LARAGNE-MONTÉGLIN Les élus partent en guerre pour le maintien de la psychiatrie

Par Bernard VALAT | Publié le 18/05/2018

La pétition en faveur du maintien de l’admission de psychiatrie à Laragne atteint à ce jour 2 720 signataires.
La pétition en faveur du maintien de l’admission de psychiatrie à Laragne atteint à ce jour 2 720 signataires.

Tout est parti de l’annonce, par l’Agence régionale de santé, à la conférence de territoire du 18 avril dernier à Embrun, du transfert de 25 lits d’admission de psychiatrie du pavillon Provence vers le Chicas de Gap.
À la suite de la visite de Claude d’Harcourt, directeur général de l’Agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur, les conseillers municipaux ont voté une motion d’opposition à ce projet de délocalisation, motion reprise par les 62 communes de l’intercommunalité du Sisteronais-Buëch et son président Daniel Spagnou qui, lui, est en bataille pour conserver son service de cardiologie à Sisteron, menacé de fermeture.