Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 4 août 2017

A Paris, des enfants des rues, drogués et violents, laissent les services sociaux désemparés

Par Vibeke Knoop Rachline, Journaliste norvégienne à Paris et Franck Orban, Maître de conférences à Oslo — 
Les tentatives de prise en charge de ces mineurs isolés marocains, âgés de 10 à 17 ans, par la municipalité parisienne se sont soldées par des échecs

LE MONDE  | Par 

Quelques-uns sont revenus, à moins qu’ils ne soient jamais partis. D’autres sont arrivés. Plus nombreux. Dans le petit square Alain-Bashung, situé au cœur du quartier de la Goutte-d’Or, à Paris (18e), ils sont une trentaine ce jour-là à traîner leur « misère », disent-ils, et leurs corps écorchés. Tous sont mineurs, isolés et originaires du Maroc. Le plus jeune garçon a 10 ans, le plus âgé, 17 ans. Il y a quelques mois, une quinzaine d’enfants et d’adolescents sont ainsi apparus pour la première fois dans les rues de la capitale.

Dépassés par leur jeune âge, leur forte consommation de drogue – ils sniffaient de la colle dans des sacs en plastique –, leur violence et leur refus de se soumettre aux règles des services de l’aide sociale à l’enfance, les pouvoirs publics et les habitants ont été pris de court. Les tentatives visant à les prendre en charge se sont soldées par des échecs. Un phénomène inédit.

mercredi 2 août 2017

Le visage dans l’Art Brut


Le visage dans l’Art Brut

Le visage est essentiel. Au cinéma, en médecine, en sociologie, en psychologie, en politique, en histoire de l’art.

L’ouvrage interdisciplinaire « Visages » réunit les regards de près de 25 auteurs. Lucienne Peiry a été invitée à s’exprimer à propos du visage dans l’Art Brut. Elle s’est penchée sur ceux de Ted GORDON, Madge GILL, Edmund MONSIEL, Alexander LOBANOV et Aloïse.


L’association « Pour la psychanalyse » est créée !

Pour la Psychanalyse
1 AOÛT 2017 — Place de la Bastille, au Café Falstaff, s’est tenue le 27 juillet 2017 l’assemblée qui a décidé de la création de l’association « Pour la psychanalyse ». L’ensemble des 4600 signataires de la pétition en ont été informés. Ils ont été invités à faire connaître leurs avis, et à participer à cette rencontre. 
Après la dernière élection présidentielle, nous aurions pu espérer un changement d'orientation de la politique d'exclusion à l'égard de la psychanalyse. Jusqu’à ce jour l'orientation passée s'aggrave au contraire, avec l’approbation directe de Monsieur Macron.


Jubilé austral en psychiatrie

21/07/2017




En cette année 2017, The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry(publié sous l’égide du Royal Australian and New Zealand College of Psychiatrists) fête son cinquantième anniversaire. Comme le précise le Pr. Gin S. Malhi (son éditeur actuel) dans un éditorial sur le jubilé de cette célèbre revue de l’hémisphère austral, il s’agit donc là d’un « enfant des années 1960 », puisque son premier numéro est paru en mars 1967. En relisant les premiers numéros, l’auteur constate l’importance alors accordée au lithium et aux thématiques sexuelles : « inceste, lesbianisme dans la communauté Maorie, transexualisme, travestisme. » Si certains de ces écrits ont certes mal vieilli, comme un « article risqué » (en français dans le texte australien) sur la « folie masturbatoire » ou sur des manies diverses où presque tout « pouvait faire l’objet d’une nouvelle manie » (many-a-mania), d’autres sujets demeurent en revanche « remarquablement d’actualité », comme ces articles de 1968 sur « les facteurs culturels en psychiatrie », «l’interaction entre psychiatrie et questions juridiques », ou le « diagnostic différentiel entre démences et autres formes de modifications cognitives. »

Un risque élevé d’AVC au sortir de l’HP

 25/07/2017

P

Les états de grande détresse psychologique, en particulier dans le cadre d’une maladie psychiatrique, semblent favoriser la survenue d’un accident vasculaire cérébral (AVC) aigu, selon des mécanismes qui restent à préciser. Plusieurs plublications récentes ont en effet attiré l’attention sur cette association qui reste plus suggérée qu’établie, car elle repose sur un petit nombre d’études dont les effectifs sont de surcroît restreints. Par ailleurs, ces dernières prêtent le flanc à de multiples critiques méthodologiques : à titre d’exemples, des critères diagnostiques un peu flous pour ce qui est de la définition des états de détresse psychologiques, mais aussi l’existence fréquente de biais notamment de mémorisation.

Détresse morale et épuisement des soignants en réanimation et en post-réa

 24/07/2017

Fréquent chez les soignants des services de réanimation et de soins intensifs, l’épuisement professionnel initialement décrit par Maslach, se caractérise par 3 éléments : épuisement émotionnel, dépersonnalisation et diminution de l’accomplissement professionnel. La détresse morale se définit comme l’incapacité à agir selon ses valeurs personnelles et l’idée que l’on se fait de ses obligations en raison de contraintes internes et externes. Les deux sont des phénomènes assez proches dont les déterminants seraient similaires, comme par exemple l’association à un événement pénible - décès d’un patient, prise de décision éthique-  avec l’épuisement professionnel. Les spécialistes de ces questions suggèrent que la conséquence la plus dommageable de la détresse morale est l’épuisement professionnel.

La HAS, saisie par l'association le LIEN, devrait publier en 2018 des documents d'information sur la prévention et la prise en charge de la plagiocéphalie.

Pourquoi Docteur

01.08.2017

« Il ne serait pas un peu aplati ? » Voilà la question que bien des jeunes parents se sont déjà posée au sujet du crâne de leur nouveau-né. Et encore plus depuis ce printemps. L’association de patients le LIEN, présidée par Béatrice Ceretti, a en effet saisi en avril dernier la Haute Autorité de santé dans le cadre du nouveau dispositif du droit d'alerte. Le LIEN  estime qu'il y un réel problème de santé publique. Les crânes des petits Français seraient plus fréquemment aplatis depuis qu’il est recommandé de les coucher sur le dos. Face à une remise en question de cette recommandation, pourtant suivie à l’international et qui a évité de nombreux cas de mort inattendue du nourrisson, d’autres associations (Naître et Vivre, ANCReMIN notamment) et de nombreux pédiatres étaient montés au créneau.
Lors de sa séance du 28 juin dernier, la HAS a estimé que la saisine du LIEN répondait « aux conditions de recevabilité » ; elle a donc inscrit le sujet à son programme de travail et a fait savoir qu’elle produirait deux documents sur la prévention des risques de plagiocéphalie chez le nourrisson.

lundi 31 juillet 2017

Familles et amis de malades psychiques, sortez de l’isolement !

Publié le 21 Juil 17 


Père d’une fille schizophrène et ancien président de l’Unafam, Alain Triballier livre conseils et expériences pour améliorer le quotidien des malades psychiques et de leur entourage. (©J Lecoq / La Dépêche d’Évreux)

Dans de trop nombreux cas, familles et proches de malades psychiques se heurtent à la mauvaise compréhension de la maladie. Stigmatisation, sentiment de culpabilité et d’exclusion les isolent, ce qui a tendance à aggraver les troubles du malade et la situation de leurs proches. Pourtant, des solutions existent.
Père d’un enfant atteint de schizophrénie et bénévole au sein de l’Unafam (Union Nationale des Familles et Amis de Personnes Malades et/ou Handicapés Psychiques) après en avoir été le président durant trois ans, Alain Triballier connaît parfaitement le quotidien des malades psychiques (schizophrénie, troubles bipolaire, dépression, autisme…) et de leur entourage : « Les troubles psychiques sont encore des maladies que l’on peut avoir honte d’évoquer. Et lorsque l’on en parle, il est rare que l’on vienne par la suite demander des nouvelles, contrairement au cancer par exemple ».

Témoignage : “La schizophrénie de mon fils n’est pas une honte”

    19 juillet 2017

“Parce qu’il y a pire dans la vie”, Jennifer a décidé de se battre face à la maladie de son fils. À 14 ans, il est diagnostiqué schizophrène. Entre les hallucinations, les séjours en hôpital psychiatrique et autres traitements, la mère de famille a décidé de se battre. Elle nous raconte son histoire.
Tout commence par des hallucinations alors qu’il n’a que 10 ans. Jason en est certain, on lui veut du mal. Il devient sombre. Il se renferme sur lui-même. Il est surdoué et comme tous les jeunes dans son cas, il se sent incompris. Ses parents, eux, pensent qu’il fait sa crise d’adolescence. “En étant trop conciliante, j’en ai peut-être fait un enfant capricieux ?” s’interroge alors Jennifer, sa mère. Mais le garçon devient de plus en plus violent. Par peur du regard des autres, elle cache les crises de son fils : “on évitait de sortir et on voyait moins de monde”. Mais un jour s’en est trop pour la mère de famille : elle prend rendez-vous au Centre Médico-Psychologie (CMP) pour enfant de sa ville. Face au pédopsychiatre Jason est en confiance. Une question suffit pour changer le cours de sa vie : “entends-tu des voix ?”. Jennifer se souvient du visage de son fils qui s’illumine. Pour la première fois, quelqu’un comprend ce qu’il vit. “Je les entendais me parler depuis que j’étais en CP. Pour moi, ces voix représentaient mon quotidien, un peu comme une présence”. Mais le chemin vers le diagnostic est encore loin. Commence alors une croisade face à ce mal qui guette l’adolescent. “Il faut l'interner d’urgence en hôpital psychiatrique. C’est une question de vie ou de mort”, lui annonce le professionnel. Un coup de massue pour elle, un choc pour lui. La guerre face à la maladie peut enfin commencer.

Nous souhaitons que la psychothérapie dans sa diversité soit accessible au plus grand nombre

 24/07/2017 

La psychothérapie évolue. Elle n'est plus réservée au seul domaine médical pour améliorer, guérir des symptômes, elle se situe maintenant dans un champ médico-psycho-sociale.


Un enjeu de santé publique en France!
Le 8ème congrès mondial de psychothérapie, organisé par la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse (FF2P) se déroulera pour la première fois en France. Des thérapeutes du monde entier venant de plus de 80 pays avec 850 participants se sont donnés rendez-vous du 24 au 28 juillet 2017 à la Maison de l'Unesco.

Régimes sans viande : une nouvelle guerre des religions

Christian Delahaye
| 28.07.2017


Fortement relayés par les médias et surtout par les réseaux sociaux, les régimes d’exclusion débordent des rayons alimentaires pour investir les modes de vie, avec les « sans-se-laver », « sans-s’habiller »… Le même scénario attire à chaque fois des foules d’adeptes : haro sur un produit, une substance, un comportement, qui empêcherait de bien vivre. Enjeu : se soigner individuellement, en dehors des chemins médicaux scientifiquement balisés. « Le Quotidien » propose un état des lieux de ces « sans-sans », en deux temps : intox/détox.

Le fantastique musée de la Fabuloserie

La Republique de Centre
30/07/2017

Créé par l’architecte Alain Bourbonnais, ce lieu magique abrite les œuvres hétéroclites d’artistes inconnus. Au premier rang desquels figure Pierre Avezard, dont le manège continue d’émerveiller les visiteurs.
Ils n’ont pas fréquenté les Beaux-arts, ignorent tout des règles académiques régissant les perspectives, et s’affranchissent volontiers des jeux d’ombres et de lumières. Ce sont pourtant des artistes à part entière, dont les œuvres sont rassemblées au musée de la Fabuloserie, à Dicy, village de 300 habitants, situé à quelques encablures du Loiret.
Bienvenue dans le monde insolite de « l’art hors-les-normes », auquel le peintre et sculpteur, Jean Dubuffet, avait donné le nom d’« art brut ».


L’histoire de cet étonnant musée est irrémédiablement liée à l’architecte Alain Bourbonnais (1925-1988). Artiste à part entière, l’homme est aussi sculpteur, créateur et collectionneur.

Œuvres hétéroclites

Dans l’atelier Jacob qu’il ouvre en 1973, au cœur du quartier parisien de Saint-Germain-des-Prés, il expose des œuvres incroyables, biscornues, hétéroclites. Un grand nombre d’entre elles ont été réalisées par des personnes internées en hôpital psychiatrique. Leur inspiration est extravagante, leur travail fantastique. À l’image d’André Robillard, l’un des plus célèbres patients du centre hospitalier spécialisé Georges-Daumezon.
La Fabuloserie

L'émergence d'une psychiatrie informatique

L'Atelier BNP Paribas

28 juillet 2017


Data et IA bouleversent l'étude et la compréhension des troubles mentaux, jusqu'à former une nouvelle discipline scientifique.
Depuis des décades, la psychiatrie s'est construite sur l'analyse subjective d'un patient par un thérapeute. Au regard de la complexité du cerveau, le diagnostic se révèle parfois incertain. L'arrivée de l'intelligence artificielle (IA) renouvelle la façon d'appréhender cette discipline pour constituer une nouvelle science médicale appelée par l'université du MIT "la psychiatrie informatique". Cette méthode use de la puissance des données et de leur analyse par l'IA pour détecter les comportements inhabituels et les relier à une pathologie psychiatrique. 

Dave: l'hôpital neuro-psychiatrique Saint-Martin met à la rue un de ses patients, considéré comme "ingérable"


BELGIQUE 31/07/17   
A l'hôpital neuro-psychiatrique de Dave, dans l'agglomération de Namur, un malade profond a été littéralement expulsé de l'hôpital où il était interné. L'homme, âgé de 57 ans, qualifié "d'ingérable", s'est retrouvé à la rue du jour au lendemain. Ses filles sont très inquiètes, et n'a pas encore de solution durable pour replacer leur père, qui a besoin des soins particuliers : Didier souffre de diverses pathologies, et notamment de paranoïa et de démence.

Dépression : «Lire m'a sauvé la vie», témoigne Héloïse, 24 ans

Elsa Mari    29 juillet 2017






dimanche 30 juillet 2017

Clotilde Leguil : « Nous vivons à l’ère d’une hypertrophie du moi »

Le Monde Festival

Basculement du monde 4|6. Alors que le narcissisme de masse s’étend avec les relations numérisées, la psychanalyse représente  un « Autre », en chair et en os, nécessaire en ce qu’il est capable d’entendre sans juger, observe la psychanalyste Clotilde Leguil.





Que devient la psychanalyse à l’époque de la mondialisation ? La question se pose de façon cruciale aujourd’hui, car les nouvelles technologies captent le psychisme de chacun et absorbent la libido de tous. Elles modifient le rapport des êtres à eux-mêmes en médiatisant les relations entre les individus. Elles changent le statut de la parole et du langage, celui de l’intimité et du secret, celui de l’image et du récit de soi. Les multiples applications régissant doré­navant les rapports sociaux, amoureux et amicaux s’introduisent par là même au cœur de l’existence de chacun. Elles réorientent le rapport à soi et à l’Autre en ­accélérant toujours davantage les processus de transmission d’informations et d’exhibition de l’intime.


Les aides-soignantes de la maison de retraite des Opalines, à Foucherans, mettent fin à leur grève

Une partie du personnel de cet Ehpad situé dans le Jura dénonçait, depuis cent dix-sept jours, leurs conditions de travail.

LE MONDE  | Par 


Le 16 juin, à l’Ehpad des Opalines à Foucherans (Jura). Une partie du personnel était en grève depuis le 3 avril.
Le 16 juin, à l’Ehpad des Opalines à Foucherans (Jura). Une partie du personnel était en grève depuis le 3 avril. ARNAUD FINISTRE POUR LE MONDE


« Je vais rentrer chez moi, prendre un repas avec ma famille, sans répondre au téléphone. Ça va être ma première soirée normale depuis quatre mois », annonce Marielle. C’est tout, pas un mot de plus. Quelqu’un pleure un peu, mais au fond, elles sont toutes trop fatiguées pour chanter victoire.
Jeudi 27 juillet, à 17 heures, vient de s’achever une des plus longues grèves de France, à Foucherans, dans le Jura. Une dizaine d’aides-soignantes et de salariées des Opalines, un Ehpad privé (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), avaient débrayé le 3 avril contre leurs conditions de travail, notamment l’insuffisance de personnel.