Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 15 octobre 2016

Dans la tête d’un schizophrène

15/10/2016


Paris, le samedi 15 octobre 2016 – Parmi les sujets qui passionnent la toile autour du comportement "idéal" des professionnels de santé, certains tentent de déterminer si le soignant doit ou non se "mettre à la place" de celui qu’il soigne. Attitude dangereuse qui empêche de conserver la distance et le recul nécessaires au soin et qui n’est par ailleurs pas souhaité par beaucoup de patients, selon les uns, méthode nécessaire pour accroître l’essentielle empathie selon les autres.
Au-delà de ces considérations, il est probable que le dialogue avec certains malades peut être rendu plus complexe en raison de la difficulté de mesurer ce qu’éprouve l’autre, de comprendre comment sa pathologie modifie ses perceptions. C’est particulièrement le cas en ce qui concerne les maladies mentales.

Un outil pour le moment réservé aux professionnels

C’est pour répondre à cet écueil que les laboratoires Janssen ont travaillé avec le CHU de Rennes à l’élaboration d’un programme de réalité virtuelle dont l’objectif est de « simuler» la schizophrénie.

La clinique est "rarement responsable" du suicide d'un patient

franceinfo:   14/10/2016 

JUSTICE – On ne peut pas tenir une clinique pour systématiquement responsable du suicide d'un patient en considérant qu'il serait la preuve évidente d'un défaut de surveillance, selon une récente décision de la Cour de cassation.

(17825280)
Selon la Cour de cassation, un établissement médical est tenu, en plus des soins, à une obligation de garde et de surveillance. Mais il n'a envers ses pensionnaires qu'une obligation de sécurité "de moyens". De plus, l'ampleur des mesures à prendre dépend des circonstances et de ce que l'on sait du malade.
Selon ce principe, la Cour a jugé qu'un patient, même s'il a eu des antécédents dépressifs avec hospitalisation, ne pouvait pas pour autant être traité comme s'il était suicidaire. Dès lors, la clinique ne peut se voir reprocher une faute s'il parvient à se suicider.

Fontainebleau : découvrez l’incroyable village de Chomo, le Dali de la forêt

Île-de-France & OiseSeine-et-Marne Fontainebleau Pascal Villebeuf 14 octobre 2016
Chomo, artiste comparé à Salvador Dali par le réalisateur Antoine de Maximy, était aussi un écologiste d’avant-garde qui a vécu en ermite pendant 40 ans dans la forêt de Fontainebleau. En phot, une de ses oeuvres.
LP/PASCAL VILLEBEUF
Découvrir un artiste génial et hors du commun, qui vécut en ermite au cœur de la forêt de Fontainebleau pendant quarante ans. Voilà ce que vous pouvez faire ce samedi après-midi en venant admirer le village préludien de Chomo, artiste surdoué qui produisit des milliers d’œuvres d’art à partir de matériaux recyclables puisés dans les décharges et poubelles environnantes. Pour dénicher son antre, rendez-vous dans le Massif des Trois Pignons, à Achères-la-Forêt. L’occasion d’y admirer notamment les bâtiments qu’il édifia à base de troncs d’arbres, de plâtre et de bouteilles de verre ou de carcasses de voitures, comme l’église des pauvres, le refuge ou le sanctuaire des Bois Brûlés.

Figures libres. « Allô, Proust ? Kafka à l’appareil… »

La chronique de Roger-Pol Droit, à propos de « Téléphonez-moi. La revanche d’Echo », de Frédérique Toudoire-Surlapierre.
LE MONDE DES LIVRES  | Par Roger-Pol Droit
Téléphonez-moi. La revanche d’Echo, de Frédérique Toudoire-Surlapierre, Minuit, « Paradoxe », 214 p.

Un téléphone ancien.
Un téléphone ancien. kpirat/CC BY 2.0

Les proustiens se souviennent des « téléphonages » surabondants de Mme Verdurin, truffés d’indiscrétions et de fausses nouvelles, dans les salons, après le dîner. L’invention de Bell, mise au point en 1876 et apparue pour la première fois à Paris à l’Exposition universelle de 1878, venait de conquérir le monde. Quelques années seulement lui avaient suffi pour transformer le paysage. En ce temps-là, les commutations étaient manuelles, et les« Demoiselles du téléphone » incarnaient « les ombrageuses prêtresses de l’Invisible », selon Proust.

Pierre Delion : Aliéné, délivré




Chaleureux et non dogmatique, ce pédopsychiatre réputé est le dernier des Mohicans d’une génération marquée par la psychanalyse.

L’homme est discret. On l’a peu vu sur les plateaux de télé, comme tant d’autres, donner des conseils de bon sens aux mères inquiètes devant l’agitation de leur fils ou s’alarmant devant le manque de prise de poids de leur fille. Pierre Delion y aurait été à sa place, lui, le dernier des dinosaures du monde psy, ultime grande figure du milieu, membre de cette génération bénie d’après-guerre qui a vu la psychanalyse s’imposer un peu partout, avant qu’elle ne prenne coup sur coup depuis quelques années. Pierre Delion a des allures du bon médecin de campagne, attentionné et réservé. Il part à la retraite, quittant son poste de professeur et de chef de service de pédopsychiatrie au CHU de Lille. Comme un symptôme de la crise de la pédopsychiatrie française, il ne sera même pas remplacé. Et dimanche, à Montreuil, se tient un meeting sur «l’enfance effacée» (1). Dans la planète psy, de Françoise Dolto à Serge Leclaire, Pierre Delion est loin des travers que l’on rencontre parfois chez ses confrères, péremptoires et cassants, souvent autocentrés, ressassant leurs formules. Pierre Delion occupe une place à part. Il est assurément le plus chaleureux. Non dogmatique, il est ouvert aux autres disciplines et, dans le monde parfois culpabilisant de la pédopsychiatrie, soucieux de travailler avec les parents.
Pourtant, cruelle ironie, c’est lui qui s’est retrouvé au centre de la méchante polémique en 2012 autour du packing. Cette thérapeutique qui consiste à envelopper l’enfant autiste dans des draps humides ou secs puis peu à peu à les ôter. Une pratique que certaines associations de parents ont considérée comme de la torture. Lettres anonymes, menaces, injures, manifestations devant son bureau, convocation devant le conseil de l’ordre, Pierre Delion a subi le déluge.

Michel Laforcade préconise un texte fondateur en santé mentale et liste les services indispensables


HOSPIMEDIA 
Attendu, le rapport de Michel Laforcade sur la santé mentale se veut force de propositions pour accompagner la mise en œuvre de la loi de Santé dans ce domaine. Selon lui, un nouveau texte de nature réglementaire doit établir la feuille de route pour les ARS en matière d'organisation territoriale de la santé mentale.

vendredi 14 octobre 2016

Big data : « Partager le pouvoir des données… avec chacun d’entre nous »

Pour Marine Albarède, Manon Molins et Daniel Kaplan, de la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING), il n’existe plus de bonne raison de ne pas partager les données personnelles, et le pouvoir qu’elles confèrent, avec les personnes qu’elles concernent.
LE MONDE  | Par Marine Albarède, Manon Molins et Daniel Kaplan (Projet MesInfos au sein de la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération))
« Un monde où chacun d’entre nous disposerait de la connaissance et de l’usage de ses données personnelles ne devient pas un monde idéal, juste plus équilibré et plus divers ».
« Un monde où chacun d’entre nous disposerait de la connaissance et de l’usage de ses données personnelles ne devient pas un monde idéal, juste plus équilibré et plus divers ». KAIMPHUC/FLICKR/CC BY 2.I

Infirmiers en grève au Portugal

14.10.2016
Environ 75% des infirmiers travaillant dans les hôpitaux au Portugal étaient en grève, jeudi et vendredi selon le Syndicat des infirmiers portugais (SEP). L'activité des hôpitaux publics portugais a été perturbée par ce mouvement. Alors que la grève a entraîné le report de nombreuses consultations, vaccinations et opérations chirurgicales, un service minimum était assuré notamment dans les unités d'urgence et de soins intensifs.

Les risques de cancers varient selon le contexte socioéconomique durant l’enfance

Roxane Curtet    14.10.2016

Dites-moi où vous avez grandi, je vous dirais quels sont vos risques de cancers ! Les circonstances qui accompagnent le développement de l’enfant comme la profession des parents à la naissance ou le revenu du quartier, pourraient être associées à des risques plus ou moins important de contracter certains cancers plus tard au cours de la vie. C’est du moins ce que met en évidence une étude parue dans Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention.

La santé sexuelle, une nouvelle priorité des généralistes italiens

 
   14.10.2016
Améliorer la prévention en matière de santé sexuelle en instaurant un dialogue constant avec les patients. Une opération compliquée de l’autre côté des Alpes, les Italiens étant particulièrement frileux sur ce chapitre et le sujet particulièrement tabou.
« Les patients n’arrivent pas à évoquer leurs problèmes liés à la sexualité avec leur médecin de famille malgré le rapport de confiance qui s’instaure au fil des ans. Dans un contexte de silence, la prévention devient difficile », déplore le Dr Alessandro Sabatini.

Erreurs : signaler, analyser et… prévenir

 | 

8 novembre : vaste mouvement infirmier annoncé

 Dominique Monnier  14/10/2016





Après une première journée d’action initiée par la Coordination nationale infirmière (CNI) le 14 septembre dernier, face aux dégradations des conditions de travail, les principales organisations d’infirmier(e)s salarié(e)s lancent un appel commun à la mobilisation infirmière le mardi 8 novembre 2016. S'engagent ainsi ensemble de façon unitaire les syndicats infirmiers CNI, SNPI, SNIES, SNICS, les organisations d’IADE (infirmiers anesthésistes diplômés d'État) SNIA, ANEIA, CEEIADE, les organisations d’IBODE (Infirmiers de bloc opératoire diplômé d'état) UNAIBODE, AEEIBO et les organisations de puéricultrices ANPDE et SPL.
Lire la suite ...

10ème Journée des "dys" lundi, pour sensibiliser aux troubles de l'apprentissage

09.10.2016
Dysphasie, dyslexie, dysorthographie... La fédération française des "dys" (ffdys) organise lundi 10 octobre la 10ème journée des "dys". L'opération vise à sensibiliser sur les troubles de l'apprentissage de la lecture, de l'orthographe ou encore des activités numériques mieux connus aujourd'hui mais avec une détection -le plus souvent à l'école- inégale, et une prise en charge encore tardive, selon les familles. A cette occasion, la FFDYS organise à Paris au Cirque Bormann un colloque samedi 15 octobre.

Le comité de suivi des GHT entre "dans le vif du sujet" avec les projets médicaux partagés

HOSPIMEDIA  
Après plusieurs séances passées notamment à débattre de l'accompagnement RH des groupements hospitaliers de territoire (GHT), le comité de suivi s'est intéressé ce 11 octobre aux projets médicaux partagés. Cette stratégie médicale et soignante de territoire repose sur deux leviers : la démographie médicale et l'identification des filières.

BOULEVARD BRUT : HANDICAP, MUSIQUE EXPÉRIMENTALE, EXPO ET ATELIERS À AVIGNON

Résultat de recherche d'images pour "BOULEVARD BRUT : HANDICAP, MUSIQUE EXPÉRIMENTALE, EXPO ET ATELIERS À AVIGNON"
Le collectif Freesson nous présente sa première édition de Boulevard Brut. Concerts, exposition, ateliers artistiques… Cette soirée varie les formes et les plaisirs autour de l’art brut et des cultures indépendantes et underground.
Toute une partie sera dédiée à mettre la lumière sur le handicap dans la musique avec notamment le documentaire Musique brute, handicap et contre-culture (dans lequel participe David Lemoine du groupe Cheveu) suivi d’une table ronde et d’une discussion avec le public.Choolers Division, un groupe hip-hop mené par des MC trisomiques, ouvrira le bal. Les créations vidéo de Debeul les accompagnera sur scène. On comptera également la présence deHassan K., one-man band perse. Équipé de lutheries électroniques qu’il construit lui-même, sa musique oscille entre avant-garde et tradition. John Deneuve, membre de Sugarcraft, sera présent en solo pour présenter son projet expérimental. Vêtu d’un costume de super-héros pailleté, il se démènera sur scène jouant du synth-punk et de l’electro. Il y aura également une exposition du Dernier Cri et un atelier sérigraphie et fabrication de badges avec Ben Sanair.

Le château rénové pour devenir un musée d’art brut

Marie-José Georges et le collectionneur Bruno Decharme ont défendu avec passion leur projet de musée d’art brut auprès des représentants de la région Florence Verney-Carron et Nicolas Daragon.
Marie-José Georges et le collectionneur Bruno Decharme ont défendu avec passion leur projet de musée d’art brut auprès des représentants de la région Florence Verney-Carron et Nicolas Daragon.
«C’est un projet un peu fou ! Mais à Hauterives on pratique la folie », lançait non sans humour, la conseillère départementale du canton de l’Herbasse Emmanuelle Anthoine à l’attention de Florence Verney-Carron, vice-présidente de la région en charge de la culture et du patrimoine. Car hier, avec Nicolas Daragon, vice-président en charge du tourisme et du thermalisme, l’élue régionale a découvert le site du Palais idéal et la nouvelle idée imaginée par la directrice Marie-José Georges.
Après le succès de l’exposition qu’elle avait organisée il y a deux ans, elle a tissé des liens forts avec deux acteurs de l’art brut : Antoine de Galbert et Bruno Decharme. C’est donc avec eux, le soutien du maire Florent Brunet et des élus d’Hauterives que la directrice propose la création d’un Musée d’art brut en lieu et place du château.

La psychose des clowns, reflet d’une époque apeurée et surconnectée

LE MONDE| Par Luc Vinogradoff

Capture d’écran d’une vidéo montrant un clown dans un parking de l’Etat de Washington.
Capture d’écran d’une vidéo montrant un clown dans un parking de l’Etat de Washington.

D’un incident isolé dans la campagne de Caroline du Sud au creux du mois d’août, c’est devenu une étrange épidémie qui touche quasiment tous les Etats-Unis : des hommes en costumes de clowns effrayants ont été vus errant autour d’écoles ou dans des universités ; ou encore filmés depuis une voiture à l’orée des bois en pleine nuit par des automobilistes hystériques ; des témoins prétendent également avoir été poursuivis par des clowns armés de machettes ; des parents paniqués jurent que des clowns ont tenté de faire monter leurs enfants dans une camionnette.
Le phénomène des clowns sinistres et effrayants déambulant dans les villes n’est pas nouveau. Ce sont des canulars qui précèdent régulièrement la fête d’Halloween depuis les années 1980. En 2014, il s’est même exporté en France. On arrêtait des ados déguisés en clowns mal maquillés du Var au Pas-de-Calais.
La différence, cette fois, est que la rumeur s’est propagée à une telle vitesse aux Etats-Unis et dans d’autres pays anglophones – réseaux sociaux et surmédiatisation obligent –, que la psychose qui en a découlé a eu des conséquences bien plus importantes qu’un coup de peur sur le parking d’une zone commerciale mal éclairée.
Où sont les clowns ? Partout et nulle part
Tout est parti d’une résidence dans la ville de Greenville en Caroline du Sud. Le « patient zéro » est un petit garçon qui dit avoir vu « deux clowns dans les bois, l’un avec une perruque rouge et l’autre avec une étoile noire dessinée sur le visage. Ils lui ont murmuré de le suivre ».
Les parents paniqués appellent la police, qui ne trouvera pas de traces de clowns. Les policiers de Caroline du Sud recevront rapidement de nouveaux signalements de ce type dans la région. Puis ce seront leurs collègues de Caroline du Nord et, dans les semaines suivantes, d’autres Etats du sud. Début octobre, des clowns ou des agressions présumées par des clowns avaient été signalés dans plus de trente Etats et au Canada.