Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 14 octobre 2016

Le comité de suivi des GHT entre "dans le vif du sujet" avec les projets médicaux partagés

HOSPIMEDIA  
Après plusieurs séances passées notamment à débattre de l'accompagnement RH des groupements hospitaliers de territoire (GHT), le comité de suivi s'est intéressé ce 11 octobre aux projets médicaux partagés. Cette stratégie médicale et soignante de territoire repose sur deux leviers : la démographie médicale et l'identification des filières.
Ce 11 octobre, le septième comité de suivi sur les groupements hospitaliers de territoire (GHT) a placé ses débats sous l'angle des projets médicaux partagés. Un peu plus de trois mois après la mise en place de la réforme, il s'agissait pour la DGOS de "rentrer dans le vif du sujet de cette stratégie médicale et soignante de territoire", comme l'a fait savoir à l'issue de la séance sa chef de projet, Clémence Mainpin, à Hospimedia. Deux leviers entrent ici en jeu. Le premier cible la démographie médicale, en écho aux récentes annonces début octobre de la ministre des Affaires sociales et de la Santé en matière d'attractivité des carrières médicales (lire ci-contre). Des orientations "consensuelles" ont été présentées au comité par les différentes conférences pour "élaborer une vision régionale d'une gestion dynamique de la démographie médicale" et ceci, en lien avec les CHU, les doyens des facultés de médecine, les ARS et le Centre national de gestion (CNG). Deux objectifs sont visés : donner de la visibilité aux futurs médecins ; bâtir au sein de chaque GHT une gestion adéquate entre filières et ressources humaines. "Il ne s'agit pas de réinventer un outillage mais une méthodologie et une démarche dynamique", souligne Clémence Mainpin. Avec l'idée actée en séance d'initier des expérimentations sur quelques sites pilotes.

Les guides achats et SI publiés avant la fin de l'année

Initialement attendue durant l'été, la publication des guides sur les achats et les systèmes d'information (SI) reste à l'ordre du jour mais devrait finalement avoir lieu avant la fin de l'année. La DGOS souhaite en effet coordonner leur contenu avec les travaux des groupes de travail sur les ressources humaines, dont l'un est précisément dédié à ces fonctions mutualisées. Or ceux-ci devraient achever leurs réunions en décembre.

Aucun référentiel uniforme des filières

Le deuxième levier à la mise en œuvre des projets médicaux partagés passe par l'identification des filières, en sachant que 40% des GHT les avaient déjà déterminées le 1er juillet, soit six mois avant la date butoir du 1er janvier 2017. Trois approches entrent ici en ligne de compte : des filières par grandes familles de pathologies (accidents vasculaires cérébraux, insuffisance rénale chronique, santé mentale...) ; des filières par rapprochements populationnels (personnes âgées ou handicapées, jeunes enfants...) ; des filières par modes de prise en charge (consultations, soins critiques, soins de suite...)*. En résumé, il n'y aura "pas de référentiel uniforme des filières" mais celles-ci seront "le résultat d'un croisement entre ces différentes approches", ajoute la chef de projet. Toujours est-il que cet ensemble d'interactions suppose d'outiller cette démarche : onze fiches repères méthodologiques seront ainsi disponibles d'ici la fin octobre, élaborées sous la coordination de l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) ; les premières sessions des ateliers organisés par l'École des hautes études en santé publique (EHESP) pour les GHT volontaires débuteront dans les prochaines semaines, le but étant d'associer les administratifs, médecins et paramédicaux à l'élaboration des projets médicaux partagés.

Aucun commentaire: