Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 8 septembre 2018

Révolutions sexuelles (1/2) Le droit au plaisir

Résultat de recherche d'images pour "arte"
54 min
Disponible du 04/09/2018 au 02/11/2018
Disponible en direct : oui
Prochaine diffusion le dimanche 9 septembre à 02h55

Résultat de recherche d'images pour "Révolutions sexuelles (1/2) Le droit au plaisir"

De l'apparition du bikini au mariage gay, petites et grandes histoires d'un processus de libération qui a bouleversé les comportements sociaux. Un documentaire en deux parties fourmillant d'analyses et d'archives détonantes.


Psychiatrie  : « Un système de soins à bout de souffle »

Pierre-Michel Llorca, chef de service au CHU de Clermont-Ferrand et auteur d’un livre à paraître le 12 septembre, décrit une situation devenue « intenable ».
LE MONDE  |   Par 

Des employés d’hôpitaux psychiatriques ont manifesté devant l’hôpital Sainte-Anne à Paris, le 6 septembre 2018.
Des employés d’hôpitaux psychiatriques ont manifesté devant l’hôpital Sainte-Anne à Paris, le 6 septembre 2018. PHILIPPE LOPEZ / AFP
Rennes, Le Rouvray et Le Havre (Seine-Maritime), Amiens… Depuis plusieurs mois, des soignants multiplient les grèves dans les hôpitaux psychiatriques pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail et réclamer davantage de moyens. Le professeur Pierre-Michel Llorca, chef de service au CHU de Clermont-Ferrand, cosigne, sous l’égide de la Fondation FondaMental et de l’Institut Montaigne, Psychiatrie : l’état d’urgence (Fayard, 432 pages, 24 euros), à paraître le 12 septembre, dans lequel il dresse un état des lieux alarmant de cette spécialité médicale.
En quoi la psychiatrie publique est-elle, selon vous, en situation d’« état d’urgence » ?
Le système de soins en psychiatrie est à bout de souffle. Depuis le début de la décennie, il a dû absorber 300 000 patients supplémentaires faisant l’objet d’un suivi régulier. En face, l’offre n’a pas suivi. En quarante ans, on a même perdu 40 % des psychiatres. En toute logique, les conditions de travail et donc les conditions de soins n’ont cessé de se dégrader, engendrant de la souffrance pour les malades, leurs proches et les équipes médicales. Dans certains endroits, la situation est aujourd’hui intenable.

États généraux psy sur la radicalisation

QUAND : 7, 8, 9, 10 novembre 2018
ORGANISATION : CERT-Université Paris Diderot, Ministère des solidarités et de la santé, Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation, organisations professionnelles des psychologues et des psychiatres


Journées d’étude sur
« La logique du sexe »

26/27 octobre 2018
Institut français de Florence
Piazza Ognissanti 2, Théâtre
Florence, Italie
La Fondation Européenne pour la Psychanalyse organise deux Journées à Florence les 26 et 27 octobre 2018, à l’initiative de ses  membres italiens et avec la participation de Inconscio a FirenzeLaboratorio Freudiano Roma et Comunità Psicanalitica Internazionale.
Comité scientifique :
Graziella Baravalle, Renata Barbieri, Gorana Bulat Manenti, Giampiero Belli, Simone Berti, Luigi Burzotta, Muriel Drazien, Roland Chemama, Christian Hoffmann, Christine Dal Bon, Hélène Godefroy, Cristina Jarque, Maria Pia Marangon, Ettore Perrella, Maria Concetta Pinto, Gérard Pommier, Claus Dieter Rath, Alberto Zino, Johanna Vennemann.
Traduction simultanée français italien


Dans le Séminaire sur l’Ethique (23 décembre 1959), Lacan se demande si la découverte freudienne, l’éthique de la psychanalyse, nous laisse suspendus à la dialectique du désir et de la Loi et si l’être humain a déjà été capable d’élaborer quelque chose qui transgresse cette Loi en le mettant dans un rapport au désir qui franchisse ce lien d’interdiction, et introduise, au-dessus de la morale, une érotique.

vendredi 7 septembre 2018

Avis de grève prolongé à l’hôpital Charles-Foix


La bataille des chiffres se poursuit à l’hôpital gériatrique Charles-Foix d’Ivry (94).
L’été y aura été chaud, et pas seulement du point de vue des températures, vu l’ambiance électrique entre la direction de l’établissement et la CGT, tous deux en désaccord sur les conditions de travail des professionnels de soin.

Depuis le 20 août, le syndicat a déposé un avis de grève pour « danger grave et imminent », en invoquant des manques importants d’effectifs, qui mettraient en danger les patients comme le personnel, en particulier les infirmier.e.s, tout bonnement épuisé.e.s. Pour Jacky Maillet, secrétaire CGT du CHSCT, les exemples ne manquent pas de congés maternités, congés longue maladie ou d’absences dues à des accidents de travail non remplacés. Une enquête de France Bleu a même fait témoigner une infirmière qui avait pris en charge 51 patients toute seule.

L'importance d'un vocabulaire simple pour se faire comprendre des patients

| 08.09.2018


L’écriture des médecins serait difficile à déchiffrer. Le vocabulaire employé par les praticiens peut également être difficile à appréhender pour les patients. Fin 2017, une étude publiée dans le British Dental Journal révélait que la signification de certains mots, fréquemment utilisés par les médecins, n’était pas toujours connue des patients. Les termes « bénin » et « lésion » étaient ainsi les moins bien compris.

« Arrêts de travail inappropriés ou abusifs » : la Cnam précise les chiffres

08.09.2018

Après le lapsus (volontaire ?) d'Édouard Philippe, qui avait confondu « arrêts maladie » et « congés », Agnès Buzyn a récemment irrité la profession en évoquant la part grandissante d'IJ inadaptés« Quand on contrôle les arrêts de travail, environ 15 % sont inappropriés ou sont des abus », a récemment déclaré la ministre à Radio Classique, sans préciser ce que recouvrait ce nombre.
Jointe par Le Généraliste, la Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) a apporté quelques précisions sur ce chiffre. « Sur les six premiers mois de 2018, suite aux contrôles de l’Assurance maladie, 16,1 % des assurés examinés par le service médical ont eu une reprise du travail fixée par le médecin-conseil, explique la Cnam, sans préciser le nombre de contrôles. Cela signifie qu’à la date de reprise, l’arrêt de travail n’était plus justifié. Mais cela ne permet pas de déterminer s'il était injustifié au départ. »

L’hôpital sarthois du Bailleul va de nouveau pratiquer les interruptions volontaires de grossesse

Trois praticiens ayant fait valoir leur clause de conscience, l’hôpital sarthois avait cessé de pratiquer les interruptions volontaires depuis janvier.
LE MONDE | 
En 2017, l’hôpital du Bailleul avait réalisé 67 IVG.
En 2017, l’hôpital du Bailleul avait réalisé 67 IVG. JEAN-PAUL PELISSIER / REUTERS
Le médecin qui réalisait les interruptions volontaires de grossesse (IVG) était parti en retraite. Les trois autres praticiens avaient fait valoir leur clause de conscience. Résultat : l’hôpital du Bailleul (Sarthe), situé entre Angers et Le Mans, avait cessé de pratiquer des IVG depuis janvier, posant le problème de l’inégalité d’accès aux soins pour ses patientes.

En Seine-Saint-Denis, le 115 désemparé face aux « bébés sans-abri »

Les services d’accueil lancent un cri d’alarme après que deux femmes et leurs nouveau-nés se sont retrouvés à la rue à la sortie de la maternité, le 29 août.
LE MONDE  |   Par 

Le donneur anonyme : c’est les parents qui l’ont choisi !




Paris, le samedi 8 septembre 2018 – Parmi les sujets qui s’étaient invités dans les débats organisés dans le cadre des états généraux de la bioéthique, la levée de l’anonymat des donneurs de sperme n’a pourtant pas a priori vocation à être inscrite dans le programme du futur projet de loi. S’il est peu probable que le texte s’oriente effectivement vers la fin de l’anonymat, à la lueur des discussions passionnées engendrées par ce sujet, il semble que les réflexions parlementaires sur la question soient inévitables. Peut-être les élus souhaiteront faire leurs les récentes propositions des Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme (CECOS) qui ont suggéré de permettre aux enfants nés grâce à un don de gamète anonyme de pouvoir avoir accès sous certaines conditions à des informations non identifiantes.

"Vu de l’intérieur" : au cœur d’un service de réanimation néonatale - Episode 1

06.09.18




Résultat de recherche d'images pour ""Vu de l’intérieur" : au cœur d’un service de réanimation néonatale - Episode 1"

Le service de réanimation néonatale de l’hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de Lille accueille des enfants nés à terme qui présentent des pathologies, mais aussi beaucoup d’enfants prématurés. Certains d’entre eux, prématurissimes, sont nés à seulement 24 semaines d’aménorrhée et pèsent moins de 600 grammes. Les équipes ont accepté de nous ouvrir leurs portes pour un reportage vidéo. C’est ainsi que nous avons pu suivre, pendant deux jours, Marie Da Silva, une infirmière puéricultrice qui travaille depuis 16 ans dans ce service. Elle nous a expliqué en quoi consiste son travail auprès de ces enfants nés trop tôt.


Éducation à la vie affective et sexuelle : ne cédons pas aux obscurantismes



 

Depuis 2003, trois séances annuelles d’éducation à la vie affective et sexuelle sont obligatoires du CP à la Terminale, mais souffrent « d’une mise en place disparate » selon le rapport du défenseur des droits.
 
En outre, le Haut Conseil à l’Égalité a mené l’enquête pendant l’année scolaire 2014-2015. Sur un échantillon de 3 000 établissements publics et privés interrogés, 25% des écoles élémentaires, 4% des collèges et 11,3% des lycées déclarent n’avoir rien mis en place. Et, d’après cette étude, le nombre de classes ayant reçu au moins les trois séances obligatoires est relativement faible : 47% en CM2, 10% en 6e, 21% en 4e, 12% en seconde.
Ainsi, le 18 juillet 2018, Marlène Schiappa a déclaré : « à partir de la rentrée avec Jean-Michel Blanquer, nous allons envoyer une circulaire à tous les recteurs de France pour qu’ils mettent en œuvre, une loi qui existe déjà et qui n’est pas mise en œuvre, qui demande qu’il y ait trois séances par an d’éducation à la vie affective et sexuelle »

Etats-Unis : des familles de migrants refusent de récupérer leurs enfants

Renvoyés au Guatemala et au Honduras, des parents, craignant pour la vie de leurs enfants dans leurs pays d’origine, préfèrent les savoir à l’abri dans un refuge américain.
LE MONDE 
Des enfants guatémaltèques retrouvent leur famille après avoir séjourné dans un refuge de Houston, au Texas, le 14 août.
Des enfants guatémaltèques retrouvent leur famille après avoir séjourné dans un refuge de Houston, au Texas, le 14 août. OLIVER DE ROS / AP
Des parents de migrants séparés de leurs enfants par l’administration Trump qui sont retournés chez eux refusent d’être réunis avec leurs enfants, car leur pays d’origine est trop dangereux, a déclaré vendredi un avocat de l’American Civil Liberties Union (ACLU).
« Nous avons eu des conversations très dures avec les parents cette semaine. (…) Bien qu’ils veuillent être avec leurs enfants, et c’est déchirant, ils pensent que c’est trop dangereux », a dit Lee Gelernt au juge fédéral de San Diego.

Fernando Pessoa, écrivain pluriel (1888-1935)

01/09/2018
58 MIN

« Combien suis-je ? Qui est moi ? Quel est cet intervalle qui se glisse entre moi et moi ?" Poète aux multiples visages, Fernando Pessoa est un témoin de l'Histoire du Portugal, grande figure de l'avant-garde littéraire de son pays, auteur d'une œuvre multiple, complexe et intranquille.

Fernando Pessoa Heteronimia, du peintre Bottelho (2012)
Fernando Pessoa Heteronimia, du peintre Bottelho (2012) 
Crédits : Bottelho / Wiki commons

Imaginons que, dans les années 1910-1920, Valéry, Cocteau, Cendrars, Apollinaire et Larbaud aient été un seul et même homme, caché sous plusieurs "masques" : on aura une idée de l'aventure vécue à la même époque au Portugal par celui qui a écrit à lui tout seul les œuvres d'au moins cinq écrivains de génie, aussi différents à première vue les uns des autres que les poètes français que j'ai cités. Robert Bréchon dans la préface de la Pléiade consacrée à Fernando Pessoa en 2001.

Lire la suite ...

« Je dois régulièrement me battre avec des patients pour les arrêter »

Dans les cabinets médicaux, l’arrêt-maladie est l’objet de négociations. Patients qui refusent, patients qui réclament… Des médecins racontent.
LE MONDE  |   Par 

COLCANOPA
Les médecins ont senti le vent tourner. Après avoir envisagé cet été de faire payer aux employeurs une partie du coût des arrêts-maladie de courte durée, c’est désormais vers eux que le gouvernement s’est mis à regarder pour tenter d’endiguer la hausse régulière du montant des indemnités journalières. Un poste qui a dépassé en 2016 pour la Sécurité sociale les 7,1 milliards d’euros au titre des seuls arrêts-maladie (hors accidents du travail), en hausse de 15 % par rapport à 2010.

Mes enfants déchirés

Par Elise Flick, (lauréate 2015) — 
Mes enfants déchirés
Mes enfants déchirés Dessin Charles Berberian


Un séjour en hôpital psychiatrique. Dans un pays aux murs lisses et sans échos. Chez les miens...

Textes, dessins, photos, carnets sonores… Il y a tout juste dix ans, Libération et l’Apaj lançaient un concours sur le thème du voyage et de la rencontre réservé aux jeunes auteurs.
Le concours redémarre à la fin de l’année avec un nouveau partenaire, Le Grand Bivouac d’Albertville. Nous en dévoilerons les grandes lignes lors de la prochaine édition du festival, du 19 au 21 octobre 2018. En attendant, retour sur les lauréats de ces dix dernières années.