Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 9 mars 2013






du lundi au vendredi de 6h30 à 9h
Ecoutez l'émission149 minutes

Redonner confiance à l'hôpital suffira-t-il à le sauver ? 0

05.03.2013 - 06:30 Ajouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile
Fabienne Bezio et Patrick Pelloux © RADIO FRANCE
Marisol Touraine a reçu hier le rapport sur l’hôpital public commandé en septembre à Edouard Couty. Ce texte a pour objectif de passer un "pacte de confiance" avec le monde hospitalier, et de rompre avec la vision entrepreneuriale de l’hôpital qui avait été dessinée par la loi Bachelot de 2009. Les recommandations de ce rapport semblent aller dans le sens des revendications des personnels hospitaliers, et nous allons vérifier cela ce matin. Redonner confiance à l'hôpital suffira-t-il à le sauver ? La santé publique est-elle rentable ?
Pour ausculter ce rapport, les propositions de Marisol Touraine, et les attentes des personnels médicaux, nous recevons ce matin Patrick Pelloux est médecin urgentiste, président de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) et Fabienne Bezio, infirmière syndicaliste (CGT), qui exerce à l'Hôpital de Melun (Seine-et-Marne)


avec:
Fabienne Bezio
Infirmière syndicaliste (CGT), exerce à l'Hôpital de Melun
Patrick Pelloux
Médecin urgentiste
Président de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF)






L'Economie en questions

Syndiquer le contenupar Dominique RoussetLe site de l'émission
le samedi de 11h à 12h

Ce qui devrait changer avec une nouvelle réforme de la santé


Le psychanalyste, cet humaniste. Catherine Vanier, Serge Tisseron, Radmila Zygouris

LE MONDE DES LIVRES | 
Une illustration de Nini la Caille.
Une illustration de Nini la Caille. | Nini la Caille
Alors que la psychanalyse est de plus en plus attaquée par les tenants d'un scientisme sans âme, nombreux sont les praticiens qui continuent, avec intelligence et ténacité, à faire perdurer la clinique freudienne, autant dans des institutions publiques que dans leurs cabinets privés.
Trois ouvrages témoignent de cette réalité. Leurs auteurs - Catherine Vanier, Serge Tisseron, Radmila Zygouris - ont en commun d'avoir été analysés chacun, et sans le savoir, par trois célèbres psychanalystes français - Maud Mannoni (1923- 1998), Didier Anzieu (1923-1999), Serge Leclaire (1924-1994) -, tous trois anciens élèves de Jacques Lacan. Dans leurs livres, si différents soient-ils, ils accordent à leur propre expérience de la cure une place centrale, comme si chacun d'entre eux voulait témoigner à la fois d'une pratique et d'un héritage transmis par leurs maîtres.

vendredi 8 mars 2013

Marisol Touraine peine à rassurer l'hôpital public

LE MONDE | 
Le rapport Couty sur "le pacte de confiance à l'hôpital", fruit de six mois de concertation, était très attendu, mais ce qu'en retiendrait la ministre de la santé l'était encore davantage. Lundi 4 mars, Marisol Touraine a su mettre du baume au coeur à un monde hospitalier qui s'est senti malmené par Nicolas Sarkozy. "Je veux tourner la page de la loi Hôpital Patients Santé et Territoires [de 2009] , et en écrire une autre", a-t-elle dit. Mais à l'issue de son discours, malgré les bonnes intentions affichées, les acteurs du monde hospitalier hésitaient entre satisfaction et doute. Car contrainte financière oblige, rien ne dit que la pression sera moindre.
La ministre a repris une bonne part des propositions du rapport rédigé par Edouard Couty, ancien directeur des hôpitaux au ministère de la santé, et a insisté sur le constat d'un hôpital en "perte de repères". "Ils ont au moins compris ce qui n'allait pas à l'hôpital et mis un frein au cynisme ambiant", se rassurait Nicole Smolski, présidente de l'intersyndicale Avenir hospitalier. Un hôpital qu'elle décrit comme "un bateau ivre" : "Personne ne sait où il va, et certains préfèrent en sauter", dit-elle, en référence aux démissions et menaces de démissions aux urgences de l'hôpital Saint-Louis à Paris, à celles de Grenoble et Roubaix.
Premier point très attendu par les médecins, la ministre a promis que leur poids sera renforcé dans les instances de décision, face aux directeurs que M. Sarkozy avait voulu imposer comme patrons des hôpitaux. Les syndicats attendent cependant plus de précisions.

La France lance une étude épidémiologique inédite

LE MONDE | 
Pour les épidémiologistes, le jacobinisme peut être une formidable aubaine. La tradition centralisatrice française, incarnée dans la base médico-administrative de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), va fournir dans les prochaines années les moyens aux chercheurs du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (Inserm, université de Versailles) de mettre en œuvre et d'observer, sans limite de temps, la plus vaste cohorte épidémiologique jamais suivie en France. Avec, comme principal objectif, la recherche des facteurs de risque impliqués dans le développement de maladies liées au vieillissement ou encore à l'environnement.
Le lancement officiel du projet, baptisé Constances (pour "Cohorte des consultants des centres d'examens de santé"), jeudi 7 mars, donnera le coup d'envoi du recrutement d'un échantillon de 200 000 personnes âgées de 18 à 69 ans, représentatives de la population française et affiliées au régime général de la Sécurité sociale.
"Ces volontaires répondront à des questionnaires réguliers sur leur métier, leur mode de vie, leur alimentation, etc. Et toutes ces informations seront appariées avec les données de remboursements de soins ou d'hospitalisations", explique l'épidémiologiste Marie Zins (université de Versailles), responsable scientifique du projet. Le recrutement, par tirage au sort, se poursuivra jusqu'à atteindre le nombre voulu de volontaires.

Au trésor des pauvres

LE MONDE | 


Archives d'ATD Quart Monde.
Archives d'ATD Quart Monde. | Patrick Tourneboeuf / Tendance Floue pour "Le Monde"

De leur vie, il ne reste souvent que quelques traces administratives. Le monde des très pauvres a peu de visages, comme si la misère rendait invisible. Contre cette fatalité, depuis cinq ans, sur la commune de Baillet-en-France (Val-d'Oise), un lieu unique rassemble les fragments d'existence des personnes les plus démunies.
Deux millions de photographies argentiques et 800 000 numériques, 10 000 heures d'enregistrements sonores dans dix-sept langues, 2 kilomètres de boîtes d'archives remplies de milliers d'écrits, 4 000 dessins ou peintures... sont ainsi conservés au Centre international Joseph-Wresinski, du nom du fondateur du mouvement ATD Quart Monde.
De Manille aux banlieues parisiennes, en noir et blanc ou en couleur, le quotidien de ceux qui vivent avec presque rien défile. On y voit des enfants emmitouflés jusqu'au cou qui vivent sur un terrain vague en plein hiver, un père de famille, vendeur ambulant le jour, qui rejoint sa famille sous les piles d'un pont à la nuit tombée mais aussi des fous rires, des fêtes d'anniversaire, des noëls, des baignades à la mer... comme tout un chacun.
L'existence de ce fonds, reconnu comme l'un des plus complets au monde, est le résultat du travail de fourmi d'une trentaine de permanents et bénévoles qui ont répertorié, restauré et organisé l'accessibilité de milliers de documents accumulés par l'association caritative depuis sa création en 1957.

Entretien avec le Dr Desplechin (Roubaix). La médiatisation était inévitable

Après la « victoire » du service des urgences face à l’administration de l’hôpital de Roubaix, le Dr Antoine Desplechin explique les dessous de cette bataille

Réaction au Rapport Couty

Des paroles mais à quand les actes ?

Le «plan national» que réclament les acteurs de l’hôpital local


Plan « déserts médicaux », « pacte de confiance pour l’hôpital »… Ces deux chantiers phares de Marisol Touraine ne doivent pas faire l’impasse sur l’hôpital du généraliste. Médecins et directeurs de ces petites structures le rappellent dans une plateforme commune. Leurs 44 propositions pour relancer et conforter le secteur appellent un véritable « plan national de refondation » pour les hôpitaux locaux.

Un jour, comme eux, je serai vieux, sensuel et sans mémoire

LE MONDE | 

"Lendemains de fête" mis en scène par Julie Berès.
"Lendemains de fête" mis en scène par Julie Berès. | PHILIPPE DELACROIX/ARTCOMART

Jacques et Marie s'aiment d'un amour tendre et passionnel. Ils se sont rencontrés jeunes, pleins de vitalité, et ils ont vieilli ensemble. Ils sont arrivés à ce stade de la vie où la fragilité de la psyché et du corps humains est évidente. Lendemains de fête, de Julie Berès, met en scène le voyage de Jacques entre ses souvenirs fragmentés, imaginaires ou réels. A cette dimension onirique, où le vieux Jacques croise son soi plus jeune et échange avec la jeune Marie, s'enlace la narration de son présent. Ses points de repère y basculent, seule reste Marie, qui l'accompagne toujours et le stimule constamment pour qu'il ne se perde pas.
Lendemains de fête s'empare de cet âge vermeil où tout geste devient de plus en plus difficile. Et de la difficulté qu'il y a pour ceux qui accompagnent sur ces chemins obscurs. Sur scène, les sons, la lumière, le jeu des acteurs circassiens, tous les éléments contribuent à plonger le spectateur dans une atmosphère ambiguë et déstructurée. Comme Jacques, on est emporté par le sentiment que la réalité se transforme, devient fuyante, s'entremêle au rêve et à l'imaginaire. Mais, au-delà de ce travail sur la mémoire et sur l'identité, Lendemains de fête met en scène du désir sensuel qui habite les vieux - sujet tabou ?
Dès les premiers instants, ce sont les corps qui sont mis en avant. Cette envie passionnelle de l'autre qui imprègne la pièce. Les protagonistes montrent, nus, les effets du temps. Une fragilité physique en contraste avec leur désir puissant l'un de l'autre, qui n'a pas changé depuis leur jeunesse.
MARDI 12 MARS 2013 À 20.35

LE MONDE EN FACE

FOLIES SUR ORDONNANCE

Documentaire

Stigmatisation des salariés

LE MONDE | 
Par Danièle Linhart, sociologue du travail ; directrice de recherche émérite au CNRS

En France, la perte d'emploi comme le mal-être au travail peuvent conduire à un même désespoir. Si les immolations par le feu choquent particulièrement, les suicides de chômeurs et de salariés font désormais partie de notre quotidien.
A ce désespoir prend sa part un discours selon lequel les Français auraient un rapport malsain au travail. Peu enclins à travailler, ceux-ci auraient tendance à se laisser assister et, lorsqu'ils travaillent, ils seraient surtout occupés à défendre leurs acquis.
Ce discours s'est imposé en 1984 autour d'une émission d'Antenne 2 intitulée "Vive la crise" avec Yves Montand et reprise dans un numéro spécial de Libération. Il s'est renforcé avec la mise en place des 35 heures. On a ainsi pu entendre le président Sarkozy exhorter les Français à réhabiliter la "valeur travail".
Ce climat de discrédit jeté sur les salariés français est déconnecté de la réalité : on sait que de nombreuses catégories ne bénéficient pas des 35 heures, et surtout que la productivité horaire en France est une des plus élevées au monde. Mais il fait régner une suspicion généralisée. Ceux qui sont au chômage font-ils tout ce qui est possible pour retrouver du travail ? Ceux qui sont au travail font-ils ce qu'il faut pour être compétents et performants ?
La lettre envoyée récemment par Maurice Taylor, le PDG américain de Titan, au ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, dans laquelle il se moque des salariés français ("Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures"), aurait-elle été imaginable hors d'un tel contexte ?

Les pathologies psychiques de l'individu naissent de tensions sociales

LE MONDE | 
Depuis plus de deux décennies, les professionnels de santé mentale décrivent des manières de souffrir caractérisées par des sentiments d'insuffisance à l'égard des attentes sociales et dans lesquelles l'estime de soi tend à s'effondrer.
Cette souffrance leur apparaît nouvelle en ce qu'elle est moins caractérisée par des problématiques du conflit que par des problématiques de la perte dans lesquelles la peur de ne plus y arriver, le sentiment de ne pas être à la hauteur des attentes, de ne plus pouvoir se mobiliser pour assurer dominent le tableau.
La capacité à agir et à se projeter dans l'avenir est au cœur des difficultés du sujet. Tous s'accordent sur ce point. Parfois, on le constate trop régulièrement depuis quelques années, cette incapacité engendre un désespoir tel qu'il conduit aux pires extrémités – jusqu'à une immolation, acte qu'on croyait le privilège de sociétés ne faisant pas encore partie de la modernité individualiste démocratique.

Le suicide relève aussi du fait social

LE MONDE | 
Réagissant au suicide de Djamal Chaar le 13 février devant une agence Pôle emploi de Nantes, le président socialiste François Hollande a dès le lendemain renvoyé l'acte à un "drame personnel". La perte d'emploi, l'expérience du chômage et de l'instabilité constituent effectivement une profonde remise en cause individuelle, quels que soient la situation professionnelle antérieure et le milieu considéré.
Le travail constitue toujours dans notre société la principale source de reconnaissance, le perdre fait courir le risque de l'inexistence sociale. Est-ce prendre toute la mesure du sens donné à l'immolation publique de Djamal Chaar que de rapporter son suicide à une fragilité intime ou psychologique ?
Le suicide est un phénomène que les sociologues éclairent à leur mesure de longue date. Dès 1897, Emile Durkheim démontrait que sa récurrence statistique "varie en raison inverse du degré d'intégration des groupes sociaux dont fait partie l'individu".
De nombreuses recherches confirment régulièrement ces constats : le taux de suicide dans une société est au plus bas en situation de croissance économique et de développement des infrastructures de protection sociale (comme entre 1945 et 1975) ; ce sont les exploitants agricoles (et parmi eux ceux à la tête des exploitations les plus fragilisées), les ouvriers et les employés qui, alternativement selon les périodes, sont les catégories socioprofessionnelles les plus touchées par le phénomène.
Hôpital Henri-Mondor : bras de fer musclé entre la direction et les internes

Le département d’anesthésie-réanimation à l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP), à Créteil, est en ébullition. L’histoire se décompose en trois actes.

Hôpital de Roubaix : sortie de crise pour les urgences, qui obtiennent 2 postes supplémentaires

Après six heures de discussion, la réunion de médiation entre la direction et les urgentistes de l’hôpital de Roubaix, orchestrée mardi 5 mars par l’agence régionale de santé (ARS) Nord - Pas-de-Calais, a porté ses fruits.
Deux postes supplémentaires vont être attribués « dès maintenant pour assurer le fonctionnement des urgences », indique le protocole d’accord signé par les trois acteurs de la négociation.

Après l’accouchement, plus d’anxiété que de dépression

L’anxiété du post-partum serait plus fréquente que la dépression, rapporte une étude à paraître dans la revue américaine Pediatricsdatée du mois d’avril.

L'Académie de médecine défend la semaine de quatre jours et demi

Le Monde.fr avec AFP | 

Hyperactivité de l'enfant : les régimes peu probants

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 
Régimes excluant les colorants alimentaires ; "neurofeedback"... Face à un enfant avec un trouble de l'attention ou une hyperactivité, de nombreux parents sont tentés par des approches non médicamenteuses, soit en association avec la méthylphénidate (Ritaline), seule molécule recommandée actuellement, soit comme alternative à celle-ci. Mais une revue de la littérature menée par un groupe d'experts européens, publiée en ligne le 30 janvier dans l'American Journal of Psychiatry, montre que la plupart des stratégies non pharmacologiques n'ont pas démontré d'efficacité thérapeutique sur ce trouble neurologique.

Colloque Psychiatrie et Psychologie fondées sur des preuves

Samedi 6 avril 2013, Salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.
Organisation : Franck Ramus et Tiziana Zalla, Institut d’Etude de la Cognition, Ecole Normale Supérieure.

Entrée gratuite.
Réservation obligatoire (Ouverture des inscriptions sur http://colpsypreuves.sciencesconf.org).

Organisation : Franck Ramus et Tiziana Zalla, Institut d’Etude de la Cognition, Ecole Normale Supérieure.
En France, une partie de la psychiatrie et de la psychologie restent encore isolées 1) des progrès considérables des connaissances accumulés ces dernières décennies grâce aux sciences cognitives et aux neurosciences, 2) des meilleures pratiques cliniques développées au niveau international, et 3) de la culture de l’évaluation des traitements et des pratiques indispensable à leur amélioration. Si la psychiatrie biologique et pharmacologique de l’adulte échappe largement à cette critique, la pédopsychiatrie et le champ des psychothérapies souffrent d’un grand retard qui se rattrape d’autant plus difficilement que la formation universitaire des psychiatres et des psychologues reste très lacunaire dans ces domaines. Ce colloque a donc pour objectif de faire connaître les principes de la médecine fondée sur des preuves, l’apport des sciences cognitives et de l’approche scientifique de l’être humain, et leur indispensable application à la psychiatrie et la psychologie.

Hommage à Paul Ricoeur
[jeudi 28 février 2013

L’année 2013 marquera le centenaire de la naissance de Paul Ricœur, décédé en 2005. A cette occasion, de nombreux colloques et événements culturels ont été et seront organisés tout au long de l’année en France et à l’étranger, afin de rendre hommage à celui que l’on peut bien tenir pour l’un des derniers grands penseurs de la seconde moitié du XXe siècle.


Exposition Centenaire Paul Ricœur (1913-2013)
27 février – 26 avril 2013
IPT, 83 boulevard Arago 75014 Paris
A l'occasion du centenaire du philosophe Paul Ricœur (1913-2013), le Fonds Ricœur a réalisé une exposition d'une douzaine de panneaux, présentant la vie et la pensée du philosophe qui traversent le XXsiècle.


Bonjour, 
Ma soeur est actuellement en Prépa pour entrer en école d'infirmière. Elle m'a demandé de lui expliquer comment résoudre une équation seulement je n'arrive pas à aboutir. L'équation est la suivante :

[(1/1-a)-(1/1+a)]/[(1/(a²-1))+1] et le résultat que je suis censée trouver est -2/a

j'ai tout d'abord simplifier le numérateur où j'ai obtenu : [(1+a)-(1-a)]/[(1-a)(1+a)]=[(1+a)-1+a)]/[1²-a²]=(2a)/(1-a²)
Ensuite j'ai simplifié le dénominateur où j'ai obtenu : [1/(a²-1)]+[(a²-1)/(a²-1)]=[(1+a²-1)/(a²-1)]=(a²)/(a²-1)
Après j'ai multiplier par l'inverse l'équation simplifiée : [(2a)/(1-a²)]*[(a²-1)/(a²)]=[(2a3)-(2a)]/(a²)-(a4)]
Voilà après je suis bloquée merci de m'aider

Lire la suite ...

mercredi 6 mars 2013

LeMagazineLittéraire


Siri Hustvedt : de la psychanalyse en fiction

mardi 5 mars 2013

Ordre infirmier : Vers un dénouement en faveur des opposants à l’ordre !
01.03.2013
L’intersyndicale CFDT, CFTC, CGT, FO, SNICS-FSU, SUD et UNSA santé sociaux a rencontré le cabinet de la ministre et la DGOS le 27 février 2013.
Elle va être reçue prochainement par le groupe de travail parlementaire.

Ordre infirmier : Vers un dénouement en faveur des opposants à l’ordre !
L’intersyndicale demande que soit étudié le transfert des missions de l’ordre infirmier, notamment vers le Haut conseil des professions paramédicales et la possibilité de résilier l’adhésion à cet ordre, ce qui va de pair avec son caractère facultatif.
Dans l’immédiat le ministère missionne la DGOS de réactiver une instruction en direction de tous les établissements employant des infirmier-es du public et du privé, élargie aux deux autres versants de la Fonction Publique, celles de l’État et de la Territoriale. Une instruction qui doit, comme celle de 2010, préciser que la non adhésion à l’ordre ne doit pas mettre en difficulté les personnels infirmiers dans leur carrière, leur recrutement et l’exercice de leur profession.

Hôpital : un collectif de médecins dénonce les conditions de travail

Le collectif tient à garder son anonymat. Derrière le nom « Docteurs Blouses », se cache un attelage d’une trentaine de médecins hospitaliers. Au départ, un noyau dur d’une dizaine d’entre eux, des Parisiens, communique régulièrement sur Internet.
Un deuxième cercle se forme, avec des correspondants en région. De débats en échanges, les praticiens s’aperçoivent qu’ils sont confrontés aux mêmes difficultés dans leur exercice quotidien de la médecine. Et l’idée naît d’un texte collectif pour raconter les travers de la vie à l’hôpital. Un sociologue,Nicolas Belorgey, a classé les arguments et mis en forme le récit.

Désarroi

Le site Rue 89 publie le texte (un dossier plus complet paraîtra en mai dans la revue du Mauss). En voici de larges extraits.
« Médecins hospitaliers depuis de nombreuses années, nous sommes rassemblés aujourd’hui pour dire notre désarroi et notre colère face à certaines pratiques inacceptables dans nos hôpitaux ».
« Nombre de difficultés sont liées à la restriction de moyens : "maltraitance institutionnelle organisée", écrivent nos collègues deGrenoble. »

Roubaix : médiation décisive mardi entre les urgentistes démissionnaires et l’hôpital

Cinq urgentistes de Roubaix, des membres du directoire de l’hôpital et la direction de l’agence régionale de santé (ARS) Nord - Pas-de-Calais doivent assister à la réunion de médiation prévue ce mardi à 17 h 30 au siège de l’agence, à Lille. Un médiateur sera également présent.
Selon le directeur de l’ARS, Daniel Lenoir, interrogé par l’AFP, « un accord entre les deux parties semble possible ».
Lundi, les médecins ont réaffirmé leur intention de démissionner collectivement jeudi 7 mars s’ils n’obtiennent pas gain de cause. « On n’attend qu’une seule chose, c’est d’obtenir les postes qu’on demande », a déclaré le Dr Antoine Depelchin, porte-parole des urgentistes. Les praticiens réclament deux postes supplémentaires en service de jour et trois de nuit, une organisation qui permettrait que deux médecins assurent les gardes au lieu d’un seul actuellement.
Le 18 février, le Dr Marie-Anne Babé, chef du service des urgences depuis 30 ans a remis sa démission, après avoir tenté en vain d’obtenir un renforcement des effectifs.
› A. B.-I.
Abonnés 05/03/2013

Japon : refusé aux portes de 25 hôpitaux, un patient de 75 ans décède dans une ambulance

Un homme de 75 ans est mort au Japon après avoir été refusé par 25 établissements médicaux en deux heures. En cause : le manque de médecins et de lits disponibles.
Les faits se sont déroulés en janvier. Vivant seul dans la ville de Kuki (nord de Tokyo), l’homme a appelé une ambulance à cause de problèmes respiratoires. Faute de place dans les hôpitaux à proximité, le véhicule a dû prendre la route en direction de la préfecture voisine. Le passager a été déclaré mort peu après être arrivé à destination.
Sous le coup de l’émotion, l’un des ambulanciers, cité par l’agence de presse Jiji, a déclaré qu’il n’avait jamais rien expérimenté de tel pendant toute sa carrière.
› A. B.-I. (avec l’AFP)
Abonnés 05/03/2013


Rythmes scolaires : pour l’Académie de médecine, la santé de l’enfant doit primer sur l’intérêt des adultes