Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 25 septembre 2010




L’humour : Considérations psychanalytiques   
Issa ASGARALLY

09/23/10

L’humour dans l’oeuvre de Freud (Editions Two Cities, 160 pages) est le recueil des interventions de plusieurs psychanalystes au séminaire organisé par S.A. Shentoub à l’Institut psychanalytique de Paris.

Les participants se sont penchés avant tout sur les deux textes de Sigmund Freud qui traitent de l’humour : Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient (1905) et L’humour (1927). Nous n’examinerons ici que trois de ces interventions. A commencer par l’Introduction de S.A. Shentoub qui se demande ce qu’est vraiment l’humour pour le maître de Vienne.

Ce n’est ni une forme de phase maniaque qui succède comme défense contre la mélancolie, ni une forme de défense contre la dépression, et encore moins une sublimation au sens créateur du terme. S.A. Shentoub privilégie le point de vue économique. Pour Freud, l’humour n’est possible qu’à la condition que la coexcitation ne soit pas débordante en quantité. Cela rappelle à S.A. Shentoub une histoire qui démontre que Freud était capable de faire de l’humour aux moments les plus tragiques de sa vie. En effet, lorsqu’en 1938 Marie Bonaparte eut payé la rançon que réclamaient les Nazis, Freud fut autorisé à émigrer avec ses biens mobiliers, ses «statuettes», ses documents, etc. Avant la mainlevée, des fonctionnaires zélés et méticuleux de la Gestapo vinrent faire l’inventaire de ses possessions. Freud, après avoir lu le bordereau d’inventaire le signa, puis ajouta : «Pour la méticulosité, je ne peux que chaudement recommander la Gestapo !»

Dans l’intervention de Christian Bury, Freud et l’humour, l’accent est mis sur l’humour comme réponse au tragique, du moins dans certaines limites et on trouve cet extrait du «Mot d’esprit… » : «On peut acquérir quelque lumière sur le déplacement humoristique en le considérant sous l’angle d’un processus de défense. Les processus de défense sont les équivalents psychiques des réflexes de fuite et sont destinés à empêcher l’éclosion du déplaisir qui dérive de source interne. »

Plus loin, Christian Bury (CB) aborde l’incontournable question d’ordre économique. Pour le mot d’esprit comme pour l’humour, écrit-il, Freud soutient que le ressort dynamique de leur pouvoir réside en une économie d’énergie rendue possible par la levée momentanée d’un refoulement, d’une inhibition. «Il y a un court-circuit temporaire rendant pour un instant inutile l’effort nécessité par la défense, d’où économie au sens ‘avaricieux’ du terme : l’énergie épargnée se dépense alors librement, devenant source de plaisir.»

CB écrit que Freud nous dit dans son article sur l’humour que le bénéficiaire de ce dernier, l’auditeur, ressent un pareil effet dans deux cas distincts : lorsque l’auteur commet l’humour aux dépens d’un tiers, et lorsqu’il obtient le même effet à ses propres dépens. On sait que l’exemple qu’il cite pour illustrer ce dernier cas est celui du condamné à mort qui monte, un lundi, sur l’échafaud en disant : «Voilà une semaine qui commence bien

Selon CB, il serait peut-être plus proche, dans le fond, qu’on imagine un humoriste prêtant ce mot à un condamné à mort, plutôt qu’un condamné le faisant lui-même. Il suffi t de rappeler ce que montre l’expérience en pareils cas. Et en examinant plus précisément le mécanisme de l’humour dans cet exemple, CB souligne : «Pour qui a inventé l’histoire, cette invention en soi représente un triomphe bref et dérisoire sur l’idée de la mort : la pensée qu’un homme – notre semblable, à qui l’on s’identifie – puisse avoir ce détachement dans l’instant suprême, est en soi une victoire de notre toute-puissance imaginaire, infantile, sur notre destin. Pour l’auditeur, l’effet est le même par identification du ‘héros’, dans lequel nous retrouvons notre Moi en position infantile avec les yeux que nous avons pris, pour un instant, au Surmoi : on peut penser ou on a pu penser triompher de la mort !»

L’intervention de Jean Fanchette (JF), Passerelles sur l’humour ou l’emboîtement des instances, sous la forme d’un post-scriptum, se voudrait réseau de pistes de réflexion. Il se demande pourquoi Freud s’est tant intéressé à des histoires de marieurs. Il en cite une : Un prétendant fort désagréablement surpris de la fiancée qu’on lui présente, prend le marieur à part et se plaint à son oreille : «Pourquoi m’avoir amené ici, lui dit-il sur un ton de reproche, elle est laide, vieille, elle louche, a de vilaines dents et les yeux chassieux…» «Vous pouvez parler à haute voix, interrompt le marieur, elle est de plus sourde.» Pour JF, ces histoires renvoient peut-être au marieur en Freud lui-même ! Il rappelle que Freud avait fantasmé sur l’idée d’un mariage avec la fille de Charcot, le Père, le découvreur idéalisé, et qu’il avait songé à donner en mariage une de ses filles à Ferenczi, un de ses disciples favoris. Freud marieur, voilà un intéressant sujet d’étude, ajoute JF ! La lumineuse conclusion de l’ouvrage, on la doit également à Jean Fanchette : «Mais l’humour qui est le rire désespéré de la lucidité (lucidité = «la blessure la plus proche du soleil», pour René Char) agit comme le curseur d’un potentiel de lutte d’un individu pour assurer sa maîtrise sur les aléas du destin et les espaces de manoeuvre que laisse l’existence au quotidien.»

Visible d’abord comme le signe d’un triomphe de l’esprit, dit-il, l’humour est, on le voit, plus complexe et ses vibrations résonnent encore, longtemps après que le mot d’esprit a lancé et épuisé ses salves, car sa nature essentielle est d’être ambigu, fait d’opacité et de transparence.

Par Issa ASGARALLY

23 septembre 2010

La lobotomie utilisée par des psychiatres danois sur des handicapés mentaux jusqu’en 1983

De nombreux Danois handicapés mentaux, y compris des enfants, ont été lobotomisés entre 1939 et 1983, et plusieurs sont morts lors de cette opération, raconte jeudi dans la presse Jesper Vaczy Kragh, historien de la médecine danoise qui s'apprête à publier un livre « L’incision blanche » à ce sujet.

La lobotomie est une opération chirurgicale du cerveau qui consiste en une section ou une altération de la substance blanche d’un lobe cérébral. Elle est désormais interdite dans de nombreux pays. La lobotomie fut pratiquée en psychochirurgie dès les années 1930 dans le but de traiter les maladies mentales telles que la schizophrénie, l’épilepsie et même les maux de tête chroniques.

Le Danemark, royaume de la lobotomie


Au total, entre 1939 et 1983, date à laquelle la lobotomie a été interdite au Danemark, ce sont environ 4.500 Danois qui ont subi cette opération, selon les chiffres officiels. Ce qui fait du Danemark le pays ayant pratiqué le plus de lobotomies par rapport à sa population et au nombre de patients internés. Mais on ignorait jusqu'à présent que les handicapés mentaux en faisaient partie. « Ce qui s'est passé dans le milieu des handicapés mentaux était en fait pire que dans la psychiatrie », souligne-t-il, faisant référence « aux nombreuses opérations sur les enfants dès l'âge de 6 ans », même si leur cerveau « n'était pas complètement développé ».

Les femmes étaient plus souvent lobotomisées que les hommes. Et il était courant que ces opérations tournent mal, laissant les patients lobotomisés pour morts, épileptiques ou revenus à l’état d’enfant, frappés d’apathie et repliés sur eux-mêmes. « On ne comptait pas pouvoir les guérir complètement, mais les pacifier (...) voire améliorer leur état », souligne Jesper Vaczy Kragh dans le quotidien chrétien Kristelig Dagbladet.

Malgré l’avènement, au milieu des années 50, des premiers neuroleptiques, premiers médicaments efficaces en psychiatrie, et l’usage croissant des électrochocs, la lobotomie continua d’être pratiquée jusqu’à son interdiction complète en 1983.

Le ministre de la Santé Bertel Haarder a jugé essentiel de mettre en lumière ce chapitre inconnu de l'histoire. « Il s'agit de gens (médecins) hautement éduqués qui portaient atteinte à des personnes sans défense sans être certains d'obtenir le moindre résultat positif », dénonce-t-elle dans le journal.

E.J.






Inauguration de l’emblématique Institut du cerveau


L’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), qui ouvrira à la mi-novembre, a été inauguré ce vendredi, dans l’enceinte de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, en présence de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot et de la secrétaire d’État chargée des Aînés Nora Berra. À terme, 600 chercheurs, français et internationaux, ingénieurs et techniciens, travailleront dans ses 22 000 m2 de laboratoires et de services techniques.

« C’est un pari qui va réussir », disent les scientifiques qui portent le projet, les Prs Gérard Saillant, Yves Agid et Olivier Lyon-Caen. L’ICM est une fondation privée reconnue d’utilité publique le 13 septembre 2006 et bénéficie donc d’un double financement. Ce qui devrait, selon ses fondateurs, insuffler à la recherche plus de souplesse et de réactivité et faire souffler l’esprit« entrepreunarial ».

Côté public, l’AP-HP, qui a donné le terrain, la région Île-de-France, qui a mis des fonds importants, des ministères, la ville de Paris, l’INSERM, l’université Pierre-et-Marie-Curie. Côté privé, les dotations sont fédérées par Lindsay Owen-Jones, président de L’Oréal, et David de Rothschild. Ils ont récupéré à ce jour quelque 30 millions d’euros et 10 millions d’euros d’engagements. Le monde du sport fait partie des donateurs, notamment la Fédération internationale de l’automobile et le pilote Michael Schumacher. Pour l’appel aux dons, Luc Besson a produit un petit film où joue Jean Reno.

« Cet institut est un exemple emblématique de ce que doit être la recherche française pour le président de la République », a souligné la ministre de la Santé. Soulignant le hiatus qui existe encore trop souvent, selon elle, entre les résultats d’une recherche et son application au malade, elle a annoncé qu’elle avait décidé « d’orienter encore plus résolument les recherches financées par le ministère de la Santé vers la comparaison des stratégies diagnostiques et thérapeutiques, au plus près des patients, dans des conditions de pratique courante, au moindre coût, ce que les Américains appellent la "comparative effectiveness research" ».

› RENÉE CARTON


Quotimed.com, le 24/09/2010






LES FRANÇAIS ET LEUR SYSTÈME DE SANTÉ

Explosion du renoncement aux soins


Le « Baromètre Cercle Santé-Europ Assistance » met en évidence un boom du renoncement aux soins en France ou près d’un quart de la population affirme avoir en 2010 au moins une fois abandonné ou remis à plus tard la possibilité de se soigner. Pour des motifs économiques.

EN GUISE d’introduction à leur seconde « Convention on Health Analysis ans Management » (CHAM 2010), réunie le week-end prochain à Chamonix, le Cercle Santé et Société, que préside le Pr Guy Vallancien, et le groupe Europ Assistance publient l’édition 2010 de leur « Baromètre ». Les pratiques et les attentes en matière de santé des ressortissants des États-Unis et de sept pays européens (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Suède, Pologne et Autriche) y sont décortiquées – au total, 3 600 personnes de 18 ans et plus ont été sondés dans ces huit pays par l’Institut CSA, entre le 1er juin et le 9 juillet.

L’exercice ouvre la porte à toutes les comparaisons internationales et, à la seule échelle française, s’avère une mine d’informations. La plus spectaculaire concerne le renoncement aux soins (voir diagramme). À la question de savoir si la crise économique les a conduits à renoncer ou à reporter des soins (qu’il s’agisse de consultations médicales, d’examens, d’interventions chirurgicales, de soins dentaires ou d’achats de médicaments), 23 % des Français ont répondu « oui ». Sur ce point, dans l’échantillon du CSA, seuls les Polonais (25 %) et les Américains (24 %) font « mieux ». Surtout, la tendance du renoncement aux soins est en très forte hausse en France, où elle a pris 12 points en un an (11 % des Français admettaient avoir abandonné ou reporté des soins en 2009). Dans un registre proche, 49 % des Français pensent que leur système de santé ne garantit pas l’égalité d’accès aux soins (48 % affirment le contraire) – voir diagramme.

Pour autant, l’offre de soins de la France continue – les indices sont quasiment stables sur les 4 dernières années – de jouir d’une bonne appréciation chez ses concitoyens : 3 % jugent « excellente » l’organisation du système de soins, 12 % la disent « très bonne » et 46 % « bonne » (32 % l’estiment « moyenne » et 6 % « mauvaise »). Dans le détail, le regard sur la qualité des soins en consultation qui s’était légèrement dégradé entre 2006 et 2009 retrouve son niveau d’il y a quatre ans – même chose pour la qualité des soins lors d’une hospitalisation.

La pénurie de généralistes : menace n° 1.


Invités à classer les « menaces » qui pourraient peser au cours des prochaines années sur leur système de soins, les Français citent comme « très importantes » la « pénurie de médecins généralistes » (63 % des personnes interrogées citent cet écueil), devant le « manque de financement public » et les « inégalités d’accès aux soins » (58 % dans les deux cas), puis l’« augmentation du financement personnel » (53 %), les « délais d’attente avant d’être soigné » (52 %) et l’« augmentation des prix des actes médicaux » (48 %).

Pour écarter ces menaces et financer une dépense de santé en hausse constante, les Français sont très partagés : 32 % sont favorables à une hausse des impôts ou des cotisations obligatoires, 23 % penchent pour le recours aux assurances privées et aux mutuelles, 28 % préfèrent l’option des franchises pour chaque acte médical (17 % n’ont pas d’opinion).

› K. P.

Le Quotidien du Médecin du : 23/09/2010







La FIV n’altère pas le QI

Que les futurs parents d’enfants conçus par FIV se rassurent, leurs rejetons ont toutes leurs chances dans la vie. Contrairement à l’idée reçue selon laquelle ces enfants seraient moins performants que les autres, une équipe de l’Université de l’Iowa a même montré qu’ils l’étaient… davantage ! Dans cette étude dirigée par le Dr Bradley Van Voorhis, 423 enfants âgés de 8 à 17 ans et conçus par FIV ont été soumis à des tests scolaires. Leurs résultats ont été ensuite comparés à ceux de leurs camarades d’école, après appariement sur l’âge et le sexe.

Certains facteurs semblent améliorer les scores de performance cognitive, tels qu’un âge maternel élevé, un niveau d’éducation élevé pour les deux parents et un moindre taux de divorce. De plus, la méthode d’assistance médicale à la procréation ne semble pas avoir d’influence, qu’il s’agisse d’embryons congelés ou non, et quelle que soit la technique d’insémination. Pour expliquer leurs meilleurs tests, l’équipe du Dr Van Voorhis suggère que les parents d’enfants nés par FIV seraient plus âgés et auraient ainsi un niveau d’éducation supérieure à la moyenne.

› Dr I. D.

« Human Reproduction », volume 25, numéro 10, 2605-2611.

Quotimed.com, le 24/09/2010




Des élus locaux demandent l’expérimentation des salles de shoot

Des élus locaux regroupés dans l’association Élus, santé publique et territoires (ESPT) appellent l’État à adopter des mesures permettant l’expérimentation des centres de consommation de drogues à moindres risques. L’ESPT, qui compte parmi ses membres des représentants de municipalités de droite et de gauche, a organisé, à l’Hôtel de ville de Paris, une journée de restitution des travaux qu’elle a menés pendant un an. Une vingtaine d’experts ont été auditionnés et les élus se sont rendus à Bilbao (Espagne) et à Genève (Suisse), où des salles de consommation de drogue existent déjà.

Selon leurs conclusions, un tel dispositif constitue « un outil d’amélioration de l’état sanitaire et social des usagers les plus désocialisés et les plus précaires qui, souvent, n’accèdent pas aux soins (baisse des contaminations, des infections et des overdoses, accès aux soins somatiques et psychiques et accroissement du nombre de sevrages) » mais les centres doivent « obligatoirement être intégrés dans une palette complète de prise en charge de la toxicomanie, au côté des autres dispositifs de réduction de risque ».

Les élus vont proposer plusieurs recommandations sur le sujet, en particulier l’établissement d’une cartographie des consommations incontrôlées de drogues sur la voie publique qui devra être connue et partagé par l’ensemble des acteurs.

« Nous espérons maintenant que la mission parlementaire qui est en train de s’installer va s’appuyer sur nos conclusions », a souligné le Dr Laurent El Ghozi, président de l’ESPT. L’élu de Nanterre rappelle que « la toxicomanie est une maladie et on n’interdit pas une maladie ». C’est, poursuit-il, « au ministre de la Santé de définir la politique de santé et non à la MILDT ».

› Dr L. A.


Quotimed.com, le 24/09/2010



VICHY
JUSTICE 

SAMEDI 25 SEPTEMBRE 2010

Tribunal : « Tout est dans le dosage ! »

Il s'était jeté sur une passante dans la rue et avait tenté de lui arracher sa culotte. Sans raison. De là à penser qu'il n'avait pas toute sa raison ?

Bruno n'est pas fou. Enfin pas complètement. C'est la médecine qui le dit. En des termes plus soignés. L'expert psychiatre qui l'a examiné l'a qualifié de débile léger et a conclu qu'il était responsable pénalement de ses actes. Tout en précisant que son discernement était « entravé » par ses pulsions.

Conséquence du diagnostic : il peut être jugé par un tribunal. C'est ce qui conduit Bruno à répondre de l'agression d'une passante, le 30 juillet 2009, dans une rue de Saint-Pourçain-sur-Sioule. Sans raison, il s'était approché d'elle, l'avait prise par l'épaule, avait relevé la robe et tenté d'arracher la culotte.

Bruno a répondu à la convocation. Accompagné de son frère qui est aussi son tuteur légal. Et d'un avocat. Il est présent physiquement. Mais semble ailleurs. Les yeux mi-clos, le teint livide, le regard dans le vague, la main gauche tremblante, cet homme de 44 ans en paraît au moins dix de plus.

« Vous vous souvenez ? », tente le substitut. Jusque là mutique, Bruno comprend soudain qu'on s'adresse à lui. Roule des yeux. Se retourne vers son avocat. Qui lui répète la question. « Non », répond-il après un moment d'hésitation. Le substitut n'insiste pas.

Un malaise s'installe. Le tribunal ne cache pas son embarras. Légèrement en retrait du prévenu, la victime a du mal à contenir son émotion. Elle n'a de cesse de triturer ses doigts. Ses yeux laissent deviner des larmes. On lui demande ce qu'elle réclame au titre de la partie civile. « Que cette personne ne ressorte plus de l'hôpital psychiatrique », marmonne-t-elle, timidement.

Plutôt que de se heurter à un prévenu emmuré dans sa pathologie, le président Labonne prend le temps d'expliquer à la victime les limites de la justice. « On ne contrôle pas la psychiatrie. Si le médecin considère qu'il peut vivre en dehors de l'hôpital, on n'y pourra rien. Vous pouvez seulement demander des dommages et intérêts ».

La marge de manoeuvre du tribunal apparaît mince. La prison ? « Est-ce bien sa place ? », s'interroge le président. L'obligation de soins ? « Il a déjà fait tout ce qu'il fallait pour se soigner », souligne son frère. « La difficulté, relève également le juge, c'est que, dehors, c'est lui qui gère son traitement, sachant qu'il peut très bien oublier de prendre ses médicaments, sans même s'en rendre compte ».

La castration chimique ? « Ce pourrait être la solution la plus adaptée à son cas », suggère le président. « Encore faut-il que le traitement soit compatible avec son état de santé ». Et le frère d'observer : « Il a fait une occlusion intestinale il y a trois ans. Il ne supporte plus les médicaments ». « Tout le problème est dans le dosage. Quand on le baisse, ses pulsions reprennent le dessus, renchérit Me Laurent Gard. Et quand on l'augmente, on prend le risque de nuire à sa santé ».

« La justice est bien désarmée par rapport à ce genre de comportement », se désole le substitut du procureur. Il suggère une peine d'encadrement, soit un an de prison assorti d'un sursis et mise à l'épreuve et d'une obligation de soins. Le tribunal suivra ses réquisitions en fixant la période d'encadrement à trois ans. La victime a obtenu 800 ? de dommages et intérêts.

Bruno est ressorti du tribunal comme il y était entré. Mutique. Il a réintégré l'établissement psychiatrique où il est actuellement placé.

Jean-Pierre Ducros




Sans queue ni tête : quand la psychanalyse rencontre la prostitution

Rien que pour voir Isabelle Huppert interpréter une prostituée libre et indépendante, « Sans queue ni tête » vaut le déplacement! Malgré quelques incompréhensions scénaristiques, le film tient ses promesses : une comédie légère sur un sujet qui l’est beaucoup moins.

Si postulat de départ il devait y avoir, il pourrait ressembler à ce qui suit : un homme, psychanalyste, rencontre une femme, prostituée. Chacun à leur façon  soignent les maux (ou les mots?) et la solitude de l’âme. La réalisatrice Jeanne Labrune n’en fait pas des tonnes, mais insinue avec beaucoup de délicatesse que les deux professions ont plus de ressemblances que l’on imagine. Alice (Isabelle Huppert) et Xavier (Bouli Lanners) font connaissance à un tournant de leur vie : elle est fatiguée par ses clients et pense à changer de vie ; lui en a marre de ses patients et vient de se faire quitter par sa femme. La relation qui s’établit entre ces deux êtres est aussi étrange que profonde. Ils semblent ne jamais se comprendre vraiment, ne se parlent pas beaucoup et pourtant, une sorte d’électricité passe entre eux. Le peu de scènes qu’ils ont en commun suffit à installer la relation dans un ailleurs bien meilleur.

Ce qui par contre est dommageable, c’est l’arrivée d’un tiers en cours de récit. Pierre Cassagne (Richard Debuisne), un psychiatre bien intentionné, se substituera aux manques et aux absences de Xavier. Par le biais d’une sculpture représentant un ange il y aura passation de relais, de Xavier à Alice, puis d’Alice à Pierre : juste retour des choses, puisqu’au départ c’est Pierre qui avait acquis cette oeuvre d’art aux enchères. La boucle est bouclée mais n’en révélons pas trop! Pierre est donc un passeur, présence indispensable? En tous les cas elle se justifie dans le scénario et dans la mise en scène… au détriment de la relation entre Alice et Xavier. Même si le brouillard rend tout merveilleux, il n’aurait pas été du luxe d’en savoir un peu plus. Ce couple qui n’en est pas un (disons qu’il s’agit d’une sorte de duo de « confort ») aurait mérité d’être plus exploré. Car chacun a changé la vie de l’autre. Ce qui, toute proportion gardée, n’est quand même pas rien.

Sans queue ni tête est une comédie. Plutôt satirique mais jamais méchante. Le film ne se moque pas de la solitude humaine, il prend en dérision les situations absurdes engendrées par cette solitude. Entre les hommes et les femmes tout semble étrange et compliqué : le mieux finalement est de s’en amuser. La nature humaine est bien faible et même s’il est difficile de savoir à qui se fier, psy ou prostituée, chacun a son petit plus à apporter.

mercredi 22 septembre 2010


Le silence qui parle

Le projet de loi réformant les soins en psychiatrie: une insulte à la culture / Michaël et Jacqueline Guyader
Publié 6 septembre 2010 dans Agora

Il faut être bête comme l’homme l’est si souvent pour dire des choses aussi bêtes que bête comme ses pieds, gai comme un pinson
Le pinson n’est pas gai, il est juste gai quand il est gai, triste quand il est triste ou ni triste ni gai /
Jacques Prévert

Lorsque s’imposera le bilan de l’action présidentielle de Nicolas Sarkozy, on ne manquera pas de constater la déflagration qu’il aura initiée entre l’Etat et les avancées civilisatrices, les acquis culturels de notre pays. Et l’on pourra dresser un sinistre catalogue : discours à l’université de Dakar sur l’homme Africain “pas assez entré dans l’histoire”, loi organisant les soins psychiatriques sous contraintes en ambulatoire, centres de rétentions administratives à perpétuité, démantèlement de “camps” de Roms, de gens du voyage, création d’une inégalité des citoyens devant la loi, plaisanteries de mauvais goût devant les tombes des résistants des Glières, réponses insultantes à des citoyens en colère, mépris pour les lecteurs de la Princesse de Clèves, et bien sûr j’en passe.

Pour lire la suite, cliquer ici






Gaillac : rencontres Cinépsy les 24 au 26 septembre 2010

Au Imagin’cinéma de Gaillac aura lieu la 3ème édition des Rencontres internationales Cinépsy. Culture(s) et familles.  Débats et échanges autour de 7 films du 24 au 26 septembre 2010.

Tous les 2 ans, Cinépsy aborde des thèmes de psychanalyse familiale autour d’un même support, le cinéma. Ces rencontres internationales de psychanalyse familiale ont pour thème cette année la question de la culture et des cultures en lien avec la famille.

Chaque film ou documentaire est l’occasion de réflexions autour de l’exil, la tradition, les conflits culturels, les rites, la transmission, l’identité… Des professionnels, psychiatres, psychanalystes ou psychologues échangeront leurs travaux avec des personnalités du monde du cinéma, enseignants, critiques, cinéastes. Ces rencontres internationales réunissent des professionnels français, italiens, belges, suisses, colombiens.

Ces journées qui s’inscrivent pour certains dans un cursus de formation sont ouvertes à tout public. Et si l’atmosphère est au travail, le contexte y est chaleureux et convivial.

Rendez-vous à l’Imagin’cinéma de Gaillac le vendredi 24 septembre à partir de 13h30 pour aborder la question de la culture et de la famille autour de tables rondes et de débats avec les films : “La boîte de pandore” de Yesim Ustaoglu, “Les 7 jours” de Ronit Elkabetz, “Mirage de la vie” de Douglas Sirk, “Depuis qu’Otar est parti” de Julie Bertucelli, “Le mas des alouettes” de Paolo et de Vittorio Taviani, “Il y aura tout le monde” de Maria Isabel Ospina de los Rios, “L’âme des guerriers” de Lee Tamahori…

Cette troisième édition de Cinépsy est issue d’un travail en partenariat avec l’équipe d’Imagin’cinéma, les collectivités territoriales locales, les sociétés de thérapie familiale psychanalytique et les associations gaillacoises.
Nouvelles psychanalytiqueshttp://nouvelles-psychanalytiques.blogspot.com/

Se servir de l’institution


La prochaine après-midi des rendez-vous cliniques organisée par l’hôpital de jour de « l’Ile verte » se tiendra le 22 octobre 201

“ Alors que la psychiatrie de l’enfant connaît un remaniement qui passe par une reconfiguration de la séméiologie réduite à un catalogue de troubles avec pour conséquence le handicap qui en résulte, donner toute sa noblesse et sa place à l’institution revient à ne pas cesser de mettre au poste de commande une clinique qui accueille ce que l’enfant a de plus particulier et qui ne se range dans aucune classification.

L’institution peut être l’instrument dont les professionnels vont se servir pour offrir abri et accueil à ce qui se présente pour la plupart des enfants que nous recevons, comme radicalement étranger, voire insupportable, sous les modalités du rejet de l’autre ou de sa destruction.

Nous partirons de l’expérience de l’hôpital de jour « l’Ile verte ». Si groupes et ateliers scandent la vie de l’institution, nous ferons valoir comment cet appareillage institutionnel trouve son fondement dans une approche clinique. Pas de programme, pas de protocole, pas d’institution pré-établie, chacun se dispose pour être « à l’heure du sujet ». Dès lors, l’enfant peut produire ses points d’ancrage, ses constructions avec le trait de l’invention qui lui est propre.

Lors de cette après-midi, à plusieurs, psychiatre, psychologue, infirmiers, nous témoignerons de la façon dont un enfant se sert de l’institution pour trouver un rapport plus pacifié à l’autre. Dans un contexte où la psychanalyse est toujours accusée d’influencer l’offre de soins et souvent soupçonnée de culpabiliser les parents, nous ferons valoir comment l’institution permet d’établir des espaces de conversation avec les parents.

Nous aurons la chance d’entendre Dominique Holvoet, directeur thérapeutique au Courtil, institution fondatrice du RI3, réseau qui favorise les liens de travail et d’échanges entre les professionnels orientés par la psychanalyse d’orientation lacanienne. Les travaux du RI3, dont nous avons eu un écho à Bordeaux lors des journées de Janvier 2010 sur le thème « Cas d’urgence », donnent des points d’appui précis pour la prise en charge des enfants psychotiques et autistes en institution. Cette après-midi sera l’occasion de poursuivre les échanges et d’avancer dans les questions relatives à la pratique en institution. La création d’un Atelier clinique du RI3 dans notre région sera la suite logique de nos travaux. “
Docteur Maryse ROY

Source : http://ampblog2006.blogspot.com/




« Bienvenue chez les psys » détrône le film de Dany Boon...

« Si Armentières était un fruit ? Un film ?... » Voici le genre de questions farfelues ... auxquelles on pouvait répondre, ce week-end, aux infirmiers de l'ANPU, agence nationale de la psychanalyse urbaine. Ces drôles de blouses blanches ont débarqué pour les journées du patrimoine et tentaient d'établir un diagnostic sur les maladies dont pourraient souffrir Armentières. Du second degré ? Pas tant que cela. Selon Laurent Petit, auteur et comédien, à l'initiative du projet, l'initiative a déjà permis de déceler des villes orphelines, des villes mortes nées, des villes prématurées. « On a même examiné des villes au rapport fille-mère très conflictuel, comme Villeurbanne et Lyon », plaisante t-il.

Hier, en fin d'après-midi, Laurent Petit s'est livré à une restitution des réponses aux 100 questionnaires recueillis sur la grand-place durant ces deux jours. En préambule, quelques cartes postales anciennes ont fait resurgir des éléphants ou une course au ballon amusante. Le ton décalé était donné.
Rebondissant sur l'architecte Cordonnier qui a donné son trio monumental à Armentières, il lui a vite associé la bière (Motte-Cordonnier)... « Bienvenue chez les psy » a logiquement détrôné le film de Dany Boon, l'espace d'un instant. Cette psychanalyse de la ville n'en est qu'à ses débuts. On risque fort de revoir Laurent Petit à Armentières, une ville qu'il aime bien, trouve « chaleureuse » et « singulière ».

ANPU - Le bal de l'inconscient

L'ANPU - l'agence nationale de Psychanalyse Urbaine - s'est fixée pour mission de coucher les villes sur le divan.

Laurent Petit et les architectes d'Exyzt observent la ville, détectent ses caractéristiques (paradoxes, non-dits, traumatismes, complexes…), pour déceler les névroses urbaines et proposer des solutions thérapeutiques adéquates.


Outil de démocratisation des projets urbains et architecturaux, cette approche psychique de la ville ville croise l’intérêt de professionnels urbains qui y voient l'opportunité de débloquer en souplesse certains «verrous» inscrits dans «l'inconscient urbain».

Première phase: Le Diagnostic
Seconde phase : Le Traitement
Le Bal de l'inconscient au Point Zéro
Un diagnostic urbain inédit
Les formes de restitutions de l'analyse
Extraits des huit commandements de la psychanalyse urbaine
Laurent Petit
Collectif d’architectes EXYZT
www.anpu.fr



Édition : Contes de la folie ordinaire

A la folie, l'appel au monde la culture

Par Paul Machto
21 Septembre 2010

Le collectif des 39 contre la nuit sécuritaire a lancé un appel aux acteurs du monde de la culture, pour soutenir le meeting que nous organisons samedi 25 septembre 2010, à Villejuif, à l'espace Congrès, les Esselières, sur le thème "Quelle hospitalité pour la folie ?".

Cet appel s'adresse au monde de l'art et de la culture parce que pour nous la folie, en tant que part indissociable de l'humain, est fait de culture. 

À ce titre, le combat pour une hospitalité pour la folie n'est pas qu'une affaire de spécialiste : elle doit se mener aussi sur le terrain culturel.

Le monde de l'art et de la création culturelle nous semble le mieux placé -n'est-ce pas son rôle?- pour résister à l'attente normative et interroger le monde sur sa part de folie, individuelle ou collective.
En tant que soignants, nous pensons devoir toujours avoir en perspective, dans nos pratiques, dans nos institutions, la nécessaire rencontre de la folie et de la culture.

La mise en jeu de l'inventivité, la création, le partage des oeuvres d'art, sont des éléments essentiels dans les accompagnements thérapeutiques auxquelles nous sommes attachés, mettant les traitements médicamenteux à leur juste place et pas comme unique réponse.

 À cette interpellation, nous avons été contents de voir qu'en quelques jours 105 artistes, comédiens, écrivains, plasticiens, cinéastes, aient répondu présents, prêts à s'engager et à soutenir ce mouvement. 
Car au delà de l'aspect conjoncturel, le rejet du projet de loi sur les soins sans consentement adopté en conseil des ministres en mai et présenté bientôt au Parlement, la sensibilité à la question de l'accueil de la folie est forte et ouvre des perspectives pour les semaines et les mois à venir.
En décembre 2008, Nicolas Sarkozy avait désigné les fous, les malades mentaux comme des individus, dangereux, potentiellement criminels, et appelé à un renforcement de l'exclusion, de l'enfermement.
Cet été ce fut au tour des Roms, et des gens du voyage...
La désignation de groupes de citoyens a créé, indiscutablement une vive réprobation dans l'opinion publique.
Le mouvement des 39 a pour objet d'oeuvrer,  sensibiliser et mobiliser justement sur cette question si fondamentale : l'Hospitalité.
Paul Machto

Voici donc les 105 premiers signataires, suivis du texte complet de l'appel :

  1. -       Laure Adler, journaliste, écrivain
  2. -       Jan Arons, peintre, Vallabrègues
  3. -       Nurith Aviv, cinéaste
  4. -       Claude Attia - comédien, Avignon
  5. -       Pascal Aubier - cinéaste
  6. -       Raymond Bellour, directeur de recherche émérite au CNRS
  7. -       Joseph Beauregard - cinéaste documentariste
  8. -       Jacqueline Blewanus, peintre, Vallabrègues
  9. -       Corinne Bondu - formatrice- réalisatrice- productrice
  10. -       Philippe Borrel, cinéaste - documentariste
  11. -       Rony Brauman - ancien président de Médecins sans frontière.
  12. -       Geneviève Brisac, écrivain, éditrice
  13. -       Françoise Brunel
  14. -       Claude Buchwald - Metteur en scène
  15. -       Rodolphe Burger - musicien
  16. -       Michel Butel, écrivain, journaliste.
  17. -       Olivier Cadiot - écrivain
  18. -       Marco Candore, comédien.
  19. -       Laurent Cantet - cinéaste
  20. -       Arlette Casas, responsable communication Université Montpellier 2
  21. -       André Castelli - conseiller général du Vaucluse
  22. -       Carmen Castillo, cinéaste
  23. -       Guigou Chenevier, Musicien compositeur
  24. -       Isabelle Chevalier, musicienne
  25. -       Françoise Cloarec - peintre et écrivain
  26. -       Dominique Conil - écrivain
  27. -       Michel Contat, chercheur CNRS émérite
  28. -       Compagnie Les Acidus, comédiens
  29. -       Patrick Coupechoux, écrivain, journaliste
  30. -       Christine Dantaux - galériste socialiste - Pernes les Fontaine
  31. -       Marie Darrieussecq - écrivain
  32. -       Marcelo De Athayde Lopes, danse thérapeute
  33. -       André Debono, peintre (Nîmes)
  34. -       Christine Deroin - écrivain
  35. -       Marcial Di Fonzo Bo, comédien et metteur en scène
  36. -       Claire Diterzi, chanteuse et compositrice
  37. -       Annick Doideau, peintre (Paris)
  38. -       Catherine Dolto, éditrice
  39. -       Suzanne Doppelt, écrivain
  40. -       Patrice Dubosc - cinéaste
  41. -       Françoise Ducret, Peintre
  42. -       Jean Pierre Ducret - Président du C.A. du Théâtre de Cavaillon
  43. -       Christine Fabreguettes - artiste plasticienne Vaucluse
  44. -       Serge Fauchier, peintre (Perpignan)
  45. -       Stéfano Fogher - musicien, comédien
  46. -       Patricia Geffroy, Animatrice ateliers d'écriture
  47. -       Esther Gonon secrétaire générale de la Scène Nationale de Cavaillon
  48. -       Jean Michel Gremillet - directeur de la Scène Nationale de Cavaillon
  49. -       Jean Louis Guilhaumon - Maire de Marciac- Fondateur du Festival Jazz In Marciac.
  50. -       Sylvie Giron - danseuse, chorégraphe
  51. -       Sabina Grüss -sculptrice
  52. -       Mariette Guéna, peintre
  53. -       Patrick Guivarch, responsable des cinémas UTOPIA d'Avignon
  54. -       Pierre Helly - metteur en scène
  55. -       Catherine Herszberg - journaliste, écrivain.
  56. -       Gérard Haddad écrivain
  57. -       Olivier Huet
  58. -       Charles Kalt, plasticien (Strasbourg)
  59. -       Leslie Kaplan - écrivain
  60. -       Monique Lauvergnat Maire - adjointe à la Culture 84 Le Thor
  61. -       Linda Lê - écrivain
  62. -       Fred Léal, écrivain
  63. -       Agnès Lévy, peintre
  64. -       Frédéric Loliée, comédienne.
  65. -       Jean-Daniel Magnin, Secrétaire général du Théâtre du Rond Point
  66. -       Thibault Maille, compositeur
  67. -       Clotilde Marceron - musicienne, Cavaillon
  68. -       Elissa Marchal, artiste peintre
  69. -       Britta Medus
  70. -       Daniel Mesguich, comédien, metteur en scène, directeur du Conservatoire d'art dramatique de Paris.
  71. -       Marie José Mondzain, philosophe
  72. -       Mario Moretti - galériste socialiste - Pernes les Fontaine
  73. -       Valérie Mréjen, cinéaste
  74. -       Yves Müller - artiste - photographe
  75. -       Véronique Nahoum Grappe - anthropologue
  76. -       Eric Nonn, écrivain
  77. -       Paul Otchakovski-Laurens, éditeur
  78. -       Xavier Person, écrivain.
  79. -       Rosie Pinhas-Delpuech, écrivain, directrice de collection, traductrice
  80. -       Jacques Rancière, philosophe
  81. -       Claude Régy, metteur en scène
  82. -       Jean Michel Ribes, auteur, metteur en scène, directeur du Théâtre du Rond-Point,
  83. -       Christophe Ribet - comédien
  84. -       Marcel Robelin, peintre (Nîmes)
  85. -       Daniel Robert, Peintre
  86. -       Pierre Rosenstiehl, mathématicien
  87. -       Dominique Rousseau, auteur illustrateur Bédéiste
  88. -       Valérie Rouzeau, Poète
  89. -       Caroline Sagot Duvauroux - peintre et poète
  90. -       Lydie Salvayre - écrivain
  91. -       Joshka Schidlow, critique de théâtre
  92. -       Michèle Sébastia, Comédienne
  93. -       Meriem Serbah - actrice
  94. -       Emmanuele Scorceletti - photographe
  95. -       Tristan Siegmann, photographe (Paris)
  96. -       Anne Saussois, peintre (Paris)
  97. -       Bénédicte Stalla-Boudillon - comédienne
  98. -       Catherine Vallon, Metteur en scène
  99. -       Agnes Verlet, Ecrivain
  100. -       Elise Vigier, comédienne, metteuse en scène
  101. -       Vanina Vignal, cinéaste
  102. -       Véronique Widock, comédienne
  103. -       Martin Winckler, écrivain
  104. -       Mâkhi Xénakis, sculpteur
  105. -       Catherine Zambon -  auteure de théâtre et comédienne

« Quelle Hospitalité pour la Folie ? »

« Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie,

c'est l'homme même qui disparaît. »

François Tosquelles.


Nous adressons à la société tout entière la question « quelle hospitalité pour la folie? » quand une future loi, véritable insulte à la culture, s'attaque à l'essence même du lien social, en désignant à la vindicte de tous et en menaçant des personnesplus vulnérables que dangereuses.

Si cet appel s'adresse au monde de l'art et de la culture c'est parce que pour nous la folie, en tant que part indissociable de l'humain, est fait de culture. 

À ce titre, le combat pour une hospitalité pour la folie n'est pas qu'une affaire de spécialiste : elle doit se mener aussi sur le terrain culturel.

Le monde de l'art et de la création culturelle nous semble le mieux placé -n'est-ce pas son rôle?- pour résister à l'attente normative et interroger le monde sur sa part de folie, individuelle ou collective.

Chaque artiste, chaque intellectuel ou acteur culturel, s'engage dans une recherche originale, dans des propositions toujours risquées, des remises en jeu des repères consensuels, à la croisée de l'intime et de l'Histoire.

Chaque artiste invite l'autre dans cette autre lecture, et en toute liberté.

En tant que soignants, nous pensons devoir toujours avoir en perspective, dans nos pratiques, dans nos institutions, la nécessaire rencontre de la folie et de la culture.

La mise en jeu de l'inventivité, la création, le partage des oeuvres d'art, sont des éléments essentiels dans les accompagnements thérapeutiques auxquelles nous sommes attachés, mettant les traitements médicamenteux à leur juste place et pas comme unique réponse.

Appel  à la culture, comme liant créatif de l'intime et du social... le lieu d'un maillon essentiel, à restaurer dans la réflexion actuelle pour penser l'accueil de l'insensé, pour penser la question de la folie, de la maladie et du sort qu'on lui réserve.

Nous souhaitons avoir votre concours, votre engagement pour préserver cette part énigmatique de l'humain, sa part de folie.


Un projet de loi « sur les modalités de soins psychiatriques » sera discuté cet automne au Parlement : il détourne le terme de « soins » et représente une grave attaque contre les libertés individuelles ; il risque d'altérer profondément la relation entre patients et soignants.

Ce projet de loi instaure des « soins sans consentement », y compris « en ambulatoire », c'est-à-dire en dehors de l'hôpital, au domicile. Il remplace les modalités actuelles d'hospitalisation et d'alternative à l'hospitalisation en promouvant toujours plus de contrôle et de répression. 

Tout un chacun est aujourd'hui concerné par cette réforme. En effet, la notion de « santé mentale » utilisée notamment par les rapports gouvernementaux semble étendre le domaine des troubles psychiques à la simple exacerbation des sentiments, des émotions, aux peurs, à la tristesse, aux énervements, aux angoisses, aux ressentis et vécus douloureux, liés à des situations précises telles que le travail, une rupture, un deuil. De plus, l'évocation du « trouble de l'ordre public », entraînant la mise en place de soins psychiatriques sans consentement, comporte un risque de dérive pour les libertés individuelles.

Ce texte s'inscrit dans le droit-fil du discours de Nicolas Sarkozy à l'hôpital d'Antony le 2 décembre 2008. Désignées par le Président de la République comme potentiellement criminelles, en tout cas potentiellement dangereuses, toutes les personnes qui présentent des signes peu ordinaires de souffrance psychique, quelle que soit leur intensité, se trouvent  en danger de maltraitance. Se saisissant de dramatiques faits-divers, pourtant exceptionnels, le Président a laissé libre cours à son obsession sécuritaire. Cette orientation a déjà donné lieu à plusieurs textes réglementaires qui aggravent les conditions de l'hospitalisation et poussent vers plus d'enfermement, plus d'isolement.

Le projet de loi qui crée les « soins sans consentement » y compris à domicile, est un saut dans l'inconnu. Il représente un risque de dérive particulièrement inquiétante car sont instaurés :

         - des soins sous la menace d'une hospitalisation forcée en cas d'absence aux consultations ;

         - des soins réduits à la surveillance d'un traitement médicamenteux, nouvelle camisole chimique ;

         - des soins où la rencontre, la confiance dans la relation, la patience, la prise en compte de la parole, sont oubliées ou accessoires.

Nous savons bien que c'est la peur qui génère des réactions violentes chez certaines personnes ; or, cette loi va organiser la peur des patients et la peur chez les patients.

Ce texte porte atteinte à  la confiance entre le patient et le soignant : celui-ci représentera en permanence une menace, une surveillance sur la liberté d'aller et venir du patient, car il lui incombera de signaler toute absence aux consultations et aux visites, sous peine de sanctions . Le préfet, saisi par le directeur de l'hôpital, enverra les forces de l'ordre pour contraindre la personne à une hospitalisation. Le malade devenant « un contrevenant », il s'agit donc de nous exclure de notre métier de soignant.

Cette politique accompagne une dérive, depuis une quinzaine d'années, des pratiques psychiatriques : carence des formations, augmentation des isolements, retour des techniques de contention, primauté des traitements médicamenteux sur l'écoute, la relation, l'accueil des personnes en souffrance psychique. Ce projet de loi, avec la conception des troubles mentaux qu'il implique, va amplifier ces pratiques d'un autre âge.

Un collectif s'est constitué en décembre 2008, en réaction immédiate à ce sinistre discours présidentiel : « Le Collectif des 39 contre La Nuit Sécuritaire ».

Se sont ainsi réunis des professionnels de la psychiatrie qui entendent résister à cette orientation inacceptable, à ces pratiques asilaires et aux nouvelles dérives scientistes.

Dans de nombreuses équipes, dans de nombreux services et secteurs psychiatriques, des artistes, des philosophes apportent leur concours aux professionnels pour mettre en œuvre avec les patients des espaces de création, d'initiatives, d'événements artistiques, joyeux, sérieux, inventifs, troublants, surprenants, en apportant de la vie, du désir là où la vie, le désir ont tendance à s'évanouir.

Des expositions, des créations théâtrales, des événements musicaux, des créations vidéos, des musées d'Art brut, des initiatives radiophoniques et par Internet se sont multipliés, donnant à voir la fécondité des productions originales possibles, enrichissant ainsi des thérapeutiques diversifiées.

Nous devons créer les conditions d'un accueil humain de la douleur morale, du désarroi psychique, des discours énigmatiques et délirants.

La possibilité de penser le soin et la folie est aujourd'hui mise en cause. Nous entendons bien résister à ce glissement vers le pire, et pour cela nous avons besoin de vous.

Nous ne voulons pas d'un tri des êtres humains en fonction de leur valeur utilitaire.

Nous ne voulons pas d'un retour au grand renfermement.

Nous ne voulons pas de l'internement à domicile.



«On juge le degré de civilisation d'une société

 à la manière dont elle traite ses marges, ses fous et ses déviants.»

Lucien Bonnafé

mardi 21 septembre 2010

Woody Allen et la psychanalyse

A écouter ici

Des peluches un peu agitées du bocal

Vous ne savez pas quel cadeau offrir pour Noël cette année.

Pourquoi pas une peluche atteinte elle aussi d’une maladie mentale ?

Ces peluches ont toutes un problème psychologique: vous avez le choix entre la tortue dépressive Dub, Kroko le crocodile aquaphobe ou encore le mouton Dolly affecté de troubles de la personnalité.

Oh et il y a aussi Sly le serpent, qui souffre d’hallucinations.

Sérieusement, qui a eu l’idée de ces peluches là? Un certain Martin Kittsteiner, un allemand qui affirme que “les enfants et les adultes aiment leurs vulnérabilités et trouvent en elles quelque chose qui les réconforte et les aide à guérir”.

Après tout pourquoi pas? Chaque peluche coûte 30 €, accès au site web compris pour pouvoir jouer au docteur et “soigner” sa peluche.

http://www.gizmodo.fr/2010/09/20/78202.html#more-78202