Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 23 juin 2018

Unités hospitalières spécialement aménagées : le coût éthique d’une meilleure prise en charge

Observatoire International des Prisons - Section Française
06/06/18

À en croire certains parlementaires et praticiens, pour remédier à la problématique des malades psychiques en prison, il faudrait construire davantage d’unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA). Le salut réside-t-il réellement dans ces « hôpitaux-prison » ? Zoom sur un dispositif hybride qui, s’il apporte une indéniable amélioration de la prise en charge des détenus souffrant de troubles psychiques, soulève d’importantes questions sociétales et éthiques.

La situation d’incurie dans laquelle se trouvent de nombreuses personnes détenues souffrant de troubles mentaux est un fait que nul ne peut contester. Devant ce constat, le groupe de travail de l’Assemblée nationale chargé de réfléchir à la prise en charge des détenus souffrant de troubles psychiatriques recommandait tout récemment, dans la foulée du Sénat (1), de lancer une seconde vague de construction d’unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA), pour aboutir à un total de dix-sept, soit plus de 700 places. On en compte aujourd’hui neuf dans l’Hexagone – aucune en Outre-Mer : 440 places au total, pour près de 70 000 détenus.
Créées en septembre 2002 par la loi Perben I, les UHSA sont dédiées à la prise en charge des personnes détenues dont l’état psychique nécessite une hospitalisation à temps complet, que ce soit en soins libres ou sur décision du représentant de l’État (SDRE) (2). « Avant les UHSA, les personnes dont l’état était jugé incompatible avec la détention étaient sorties de prison sous le régime de l’hospitalisation d’office et prises en charge en établissement de santé mentale selon les modalités de l’article D398 », explique la sociologue Camille Lancelevée, spécialiste des pratiques de santé mentale en milieu carcéral. Problème : dans de nombreux hôpitaux, les patients venant de prison étaient, sur la seule foi de leur statut de détenus, perçus comme dangereux ou présentant un risque d’évasion. Ils étaient donc systématiquement placés dans des chambres d’isolement (sans mobilier, fermées à clef, avec seulement un matelas par terre, et parfois aucun point d’eau, ni toilettes) ou orientés vers des unités pour malades difficiles – même si ce type de traitement n’était pas nécessaire d’un point de vue clinique et risquait d’aggraver la pathologie. « La création des UHSA était censée permettre d’en finir avec ces pratiques. Mais malgré une baisse sensible de ce type d’hospitalisation, on se rend compte aujourd’hui que les UHSA ne s’y substituent pas totalement », poursuit la sociologue. Les hospitalisations en établissement psychiatrique restent même supérieures à celles en UHSA (3).

INSTRUCTION N° DGOS/R4/2018/150 du 19 juin 2018 relative à l’appel à projet national pour l’identification de dispositifs de prise en charge globale du psycho traumatisme

Legifrance - Le service public de l�accès au droit
  • Date de signature : 19/06/2018 | Date de mise en ligne : 21/06/2018
Résumé : Cette instruction a pour objet de décrire les modalités d’identification d’une dizaine de dispositifs spécialisés dans la prise en charge globale du psychotraumatisme annoncés le 25 novembre 2017 par le Président de la République. Elle s’accompagne du cahier des charges des dispositifs, du dossier de candidature et de la grille d’évaluation des projets


Le directeur de l’EPSM limogé : inquiétude pour l’avenir de la psychiatrie et de la santé mentale en Sarthe

Résultat de recherche d'images pour "france bleu"
Par Bertrand HochetFrance Bleu Maine   22 juin 2018

L’ARS relève Vincent Thomas de ses fonctions. Les autorités de santé n’ont pas du tout apprécié son opposition au projet gouvernemental de regrouper l'EPSM et l’hôpital du Mans. Les représentants du personnel soutiennent leur directeur et s'inquiètent pour les 20.000 patients soignés chaque année.

Le personnel de l'EPSM dénonce aussi régulièrement la baisse des effectifs et des moyens - ARCHIVE -
Le personnel de l'EPSM dénonce aussi régulièrement la baisse des effectifs et des moyens - ARCHIVE - © Radio France - Bertrand HOCHET
Pas franchement une surprise. Le directeur de l’Etablissement Public de Santé Mentale de la Sarthe tenait tête à sa hiérarchie depuis un an et demi. Vincent Thomas ne voulait pas que l'EPSM soit rattaché à l'hôpital du Mans, ce qui aurait entraîné une direction commune et la mutualisation des moyens, par exemple pour l'informatique, la pharmacie ou la blanchisserie. C'est ainsi que Vincent Thomas a demandé au conseil de surveillance de déposer un recours en justice contre cette décision de regroupement voulue par le gouvernement, tout comme l'ont fait les différentes instances et organisations représentant le personnel. Dix recours en tout, qui n’ont, à ce jour pas été jugés. 

"C'était l'homme à abattre": un médecin viré pour avoir dénoncé l'insalubrité de son service [Photos]

egora.fr
Par Sandy Berrebi-Bonin le 22-06-2018

Le service de réanimation chirurgicale de l'Archet 2 au CHU de Nice est encore sous le choc. Celui qui était désigné pour devenir chef de service a vu son contrat stoppé net par la direction. Le médecin très apprécié de son équipe dénonçait un peu trop bruyamment les conditions d'accueil indignes des patients.

Service en sous-sol, sans lumière du jour, plafond qui s'effondre, fuites d'eau à répétition, chambres quadruples… Depuis son ouverture en 1996, les conditions d'accueil des patients du service de réanimation chirurgicale du CHU de Nice sont déplorables. "Les femmes, les hommes, les jeunes, les vieux, tous les patients cohabitent dans ces chambres à quatre", décrit un infirmier du service, démissionnaire. "Certain sont en train de mourir, d'autres sont porteurs de germes résistants et il n'y a aucune possibilité de les isoler, ce qui alourdit parfois le traitement des autres", ajoute-t-il. "Des patients se retiennent d'aller à la selle pendant plusieurs jours parce qu'ils ont honte, d'autres sont sur la chaise percée pendant qu'une famille pleure un parent décédé, tout cela à l'abri d'un simple paravent qui n'empêche, ni les bruits, ni les odeurs de circuler", décrit à son tour une infirmière du service épuisée par ces conditions de travail.

"Même pas de paravents pour séparer les lits"

"Cette situation dure depuis 22 ans. Le service est au deuxième sous-sol. Et encore au début il n'y avait même pas de paravents pour séparer les lits des malades", s'exaspère Laurent Gleize, responsable CGT au CHU de Nice. "Tout cela dégrade la qualité des soins et les conditions de travail des soignants", constate-t-il.

Infirmiers, pharmaciens, étudiants, hôpitaux : le ministère ne s'interdit rien pour combattre les déserts médicaux

Anne Bayle-Iniguez
| 21.06.2018



La commission d'enquête du député Philippe Vigier (UDI, Eure-et-Loir) sur l'accès aux soins et la désertification médicale a auditionné ce jeudi Cécile Courrèges. La directrice générale de l'offre de soins (DGOS, ministère) a fait le point sur les mesures et outils existants pour pallier une démographie médicale en berne.
Pour la DGOS, le problème de l'accès aux soins ne doit plus être attaqué uniquement sous l'angle de l'installation en ville des médecins mais dans la logique plus large de « la présence soignante dans les territoires » sous la forme d'équipe de soins. L'objectif est de mobiliser toutes les ressources.

vendredi 22 juin 2018

L’année enfant malade de Lise Marzouk

Dans « Si », l’écrivaine raconte le cancer de son fils de 10 ans, leur combat. Et témoigne de ce que l’épreuve lui a révélé d’elle-même.
LE MONDE Par 

Dans l’Institut Curie.
Dans l’Institut Curie. DOMINIQUE FAGET/AFP

PAULETTE LETARTE, PASSÉE MAÎTRE EN PSYCHOSES

Par Geneviève Delaisi de Parseval  — 

Parution posthume d’un recueil d’articles de la psychanalyste et psychiatre qui prônait une approche et une écoute adaptées aux cas les plus extrêmes.

Au cours de la première moitié du XXe siècle, la cure psychanalytique était réservée aux névroses accessibles au transfert, c’est-à-dire à des patients qui n’allaient pas trop mal. On estimait en ce sens que le psychotique ne relevait pas de la cure, pas plus d’ailleurs que le patient âgé… considéré trop vieux pour être apte au transfert ! Par la suite, la psychanalyse a trouvé de nouvelles applications hors divan, dont les maladies psychosomatiques, la néonatologie et la psychose, cette dernière clinique étant particulièrement complexe. Paulette Letarte, décédée en 2009, était une orfèvre en la matière. Ce livre, qui réunit certains de ses articles les plus importants, exercera une véritable fascination chez le lecteur, quelques-unes des histoires racontées et analysées étant impressionnantes pour un non familier des états psychotiques, pour tout thérapeute, et pour tout un chacun intéressé par les diverses configurations de l’appareil psychique.

Les médecins bientôt libres de faire leur propre com

Par Eric Favereau — 

A Nantes, le 6 avril 2018.
A Nantes, le 6 avril 2018. Photo Loïc Venance. AFP

Dans un rapport du Conseil d'Etat, il a été demandé de mettre fin à l'interdiction de publicité faite aux médecins depuis soixante-dix ans.

L'appel de 9 spécialistes pour des mesures contre le risque alcool

Damien Coulomb
| 20.06.2018


Neuf spécialistes de la santé publique ont publié sur le site AddictAIDE une tribune à destination du président de la République, Emmanuel Macron, l'enjoignant à « écouter les Français », et à mettre en place des « mesures efficaces pour répondre aux inquiétudes légitimes des Français sur les risques et les dommages causés par le haut niveau de consommation d'alcool du pays ».

Décès de Naomi : l'IGAS accable la procédure du SAMU de Strasbourg, son responsable démissionne

Martin Dumas Primbault
| 20.06.2018


Le rapport très attendu de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur le décès de Naomi Musenga a été rendu public ce mercredi. Ses conclusions dénoncent la procédure générale de régulation appliquée par le SAMU de Strasbourg, jugée « pas conforme aux recommandations de bonnes pratiques » et « source de risque pour les patients ». 
De fait, la plateforme de régulation des appels n'aurait pas respecté ce jour-là les recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de santé (HAS). La jeune femme de 22 ans est morte en décembre dernier, son appel n'ayant pas été pris au sérieux par une opératrice du SAMU.

Quatre mois de grève aux urgences de l'Hôpital de la Croix Rousse à Lyon

19/06/2018

A Lyon, le service des urgences de l'Hôpital de la Croix Rousse est en grève depuis le 15 février dernier. Le personnel est obligé de venir travailler, malgré le mouvement. Mais les agents se disent épuisés par leurs conditions de travail. Témoignages.
La façade de l'hôpital de la Croix Rousse et les banderoles de revendication installées depuis plus de 100 jours.
La façade de l'hôpital de la Croix Rousse et les banderoles de revendication installées depuis plus de 100 jours. Crédits :TS - Radio France
Le gouvernement d'Edouard Philippe (qui s'est attelé à une refonte du système de santé) devrait présenter, d'ici la mi-juillet ses mesures concernant l'hôpital. Un service public auquel on demande de faire toujours plus d'économies (950 millions d'euros en 2018) alors que les conditions de travail sont déjà extrêmement tendues. 

Les chimères homme-animal des apprentis fermiers californiens

Aux Etats-Unis, des scientifiques cherchent à développer des foies et des pancréas humains dans des animaux, dans l’espoir de pouvoir les transplanter aux demandeurs de greffes.
LE MONDE ECONOMIE Par 
FANNY MICHAELIS
Rien ne distingue cette ferme des propriétés voisines. Un bâtiment ocre posé au milieu des pâturages, une série d’enclos ombragés par de grands arbres et sous un auvent en bois, une vingtaine de moutons grisâtres broutant nonchalamment leur fourrage. Ce paisible coin de Californie est cependant l’un des terrains d’expérimentations les plus intrigants des Etats-Unis.
Dans cette exploitation, propriété de l’université de Californie à Davis (UC Davis), près de Sacramento, des scientifiques ambitionnent de créer des « chimères ». Dans la mythologie grecque, ce mot désigne des monstres mi-lion, mi-chèvre, mi-serpent. Les créatures fantastiques qui sont inventées ici sont des moutons et des cochons dotés d’organes humains. Grâce à de nouveaux « outils » comme Crispr, le célèbre « ciseau » à ADN, et aux progrès de la recherche sur les cellules souches, cultiver des foies et des pancréas humains semble une piste prometteuse pour faire face à la pénurie d’organes dans le monde.

Pour les enfants migrants séparés de leurs parents, un traumatisme de plus

AFP20/06/2018 

Résultat de recherche d'images pour "Pour les enfants migrants séparés de leurs parents, un traumatisme de plus"


Judith Cohen, professeure de psychiatrie à l'école de médecine de l'Université Drexel, explique que les plus de 2.300 enfants placés séparément de leurs parents clandestins aux Etats-Unis sont particulièrement vulnérables psychologiquement, après le long périple qu'ils ont enduré.
Ils peuvent éviter d'être traumatisés à vie, mais à condition d'un suivi dans la durée, et d'une réunification rapide avec leurs parents, dit à l'AFP la psychiatre, membre du National Child Traumatic Stress Network.


Le CESAME, établissement de santé mentale de référence (Maine-et-Loire)

Résultat de recherche d'images pour "cour des comptes logo"
18.06.2018

Une prise en charge liée à la protection de l’enfance qui pèse lourdement sur le CESAME
Si l’activité ambulatoire du centre de santé mentale angevin (CESAME) augmente et devrait encore se renforcer, les hospitalisations restent un enjeu significatif, particulièrement en pédopsychiatrie. Le CESAME est en effet l’établissement de référence du Maine-et-Loire dans ce domaine et les lits dont il est seul à disposer sont engorgés par des flux d’enfants relevant plutôt de structures chargées de la protection de l’enfance. Cette situation pèse lourdement sur sa capacité d’accueil, sur la qualité de la prise en charge et sur ses finances. La résolution de ces dysfonctionnements le dépasse et appelle une meilleure coopération de tous les acteurs au sein du Maine-et-Loire.

Venez partager vos projets de recherche en soins en psychiatrie !

19.06.18

Les 5e Rencontres de la recherche en soins en psychiatrie organisées par le Centre hospitalier de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, à l'image des précédentes, auront lieu les jeudi 31 janvier 2018 et vendredi 1er février de 9h à 17h à "Valpré" Ecully (Lyon-Nord). Dans cette perspective, un appel à communication est lancé. Il concerne les équipes, les porteurs de projets de recherche en soins en psychiatrie, dans tous les cadresc de validation scientifique, projets en phase exploratoire, en cours ou réalisés.


Marchons dans l’herbe pour ne pas ruminer ?

Des chercheurs ont cherché à savoir pourquoi vivre en milieu rural a un effet protecteur sur certains troubles psychologiques comme la dépression ou l’anxiété.
LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | Par 

Carte blanche. Nous n’avons jamais vécu aussi éloignés de la nature qu’à notre époque. Aujourd’hui, on estime que 50 % de la population mondiale vit dans un environnement urbain, et ce chiffre pourrait même atteindre 70 % en 2050. Bien qu’être citadin procure de nombreux bénéfices, ­vivre en milieu rural pourrait avoir un effet protecteur sur certains troubles psychologiques comme la dépression ou l’anxiété.

Les lesbiennes peinent à faire entendre leur voix

Cinq ans après le mariage pour tous, alors que les gays ont gagné en visibilité, les lesbiennes restent dans l’ombre. Une volonté de se fondre dans le décor, car être femme et lesbienne, pour certaines, c’est la double peine.
LE MONDE |   Par 

Martyna et Olga, sur les bords de la rivière Vistuale, à Cracovie (Pologne), le 1er juillet 2016.
Martyna et Olga, sur les bords de la rivière Vistuale, à Cracovie (Pologne), le 1er juillet 2016. LENA MUCHA

Homosexuels candidats à l’adoption : ouverture d’une enquête préliminaire pour discrimination

Le parquet de Rouen a annoncé, jeudi, l’ouverture d’une enquête à la suite d’une plainte déposée par l’Association des familles homoparentales. Cette plainte vise une responsable du service de l’adoption, qui a tenu des propos jugés discriminatoires.
LE MONDE  |   Par 

Est-ce seulement « la partie visible de l’iceberg », comme le pensent les associations de défense des parents homosexuels ? La responsable du service de l’adoption de Seine-Maritime a été suspendue de ses fonctions à titre conservatoire, mercredi 20 juin, après ses propos concernant les couples homosexuels candidats à l’adoption.

La vie en équilibre précaire des mères lycéennes

Enceintes ou avec un enfant, des adolescentes témoignent de leurs difficultés et de leurs aspirations. Le Samely suit 180 mères par an en Ile-de-France.
LE MONDE  |  Par 

Amina (les prénoms ont été modifiés), 18 ans, et son fils, Sékou, le 18 mai.
Amina (les prénoms ont été modifiés), 18 ans, et son fils, Sékou, le 18 mai. JULIE BALAGUÉ POUR LE MONDE
Vêtements éparpillés, objets amoncelés… Un foutoir typiquement adolescent règne dans la chambre de Rokya (tous les prénoms ont été modifiés), 16 ans. Au mur, une seule décoration : son diplôme du brevet. « J’en suis très fière, j’ai eu une mention alors que je l’ai passé enceinte », explique la jeune fille. Juste au-dessous est installé le berceau d’Aïssata, 10 mois, calé entre le lit de sa mère et une pile de cartons de couches. En cette fin d’après-midi, le bébé est encore à la crèche. Les petites sœurs de Rokya, âgées de 12 et 6 ans, jouent dans le salon. Leur mère à toutes les trois et grand-mère d’Aïssata est au travail. « Elle est un grand soutien pour moi,confie la jeune fille. Même s’il arrive qu’on s’embrouille, parfois j’ai l’impression qu’elle veut prendre ma place. »

Une étude confirme l’ampleur des dégâts causés par la Dépakine

Les enfants exposés in utero à l’acide valproïque ont quatre à cinq fois plus de risques d’être atteints de troubles mentaux.
LE MONDE |  | Par 

Combien d’enfants ont été atteints de troubles neuro-développementaux, dont l’autisme, après avoir été exposés in utero à l’acide valproïque contenu dans des antiépileptiques comme la Dépakine ? A cette question posée de longue date par les parents d’« enfants Dépakine », l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) ont apporté une double réponse dans un document qui devait être présenté aux associations vendredi 22 juin.

« Le fait que la dégradation de notre environnement entraîne une baisse de QI est hautement probable »

Dans sa chronique, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde », rappelle que diverses études et données suggèrent un déclin récent de nos capacités cognitives.
LE MONDE  |  Par 

Chronique. La dégradation ou les changements de notre environnement nous rendent-ils plus bêtes ? Ou, à tout le moins, peuvent-ils faire baisser notre quotient intellectuel (QI) ? Une récente étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, et dont Le Monde a rendu compte sous la signature de Nathaniel Herzberg, a remis cette idée en lumière.

L’histoire d’une famille syrienne en Corse

Grâce à la détermination d’un maire nationaliste, l’île de Beauté a accueilli il y a deux ans une famille de réfugiés syriens. Une intégration réussie qui, ajoutée à la proposition d’accueillir les migrants de l’« Aquarius », fait échec aux préjugés.
M le magazine du Monde  | Par 

C'est une histoire à fronts renversés comme la Corse sait en produire. Une histoire inattendue où personne ne semble décidé à occuper la place que lui assignent des clichés rebattus, ni un maire nationaliste qui s’est battu de longs mois pour accueillir des réfugiés syriens dans son village, ni un préfet optimiste en butte à sa propre administration, ni une famille d’exilés mise en garde dans un camp de réfugiés au Liban : « Si tu vas en France, Izzat, ils vont arracher le voile de ta femme. » Mais, depuis ce 1er avril 2016 qui a vu les Al-Rahmoun débarquer avec leurs trois filles et leur fils à Belgodère – littéralement « beau plaisir » –, un village de Balagne perché entre mer et montagne au nord de l’île, personne n’a touché au voile d’Amina, son mari est devenu employé communal à tout faire et Ilat, leur fille aînée de « 8 ans et demi, bientôt 9 », parle couramment français.

Pour une philosophie du cheveu

LE JOURNAL DE LA PHILO par Géraldine Mosna-Savoye
20/06/2018
6 MIN
Socrate disait que poser un concept du cheveu était absurde. Est-ce vraiment le cas ?
.
. Crédits : Getty
Un sujet inattendu, aujourd’hui… j’aimerais vous parler de cheveux. Pas pour n’importe quelle raison : mais parce que l’exposition « Cheveux chéris, frivolités et trophées », présentée au Musée du quai Branly en 2012-2013, s’exporte en ce moment dans le Finistère… Tout part donc pour moi de la nouvelle édition de cette exposition, mais surtout d’une question : en philosophie, on en dit quoi du cheveu ?