Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 5 mai 2018

La psychiatrie hors les murs : l'expérience des invités au festin, à Besançon

Résultat de recherche d'images pour "france 3 bourgogne franche comté"
Par Catherine Eme-Ziri   03/05/2018



Un colloque sur la psychiatrie s'est tenu à Besançon. Son thème : "Faire de la psychiatrie une discipline médicale comme les autres". A cette occasion, gros plan sur un lieu ouvert : les invités au festin, à Besançon.

"Briser les frontières" : tel est le souhait de Marie-Noëlle Besançon, psychiatre-psychologue. Briser les frontières entre soignant et soigné, entre inclus et exclus... C'est ce qu'elle a expliqué lors de ce colloque sur la psychiatrie.


Les soixante-huitards veulent aussi révolutionner leur vieillesse


Anne Denis — 

Après avoir voulu changer leur vie, de l’université au monde du travail en passant par la famille, les soixante-huitards réussiront-ils à en réinventer le dernier âge?


/

Thérèse Clerc était une pure soixante-huitarde, même si elle n’a pas pris part aux manifestations de mai. Il est vrai qu’elle avait déjà, à cette époque, 40 ans et quatre enfants. Cette militante féministe de la première heure qui, comme elle aimait à le rappeler, avait découvert Marx «grâce à l’église» (et aux prêtres ouvriers), était une personnalité de Montreuil, où elle avait créé la Maison des femmes.
Elle vous recevait volontiers dans son petit appartement acquis en 1974 et vous racontait ses luttes de l’époque (après son divorce en 1969) et les avortements clandestins qu’elle pratiquait sur sa grande table en bois en tant que membre du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception). Sa notoriété s’était accrue en 2012 avec le documentaire de Sebastien Lifshitz, Les Invisibles (dont elle était une protagoniste, revendiquant fièrement son homosexualité), mais surtout avec le lancement de son dernier projet, la Maison des Babayagas, un lieu de vie «autogéré, citoyen, féministe, laïc et solidaire» conçu pour des femmes âgées aux faibles revenus.
Une «utopie réaliste» concrétisée en 2013, après quatorze ans passés à batailler pour obtenir un terrain de la ville de Montreuil, puis des financements publics et, surtout, l’adossement à l’office HLM local (un exploit et une première). Le projet pensé par Thérèse Clerc et deux autres cofondatrices était ambitieux: il devait permettre à des retraitées modestes de vivre indépendantes le plus longtemps possible, chacune consacrant une part de son temps à la collectivité, selon des principes édictés par une charte. Mais l'objectif était aussi de «rester intelligentes» via, notamment, la création d’Unisavie (l’UNIversité du SAvoir des VIEux), sorte d’université populaire au sein de la Maison des Babayagas.

Quand les “mémés” d'un Ehpad d'Audincourt s'éclatent dans un clip plein d'humour

Résultat de recherche d'images pour "france 3 bourgogne franche comté"


Un clip musical plein d'humour vient d'être diffusé sur les réseaux sociaux. Il met en scène des résidentes d'un Ehpad du Pays de Montbéliard, dans des saynètes insolites et drôles ! Découvrez-le dans cet article. 


Ce que soigner veut dire

Paris, le samedi 5 mai 2018 – Il y a la crise de l’hôpital bien sûr. Systémique, profonde, angoissante. Il y a le marasme de la médecine libérale. Systémique, profond, inquiétant. Il y a les vides philosophiques : les patients qui s’inventent des scandales, les scandales qui n’intéressent personne. Il y a l’accompagnement de la fin de vie, l’accès des couples de femmes à la PMA : tous ces grands débats résumés par des formules neutres. Et il y a chaque jour ouvrir la porte de son cabinet, enfiler sa blouse, accueillir les patients et refermer la porte. Qu’est-ce que soigner veut dire ? Ils nous racontent encore souvent cela les médecins blogueurs quand ils trouvent le temps de jeter quelques lignes sur leurs journaux (pas intimes mais intimistes) virtuels. Et que disent-ils ? Que malgré les impératifs budgétaires qui les étranglent, malgré les contraintes administratives, malgré le poids des protocoles aveugles, soigner demeure d’abord : écouter. Entendre les silences de celui qui s’inquiète, prendre le temps de soulever les questions qui harcèlent, expliquer, tendre une main, faire le lien entre la souffrance et un espoir possible, même infime, quel qu’il soit.

Drôle de consultation en 2984, le récit futuriste (et un peu inquiétant) d’un médecin écrivain

Stéphane Long
| 05.05.2018



2084

Crédit Photo : PHANIE

À quoi ressemblera une consultation dans un avenir lointain ? Le Dr Jean-Pierre Brunet en fait le récit dans une nouvelle futuriste que « le Quotidien » reproduit intégralement. Le titre de ce texte, « La téléconsultation », annonce la couleur sur l’évolution des relations entre le médecin et son patient, mais la suite réserve quelques surprises savoureuses.
L’action se déroule en 2984 (clin d’œil au roman de George Orwell, 1984). Le Dr Brunet transpose dans le futur, avec beaucoup de talent, quelques problématiques bien contemporaines de notre système de santé.

"Le rapport Couty nous a surpris sur sa sévérité", Jacqueline Hubert (directrice générale du CHU de Grenoble)

Résultat de recherche d'images pour "france bleu"
Par Julien Morin     4 mai 2018

Visé par un rapport accablant commandé par le ministère de la Santé, le CHU de Grenoble réagit. Non, le management "n'est pas déshumanisé" pour Jacqueline Hubert, la directrice générale. La direction présentait toutefois un plan, vendredi, visant à l'amélioration des conditions de travail.

Jacqueline Hubert (au centre), directrice générale du CHU de Grenoble
Jacqueline Hubert (au centre), directrice générale du CHU de Grenoble © Radio France - Julien Morin


Après les attaques, le CHU de Grenoble réagit. Après quatre mois de discussion avec les personnels, la direction a présenté vendredi son très attendu plan d'action visant à l'amélioration des conditions de travail. Un mal être pointé par le rapport Couty, le médiateur national chargé de l'enquête. Accusations de harcèlement, de recherche permanente de la rentabilité, des cas de souffrance au travail, de burn-out, d'arrêts maladie et de démissions, cristallisés par le suicide d'un neurochirurgien en novembre 2017. Restée jusque là silencieuse, la directrice générale Jacqueline Hubert s'est exprimée.

Quelle réaction au rapport Couty ?

"Je ne vais pas vous dire que ce rapport nous a laissé indifférent. Nous avons été surpris sur sa sévérité, sur le fait qu'il est exprimé des choses assez fortes (...), il y a eu beaucoup de souffrances au CHU suite à sa parution. Sur les accusations de management déshumanisé, je m'inscris en faux. J'ai une longue expérience hospitalière, j'ai travaillé dans tous les secteurs, je m'inscris en faux. Je pense que l'on essaye d'être près de nos personnels, près de nos cadres, près de nos syndicats."

vendredi 4 mai 2018

Psychiatrie : Saint-Egrève dans la nuit hospitalière

Par Eric Favereau, Envoyé spécial à Saint-Egrève (Isère)  




Après un meurtre commis par un patient en 2008, l’établissement s’était vu promettre des moyens, qui ne sont jamais arrivés. Face aux lits supprimés et à un phénomène d’engorgement, des médecins sont partis, d’autres tentent d’exercer malgré les difficultés.

L’hôpital psychiatrique de Saint-Egrève, en Isère, est un parfait symptôme des limites des politiques publiques : on y retrouve un condensé des impasses actuelles avec d’un côté une volonté de fermer des lits à tous crins et de l’autre un manque de moyens criants. Et, au milieu, des professionnels de la santé qui désertent…

Faut-il être fou pour créer ?

LE JOURNAL DE LA PHILO par Géraldine Mosna-Savoye
03/05/2018
6 MIN

Dali, Artaud, Van Gogh, Niki de Saint-Phalle… comment être assez fou mais pas trop pour créer ?
Salvador Dali,  posant au côté de son tableau intitulé "L'âme politique de Picasso" (1953)
Salvador Dali, posant au côté de son tableau intitulé "L'âme politique de Picasso" (1953) Crédits : STF - AFP
La création et la folie aujourd’hui grâce à ce livre du psychiatre et psychanalyste Thierry Delcourt qui sort aujourd’hui-même, aux éditions Max Milo : La folie de l’artiste, créer au bord de l’abîme. Thierry Delcourt s’était déjà penché sur la création, avec un livre consacré à Carolyn Carlson (De l’intime à l’universel, Actes Sud, 2015) et un autre : Créer pour vivre – Vivre pour créer (l’Âge d’Homme, 2013), mais cette fois-ci, ce n’est pas la vie ni l’universel qui l’intéressent : mais, au contraire, la création à partir de cas singuliers, qui frôle l’abîme, la folie, la dépression ou le suicide.
1er cas : évidemment, Salvador Dali… Avec lui, le lien entre folie et création paraît tomber sous le sens, tant il incarne l’artiste du délire, sans limites, ni surmoi, ni vernis social. Pourtant, la folie de Dali n’a rien à voir avec celle si classique de l’artiste maudit, tel Van Gogh ou Camille Claudel, ou avec celle, clinique, d’un Francis Bacon ou d’un Jean-Michel Basquiat… 

Une nouvelle unité de soins sans consentement est inaugurée en Haute-Saône à Saint-Rémy

L'Association hospitalière de Bourgogne-Franche-Comté (AHBFC) a inauguré, le 27 avril, les locaux de sa nouvelle unité de soins sans consentement et de crise à Saint-Rémy (Haute-Saône).

Le CH Esquirol de Limoges lance un projet de recherche pour former des aidants sur la schizophrénie

Un projet de recherche vient d'être lancé au CH Esquirol de Limoges (Haute-Vienne), à l'initiative du pôle des usagers et de la direction des soins, intitulé "Information psycho-éducative brève dans la schizophrénie : pertinence et impact auprès des aidants", informe le CH spécialisé en psychiatrie le 27 avril dans un communiqué. Cette recherche vise à évaluer l’effet d’une séance d’information brève sur la schizophrénie destinée aux aidants des personnes souffrant de cette pathologie. L'établissement signale notamment que ces aidants "présentent une moins bonne qualité de vie, plus de comorbidités liées au stress, plus de consommation de soins de santé que les non-aidants et les aidants d’autres pathologies".

Courrier « dicté », chaos au cabinet, polémiques : les aventures rocambolesques des médecins du président Trump

Marie Foult
| 02.05.2018




  • trump
Crédit Photo : AFP

Rien ne va plus pour les médecins de Donald Trump. Mardi, la Maison Blanche a dû démentir les allégations de l'ancien médecin de Donald Trump, le Dr Harold Bornstein, selon lequel des proches du président américain ont provoqué « le chaos » l'an dernier dans son cabinet médical.
Ex-médecin new-yorkais du président, le Dr Bornstein a fait ces révélations dans un entretien diffusé mardi par la chaîne NBC. Selon lui, en février 2017, quelques jours après avoir dit au « New York Times » que Donald Trump prenait des médicaments pour favoriser la repousse des cheveux, trois proches du milliardaire (dont son garde du corps et un avocat) auraient débarqué à son cabinet et se seraient emparés de tous les dossiers concernant le président.

Henri Atlan dans le cerveau de Spinoza

Le biologiste et philosophe relit l’« Ethique » à la lumière des récents résultats des sciences cognitives.

LE MONDE DES LIVRES  | Par 

Cours de philosophie biologique et cognitiviste. Spinoza et la biologie actuelle, 
d’Henri Atlan, Odile Jacob, 636 p.

Spinoza.

Spinoza est à la mode. Celui dont Hegel raillait la « splendeur orientale » et dont Heidegger prononçait à peine le nom est aujourd’hui un totem des nouvelles radicalités, un ultra-contemporain. Cette popularité laisse rêveur, quand on sait que ce penseur amstellodamois (1632-1677) n’a produit qu’une œuvre relativement brève, qui aurait fort bien pu être rangée dans le corpus des « petits cartésiens », malgré d’autres influences (celle de Maïmonide par exemple).

Un coup d’œil à ses traités politiques, loin de révéler en lui un prérévolutionnaire, montre qu’il perpétue l’attitude hautaine des classiques vis-à-vis d’un peuple considéré comme indécrottablement empreint de superstitions, plus à contenir qu’à affranchir, et que, quand il théorise la liberté de penser, il ne la destine qu’à une poignée de philosophes. Ses œuvres principales nous mènent donc loin de Nuit debout et des insurgés qui ont fait de Spinoza un drapeau.

En France, l’école spinoziste est ancienne. Depuis l’excellent commentaire de l’Ethique dû à Martial Guéroult (1891-1976 ; Aubier, 1968-1974), certains tenants de la « pensée critique », Gilles Deleuze au premier chef (Spinoza et le problème de l’expression, Minuit, 1968), se sont penchés sur cette philosophie. La réflexion s’est déplacée, au XXe siècle, vers une interprétation centrée sur la politique. Elle est menée par les anciens élèves de Louis Althusser, marxistes ou postmarxistes, comme Pierre Macherey ou Etienne Balibar.

« Il faut donner les moyens de remplir leurs missions à ceux qui luttent contre toutes les formes d’exclusion »

Dans une tribune au « Monde », Eric Blanchet, directeur de Ladapt, estime que le gouvernement ne peut prôner « en même temps » une vision inclusive de la société et demander d’économiser les moyens financiers et humains dans le domaine de la santé.

LE MONDE  | Par 

Tribune. Depuis le début de l’année, les personnels des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et des hôpitaux sont mobilisés pour protester contre leurs conditions de travail de plus en plus difficiles, qui engendrent une dégradation de la qualité de l’accueil et des soins dispensés. Le face-à-face tendu entre le président de la République et des soignants du CHU de Rouen, le 5 avril, symbolise l’incompréhension entre un personnel réclamant des moyens humains et financiers, et un gouvernement lui opposant une logique gestionnaire de réduction de la dette. Or c’est cette logique de la performance, à travers une gestion déconnectée des besoins sanitaires et sociaux, qui a conduit à une telle situation.

Schizophrénie : une campagne pour lutter contre les idées fausses

| 04.05.2018


Pour changer le regard sur la schizophrénie et la déstigmatiser, la fondation Pierre Deniker lance une campagne télévisée du 2 mai au 15 mai, déclinée sur le web (via les réseaux sociaux et le site internet de la fondation) tout au long du mois de mai. 
Des vidéos mettent en scène le quotidien d'Alexis, 20 ans, qui se retrouve parfois piégé dans une autre réalité (symbolisée par le port d'un casque virtuel). Le choix a été fait de rendre visuelles les hallucinations, souvent auditives, pour mieux rendre tangible cette altération de la perception. 
Les schizophrènes et leur entourage « doivent faire face au regard méfiant, négatif de la société qui véhicule une image caricaturale et violente » de la maladie, souligne dans un communiqué le Pr Raphaël Gaillard, président de la Fondation Pierre Deniker. Les personnes atteintes de schizophrénies sont 7 fois plus victimes d'agressions que la population générale, selon un rapport publié en 2011 par la Haute autorité de santé (HAS).

Vers une pénurie d’infirmiers ?

03 mai 2018

Une étude du ministère de la Santé estime qu’avec le vieillissement de la population et le développement du maintien à domicile, il va manquer cruellement d’infirmiers dans les années à venir.

Va-t-on bientôt voir des territoires sans infirmier ? Bien qu’ils soient 575 000, les besoins en personnels vont continuer de croître fortement, notamment avec le développement du maintien à domicile voulu par le ministère de la Santé. Et surtout parce que les plus de 75 ans vont passer de 9 % de la population à 15 % en 2040. Or, passé cet âge, un patient consomme 27 fois plus de soins que les moins de 65 ans !

Médecins, infirmiers : la démographie française à la loupe

Résultat de recherche d'images pour "la voix de l'ain"
  • 03/05/2018

Combien de médecins exercent en France ? Comment évolue cette profession (sexe, âge…) ? Et qu’en est-il du métier d’infirmier ? Ce 3 mai, la DREES répond à ces questions de santé publique. Et propose un outil de projection pour « prédire » le niveau d’accès aux soins dans les décennies à venir à travers l’Hexagone. Dans ses deux études […]

Combien de médecins exercent en France ? Comment évolue cette profession (sexe, âge…) ? Et qu’en est-il du métier d’infirmier ? Ce 3 mai, la DREES répond à ces questions de santé publique. Et propose un outil de projection pour « prédire » le niveau d’accès aux soins dans les décennies à venir à travers l’Hexagone.
Dans ses deux études publiées ce 3 mai, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) traite de la démographie :
Des médecins. Au 1er janvier de cette année, « la France comptait 226 000 médecins en activité, soit 1 500 de plus qu’en 2017 et 10 000 de plus qu’en 2012 ». Parmi les 226 000 professionnels, on compte 102 000 généralistes et 124 000 spécialistes. Les spécialités « qui regroupent les effectifs les plus importants sont la psychiatrie, l’anesthésie-réanimation, le radiodiagnostic et l’imagerie médicale ».
Autre point, plus de la moitié des médecins (57%) exercent en libéral : 46% exercent exclusivement dans ce secteur et 12% combinent l’activité libérale et salariée.

La religion face au suicide

Résultat de recherche d'images pour "protest info"
  • 04 mai 2018
Le Congrès du Graap
Pendant des siècles, les Églises catholique et protestante ont violemment condamné le suicide. Eric Rutgers dont le fils s’est donné la mort témoigne de son expérience au regard des traditions chrétiennes. Une prise de parole dans le cadre du 29e Congrès du GRAAP sur le thème «Le suicide, osons en parler!»

Par Laurence Villoz
«Pour chaque suicide, cinq à dix personnes sont touchées par un deuil sévère et pourtant une chape de silence persiste sur ce sujet.» Eric et Jacqueline Rutgers ont perdu leur fils Pascal, qui s’est suicidé en automne 1982 à l’âge de 18 ans et demi. «La mort de notre fils nous a conduits à devenir des experts dans l’accompagnement des personnes endeuillées», explique Eric Rutgers, intervenant au 29e Congrès du Group d’accueil et d’action psychiatrique (GRAAP) sur la thématique «le suicide, osons en parler!»