Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 26 mai 2018

Et si la démarche qualité était la mort de la qualité ?

Paris, le samedi 26 mai 2018 – Le malaise traversé par l’hôpital public, qui concerne tout autant la souffrance des professionnels de santé que la dégradation de la prise en charge des patients, occupe une place majeure non seulement dans les médias mais aussi dans les préoccupations du gouvernement. Pour y répondre, des pistes sont avancées, parfois présentées dans un verbiage qui trahit une certaine incertitude, voire une interdiction. On parle par exemple de "certification", de "procédures de contrôle", de "démarche qualité". Au-delà du fait que ces formules demeurent souvent creuses, de telles perspectives inquiètent. Si le diagnostic est partagé, le traitement divise. Faut-il réellement renforcer les "démarches qualité" et les "procédures" en tous genres pour guérir un hôpital qui semble déjà tant souffrir du carcan administratif ?

Une agonie de qualité

En guise de réponse, le docteur Laurent Vercoustre propose sur son blog Focale hébergé par Le Quotidien du médecin une anecdote éclairante. Le gynécologue obstétricien évoque la visite peu avant son départ à la retraite d’un inspecteur de la Haute Autorité de Santé (HAS) dans le cadre de « la phase 3 du processus d’accréditation » de son établissement, autant de termes dont le docteur Laurent Vercoustre reconnaît qu’ils le déconcertent. « Sa seule question fut : "et chez vous comment ça se passe pour les fins de vie ? ". Je le regardai éberlué, il me posait cette question, comme un inspecteur des ventes d’une grande surface aurait demandé à son vendeur si le dernier modèle d’écran plat se vendait bien.

Samu : quand la défiance s’installe




Paris, le jeudi 17 mai 2018 - C’est désormais inévitable. Tout fait divers marquant s’accompagne d’une déferlante de témoignages évoquant des situations similaires. Tout se passe comme si tous voulaient appartenir à cette expérience collective de la manifestation du malheur. « Moi aussi… » est le début de tous ces récits. Les médias traditionnels participent à ce chœur en lançant des appels à témoignage. L’affaire Naomi Musenga ne pouvait échapper à une telle tendance et c’est ainsi que des centaines de personnes ont raconté comment ils avaient été éconduits, parfois brusquement, par des agents régulateurs du Samu (médecins ou non) et comment la fatalité n’avait pas toujours pu être évitée. Bien sûr on ne racontera pas toutes ces fois où l’agent du Samu rassure, envoie immédiatement une ambulance médicalisée, passe un interlocuteur médecins qui saura poser les questions les plus pertinentes. On racontera encore moins toutes ces fois où l’on a appelé en pleurant, convaincu d’une gravité exceptionnelle, et où finalement le diagnostic de grippe ou de gastro-entérite s’est imposé. 

Urgences à Paris : vive Kafka !

| 26.05.2018


Corine Katz est rédactrice, traductrice et auteur d’adaptations de films et documentaires, de nouvelles... En pleine polémique sur les urgences, elle témoigne de sa mésaventure en février dernier, lors de la vague de froid à Paris. Multifracturée, suite à une chute sur le sol glacé, elle raconte les urgences parisiennes bondées où affluaient les nombreuses victimes des intempéries et le parcours du combattant qu’elle a mené à l'époque...
« Je n’en veux absolument pas à Cochin qui n’a pas pu m’opérer », explique-t-elle avec le recul. Simplement, ces budgets coupés à l’hôpital me révoltent. À travers ce texte, j’ai voulu dénoncer aussi l’incurie politique », la Ville de Paris n’ayant pas mis, selon elle, les moyens qu’il aurait fallu pour rendre accessibles ce soir-là stations de métro et trottoirs.

Alzheimer : la HAS publie un guide pour le diagnostic et le parcours de soins avant un possible déremboursement des anti-Alzheimer

| 25.05.2018


La Haute Autorité de santé (HAS) publie ce 25 mai un guide consacré au parcours de soins de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée (MA), qui souligne le rôle du généraliste et insiste sur la coordination entre les acteurs. 
« C'est un sujet capital qui concerne beaucoup de monde (entre 850 000 à un million de personnes selon les sources, N.D.L.R.) ; ces maladies restent sous-diagnostiquées ou diagnostiquées tardivement, les dispositifs sont mal connus des professionnels et des familles », a dit la Pr Dominique Le Guludec, présidente de la HAS.

UN JOUR AVEC... Arnaud, infirmier aux urgences

Résultat de recherche d'images pour "france info télé"
  • Publié le 
Le quotidien d'un urgentiste au CHU de Saint-Denis de La Réunion
© Réunion la 1ère
© RÉUNION LA 1ÈRE
  •  “ Un jour avec Arnaud, infirmier au CHU de Saint-Denis ”.


« TOUT ENSEIGNANT EST ENSEIGNÉ, TOUT ENSEIGNÉ EST ENSEIGNANT »

Logo Le nouveau magazine littéraire
25/05/2018

Elle a filmé les initiatives individuelles d'enseignants dans son documentaire « Une idée folle ». Judith Grumbach puise dans ces exemples l'espoir d'une pédagogie nouvelle, à l'écoute de la jeunesse.

_Q8B0558

Judith Grumbach  Réalisatrice du documentaire « Une idée folle » (Ashoka France/Horizons Productions).

Transcription :
« Être enseigné », je vous avoue que j’ai un peu bloqué sur ces deux mots avant d’écrire ce texte, parce que cette formulation me paraissait un peu absurde, particulièrement sa forme passive. Ça m’a fait penser à mes cours de physique au lycée. J’ai le souvenir assez précis qu’on a tenté de m’enseigner la physique en classe de seconde. En revanche, je n’ai aucun souvenir d’avoir appris quoi que ce soit. On peut être enseigné sans apprendre, mais on apprend aussi très souvent sans être enseigné. 
Personne ne vous a expliqué le fonctionnement anatomique de vos membres inférieurs avant que vous ne fassiez vos premiers pas. Personne ne vous a non plus enseigné la grammaire avant que vous ne composiez vos premières phrases. On apprend tous, tous les jours, seul, en groupe, en famille, on apprend en lisant, par l’expérience. On apprend en discutant, et même parfois par hasard, ou sans le savoir.

La fatigue, un mal contemporain avec Eric Fiat et Dalibor Frioux

LA GRANDE TABLE (2ÈME PARTIE) par Olivia Gesbert
25/05/2018
34 MIN

Pourquoi sommes-nous si fatigués, pourquoi burn-outons nous ? Pour élucider ce mal du siècle, Éric Fiat, qui publie "Ode à la fatigue" et Dalibor Frioux qui publie "Eloge du sommeil à l’usage de ceux qui l’ont perdu".
Gravure du XIXe : hypnose ou sommeil hypnotique : phase de la catalepsie induite grace a une suggestion, la raideur caracteristique du corps.
Gravure du XIXe : hypnose ou sommeil hypnotique : phase de la catalepsie induite grace a une suggestion, la raideur caracteristique du corps. Crédits : ©The Holbarn Archive/Leemage - AFP
Trouble du sommeil, fatigue chronique, insomnie… Si vous ressentez l’un de ces maux, cette émission est pour vous !

Sur la télémédecine, la CNAM et le SML souhaitent accélérer, la FMF freine des quatre fers

Camille Roux
| 25.05.2018



Téléconsultation
BURGER/PHANIE

La CNAM espérait signer l'avenant conventionnel numéro 6 sur la télémédecine avant l'été. Cette ambition est aujourd'hui fragilisée. Si le SML du Dr Vermesch a annoncé ce vendredi qu'il signerait l'avenant pour « amorcer le dispositif » (91 % de son conseil d'administration ayant voté pour), la FMF demande encore des améliorations. Le syndicat du Dr Jean-Paul Hamon a en effet demandé à Nicolas Revel hier jeudi de rouvrir une séance de négociations supplémentaire, faute de quoi elle ne signerait pas.

Santé+ Magazine, un site emblématique de la « mal-information » sur la santé

Résultat de recherche d'images pour "les décodeurs"
Le site - parmi les plus populaires sur Facebook en France - diffuse régulièrement des affirmations fausses ou déformées, sans réel souci de vérification.

LE MONDE  | Par 

Page Facebook de Santé+ Magazine.
Page Facebook de Santé+ Magazine. Capture d’écran

Jad Therapeute est peut-être l’un des auteurs les plus influents en matière de santé auprès des internautes français en 2018. Que vous soyez en quête d’une solution pour éliminer de disgracieuses taches brunes sur le visage, de conseils pour perdre du ventre ou d’astuces pour arrêter de fumer, vous tomberez rapidement sur l’un de ses articles en faisant une recherche en ligne.

Pourtant, Jad Therapeute n’existe pas. Il s’agit d’un pseudonyme. Au même titre que Noam Therapie, Adam Yoga, William Krasowsky ou Inès Sebban, que l’on peut trouver en signatures d’articles du site Santeplusmag.com, plus connu sous le nom de Santé + Magazine (à ne pas confondre avec Santé Magazine, qui est une autre publication sans lien avec celle-ci).

vendredi 25 mai 2018

L’invention de la vieillesse

En dénonçant la « ghettoïsation » des personnes âgées dans les Ehpad, le Comité d’éthique a relancé le débat sur le vieillissement. comment cette question, qui relevait jusqu’au XIXe siècle de la sphère privée, est-elle devenue un enjeu majeur de solidarité nationale ?

LE MONDE IDEES  | Propos recueillis par 
Dans un avis publié le 16 mai, le Comité consultatif national d’éthique dénonce la « ghettoïsation » des personnes âgées dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ­ (Ehpad). « L’institutionnalisation des personnes âgées dépendantes et leur concentration entre elles génèrent des situations parfois indignes, qui sont source d’un sentiment d’indignité de ces personnes, écrit le comité. Leur exclusion de fait de la société, ayant probablement trait à une dénégation collective de ce que peuvent être la vieillesse, la fin de la vie et la mort, pose de véritables problèmes éthiques, notamment en termes de respect dû aux personnes. »

Mai 68, année érotique... et docu sexy de France 3

Le Journal des femmes
24/05/18 


Résultat de recherche d'images pour "Mai 68, année érotique... et docu sexy de France 3"Résultat de recherche d'images pour "Mai 68, année érotique... et docu sexy de France 3"

France 3 propose vendredi 25 mai à 22h35 un documentaire intitulé "68, année érotique" qui s'intéresse à la libération sexuelle survenue au cours de cet épisode révolutionnaire. Découvrez la bande-annonce.

Bras de fer entre médecins intérimaires et directions hospitalières

Paris, le mercredi 23 mai 2018 – Ils ont été longtemps présentés comme un mal certes nécessaire, mais à combattre. Aujourd’hui, ils veulent rappeler à quel point ils sont nécessaires.

Au fil des ans, les directions hospitalières ont été de plus en plus souvent contraintes de recourir à des médecins intérimaires pour assurer le fonctionnement de différents services. Dans certaines spécialités, la multiplication des postes vacants a en effet conduit à transformer une solution palliative en une méthode de gestion des effectifs. Tous les établissements sont concernés et dans certains la situation atteint des niveaux difficilement imaginables pour le grand public. « Certains services ne se maintiennent ouverts qu’en recrutant 100 % de remplaçants » avait assuré en 2013 Nicolas Longeaux président de la Commission médicale d’établissement de l’hôpital de Saint-Gaudens au moment de la publication par le médecin et député Olivier Véran d’un rapport sur le sujet. 

Les soignants enfermés de Gaza

, le 

Le personnel médical de Gaza a pris en charge les milliers de blessés des « marches du retour ». Malgré les difficultés logistiques et financières. Des Palestiniens de Médecins du monde ont accepté de parler de leur quotidien professionnel et personnel.

Des médecins et des manifestants palestiniens transportent sur un brancard un homme blessé lors des heurtsavec l’armée israélienne, le 14 mai, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.
ZOOM 
Des médecins et des manifestants palestiniens transportent sur un brancard un homme blessé lors des heurts
avec l’armée israélienne, le 14 mai, à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. / Khaled Omar/Xinhua/MaxPPP

Ils sont médecins, infirmiers, psychologues, salariés ou bénévoles. Depuis fin mars, ils ont porté secours aux « marcheurs » de Gaza qui veulent alerter le monde sur l’enfermement des deux millions d’habitants de cette bande de 40 kilomètres de long. Les Palestiniens ont acquis une solide réputation dans le monde entier de compétence médicale. Ils entendent la conserver, malgré le blocus israélien.

Stérilité, dépression, cancer… cinq idées reçues sur l’avortement

Résultat de recherche d'images pour "les décodeurs"
Stérilité, dépression, cancer… Les partisans de l’interdiction de l’IVG mettent en avant le risque de séquelles à vie, le plus souvent sans fondement.

LE MONDE | Par 
Des militantes en faveur de l’abrogation de l’amendement interdisant l’IVG manifestent à Dublin, le 23 mai, déguisées en personnages de la série « La Servante écarlate ».
Des militantes en faveur de l’abrogation de l’amendement interdisant l’IVG manifestent à Dublin, le 23 mai, déguisées en personnages de la série « La Servante écarlate ». Niall Carson / AP


« J’ai avorté, je pleure tous les soirs et je suis désormais stérile »« mon IVG m’a rendue dépressive », « je refuse d’avorter car je crains le cancer »… les témoignages – anonymes et négatifs – relayés par la page Facebook « IVG : vous hésitez ? Venez en parler » se suivent et se ressemblent. Cette page Facebook tenue par des militants contre l’interruption volontaire de grossesse (IVG), à laquelle nous avions consacré une enquête, propage nombre d’idées reçues et de fausses informations sur l’avortement. Alors quel’Irlande se prononce par référendum, vendredi 25 mai, sur l’abrogation d’un amendement à la Constitution interdisant l’IVG, nous avons recensé les plus répandues de ces idées reçues.


Accès à l'IVG : dans le monde, un droit toujours entravé

24 mai 2018






Infographie SixPlus


Alors que l'Irlande se prononce ce vendredi par référendum sur la libéralisation de l'avortement, tour d'horizon de la situation mondiale en la matière.