Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 14 novembre 2020

Profession femme photographe

LE 10/11/2020

À retrouver dans l'émission

LA GRANDE TABLE CULTURE

par Olivia Gesbert


L'historienne Luce Lebart co-signe "Une histoire mondiale des femmes photographes" (Textuel), qui redonne la parole et de la visibilité à ces artistes. Dialogue avec une grande dame de la photographie, Sabine Weiss, lauréate du Prix Women in Motion 2020 pour la photographie.

Sabine Weiss
Sabine Weiss Crédits : Loic Venance - AFP

Historienne de la photographie et commissaire d’exposition fascinée par les fonds photographiques oubliés et mal-aimés, Luce Lebart est correspondante pour Archive of Modern Conflict, la plus vaste collection de photos privées du monde. Elle a notamment écrit Les Grands Photographes du XXe siècle chez Larousse en 2017. 

Le livre qu'elle co-signe aujourd'hui avec Marie Robert et 160 chercheuses du monde entier s'intitule Une Histoire mondiale des femmes photographes (Textuel). Il présente près de 300 femmes ayant marqué la photographie depuis son origine à aujourd'hui et à travers le monde. Anthologie et livre d'art, ce livre est né du soutien de Kering ainsi que du prix Women in Motion. Un travail qui interroge la postérité des artistes femmes dans le domaine de la photographie, où leurs noms sont encore bien souvent oubliés à côté d'un panthéon masculin. 

On y découvre en premier lieu Anna Atkin, botaniste britannique et première femme photographe utilisant, pour réaliser son herbier, le cyanotype, mais aussi Hou Bo, contemporaine de Sabine Weiss ayant photographié Mao Zedong et la période rouge chinoise, ou encore, plus récemment, Donna Ferrato, qui s'empare de la question des violences conjugales dans son travail.

Il s’agit de compléter l’histoire de la photographie. En France en particulier, les femmes y sont peu visibles. L’idée est de leur redonner une place, de donner des bases pour faire une histoire plus juste, plus équilibrée. (Luce Lebart)

Il y a notamment toute une histoire de la dépréciation du rapport à la technique des femmes. Or, beaucoup de femmes trouvent dans l’outil photographique et dans leur maîtrise de cette technique un moyen d’émancipation et d’engagement, notamment pour défendre des causes. On a ainsi plusieurs femmes qui sont de véritables lanceuses d’alerte. (Luce Lebart)

Signalons un autre livre paru le mois dernier sur le même sujet : Femmes photographes, chez Acte Sud (octobre 2020).

Petite gitane et Manitas de Plata aux Saintes-Maries-de-la-Mer, 1960
Petite gitane et Manitas de Plata aux Saintes-Maries-de-la-Mer, 1960 Crédits : Sabine Weiss

Lire la suite et écouter le podcast ...


Les vivants, les morts et les marins [1] Entretien sur le soin avec Claire Marin


 



Les vivants, les morts et les marins [1] | Cairn.info

A

liénor Bertrand : Vous avez publié coup sur coup deux livres successifs sur un même sujet, Hors de moi en février 2008 et Violences de la maladie, violence de la vie en mars de la même année. Ces deux livres relèvent de deux genres très différents, le récit autobiographique et l’essai philosophique. La relation complexe que le lecteur découvre entre ces deux textes n’est vraiment explicitée dans aucun des deux. Pourriez-vous préciser en quoi vos approches philosophiques et littéraires de la maladie se complètent ou s’opposent ?

Claire Marin : Elles se complètent et s’opposent à la fois. À première vue, elles s’opposent dans la mesure où Hors de moi livre dans toute sa violence l’expérience à la première personne d’une épreuve, la dépossession que subit le malade, le trouble que la maladie jette sur les questions du sens, l’évidence de l’existence, alors que Violences de la maladie est une analyse progressive des représentations philosophiques qui tentent de désamorcer ou de minimiser la réalité de la violence de la maladie et des phénomènes du vivant lorsqu’ils s’exercent au détriment de la santé et de l’intégrité du sujet. On pourrait dire schématiquement que le moteur de Hors de moi est la colère et l’indignation face à une situation toujours vécue comme injuste et face à des relations humaines souvent décevantes, alors que Violences de la maladie est une approche plus rationnelle, un questionnement sur la légitimité de certains choix de la philosophie dans l’interprétation de ce qu’est l’expérience de la maladie et une critique de la manière dont elle l’évite dans sa réalité phénoménale. Dans Hors de moi, le narrateur est « embarqué » et parle en son nom, sans forcément représenter l’ensemble des malades, même si beaucoup semblent s’y retrouver ; dans Violences de la maladie, l’analyse est plus distante et tente de livrer des éléments de pensée qui dépassent l’expérience personnelle. On pourrait penser pour cette raison que Hors de moi a été rédigé avant Violences de la maladie, comme si la distance apparaissait une fois la colère apaisée. En réalité, c’est l’inverse : c’est parce que la colère apparaissait comme un élément essentiel dans l’expérience de la maladie, et dans ce qu’il faut bien appeler son « dynamisme », qu’il a fallu écrire le récit qui en restitue la genèse et, je l’espère, la force vitale. C’est parce que la philosophie aborde peu cette colère du malade, contrairement à la littérature, que je me suis tournée vers le récit pour essayer de la restituer. En fait, Hors de moi permet de comprendre ce qui donne l’élan à l’analyse plus théorique présentée par Violences de la maladie.

Lire la suite ...


Le Sénat pérennise les maisons de naissance et leur offre des garanties renforcées

Fichier:Public Sénat Logo.svg — Wikipédia 

Par Guillaume Jacquot   LE 13 NOV 2020

https://www.publicsenat.fr/sites/default/files/styles/pse_accueil_entete/public/medias/2020/11/youtube-ymyyourboke.jpg?itok=OoOf_bIi

Les sénateurs ont adopté l’article 30 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale qui vise à conserver et développer les maisons de naissances, jusque-là en phase d’expérimentation. Des amendements ont été introduits en faveur de leur indépendance ou encore de la sécurité de leur emplacement.



vendredi 13 novembre 2020

Élisabeth Badinter : “Être une bonne mère ? C’est se demander ce qu’on a raté”

Élisabeth Badinter, propos recueillis par Martin Legros publié le  

Et si le conflit était le grand ressort de la condition féminine ? Conflit entre la femme, la mère, la citoyenne, conflit entre la puissance d’engendrer et la puissance d’agir dans le monde, conflit avec les hommes et entre femmes, mais conflits intérieurs aussi entre toutes ces dimensions de l’expérience féminine… C’est l’idée que ne cesse d’explorer la philosophe Élisabeth Badinter, en circulant avec autant de facilité que d’intelligence entre le XVIIIe siècle, pour lequel elle nourrit une véritable passion, et la transformation de la place des femmes dans le monde contemporain qui ne cesse de la solliciter. Après Le Conflit. La femme et la mère (Flammarion, 2010), où elle dénonçait la réassignation des femmes à leur corps et à la maternité, et après Le Pouvoir au féminin (Flammarion, 2016), consacré à l’invention par l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche d’une nouvelle souveraineté au féminin, voilà que Badinter poursuit l’enquête sur ce personnage historique sous l’angle de l’invention de la maternité moderne. Avant même que Rousseau n’invite les parents, dans l’Émile (1762), à prendre en charge directement l’éducation sensible de leurs enfants, voilà une femme, la plus puissante d’Europe, qui, la première fois peut-être dans les sphères dominantes de l’époque, fait de l’éducation la grande tâche de sa vie. Et découvre du même coup, comme tous les parents modernes, qu’elle est tiraillée par le sentiment du doute et de l’échec.

Dans un entretien passionnant, Élisabeth Badinter nous explique cette révolution des sensibilités. Mais elle déchiffre également ses répercussions dans le contemporain et les ambivalences du nouveau pouvoir féminin, en notre temps.

Lire la suite ...


TOUT FANON EN TROIS JOURS


 


Par Frédérique Roussel — 

A partir de sa brève rencontre avec Sartre en 1961, Frédéric Ciriez et Romain Lamy retracent en BD le parcours du penseur anticolonialiste.

Trois jours de discussions entre Fanon et Sartre, à Rome en août 1961.
Trois jours de discussions entre Fanon et Sartre, à Rome en août 1961. La Découverte

Août 1961, Frantz Fanon arrive à Rome. A l’aéroport l’attendent Simone de Beauvoir et Claude Lanzmann. Il vient voir Jean-Paul Sartre en vacances en Italie. Il aimerait que celui dont les écrits ont nourri sa pensée politique et dont il a apprécié Orphée noir, rédige une préface à ses Damnés de la terre«Demandez à Sartre de me préfacer, a-t-il écrit à son éditeur François Maspero en avril de la même année, en pleine rédaction de ce qui sera son dernier ouvrage. Dites-lui que chaque fois que je me mets à ma table, je pense à lui. Lui qui écrit des choses si importantes pour notre avenir, mais qui ne trouve pas chez lui des lecteurs qui savent encore lire et chez nous tout simplement des lecteurs.» Le philosophe a eu le manuscrit via Claude Lanzmann. La rencontre de visu entre les deux hommes va sceller l’engagement préfacier. Elle est le cadre temporel de cette biographie en forme de roman graphique.

Disparition de Christian Simatos par Elisabeth ROUDINESCO

 SIHPP 9 FÉVRIER 2020 - Bulletin de la société internationale d'histoire de  la psychiatrie et de la psychanalyse - Cifpr 

SOCIÉTÉ INTERNATIONALE D'HISTOIRE DE LA PSYCHIATRIE ET DE LA PSYCHANALYSE

Bulletin de la SIHPP

13 novembre 2020

Chers amis 

Nous apprenons la disparition de Christian Simatos.

Vous trouverez ci-dessous  un texte d'Elisabeth Roudinesco dans lequel elle  revient sur la vie de ce  grand clinicien, curieux de l'histoire du freudisme et des ses origines.

Bien à vous 

Henri Roudier


  Christian SIMATOS 

    Membre d’honneur d’Espace analytique, où il animait un séminaire avec Marielle David, Christian Simatos est mort des suites du COVID à l’âge de 90 ans, en toute lucidité et avec ce courage que chacun lui connaissait. Psychiatre de formation, excellent clinicien, esthète et aimant participer à la vie de la communauté psychanalytique avec toujours la grâce et l’élégance qui le caractérisaient, il appartenait à la quatrième génération française, celle qui n’avait pas participé directement aux deux scissions de 1953 et 1964. 

Psychiatrie et soins de suite : feu vert du Sénat pour le report des réformes de financement

Ouest-France  avec AFP

Publié le 

Du personnel médical aux côtés d’une patiente atteinte de troubles mentaux dans sa chambre de l’hôpital psychiatrique de Ville-Evrard à Saint-Denis, au nord de Paris, le 3 novembre 2020. (Photo d’illustration)

Le Sénat dominé par l’opposition de droite a donné son feu vert, ce vendredi 13 novembre, au report au 1er janvier 2022 des réformes des modes de financement des activités de psychiatrie et de soins de suite, en raison de la crise sanitaire.


Les sénateurs ont voté un amendement du gouvernement organisant ce report lors de l’examen en première lecture du projet de budget de la Sécurité sociale.


Des réformes qui « seront bien au rendez-vous », mais plus tard


« Il s’agit d’un simple report », dû à « la crise sanitaire et la 2e vague » de l’épidémie de Covid-19, a souligné la ministre chargée de l’Autonomie Brigitte Bourguignon. Elle a assuré que « toutes ces réformes seront bien au rendez-vous ».

« Nous avons engagé une modification en profondeur du mode de financement des établissements de santé. Il s’agit notamment de remplacer la tarification à l’activité par des modes de financement plus mixtes prenant davantage en compte la pertinence et la qualité des prises en charge », a rappelé la ministre.

Lire la suite ...


Marseille - Social et médico-social : "Nous ne sommes pas des sous-agents"

Par N.T.   13/11/2020

Les agents hospitaliers du social et médico-social dénoncent "une mesure injuste".

Les agents hospitaliers du social et médico-social 

dénoncent "une mesure injuste".

PHOTO N.T.

Ils sont les agents hospitaliers de la protection de l'enfance, de la psychiatrie, du handicap. Ils sont infirmiers, éducateurs spécialisés... Tout ce qui relève du social et médico-social en milieu hospitalier. Et ils sont "exclus du complément de traitement indiciaire issu du Ségur de la santé", déplore Guillaume Algrin, secrétaire général CGT des hôpitaux Sud.

Explication : les accords du Ségur ont conclu à la revalorisation des métiers des établissements de santé et des Ehpad et à l'attractivité de l'hôpital public. Ainsi, tous les personnels des établissements hospitaliers et des Ephad peuvent compter sur une augmentation de 183 euros nets mensuels. Tous, "sauf le social et le médico-social, ce qu'on peut appeler une injustice caractérisée".

Lire la suite ...


Elles X Paris Photo : la magie de Sara Imloul

 Fichier:Logo Fisheye Magazine.jpg — Wikipédia

ANAÏS VIAND le 13 novembre 2020

Parcours Elles X Paris Photo : la magie de Sara Imloul

Dans le cadre du parcours digital dédié aux femmes photographes Elles X Paris Photo, nous présentons, durant dix jours, les auteures mises en avant en vidéo. Sara Imloul s’exprime aujourd’hui sur son rapport à la magie et décrit sa pratique de la calotypie.


Cette année, pour pallier l’annulation de l’édition 2020 au Grand Palais à la suite des restrictions sanitaires, le ministère de la Culture présente, en association avec Paris Photo, et avec le soutien de Women In Motion – un programme de Kering – un parcours digital dédié aux femmes photographes, Elles X Paris Photo.

C’est Karolina Ziebinska-Lewandowska, conservatrice au cabinet de la photographie du Centre Georges-Pompidou, qui en a assuré le commissariat. Pour l’occasion, elle a réuni près de 40 femmes, jeunes, confirmées, peu connues ou ayant marqué l’histoire de la photographie. Le site présente l’ensemble des artistes du parcours, une trentaine d’interview écrites, ainsi que dix entretiens filmés. Y sont également publiées des infographies sur la place des femmes dans la photographie en France (d’après des études du ministère de la Culture).

Lire la suite et voir la vidéo ...