Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 28 novembre 2009





La psychiatrie malade de son enfermement

Par ÉRIC FAVEREAU Jean-Marie Delarue contrôleur général des lieux de privation de liberté

La contention des patients, sans véritable contrôle, est devenue quasi systématique dans les hôpitaux, au grand dam des personnels.


Les personnels soignants de la psychiatrie n’aiment pas en parler. Comme si c’était la caricature de leur travail. Comme si revenait le fantasme du film Vol au-dessus d’un nid de coucous avec ces psychiatres qui enferment leurs malades en toute impunité. Comme si, aussi, les profanes ne pouvaient pas comprendre.

Aujourd’hui, pourtant, la situation autour des mesures d’enfermement et de contention – c’est-à-dire des patients attachés – dans les hôpitaux psychiatriques est inédite en France. Est-ce le grand retour de l’enfermement ? Depuis la Seconde Guerre mondiale, en tout cas, on n’a jamais connu cela. Les chambres d’isolement et les mesures de contention se sont multipliées. Il y a vingt ans, elles étaient rarissimes, aujourd’hui elles sont partout, dans presque tous les services de psychiatrie publique. Il n’y a aucun chiffre officiel, mais, jusqu’aux plus hautes autorités sanitaires, nul ne s’en étonne, bien au contraire. Ces dernières justifiant sans complexe cette privation de liberté, qui se fait pourtant en dehors de tout contrôle juridique sérieux.


SÉCURITAIRE. En décembre 2008, juste après l’assassinat d’un jeune par un malade mental échappé de l’hôpital psychiatrique de SaintEgrève (Isère), Nicolas Sarkozy avait tenu un discours uniquement sécuritaire pour la prise en charge des malades mentaux. Sur le moment, personne ne s’était trop étonné d’un plan pour créer 200 chambres nouvelles d’isolement. «Pourquoi ? Ils en manquent ?» ironisait, alors, un psychiatre de Lille. «Le plus grave, ce n’est pas qu’il y a en ait, note avec bon sens le Dr Mercuel, chef du service santé mentale et exclusion sociale du centre hospitalier de Sainte-Anne, à Paris, car on a besoin parfois d’isoler des patients. Mais l’impression que l’on a, c’est que chacun fait sa tambouille personnelle, au gré des difficultés de service» . Sans contrôle ni évaluation, sans même respecter les règles de fonctionnement, faute de personnel.

Depuis quelque temps, Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, a pris en charge ce dossier et, avec son équipe, multiplie des visites. «Nous n’avons pas à juger la pertinence de ces mesures d’isolement, mais ce qui nous frappe à présent, c’est la variété des pratiques dans un même hôpital ou entre deux établissements. Et surtout l’absence de toute évaluation ». Il ajoute : «On a rencontré certaines formes de brèves phases d’isolement, juste quelques heures, le temps d’un répit thérapeutique nous dit-on. Cela peut se comprendre. Mais nous avons constaté des durées longues, très longues, de plusieurs semaines. Et nous avons vu aussi des isolements sans fin. Comme dans ce service de psychiatrie d’un hôpital général où un malade est enfermé dans une chambre avec un seul matelas, à moitié nu. Il est là depuis des années…».

Quand on lui demande ce qu’en disent les patients isolés, Jean-Marie Delarue note que la plupart d’entre eux se plaignent de ne voir jamais, ou si peu, leur psychiatre.


CHOQUÉS. Aujourd’hui, à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, le collectif de la Nuit sécuritaire (www.collectifpsychiatrie.fr), qui s’était formé en riposte au discours de Nicolas Sarkozy de décembre dernier, va discuter toute la journée de cette question. Un débat que les membres du collectif jugent essentiel mais difficile car, même eux, sont gênés, certains choqués devant ces pratiques d’enfermement, d’autres moins. «On doit affronter cette question et ne pas se taire» , explique le psychiatre, Hervé Bokobza, coordonnateur de ce collectif. Michel Guyader, médecin chef de secteur dans l’Essonne, est plus virulent. Forte personnalité, il est l’un des rares psychiatres publics à se révolter ouvertement contre ces pratiques : «C’est pour moi, un déshonneur ». Mais il reconnaît aussi : «Dans mon service, il y a une chambre d’isolement, qui est trop utilisée. J’ai essayé de faire un moratoire, mais j’ai du mal.»






«On est là pour être soigné, pas pour être puni»

JULIEN et MARIE ont tous deux vécu l’isolement :


Julien

«Le pire, c’est cette impression d’être enfermé. Bon, c’est sûr, il y avait des raisons pour cela…

«Dans ce service fermé, c’était très violent, et je l’étais aussi. Ça hurlait de partout, c’était dur. Il n’y avait pas de psychiatres, que des infirmiers. Je hurlais, dans un état second. Ils ont appelé des gros bras d’autres services que je ne connaissais pas, puis ils m’ont traîné dans une chambre d’isolement. Une femme m’a enlevé mon pantalon, et ça m’a humilié. Ils m’ont mis en cage, comme au chenil, avec une piqûre dans les fesses. Après, j’ai perdu la notion du temps. Il faisait très chaud, je dormais presque continuellement, je n’avais pratiquement pas de vêtements, on pouvait me voir de dehors par une petite ouverture, je me sentais comme dans un zoo. J’avais chaud, je me sentais perdu, désorienté, sans repères. Il n’y avait pas de toilettes, et j’urinais dans un tube. «Les soignants ? Non, il y avait peu de paroles. Après, j’ai retrouvé mes esprits, j’étais moins agressif, il faut dire que ça calme ! Mais quand même il faudrait que les conditions soient plus humaines, avec un matelas convenable, des toilettes accessibles, des boissons et un évier.

«Une autre fois, j’étais dans ma chambre, cette fois-là en hospitalisation libre. Et, tout d’un coup, je me suis rendu compte que j’étais enfermé. Je dérangeais les soignants, alors ils m’avaient enfermé sans me prévenir. Et cela m'a choqué plus que le chambre d'isolement.»

Le mensuel Santé mentale, qui s’adresse aux équipes soignantes en psychiatrie, a consacré un dossier «Au vécu en chambre d’isolement». Voici deux des témoignages publiés par la revue, dans son numéro 139. cela, ça m’a choqué plus que la chambre d’isolement.»

Marie
«J’étais en hospitalisation libre, mais enfin libre de quoi… Après deux jours en chambre d’isolement, je ne comprends pas mon mode de placement. C’était long, trop long. On m’a mise là car je m’étais alcoolisée lors d’une sortie à l’extérieur. Je n’étais pas méchante, juste un peu gaie. On m’a fait souffler dans l’alcootest. L’alerte lancée, dix personnes m’ont poursuivie. J’ai pris des coups, poussé des cris. Arrivée dans la chambre, j’ai été déshabillée. Toute nue comme un ver. Aujourd’hui, j’en fais des cauchemars encore. On est humain, il y a d’autres solutions, non ? Je me suis sentie profondément humiliée.
De plus on m’a attachée, pieds et poings liés. Mise à nu devant les autres, en voilà des manières. On est ici, à l’hôpital pour être soignée, pas pour être punie.
«Après m’être un peu endormie, j’ai eu le sentiment d’avoir été abusée…
«Dans la chambre d’isolement, votre esprit, votre tête, votre conscience vous parlent. On plane parfois, et on range ses idées, ses bêtises.
«Vers la fin de mon séjour en isolement, je souffrais moins, je me raisonnais pour rester calme. Au moment de la sortie, on est venue me voir, et toujours nue on m’a présenté une grande culotte. Mettez-vous à ma place… Les autres patients m’ont dit : “Alors Marie, t’es sortie du trou ; t’es calme, ça va mieux.”
«Je suis sûre d’une chose, lorsque l’on a une grande souffrance, l’isolement ne suffit pas. L’idéal est de pouvoir parler à des équipes
formées à l'écoute. L'isolement, cela ne guérit pas et pire, ce n'est pas thérapeutique.»




«On isole quand on ne sait pas comment s’y prendre»

ALAIN MERCUEL Psychiatre Sainte-Anne à Paris :


«La montée de l’enfermement ? Il n’y a aucune donnée, juste des hypothèses.

Comment l’expliquer ? D’abord, c’est le manque de personnel qui est en cause, avec le recours à des intérimaires qui ne connaissent pas les patients. On isole plus facilement quand on ne sait pas comment s’y prendre. «En second lieu, il y a l’afflux de patients plus difficiles. Ils sont plus lourds, ils échappent aux traitements car ils en ont pris souvent beaucoup. Et à cela s’ajoutent des toxiques, voire des drogues qu’ils ont pris de plus en plus. Il y a, également, les cas de SDF qui ont accumulé des exclusions familiales. Or bien souvent, quand il n’y a pas l’aide de la famille, la situation empire.

«Enfin, il y a ce que j’appellerai la mondialisation des psychotiques, que l’on voit dans les rues des grandes capitales. Ce sont des malades étrangers qui ont des parcours invraisemblables, terriblement douloureux, et qui arrivent perdus dans nos villes. Toutes ces nouvelles populations rendent nos pratiques de plus en plus difficiles. Et provoquent un recours plus régulier à la contention et aux chambres d’isolement.

«Pour le reste, que dire ? Isoler, cela peut permettre de passer la phase aiguë. Mais, si on justifie ces pratiques comme une technique médicale, il faut alors des indications médicales strictes. Il doit y avoir des protocoles et du personnel. La contention et l’isolement sans personnel, c’est une catastrophe. Une contention sans parole, c’est même à mon sens une faute professionnelle.»







L'enfermement revient en force dans les hôpitaux psychiatriques

Recueilli par ERIC FAVEREAU

Jamais depuis vingt ans ne se sont autant multipliées les chambres d'isolement et les mesures de contention (immobilisation) pour les malades mentaux. Hier rarissimes, ces chambres fermées existent aujourd'hui dans tous les services.

En décembre 2008, un collectif «La nuit sécuritaire» s'était élevé contre le plan de sécurisation des hôpitaux psychiatriques, lancé par Nicolas Sarkozy aprés le meurtre d'un jeune par un malade mental, échappé de l'hôpital psychiatrique de St Egréve, près de Grenoble. Une pétition s'en était suivie. Samedi, à Montreuil, le collectif organise une journée de débats sur le thème: «Quelle hospitalité pour la folie ? Non, au retour des gardiens de fous, au grand renfermement, à l’abandon, au tri, à la mise à l’écart» (1).

Nous avons demandé l'avis de Jean-Marie Delarue, conseiller d’Etat, qui est depuis un an contrôleur général des lieux de privation de liberté, poste créé par l’actuel gouvernement, sur la question de l'enfermement des malades.

Y a-t-il une explosion des mesures d’enfermement et des mesures de contention dans les hôpitaux psychiatriques, aujourd’hui ?

Il n’y pas de données générales et globales. Nous, devant cette question, nous faisons comme d’habitude, nous avons visité plus d’une vingtaine d’établissements psychiatriques. Des visites approfondies sur plusieurs jours. Et le premier constat que l’on a pu faire, c’est que l’on avait du mal à faire la distinction entre les patients hospitalisés sous contrainte et ceux hospitalisés libres. Nous avons ensuite examiné la manière dont ils sont enfermés en matière de respect des droits, de leur liberté de mouvement, d’accès aux cultes ou au courrier. Au départ, nous n’avions aucun a priori.

Et finalement ?

En matière d’isolement et de contention, nous avons été frappés par la grande variété des pratiques entre les établissements, mais aussi à l’intérieur d’un même lieu. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes, puisque les gens sont hospitalisés en fonction de leurs lieux géographiques, et donc ne choisissent pas. Ils peuvent, ainsi, tomber sur des lieux avec des pratiques très variées… En même temps, il ne faut pas tout regarder en fonction de l’isolement. D’autres éléments peuvent poser problème. Comme, dans certains endroits, cette mise systématique en pyjama pendant quelques jours des patients, pour qu’ils ne fuguent pas. Dans des endroits, le courrier est systématiquement ouvert et lu. Le droit à l’intimité existe, il n’est pas toujours respecté.

Mais l’isolement, alors ?

Nous avons analysé trois facteurs: la fréquence, la durée, et enfin la traçabilité. Sur la fréquence, ce que l’on peut dire, c’est que c’est une pratique relativement répandue, et elle l’est de plus en plus, mais pas toujours dans les lieux où on l’attend.
Sur la durée, ensuite. Normalement, la prescription puis la durée, puis enfin la sortie de la chambre d’isolement se font sur décision d’un psychiatre. Il peut y avoir de brèves phases d’isolement – juste quelques heures – le temps d’un répit thérapeutique, nous dit-on. Cela peut se comprendre. Mais nous avons constaté des durées longues, très longues de plusieurs semaines. Et nous avons vu aussi des isolements sans fin. Comme dans ce service de psychiatrie d’un hôpital général où un malade est enfermé dans une chambre avec un seul matelas, à moitié nu. Il est là depuis des années…

Et la traçabilité ?

Là encore, c’est très variable. Il y a parfois des registres bien tenus, mais souvent ce n’est pas le cas, et même parfois, il n’y a aucune trace. Enfin dans les établissements où il y a des registres, il n’y a aucune analyse de ce qui s’est passé, aucune évaluation. Encore plus troublant, la présence de plus en plus systématique de vidéosurveillance dans ces chambres d’isolement. Le personnel met en avant que cela leur permet d’intervenir à bon escient, mais pour nous, cette violation de l’intimité est problématique.

Et concernant les détenus envoyés par le préfet en hôpital psychiatrique sous le régime de l'hospitalisation d'office ?

On les met à l’isolement, mais sans consigne thérapeutique. Ces patients se retrouvent enfermés, sans télé, ni sortie, ni cigarettes. La plupart s’en plaignent.
En général, le personnel soignant est attentif, mais les psychiatres sont peu présents.

Les malades se plaignent de quoi ?

Ce qui revient, presque tout le temps, c’est qu’ils ne voient pas assez le psychiatre. Puis, l’ennui. Le grand ennui. C’est d’ailleurs un point commun de tous ces lieux, privatifs de liberté.

Au final, vous en ressortez avec quels sentiments ?

D’abord, ce qui est problématique, c’est la grande divergence des pratiques et la non-évaluation de ce qui se fait. Ensuite, nous avons rencontré des problèmes de respect de la dignité, quand l’enfermement n’est justifié par aucune indication claire, quand le patient n’a pas de courrier. Tout individu a droit à une vie privée.
Nous avons vu des endroits dans des états lamentables.

Un nouvelle loi ?

Cela ne paraît pas l’urgence. Il nous semble que certains maires prennent un peu trop de facilités avec les hospitalisations d'office. Et ensuite, il faudrait préciser les recours, ou plus exactement préciser la manière dont les gens sont informés des recours possibles. Enfin, cela ne serait pas inutile que les avocats soient un peu plus présents lors des hospitalisations d'office...

(1) De 9h à 18h, à la maison de l’arbre et de la parole errante 9, rue François Debergues, Montreuil.







CGT – FO Hopital Beaujon Union Locale CGT – FO Clichy
Par Medias Libres le vendredi 27 novembre 2009


Beaujon une nouvelle fois menacé !!!


Le 3 juillet, Monsieur Le Guen qui présidait, au nom du maire de Paris B.Delanoé, le Conseil d’Administration de l’AP-HP a voté et fait voter la mise en place des 11 groupes hospitaliers contre les 38 hôpitaux constituant l’AP-HP.

Pourquoi les 11 groupes hospitaliers ? Pour réaliser les 228 millions d’euros d’économies exigés par le ministère de la santé. Cela se traduit par la suppression de 4000 postes entre 2010 et 2012 et une diminution de l’offre de soins.

Ainsi, Beaujon se trouve dans le groupe hospitalier « Bichat, Beaujon, Bretonneau, Louis Mourier ».

Les premières conséquences de cette décision pour l’hôpital Beaujon :

le service des urgences serait fermé dans un premier temps à partir de 18 heures jusqu’à 8 heures du matin.

Le service de psychiatrie est menacé d’être fermé et transféré sur Louis Mourier à Colombes.

La fermeture des urgences la nuit préfigure de sa fermeture définitive. Où seront pris en charge les 32 000 patients s’y présentant par an ? A Bichat, à Louis Mourier !

Si les urgences disparaissent, que vont devenir le service de médecine interne, la radiologie de nuit, les laboratoires de garde, …. ?

Un hôpital sans urgences, ce n’est plus un hôpital.

Les syndicats FO et CGT de l’hôpital Beaujon disent : « Halte au dépeçage de l’hôpital Beaujon. Plus aucun service de l’hôpital ne doit disparaître ».

Les syndicats FO et CGT exigent le maintien du service de psychiatrie, des urgences, … de l’hôpital Beaujon

Les syndicats FO et CGT s’adressent à Monsieur Le Guen, Président du Conseil d’Administration de l’AP-HP pour qu’il fasse annuler la décision prise lors du CA du 3 juillet afin que les 38 hôpitaux de l’AP-HP puissent être des hôpitaux à part entière permettant ainsi à l’hôpital Beaujon de garder tous ses services (urgences, psychiatrie,…) et d’assurer ses missions au service de la population.

Les Unions Locales CGT et FO s’associent aux demandes des syndicats FO et CGT de l’hôpital Beaujon

Contact presse :
FO : 06.83.44.66.77
CGT : 06.76.19.52.


mercredi 25 novembre 2009





Au fil de l'info Flers
mercredi 25 novembre 2009

Un film tourné à Flers diffusé sur France 2

« La morsure de la folie » est un documentaire réalisé en partie dans les services de psychiatrie de Flers. « Changer le regard », c’est tout l’espoir placé par l’ensemble des acteurs ayant accepté de participer au reportage d’Olivier Pigheti. D'une durée d’une heure, il évoque le quotidien des familles qui vivent avec un enfant malade psychique et celui des professionnels de psychiatrie.

« Un film respectueux, plein de spontanéité et de vérité », salue Charles Lihou, président de l’Union nationale des amis et familles de malades psychiques (Unafam) dans l’Orne. Olivier Pigheti a suivi un foyer de Vimoutiers où Corentin, 15 ans, souffre de maniaco-dépression. Une maladie qui lui provoque des excès de violence incontrôlée qui terrifient son entourage. « Très rares sont les familles qui ont assez de force pour témoigner », souligne Charles Lihou.

Le film donne aussi un aperçu du travail des professionnels. C’est à Flers que les portes se sont ouvertes. « Le journaliste s’est installé avec sa caméra pendant quatre jours au service de psychiatrie, détaille le Dr Elisabeth Oury, chef de service. Il a travaillé en totale indépendance. Sa réalisation est d’une grande qualité technique et humaine ». Les téléspectateurs sont d’ailleurs invités à faire part de leur réaction par courriel (à l’adresse suivante : elisabeth.oury@ch-flers.fr).

« La morsure de la folie », diffusé jeudi soir sur France 2, à partir de 23 h 15 dans le cadre de l’émission Infrarouge. Un documentaire réalisé par Olivier Pigheti.





un psychanalyste dans la cité

La santé mentale est malade

24 Novembre 2009 Par Heitor O'Dwyer de Macedo

Concernant la santé mentale, l’idéal politique de ce gouvernement est de transformer tous les soignants en marionnettes ventriloquées par le discours répressif, les transformer en agents de police. La résistance organisée contre ce projet macabre, résistance qui est un « mouvement minoritaire de masse » (Patrick Chemla), fera le point sur sa réflexion et ses actions le samedi prochain, le 28 novembre, à Montreuil, à la Maison de l’Arbre. Voici un inventaire (très partiel) des enjeux :

Formation des internes

Depuis plusieurs années, la maquette de formation des internes en psychiatrie doit être réformée. Les enseignants universitaires ont produit un document qui consacre le psychiatre dans un rôle de gestion des urgences, du diagnostic et de l’orientation. Ce « chef d’orchestre », délèguera les soins et la psychothérapie aux autres professionnels pour se consacrer à ses activités d’expertise. Toutefois, il devra « quand même » être formé aux techniques psychothérapiques pour pouvoir sereinement « prescrire une psychanalyse » ou d'autres « techniques ». L’approche psychothérapeutique, nécessaire dans ce champ de travail, disparaît donc au profit de « techniques » enseignées dans un éclectisme « d’ouverture ». Ce formatage des futurs professionnels atteint son paroxysme dans les nouveaux items qui consacrent des concepts discutables en vérités scientifiques tels que « la dangerosité », « la valorisation de l’activité en psychiatrie », « la psycho-éducation », etc. On parlera, par exemple, d’« échelles d’évaluation », mais on ne dira pas mot sur les questions éthiques en psychiatrie. Enfin, y a la disparition pure et simple de pans entiers spécifiques à la psychiatrie comme les soins institutionnels, le désaliénisme, le travail de secteur …

Formation des infirmiers

Depuis des années la condition des infirmiers psychiatriques se dégrade. D’abord leur condition de travail, puis leur statut, puis leur formation. Celle-ci est proprement indigente. Pour avoir une idée de l’étendue du massacre : jusqu’à cette année, l’élève infirmier avait environ trente heures de cours en psychopathologie de l’enfant pour l’ensemble de sa formation.Trente heures seulement ! Eh bien, pour la rentrée prochaine, pour certains, elles seront réduites à vingt heures !

Extrait de l’intervention de Serge Klopp, infirmier, au Forum de la Nuit Sécuritaire du « Point de capiton » du 20 novembre 2009 :

« Le management par objectif
» :

Apparemment, personne ne sait de quoi il s’agit, pourtant, il est évoqué dans un article de « Santé Mentale. » d’octobre 2009, sous le titre « de l’ambition pour les cadres hospitaliers ».

Il se met en place au travers de « l’évaluation des prestations des personnels ». Il s’agit d’une évaluation qui va au-delà de ce que prévoient les textes et n’est donc pas encore une obligation légale.

L’objectif annoncé serait de «valoriser» chaque agent en lui demandant de se fixer lui-même des objectifs de travail pour l’année à venir, le supérieur hiérarchique lui en fixant d’autres. Ces objectifs sont inscrits sur une feuille d’évaluation et l’année suivante, l’essentiel de l’entretien consistera à évaluer leur atteinte, avant de fixer de nouveaux objectifs pour l’année à venir.

Cela peut sembler anodin en soi.

Il se trouve que cela porte un nom, cela s’appelle le « management par objectif ». Ce mode de management a été introduit en France notamment par IBM, avant de faire des émules chez Renault, France-Télécom…et maintenant la santé… »

Le sécuritaire

Depuis le discours de NicolasSarkozy en décembre 2008, des moyens ont été mise-en place pour un « plande sécurisation des hôpitaux psychiatriques ». Une enveloppe budgétaire de 70 millions d’euros a été rapidement débloquée pour construire de nouvelles unités pour malades difficiles (UMD), des chambres d’isolement, l’installation de dispositifs de vidéosurveillance ainsi que la mise en place de nouvelles grilles et autres murs. Evidemment, « pour protéger les patients » peut-on nousrétorquer ! Ainsi, à l’UMD de Montfavet, les arbres ont été coupés pour empêcher les fugues, à l’hôpital Sainte Anne à Paris, le pavillon Piera Aulagnier a maintenant deux grilles... Sans compter la difficulté pour les psychiatres à obtenir des sorties d’essai pour leurs patients hospitalisés d’office.

Ce dispositif de contrôle et de gestion des patients psychiatriques doit voir la loi des hospitalisations sans consentement (loi de 1990) se réformer. Les soins sans consentement en ambulatoire sont discutés pour que sécurité ne rime définitivement plus avec liberté. Le débat sur la castration chimique, voire physique, est la prémisse au durcissement des contraintes appliquées aux citoyens médiatisés dans les faits divers.

Et la psychanalyse dans tout ça ?

La psychanalyse est une pratique du politique. Rappelons que Freud, en postulant que l’inconscient était constitué par les représentations refoulées de la sexualité infantile, a fait scandale dans l’institution de la culture. La sexualité infantile, le transfert, la continuité entre le normal et le pathologique et la dimension de contre-culture constituent, ensemble, le tranchant de la psychanalyse. Il est vrai que, partant de France, un certain usage de la théorie du signifiant, a éloigné les psychanalystes du corps, puis des affects, puis de l’actualité, puis de la clinique. Et ils ont déserté le politique et le champ privilégié de la pratique politique de la psychanalyse : le travail avec les fous. Ayant déserté les hôpitaux psychiatriques, nous sommes indirectement responsables ( quand nous ne sommes pas activement complices) du désastre actuel. Mais il y a ceux qui sont restés fidèles au scandale de la découverte freudienne, par exemple, ceux qui ont inventé la pratique nommée Psychothérapie Institutionnelle : François Tosquelles, Jean Oury, Lucien Bonafé – qui ont fait de la psychiatrie française le référent pour tous ceux qui pensaient et pensent le travail à l’intérieur des établissements de soins. De la fin de la guerre aux débuts des années 80, la psychiatrie française était la meilleure au monde. Les premiers héritiers de cette passion d’une recherche théorique qui allie la clinique de l’inconscient avec la politique de la psychanalyse dans le champ de la culture, sont toujours au travail. Citons, parmi d’autres, le travail de secteur de Patrick Chemla à Reims, la clinique d’Hervé Bokobza, à Montpellier. Et les jeunes, plein d’enthousiasme, arrivent : Mathieu Bellahsen, président de l’association nationale des internes en psychiatrie, Loriane Brunessaux, présidente d’UTOPSY, Elie Winter, Appel des 39.

Donc à samedi, à Montreuil.

Voici la convocation à cette journée d’échanges :

"Contre La Nuit Sécuritaire - Appel des 39"

La psychiatrie se verrait-elle expropriée de sa fonction soignante, pour redevenir la gardienne de l'ordre social ?

Nous, citoyens, professionnels du soin, du travail social, refusons de servir de caution à cette dérive idéologique de notre société.


A VENIR:

DE NOUVEAU A MONTREUIL

JOURNEE NATIONALE

APPEL DES 39-CONTRE LA NUIT SECURITAIRE

le 28 novembre 2009
à La Maison de l'Arbre
9 rue François Debergue
93100 Montreuil








dimanche 22 novembre 2009




SANTÉ. L'hôpital psy renforce sa sécurité. Un praticien dénonce un univers quasi carcéral

C'est la fronde derrière les murs de l'asile

Olivier Labouret dénonce « l'instrumentalisation des faits-divers pour justifier une politique coercitive ».

Olivier Labouret n'a pas peur des parallèles osés. Que la direction de l'hôpital psychiatrique entreprenne de rehausser les grilles de l'établissement, évoque l'installation de caméras à l'entrée des unités ou équipe les travailleurs isolés d'émetteur-récepteur à activer en cas de danger, et le praticien dénonce, vingt ans après la chute du mur de Berlin, « un nouveau mur de la honte qui est en train de s'ériger. »

300 000 euros pour le Gers

Pour ce psychiatre, membre de l'Union syndicale de la psychiatrie et du collectif national contre la nuit sécuritaire, « on est en train de cloisonner la société. »

Après le meurtre d'un étudiant par un malade mental l'année dernière à Grenoble, l'État a débloqué des fonds pour améliorer la sécurité des hôpitaux. Sur cette manne, 300 000 euros ont été alloués au département du Gers. « Une enveloppe démagogique, selon Olivier Labouret, qui est en train de nous faire revenir cinquante ans en arrière. Alors que depuis des dizaines d'années, nous avons travaillé à ouvrir les murs de l'hôpital vers l'extérieur, on traite désormais les patients comme des fauves, et avec eux les soignants, qui sont obligés de vivre dans le même environnement quasi carcéral. »

« Faut-il transformer l'hôpital psychiatrique en prison ? », demande Olivier Labouret. « Nous disposons déjà de services fermés et de chambres d'isolement pour les patients dits dangereux. En érigeant des grillages infranchissables de trois mètres de hauteur, on va seulement aggraver les problèmes de violence, alors que dans les faits, nos patients ne sont pas plus dangereux que la population en général. Au contraire, ils sont plus souvent des victimes », déplore Olivier Labouret qui promet de rester vigilant sur « les autres mesures coercitives qui se profilent à l'horizon. »

Auteur : Blandine Philippon





La Fnapsy, son histoire, ses actions

l'Information Psychiatrique. Volume 85, Numéro 9, 799-802, novembre 2009, Soignés/soignants, les lignes bougent…

DOI : 10.1684/ipe.2009.0547Résumé Summary

Auteur(s) : Claude Finkelstein , Présidente de la Fnapsy, Fnap-PSY, 3, rue Évariste-Galois, 75020.

Résumé : La Fnapsy regroupe 8 000 usagés, toutes pathologies confondues. Elle est composée d’associations dirigées par des usagés, ce qui lui confère légitimité et pertinence, mais complique son fonctionnement par la fragilité de ses représentants. Compte tenu de la spécificité de la psychiatrie, la représentation des usagés par eux-mêmes est primordiale, celle par des tiers comportant des biais et des conflits d’intérêt.

Mots-clés : usagers en santé mentale, représentation des usagers, Fnapsy

ARTICLE

Auteur(s) : Claude Finkelstein

Présidente de la Fnapsy, Fnap-PSY, 3, rue Évariste-Galois, 75020

Nous sommes une fédération née en 1992 regroupant 65 associations, soit environ
8 000 usagers toutes pathologies confondues.

La vie d’une telle fédération n’est pas, vous vous en doutez bien, un long fleuve tranquille. Comment en effet faire travailler ensemble des personnes qui sont en souffrance psychique, repliées sur elles-mêmes, dont la souffrance submerge tout ? Cela a été l’utopie de notre naissance, accompagnée fidèlement par le Pr Zarifian, qui a cru en nous.

D’abord sont nées les associations d’usagers résultant de la confluence de deux courants : les relations avec l’Europe du Nord (Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas) qui était déjà structurée quant à la représentation des usagers en santé mentale, et le mouvement psychiatrique ou plutôt anti-psychiatrique des années 1970 en France, ainsi que le regard bienveillant de certains professionnels, souvent pratiquant la psychothérapie institutionnelle.

Les trois premières associations qui se sont fédérées étaient l’« AME » (Association pour le mieux-être), « Revivre Paris » (dont le président est notre président d’honneur, Jacques Lombard) et l’« APSA » (Association des psychotiques stabilisés et autonomes).

La Fnapsy était alors la Fédération des associations de (ex)-patients des services psychiatriques.

La fédération, avait surtout pour but de susciter et d’aider à la création de nouvelles associations. Elle a bien rempli cette tâche puisque nous sommes passés de 3 à 65 associations, toutes dirigées par des usagers.

On me demande souvent pourquoi l’appellation « usager ». D’abord parce que nous avons une culture européenne (relations continues avec l’Europe du Nord qui est en avance sur le droit et la reconnaissance des usagers). Le terme « user » utilisé par les pays anglo-saxons se traduit naturellement par usager. Notre évolution a été de passer de patient, donc sujet malade hospitalisé, à usager, donc personne en situation de souffrance psychique. Le fait d’être adhérent d’une association affiliée à la Fnapsy démontre aux yeux de la société une reconnaissance de notre pathologie, donc une démarche d’empowerment1, et surtout un mouvement qui devrait entraîner une déstigmatisation des maladies psychiques.

Les associations d’usagers sur le terrain pratiquent surtout l’entraide, l’information et la mise en réseau des compétences. De cette volonté naîtront les groupes d’entraide mutuelle dont je parlerais plus tard.

Il est important pour un usager de pouvoir adhérer à une association où, rencontrant des personnes ayant les mêmes difficultés et les mêmes stigmates, il peut s’exprimer librement, se sentir reconnu et soutenu, ce qui permet de mieux prendre conscience qu’il ne s’agit que de maladies ou dysfonctionnements. En être conscient permet de surmonter au mieux les difficultés qui en résultent.

L’entraide prend là toute sa dimension. Également le facteur temps, qui n’est pas chez nous, le même que celui de la majorité des citoyens.

La fédération représente ces associations auprès des pouvoirs publics. Pour cela elle a un fonctionnement le plus démocratique possible. Chaque association reçoit une lettre mensuelle ainsi que le maximum d’informations possible sur tout ce qui peut nous concerner. C’est ainsi que nous avons créé durant la commission Couty, des commissions internes par thème abordé, qui ont travaillé pour apporter à la présidente les informations et les demandes directes des usagers concernés.

Cela a d’ailleurs été souligné lors de l’audit que nous avons subi, que toutes les décisions importantes de la vie de la Fédération étaient prises en conseil d’administration, nourri par les informations des commissions.

Notre assemblée générale regroupe des délégués envoyés par les associations membres, délégués dont le nombre est déterminé par le nombre des adhérents des associations. Les grandes orientations de la Fnapsy sont prises régulièrement (tous les deux ans) par la conférence des présidents des associations.

Nous sommes donc structurés. Vous devez bien vous rendre compte que cette structuration est difficile pour des personnes qui sont toutes en situation de handicap psychique et dont la première souffrance résulte d’une déstructuration. Vous pouvez imaginer nos difficultés en interne, avec notre conseil d’administration composé actuellement de quinze membres, tous en souffrance, venant de toute la France. Comment concilier et trouver des buts communs entre des personnes qui souffrent d’une pathologie les amenant à être régulièrement internés et des personnes souffrant de troubles phobiques qui ne connaissent que le secteur psychiatrique ? la Fnapsy trouve justement dans cette disparité sa légitimité mais surtout les moyens de représenter toutes les personnes souffrantes sans se spécialiser sur l’un ou l’autre aspect. C’est un facteur stabilisant important. En effet nos adhérents sont soit utilisateurs du service public soit utilisateurs du service privé, et même utilisateurs des deux. Nous connaissons les « bons secteurs » mais aussi les « bonnes cliniques ». Nous cherchons partout les bonnes pratiques. La psychiatrie souffre terriblement de ces clivages public/privé, chapelles et autres.

Nous avons d’excellents représentants qui sont des personnes souffrant de handicap « lourd » pour reprendre la sémantique de certains professionnels, et qui ont une vie vivable en utilisant tous les moyens à leur disposition : molécules parfois âprement discutées avec leur médecin, psychothérapies de soutien ou autres actions. Chacun apporte dans les associations d’usagers son expérience, ses connaissances des moyens pour lutter contre la maladie. Ce partage qui devient au niveau de la fédération une connaissance commune, permet cet empowerment si cher à la communauté européenne. Il ne s’agit plus là d’observance mais bien de connaissance et d’utilisation de cette connaissance.

Nous devenons experts de notre pathologie et partenaires avec les experts que sont nos thérapeutes. La mise en synergie de ces deux expertises, dans le respect mutuel, est pour nous la véritable alliance thérapeutique sans laquelle notre vie devient un enfer.

Simplement vous pouvez comprendre ce qu’est notre fonctionnement si difficile qui fait que nous sommes très peu réactifs (facteur temps) mais heureusement inventifs donc proactifs.

Notre conseil d’administration connaît toute cette problématique. Les absences pour hospitalisation, les réactions difficiles de certains administrateurs (chacun à notre tour) écorchés vifs qui donnent leur démission et qui reviennent. Tout cela va sans dire chez nous, mais nous en parlons simplement. Cela fait partie de notre quotidien.

Nous avons aussi les démissions par fatigue. Nous venons de changer de vice-président, le dernier qui a tellement œuvré pour la Fnapsy, a eu besoin de se tourner vers des activités « plus ludiques ». Car, s’il est positif d’être militant et nous permet de ne pas oublier nos difficultés, c’est également fatiguant et tellement prenant.

Je suis donc présidente, soutenue par deux vice-présidents (maladie oblige). Ma position est très difficile. La première personne qui m’a donné la parole est Michel Horassius, lors d’un congrès2. J’étais « jeune » militante, nous étions fragiles, et je demandais « qu’on me donne la parole ». Quelle difficulté pour des personnes comme nous de prendre la parole. Quelle difficulté d’apporter la parole collective, et non comme on nous le demande souvent un témoignage, c’est-à-dire notre vie.

La Fnapsy est partenaire de la conférence des présidents des CME des CHS et de l’Unafam. Partenaire, comme cela est difficile. Nos institutions, à l’instar des personnes qui les composent, reproduisent les relations humaines. Comment se tenir partenaire avec des personnes qui sont natellement nos soignants, sans reproduire la situation soignant/soigné, donc la dépendance. Comment se tenir partenaire avec des personnes qui représentent les familles et qui voient en nous leur fils ou fille souffrant. La parole collective nous aide, m’aide en tant que présidente.

Le revers de cette position est que j’entends souvent la réflexion « oui mais Claude n’est pas une malade ». J’ai même entendu lors d’un colloque un directeur d’hôpital me dire que j’étais une belle vitrine mais que je n’étais pas représentative des personnes en souffrance.

Comment s’en sortir ? L’alternative était la suivante :

* – témoigner, montrer notre faiblesse, l’étaler, en souffrir une deuxième fois, et risquer la compassion donc la perte d’influence ;
* – porter la parole collective, être entendu, ne pas parler de soi, et risquer d’être considérée comme non représentatif.

On pourrait comparer cette situation entre l’être et le paraître, la légitimité avec l’exploitation, ou la représentativité acceptée et respectée. Montrer sa force, mais aussi sa faiblesse. Quadrature du cercle.

Il m’est arrivé, le moins souvent possible, d’exprimer ma souffrance. Le pire pour moi est de l’exprimer contre ma volonté. Je m’explique : lorsque les discussions deviennent difficiles, lorsque je comprends que la parole de l’usager ne va pas être prise en compte, tellement de personnes savent mieux que nous ce qui est bon pour nous, je n’arrive plus à m’exprimer calmement et là je peux constater les regards et les paroles de « réconfort » des familles ou des professionnels. Cela me repositionne dans la situation de l’usager individuel qu’il faut protéger car il n’a pas toute sa raison. Ce qui, vous le comprenez, démultiplie ma souffrance et mon impossibilité à m’exprimer selon les critères de ce genre de réunion.

A contrario, il m’est arrivé de l’exprimer pour mieux convaincre. La dernière fois, c’était lorsque j’étais invitée par le Dr Halimi, pour convaincre nos institutions que le port du bracelet électronique n’était pas adapté à la situation des personnes hospitalisées sous contrainte. J’ai pu prévenir que mon intervention allait engendrer chez moi de la souffrance qui mettrait plusieurs jours à s’estomper, et que ce que je faisais était très pénible. Raconter ses souffrances, sa déraison, entre pairs est simple, je dirais facile. Le faire devant des étrangers, fussent-ils des thérapeutes, ne l’est pas.

J’espère vous avoir fait partager notre action. Mon but était de vous montrer à vous qui nous connaissez individuellement, qui connaissez notre souffrance et qui nous apportez toute l’aide possible, ce qu’est notre mouvement. À la fois fort et si fragile. Notre force vient du fait que nous sommes représentatifs et que nous ne nions pas nos maladies. Notre force vient du fait que nous avons compris le travail en réseau et qu’il n’y avait pas qu’une vérité mais que nous devions prendre en compte les trois dimensions : la nôtre, bien sûr, la plus importante, car sans nous il n’y aurait ni soignants ni familles. Mais aussi celle des soignants avec la problématique de l’hospitalisation sous contrainte. Mais aussi celles des familles, quand elles sont présentes, aimantes certes mais aussi trop protectrices et cherchant la guérison et l’intégration, ce qui n’est pas toujours notre « projet de vie ».

La même problématique se retrouve dans les GEM. (groupes d’entraide mutuelle). Ils ont été mis en place pour les usagers. Ils devraient fonctionner par les usagers. Mais il est tellement difficile pour nos partenaires de comprendre que nous pouvons parfaitement gérer, avec l’aide de personnes ressources choisies si besoin, un tel dispositif. Il serait dommage et dommageable que ce dispositif soit récupéré soit par les familles soit par des professionnels (social médical ou médico-social). Le facteur temps entre encore ici, laissez-nous le temps de faire ou de faire faire. Ne décidez pas à notre place. Si ce dispositif ne répond pas à terme au projet initial ce sera terrible pour nous les usagers. Le peu d’espoir qui a été insufflé d’empowerment nous sera retiré et nous confortera dans l’idée que soit nous sommes « bons à rien » soit « on ne nous laisse pas faire ».

Je me sens un peu dans la peau du tribun de la plèbe, écartelée entre des impératifs contradictoires. Comment faire respecter la parole de ceux que je représente alors que la stigmatisation est toujours aussi présente, véhiculée parfois à leur insu autant par nos partenaires, que par les médias et la société ?

1 Le principe d’empowerment signifie donner à l’usager les moyens d’être acteur de sa santé et de prendre ses propres décisions concernant sa santé. En quelque sorte, réappropriation du pouvoir sur sa vie. 2 XVIIes Journées de l’Information Psychiatrique, 8-10 octobre 1998, à Strasbourg : « Psychiatrie et Libertés ».