Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 15 décembre 2018

L’usage de cannabis chez les adolescents conduit-il à des problèmes comportementaux ?

Univadis

Dawn O'Shea   3 déc. 2018


Une nouvelle recherche suggère que l’usage de cannabis chez les adolescents ne semble pas conduire à des problèmes de conduite plus importants, ni à une plus forte affiliation à d’autres adolescents qui fument du cannabis.

La recherche, publiée dans la revue Addiction, a utilisé les données de Philadelphia Trajectory Study, une étude en six phases qui a commencé en 2004 avec des entretiens de près de 400 individus âgés de 10 à 12 ans à Philadelphie, aux États-Unis. Les adolescents ont été analysés chaque année de 2004 à 2010, puis de nouveau en 2012 pour un suivi final à deux ans.

L’étude en cours a utilisé les données de 364 adolescents issus des quatre dernières phases de l’étude. Les autodéclarations concernant l’usage de cannabis, les problèmes de conduite, la proportion de pairs consommant du cannabis et les critères relatifs aux troubles liés à l’usage de cannabis ont été analysés.


L’analyse a révélé que le changement concernant l’usage de cannabis n’a pas prédit les changements au niveau des problèmes de conduite ou de l’usage de cannabis chez les pairs au cours du temps, après prise en compte du sexe, de l’origine ethnique ainsi que du statut socio-économique. 


Barbara Cassin : «La langue française n’est pas statique, elle est faite pour changer»

Par Catherine Calvet et Simon Blin, Illustration Sylvie Serprix — 

Illustration Sylvie Serprix

Performativité des mots, manière de parler du président Macron, écriture inclusive… La philosophe, qui vient d’être élue à l’Académie française, réagit aux différents débats autour de l’utilisation du langage.

Philosophe, philologue et helléniste, Barbara Cassin deviendra en octobre 2019 la cinquième femme, sur 36 membres, à siéger à l’Académie française et vient de recevoir la médaille d’or du CNRS. Après le Vocabulaire européen des philosophies -Dictionnaire des intraduisibles (Seuil), elle continue d’explorer la faculté des mots à construire le réel, cette fois-ci dans les pas du Britannique John L. Austin, avec son dernier ouvrage, Quand dire, c’est vraiment faire : Homère, Gorgias et le peuple arc-en-ciel (Fayard).
Comment vous, la spécialiste du langage, analysez-vous le mouvement des gilets jaunes, qui souffre d’un manque d’interlocuteurs ?

La première chose que j’ai envie de dire, c’est que lorsque je rentre du Brésil ou des Etats-Unis, je suis contente que nous ayons Emmanuel Macron comme président, et non Bolsonaro ou Trump. Je n’ai aucune envie de dire du mal d’Emmanuel Macron tout court. Mais, malgré tout, puisque cet homme est vraiment intelligent et cultivé, comment se peut-il qu’il ne se rende pas compte que le discours qu’il tient n’est pas adéquat, n’est pas audible par ceux qui en tiennent un autre qu’il invalide totalement. Quand depuis l’Argentine, fin novembre, il déclare que, lui, a tenu son rôle de chef d’Etat, qu’il a représenté la France à l’extérieur, qu’il a œuvré pour le climat, pour le commerce… il ne peut pas conclure seulement par deux phrases inaudibles sur la situation en France. Au-delà du discours de lundi, j’attends une parole normale de sa part. Une parole qui ne donne pas de mauvaises pistes telles que : «Puisque vous êtes contre l’augmentation du carburant, vous êtes aussi contre l’écologie.» Ces fausses alternatives fabriquées de toutes pièces sont odieuses. Nous sommes face à un grand gap discursif. Le chef de l’Etat n’est pas seulement le président de la France par rapport au monde. Il est aussi président de la France par rapport aux Français, président de tous les Français. Et cela, je ne l’entends pas.

vendredi 14 décembre 2018

Réussir sans effort et sans talent ?

LE JOURNAL DE LA PHILO par Anastasia Colosimo
13/12/2018
4 MIN

Dans son nouvel ouvrage "Peut-on réussir sans effort ni aucun talent ? Les mirages du mérite", le philosophe Gilles Vervisch déconstruit tous les préjugés de notre époque sur la réussite et le mérite qui ne reposeraient que sur l’effort et le talent...
Réussir sans effort et sans talent ?
Réussir sans effort et sans talent ? Crédits : Francesco Carta fotografo - Getty
Peut-on réussir sans effort ni aucun talent ? Les mirages du mérite de Gilles Vervisch est publié aux éditions Le Passeur et sort le 3 janvier 2019.

Tu n’es pas bon à rien, tu es mauvais à tout !

L’auteur, d’abord. Il s’agit de Gilles Vervisch, agrégé de philosophie et enseignant dans un lycée de la région parisienne, auteur de plusieurs excellents ouvrages, dont Star Wars, la philo contre-attaque, toujours chez Le Passeur. Le titre du nouveau livre, ensuite : Peut-on réussir sans effort ni aucun talent ? Les mirages du mérite. Je crois pouvoir dire, en mon nom, mais aussi au nom de pas mal de personnes dans ce monde, que les jours où on se dit qu’on n’a pas de talent, on se dit qu’on compensera par le travail et que les jours où l’on ne travaille pas, on essaye de se rassurer en se disant qu’on serait sauvé si seulement on avait un peu de talent. Mais alors réussir sans aucun talent et sans aucun effort, voilà qui paraît parfaitement impossible ! D’ailleurs en découvrant le titre de cet ouvrage, j’ai immédiatement pensé à cette scène du film Le Schpountz de Marcel Pagnol, où Irénée Fabre, joué par Fernandel, se prend un savon de la part de son oncle, joué par Fernand Charpin.

Matières à penser | “L’inconscient européen” par Frédéric Worms

13/12/2018

Frédéric Worms
Frédéric Worms Crédits : M.Lazaridis / IFA
L’inconscient européen, ce sont à la fois les spectres qui hantent l’Europe, aujourd’hui, et la manière de les affronter. Où en sommes-nous avec le nazisme, le terrorisme, la peur, l’altérité coloniale ou culturelle en général, le rapport à la nature et au monde ? La psychanalyse, ce qu’on appelle « l’ethno-psychiatrie », la littérature et la poésie peuvent-elles nous aider à les affronter ? 

Détecter les violences conjugales à la maternité

Univadis

  •  
La grossesse est souvent une période d'escalade des violences dans la sphère intime, avec un retentissement important pour la femme et son enfant à naître (fausse couche, faible poids de naissance, prématurité, diabète, dépression...) Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène.

La grossesse de sa compagne réactive chez un homme fragile psychologiquement des traumatismes de l'enfance. Il peut avoir été témoin de violences dans le couple formé par ses parents avec un risque important de les reproduire à son tour. La grossesse vient aussi rompre le lien exclusif de l'homme avec la femme. Cette dernière fait l'objet d'une attention renforcée de la part de son entourage et du personnel médical et échappe davantage à son contrôle.

Si la grossesse est un catalyseur des violences conjugales, elle est également un moment clé pour les repérer.

Dans les Hauts-de-Seine, le personnel hospitalier de huit maternités a été formé à la détection des violences conjugales et travaillent avec les policiers pour venir en aide aux victimes. 


Pour lutter contre le suicide et la solitude en Normandie, S.O.S Amitié recherche des bénévoles



13 Déc 18 

À Rouen, Le Havre (Seine-Maritime) et Caen (Calvados), S.O.S Amitié cherche des écoutants. Entretien avec Jacques Agostino, bénévole depuis 20 ans.

Rouen (Seine-Maritime) a été l’une des premières antennes de S.O.S Amitiécréées en province, après Paris en 1960. Les deux autres antennes, Le Havreet Caen (Calvados), ont suivi. Jacques Agostino est écoutant depuis 20 ans à Rouen. Il explique : « Les moyens de communication se développent, et pourtant, les gens sont toujours aussi nombreux à appeler pour rompre avec la solitude. » 

« C’est avant les fêtes que l’on a le plus d’appels »

Jacques Agostino évoque les débuts de S.O.S Amitié : « À la base, c’est l’histoire d’un pasteur qui en Angleterre avait constaté que beaucoup de gens se suicidaient dans sa ville en se jetant d’un pont. Il avait alors décidé de mettre un panneau avec son numéro invitant les gens à l’appeler pour parler avant de commettre l’irréparable. En 1960, constatant que le taux de suicide était devenu très important en France, une première antenne a été créée à Paris. À Rouen, nous avons fêté nos 50 ans en 2015. »

La déficience en vitamine D chez les adultes plus âgés augmente de manière significative le risque de dépression

Univadis

Mary Corcoran   10 déc. 2018

La déficience en vitamine D est associée à une augmentation significative de la probabilité de développer une dépression plus tard au cours de la vie, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Journal of Post-Acute and Long-Term Care Medicine (JAMDA).


Cette étude longitudinale a examiné le lien entre le taux de vitamine D à l’inclusion et la dépression à 2 et 4 ans chez 3 965 adultes irlandais âgés de 50 ans et plus. Les participants atteints d’une dépression à l’inclusion ont été exclus de l’étude.


La solitude modifie le fonctionnement du cerveau

RTFLASH   11/12/2018 

Une équipe de recherche américaine, dirigée par le neuroscientifique Vibol Heng et ses collègues de l’Université Thomas Jefferson de Philadelphie, a réalisé sur des souris une étude qui montre les effets néfastes sur le cerveau d'une désocialisation et d'une solitude subies.
Ces chercheurs ont arraché des souris à leurs groupes sociaux pour une période d’un mois. Ils ont constaté que les rongeurs présentaient à la fin de leur confinement des cellules nerveuses plus petites dans certaines parties du cerveau. D'autres changements cérébraux ont suivi, affirment les auteurs, qui ont présenté leur recherche lors de la réunion annuelle de la Society for Neuroscience de San Diego en Californie.
L’isolement a des conséquences physiologiques et psychologiques importantes, telles que la dépression, le stress, les déficits cognitifs et les pertes de mémoire et de concentration. Malgré ces effets bien connus, on savait peu de choses sur l'impact de l'isolement sur le cerveau lui-même.

Santé, Médecine et Sciences du VivantMédecine La cuisine méditerranéenne contre la dépression…

RTFLASH    11/12/2018 

Des chercheurs britanniques de l'University College of London ont étudié les habitudes alimentaires de 36 000 personnes dans cinq pays - l'Australie, la France, l'Espagne, les États-Unis et le Royaume-Uni. Les scientifiques ont alors relevé divers cas similaires dans le monde entier. "On a remarqué une association entre l'adhésion à un régime méditerranéen et une diminution du risque d'inflammation et donc à un risque plus faible de dépression", expliquent-ils.

La fécondité des Françaises baisse et reste stable pour les immigrées

Après neuf ans de relative stabilité, l’indicateur conjoncturel de fécondité est passé en 2015 au-dessous de deux enfants par femme pour s’établir à 1,95.
Le Monde avec AFP Publié le 13 décembre 2018

Temps de
La fécondité diminue légèrement en France depuis 2015, tout niveau de vie et classe d’âges confondus, à l’exception de celle des femmes immigrées qui reste stable, selon une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiée jeudi 13 décembre.

VIDEO. Une puce cérébrale pour améliorer le cerveau ? Non, ce n'est pas de la science fiction

Résultat de recherche d'images pour "france info logo"

14/12/2018

La puce cérébrale qui répare le cerveau, décrypte les pensées et augmente les capacités : ça existe déjà. Et c'est le nouveau dossier d'Elon Musk.

Un patient souffrant de la maladie de Parkinson et de tremblements incontrôlables a vu ses tremblements cesser simplement en appuyant sur un bouton. C'est grâce à une petite puce cérébrale, pas plus grande qu'un grain de riz et qui répare le cerveau, augmente ses capacités mais qui permettrait aussi de le pirater. Grâce aux électrodes disposées à sa surface, elle se connecte à l'activité électrique des neurones autour d'elle, pour faire partie intégrante du cerveau. Une fois connectée aux neurones défaillants, elle modifie l'activité neuronale pour la recalibrer : cela atténue certains des symptômes comme dans le cadre de la maladie de Parkinson. 


L’oisiveté sauvera-t-elle le monde ?

LA GRANDE TABLE IDÉES par Olivia Gesbert
14/12/2018
34 MIN

Quelle alternative à la vie laborieuse ? Tom Hodgkinson déroule une éthique de la paresse dans "L'art d'être oisif dans un monde de dingue" (Les Liens qui Libèrent, 2018).
Sieste pendant une petite pluie au parc Anacostia, Washington, DC, Etats-Unis, août 2018
Sieste pendant une petite pluie au parc Anacostia, Washington, DC, Etats-Unis, août 2018 Crédits : The Washington Post - Getty
Avec l’essayiste britannique Tom Hodgkison, fondateur de la revue The Idler, « le paresseux », auteur de L’art d’être oisif dans un monde de dinguebest seller sorti en 2005 et enfin traduit en France en 2018, aux éditions Les Liens qui Libèrent, où il érige en principes tout ce que la société et la morale bannissent : sieste, grasse matinée, école buissonière, contemplation, mais aussi tabac et gueule de bois. 
Ce n’est pas impossible, de vivre une vie accomplie qui ne soit pas uniquement une vie de travail.  
(Tom Hodgkinson)
Daily Geek Show
Ce test psychologique va déterminer si vous êtes plus anxieux que la moyenne

L’anxiété a longtemps été considérée en France comme étant un symptôme des personnes de nature faible et émotive. Aujourd’hui, les progrès scientifiques ont permis de la classifier comme étant un trouble reconnu. L’anxiété toucherait même près d’un Français sur cinq. Le Daily Geek Show vous propose un test déterminant.

En pratique, ce test vous proposera un symptôme associé à une liste d’exemples pour chaque question. Choisissez le degré qui vous correspond le mieux selon votre appréciation personnelle.


Quand (et comment) avouer à votre enfant que le père Noël n'existe pas ?

Résultat de recherche d'images pour "france info :"

Tatiana Lissitzky     12/12/2016
La période des fêtes peut se retrouver gâchée par LA question qui angoisse tous les parents. Franceinfo a glané quelques conseils auprès d'une psychologue.

Il faut faire attention à ne pas annoncer trop tôt, ni trop tard, que le père Noël n\'existe pas.

Comme chaque année, la même ritournelle. Noël approche, et vous vous êtes enfin décidé à aller faire les courses, en quête du jouet idéal. Mais cette année, vous êtes inquiet. Vous le sentez bien : vos enfants commencent à douter, ils vous pressent de questions ou pire, ne s'en posent aucune. Le moment que vous redoutiez tant est arrivé : il va falloir leur avouer que le père Noël n'existe pas.


Connaissez-vous les chatbots ?




Paris, le samedi 15 décembre 2018 – Le monde est peut-être un perpétuel recommencement, mais il est cependant de nombreuses "innovations" actuelles que les plus de trente ans peinent à connaître ! A l’ère du numérique, une vedette chasse l’autre et il est parfois difficile de s’adapter à ce rythme effréné. Pourtant, comme le monde est sans doute un perpétuel recommencement, il n’est pas rare que l’on découvre que ce qui nous semble furieusement nouveau existe en réalité depuis plusieurs décennies.

Sur le divan d’Eliza

Ainsi sont les chatbots. Rien à voir avec une version mal écrite du Chat botté. Il s’agit de petit robot conversationnel, comme leur nom pourrait le laisser deviner. Aujourd’hui, les chatbots sont le nouveau produit d’appel des startups et autres entreprises de communication numérique. Mais les chatbots ne sont pas nés avec le web 3.0 ou les big data. Leur ancêtre s’appelle Eliza. Ce programme développé dans les années 60 par des chercheurs du MIT était capable de questionner un humain à la manière d’un psychothérapeute et de mener une conversation. Beaucoup s’y étaient laissé prendre.

jeudi 13 décembre 2018

PSYCHIATRIE ...

Les Chemins de la philosophie

Par Adèle Van Reeth
58 MIN 

Psychiatrie (4/4) : Heidegger, psychiatre malgré lui ?
59 MIN

Psychiatrie (4/4) : Heidegger, psychiatre malgré lui ?
LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE
LE 13/12/2018
Qu'est-ce que la Daseinsanalyse, concept pensé par Heidegger en 1927 dans son livre "Être et Temps" ? Qu'est-ce que la phénoménologie, développée par Husserl...


Psychiatrie (3/4) : Antonin Artaud, pour en finir avec l’enfermement

58 MIN

LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE

LE 12/12/2018
Antonin Artaud a passé 9 ans en institutions psychiatriques. En 1943, il dénonce les méthodes de la psychiatrie sous le pseudonyme d’Antonin Naplas, un...

Psychiatrie (2/4) : Sommes-nous tous malades ?

58 MIN

LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE

LE 11/12/2018
Il existe une proximité et une confusion entre déprime et dépression. En France, cette dernière affecterait 2,5 millions de personnes et est devenue un...

Psychiatrie (1/4) : L’Histoire de la folie par Michel Foucault

58 MIN

LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE

LE 10/12/2018
En 1961, Foucault soutient sa thèse intitulée "Histoire de la folie". Objet de nombreuses critiques, elle n'est pas tant une histoire de la psychiatrie...

Soins psychiatriques en prison : Nicole Belloubet annonce le lancement d’une étude début 2019

Elsa Bellanger
| 12.12.2018




psy prison
Crédit Photo : AFP

Interpellée hier, à l’Assemblée nationale lors des questions orales sans débat, sur la problématique de la prise en charge des soins psychiatriques des patients détenus, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a annoncé le lancement, début 2019, d’une étude « scientifique » sur les troubles psychiatriques en prison. En parallèle de la « recherche de solutions », l’étude devra aboutir à « une plus grande connaissance de la prévalence de tels troubles dans la population carcérale ».

mercredi 12 décembre 2018

Rêver sous le capitalisme





un film de Sophie Bruneau

Le rêve serait-il la voie royale d’accès à la connaissance du capitalisme ? Christophe DEJOURS*
« Rêver sous le capitalisme » est un film exceptionnel. Il est bâti sur un paradoxe : le pouvoir extraordinaire du cinéma, en effet, c’est de montrer des images animées. Et le rêve est avant tout un enchaînement d’images (sauf dans les cas rares où le rêve se réduit à une parole ou à des bruits). Or dans ce film Sophie Bruneau ne met pas en images les rêves qui lui on été rapportés. Elle respecte au contraire la caractéristique fondamentale du rêve : c’est qu’un rêve ne peut pas se montrer. Seul le rêveur peut voir son rêve, jamais personne d’autre que lui ne pourra le voir. Le rêve, définitivement, n’appartient pas au monde visible, parce qu’il appartient irréductiblement au monde subjectif. Images il est, invisible il demeure. Et quand on dit que seul le rêveur voit son rêve, c’est encore excessif: lui-même ne peut le voir qu’une seule fois, chaque réminiscence ultérieure le déforme, et il a de surcroît une fâcheuse tendance à se perdre, à s’estomper, à s’effacer. Comment peut-on seulement faire un film sur une matière invisible ? C’est pourtant le défi de cette œuvre.

Contre la suppression de la psychanalyse dans la formation des psychologues cliniciens

Pétition à l’initiative des enseignant.es et des étudiant.e.s du Département d’Études psychanalytiques de l’UFR l’Institut Humanités, Sciences et Sociétés (IHSS)  de l’Université Paris Diderot
15899 signataires depuis le 7 décembre 2018
Il y a cinquante ans, la psychanalyse entrait dans la formation des psychologues cliniciens à l’université, attirant des milliers d’étudiants et formant des psychologues reconnus dans les institutions médico-sociales et psychologiques. Ces psychologues cliniciens font du respect de la parole du sujet en souffrance la condition de leur pratique.
Depuis une dizaine d’années, le Haut conseil à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) confie la tâche d’évaluer cette formation à des psychologues d’obédience cognitivo-comportementaliste, hostiles à la formation clinique d’orientation psychanalytique. Il en résulte une volonté récurrente d’éliminer cette formation et la diversité de l’enseignement en psychologie.
L’attaque a repris d’une manière plus virulente récemment à l’occasion du renouvellement de l’accréditation de la licence en 2019. La licence de psychologie proposée par le Département d’études psychanalytiques de Paris Diderot (Paris 7) est ouvertement menacée de disparaître, au motif qu’elle assume sa spécificité psychanalytique. En s’appuyant sur des évaluations à charge, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche envisage la suppression pure et simple de cette licence, bien que celle-ci respecte le référentiel national.