Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 3 décembre 2016

Du divan aux électrochocs

Accueil    SUISSE     24.11.2016

GUÉRISON Les études l’ont démontré: pour des dépressions légères à modérées, la psychothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs.

Décodage. Antidépresseurs, acupuncture, psychothérapie, électrochocs… Les personnes en dépression ont désormais à leur disposition une palette de techniques pour s’en sortir. Les médecins, eux, ont une approche globale et tentent d’adapter le traitement à chaque patient.
Il est fini, le temps des chapelles. Psychiatres, psychologues, psycho­thérapeutes, les spécialistes ont décidé depuis quelques années de mettre en commun leurs forces pour lutter contre la dépression. Au sein des services spécialisés, dans les cantons romands, on revendique une approche globale et fédératrice: il s’agit d’abord de recevoir le patient, de l’écouter, d’analyser son profil, puis d’essayer avec lui plusieurs méthodes.

«Pendant des décennies, le patient devait s’adapter à la vision du psychiatre, relève Guido Bondolfi, médecin adjoint agrégé, responsable du programme des troubles anxieux aux HUG. Aujourd’hui, nous sommes plus sensibles au fait qu’il faut trouver la bonne chaussure au pied du patient. Cela ne sert à rien de lui imposer des approches qui ne lui conviennent pas.»

Les infirmiers anesthésistes en grève pour de meilleurs salaires

Entre 700 et 1 000 personnes se sont rassemblées à Paris pour réclamer une rémunération à la hauteur de leurs cinq années d’études et de leur master.
Le Monde.fr avec AFP

Des centaines d’infirmiers anesthésistes et étudiants ont manifesté jeudi 24 novembre à Paris.
Des centaines d’infirmiers anesthésistes et étudiants ont manifesté jeudi 24 novembre à Paris. JULIE SEBADELHA / AFP

Les infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat (IADE) et les étudiants étaient appelés à faire grève jeudi 24 novembre par l’intersyndicale SNIA-CGT-FO-Aneia pour réclamer de meilleurs salaires, à la hauteur de leurs cinq années d’études et de leur master.

L'éducation thérapeutique en ambulatoire du CH Esquirol permet d'impliquer les patients psychotiques

L'ARS Nouvelle-Aquitaine a autorisé le CH Esquirol de Limoges (Haute-Vienne) à mettre en œuvre un programme ambulatoire d'éducation thérapeutique (ETP) pour les patients psychotiques et leurs aidants à domicile. Le CH entend ainsi rendre ces patients "pleinement acteurs de leur processus de soins et, de fait, leur permettre de reprendre leur vie en main", a-t-il informé dans un communiqué ce 29 novembre. Ce projet, impulsé par Robert Costanzo, chef du pôle des usagers, associe les patients, les familles et les soignants "dans une alliance thérapeutique dynamique". Encourager l'autonomie, améliorer la qualité de vie des patients, permettre aux aidants de mieux accompagner les personnes souffrant de maladie mentale sont les priorités de ce dispositif. Pour le patient, il s'agit concrètement d'apprendre à connaître la maladie et son traitement médicamenteux et à reconnaître les signes de début d'une aggravation ainsi que les circonstances favorisantes. "De la sorte, chaque patient doit se trouver en mesure de faire appel à une aide en cas d'urgence et savoir parler de l'évolution de sa pathologie au soignant", explique le CH Esquirol. Il doit en outre permettre de renforcer les habiletés nécessaires de ces patients au maintien d'une insertion sociale voire professionnelle et d'une qualité de vie optimale. "Le patient devient un acteur de sa prise en charge", résume Robert Costanzo.

Quel rôle jouent nos rêves sur notre mémoire et nos émotions ?



Conférences  Universcience 

Tout le monde rêve, même celui qui ne s’en souvient pas ! Pourquoi rêve-t-on ? Comment le cerveau endormi construit des récits détaillés et complexes ? Peut-on diriger ses rêves, maîtriser ses cauchemars ? Nos nuits n’ont pas livré tous leurs mystères…

Quel rôle jouent nos rêves sur notre mémoire et nos émotions ?
Quel rôle jouent nos rêves sur notre mémoire et nos émotions ? Crédits : eflon / Flickr
Jacqueline Carroy , historienne des sciences à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Lire la suite et voir la conférence ...

Fillon, Mélenchon, Le Pen… : la Mutualité décrypte les programmes santé

Cyrille Dupuis    01.12.2016

La santé sera-t-elle un sujet majeur, voire décisif, de la campagne présidentielle 2017 après avoir été quasi absente en 2007 et 2012 ?
En lançant ce jeudi un ambitieux site participatif PlacedelaSante.fr pour « décrypter les programmes » des candidats à l'Élysée en matière de protection sociale, la Mutualité française affiche en tout cas sa volonté de « donner des clés de compréhension »à l'heure où le débat se cristallise sur les propositions radicales de François Fillon.    
« La santé est au cœur des préoccupations de nos concitoyens mais c'est beaucoup moins le cas des personnes qui aspirent aux plus hautes fonctions de l'État », a déclaré Thierry Beaudet, président de la FNMF, lors du lancement de ce site à Paris, en présence de trois think tanks partenaires (Fondapol, Fondation Jean Jaurès et Terra Nova). « Ce n'est pas un comparateur et il ne s'agit pas de distribuer les bons et les mauvais points, notre démarche vise à nourrir les débats et à éclairer les choix », assure le président de la Mutualité, une façon d'écarter la critique d'un positionnement partisan.

Personnes vivant avec le VIH ou VHB/VHC : un quart des discriminations intervient dans le domaine médical

Coline Garré     01.12.2016


À l'occasion de la journée mondiale de ce 1er décembre, l'association AIDES dénonce dans son rapport « la Face cachée des discriminations », rédigé en collaboration avec le Défenseur des droits, la persistance des discriminations dont sont victimes les séropositifs : 23,6 % des personnes vivant avec le VIH et 27,3 % de celles atteintes d'une hépatite ayant subi des discriminations l'ont été dans un contexte médical. Ces données font du domaine médical le deuxième lieu de discrimination à l'égard des personnes atteintes de VIH, VHB ou VHC, derrière la sphère affective et sexuelle.

Les enfants exposés aux violences collectives


Les enfants exposés aux violences collectives

Les enfants exposés aux violences collectives ont été confrontés à des traumatismes individuels, familiaux et/ou groupaux qui fragilisent leur développement. La perte des enveloppes culturelles et/ou familiales peut alors générer la « crainte de l’effondrement » psychique de ces enfants en mettant à mal leur continuité d’existence.


Le troisième cycle des études médicales s'organisera en trois phases dès la rentrée 2017


Le troisième cycle des études médicales s'organisera désormais en trois phases. Un décret, publié ce 27 novembre au Journal officiel, détaille le nouveau dispositif. La veille, la ministre des Affaires sociales et de la Santé l'avait présenté aux internes. La possibilité d'une réorientation en troisième cycle est désormais ouverte.

Il était particulièrement attendu et engendrera des changements tangibles dès la rentrée universitaire 2017-2018. Le décret relatif à l'organisation du troisième cycle des études médicales a été publié ce 27 novembre au Journal officiel. C'est devant les étudiants de l'Intersyndicat national des internes (Isni) réunis en université de rentrée la veille, que la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a dévoilé les grandes lignes de cette réforme.

Amiens aura son pôle psychiatrique

  Par TÉRÉZINHA DIAS   01/12/2016



La clinique du Campus, maison de santé psychiatrique, ouvrira à l’été 2017 à proximité du centre hospitalier Pinel. L’unité de soins réservée aux seniors accueille déjà des patients.


La clinique du Campus ouvrira ses portes à l’été 2017 route d’Amiens, à proximité immédiate du centre hospitalier Pinel avec lequel des accords de coopérations médicales ont été validés. Une unité spécifique accueillera les adolescents et jeunes adultes.

La clinique du Campus ouvrira ses portes à l’été 2017 route d’Amiens, à proximité immédiate du centre hospitalier Pinel avec lequel des accords de coopérations médicales ont été validés. Une unité spécifique accueillera les adolescents et jeunes adultes.

Elle a vocation à devenir, à termes, la première clinique psychiatrique privée de la Somme. Mais le chemin a été long avant d’aboutir, ce lundi 1er décembre, à la pose de la première pierre. Celle de la future clinique du Campus, maison de santé spécialisée dans les troubles psychosomatiques et psychiatriques, à Dury. Fruit d’un partenariat entre la Polyclinique de Picardie, le groupe de santé Victor Pauchet et Clinipsy, réseau des cliniques indépendantes de psychiatrie, elle ouvrira ses portes à l’été 2017 route d’Amiens, à proximité immédiate du centre hospitalier Pinel avec lequel des accords de coopérations médicales ont été validés. Une complémentarité saluée par les directeurs des groupes Polyclinique et Pauchet, qui y voient l’occasion de créer un véritable pôle public/privé de santé psychiatrique à Amiens et de rééquilibrer l’offre de soins sur le territoire de l’ex-Picardie. « Nous avions identifié, avec l’Agence régionale de santé, les lacunes en termes de prise en charge dans le département. Il s’avère que les capacités n’étaient jusqu’à présent pas assez bien réparties, au profit de Clermont (Ndlr : centre hospitalier interdépartemental basé dans l’Oise). Il nous fallait rééquilibrer l’offre au profit d’Amiens afin de répondre le mieux possible aux attentes de la population », explique Stephan De Butler, PDG du groupe Pauchet.

LIBAN Les psychoses, la schizophrénie et la psychothérapie institutionnelle (suite)

LA PSYCHANALYSE, NI ANGE NI DÉMON
01/12/2016     
Un jeune homme schizophrène est hospitalisé dans notre service de psychiatrie à l'Hôpital Mont-Liban. Il venait de passer huit mois au lit. Il n'en sortait pas, ne parlait pas, ne demandait rien, il y mangeait à peine et il y faisait ses besoins. Sa mère faisait office de nourrice, d'infirmière, d'aide-soignante, etc.
Dans le service, il avait le même comportement. Les infirmiers et aides-soignants l'avaient « à la bonne ». Mais très vite, devant son extrême passivité, l'équipe s'essouffla. Il fallait le laver trois fois par jour tellement il puait. Il ne demandait rien, ce qui était le plus difficile pour l'équipe. Et comme on le sait par Lacan, « toute demande est une demande d'amour », l'équipe était convaincue que ce jeune ne les aimait pas.


Hôpital : les directeurs en grève portent le chapeau au pied du ministère

Anne Bayle-Iniguez   30.11.2016

Dir hopitaux

Les directeurs d'hôpitaux, directeurs des soins et directeurs des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux (D3S) manifestent ce mercredi à 14 h 30 sous les fenêtres de Marisol Touraine (Place Laroque, Paris 7e) pour réclamer l'unicité statutaire et l'alignement des carrières entre les différents corps, répondant à l'appel du SYNCASS-CFDT, de CH-FO et de l’UFMICT-CGT.
Sans être opposés sur le principe à la réforme des groupements hospitaliers de territoire (GHT), les directeurs s'agacent de devoir mettre en œuvre « dans des conditions peu favorables qui affectent le management et dégradent [leurs] conditions de travail » des « restructurations mal conçues et pour lesquelles [ils] porteront le chapeau ». Pour manifester leur mécontentement face au ministère qui oppose à leurs revendications « un déni qui devient méprisant », les directeurs ont l'intention de protester… chapeautés.

Est-on libre de disposer de son corps ?

29.11.2016

Conférences

Normatisation, hyper-moralisation, hygiénisme : ce que devient la société au nom de la santé publique et de la marchandisation, redimensionne la liberté individuelle et le libre arbitre. Pour le meilleur et pour le pire...

Est-on libre de disposer de son corps ?
Est-on libre de disposer de son corps ? Crédits : T.T. -Getty
Lire la suite et écouter la conférence ...

Où l’on cherche des jeunes psychiatres pour la recherche

28/11/2016


L’importance de la recherche pour renforcer notre compréhension des maladies et l’efficacité des thérapeutiques proposées n’est plus à démontrer  : selon un aphorisme célèbre, « le médecin gagne sa vie avec ce qu’il sait déjà, et le chercheur avec ce qu’il ignore encore. » Cela vaut aussi, bien sûr, pour les maladies mentales. Cependant, le nombre des jeunes chercheurs diminue, notamment en Amérique du Nord, et ce déclin de la recherche médicale « est encore plus significatif en psychiatrie » rappellent des psychiatres canadiens.
Les auteurs ont consacré une étude à ce sujet, à partir d’une enquête en ligne réalisée auprès de 853 résidents en psychiatrie exerçant au Canada. Premier constat, déjà révélateur : seuls 207 de ces jeunes professionnels (soit 24,3 %) ont accepté de répondre à l’enquête, ce qui peut laisser supposer que les résultats (peu reluisants sur la place concrète de la recherche en psychiatrie) sont affectés en plus d’un biais de sélection, dans la mesure où les sujets ayant participé effectivement à l’étude sont pourtant les plus motivés par la recherche, les autres (3/4 des jeunes psychiatres) étant vraisemblablement restés à l’écart de cette enquête.

Le CH de Troyes expérimente son système de géolocalisation en établissement



Le projet Gino, pour Geolocalisation indoor n'outdoor, du CH et de l'université de technologie de Troyes (Aube) est sur les rails. "Il s'agit du développement d'un système unique au monde qui permet de développer une géolocalisation basée sur le réseau wifi d'un établissement de santé ou médico-social (indoor) mais aussi sur le signal GPS (géopositionnement par satellite) pour la géolocalisation à l'extérieur des bâtiments", explique le CH dans un communiqué. Cette opération de développement est entièrement financée par la région Grand-Est qui octroie une dotation de 100 000 euros dans le cadre du plan Innov'Action.

Sevrage à la cocaïne : des résultats «extraordinaires» avec des enzymes génétiquement modifiées

Alain Dorra    29.11.2016


cristaux cocaine
Le problème posé par le sevrage de l’addiction à la cocaïne reste actuellement irrésolu. D'où l'existence de plusieurs axes de recherche actuellement en cours, détaillés par le Dr Laurent Karila (addictologie, hôpital Paul Brousse (Villejuif) lors du huitième congrès de psychiatrie française (Montpellier, 23 au 26 novembre).
Il a, à cette occasion, souligné l’intérêt d’une nouvelle méthode de sevrage de la cocaïne utilisant des enzymes génétiquement modifiées, qualifiant cette nouvelle approche « d’extraordinaire ». Plusieurs équipes chinoises qui travaillent sur ce sujet ont en effet mis au point des enzymes qui métabolisent la cocaïne en pouvant transformer activement celle-ci en métabolites inactifs dans le plasma. La cocaïne n’a alors plus aucun effet, ni craving ni euphorie, ce qui implique une plus grande facilité de sevrage.

Les infirmiers ont leur propre code de déontologie

27.11.2016
Pour l'Ordre des infirmiers, c'est surement un vrai motif de satisfaction. Alors qu'il y a peu de temps encore, cette récente instance jouait sa survie, elle vient de voir aboutir son travail sur le code de déontologie de la profession. Le décret créant le premier code de déontologie des infirmiers est en effet paru dimanche au JO. Ce code de déontologie qui comprend l'ensemble des droits et devoirs des infirmiers se substitue aux règles professionnelles qui figuraient dans le code de la santé publique et qui n'avaient pas été modifiées depuis 1993.

Inauguration d'une clinique qui propose une nouvelle approche de la psychiatrie intégrative, rééducative et positive

Accueil
A la découverte de la Clinique du Dauphiné - (Ex Le Coteau) à Seyssins (38) qui dispose d'une unité de gérontopsychiatrie 


Longtemps stigmatisée par la Société, la psychiatrie est aujourd'hui en pleine mutation.
Le 17 novembre prochain, la Clinique du Dauphiné (ex-Clinique Le Coteau), inaugurera son nouvel établissement, 6 000 m2 flambants neufs à Seyssins (38), au sein d'un parc de plus de 2 hectares. C'est une véritable mue que réalise la Clinique, à la fois sur le plan de l'évolution de son offre de soins et de la mise en œuvre d'un projet innovant.

Dix-neuf expérimentations d'accompagnement à l'autonomie des patients vont pouvoir débuter




Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a signé le 28 novembre l'arrêté fixant la liste des dix-neuf premiers lauréats de l'appel à projets sur l'accompagnement à l'autonomie en santé, lancé en mars dernier. Ces projets pilotes expérimenteront, rappelle le ministère dans un communiqué, "des dispositifs d’accompagnement des personnes malades, en situation de handicap ou à risque de développer une maladie chronique, dans le but de renforcer leur autonomie. Il s'agit de proposer des services susceptibles d'accroître leur capacité à s'orienter au quotidien dans leur parcours de santé et dans leur parcours de vie."

Les infirmièr-e-s en manque de reconnaissance

SWI swissinfo.ch  SUISSE    01. DÉCEMBRE 2016


Horaires irréguliers, heures supplémentaires, stress, pression et manque de disponibilité des supérieurs, le métier d'infirmier et d'infirmière est de moins en moins attirant. Pire, près de la moitié quittent la profession en cours de carrière.



jeudi 1 décembre 2016

Moselle Psychiatrie : les gouvernantes refusent de bosser au rabais

  30/11/2016

Huit gouvernantes de Moselle, qui s’occupent d’adultes protégés suivis en psychiatrie mais vivant en appartement, refusent leur nouveau statut et une baisse de rémunération. L’Udaf s’inquiète pour l’avenir d’un système original.


« Notre métier est spécifique. Il demande des compétences psychologiques, un savoir-faire, qui sont loin de la seule aide  à domicile », expliquent Aimée et Karima.  Photo RL/Pascal BROCARD
« Notre métier est spécifique. Il demande des compétences psychologiques, un savoir-faire, qui sont loin de la seule aide à domicile », expliquent Aimée et Karima. Photo RL/Pascal BROCARD 
Au premier étage d’un immeuble de Metz-Borny, Karima et Aimée sont en cuisine et préparent le repas de midi. Brocolis, cordon bleu et yaourt : le menu du jour satisfait Robert, qui regarde Nagui à la télé. A ses côtés, Fausto somnole dans son fauteuil. « Nous sommes des mamans avec de grands enfants », rigole Karima, « 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ». Hygiène, ménage, rendez-vous médicaux, argent de poche, elles sont deux gouvernantes à s’occuper de dix adultes protégés dans quatre appartements, suivis en psychiatrie mais assez stabilisés pour vivre hors des murs d’une structure spécialisée. Le système original des « familles gouvernantes », né dans la Marne et importé en Moselle par l’Union des associations familiales (Udaf) au tournant des années 2000, vit cependant des mois difficiles. Contraint de se réformer mais coincé entre respect de la loi et faibles moyens budgétaires. Aimée et Karima, ainsi que six autres de ces « mamans professionnelles » de Metz, Fameck et Hayange étaient jusqu’alors rémunérées par les adultes protégés, sous le contrôle de l’Udaf, mandataire judiciaire à la protection des majeurs. Un principe gagnant-gagnant : autofinancé par les allocations des "employeurs" et économe pour l’hôpital spécialisé et ses prix de journée très élevés (300 € par mois en appartement par résidant contre 120 à 480 €/jour en institution).

Psy, soins et accueil, debout !!

Psy, soins et accueil, debout !!debout !

!

manif 28, psy, soins, accueil, debout

Nous sommes de plus en plus de professionnels, patients, parents et personnes concernées par la psychiatrie, désirant porter haut et fort notre mécontentement en ce qui concerne la loi de santé (Loi Touraine) instaurant les Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT), la disparition du secteur psychiatrique, la dégradation des moyens pour accueillir et soigner, les pratiques de contentions et la restriction à une conception neuro-biologique de la pathologie psychique et sa sur-médicalisation majoritaire en psychiatrie.

Nous sommes solidaires avec toutes les luttes engagées contre la destruction des acquis sociaux. Nous partageons le constat d'une dérive néo-libérale qui engendre de façon insidieuse, mais massive, la destruction du service public, éloignant du soin les personnes les plus fragiles et participant à un processus toujours plus marqué de leur précarisation, de leur exclusion et de leur enfermement.


mercredi 30 novembre 2016

Santé des jeunes : François Hollande dévoile un plan qui fait la part belle aux psys

Coline Garré    29.11.2016

François Hollande avait fait de la jeunesse une priorité de son quinquennat. Le président de la République, entouré de pas moins de 4 ministres (Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Laurence Rossignol et Patrick Kanner) a dévoilé ce 29 novembre, à l'Élysée, un plan santé et bien-être des jeunes, nourri du rapport du Pr Marie Rose Moro (professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Université de Paris-Descartes, Sorbonne Paris-Cité et chef de service de la Maison de Solenn) et de Jean-Louis Brison (inspecteur d’académie).
Selon le Pr Moro, 8 à 15 % des jeunes Français seraient en souffrance psychique. « Sur 50 000 à 80 000 viols ou violences sexuelles annuelles, 40 % concernent des moins de 15 ans », a souligné de son côté Laurence Rossignol. En face, le système de santé patine : entre 2007 et 2014, on constate une diminution de 48 % des postes de pédopsychiatrie, en même temps qu'une augmentation de 22 % des jeunes suivis en psychiatrie infanto-juvénile. « Il faut augmenter le bien-être de tous, à l'intérieur de l'école », a exhorté le Pr Moro. « L'école est un lieu où l'on peut percevoir les signes de souffrance », a complété Jean-Louis Brison.

mardi 29 novembre 2016

Le débat sur l’avortement se crispe

Les évêques réclament l’abandon d’une proposition de loi qui étend aux sites Internet le délit d’entrave à l’IVG.
LE MONDE  | Par Cécile Chambraudet Gaëlle Dupont
C’est une prise de position importante que la gauche n’attendait sans doute pas, à la veille du débat parlementaire relatif à l’extension aux sites Internet du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), prévu jeudi 1er décembre à l’Assemblée nationale. Dans une lettre datée du 22 novembre mais rendue publique par l’épiscopat lundi 28 novembre, le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Georges Pontier, demande à François Hollande de ne pas laisser « arriver à son terme » cette réforme. Une telle initiative épistolaire est d’autant plus marquante qu’elle est rare. L’archevêque de Marseille, reconnu pour sa pondération, affirme que la proposition de loi porte « une atteinte très grave aux principes de la démocratie ».
Le texte, présenté par l’ensemble de la majorité à l’Assemblée, relaie une initiative de la ministre des droits des femmes, Laurence Rossignol. Son objectif est de lutter contre les contenus « trompant délibérément les internautes en se faisant passer pour des sites officiels ou neutres, et cherchant à dissuader les femmes de recourir à l’IVG », selon le ministère.
Mme Rossignol a d’abord tenté de faire adopter la mesure début octobre, par un amendement au projet de loi égalité et citoyenneté, mais il a été rejeté par le Sénat. « Etre hostile à l’IVG est une opinion protégée par les libertés publiques en France, avait déclaré la ministre au Monde lors de la présentation de la mesure fin septembre. Mais créer des sites qui ont toutes les apparences officielles pour, en fait, donner des informations biaisées visant à dissuader, à culpabiliser, ou à assigner au traumatisme n’est pas acceptable. Nous ne sommes pas contre l’existence de sites de propagande anti-IVG. Nous souhaitons qu’ils cessent de se dissimuler et s’assument comme tels. »
Selon le gouvernement et sa majorité, le délit d’entrave à l’IVG, créé en 1993, s’est déplacé. Il ne s’exerce plus par une présence physique devant les hôpitaux, mais en ligne. « Internet est souvent la première source d’information en matière de santé, en particulier chez les jeunes, a affirmé Catherine Coutelle, rapporteure du texte, lors de sa présentation devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée, mercredi 23 novembre. Certains sites effectuent une désinformation volontaire et exercent une pression morale sur les femmes enceintes. »

FIN DE VIE : "MÊME AUX DERNIÈRES HEURES, LES CHANGEMENTS IDENTITAIRES SONT ENCORE POSSIBLES POUR LA PERSONNE"

Accueil  28 novembre 2016


Plusieurs études concernant le « temps du mourir » commencent à voir le jour, notamment de la part de professionnels des soins palliatifs. Axelle van Lander, psychologue en soins palliatifs au CHU de Clermont-Ferrand, publie « Apports de la psychologie clinique aux soins palliatifs[1]». Elle explique : « Je voulais décrire pourquoi, et notamment chez ceux qui souhaitent maintenir jusqu’au bout les entretiens avec les psychologues, la fin de vie peut devenir, du point de vue identitaire, une opportunité ».

 Apports de la psychologie clinique aux soins palliatifs

Ce sont 344 patients admis en soins palliatifs et 1120 entretiens menés par 26 psychologues qui ont constitué la base de ce livre, qui se présente comme une étude sur « la crise du mourir ». La psychologue a ainsi pu établir que « même aux dernières heures, les changements identitaires sont encore possibles pour la personne, ce qui signifie d’une certaine manière qu’elle peut être vivante jusqu’au bout » (cfRéinventer les soins palliatifs pour échapper aux « unités de soins sédatifs »).