Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 3 décembre 2016

Personnes vivant avec le VIH ou VHB/VHC : un quart des discriminations intervient dans le domaine médical

Coline Garré     01.12.2016


À l'occasion de la journée mondiale de ce 1er décembre, l'association AIDES dénonce dans son rapport « la Face cachée des discriminations », rédigé en collaboration avec le Défenseur des droits, la persistance des discriminations dont sont victimes les séropositifs : 23,6 % des personnes vivant avec le VIH et 27,3 % de celles atteintes d'une hépatite ayant subi des discriminations l'ont été dans un contexte médical. Ces données font du domaine médical le deuxième lieu de discrimination à l'égard des personnes atteintes de VIH, VHB ou VHC, derrière la sphère affective et sexuelle.

Refus de soins
Ces discriminations prennent la forme de refus de soins. L'enquête VHV, réalisée en mars 2016 auprès de 1 080 personnes fréquentant les accueils et actions de AIDES – dont 29,6 % de séropositifs au VIH et/ou aux hépatites, révèle que 10,2 % des répondants ont été confrontés à un refus de soins au cours des 24 derniers mois – un taux proche des 11,6 % de l'enquête ANRS Vespa 2, souligne le rapport.
Ces refus émanent de généralistes dans 43,3 % des situations et de spécialistes dans 63,3 % des cas. Comme l'an passé, les dentistes sont les plus fréquemment cités et, dans une moindre mesure, les chirurgiens et les services hospitaliers des urgences, lit-on. Parmi les causes supputées par les victimes, 31,5 % évoquent leur consommation de produits psychoactifs, 19 % leur séropositivité, 18 % la couverture maladie et 18 % leur apparence vestimentaire. Le Défenseur des droits tire la sonnette d'alarme sur ces refus de soins. Fin 2016, sera publiée une enquête sur les pratiques médicales et dentaires « entre différenciations et discriminations », écrit-il.
Plaidoyer pour la transparence dans le prix des médicaments
Si AIDES reconnaît que la polémique autour du prix du Sovaldi (41 000 euros pour trois mois de traitements) et de son rationnement est en passe de s'apaiser, l'association ne désarme pas quant à la méthode de fixation des prix des médicaments. Et réclame l'intégration des usagers à chaque étape de ce processus.
AIDES prend aussi la défense des personnes trans, voyant dans la loi « Justice du XXIe siècle » une occasion manquée pour simplifier leur changement d'état civil« Nous ne pourrons mettre fin aux discriminations et à la stigmatisation transphobes tant que l'État ne sera pas exemplaire sur cette question », estime Aurélien Beaucamp, président de AIDES.
Enfin, l'association dénonce les restrictions d'accès à la santé pour les personnes étrangères – qui représentent 45 % des découvertes annuelles de séropositivité au VIH en 2014. L'association déplore, en écho au travail du Défenseur des droits, la réforme de l'immigration du 7 mars 2016 qui transfère à l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), sous le ministère de l'Intérieur, l'évaluation médicale des demandes de titres de séjour pour soins, avant réalisée par les médecins des ARS. AIDES réitère enfin son opposition à la loi visant à lutter contre le système prostitutionnel, qui risque d'éloigner les victimes des réseaux de soutien tout en les exposant davantage à la violence de certains clients. 

Aucun commentaire: