Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 29 novembre 2016

Vers des interdictions professionnelles dans le champ de la psychiatrie?

Un projet de résolution portée par des parlementaires se propose d'instaurer une science officielle sous contrôle étatique dans le champ de la psychiatrie, d'éradiquer la psychanalyse du champ du soin psychiatrique, de punir pénalement les récalcitrants. Voici :
Ce projet de résolution, intitulé « promouvoir une prise en charge de l’autisme basée sur les recommandations de la Haute Autorité de santé » va être discuté au Parlement dans les prochains jours. Il a été enregistré le 13 octobre 2016 ; il est signé par plusieurs dizaines de parlementaires sous la conduite de Daniel Fasquelle, parmi lesquelles on trouve aussi bien les archaïques Bernard Debré et Bernard Accoyer que le «jeune » réactionnaire Laurent Wauquiez ou la moderniste ultra-libérale Nathalie Kosciusko-Morizet.
En voici des extraits de ce projet de résolution :
Le Parlement
« Invite le Gouvernement français à prendre « des mesures immédiates pour assurer que les droits des enfants autistes, en particulier leur droit à l’éducation inclusive, soient respectés, que les recommandations de la Haute Autorité de santé de 2012 soient juridiquement contraignantes pour les professionnels qui travaillent avec des enfants autistes, et que seuls les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute Autorité de santé soient autorisés et remboursés » comme le Comité des droits de l’enfant de l’ONU le préconise ;
Invite le Gouvernement français à interdire, sur le plan légal, la pratique du packing sur les personnes autistes et toute autre pratique assimilable à de la maltraitance ;
Invite le Gouvernement français à faire reconnaître sans aucune réserve et officiellement, par la Fédération française de psychiatrie, les recommandations de bonnes pratiques de la HAS et de l’ANESM afin qu’elle renonce officiellement au packing, à la psychanalyse et à toutes les approches maltraitantes ;
Invite le Gouvernement français à faire systématiquement engager la responsabilité pénale des professionnels de santé qui s’opposent aux avancées scientifiques et commettent des erreurs médicales en matière d’autisme conformément à l’article L. 1142-1 du code de santé publique ;
Invite le Gouvernement français à fermement condamner et interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes, dans la prise en charge de l’autisme car n’étant pas recommandées par la HAS.
Donc ces députés demandent que les « recommandations de la Haute autorité de santé » deviennent « juridiquement contraignantes ». Ils demandent l'interdiction du packing, et à poursuivre « pénalement » ceux qui ne suivront pas ces prescriptions devenues étatiques. Ils écrivent que des « recommandations » deviennent « contraignantes »; ces recommandations concernent le domaine du soin en psychiatrie. C'est une vérité scientifique sous contrôle étatique qui est benoîtement proposée ainsi. Ils ignorent qu'une recommandation n'a pas vocation à devenir impérative, que les discussions scientifiques ne sont pas du même ordre que les discours de néoconservateurs, et c'est bien inquiétant.
Ce sont les pédopsychiatres, psychiatres qui sont visés dans leur liberté de prescription. Ces adeptes de la liberté d'installation sans entrave des médecins et surtout des cliniques privées veulent contrôler au plus prêt les prescriptions médicales ici! C'est nouveau.

Aucun commentaire: