Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 16 septembre 2017

La prison, «miroir grossissant» des stéréotypes sur la sexualité féminine

Par Juliette Deborde — 

Des portes de cellules au Centre pénitentiaire pour femmes de Rennes (Ille-et-Vilaine), en septembre 2013.
Des portes de cellules au Centre pénitentiaire pour 
femmes de Rennes (Ille-et-Vilaine), en septembre 2013. 
Photo Damien Meyer. AFP

La Sexualité en prison de femmes

Dans un ouvrage paru fin août, la sociologue Myriam Joël interroge des dizaines de détenues sur leur rapport à la sexualité dans l'univers carcéral, essentiellement masculin


Dictionnaire amoureux de la psychanalyse Élisabeth ROUDINESCO

Plon


05 Octobre 2017
608 pages

"Surveiller et punir" de Michel Foucault, pourquoi le lire aujourd'hui ?

Conférences   14/09/2017

Que nous apprend la relecture de "Surveiller et punir" ? Des réformes et des alternatives sont aujourd’hui étudiées. Peut-on sortir des deux extrêmes que constituent la répression et la surveillance pour remettre la dignité humaine et la réhabilitation au centre des débats sur la justice ?

"Surveiller et punir" de Michel Foucault, comment et pourquoi le lire aujourd'hui ?
"Surveiller et punir" de Michel Foucault, comment et pourquoi le lire aujourd'hui ? Crédits : Francoise VIARD - Getty

Peut-être avons-nous honte aujourd'hui de nos prisons. Le XIXe siècle, lui, était fier des forteresses qu'il construisait aux limites et parfois au cœur des villes. Elles figuraient toute une entreprise d'orthopédie sociale. Ceux qui volent, on les emprisonne ; ceux qui violent, on les emprisonne ; ceux qui tuent, également. D'où vient cette étrange pratique et le curieux projet d'enfermer pour redresser ?

[...] Un débat enregistré en 2015.
Pierre Joxe, ancien ministre et ancien premier président de la Cour des comptes, avocat à la Cour
Frédéric Gros, philosophe.

Lettre au président de la république : Pour la Psychanalyse



Pour la promotion de la psychanalyse dans les lieux de soins, à l’université et dans les laboratoires de recherche
La Santé Mentale va mal dans notre pays. Aux difficultés matérielles s’ajoutent des orientations politiques qui compromettent la qualité des soins. En France, la psychanalyse a joué un grand rôle, fidèle aux aspirations humanistes de bonheur et de progrès de notre République. Elle est depuis longtemps une référence majeure de la vie intellectuelle.

Une campagne de sensibilisation contre les violences verbales des parents envers les enfants

Résultat de recherche d'images pour "france info"
12/09/2017
Capture d\'écran d\'une campagne vidéo de sensibilisation contre les violences verbales des parents envers les enfants, mis en ligne le 11 septembre 2017.
Capture d'écran d'une campagne vidéo de sensibilisation contre les violences verbales des parents envers les enfants, mis en ligne le 11 septembre 2017. (OVEO / YOU TUBE)


"Mais qu’est-ce que j’ai fait pour avoir un fils comme toi !" "Tu ne devrais pas mettre ce tee-shirt, il te fait des gros bras." Ces phrases entendues pendant l'enfance peuvent marquer une vie d'adulte. C'est le sens d'une campagne de sensibilisation contre les violences verbales prononcées, parfois, par les parents à l'encontre de leurs enfants, lancée mardi 12 septembre sur internet, par l'Observatoire de la violence éducative ordinaire (Oveo) et Stop VEO, Enfance sans violences. 


Rentrée au club de la Chesnaie

La Nouvelle République
15/09/2017

Revivor, groupe franco-anglais ouvre le bal. - Revivor, groupe franco-anglais ouvre le bal. - (Photo Romain Lhuissier)
Revivor, groupe franco-anglais ouvre le bal. - (Photo Romain Lhuissier)

Vendredi 22 septembre à 21 h : Revivor (modern soul). Faire « renaître » les sensations de la soul à l'ancienne avec une fraîcheur actuelle, c'est Revivor, groupe né entre Londres et Tours. Renn, un chanteur et auteur londonien, rencontre deux frères tourangeaux, Mathieu et Thomas Burgot, organiste et guitariste de la scène blues R'n'B. De 7 à 14 € 

Samedi 7 octobre à 15 h : Pierre Delion et Patrick Coupechoux. L'Epic accueille « Les Rendez-vous de l'Histoire » : Pierre Delion et Patrick Coupechoux présentent leur livre « Mon combat pour une psychiatrie humaine ». « Dans les années qui ont suivi la Libération, notre pays a connu une révolution en psychiatrie. Pour la première fois, on a considéré les malades mentaux comme des êtres humains et l'on a inventé une nouvelle psychiatrie qualifiée de " désaliéniste " car elle entendait en finir avec l'asile et l'enfermement. »Aujourd'hui, cette psychiatrie est menacée de disparition au profit de pratiques inhumaines d'abandon et d'enfermement. Entrée libre. 

Lire la suite ...

Sainte-Anne : de l'«asile de fous» champêtre à l’hôpital ouvert sur la ville

Par AFP — 

Un pavillons de l'hopital Sainte-Anne, inscrits à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, le 7 février 2007 à Paris.
Un pavillons de l'hopital Sainte-Anne, inscrits à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, le 7 février 2007 à Paris. Photo JOEL SAGET. AFP


Camisoles, douches froides et chambres capitonnées: ces clichés sur l’univers psychiatrique sont encore solidement ancrés dans l’imaginaire collectif. A l’occasion des Journées du patrimoine, l’hôpital Sainte-Anne, établissement phare de l’histoire de la psychiatrie, veut faire voler en éclat ces idées reçues.

L’hôpital parisien, qui fête ses 150 ans cette année, proposera samedi et dimanche une exposition du photographe franco-iranien Reza, des visites commentées, une conférence sur la prise en charge des troubles mentaux de l’enfant et une rencontre avec l’historien Stéphane Henry, co-auteur d’un livre qui retrace l’évolution de l’établissement.

Comment tromper le désespoir ?

Les Chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth

14/09/2017

Peut-on être optimiste et désespéré à la fois ?

Le désespéré
Le désespéré Crédits : Gustave Courbet


Le concept de l'angoisse (1844) et le Traité du désespoir (1849) de Kierkegaard sont deux textes fondateurs de l'existentialisme. Ils ont entre autres inspiré Ibsen, Heidegger, et Sartre, qui ont repris l'angoisse comme étant le sentiment, qui décrit le mieux l'homme mis en face de sa liberté.
"L'angoisse est le vertige de la liberté" déclare Kierkegaard. L'angoisse, le désespoir, ces états de tristesse qui empoignent l'existence, n'ont-ils rien à nous apprendre sur ce que signifie être libre ? Pour Kierkegaard, l'angoisse met l'homme face à sa liberté comme un enfant qui découvre pour la première fois le sentiment d'exister.
Pour une heure, acceptons de porter cette angoisse. Peut-être qu'à la clé, se trouve le secret de notre liberté.

Stigmatisation de la schizophrénie : le CSA met en garde France 2 après l'épreuve de « Fort Boyard »

Coline Garré
| 14.09.2017


Le Conseil supérieur de l'audiovisuel « met en garde » publiquement France Télévisions, après la diffusion dans le jeu « Fort Boyard », le 24 juin 2017, d'une séquence intitulée « l'asile » - remontée et renommée « la cellule capitonnée » une semaine après la première diffusion.

vendredi 15 septembre 2017

Guéri d'un cancer, le journaliste Patrick Chêne rend hommage à l'hôpital public

15/09/2017



Patrick Chêne a commenté le Tour de France de 1989 à 2000., sur Antenne 2 puis France 2.

Patrick Chêne, ancien de France télévisions, pour qui il a commenté le Tour de France, présenté le Téléthon et le 13 Heures, révèle avoir été soigné pour un cancer. Louant la qualité des personnels soignants, il défend le service public hospitalier, tout en appelant à un assouplissement des contraintes administratives qui pèsent sur notre système de santé.


Le spleen de la génération Y inspire les étudiants en art

  • Camélia Echchihab 
  • 14/09/2017


    Caner Teker (en collaboration avec Nikolas Brummer), Untitled (studio version), 2016. 
 

    Une association expose le travail d’étudiants en art venus de toute l’Europe, sélectionnés par un jury de haute-volée. Des œuvres surprenantes et engagées dans les combats de leur génération.
    « Quand je ne m'assois pas devant un ordinateur, je deviens nerveux ». L'installation est simple. Un matelas au sol pour s'asseoir, et un écran, dans lequel un jeune homme, lui aussi assis sur un matelas, se confie à vous. « En fait, tout ce que je veux, c'est traîner, et dormir et danser et peut-être prendre des drogues (…) parfois, je pense que la plupart des gens ne savent rien de moi. » A travers l'introspection sincère et puissante d’un jeune berlinois, Caner Taker, un étudiant de 23 ans, fait preuve d’une lucidité amère sur ce qu’il appelle la culture de club « fucked-up ». Il fait partie des 45 étudiants en école d'art qui exposent cette semaine dans le cadre du projet d'ARTAGON, une association qui sillonne l'Europe pour promouvoir les jeunes talents artistiques. 

    Santé : les enfants manquent de sommeil

    Résultat de recherche d'images pour "france info"
    Par  – France Télévisions   15/09/2017

    D'après une étude révélée par le journal Le Parisien, les enfants ont perdu 40 minutes de sommeil par nuit en 30 ans. Les conséquences se font ressentir à l'école, avec des difficultés de concentration, des changements de comportement rendant les enfants parfois apathiques ou agités à l'extrême.


    Infirmier scolaire : un métier de soins, et d'écoute privilégiée


    Par Céline Serrano



    Sur l'île ils sont une trentaine à exercer dans les établissements scolaires. Une présence destinée à prodiguer les premiers soins aux élèves malades, mais aussi à prêter une oreille attentive à leurs petites et grandes détresses.


    A Nancy, nouvelle controverse autour de l'arrêt des soins d'une mineure

    14.09.2017

    Le tribunal administratif de Nancy a suspendu jeudi la procédure d'arrêt de soins entamée à l'égard d'une jeune patiente de 14 ans atteinte d'une maladie auto-immune et dans le coma depuis plusieurs mois. La jeune fille souffre d'une myasthénie auto-immune et a été hospitalisée en juin au CHRU de Nancy, inconsciente après une défaillance cardiaque.
    Face à la situation, l’hôpital avait proposé aux parents d'arrêter les soins, ce que ces derniers ont refusé.

    Un outil pour identifier les volontés de fin de vie chez les résidents en soins de longue durée

    Univadis
    8 sept. 2017

    Malgré la possibilité qu’offre la loi de rédiger des directives anticipées de fin de vie ou de désigner une personne de confiance, ces options sont rarement exploitées par les personnes séjournant en service de soins longue durée (SLD) gériatrique. Leur absence et le fait que ces patients n’ont souvent plus les capacités cognitives nécessaires pour faire part de leurs volontés le moment venu, placent régulièrement les soignants face à des situations délicates. C’est alors le plus souvent l’entourage qui est consulté pour décider de l’accompagnement de fin de vie. Pour répondre à ce problème, l’équipe de l’unité de soins de longue durée gériatrique du centre hospitalier Annecy-Genevois a travaillé à l’élaboration d’un support spécialement adapté à la communication des souhaits de fin de vie.


    ISRS et IRSNA, la prudence reste de mise chez les enfants et adolescents

    Univadis
    11 sept. 2017

    Les troubles dépressifs (TD), anxieux (TA), obsessionnels compulsifs (TOC) et les états de stress post-traumatique (ESPT) sont fréquents chez les enfants et adolescents. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et des inhibiteurs mixtes de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSNA) interviennent en première ligne de traitement chez l’adulte, mais leur place reste débattue chez l’enfant en raison de risques accrus d’effets indésirables comme les tentatives de suicide, les pensées suicidaires ou les comportements hostiles. jusqu’ici, Peu d’études ont analysé le bénéfice/risque de ces molécules en population pédiatrique.  Afin d’actualiser les données sur la question, Une équipe américaine a effectué une méta-analyse des essais ayant évalué l’efficacité et la sécurité des ISRS et des IRSNA dans le traitement de ces différents troubles psychiatriques chez les enfants et adolescents.


    L’avenir des effectifs de santé en Europe au programme du congrès de l’OMS

    Univadis
    11 sept. 2017

    Les ministres de la Santé et les représentants de haut niveau des 53 États membres de la Région européenne de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ainsi que des organisations partenaires, se réunissent à Budapest en Hongrie pour la 67e session du Comité régional de l’OMS pour l’Europe.
    Le programme du congrès de cette année est dominé par les politiques et les cadres en matière de santé, et comportera des discussions sur l’établissement d’effectifs de santé durables au sein de la Région européenne par le biais de la mise en place d’un cadre d’action. Dans ce nouveau cadre, les pays sont invités à améliorer la planification des effectifs et le maintien des personnels de santé. Les pays à revenus élevés sont dissuadés de recruter des personnels de santé provenant de pays dont les revenus sont inférieurs.

    Lésés sur les choix de stages, une centaine d'internes en psychiatrie franciliens se rebiffent

    Sophie Martos
    | 14.09.2017

    Coup de théâtre. Convoqués mercredi 13 septembre pour choisir leur stage d'internat du semestre d'hiver, 106 internes en psychiatrie en deuxième année d'internat ont boycotté la procédure de choix de postes organisé par l'Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France.
    Au cœur des justifications, l'entrée en vigueur de la réforme du troisième cycle des études médicales et sa répercussion sur la répartition des terrains et lieux de stages en Ile-de-France. Les internes parisiens estiment dans un communiqué relayé par l'association des internes en psychiatrie de Paris (PEPS) que les modalités d'attribution des stages ne leur ont pas « été transmises ni à temps, ni dans la transparence ». 
    « 94 postes fléchés, évalués comme étant les plus formateurs (...) et en pédopsychiatrie, ont été alloués d'office à la nouvelle promotion des internes 2017 », soutiennent-ils. « Ces postes ont donc été retirés de notre liste de choix, sans compensation adéquate », dénoncent-ils.

    PREMIÈRE JOURNÉE SCIENTIFIQUE DE LA CLINIQUE DU DAUPHINÉ POUR “UNE PSYCHIATRIE GLOBALE, POSITIVE, RÉÉDUCATIVE”

    TROIS QUESTIONS À – Élisabeth Giraud Baro, psychiatre et coordinateur médical à la Clinique du Dauphiné de Seyssins, participe à l’organisation de la 1re journée scientifique de l’établissement le 21 septembre sur le thème « Dépression, émotions, addictions : créer des liens médicaux, psychologiques et sociaux ». Elle nous en explique le principe, tout en revenant sur le positionnement de cette clinique psychiatrique privée et conventionnée du groupe Sinoué, inaugurée le 17 novembre 2016.



    Les patients prennent le large pour une thérapie en mer

    La Nouvelle République

    15/09/2017

    Après 2011 et 2012, l'hôpital de Romorantin participe pour la 3<sup>e</sup> année. - Après 2011 et 2012, l'hôpital de Romorantin participe pour la 3<sup>e</sup> année.Après 2011 et 2012, l'hôpital de Romorantin participe pour la 3<sup>e</sup> année.
    Après 2011 et 2012, l'hôpital de Romorantin participe pour la 3e année.
    Cinq patients du pôle psychiatrie de l’hôpital de Romorantin seront sur la ligne de départ de “ Voile en tête ”, le 30 septembre à Marseille. Une régate à forte valeur ajoutée thérapeutique et humaine.
    On ne va pas se prendre la tête. Il y a des équipages qui pratiquent la voile régulièrement, nous on va y aller tranquillement. On aurait pu entendre une mouche voler mercredi après-midi dans la cafétéria qui fait face au pôle psychiatrie de l'hôpital de Romorantin. Autour de la table, sept personnes, dont certaines ne se connaissent pratiquement pas, embarqueront bientôt à bord du même voilier de 12 mètres. Ce sera la première régate de leur vie, à l'occasion de Voile en tête (*), du 30 septembre au 7 octobre à Marseille.

    Pairs aidants : Le programme « un chez soi d’abord »

    Résultat de recherche d'images pour "handirect"
    13 septembre 2017

    Pairs aidants dans le chez soi d'abord Christian Laval

    Des pairs aidants dans le « chez soi d’abord ». Par Christian Laval, sociologue, chercheur associé au laboratoire ESO (UMR 6590).

    Depuis une dizaine d’années, de nouvelles figures émergent dans du médico-social et du sanitaire d’individus reconnus et qualifiés de « pairs » : pairs aidants, pairémulateurs, pairs-accompagnants, médiateurs santé pairs. Ces intitulés mettent tout particulièrement en avant les expériences traversées par ces individus en tant qu’usagers, patients, personnes handicapées, malades, etc., expériences à partir desquelles ils se reconnaissent et sont reconnus comme pairs des publics ciblés par les politiques publiques. S’il ne s’agit pas d’un phénomène massif numériquement en France, il convient de souligner l’institutionnalisation1 progressive de ces pratiques. Ce court article a pour ambition de comparer ces développements dans le champ de la santé mentale et plus particulièrement dans le cadre du programme expérimental « un chez soi d’abord » mis en place de 2011 à 2015.

    Des spectacles d’artistes en situation de handicap avec Nantes < > Japon

    13/09/2017



    La compagnie de théâtre de Tottori sera à Nantes<>Japon le lundi 23 octobre au Lieu unique.

    Du jeudi 19 au mercredi 25 octobre, l’événement Nantes < > Japon illustre l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap à travers à l’art. Ce rendez-vous sera composé d’une exposition dédiée à l’art brut japonais, de performances d’arts de la scène, d’un colloque scientifique intitulé « Art, soin et Citoyenneté » ou encore de projections de cinéma.
    « 500 Japonais seront à Nantes, fin octobre pour l’événement Nantes < > Japon », indique Patrick Gyger, directeur de la scène, Le lieu unique.

    jeudi 14 septembre 2017

    Maroussia Wilquin, la psychiatre dans la tête des criminels

    ELLE, le magazine de toute l'actualité des femmes

    13 septembre 2017

    Maroussia Wilquin, la psychiatre dans la tête des criminels
    Maroussia Wilquin, experte psychiatre auprès des tribunaux 
    © Frédéric Stucin

    Maroussia Wilquin est experte psychiatre auprès des tribunaux. Alors que s'ouvre le procès en appel de la mère infanticide de Berck, elle raconte son métier, indispensable et pourtant décrié.

    Une façade en briques rouges, des murs blancs fatigués aux affiches jaunies, des couloirs qui sentent l'odeur tiède et âcre des plateaux-repas... C'est dans un service de psychiatrie en tout point semblable aux autres que Maroussia Wilquin reçoit ses patients à Abbeville, dans la Somme. Spécialisée en addictologie, cette psychiatre, experte auprès du tribunal d'Amiens interviendra cette semaine dans le cadre du procès en appel de Fabienne Kabou à Douai (Nord). Elle avait déjà livré son expertise lors du premier procès de cette mère infanticide, condamnée à vingt ans de réclusion criminelle en juin 2016 (lire encadré ci-dessous). Souvent décriés par une opinion publique qui les désigne, un peu vite, comme responsables des récidives, instrumentalisés par des politiques ravis de trouver des boucs émissaires quand un fait divers bouleverse le pays et maltraités par la justice qui les paie au lance-pierre, les experts psychiatres sont les mal-aimés du système judiciaire. Maroussia Wilquin nous éclaire sur leur rôle pourtant indispensable et détaille leurs principales missions.