Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 29 novembre 2014

Le Rassemblement pour une Approche des Autismes Humaniste et Plurielle (RAAHP)

 |  PAR PATRICK SADOUN


Plusieurs associations de parents (Autisme Liberté, La Main à l'Oreille et Pélagie) ont décidé le 20 septembre 2014 à Evian d'unir leurs forces dans un Rassemblement pour une Approche des Autismes Humaniste et Plurielle (RAAHP).

Présidé par Patrick Sadoun, le RAAHP est ouvert à toute personne en accord avec les valeurs de sa charte, qu'elle soit ou non concernée personnellement ou professionellement par l'autisme.

L’abréaction des affects Inquiétude, anxiété, angoisse






D’abord rappelons que l’angoisse est un fait, la clinique pousse à interroger sa cause. Cause de quoi l’angoisse ? La Journée vise à resserrer à partir des théories, en particulière la psychanalyse (lacanienne), le champ de la causalité, à partir d’un parcours qui vient de l’histoire de la clinique et qui se poursuit par l’apport de Freud, Lacan qui viennent éclairer le parcours ; d’un autre côté, la spécificité de notre atelier – Histoire des Concepts, pousse à interroger pourquoi l’angoisse est devenue une question pour la pensée, pour la clinique non seulement une question mais un concept éminent. Mais elle n’est pas devenue un concept avant la deuxième moitié du 19e siècle. D’où notre souci de voir éclairer cet avènement ; d’où la nécessité de s’appuyer sur d’autres termes, petits frères que sont - l’inquiétude, le stress, la peur, le danger, la panique qui ont préparé ou qui labourent perpétuellement le terrain. On n’ira pas jusqu’à décrire les origines de la détresse humaine, exemple, le stupor chez Saint Augustin, ou à propos de l’incapacité de l’esprit à se saisir adéquatement lui-même (cf etienne Gilson), ou l’effroi qui saisit Pascal lorsqu’il considère la contingence de l’existence humaine. Ce n’est pas nécessaire de nous arrêter sur ces considérations épistémiques, d’où notre proposition d’inverser la démarche historique et de commencer plutôt par la thérapeutique et son usage, ce qui revient à dire, à partir de la préoccupation de la clinique contemporaine, quel usage des affects, quel usage de l’angoisse ? Pour le dire différemment, pour une fois, les questions qui agitent notre atelier ne relèvent pas d’un corpus psychiatrique constitué (quoique !) mais d’un croissement où se rencontrent la médecine, la philosophie et la psychanalyse.

9h15 : ouverture

Dominique LAURENT, psychiatre, psychanalyste, membre ECF,

9h45 1ere séance : La lutte des termes, des ruptures qui donnent à penser
Présidente de séance : Emmanuelle CHAMINAND  - EDELSTEIN, psychologue

Anne-Sophie CHERON, Psychologue clinicienne, société Stimulus, accompagnement des salariés en situation de souffrance professionnelle, (75), « De l’art de soigner le mal à l’âme au fil de l’histoire : Prêtres, philosophes et médecins au chevet de l’inquiétude»

Florence HAUTECOEUR, psychologue, Service de psychiatrie adulte, Coulommiers (77), CLAP passage des touts petit (Paris 12). « Du symptôme à lentité : itinéraire de l’angoisse dans l’histoire de la psychiatrie »

Dario MORALES psychologue, CHSA (75), psychanalyste, membre ECF, «Tromper son ennui mais pas son angoisse »

                                                                                           
11h15 2e séance : De Freud à Lacan, un nouvel usage conceptuel
Présidente de séance : Françoise FONTENEAU, psychanalyste, membre ECF


Nicolas LANDRISCINI, Psychologue à la Fondation Dassault, foyer de vie pour handicapés mentaux (91) ; psychanalyste, Corbeil-Essonne (91) ;  « La condition névrotique. Notes sur l'angoisse chez Freud »

Nadine DAQUIN, psychologue, service de psychiatrie adulte, Centre Hospitalier Sud Francilien (91), « La castration revisitée »

14h30 3e séance : L’angoisse et les structures cliniques
Présidente de séance : Serena GUTTADAURO, psychologue, psychanalyste

Damien GUYONNET, psychologue, psychanalyste, Paris (75), Gennevilliers (92), membre ECF, « Existe-t-il une spécificité de l'angoisse dans la psychose ?»

Bernard JOTHY, psychiatre, analyste praticien, Paris (75),  « Un combat avec l’angoisse »

16h45 4e séance :L’angoisse qui ne dit pas son nom
Président de séance : Marcelo DENIS, psychologue

Constanza ELICABE BROCA, psychologue, psychanalyste, « Celle qui se disait pas aimable – un cas de phobie sociale » 

Fernando MORALES, psychologue, psychanalyste (75), « Comment passer de l’attaque de panique ou l’angoisse extrême à une élaboration subjective ? ».

18h00 : Conclusion :

Dario MORALES, coordinateur de l’atelier « Histoire des concepts »

Participation 10 euros – étudiants 5 euros, présentation de justificatif
Inscriptions et renseignements : 06 61 72 46 48

Envoyer un chèque à APCOF, 191, rue de Crimée, 75019 Paris
Date limite 09 décembre 2014

Organisation

ACF-IdF, Association de la Cause Freudienne ;  APCOF, Association de psychologues cliniciens d’orientation freudienne




vendredi 28 novembre 2014

Fin de vie: Bartolone plaide pour la légalisation du suicide assisté dans certains cas

 - Publié le 

Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 1er octobre 2014 à l'Assemblée à Paris
Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 1er octobre 2014 à l'Assemblée à Paris © AFP/Archives - Eric Feferberg
Le président de l'Assemblée nationaleClaude Bartolone (PS), a plaidé jeudi pour "aller plus loin que la loi" Léonetti sur la fin de vie dans certains cas, y compris en légalisant le suicide assisté et l'euthanasie, sans certitude sur l'issue favorable de cette position.
"Faut-il aller plus loin dans les cas exceptionnels où l'abstention thérapeutique ne suffit pas à soulager des patients, victimes d'une douleur insupportable et irréversible? Je le crois", a déclaré M. Bartolone dans son discours de clôture du colloque "Fin de vie, et si on en parlait dignement", organisé par la députée écologiste Véronique Massonneau, auteur d'une proposition de loi sur le sujet.

Affirmant que "nos concitoyens nous demandent quasi unanimement de changer la loi" sur ce sujet "social" autant que "de société", il a jugé qu'"une majorité de gauche, progressiste, socialiste et écologiste, aujourd'hui en responsabilité, doit répondre aux aspirations de la société", "sans esprit partisan, mais animés d'un devoir vis-à-vis de nos concitoyens les plus fragiles".

Euthanasie, suicide assisté... Mode d’emploi chez nos voisins européens

28.11.2014

Fin de vie : les généralistes belges et suisses en première ligne

Directives anticipées, suspension de traitement, soins palliatifs, suicide assisté, euthanasie… Autant de références à la fin de vie, sujet qui anime régulièrement le débat public. Et qui revient à nouveau sur le devant de la scène. Au terme de leur mission, les députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) doivent faire très prochainement des propositions qui pourraient passer par un aménagement de la législation. En la matière, nos voisins belges et suisses font figure d’exemples… ou de repoussoirs. On sait que ces pays sont allés plus loin que la France. Mais on ignore souvent que le généraliste y joue les premiers rôles.

Objet de débats intenses et récurrents en France, la fin de vie amène souvent à regarder les innovations audacieuses réalisées à l’étranger. Au risque, d’ailleurs, de passer sous silence le rôle joué par les généralistes dans ces différents pays. À commencer par la question des soins palliatifs, un droit auquel près de 80 % des personnes n’accèdent pas chez nous. Constat accablant, en France à tout le moins, car certains pays voisins ont profondément repensé l’accompagnement des dernières étapes de la vie.

Régulièrement citées en exemple, les législations belge et suisse vont plus loin que la loi française en la matière, la première autorisant l’euthanasie depuis 2002 – et l’a étendu aux mineurs, en février dernier – tandis que la seconde a progressivement reconnu l’assistance au suicide. Mais elles s’appuient aussi sur des réseaux de soins palliatifs structurés, où les modalités de rémunération du médecin lui permettent d’être pleinement disponible auprès de son patient. Ainsi, le praticien suisse est payé au temps consacré auprès du malade tandis que la loi belge prévoit des forfaits voire des dispenses de frais pour les patients. Toutes deux ont en commun de placer les généralistes au cœur de leur dispositif.

Ordre Infirmier : FO interpelle la ministre de la Santé

27/11/14



Face à la recrudescence de ce qu’elle qualifie de « mesures d’intimidation » envers les infirmiers qui refusent de cotiser à l’Ordre, Force Ouvrière a envoyé un courrier à la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

À compter du 1er décembre, les hypnotiques seront remboursés à 15 % au lieu de 65 %

27/11/2014


Le taux de remboursement des hypnotiques est passé de 65 % à 15 %. Cette décision publiée au « Journal officiel » fait suite à l’avis de la Commission de la transparence de la HAS qui a revu à la baisse le service médical rendu des benzodiazépines hypnotiques et des produits apparentés dans le cadre de la prise en charge des troubles sévères du sommeil : estazolam (Nuctalon), loprazolam (Havlane), lormétazépam (Noctamide), nitrazépam (Mogadon), témazépam (Normison), zolpidem (Stilnox), zopiclone (Imovane) et leurs génériques. Sur une longue période, la faible efficacité de ces substances sur la durée du sommeil, leurs effets délétères et le mésusage constaté ont conduit la Commission de la transparence à conclure à un intérêt thérapeutique limité de ces médicaments.
Dr A. T.

Les infirmières en cartes postales : du mythe à la réalité

28/11/2014





Crédit photo : U.S. National Library of Medicine
Déesse Hygie au voile blanc vaporeux, ou ange aux bras ouverts et au regard éthéré, la représentation allégorique de l’infirmière au début duXXe siècle contraste avec latangibilité de la photographied’Elizabeth McPhee, réelle soignante à domicile, solidement campée sur sa moto devant les montagnesembrumées d’Écosse, en 1926.
Ces portraits réels ou imaginaires sont révélés dans une exposition de cartes postales consacrée à la profession infirmière, installée récemment à la bibliothèque nationale de médecine (NLM) des États-Unis, dans leMaryland. Elle est également accessible sous forme virtuelle.

Hypnose. Entrer dans la transe




(cc) Pixabay
L’hypnose fait son grand retour. Et pas seulement dans les salles de spectacle : les anesthésistes y recourent pour soulager la douleur, les psychothérapeutes pour soigner phobies et troubles obsessionnels. Mais comment ça marche, la transe ? Et comment en rendre compte ? Tiraillé par un mal de dos chronique, notre reporter s’est rendu dans un cabinet pour se prêter à l’expérience.

Le sang des femmes, le temps des femmes

Par Camille Froidevaux-Metterie 20-11-2014



La malédiction - Marianne Rosenstiehl
La photographe Marianne Rosenstiehl a choisi de donner à voir ce que les femmes dissimulent depuis toujours... Bravant tous les tabous, elle expose une admirable série de photos dédiée à ce sang qui, périodiquement, s’écoule du corps féminin*. On le voit, rouge, glisser le long d’une cuisse ou enduire les sexes d’un couple après l’amour, on l’imagine sous les jupes de ces femmes qui arpentent un champ pour qu’il en tue les limaces, on en sourit quand ce sont de petits soldats anglais qui sortent d’entre les jambes d’une femme. Réalité écarlate ou simple allusion symbolisée, dans tous les cas, on le voit.  

La chose est loin d’être anodine selon moi, elle est tout simplement inouïe. Car le sang menstruel ne se représente pas : on ne le montre pas, on n’en parle pas, on le cache. Au XVIe siècle, les règles se disaient catimini, du grec katamenia qui renvoie à la lune et au mois (men) ; nous en avons conservé l’expression qui désigne ce que l’on fait de façon dissimulée ou hypocrite. Mais ce sang caché est aussi la production corporelle la plus têtue ; chaque mois, pendant plus de quarante ans, chaque femme saigne, toutes les femmes saignent. Comment a-t-il pu se faire qu’une expérience aussi universelle, aussi banale, aussi nécessaire même dans sa raison d’être physiologique, échappe ainsi à toute représentation et à toute considération ?

jeudi 27 novembre 2014

Conscience professionnelle : une valeur mise à mal ?


LE MONDE 
Par 


« Il y a des tire-au-flanc et des gens malhonnêtes, mais, dans leur majorité, ceux qui travaillent s’efforcent de le faire au mieux et donnent pour cela beaucoup d’énergie, de passion et d’investissement personnel », estime le psychiatre Christophe Dejours, professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et fondateur de la psychodynamique du travail. Alors, pourquoi assiste-t-on parfois à une moindre implication dans le travail, à un désengagement, voire à de l’absentéisme ? D’où vient cette crise de la conscience professionnelle, qu’est-ce qui a abîmé la valeur travail ?
« Le manque de reconnaissance fait que l’on perd sa motivation. On met moins d’investissement et donc de conscience professionnelle dans son travail. C’est une spirale infernale. On fait son travail, mais sans supplément d’âme », estime Maëlys Poinsu, chef de projet dans une agence de communication. Faute d’autonomie, de moyens, de reconnaissance, les salariés perdent l’envie de bien faire. Ou de faire tout court. A cause d’un manager défaillant, d’une organisation du travail imparfaite, d’objectifs inatteignables ou contraires à ses propres valeurs, on baisse les bras, on décide de faire le strict minimum. Cela entraîne une perte d’estime de soi, et surtout la disparition du plaisir de travailler.

Maladie chronique et travail, une équation difficile

26.11.2014


Les maladies chroniques sont-elles suffisamment prises en compte au travail ? C’est ce qu’a voulu savoir l’institut Hygie, collectif de médecins et de managers mobilisés pour favoriser l’emploi de ces malades. Et pour les principaux intéressés, la réponse est non. Dans un sondage publié aujourd’hui, 58 % des salariés atteints d’affections chroniques estiment qu’aucun acteur dans l’entreprise ne « prend suffisamment en compte » la question de leur intégration professionnelle. Du côté des ressources humaines, le résultat n’est pas meilleur. Lorsqu’elles sont informées, elles seraient « plutôt indifférentes », affirment 39 % des malades.

Talkspace apporte la psychothérapie gratuite en pleine rue

Israël 25 November 2014

TalkSpace
La start-up israélienne Talkspace propose la psychothérapie gratuite en pleine rue, par tchat online, dans des bulles transparente. Pour le moment, le service est disponible pour les New-yorkais qui peuvent entrer dans ces bulles disposées sur la 5eme Avenue  afin de tchater gratuitement avec un psychologue.
Le projet Talkspace a été lancé après que l’ami de la fondatrice Roni Frank se soit suicidé suite à une dépression non soignée. Roni a enquêté et a découvert que presque 60% des gens se retrouvent seuls pour faire face à leurs problèmes, sans être dirigés vers des spécialistes.
Le service proposé par “Talkspace” est disponible 24/24 et 7/7. Tout un chacun peut entrer dans ces bulles et tchater avec un psychologue diplômé. Au début, ce service ne sera disponible qu’en anglais mais les dirigeants de la start-up promettent que, dans un deuxième temps, il sera aussi possible de tchater en hébreu, particulièrement parce qu’une partie des 120 psychologues qui travaillent sur ce projet sont israéliens.


Le concept de ces espaces de soins transparents a été développé par le créateur Alon Seifert, dans le but de faire passer le message qu’avoir besoin d’une aide psychologique n’est pas une chose dont il faut avoir honte et que les patients qui sont en soin peuvent gérer ce processus de façon transparente.

L’éclosion nippone des papas poules

ARNAUD VAULERIN CORRESPONDANT À OSAKA


C’était toujours le matin que ça se manifestait. «Le stress, l’inquiétude commençaient quand je devais accompagner les enfants à la maternelle,raconte Morioka Kenji, père de deux garçons (6 ans et 1 an). Je ressentais une pression et j’avais peur de ne pas être à la hauteur, que les enfants ne m’écoutent pas.» Cet informaticien d’une agence de création web s’est lancé dans une chronique sur l’éducation de ses fils. «Je notais leurs réflexions rigolotes, les faits marquants, livrais mes expériences, mais même avec ce blog, je restais isolé, sans amis, avec beaucoup de travail.»
Ce père calme et réservé de 42 ans a donc frappé à la porte de l’ONG Fathering Japan-Kansai après la naissance de son second garçon à l’automne 2013. Il s’est retrouvé dans «un environnement de pères, pour parler, partager des conseils, échanger des informations et aussi se défouler». Peu à peu, le «stress est retombé» et les doutes se sont dissipés. Après avoir pris le relais de sa femme «physiquement et psychologiquement malade», il a commencé à trouver de l’intérêt à devenir père. Il s’est doucement fait à l’idée de rejoindre une «très petite minorité au sein de la société japonaise, ce petit groupe de pères qui s’occupent de leurs enfants». Le phénomène des ikumen, des papas poules, n’est pas nouveau. Mais, bien qu’il ait été popularisé par la presse nippone depuis quatre ou cinq ans, il reste très marginal dans l’archipel où triomphe le concept du père qui s’épuise au travail alors que la mère à la maison élève seule les enfants.

C'est arrivé le 16 novembre 1845 Où l'on commence à se pencher sur les "déserts médicaux "...

16.11.2014


Ils veulent en finir avec le corps des officiers de santé créée après la Révolution française, tant celui-ci est pour eux synonyme de charlatanisme et d'incompétence. Les 2 000 médecins réunis à l'Hôtel de ville de Paris à l'occasion du " Congrès médical de France " - dont le maitre d'oeuvre est le Pr Orfila, doyen de la Faculté de médecine de Paris, vont donc proposer d'obliger les médecins frais émoulus de la Faculté à aller faire leurs premières armes à la campagne dans ces " déserts " où "sévissaient " ces officiers de santé tant décriés.

La création d’une autorité ordinale suggérée

« C'est en obligeant tout nouveau docteur à commencer sa carrière médicale par quelques années d'exercice dans les campagnes que nous pourrons donner satisfaction à tous ses besoins de la société ; et le corps médical n'y aura-t-il pas avantage ? " peut on lire dans un des rapports établis par l'une des treize commissions mises en place lors de ce Congrès, à l'issue de 72 séances.

«Nous sommes fatigués d'être corvéables à merci»

27/11/2014



La CFDT dénonce un manque cruel de personnel./Photo DDM, S.F.
La CFDT dénonce un manque cruel de personnel./Photo DDM, S.F.
Le syndicat CFDT santé avait déjà tiré la sonnette d'alarme il y a deux ans, dénonçant les mauvaises conditions de travail en milieu hospitalier. Aujourd'hui, les choses ne se sont pas arrangées, loin s'en faut selon les syndicalistes, et notamment à l'hôpital de Rodez. Parmi les sujets évoqués, celui de la récupération des heures supplémentaires, en particulier au service des urgences. «Sur trente temps pleins, nous comptabilisons 1 600 heures pour les aides soignants et plus de 2 500 heures pour les infirmiers. Selon nos calculs et s'il n'y avait plus d'arrêts maladie, il faudrait trois ans pour réguler ce taux d'heures», explique Valérie Ollier, secrétaire CFDT de l'hôpital.

Un quart des nouveaux médecins en France ont un diplôme étranger

Le Monde.fr | Par 
L’Ordre des médecins s’inquiète du fait que le nombre de praticiens étrangers pourrait atteindre 30 000 en 2020, détournant les règles du numerus clausus (photo d'illustration).
Qui sont les médecins qui s’installent en France avec un diplôme étranger ? Quels sont leurs parcours, leurs diplômes, leurs lieux d’installation ? Le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) a rendu publique, jeudi 27 novembre, une étude détailléesur les « flux migratoires et les trajectoires » de ces professionnels de santé qui représentent 8,2 % des 276 354 médecins inscrits au tableau de l’Ordre au 1er janvier.
Au total, en 2014, l’Ordre a recensé 22 568 médecins titulaires d’un diplôme européen ou extra-européen, parmi lesquels 19 044 exercent de façon régulière. Depuis 2007 – date qui a notamment marqué l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne –, ce nombre a connu une augmentation de 60 %. Pour l’organisme professionnel, cette hausse « a une forte probabilité de se confirmer d’ici à 2020 pour atteindre plus de 30 000 médecins titulaires d’un diplôme obtenu hors de France ».

« Pas question d’aller dormir sans lire des histoires ensemble »

Le Monde.fr | Par 
Si la lecture du soir s’avère un allié de choix pour les endormir, elle constitue aussi un « puissant déclencheur d’intérêt », pour les internautes du Monde.fr
« L’intérêt pour la lecture commence par l’intérêt pour les livres, écrit Jean-Paul. En plus d’une aide à la maîtrise du geste, c’est un puissant déclencheur d’intérêt".
A l’occasion de l’ouverture de la 30e édition du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, LeMonde.fr a sollicité ses internautes, parents et grands-parents, à travers un appel à témoignages, sur les relations à la lecture et aux livres qu’ils entretenaient avec leurs (petits) enfants. Morceaux choisis.
Si les parents guident les premiers pas de leurs enfants, les tenant patiemment à bout de bras, ils sont aussi majoritairement ceux qui les guident dans leurs premières lectures. « Nous cherchons à accompagner le développement de leur imaginaire, de leur culture et leur donner un goût durable de la lecture, qu’ils y trouvent à l’avenir autant de plaisir qu’elle nous en procure », écrivent SW & IVH, parents de deux enfants de 4 ans et 15 mois. Ce lien se tisse pour l’enfant avec les premières pages tournées, au son de la voix de ses proches et, le plus souvent, blotti sous la couette. « Je leur ai lu des livres dès leurs premiers mois, témoigne Amina, mère de deux enfants de 5 et 9 ans. D'abord en feuilletant, en regardant les couleurs, en touchant, en nommant, puis en lisant de courtes histoires et enfin de vrais albums. L'histoire se lit tous les soirs, dans le lit, en pyjama avant le bisou, pour apaiser, calmer, discuter, apprendre, rire, rêver ».
« Les livres sont un incontournable : un moment de calme et de partage sur le canapé quand vient l’envie, à tout moment de la journée », estime Alix, mère de deux bambins, mais pour qui « le principal moment de lecture reste l’histoire du soir ». Même constat pour Anne-Laure, mère de deux enfants de 3 ans et cinq mois : « Pas question d’aller dormir sans lire des histoires ensemble », installés tous trois sur « le grand lit »« Et c’est parti pour un grand voyage dans l’imaginaire », continue-t-elle. Les personnages prennent vie et voix, on lit le texte, on le complète de ce que les illustrations nous inspirent ; selon le parent qui lit, l’histoire n’est jamais tout à fait la même. »

France : qu’as-tu fait de tes enfants autistes ?

22/11/2014


A la manière de Prévert qui proposait sa recette poétique « Pour faire le portrait d’un oiseau », pour créer la « polémique », rien de tel que d’ouvrir la cage du débat sur la prise en charge de l’autisme en France. Evoquez la place de la psychanalyse, interrogez vous sur l’efficacité des méthodes comportementales, attendez (sans doute pas des années comme l’oiseau de Prévert) qu’un psychiatre ou un psychanalyste d’une part et une association de parents d’autre part s’enflamment et vous pourrez écrire votre nom dans un coin de l’article. A bien des égards, le blog de Magali Pignard intitulé « The Autist », hébergé sur le site de l’Express pourrait parfaitement être le moteur d’une controverse de ce type avec schématiquement et (un peu) caricaturalement psychanalystes vantant le packing d’un côté et familles ne jurant que par la méthode ABA de l’autre. L’auteur, mère d’un petit garçon, Julien, atteint d’autisme, ne cache pas par exemple son admiration pour la réalisatrice du film « Le Mur : la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme », bête noire d’un grand nombre de praticiens en France et qui à l’époque de sa sortie avait fait couler beaucoup d’encre.

Vous avez dit « autisme » ? Et pourquoi pas plutôt « psychose infantile » ?

Magali Pignard ne perd de même jamais une occasion de signaler et de décortiquer comment aujourd’hui les thèses éculées évoquant une responsabilité du mauvais lien «mère-enfant » dans l’autisme peuvent encore avoir pignon sur rue. Ainsi, le 28 octobre, elle présentait les conclusions d’une psychologue appelée à examiner le cas d’un enfant pour lequel sa mère souhaitait une prise en charge éducative et comportementale. A propos de ce cas (sur lequel elle ne donne aucune précision), elle relève que la psychologue invitée à se prononcer sur la pertinence du placement de l’enfant en institution spécialisée, conteste le diagnostic d’autisme préférant constater l’existence «de troubles qui s’apparentent à une forme de psychose avec crises d’angoisse, agitations, atteintes du langage, anomalies praxiques et retard d’organisation du raisonnement, troubles de nature psychotiques qui remettent en question la nature du lien mère enfant ». Magali Pignard ne se montre pas surprise par cette conclusion. « Une majorité d’enfants autistes en France ont un diagnostic de "psychose infantile", "dysharmonie psychotique", etc.. à noter que la psychose infantile n’existe qu'en France, ce diagnostic n’existe pas dans les autres pays, qui ont abandonné les théories psychanalytiques. L’avantage d’un diagnostic de psychose est qu’on peut rendre responsable la relation mère-enfant et ainsi justifier une prise en charge psychanalytique, dans l’intérêt de l’enfant et de la mère qu’il faut également "soigner" et donc justifier un placement en hôpital ou institution » constate-t-elle n’hésitant pas à relancer une nouvelle fois la polémique sur ce sujet. Mais surtout, elle insiste sur l’isolement de la France en la matière. Et grand nombre de ses posts ont la même teneur : regretter que notre pays se montre si négligent en ce qui concerne la prise en charge des autistes.
Lire la suite ...

Le cerveau n’oublie rien de la langue des premiers jours

AMEL CHETTOUF


La langue maternelle reste à jamais imprégnée dans le cerveau humain, même si elle n’est ni apprise ni parlée par un individu. Même les personnes adoptées dès les premiers mois de leur vie et immergés dans une autre culture, gardent des traces, sans le savoir, de la langue entendue à la naissance. C’est ce qu’ont prouvé des chercheurs du Neurological Institute and Hospital de Montréal à travers une expérience sur le cerveau. Leur étude selon le journal anglais The Independent, est la toute première à utiliser l’imagerie cérébrale pour examiner les effets de langages perdus.

Qui va garder le petit ?


LE MONDE | 
Par 

"Le grand bébé", une sculpture réalisée par l'artiste australien Ron Mueck, connu pour ses oeuvres hyperréalistes.

La réforme du congé parental prévue par le projet de loi de financement de la Sécurité sociale a suscité un débat passionné. Les enthousiasmes des uns et les craintes des autres sont cependant peut-être un peu excessifs. Les comportements ne changent pas d’un coup de baguette législative.
Rappelons ce dont il s’agit. Le complément de libre choix d’activité (CLCA), créé en 2004, pouvait être versé aux parents (les mères, dans 96 % des cas) qui suspendaient leur activité professionnelle après la naissance de leurs enfants, pendant six mois pour le premier enfant et trois ans à partir du deuxième enfant. La loi du 4 août 2014 « pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes » a remplacé le CLCA par la prestation partagée d’éducation de l’enfant, qui est versée pendant un an pour le premier enfant et trois ans à partir du deuxième enfant, six mois étant réservés au deuxième parent. Le projet de loi porte cette part à un an à partir du deuxième enfant.

Une aide sur mesure pour les malades d’Alzheimer


LE MONDE 
Par 

A Sens, chez Maria Mimard, 89 ans, suivie par des spécialistes de la maladie d’Alzheimer.

Sens (Yonne) - envoyé spécial
« Il faut que je dise ce que c’est ? C’est la coccinelle ! » Du doigt, Maria Mimard, 89 ans, pointe un dessin sur une des cartes du jeu de société disposées devant elle. Les règles ont été un peu simplifiées et pendant une heure, ce mercredi 12 novembre, à chaque point remporté, un sourire illumine le visage de cette habitante de Sens (Yonne), atteinte de la maladie d’Alzheimer. A côté d’elle, autour de la table de la cuisine, les deux membres de l’équipe spécialisée Alzheimer à domicile (ESA) venus animer sa séance hebdomadaire rivalisent d’encouragements.
« Depuis notre première rencontre, où on la sentait triste, Mme Mimard a retrouvé un souffle de vie », se félicite Odile Malaprade, psychomotricienne et salariée de SOSM, la structure de soins infirmiers à domicile qui propose depuis trois ans à Sens ce dispositif créé par le plan Alzheimer 2008-2012. Sur l’ensemble du territoire, 454 équipes pluridisciplinaires de ce type ont suivi en 2013 un peu plus de 13 000 malades d’Alzheimer, sur un total d’environ 850 000.

Vous reprendrez bien du poil de la bête ?

JACKY DURAND


Qui n’a jamais rêvé de déguster son caniche nain en pâté, son chat de gouttière à la diable, ses canaris à la nage, ou son poisson rouge en friture ?
 
Avec Vous les avez aimés, mangez-les, Pascal Rémy (textes) et Jean Lecointre (illustration) ont fricassé une goûteuse provocation sur l’art d’accommoder aux fourneaux nos compagnons. On déguste ce pastiche satirico-culinaire avec d’autant plus d’appétit que ces recettes d’animaux bien nourris sont rédigées avec la rigueur d’un cordon-bleu. On en veut pour preuve le saint-bernard à la savoyarde que l’on fera gratiner sur un lit de pommes de terre et sous une couche de beaufort.