Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 24 octobre 2009




Drame, information et maladie mentale


http://www.sudouest.com/accueil/actualite/opinions/article/747730/mil/5275943.html

Mercredi matin, colère de deux personnes de ma connaissance. Le titre de une du journal du jour les révolte : « Folie meurtrière au coeur du Béarn » ; il est complété par une accroche de trois lignes : « Momas (64). Un homme de 66 ans a été retrouvé mort, hier, auprès de sa locataire grièvement blessée. Le fils de celle-ci, Nicolas Plévent, 28 ans, soigné pour des troubles psychiatriques, était activement recherché. »


Les reproches pleuvent. « Vous stigmatisez la maladie mentale... Vous accréditez l'idée que les " fous " sont des criminels en puissance... Vous mettez la psychiatrie en accusation sans rien savoir des conditions dans lesquelles ce drame s'est déroulé... Vous détruisez le travail que nous faisons dans des conditions très difficiles... » L'un d'eux ajoute : « Vous croyez tenir un bon filon : l'hôpital de Pau serait encore coupable de négligence... » (1)


Leur réaction est compréhensible. Quiconque exerce un métier aussi difficile que celui d'infirmier ou de médecin en milieu ouvert ou fermé, confronté à un fait divers de cette nature, ne peut qu'en être blessé, et toute évocation réductrice ne peut que l'indigner. Or, un titre est, par nature, réducteur. Cependant, il n'est jamais seul et renvoie à un ou des articles plus développés, qui apportent des précisions, soulèvent des questions. Dans le cas d'espèce, l'article publié donnait l'ensemble des informations recueillies à chaud, formulant des soupçons et des hypothèses sans énoncer de certitudes. Le suspect était en fuite, le plan Épervier avait été déclenché et, qu'on le veuille ou non, la révélation de la souffrance mentale qu'affrontait le jeune homme apparaissait comme un élément important pour la suite de l'enquête.


Le lendemain, « Sud Ouest » est revenu sur l'affaire en y consacrant une page. Entre-temps, le garçon avait été arrêté et, selon les enquêteurs et le procureur de la République de Pau, était passé aux aveux. En outre, certains éléments matériels venaient conforter les hypothèses de la veille. En complément du récit factuel, le témoignage de la soeur, l'analyse d'un psychiatre et les réactions des équipes soignantes de l'hôpital de Pau permettaient de mieux cerner les problèmes soulevés par cette douloureuse affaire. Nous pouvions alors estimer - sous réserve de ce que nous pourrions apprendre dans les jours à venir - que l'information était assez diversifiée pour permettre à nos lecteurs de prendre la mesure de ce drame et d'échapper à la simplification que notre titre de première page de mercredi matin, rédigé dans l'urgence, pouvait suggérer.


La maladie mentale fait peur. Des personnes qui ne craignent pas d'affronter et de chercher à comprendre les souffrances du corps reculent dès qu'il s'agit de troubles psychiques. Nous préférons ne pas voir, ne pas savoir, et l'enfermement apparaît alors comme une panacée. Un fait divers survient et c'est immédiatement la question accusatrice qui pointe : « Que faisait-il dehors ? » Jusqu'au jour où un groupe, une famille est touchée par la « folie » à travers l'un de ses membres. Alors le regard change, le besoin de comprendre l'emporte sur les idées reçues. Il y a, bien sûr, des cas où la nécessité de l'enfermement est évidente, aussi bien dans l'intérêt du sujet, de son entourage, que de la société. Mais il y a tous les autres cas, où la souffrance est avérée sans que la dangerosité soit patente. La psychiatrie s'y frotte quotidiennement. Les journalistes la rencontrent occasionnellement, au risque de ne pas toujours trouver les mots les plus justes. (1) Le 17 décembre 2004, Romain Dupuy, interné à plusieurs reprises dans cet établissement, avait tué deux infirmières. Il a été reconnu pénalement irresponsable trois ans plus tard.


la chronique du médiateur
Auteur : Patrick Berthomeau
22/10/2009
Les infirmiers de Sud-Santé chahutent leur Conseil de l'Ordre


MANIFESTATION. Boules puantes, fanfares et cornes de brume: c’est ainsi que les personnels hospitaliers du syndicat Sud santé ont manifesté ce jeudi leur opposition à la création de l’Ordre national des infirmiers.


Sans cartons, mais sous bonne escorte policière, ils se sont invités à la réunion du Conseil régional de cette nouvelle instance. Cris et slogans d’un coté et tentatives d’explications de l’autre: Les deux camps n'ont peut-être pas réussi à s'entendre.


14H30. Face à la Cité de l’Espace, la Maison des Professionnels de Santé est le siège de l’Ordre des médecins et de l'Ordre des infirmiers. Une vingtaine de manifestants sont rassemblés, certains en blouse, d’autres en tenue de ville. Une fois les lieux repérés, ils s’engouffrent dans le hall de la salle de réunion.


«Nous contestons la légitimité de cette instance décrétée l’an dernier dans le cadre de la réforme de l’hôpital (loi Bachelot. Ndlr), explique François, 33 ans, infirmier en psychiatrie et porte parole du syndicat
Sud Santé. Elle n’est pas représentative car elle a été élue par à peine plus de 10% des infirmiers. En plus, ils nous imposent de payer une cotisation annuelle de 75 euros.»

«La plupart des membres de ce Conseil sont des infirmiers libéraux ou des cadres. Il y a très peu de personnel des hôpitaux
, affirme à son tour Victor, infirmier en psychiatrie lui aussi.
Ambiance cour de récré: les activistes interrompent la réunion en cours:
«Vous ne représentez que vous-même. Arrêtez de nous harceler avec votre cotisation», crient les manifestants.

Pris par surprises, le bureau de l’instance écoute bouche bée.
«C’est la loi, nous ne faisons que l’appliquer. Nous ne vous imposons rien du tout, tente de répondre l’une de ces membres. Il fallait réagir avant.»

Vingt minutes plus tard, les manifestants repartent en fanfare. L'infirmier hospitalier président du Conseil régional de l'Ordre regrette l’incident:
«Nous ne soutenons pas forcément la réforme de l’hôpital dans son ensemble», dit-il.

«Ils se trompent de cible
, ajoute Marie Hélène, trésorière de ce Conseil, et infirmière en bloc opératoire. Ce n’est pas nous qui avons voté la loi.» J-ME
Enfermés ou libres, vêture d'asile et robes de rêve - Neuilly Sur Marne

date : du 21 Octobre 2009 au 18 Décembre 2009
lieu : Neuilly Sur Marne - Seine Saint Denis (93)

description

Le Musée d’Art et d’Histoire de la psychiatrie de Neuilly-sur-Marne accueille l’exposition thématique baptisée « Enfermés ou libres, vêture d'asile et robes de rêve ».

Au programme, plusieurs robes de fées aux mille et une beautés conçues et fabriquées essentiellement par les patients de la clinique de La Borde à l'atelier Extravagance clinique de Cour-Cheverny, ainsi que les créations des patients du Centre de jour de Montfermeil à l'atelier de Marie Boisson, peintre et plasticienne.

A voir également l'exposition des tenues, vestiaires et uniformes de l'asile.

Musée d'Art et d'Histoire de la psychiatrie - SERHEP
202, avenue Jean Jaurès
93330 Neuilly sur Marne

entrée gratuite

http://www.a-gites.com/actualites/enfermes-ou-libres-veture-d-asile-et-robes-de-reve-c2229.html


dimanche 18 octobre 2009













Mary et Max


Film australien de Adam Elliot

SYNOPSIS :
Sur plus de vingt ans et d'un continent à l'autre, Mary et Max raconte l'histoire d'une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de 8 ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie, et Max Horovitz, un juif obèse de 44 ans, atteint du syndrome d'Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York. En faisant la chronique du voyage de Mary de l'adolescence à l'âge adulte et du passage de Max de la maturité à la vieillesse, le film explore un lien qui surmonte bien plus d'aléas qu'une amitié classique. C'est un parcours à la fois hilarant et poignant à travers l'amitié, l'autisme, la taxidermie, la psychiatrie, l'alcoolisme, l'origine des bébés, l'obésité, la cleptomanie, les différences sexuelles, la confiance, l'accouplement des chiens, les différences religieuses, l'agoraphobie et bien d'autres surprises de la vie.

Pour voir la bande annonce, cliquez sur ce lien ou copiez-le dans votre barre d'adresse :
http://www.youtube.com/watch?v=lzC1TRwLm2o








Elle habite une petite ville tristouille et marronnasse d'Australie. Lui vit à New York la noire, où tout le monde fait la gueule, même la statue de la Liberté. Elle vit avec des parents barges (père empailleur, mère klepto et alcoolo : le sherry, y a que ça de vrai !). Lui est seul ou presque : est-ce que ça compte, un ami invisible qui se taille quand bon lui semble, un chat borgne et un poisson rouge - Henry, neuvième du nom, car il est arrivé des bricoles aux huit précédents...

Mary est moche, Max est obèse. Elle a 8 ans et lui plus de 40. Sauf que tous les deux ressemblent à d'éternels enfants terrifiés, frustrés de tendresse et fous de chocolat...

Ils reflètent si bien nos angoisses et nos chagrins, ces deux-là, qu'on oublierait presque qu'ils ne sont pas tout à fait humains. Car Mary et Max, comme leurs deux cent huit collègues, sont des créatures en pâte à modeler, issues de l'imaginaire mystérieux et tourmenté d'Adam Elliot.

Après un moyen métrage acclamé, c'est son premier long, à ce jeune homme, dont on soupçonne qu'il ressemble peu ou prou à ses personnages (son père était clown-acrobate, éleveur de crevettes et quincaillier, et Adam dit avoir hérité de sa mère un tremblement physiologique...). D'un seul coup d'un seul, Mary et Max renvoie à leur médiocrité tous les films d'animation dont on (Hollywood !) nous abreuve : gros machins moralisateurs et neuneus.

Au départ, la petite Mary trouve par hasard le nom de Max dans un annuaire. Max Horovitz, quel drôle de nom ! se dit-elle. Elle lui écrit. Il lui répond. Dès lors, durant près de vingt ans et sans se voir jamais, ils vont correspondre. Aussi perdus l'un que l'autre, et donc parfaitement comiques et pitoyables, ils vont affronter brouilles et retrouvailles, gaffes et regrets. De ces lettres pas vraiment roses, pas toujours drôles, la vie va surgir, avec son cortège d'espoirs entêtants et de désillusions féroces.

Car Max, que chaque missive et chaque question de Mary plongent dans le désarroi (« Est-ce que tu connais des filles, Max ? » « Est-ce qu'on ne s'est jamais moqué de toi, Max ? »), va tout subir : l'emprisonnement, l'internement, les électrochocs et, même, incroyable, la chance : « Un débile gagne au Loto », titrera alors le journal...

Mary, elle, grandit, se marie avec l'amour de sa vie - un Grec bégayant et, hélas, fan de Boy George -, devient, grâce à Max, la spécialiste mondiale des maladies nerveuses et des pathologies obsessionnelles, avant de renoncer brusquement à la gloire et de sombrer dans la dépression. La scène où - cernée par les sons inquiétants de Que sera sera, interprété par Pink Martini, et ses photos de famille, qui tournoient autour d'elle comme des menaces - elle tente vraiment d'en finir est un moment de grâce absolue, un pur bonheur cinématographique et psychanalytique...

Paradoxe : tout est drôle dans ce film sombre. Mais d'une drôlerie acide, grinçante, dénuée de guimauve. Car la moindre silhouette d'Adam Elliot provoque en nous un amusement attendri : Max et le pompon rouge posé sur sa kippa, mais aussi l'incroyable mère de Mary, avec ses grosses lèvres de vamp défraîchie, la vieille petite voisine ridée de Max, suffisamment miro pour faire bouillir le pauvre Henry IX dans son bocal. Sans oublier le psy - l'incroyablement moustachu Dr Hazelhoff - ni, au bas de l'immeuble de Max, son clodo détesté, rivalisant de formules inventives pour provoquer la pitié des passants indifférents..

Loin de nous plomber, cet hymne aux solitaires, aux paumés, aux doux-dingues - nettement moins fous que les gens dits normaux, au demeurant - rassure : ouf, il existe donc encore, de par le monde, des créateurs aussi doués qu'Adam Elliot pour savoir peindre la misère humaine avec une telle ferveur et mêler aussi bien l'insolence à la magie... Car, dans le ciel au-dessus de la maison australienne de Mary, brille une lune à la Méliès. Et dans le New York de Max, l'ombre fugitive d'Audrey Hepburn, échappée de Diamants sur canapé, semble attendre le taxi qui la déposera, à l'aube, devant les vitrines de Tiffany's...