Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 22 décembre 2018

Loterie, liste de sans-abri « avérés » : les signes d’épuisement de l’hébergement d’urgence

Le 115, numéro national, ne répond quasiment plus, et de nombreuses familles sont contraintes de dormir dans la rue. Les préfectures créent de nouveaux critères pour choisir les SDF pris en charge.
Par Isabelle Rey-Lefebvre Publié le 22 décembre 2018

Temps de
Lecture 3 min.    Comme des milliers de personnes, un homme se prépare à passer la nuit dehors, à Paris, le 28 février.

Comme des milliers de personnes, un homme se prépare à passer la nuit dehors, à Paris, le 28 février. PHILIPPE LOPEZ / AFP
L’hiver 2018 ressemble aux précédents : malgré des efforts croissants pour ouvrir de nouvelles places – le gouvernement en a promis 7 000 et même 14 000 en cas de grand froid, s’ajoutant aux 138 000 pérennes –, le système d’hébergement d’urgence est à bout de souffle. Le ministre chargé de la ville et du logement, Julien Denormandie, suit la situation, chaque semaine, par téléconférence avec les régions et assure que le gouvernement a fourni cette année « un effort sans précédent » de 2 milliards d’euros. Mais cela ne suffit pas.
A Paris, le Samusocial laisse, chaque soir, 500 personnes dites « en famille » et 57 personnes isolées sans solution. En Seine-Saint-Denis, ils sont 250 à rester dehors. Dans les Hauts-de-Seine, lorsqu’on est un enfant de 4 ans, on est déjà trop grand pour être d’office mis à l’abri. « Ici comme ailleurs, les travailleurs sociaux sont réduits à trier les hébergés, instaurer des priorités, des urgences dans l’urgence… C’est illégal », rappelle Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité.

Sous les tours de la Défense, avec les sans-abri

Par Nathalie Birchem et Sabine Gignoux 
Illustrations: Titwane 

La Défense est un Janus. En surface, le plus grand quartier d’affaires européen abrite plus de 500 entreprises dont des fleurons du CAC 40. Sa forêt de tours, ses galeries commerciales géantes offrent les symboles spectaculaires du libéralisme triomphant.

Mais ce royaume opulent a son revers. Sous la dalle, un autre monde se cache, beaucoup plus sombre. Dans le dédale des voies souterraines, des locaux techniques et des parkings, au moins une centaine de sans-abri se réfugient, protégés du froid. Pendant deux semaines, accompagnés par Titwane, illustrateur, nous avons choisi d’aller à leur rencontre.

Autour des petits cafés partagés à La Maison de l’Amitié ou à l’église Notre-Dame de Pentecôte, beaucoup ont accepté de nous confier des bribes de leur histoire. Certains nous ont fait découvrir leurs abris dérisoires, parfois juste un carré de béton, parfois un squat. Emmenés par quelques guides, nous avons découvert, en descendant peu à peu dans les entrailles de La Défense, une multitude inattendue. Des hommes seuls, des jeunes en errance, des femmes, et même une famille.

Dans cet univers fracturé, des salariés bénévoles et des riverains retraités nous ont impressionnées par leur engagement pour créer des ponts, inventer des moments de partage. Un véritable voyage, jalonné de hauts et de bas.

« Bienvenue chez les rej’tés ! »

Lundi, 7 heures. Les tours fantomatiques de La Défense sont encore noyées dans la nuit. Sur le parvis désert, des silhouettes filent, droites comme des « i ». Gwenaël, lui, n’a pas dormi. Arrivé la veille, avec son gros sac et sa tente sur le dos, ce Savoyard de 36 ans a tourné toute la nuit dans les sous-sols, sans trouver où se poser. Il serre entre ses mains un bol de café chaud : « J’ai vu des trucs de dingue, que je n’imaginais même pas. Un véritable enfer ! »


Anjela-Duval, un abri pour les jeunes en crise

Ouest-France

16 octobre 2018 

photo située à l'hôpital morvan, l'unité anjela-duval accompagne environ 170 adolescents et adultes par an. voici une partie de l'équipe dans la grande salle de détente des jeunes.
Située à l'hôpital Morvan, l'unité Anjela-Duval accompagne environ 170 adolescents et adultes par an. Voici une partie de l'équipe dans la grande salle de détente des jeunes.

Depuis sa création, il y a dix ans, 1 700 ados et adultes ont été hospitalisés dans cette unité du CHU. Des consultations gratuites sont aussi proposées.

• Une unité unique au sein du CHU. Située à l'hôpital MorvanAnjela-Duval (du nom de la poétesse bretonne) accueille des jeunes en crise. Les raisons ? Un geste suicidaire pour 29 % d'entre eux (contre 36 % il y a dix ans). Mais il y a aussi l'alcoolisation aiguë, les fugues, l'absentéisme scolaire, une forte agressivité, l'angoisse ou la dépression, etc.. Des signes d'une insupportable souffrance. « Surtout, 40 % déclarent avoir des idées suicidaires », informe Laure Bleton, psychiatre et responsable de l'unité.

Le mystère des bébés sans main : une alerte longtemps ignorée

GRAND REPORTAGE par Tara Schlegel et Aurélie Kieffer
21/12/2018
54 MIN

Ces malformations très rares touchent 1,7 bébés sur 10 000. Or plusieurs enfants sont nés sans mains ou avant bras dans la même zone géographique, parfois la même ville, en quelques années. L'alerte a été donnée dans l'Ain dès 2011 - mais les autorités sanitaires sont restées longtemps sourdes.
Examen, en 2015, d'une agénésie en vue d'une prothèse en 3D
Examen, en 2015, d'une agénésie en vue d'une prothèse en 3D Crédits : Amélie Benoist / BSIP - AFP
Reportage de Tara Schlegel.
Les spécialistes l'appellent : "agénésie transverse des membres supérieurs" ou ATMS. Chaque année en France, environ 150 bébés naissent avec des doigts, une main, ou une partie d'avant-bras en moins. Ces malformations sont parfois d'origine génétique. Elles peuvent aussi s'expliquer par une infection contractée en début de grossesse. Ou encore par la maladie des "brides amniotiques", qui se traduit par la formation - dans le liquide amniotique - de filaments , venant s'entortiller autour du membre en formation, et le sectionner. Mais il arrive qu'aucune explication ne soit évidente. 
Entre 2009 et 2014, trois soupçons de "clusters" ont été signalés aux autorités sanitaires. Cluster : un surcroit de bébés porteurs de cette malformation, nés dans un périmètre restreint, de quelques kilomètres carrés et dans un laps de temps rapproché. Ils toucheraient trois régions françaises.

Le revenu universel, au-delà du manque d’emploi

Alternatives Economiques

04/12/2018


 Dans le cadre des Journées de l’économie autrementAlternatives Economiques s’associe à ActifsRadio, la station de l’économie sociale et solidaire ainsi que de l’innovation sociale. Cette dernière diffuse une série d’émissions consacrées à des personnalités qui ont participé aux tables rondes et aux conférences-débats des Journées de l’économie autrement à Dijon les 23 et 24 novembre.


L’inflammation pourrait-elle être un précurseur de la Maladie d’Alzheimer ?

RTFLASH    06/12/2018


La maladie d’Alzheimer représente, avec le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires, l’un des grands défis scientifiques et médicaux de ce siècle. Le nombre de malades d’Alzheimer devrait en effet passer, sous l’effet du vieillissement inexorable de la population mondiale, de 40 à 67 millions dans le monde d’ici 2050. Avec au moins 85 000 décès par an, les autorités de santé américaines estiment que la maladie d'Alzheimer est déjà devenue  la sixième cause de mortalité aux Etats-Unis en représentant 3,6 % de tous les décès en 2014 et son taux de mortalité a augmenté de 55 % depuis 20 ans aux Etats-Unis.
Mais en 2017, une étude épidémiologique rigoureuse menée aux Etats-Unis par le Docteur Bryan James sur 2 566 personnes âgées de 65 ans et plus (avec une moyenne d'âge de 78 ans) a montré qu’en réalité, le nombre de décès annuels provoqués par cette maladie serait d’au moins 500 000 personnes, soit un taux six fois plus élevé que celui admis jusqu’à présent. En France, cette terrible pathologie touche à présent 900 000 personnes et concerne 225 000 nouveaux cas par an. Dans notre pays également, la mortalité réelle due à cette maladie serait largement sous-estimée et 100 000 personnes pourraient décéder chaque année de cette pathologie.
En dépit d’un effort considérable de la recherche mondiale, on ne connaît toujours pas les causes exactes de cette maladie dévastatrice, dont l’incidence est multipliée par vingt entre 65 et 90 ans, bien qu’elle ne soit pas une conséquence normale du vieillissement. Grâce à une vaste étude publiée en octobre 2013 dans le cadre du consortium international I-GAP (International genomics of Alzheimer project ), on sait aujourd’hui qu’au moins une vingtaine de gènes de prédisposition peuvent venir, chez certaines personnes, interagir avec une multitude d’autres facteurs environnementaux, métaboliques, immunitaires, sociaux et culturels, augmenter les risques de développer cette maladie (Voir INSERM). Mais ces facteurs génétiques ne semblent pas avoir un poids déterminant dans le déclenchement de cette pathologie neurodégénérative.

La méditation en pleine conscience, solution pour prévenir le burn-out des soignants ?

Amandine Le Blanc
| 08.12.2018



  • Méditation
VOISIN/PHANIE

Prévenir l'apparition des risques psychosociaux est possible. Mercredi, lors du 4e colloque de l’association SPS (soins aux professionnels en santé), dont le thème central visait à « prévenir la vulnérabilisation des professionnels en santé »; La méditation de pleine conscience a été présentée parmi les actions de prévention possibles.
Le Pr Corinne Isnard Bagnis, néphrologue à La Pitié-Salpêtrière, a d’abord découvert cette discipline à titre personnel. Puis après avoir étudié la méthode « laïque », inventée par Jon Kabat-Zinn, elle décide il y a quatre ans de créer à la Sorbonne un diplôme universitaire de méditation de pleine conscience : « Méditation, la gestion du stress et la relation de soin »« Cela peut aider à prévenir les risques psychosociaux, mais je voulais aussi informer de ce que cela peut apporter aux patients car j’en avais marre d’entendre raconter n’importe quoi », explique-t-elle.

Infirmière en pratique avancée : un métier pensé pour l’hôpital ?

Camille Roux
| 07.12.2018


Les infirmiers en pratique avancée (IPA) feront-ils évoluer la pratique des généralistes ? Les jeunes généralistes ont découvert les contours de la collaboration avec ces futurs professionnels ce vendredi, lors d'un atelier des 7e rencontres nationales du syndicat ReAGJIR qui se poursuivent à Avignon. Les médecins de ville demeurent confus sur le rôle que pourront jouer, à l’avenir, ces super-infirmières, confirmant certaines inquiétudes exprimées dans notre récent sondage.

Certains traits de personnalité seraient plus favorables au développement de la maladie d’Alzheimer …

Publié le 06/12/2018





En l’absence de certitude sur l’étiologie de la maladie d’Alzheimer (MA), on a parfois suggéré que des sujets avec « certains traits de personnalité » seraient davantage prédisposés à cette pathologie neurodégénérative.


Pour déterminer si les patients atteints de MA présentent effectivement des traits de personnalité distinctifs, une équipe de l’Université de la Campanie (à Caserte, en Italie) a réalisé une méta-analyse portant sur 10 études de la littérature médicale. Cette recherche tend à confirmer la préexistence de « niveaux significativement plus élevés de neuroticisme »[1] chez les patients avec MA que chez les sujets-témoins, mais au contraire de « niveaux plus faibles d’ouverture aux autres (openness), d’affabilité (agreeableness), de conscience professionnelle (conscientiousness) et d’extraversion. »

L'émulateur de cerveau le plus puissant du monde habite à Manchester

Résultat de recherche d'images pour "motherboard logo"
Par Daniel Oberhaus  décembre  2018

Ce « supercalculateur neuromorphique » doté d'un million de processeurs permettra peut-être de faire avancer la médecin et d'éduquer les robots.


C'est une excellente nouvelle pour quiconque souhaite reproduire la puissance des neurones avec du silicium : au début du mois de novembre dernier, des chercheurs de l'université de Manchester ont allumé le supercalculateur neuromorphique le plus puissant du monde.
Utiliser des ordinateurs pour imiter le comportement du cerveau, une discipline connue sous le nom d'informatique neuromorphique, est un domaine de recherche en croissance rapide. Son but : développer des architectures système et des puces informatiques capables de traiter l'information de la même façon que notre encéphale. Cela permettrait de créer des modèles précis du cerveau à des fins médicales, mais aussi de concevoir des robots aptes à naviguer dans des environnements complexes grâce à la vision par ordinateur. 

Des médecins ont fait un bilan de santé du Père Noël… et les résultats sont inquiétants !



   20 décembre 2018

Un duo de médecins a récemment publié une étude s’intéressant de près à la santé du Père Noël. Le but de cette étude amusante est de lister les problèmes que ce personnage pourrait rencontrer dans la réalité tout en faisant un peu de pédagogie pour sensibiliser sur certains risques.

Une peau très malmenée !

Nous nous demandons souvent d’où vient le Père Noël, mais nous nous intéressons plus rarement à sa santé. L’étude publiée le 5 décembre 2018 dans le Journal of The European Academy of Dermatology and Venereology estime que si le Père Noël existait vraiment, sa peau serait mise à rude épreuve ! Le médecin et anthropologue français Philippe Charlier et le dermatologue finlandais Nicolas Kluger évoquent le climat de la Laponie. En effet, le froid et la sécheresse sont des caractéristiques importantes de cette région la plus septentrionale de la Finlande où le Père Noël réside.


Lire la suite ...

Agnès BUZYN dégage 50 millions d’euros pour la psychiatrie



publié le21.12.18

Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, a décidé d’allouer en cette fin d’année une enveloppe de 50 millions d’euro pérennes à la psychiatrie pour répondre aux difficultés du secteur et engager les transformations nécessaires, en cohérence avec les attentes légitimes des patients et des familles.

Cette enveloppe bénéficiera à l’ensemble des régions et contribuera également à réduire les inégalités de financement existant aujourd’hui entre celles-ci.
Cette mesure confirme la priorité que la Ministre, dès son arrivée, a souhaité donner à la psychiatrie et qu’elle a confirmé dans le cadre de Ma Santé 2022.

Près de 17 millions d’euros de crédits pour les hôpitaux



  •  21/12/2018    
Photo d'illustration Humberto OLIVEIRA
Photo d'illustration Humberto OLIVEIRA

Communiqué de l'Agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté
"Sur les 415 millions d’euros de crédits dont le dégel a été annoncé par la Ministre des Solidarités et de la Santé, près de 17 millions d’euros vont aux établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté.

CHU Sud : Le corps, partie intégrante du diagnostic des patients accueillis en psychiatrie

https://www.zinfos974.com

LA REUNION

   21/12/2018

Le centre hospitalier de Saint-Pierre compte depuis un an un médecin somaticien au sein de son pôle de santé mentale*. Une manière d'envisager le séjour des patients sous l'angle d'une analyse plus globale sur le comportement à risque qui est souvent le leur. Objectif : comprendre l'esprit en même temps que le corps. Entretien avec le Dr Constance Sarran


CHU Sud : Le corps, partie intégrante du diagnostic des patients accueillis en psychiatrie

Quel est l'apport d'un médecin généraliste en psychiatrie ?  
Un patient atteint de maladie mentale a souvent un suivi psychiatrique régulier (en ville ou à l'hôpital). Mais au sein de ce suivi psychiatrique, la prise en compte des maladies somatiques (ce qui est relatif au corps, par opposition au psychisme, ndlr) passe souvent à l'as. Ce sont pourtant des patients particulièrement fragilisés. 


1ère téléconsultation en psychiatrie à l’EHPAD du Val du Madon dans les Vosges

dsih, le magazine de l'hôpital orienté systèmes d'informations

ARS Grand Est 21 DECEMBRE 2018


Jeudi 20 décembre 2018 à 11h, a eu lieu la première téléconsultation dans les Vosges entre l’EHPAD du Val du Madon à Mirecourt et le médecin psychiatre du Centre Médico-Psychologique (CMP) « La Source ». L’EHPAD du Val du Madon et le Centre Hospitalier de Ravenel ont élaboré en commun ce projet innovant soutenu et accompagné par l’Agence Régionale de Santé (ARS) Grand Est.


Décès inexpliqué à l’hôpital Lariboisière : accusations tous azimuts

Paris, le jeudi 20 décembre 2018 - Après l’annonce, hier, de l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris et d’investigations internes au sein de l’AP-HP à la suite du décès inexpliqué d’une femme aux urgences de l’hôpital Lariboisière de Paris, douze heures après son arrivée, sans, semble-t-il, avoir été vue par un médecin, les réactions ont été véhémentes dans les médias. Consécutivement, l’AP-HP, l’organisation des urgences au niveau national et pour finir Agnès Buzyn ont été accusées de légèreté coupable dans cette affaire, dont de nombreux éléments doivent encore être précisés. 

Patrick Pelloux de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a néanmoins pu apporter quelques informations complémentaires dans les colonnes du Parisien : « il reste beaucoup de choses à déterminer pour comprendre ce qui s’est passé. Au bout de cinq heures, il semble qu’elle ait été appelée, et il n’y a pas eu de réponse. A-t-elle été cherchée alors ? On ne le sait pas. Était-elle dans le coma ? Il est sûr en tout cas qu’elle n’a pas vu de médecin. Son décès a ensuite été constaté à 6h20 mardi matin par le personnel des urgences au moment du changement d’équipes. Elle était décédée sur son brancard ».

Parentologie : Amazon, botte secrète des parents flemmards pour Noël

L’éducation est une science (moyennement) exacte. Cette semaine, Nicolas Santolaria explique comment la plate-forme de vente en ligne s’est subrepticement emparée de la logistique de Noël.
Par Nicolas Santolaria Publié le 22 décembre 2018

Temps deLecture 4 min.

   « Ben c’est qui, le Petit Pap’Amazon ? Est-ce qu’il a lui aussi une barbe blanche et un manteau rouge ?  »
« Ben c’est qui, le Petit Pap’Amazon ? Est-ce qu’il a lui aussi une barbe blanche et un manteau rouge ?  » LASSE RUSSE
En mon cocon domestique, les signes de l’arrivée imminente de Noël se font de plus en plus manifestes. Au réveil, alors que le sapin clignote dans la vapeur enveloppante des chocolats chauds, le premier geste de ma progéniture est d’aller ouvrir une nouvelle case du calendrier de l’Avent Kinder, qui génère à la fois beaucoup de bonheur et un terrain propice pour les caries. Mon fils aîné s’est par ailleurs fabriqué un échéancier installé au-dessus de son lit et, tel un taulard dans l’attente de sa libération, il coche méthodiquement les cases qui le séparent du 25 décembre.
En voyant cela, on serait tenté de se dire que rien n’a changé, que Noël est toujours ce rituel immuable fait de fébrilité enfantine, d’attention à l’autre manifestée au travers des cadeaux et d’une ­bûche indigeste.
Mais, derrière ce vernis, depuis une décennie, les choses se sont en réalité profondément modifiées. Progressivement, subrepticement, en un mouvement souterrain de grand remplacement, le Petit Papa Noël est poussé vers la sortie par le Petit Pap’Amazon.

« La croissance économique peut aussi avoir des effets indésirables »

La recherche des profits nous rend collectivement aveugles à la société, à l’environnement et à l’état général du monde, souligne, dans sa chronique, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde ».
Par Stéphane Foucart Publié le22 décembre 2018

Temps de
Lecture 4 min.   

Marche pour le climat, à Toulouse, le 8 décembre.
Marche pour le climat, à Toulouse, le 8 décembre. MATTHIEU RODEL / HANSLUCAS POUR "LE MONDE"
Chronique. La note de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) est tombée mardi 18 décembre, charriant dans son sillage la consternation et une avalanche de commentaires désolés : la croissance ne devrait être que de 0,2 % au quatrième trimestre de l’année en cours – deux fois moins qu’attendu ! –, portant à seulement 1,5 % la progression du produit intérieur brut (PIB) de la France pour 2018.
Les questions climatiques et environnementales, la révolte des « gilets jaunes »… tout cela, face à l’érosion du PIB, est renvoyé par bon nombre de commentateurs et de responsables politiques au rang d’aimables péripéties.

"Assassins de la police" : histoire d'un slogan né d'une hallucination collective

Par Chloé Leprince   10/12/2018


Vous pourriez jurer qu'un des morceaux de rap français les plus connus crie "Assassins de la police" ? Vous parieriez même que c'est de NTM ? La preuve : une génération entière l'a embarqué des salles de concert jusqu'en manif ? En fait, c'est faux, mais c'est plus compliqué que ça.

DJ Cut Killer et sa cultissime scène du sample de KRS One, dans "La Haine", en 2005.
DJ Cut Killer et sa cultissime scène du sample de KRS One, dans "La Haine", en 2005. Crédits : Mathieu Kassovitz

Samedi 8 décembre à Paris en début de soirée, tandis que la foule de la “Manif Climat” commence à s’égayer pour quitter la place de la République, quelques grappes s’entassent dans une rame de métro. Un petit groupe entonne “Assassins de la police”“Un classique”, croit savoir un voyageur qui répond ("Woop, woop") avant d’échanger entre inconnus sur l’intensité de la réplique des forces de l’ordre.
L’inconnu du métro parisien n’a pas complètement tort : “Assassins de la police” fait aujourd’hui office de classique, et vous l’avez sans doute déjà entendu, entonné par une foule, ou dans une soirée qui chauffe un peu. Sauf que... le morceau n’existe pas. Il ne relève certes pas d'une pure fiction, mais plutôt d'une hallucination auditive à très grande échelle. Oui, toutes ces années où vous avez hurlé “Assassins de la police” en sautant sur la piste de danse... mais non : en vrai, le morceau n’existe pas.

1993 et les sirènes du Bronx

Ce qui existe, c’est un titre original de KRS One, un rappeur américain du Bronx, un quartier de New-York, qui a aujourd’hui dépassé la cinquantaine. Iconique, son morceau s’intitule That’s the sound of da policeet il remonte à 1993. Traduit (c’est toujours moins bien), le refrain donnerait quelque chose comme ça :
Woop, woop !                                
C'est le son de la police !                                
Woop, woop !                                
C'est le son de l'animal !                                
Woop, woop !                                
C'est le son de la police !                                
Woop, woop !                                
C'est le son de l'animal ! 
Dans les couplets, les officiers de police deviennent des contre-maîtres (“overseer”) et il est question de harcèlement policier, de bavures (“Ceci doit cesser / Parce que l’on devient enragé au son de la police"). On est dans un registre à charge, pas de doute :

Quel régime alimentaire devons-nous adopter pour sauver le climat ?

#UrgenceClimat. Pendant une semaine, « Le Monde » s’interroge sur les manières de lutter contre le dérèglement climatique. Ce mardi : peut-on continuer à manger autant de viande ?
Par Audrey Garric Publié le 11 décembre 2018

Temps de Lecture 4 min.

Les légumineuses, comme les lentilles, sont une importante source de fibres.
Les légumineuses, comme les lentilles, sont une importante source de fibres. RAINER ZENZ

Le citoyen engagé, qui marche pour le climat et observe chaque jour davantage la planète perdre la tête sous l’effet des dérèglements climatiques, le sait déjà : il doit dire adieu à son burger-frites hebdomadaire, s’il est traditionnellement confectionné avec de la viande, en particulier du bœuf, et pire encore si les pommes de terre ont été dorées avec de l’huile de palme. Mais voilà, par quoi remplacer ces mets avec lesquels il avait coutume de régaler son palais ?

Cinq mois de féminisme pour un animateur argentin misogyne

Baby Etchecopar devra inviter des féministes dans son émission, avec interdiction de les interrompre.
Par Christine Legrand Publié le 22 décembre 2018

Temps deLecture 2 min.   C’est probablement la pire des peines pour l’animateur de radio argentin Baby Etchecopar, célèbre pour ses attaques verbales contre les féministes, qu’il traite volontiers de « féminazis » ou de « dégoûtantes » dans son programme « El Angel del Mediodia » (L’Ange de midi), diffusé sur Radio 10.
Inculpé pour discrimination et violence de genre, il a été condamné, jeudi 20 décembre, à recevoir des féministes pendant son émission et à leur céder le micro, dix minutes par semaine, pendant cinq mois, à partir de la rentrée de mars, après la trêve de l’été austral. Cet espace sera sans publicité et le journaliste n’aura pas le droit d’interrompre ses invitées, de les critiquer pendant qu’elles parlent, ni non plus après leurs interventions. Pendant un an, Baby Etchecopar devra en outre se garder de propos offensants contre les femmes et il devra faire don de 15 000 pesos (347 euros) à l’association catholique de charité Caritas.