Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 5 mai 2012

Plus d'un bébé sur dix naît prématurément dans le monde

Le Monde.fr | 

Taux de naissance prématurée dans le monde, en 2010
Taux de naissance prématurée dans le monde, en 2010 | Le Monde

Quinze millions de bébés naissent trop tôt chaque année dans le monde, selon un rapport réalisé conjointement par une cinquantaine d'associations (March of Dimes, Le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant, Save the Children...) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et rendu public mercredi 2 mai. Cela représente plus d'une naissance sur dix. Plus d'un million d'enfants meurent chaque année du fait des complications liées à leur naissance prématurée (à moins de trente-sept semaines de gestation), sans compter les incapacités à vie dont souffrent beaucoup de ceux qui survivent.
S'inscrivant dans le cadre de l'initiative " Chaque femme, chaque enfant "lancée par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le rapport, intitulé" Arrivés trop tôt ", pointe la tendance à l'augmentation du taux de naissance prématurées dans pratiquement tous les pays disposant de données fiables.
Cependant, si 60% des naissances prématurées surviennent en Afrique et en Asie du Sud, le Brésil, l'Inde, le Nigéria mais aussi les Etats-Unis figurent parmi les dix pays détenant les taux de prématurité les plus élevés. En 2010 aux Etats-Unis, près de 12 bébés sur 100 sont nés prématurément, soit une augmentation de 30% par rapport à 1981.
DES DISPARITÉS SOCIALES DÉTERMINANTES POUR LE TAUX DE SURVIE
Les causes de la prématurité sont indéterminées dans près de la moitié des cas. Parmi celles connues figurent le jeune âge et un faible poids de la mère, des intervalles courts entre les grossesses, mais aussi les grossesses multiples, en particulier liées à l'implantation de plusieurs embryons dans le cadre de l'assistance médicale à la procréation.
Les disparités sociales sont bien sûr déterminantes pour le taux de survie, souligne le rapport : " La moitié des bébés nés à la 24e semaine [quatre mois trop tôt] survivent dans les pays à revenu élevé, mais dans les milieux à faibles revenu, la moitié des bébés nés à la 32e semaine [deux mois trop tôt] continuent de mourir en raison d'un manque de soins réalisables et abordables, comme le maintien du bébé au chaud, le soutien à l'allaitement maternel et les soins de base pour traiter les infections et les problèmes respiratoires. "
Le rapport s'appuie sur des données indiquant que " les décès provenant de complications liées aux naissances prématurées peuvent être réduits de plus des trois quarts sans recourir à des soins néonataux intensifs. "Sauver un très grand nombre des bébés prématurés n'est donc pas du tout hors d'atteinte.
Aborder l'enjeu des naissances prématurées paraît indispensable pour accomplir des progrès à l'échelle mondiale en matière de survie et de santé de l'enfant d'ici 2015, année fixée pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement, insiste le rapport.

Le porno change-t-il les ados ?

LE MONDE CULTURE ET IDEES | 
Tapez "femme" sur Google. Sur la colonne centrale, on lit : "Femme Wikipédia", "Femme Evène", "Femme Actuelle". A droite, colonne des annonces : "Femmes canon en cam", "Elles couchent". Ou "Femmes célibataires" sur le site de rencontres pour célibataires Meetic. Clic sur "Elles couchent. Batifolage.com" : un couple à moitié nu. "Fellation, sodomie, amateur, partouze, gros seins, éjac faciale." C'est un site porno. Avec "Galerie vidéo", un clic, des centaines de photos défilent. A côté du X classique, beaucoup de hardcore : triple pénétration, poing dans l'anus, bouteille dans le sexe. Tapez maintenant "Amour". On lit à droite "Meilleurs films sensuels. La brocante", un clic, c'est un nouveau site porno déguisé. Asiatiques. Beurettes. Blondes. Sado maso...
Les fillettes de 11 ans qui ont surfé sur le Net pour leur rédaction sur la Saint-Valentin ont-elles regardé ? Possible. Les films X sont en accès libre sur Internet. Souvent gratuits. Les mineurs regardent massivement. En 2004, selon le CSA, 80 % des garçons et 45 % des filles de 14 à 18 ans avaient vu un film X dans l'année. Un garçon sur quatre, une fille sur cinq en avaient visionné au moins dix. Selon une enquête du docteur Claude Rozier, menée en Ile-de-France en 2004, à 11 ans, un enfant sur deux a vu un film pornographique sur le Net. En CM2 (9-10 ans), 50 % des garçons et 25 % des filles.
Comment réagissent-ils au premier visionnage, à 10-11 ans ou plus jeunes ? Une enquête américaine le précise : ils "sont surpris et ont peur", se sentent "embarrassés" ou "coupables et confus". La moitié des filles se disent "dégoûtées", un quart "choquées", un quart "surprises". Mais dès 13 ans l'attitude change : le porno "distrait" 50 % des garçons, "plaît" à 30 %, et 20 % le classent dans les "favoris".
Depuis qu'avec Internet le porno est entré dans la vie des mineurs, il ne se passe pas un jour sans qu'un colloque de psychologie, une convention scolaire, un service gouvernemental, des féministes ou des politiques en débattent. Inquiets. Parfois indignés. Souvent dépassés. Dans une enquête sur la contraception des adolescentes, le professeur Israël Nisand s'en prend violemment à l'impact de la pornographie sur les mineurs.
"PORNIFICATION"
Dans un rapport réalisé pour le gouvernement actuel, la sénatrice (UMP) Chantal Jouanno dénonce, elle, "l'hypersexualisation" des filles de 8-12 ans, parlant de "pornification" : "Nous n'avions pas conscience que les codes de la pornographie ont envahi notre quotidien. (...) S'agissant des enfants, elle renvoie à l'hyperérotisation de leurs expressions, postures ou codes vestimentaires."
La sénatrice s'est appuyée sur les travaux de nombreux pédopsychiatres, sociologues et spécialistes des médias. Que montrent-ils ? Avant la puberté, dès le CM1, beaucoup de fillettes se mettent du brillant à lèvres, portent des jeans slim, des minijupes, des culottes qui laissent les fesses apparentes - des tenues hypersexuées. Elles s'inspirent de stars adolescentes au sex-appeal débridé - Britney Spears, Rihanna, Alizée, Christina Aguilera, Lady Gaga, sans oublier les Girlicious.
Selon la sémiologue canadienne Mariette Julien, cette "girl culture" emprunte ses codes au cinéma érotique et à la pornographie : kilt, tenue moulante, hauts talons, soutien-gorge "push up", décolleté, bas résille. Elle serait encouragée par les grandes marques de vêtements et de cosmétiques. Le coeur de cible avoué : les "tweens" ou "enfados", les 8-14 ans. Un marché colossal (260 milliards de dollars aux Etats-Unis) exploité par les études marketing et la presse mode : MilkDoolittleLa Petite magazine, autant de magazines dans lesquels des modèles dévoilent leur nombril, arborent trousses de maquillage et strings. Pendant l'été 2011, Vogue proposait une série de mode avec Thylane, 10 ans, en jupe fendue, talons aiguilles, sur des coussins léopard.
Corinne Destal, maître de conférences à l'université Bordeaux-III, a étudié les représentations sexuées à destination des fillettes. Dès 8-10 ans, elles lisent la presse ado - GirlsStar ClubMuteen... Dans cette presse qui"met le corps sur un trônel'hypersexualisation passe par une éducation précoce à la séduction, des codes sexy, des clips à l'érotisation démonstrative", explique l'universitaire.
Dans le rapport Jouanno, ce sont les psychologues et les pédopsychiatres qui se disent les plus inquiets. Selon eux, les enfants connaissent entre 8 et 12 ans, avant l'arrivée de la puberté, une "période de latence" pendant laquelle ils se préoccupent moins de la sexualité, se rapprochent de leurs parents, s'intéressent à la scolarité et aux sujets "sérieux". C'est une étape importante dans leur construction cognitive et la formation de leur personnalité.
HYPERACTIVITÉ, PERTE D'ESTIME DE SOI...
L'intrusion de la pornographie à cet âge bouleverserait cette période d'apprentissage. D'après le pédopsychiatre Michel Botbol, l'hypersexualisation les conduit à rencontrer des difficultés dans l'acquisition de savoirs, mais aussi des problèmes d'hyperactivité ou de perte d'estime de soi. "La publicité, les films, les magazines envoient en permanence des messages crus, explique Didier Lauru, psychiatre et directeur de la revue Enfances & psyOn retrouve ce même excès en famille où, souvent, les adultes manquent de discernement et de pudeur. Résultat : les enfants sont continuellement excités, au sens sexuel du terme."
La psychanalyste Sophie Marinopoulos, experte auprès des juges pour enfants, s'inquiète, elle, du rôle trouble et actif des parents dans cette érotisation. "Ce sont eux qui leur achètent des habits coûteux et sexy, les exhibent, les déguisent dès qu'ils ont 3 ou 4 ans, affirme-t-elle. Ce sont les mêmes qui présentent des gamines aux concours de petites Miss." Selon Sophie Marinopoulos, l'enfant devient un faire-valoir et les garçons sont transformés en "lolitos", comme les filles. "Il y a une ambiance pédophilique nouvelle, poursuit-elle. L'enfant n'a plus de valeur par lui-même, il doit ressembler au rêve de ses parents. On le prend dans des fantasmes qui ne sont pas les siens. On lui vole son enfance."
Le sociologue Michel Fize, qui travaille sur l'adolescence depuis vingt ans, est beaucoup plus mesuré sur cette "hypersexualisation" : "Qu'entend-on par fillette, lolita ? Parlons de jeunes adolescentes ! Pour les filles, se mettre en valeur dès 10 ans, plaire, est une manière d'entrer dans la féminité avant la puberté. Tout est question de culture, de mode de vie, de réseau. C'est une nouvelle jeunesse. Ils veulent devenir indépendants plus tôt. Il y a de la séduction, mais aucune sexualité réelle." Que pense-t-il de la période de latence ? "On veut faire croire qu'il existe un temps d'enfance immuable et innocente, sans séduction ni désir. Ce sont des discours psy archaïques." Peut-on vraiment parler de nymphettes décérébrées par les marques ? "Les intéressées ne se vivent pas comme une chose sexuelle. Pour les ados, féminité et féminisme, séduction et respect marchent ensemble. Chantal Jouanno les fait rire quand elle propose de rétablir l'uniforme dans les collèges !"
L'impact des films pornos sur les très jeunes - les 8-10 ans - inquiète cependant Michel Fize. "Tomber à cet âge sur un film hardcore n'est jamais anodin. On y voit de telles violences que cela peut choquer."Depuis quelques années, une pornographie violente se développe. Tentant leur chance sur Internet, des petites productions réalisent des films aux budgets de misère, pratiquant la surenchère dans la brutalité. La série "Xanadu", d'Arte, qui raconte l'histoire d'un producteur porno ruiné par Internet, décrit bien cette évolution : à son fils qui propose :"Aujourd'hui, une seule solution, le "gonzo" : un canapé, trois pétasses, une caméra", le père répond : "Ici, c'est le haut de gamme du X, pas de la charcuterie". L'ancienne actrice de X Raffaëla Anderson a raconté cette "charcuterie" dans Hard (Grasset, 2000).
CHANGEMENT DU VOCABULAIRE SEXUEL
Que se passe-t-il dans la tête d'une fille de 8 ou 10 ans quand elle visionne sur Internet Tournante dans un dépotoir ? Le pédopsychiatre Jean-Yves Hayez, qui parle souvent du porno avec des mineurs, résume le malaise : "Ils peuvent en ressentir une angoisse soudaine, intense et durable : peur d'une possible agression contre eux, peur de ces masses de corps qui partouzent, de leurs transformations et de ce qui en sort, et ce jusqu'à la peur que leurs propres parents et leur entourage deviennent monstrueux eux aussi, des animaux sauvages, quand ils sont tout nus."
Cependant, dès que les garçons flirtent, à 13-14 ans, visionner du porno devient pour certains un moment d'"éclate sexuelle" qu'ils veulent retrouver, partager avec leurs copains. Parfois, une pratique autoérotique devient addictive, comme chez le Kid, héros triste du dernier roman de Russell Banks, Lointain souvenir de la peau (Actes Sud, 444 p., 24,20 €)."La majorité des enfants ne s'attachent pas à ce qu'ils ont vu, et n'y reviennent qu'occasionnellement", poursuit Jean-Yves Hayez, qui parle d'une forme de déniaisement : "Le réalisme de l'enfant augmente, et il ne faut plus trop lui raconter de salades sur ce que sont les autres et sur la sexualité - c'est aussi la "baise". Disons qu'il en sort un peu vieilli, un rien cynique, lucide, matérialiste, bien plus vite que ce que voudraient beaucoup de parents."
Avec le porno, le vocabulaire sexuel des jeunes a changé. Selon l'association scolaire Sésame, dirigée par Denise Stagnara, une dame de 92 ans, les mots du X représentent désormais 20 % des expressions sexuelles. Si, en 1980, les 10-11 ans parlaient de graines et de sentiments, ils connaissent aujourd'hui les termes homo, fellation ou sodomie. D'autres effets, plus insidieux ou anxiogènes, ont été repérés. Le docteur Ronald Virag, andrologue, reçoit de plus en plus de garçons de 16-18 ans qui veulent se faire agrandir le pénis car l'outil imposant des "hardeurs" les traumatise, le fait qu'ils bandent tout le temps les complexe. Le porno développe chez eux une angoisse de la performance.
Pour Michel Fize, les pratiques sexuelles peuvent en outre être"désinhibées" par le porno. "On sous-estime toujours le désir féminin. Des choses qu'un jeune couple faisait après s'être apprivoisé l'un l'autre, sur la durée, deviennent aujourd'hui courantes dès les premiers rapports sexuels." L'espace d'accueil pour 13-25 ans CyberCrips, à Paris, a enquêté auprès de 10 000 ados : dès 14 ans, des garçons demandent ainsi une fellation. "Certaines adolescentes croient devoir se soumettre aux clichés du porno - par exemple se faire épiler le pubis - pour plaire aux garçons, explique Philippe Brenot, psychiatre et sexologue, qui vient de publier une enquête sur le plaisir féminin, menée auprès de 3 000 femmes. De nouvelles moeurs s'installent. Des normes aussi. Un terrorisme de l'orgasme vaginal, des coïts interminables, une obligation de jouissance. Souvent, la technique l'emporte sur la découverte de sa propre envie. Nous revoyons ces femmes en consultation, adultes, avec une plainte liée à l'absence de plaisir et à la disparition du désir."
Le gynécologue Israël Nisand, qui a fondé le site info-ado pour répondre aux questions sur la sexualité, se montre très alarmiste. "La pornographie est devenue la principale forme d'éducation sexuelle. Je trouve grave qu'un collégien de 10 ans demande : "Est-ce que maman fait l'amour avec des chiens ?" Ce sont des questions qu'on entend ! Je ne trouve pas normal que des lycéennes de 14 ans fassent des fellations à plusieurs garçons, pour faire comme au cinéma."
Outre le contenu des actes sexuels pratiqués dans les films porno, la représentation du couple homme-femme - le premier, quasiment toujours dominant, la deuxième, dominée, voire asservie - induit un modèle de relation qui peut marquer les enfants et les adolescents. Israël Nisand dénonce la vision "avilissante" de l'amour et des femmes propagée par la pornographie, qui perpétue "des stéréotypes sexuels agressifs, une pensée machiste et des relations de pouvoir" qui marquent les adolescents. Il reprend les arguments des féministes prohibitionnistes - Women Against Pornography aux Etats-Unis ou les Chiennes de garde en France - qui voient dans la pornographie un discours présentant les femmes comme toujours disponibles, ravies d'être violentées et humiliées - sans en voir la dimension fantasmatique.
S'appuyant sur les travaux du sociologue canadien et croisé antiporno Richard Poulin, Israël Nisand associe l'intrusion de la pornographie dans le monde de l'enfance à la violence grandissante des mineurs. Il rappelle qu'en France le nombre de jeunes adolescents condamnés pour violence sexuelle ne cesse d'augmenter, dans des proportions inquiétantes : 983 en 2002, 1 392 en 2006 et 3 169 en 2008. Pour lui, la pornographie encouragerait la confusion entre le virtuel et le réel, et donc le passage à l'acte. Selon le rapport Meese, réalisé aux Etats-Unis en 1986, pendant le boom des DVD pornos, 21 délinquants sexuels récidivistes sur 25 en visionnaient régulièrement. Un violeur sur deux déclarait en avoir vu avant d'agir.
FAITS DIVERS
Israël Nisand cite encore plusieurs faits divers en France, où des lycéens imposent des fellations à des filles, les filmant avec leur portable. "Ces derniers mois, nous avons eu deux histoires de gamine poussée à faire des fellations, confirme un lieutenant de la brigade des mineurs de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Un garçon de 16 ans, exclu de plusieurs lycées, a entraîné une fille dans un tunnel désaffecté avec deux copains de 14 et 15 ans." L'autre affaire concerne quatre jeunes de 12 et 13 ans. L'un des garçons a filmé une fille de 13 ans lui faisant une fellation et l'a ensuite obligée à le faire à ses copains sous peine de diffuser la vidéo. Le rôle du porno ? "Dans une affaire, un des jeunes en regardait avec son oncle."
Ces faits divers adolescents - mauvais garçons et filles fragiles - n'ont-ils pas toujours existé ? "Ils sont de plus en plus nombreux, répond le lieutenant. On sent l'influence du porno dans le fait qu'il y a moins de respect des filles, moins de romantisme. Ce n'est plus comme avant : sortir, aller au cinéma, etc. C'est beaucoup plus direct."
Les sociologues de l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (Injep), au ministère de l'éducation nationale, ne partagent pas l'inquiétude d'Israël Nisand et des policiers. Ils viennent de publier plusieurs enquêtes qui contredisent le rapport du gynécologue. "Les adolescents regardent finalement assez peu de porno, affirme Yaëlle Amsellem-Mainguy, qui a dirigé ces recherches pour l'Observatoire de la jeunesse. La grosse consommation vient avec l'âge adulte, chez les 25-34 ans et plus. Le porno, c'est pour les vieux."
Sur la liaison porno-violence, la sociologue pense que policiers et praticiens ont une vision déformée de la jeunesse : "Ils ne voient que les jeunes à problème. Ce n'est pas représentatif. Le porno n'est pas la principale source d'éducation sexuelle des jeunes. Pour les choses sérieuses (le sida, la grossesse), ils se renseignent auprès des proches ou vont sur Internet, pour consulter Doctissimo, des chats ou les sites féminins."
Pour les sociologues de l'Injep, l'inquiétude des parents devant les films pornos est à rapprocher d'une question plus vaste : la crainte de perdre tout contrôle sur l'éducation de ses enfants. Les adultes étaient déjà effrayés lors de l'apparition d'une culture "teenager", souvent rebelle, dans les années 1950, puis de la contraception ou de la multiplication d'aventures avant le mariage. Ces craintes auraient redoublé avec l'arrivée de mouvements musicaux comme le rock'n'roll - l'effroi devant Elvis "the pelvis" en jean moulant - puis la pop, sans oublier les mouvements hippies et punk prônant la liberté sexuelle. Aujourd'hui, nous assisterions aux mêmes réactions inquiètes face à une sexualité indépendante, à Internet, aux jeux vidéo, aux réseaux sociaux. Et au porno.
Cette angoisse irait de pair avec l'obsolescence rapide des métiers et des savoir-faire, une accélération qui atteint jusqu'à certaines valeurs. Tout cela mène les parents à s'interroger sur ce qu'ils doivent et peuvent encore transmettre - sur leur rôle. "Les adultes ne devraient pas tant s'alarmer, répond Yaëlle Amsellem-Mainguy. Les jeunes se protègent à 90 % quand ils rencontrent quelqu'un. Sexuellement, les adolescents se prennent en main. C'est peut-être cela qui inquiète ?"

Plainte "symbolique" contre l'abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel

Le Monde.fr avec AFP | 

200 personnes étaient réunies samedi 5 mai devant le Conseil constitutionnel pour protester contre l'abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel.
200 personnes étaient réunies samedi 5 mai devant le Conseil constitutionnel pour protester contre l'abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel. | REUTERS/GONZALO FUENTES

A l'appel d'associations féministes, quelque 200 personnes se sont rassemblées samedi place Colette à Paris, à deux pas de la rue Montpensier, siège du Conseil constitutionnel. Les associations dénoncent l'annulation de toutes les procédures en cours après que les Sages ont décidé vendredi d'abroger avec effet immédiat la loi sur le harcèlement sexuel, jugeant sa formulation trop floue. Pour ces militants, il s'agit d'un "affront aux droits des femmes", qui nécessite une nouvelle loi.
L'Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) a en outre porté plainte samedi de manière "symbolique"contre le Conseil constitutionnel. "Nous avons porté plainte contre le Conseil constitutionnel pour 'trouble à l'ordre public' et 'mise en danger délibérée des victimes du harcèlement sexuel' au commissariat du Ier arrondissement" de Paris, a indiqué Marilyn Baldeck, déléguée générale de l'AVFT.
"En décidant d'abroger la loi, sans utiliser la faculté qu'il avait de différer cette abrogation, le Conseil constitutionnel a fait un choix politique qui doit être considéré comme un affront pour les droits des femmes", s'est-elle indignée.
"PERMIS DE CHASSER"
Plusieurs femmes victimes de harcèlement, et dont les plaintes sont annulées depuis la décision des neufs sages, se sont succédé à la tribune pour témoigner de leur expérience : "Cette abrogation est un véritable permis de chasser""on parle des sages du Conseil constitutionnel, qu'ont-ils de sages à part leur titre ?""tout est perdu, mon harceleur se pavane depuis ce matin".

Des victimes de harcèlement dénoncent ce "permis de chasser".

"Les responsabilités de cette abrogation doivent être posées, elles sont d'ordre politique", a insisté Mme Baldeck. Les associations féministes"réfléchissent à une procédure judiciaire mettant en cause la responsabilité de l'Etat pour que les préjudices des victimes dont les procédures sont aujourd'hui annulées soient intégralement indemnisés", a-t-elle dit.
La dirigeante féministe a appelé le "prochain gouvernement et l'Assemblée nouvellement élue" en juin à "faire du vote d'une nouvelle loi sur le harcèlement sexuel son tout premier chantier". Ce nouveau texte, a-telle souligné, "devra répondre aux critères" fixés par les associations féministes.


Les Livres de Philosophie

Et pourtant elle tourne...

Slavoj ŽiŽek


La légende dit qu’en 1633 Galilée chuchota : « Eppur si muove » –  
« Et pourtant elle tourne » – après avoir dû renier, face au tribunal de 

l’Inquisition, sa théorie, selon laquelle c’est la Terre qui tourne autour du 

Soleil – et non l’inverse. Il n’est pas certain que Galilée ait effectivement 

prononcé cette phrase en sortant du tribunal ; mais, aujourd’hui, en tout 

cas, cette phrase est un adage : celui qui possède un vrai savoir peut devoir 

y renoncer par la force, ce savoir restera vrai. 

Mais ce qui rend si intéressante cette célèbre phrase, c’est qu’elle peut 

être comprise dans un tout autre sens, opposé, pour démontrer qu’une vérité 

symbolique, si profonde soit-elle, peut ne pas être littéralement vraie. 

Car cette phrase n’a peut-être jamais été prononcée par Galilée...

Lire la suite ici

"Sur la T2A et la convergence tarifaire, nous sommes davantage dans l'anathème que la réflexion"


Philippe Leduc, directeur du Think tank Économie Santé"Sur la T2A et la convergence tarifaire, nous sommes davantage dans l'anathème que la réflexion"

Interview 09.03.12 - 18:10 - HOSPIMEDIA 
Élections obligent, la guéguerre public-privé bât son plein. Fédérations et politiques s'écharpent sur la T2A et la convergence sans que se profilent de réelles alternatives de financement. Un débat par trop caricatural pour Philippe Leduc, du Think tank Économie Santé, qui entrave toute réforme de l'hôpital.
Hospimedia : "Tarification à l'activité (T2A), convergence tarifaire, la guéguerre public-privé a le vent en poupe dans cette campagne électorale. Qu'est-ce que cela vous inspire ?
Philippe Leduc : Entre la Fédération hospitalière de France (FHF) et celle de l'hospitalisation privée (FHP), les positions sont aujourd'hui très incantatoires pour ne pas dire irréconciliables. Elles sont d'ailleurs portées par les deux principaux candidats à la présidentielle : François Hollande et Nicolas Sarkozy. Nous sommes davantage dans l'anathème que la réflexion. Pourtant, la plupart des gens reconnaissait au départ que la T2A allait s'avérer un bon système car elle allait permettre de comprendre ce qui se passait et ce qui coûtait dans l'hôpital. D'ailleurs, à écouter chaque camp séparément, tous semblent convaincants. Pourquoi l'un serait-il plus cher que l'autre ? Oui, mais les métiers diffèrent. Et c'est vrai. Et puis, le tarif ne prend pas exactement la même chose en compte en public qu'en privé. Nous arrivons donc à des positions caricaturales qui viennent de slogans politiques. Ce n'est sûrement pas la meilleure façon d'engager des réformes. C'est un mauvais débat.
H. : Partagez-vous les critiques sur ces deux dispositifs ?
P.L. : Avec la T2A comme la convergence, on essaie par une contrainte budgétaire de pousser les gens à se réformer. La T2A est inflationniste : elle pousse à la consommation, à la conquête de part de marchés puis, après, les tarifs sont baissés. Elle risque de faire en sorte qu'on se spécialise dans un secteur en abandonnant d'autres pratiques dans un souci de rentabilité à court terme. D'un autre côté, difficile d'être contre car elle apporte une certaine transparence. Mais la transparence c'est bien, encore faut-il l'analyser car ce n'est pas la vérité. Quant à la convergence, c'est inévitablement mettre les hôpitaux publics en déficit. Et après on devrait espérer qu'ils se réforment ? Prenez les crédits liés aux Missions d'intérêt général et d'aide à la contractualisation (MIGAC) : ils ont bondi en six ans de 72%, passant de 4,7 à 8,3 milliards sur 2005-2011. Ce qu'on économise d'un côté, on est obligé de le reverser de l'autre ! Il y a forcément des adaptations à envisager. Et puis, regardez la médecine libérale. Les tarifs opposables y sont bloqués depuis les années 80, d'où l'inflation sur les dépassements d'honoraires qui pose aujourd'hui réellement problème. En bloquant les tarifs, nous avons mis sur pied un système complètement aberrant dont on ne sait, aujourd'hui, comment en sortir.
H. : S'il s'agit d'un mauvais débat, faut-il dès lors arrêter T2A et convergence ?
P.L. : En disant cela, on prend une position politique. Mais compte tenu de la caricature du débat, il faut certainement calmer le jeu et faire en sorte que cette réforme de l'hôpital se fasse plus sereinement et que le personnel y adhère. Sinon, on n'arrivera à rien. Quant à la convergence, il faut sûrement l'arrêter car le sujet est trop exacerbé et poussé à l'excès par la campagne électorale. Il cache les vrais problèmes : l'ambulatoire, la concentration des plateaux techniques, le travail en réseau ville-médico-social, la chasse aux actes inutiles... La tendance actuelle, à long terme, c'est moins d'hôpital, moins d'emploi à l'hôpital mais mieux d'hôpital. Il deviendra l'exception, les patients étant suivis sur des pathologies chroniques en ville avec des séjours courts en établissement.
H. : Face à cela, quel regard portez-vous sur les projets électoraux ?
P.L. : Nicolas Sarkozy n'a pas dit grand chose sur l'hôpital pour l'instant. Il est vrai qu'à droite, ils sont gênés : ce qui a été fait jusqu'à présent a été beaucoup critiqué, ils préfèrent donc calmer le jeu avec les professionnels de santé. Mais en face, je n'ai pas l'impression que les propositions soient très convaincantes. C'est "On arrête la convergence !" mais après on fait quoi ? Sur l'aval et l'amont de l'hôpital, cela fait vingt ans qu'on nous promet d'agir, il est donc plus que temps de prendre le taureau par les cornes !"
Propos recueillis par Thomas Quéguiner
* Le Think tank Économie Santé du groupe les Échos a publié cinq recommandations dans le cadre de cette campagne électorale : n°1) Faire de la santé et de son financement un grand débat public; n°2) Impliquer et responsabiliser les professionnels;n°3) Anticiper la mutation stratégique des établissements hospitaliers; n°4) Mieux gérer les maladies chroniques; n°5) Organiser et financer la prévention.

États-Unis : premiers sur les dépenses de santé, pas sur la qualité

lequotidiendumedecin.fr 

Avec plus de 17 % du produit national brut consacré aux dépenses de soins médicaux, les États-Unis sont, de loin, le pays qui consacre le plus d’argent à la santé. En cause, la cherté des soins et des technologies. La qualité et l’accès universel aux soins ne sont, eux, pas au rendez-vous.
Pourquoi l’enveloppe des dépenses de santé est-elle si importante aux États-Unis ? 17,4 % du PNB y est consacré, selon les chiffres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), sur lesquels s’appuie une étude du Commonwealth fund*. La médaille d’argent revient aux Pays-Bas avec 12 % du PNB réservés aux soins, juste devant la France (11,8 %) - le Japon se situant en bas de l’échelle avec moins de 9 %. Concrètement, les États-Unis ont dépensé près de 8 000 dollars par personne en 2009 en soins de santé, contre plus de 5 000 dollars pour la Norvège et la Suisse, et 2 700 dollars au Japon et en Nouvelle-Zélande.
Une des raisons couramment avancées est le vieillissement de la population. Mais selon l’étude du Commonwealth fund, seulement 13 % des Américains avaient plus de 65 ans en 2009 contre 16 % en moyenne dans les autres pays riches. En outre, les Américains sont 16 % à fumer contre 21,5 % ailleurs dans l’OCDE.
Plus plausiblement, le taux d’obésité dans la population (1/3 des Américains sont concernés) joue sur les dépenses de soins jusqu’à en représenter 10 %. Ce n’est pourtant pas suffisant pour expliquer le fossé entre États-Unis et les autres pays à la population plus vieillissante et plus fumeuse, selon David Squires, le principal auteur de l’étude du Commonwealth fund.

40 % de renoncement aux soins

Ce budget santé conséquent serait-il alors le gage d’une excellente santé des Américains ? Rien ne l’indique. Les résultats des États-Unis sont bons pour le taux de survie des patients atteints d’un cancer du sein et du colon, mais médiocres si l’on analyse le taux de décès provoqués par l’asthme ou les amputations de membres inférieurs dues au diabète. Médiocre aussi est le taux de décès à l’hôpital suite à une crise cardiaque ou une attaque cérébrale.
« On a tendance à croire que les Américains bénéficient de plus de soins de santé que les populations des autres pays riches, mais en réalité nous allons moins souvent qu’elles chez le médecin ou à l’hôpital », observe David Squires. Selon lui, le prix élevé des soins et l’important usage de technologies médicales coûteuses (IRM, scanners) expliquent le niveau des dépenses de santé. « Malheureusement, il ne semble pas que nous disposions d’une meilleure qualité des soins pour autant » regrette-t-il.
Les Américains consultent peu. L’étude évalue à 3,9 le nombre de visites chez un professionnel par personne en 2009, fréquence la plus faible des 12 autres pays riches étudiés (à l’exception de la Suède). Les États-Unis sont également au bas de l’échelle en ce qui concerne la densité de médecins (2,4 pour 100 000 habitants en 2009), le nombre de lits d’hôpital (2,7 pour 1000) et la durée des séjours hospitaliers.
C’est bien leur coût qui fait gonfler l’enveloppe des soins, puisqu’un séjour s’élève en moyenne à 18 000 dollars en 2009, contre 13 000 au Canada et moins de 10 000 en Suède, Australie, Nouvelle-Zélande, France (5 204 dollars) et Allemagne. En outre, les prix des 30 médicaments les plus prescrits atteignent parfois le double des prix pratiqués ailleurs. Conséquence, 4 Américains sur 10 ont renoncé aux soins en 2010 pour raisons financières.
› COLINE GARRÉ
*Fondation américaine qui œuvre à la valorisation du système de soins



Une centaine d'élus CGT envahit le siège de l'AP-HP

Une centaine de représentants CGT ont envahi vendredi matin le siège de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) à Paris pour protester contre des suppressions de postes prévues par la direction et dénoncer le manque de dialogue social, a-t-on appris de source syndicale. « Nous avions prévu un rassemblement devant le siège mais face à la présence de barrières et de forces de l'ordre, nous avons décidé de rentrer pour être reçus par la direction générale », a déclaré à l'AFP Olivier Cammas, responsable de l'Usap-CGT (CGT de l'AP-HP). La centaine d'élus CGT ayant pénétré dans les locaux était en discussion avec des membres de la direction à la mi-journée, selon lui.
La direction n'a pu être jointe dans l'immédiat.
Le responsable syndical a expliqué que la directrice générale de l'AP-HP, Mireille Faugère, avait envoyé lundi aux élus un document contenant un « tableau de bord et les perspectives  de l'établissement pour les années à venir ».
Ce document prévoit 3 340 suppressions d'emploi dont 1 040 infirmières d'ici à 2016, a indiqué M. Cammas, dénonçant une « volonté scandaleuse de restructurationNous protestons aussi contre le manque de dialogue social qui dure depuis deux ans et l'annulation d'une réunion annuelle rassemblant des directeurs et des élus qui devait se tenir aujourd'hui (vendredi) », a-t-il ajouté, précisant que la CGT avait adressé une lettre ouverte à Mme Faugère.
L'AP-HP est le plus grand centre hospitalier universitaire (CHU) de France avec 37 établissements, regroupés en 12 groupes après la restructuration. Premier employeur d'Ile-de-France avec 90 000 personnels dont 22 000 médecins, l'AP-HP a pris en charge 7 millions de patients en 2011 dont 1,1 million aux urgences. 
AFP

Information du 04.05.12 15:22

Schizophrénie : les bénéfices des antipsychotiques avérés

Par figaro icon Martine Perez - le 04/05/2012
Une analyse publiée dans le Lancet fait le point sur cinquante ans d'antipsychotiques chez les malades schizophrènes et révèle que ces traitements ont réduit le risque de rechute et d'hospitalisation.
Lire la suite ici
Internet nous rend-il seul ? Non !
“Nous vivons dans un isolement qui aurait été inimaginable pour nos ancêtres, et pourtant nous n’avons jamais été plus accessibles” via les technologies de la communication et les médias sociaux, estime l’écrivain Stephen Marche pour The Atlantic.

La montée de la solitude ?

Selon lui, nos médias sociaux interfèrent avec nos amitiés réelles. Pour preuve, Stephen Marche(@StephenMarche) en appelle aux travaux du sociologue Erik Klinenberg (@ericklinenberg), auteur de Going Solo : la montée de l’extraordinaire et surprenant appel à vivre seul . Dans son ouvrage, Klinenberg explique que la vie solitaire se développe plus que jamais : 27 % des ménages américains sont composés d’une seule personne, alors qu’on ne comptait que 10 % de foyers composés d’une seule personne dans les années 50. 35 % des adultes de plus de 45 ans sont chroniquement solitaires, estime une étude de l’AARP (voir le détail .pdf), l’association américaine des personnes retraitées (soit 20 % de plus qu’il y a 10 ans). Selon une autre étude, 20 % des Américains seraient malheureux du fait de leur solitude. Et encore, on peine à distinguer le fait de se sentir seul et le fait d’être seul… rappelle l’écrivain. Car c’est aussi la qualité de nos relations aux autres qui se dégradent… Selon une autre étude réalisée par des sociologues de la Duke university, la taille moyenne de nos réseaux de confidents, c’est-à-dire de gens auxquels nous savons nous confier, serait passée de 2,94 personnes en 1985 à 2,08 en 2004, rapporte Stephen Marche. En 1985, 10 % des Américains déclaraient n’avoir personne avec qui discuter de questions importantes et 15 % avouaient n’avoir qu’un seul vrai ami. En 2004, 25 % n’avaient personne à qui parler et 20 % reconnaissaient n’avoir qu’un seul confident… Bref, non seulement nous sommes plus isolés, mais, selon certaines études, nous rencontrons moins de gens et nous réunissons moins.
Face à cette désintégration sociale, les confidents de remplacements ont explosé. Le nombre de psychologues, de travailleurs sociaux, de thérapeutes a explosé, explique Ronald Dworkin. “Nous avons externalisé le travail de soin quotidien” auprès de gens dont c’est désormais le travail.


orenlivio01

Image : Rittenhouse Square (Philadelphie), photographié par Oren Livio pour La vie sociale d’un espace urbain connecté (.pdf). 25 % des gens observés avec leurs machines dans le parc ne l’avaient jamais visité avant que l’internet n’y soit disponible.

Mais si nous sommes seuls, c’est aussi parce que nous voulons être seuls. Cela fait désormais parti d’un mode de vie – l’individualisme – et d’une forme d’accomplissement de soi.
Lire la suite ici

Nouvelle agence du médicament : Dominique Maraninchi nommé directeur

lequotidiendumedecin.fr 03/05/2012
Le Pr Dominique Maraninchi a été nommé sans surprise à la tête de lanouvelle agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).
Sa nomination a été officialisée à la faveur d’un décret signé par le président de la République. L’ANSM a vu le jour le 29 avril, quatre mois après l’adoption de la loi qui a renforcé la sécurité sanitaire du médicament. Elle a repris toutes les missions, obligations et compétences exercées par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS).
La nouvelle agence a hérité de nouvelles responsabilités, notamment dans « le domaine de la recherche, des études de suivi des patients et du recueil des données d’efficacité et de tolérance ». Le Pr Maraninchi, professeur en cancérologie de 62 ans, avait pris la tête de l’AFSSAPS à la suite de l’affaire Mediator en février 2011, avec pour mission de réformer l’institution.