Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

jeudi 22 décembre 2011


La consommation de poisson contribuerait à la bonne santé mentale

02.12.2011
Des chercheurs de l'Université de Pittsburgh ont découvert que les personnes qui consommaient du poisson grillé ou cuit à la vapeur au moins une fois par semaine disposaient d'un volume plus important de matière grise dans les parties du cerveau les plus susceptibles d'être touchées par la maladie d'Alzheimer. Leurs résultats ont été présentés cette semaine au  du congrès annuel de la Radiological Society of North America.
Le volume de matière grise est essentiel à la mentale. Plus le cerveau dispose de matière grise, plus il jouit d'une bonne santé. La perte de volume de cette matière indique que les cellules cérébrales rétrécissent.
Selon les chercheurs, leur étude serait la première à établir une relation directe entre la  de poisson, la structure cérébrale et le risque de souffrir d'Alzheimer, cette maladie dégénérative du cerveau qui met à mal progressivement et irrémédiablement les fonctions mentales, dont la mémoire.
Parmi les 260 sujets choisis pour l'étude Cardiovascular Health Study, 163 ont confié avoir consommé du poisson de façon hebdomadaire. La plupart de ces patients ont aussi expliqué en consommer entre une et quatre fois par semaine.
Afin d'évaluer leur santé mentale, les sujets ont subi des IRM permettant de mesurer leur volume de matière grise. Une modélisation a ensuite été créée pour établir la relation entre la matière grise et la consommation de poisson afin de prédire la structure cérébrale 10 ans plus tard.
Les chercheurs ont aussi montré que la consommation de poisson séché ne protégeait pas contre la perte de facultés intellectuelles.
Ces résultats ne sont pas très surprenants, car de nombreuses recherches sur la maladie d'Alzheimer ont déjà mis en lumière l'importance des oméga-3 et des huiles de poisson sur la santé cérébrale.
En août dernier, des chercheurs du Rhode Island Hospital à Providence (Etats-Unis) ont établi un lien entre la consommation de compléments alimentaires à base d'huile de poisson et le fonctionnement cognitif -- un lien qui change la structure cérébrale des consommateurs contrairement à ceux qui n'en prennent pas.
Ces résultats ont été présentés au cours de la conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer, à Paris, l'été dernier.
Au cours d'une autre étude, publiée quelques mois après dans la revue britannique Journal of Nutrition, des scientifiques de l'Université de Northumbria ont aussi trouvé qu'un certain complément alimentaire à base d'huile de poisson - riche en DHA (type d'oméga-3) - améliorait la circulation sanguine vers le cerveau pendant l'activité mentale des jeunes adultes.
Relaxnews


@llo #maman :-(


Dans un cybercafé en Bulgarie - Photo Uros Velickovic, CC BY
La voix au bout du fil est inquiète. Comme souvent, c’est une mère qui appelle. Depuis plusieurs jours, un homme de 20 ans cherche à entrer en contact sur Internet avec sa fille de 13 ans via la messagerie instantanée MSN. « Il est très intéressé par la photo de son profil, lui parle des vêtements qu’elle porte. Il branche sa webcam et demande à ma fille de faire de même. »
Il est 9 heures, premier appel de la journée chez Net Ecoute. Unique en France, ce numéro vert (08 00 200 000), lancé en 2008 par l’association e-Enfance dans le cadre du programme européen Safer Internet, conseille ados et adultes sur les usages du Web. Dans leurs locaux du XVIe arrondissement de Paris, ils sont cinq « écoutants », comme ils s’appellent, à recevoir les appels au compte-gouttes du lundi au vendredi.
Aujourd’hui, c’est une voix pleine de bonhomie qui répond à cette mère anxieuse. Dominique Delorme, responsable du service, rassure.« Vous pouvez baisser votre niveau d’inquiétude. En vous en parlant, votre fille a très bien réagi. Mon premier conseil, c’est qu’elle quitte MSN. Les contacts n’y sont pas forcément sûrs et les enfants ont tendance à les collectionner. » « Et son blog ? » questionne la mère.« Il ne faut pas qu’elle y mentionne son nom, ni son adresse, ni son téléphone ou ses habitudes de vie. Il faut en dévoiler le moins possible », égrène Dominique Delorme.
Si cette helpline (ligne d’assistance) anonyme et gratuite est ouverte à tous, elle est essentiellement destinée aux parents, souvent paumés face aux nouvelles technologies et ignorant tout des activités de leur progéniture sur Internet. « Les parents mettent en garde contre l’alcool, la drogue, les relations sexuelles non protégées mais n’ont pas encore le réflexe de sensibiliser sur Internet car ils ne sont pas forcément en mesure de le faire », explique Justine Atlan, directrice de e-Enfance, l’association qui a lancé le numéro vert. « Notre but n’est pas de jouer les gendarmes du Net ni de dramatiser. Si on fait peur aux parents, ils débranchent Internet. Ce n’est pas le but. Nous souhaitons juste que chaque parent puisse se faire une idée des usages possibles et de la nature des éventuels dangers. »

Autisme : les professionnels consultés sur de nouvelles recommandations

11/07/2011
La HAS et l’ANESM souhaitent recueillir l’avis des professionnels sur la version préliminaire de leurs recommandations de bonne pratique pour améliorer le suivi et l’accompagnement des enfants et adolescents autistes ou souffrant d’autres troubles envahissants du comportement.

Dans le cadre du plan Autisme 2008-2010, la Haute Autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) ont élaboré une série de recommandations encore provisoires sur l’autisme et les troubles envahissants du comportement (TED) chez les enfants et adolescents. Ces recommandations doivent permettre aux professionnels de « mieux évaluer les besoins et ressources individuels de l’enfant et de sa famille, dans chacun des domaines de fonctionnement et de participation habituellement touchés par les conséquences des TED ». Le but étant de pouvoir correctement définir « un projet individualisé d’interventions coordonnées ».

Parmi les axes d’intervention prioritaires, la HAS et l’ANESM insistent sur l’importance d’une prise en charge précoce. Lorsqu’un TED est suspecté chez un enfant ou adolescent, l’évaluation initiale du fonctionnement doit être réalisée, avec l’accord des parents, « dans les délais les plus brefs » et au plus tard dans les trois mois après la première consultation ayant évoqué un trouble du développement. « La mise en place des interventions peut débuter avant même que l’ensemble des évaluations initiales soient terminées », indique la HAS. Tout au long de la prise en charge, il est essentiel que les professionnels favorisent l’expression et l’écoute de l’enfant ou de l’adolescent, qui « doit être positionné d’emblée comme acteur de son accompagnement ».

En ce qui concerne le suivi, la HAS recommande une évaluation au minimum annuelle par l’équipe de proximité mettant en œuvre les interventions auprès du jeune sujet (réseau libéral, structure médico-sociale, service de pédopsychiatrie, etc.). Pour les enfants âgés de 2 à 6 ans, une évaluation complémentaire par une équipe spécialisée (Centre d’action médico-sociale précoce, service de pédopsychiatrie, neuropédiatrie, etc.) doit être menée tous les deux ans, puis reconduite ultérieurement « aux âges et situations de transition ».
Les recommandations détaillent les bonnes pratiques à ce jour arrêtées par la HAS et l’ANESM autour des divers examens d’évaluation et modes d’intervention auprès de ces enfants et adolescents. La question des traitements médicamenteux et biomédicaux est abordée, tout comme l’organisation des interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées tout au long du parcours de l’enfant ou de l’adolescent.

En ligne.

Avant la finalisation de leurs recommandations, la HAS et l’ANESM souhaitent recueillir l’avis des organismes, institutions et associations impliqués dans le suivi et l’accompagnement des enfants et adolescents atteints d’autisme ou autre TED. Les professionnels ont jusqu’au 9 septembre pour faire part de leurs critiques et remarques sur la version préliminaire de ces recommandations de bonne pratique via le questionnaire disponible sur le site Internet de la HAS. Une synthèse des commentaires recueillis sera alors remise aux membres du groupe de travail de la HAS et de l’ANESM qui rédigera la version finale de ces recommandations. Ces dernières devraient être publiées au premier trimestre 2012.
DAVID BILHAUT
 

Archiver    Imprimer  Envoyer par email

Un facteur de réponse aux traitements antidépresseurs

19/12/2011
      
Un test sanguin pourrait-il permettre de prévoir la réponse d’un patient à un antidépresseur de la classe des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS) ? Des chercheurs de l’Université de Loyola ont rapporté que plus de 85 % des déprimés qui ont un taux de VEGF supérieur à la normale sont de bons répondeurs à un IRS, avec un soulagement partiel ou complet de la symptomatologie. Par comparaison, moins de 10 % des patients ayant des taux bas de VEGF répondent au traitement.
Angelos Halaris et coll. ont dosé la protéine VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor) chez 35 patients prenant un IRS pour un trouble dépressif majeur. Une confirmation de cette découverte pourrait conduire à un marqueur de l’efficacité de ces molécules. Les auteurs avancent une hypothèse selon laquelle l’IRS stimulerait la neurogenèse dans des régions cérébrales atrophiées chez les dépressifs et que cette régénération serait alimentée par le VEGF, protéine qui stimule la croissance vasculaire et participe au maintien des neurones.
› Dr BÉ. V.
Présentation au Congrès de la Society of Biological Psychiatry.

Un plus dans les TOC de l’enfant



Un essai américain dans les TOC de l’enfant montre que, associé au traitement pharmacologique, un programme complet de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) apporte un gain de 30 % sur le score de l’échelle CY-BOCS.
L’équipe de Martin E. Franklin (Université de Pennsylvanie) a mis en place l’étude POTS II dans laquelle 124 patients de 7 à 17 ans avec un diagnostic de TOC (DSM-IV) et ayant des symptômes résiduels (score de 16 ou plus sur l’échelle CY-BOCS - Children’s Yale-Brown Obsessive Compulsive Scale) après inhibiteur de la recapture de la sérotonine (IRS) ont été randomisés en trois groupes : un groupe (n = 42) traité uniquement par IRS ; un autre (n = 42) par un IRS associé à de simples directives comportementales (6 séances) ; et le reste des sujets par la combinaison d’un IRS et d’un programme complet de TCC (en moyenne, 12,5 séances d’une heure, chacune incluant psychoéducation et éducation cognitive).
Les patients ayant connu, au bout de douze semaines, une réduction d’au moins 30 % de leur score CY-BOCS initial se trouvaient majoritairement dans le groupe ayant suivi un programme complet de TCC (68,6 %), par rapport aux deux autres groupes : 34 % des sujets ayant eu de simples directives + IRS et 30 % des sujets traités uniquement par IRS. Il n’y avait pas de différences significatives entre les patients qui avaient reçu de simples directives et ceux traités par médicament seul.
L’étude POTS II met donc clairement en évidence l’avantage, en pédiatrie comme en médecine de l’adulte, de l’association, au traitement pharmacologique des TOC, d’un programme de TCC, à condition que celui-ci soit complet. Près de deux tiers des patients ainsi traités voient une forte amélioration de leurs symptômes sur l’échelle CY-BOCS, alors que le traitement par les IRS n’avait permis d’obtenir que des résultats partiels. L’association d’une thérapie comportementale brève (6 séances sur 12 semaines), limitée à de simples instructions, n’a pas d’apport significatif par rapport au médicament seul. Les versions tronquées de thérapie comportementale devraient donc être abandonnées, estiment les Américains, au profit du protocole complet, seul efficace.
› Dr BERNARD GOLFIER
M.E. Franklin, J.S. March et coll. « JAMA » (« Journal of American Medical Association », 2011). Publié en ligne.



Échecs de traitement en psychothérapie: numéro spécial du journal of clinical psychology

Publié le 24 novembre 2011 par Mariedesilets
ÉCHECS DE TRAITEMENT EN PSYCHOTHÉRAPIE: NUMÉRO SPÉCIAL DU JOURNAL OF CLINICAL PSYCHOLOGY
Le dernier numéro du Journal of Clinical Psychology est consacré aux échecs de traitement en psychothérapie. 
Parmi les sujets traités se nombrent: 
  • Les échecs en psychothérapie psychodynamique
  • Les échecs de en thérapie comportementale
  • Les échecs en psychothérapie humanistique et expérientielle  
  • Les échecs en psychothérapie interpersonnelle
  • Les échecs en thérapie cognitive-comportementale 
Pour plus d’information, consultez la table des matières complète :
Treatment failures in psychotherapy . Journal of Clinical Psychology, 67(11):1093-1150. Table des matières
Ce périodique est disponible au Centre de documentation de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine, en version imprimée et électronique.
 Euthanasie : même dans le coma, l’âme est présente
22/04/2011
Archiver    Imprimer  Envoyer par email
À l’occasion du Vendredi saint, le pape Benoît XVI livre ses réflexions sur la souffrance engendrée par la guerre, la maladie ou les catastrophes. Dans ce qui constitue une première, le Saint-Père s’est prêté à un échange télévisé d’une heure et demie, enregistré il y a une semaine dans la bibliothèque du Palais apostolique. Une petite sélection a été retenue sur les 2 000 questions parvenues à la Rai Uno.

Benoît XVI rappelle notamment l’hostilité de l’Église à toute forme d’euthanasie, une « question non négociable », indique-t-on au Vatican, même si cette position partage l’Italie, au moment où sont discutées de nouvelles lois autorisant cette pratique dans certains cas strictement encadrés. Une mère italienne, filmée à côté du lit de son fils dans un coma profond depuis deux ans, confie son « calvaire » au pape : « Votre Sainteté, l’âme de mon fils Francesco qui est dans un état végétatif depuis le jour de Pâques 2009, a-t-elle abandonné son corps, vu qu’il n’est plus conscient, ou est-elle encore en lui ? » Selon le quotidien du Vatican, « l’Osservatore Romano », qui a révélé à l’avance la réponse du pape, l’âme de Francesco est « encore présente dans son corps ».

Le débat sur l’euthanasie a été relancé en 2009 par l’affaire Eluana, une Italienne restée 17 ans dans le coma jusqu’à ce que sa famille obtienne en justice le droit de suspendre son alimentation. Benoît XVI utilise une métaphore : « La situation est un peu celle d’une guitare dont les cordes sont détruites et ne peuvent dès lors plus vibrer. »« L’instrument qu’est le corps est lui aussi fragile, poursuit-il. Il est vulnérable, et l’âme ne peut résonner, pour ainsi dire, mais elle est bien présente. » Le pape se dit « certain que cette âme cachée ressent en profondeur » l’amour des siens.
S. H.

La longévité, nouveau défi de la science

LEMONDE | 12.11.11
La compagnie "Horni Lhota majorette" est ouverte aux femmes entre 57 et 72 ans.

C'est "un tsunami scientifique" : "Près de 1 000 articles scientifiques sur la biologie du vieillissement ou de la longévité sont publiés chaque mois", recense Hugo Aguilaniu, un des spécialistes du domaine, qui dirige une équipe du CNRS à l'Ecole normale supérieure (ENS) de Lyon. En une semaine, début novembre, trois résultats marquants étaient publiés : une équipe française (Inserm Montpellier) parvenait à rajeunir des cellules de centenaires en les reprogrammant in vitro. Une équipe américaine (clinique Mayo, Minnesota) réussissait à retarder chez la souris les troubles liés à l'âge grâce à une élégante manipulation génétique, décrite dans Nature, permettant d'éliminer les cellules sénescentes de l'organisme. Et une équipe suédoise (université de Göteborg) mimait chez la levure l'effet d'une restriction calorique, en ajoutant aux cellules une enzyme qui prolonge leur durée de vie.

"Tout va très vite, note Hugo Aguilaniu. En 1993, le premier gène capable deprolonger la durée de vie d'un animal était identifié par Cynthia Kenyon (université de Californie). Et seize ans plus tard, en 2009, une première molécule (un antibiotique) était utilisée avec succès pour augmenter la durée de vie d'un mammifère. C'est spectaculaire !" L'écho médiatique donné à ces études renvoie aux mythes qui, de Gilgamesh à Mathusalem et Faust, se réveillent face à toute promesse de jeunesse prolongée. "Dès qu'on parle de longévité, dit Hugo Aguilaniu, cela fait tourner la tête à beaucoup de gens, y compris à des scientifiques et des industriels..." Pour tenter de discerner fantasmes et réalité, voici un panorama des pistes scientifiques.
DEUX ÉCOLES
La première école s'intéresse aux mécanismes qui permettent à une cellule (levure, bactérie, cellule humaine en culture...) de vivre longtemps. La seconde s'attache à identifier les gènes qui rendent un organisme complexe capable devivre longtemps : les gènes de la longévité, ou "gérontogènes". Les ponts entre ces deux écoles commencent à être dressés, mais une question subsiste : les mécanismes qui font vivre une cellule longtemps sont-ils les mêmes que ceux qui font vivre un organisme longtemps ? Identifier un gène associé à la survie des centenaires ne prend sens que si la manipulation de ce gène, dans une cellule ou un organisme modèle, provoque un effet sur la longévité.
Parmi les pionniers figure l'Américain Leonard Hayflick. Il a montré, en 1965, qu'au bout de 50 divisions environ, toute cellule ou presque cesse de semultiplier. Cet arrêt caractérise l'état de sénescence, étape ultime avant la mort cellulaire.
Autre progrès fondateur : la découverte du rôle des télomères et de la télomérase dans le maintien de l'intégrité du génome, le vieillissement et le contrôle de la prolifération cellulaire. Cette découverte a valu le Nobel 2009 à Elizabeth Blackburn, Carol Greider et Jack Szostak. Les télomères sont les structures à l'extrémité des chromosomes qui protègent ceux-ci de la dégradation. Mais à chaque division cellulaire, ils sont raccourcis. Quand leur longueur atteint un seuil limite, cela déclenche l'entrée en sénescence de la cellule. La télomérase est une enzyme qui reconstitue l'extrémité des chromosomes.
LES CLÉS DU RAJEUNISSEMENT DES CELLULES...
La grande percée vient du travail du professeur Shinya Yamanaka (université de Kyoto), en août 2006. A partir de cellules de la peau de souris adultes, son équipe est parvenue à réveiller le programme génétique des cellules souches embryonnaires "pluripotentes", capables de donner naissance à toutes les cellules spécialisées de l'organisme. Leur génie ? Injecter aux cellules adultes un "cocktail" de quatre facteurs génétiques, choisis parmi les 23 gènes très actifs dans les cellules souches embryonnaires. Un an plus tard, ce travail était reproduit sur des cellules humaines. Les cellules souches reprogrammées, ou iPSC (induced pluripotent stem cells), suscitent un très vif intérêt pour leurs applications potentielles en médecine régénérative. Le défi : reconstituer un organe défaillant d'un individu à partir de ses propres cellules adultes.
Prolongeant ces travaux, l'équipe "Plasticité génomique et vieillissement" dirigée par Jean-Marc Lemaître, chargé de recherche à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), a annoncé, le 1er novembre, être parvenue àreprogrammer en cellules iPS des cellules humaines sénescentes, issues de donneurs humains âgés de 74 à 101 ans. L'astuce a consisté à ajouter deux gènes aux cocktails des chercheurs japonais. "Nous avons montré que nous pouvions effacer les marques du vieillissement cellulaire. Les cellules reprogrammées possèdent les caractéristiques de cellules "jeunes" par l'expression de leurs gènes, leur métabolisme et leur capacité proliférative. Par exemple, leurs télomères qui avaient été raccourcis ont été rallongés", explique M. Lemaître.
... ET DE LEUR ROBUSTESSE
Les travaux de Miroslav Radman s'inscrivent dans cette école "cellulaire". Mais le généticien se démarque par le choix de son modèle, une bactérie d'une stupéfiante robustesse, Deinococcus radiodurans : elle survit à une dessiccation prolongée et à des radiations extrêmes. Quelle est la base biologique de cette robustesse ? En 2006 et 2009, M. Radman montre comment cette bactérie "ressuscite", en reconstituant son génome à partir du millier de fragments de son ADN pulvérisé. Si elle survit à des stress énormes, c'est qu'elle a "inventé" un système moléculaire de prévention des dégâts cellulaires, qui protège ses protéines de l'oxydation. L'idée de M. Radman est d'identifier ces substances anticorrosion pour les administrer à des cellules et leur conférer la capacité de seréparer.
LES GÈNES DE LA LONGÉVITÉ, CHERCHÉS Y COMPRIS CHEZ L'HOMME
"Au moins quatre grandes voies métaboliques interviennent dans la longévité", résume M. Aguilaniu. L'idée est de mettre le doigt sur les gènes qui sont les "chefs d'orchestre" de ces voies, pour agir sur la longévité de façon concertée et harmonieuse dans tout l'organisme. La voie de l'insuline d'abord. La biologiste américaine Cynthia Kenyon, la première, a identifié un gène capable d'augmenter la durée de vie d'un animal : le gène daf-2, qui intervient dans la voie de l'insuline. En modulant son activité, on double la durée de vie du ver C. elegans. Depuis, l'équipe Inserm de Martin Holzenberger (Paris) a montré l'importance du gène du récepteur de l'IGF-1, un facteur de croissance, dans la longévité de la souris. "Les études génétiques sur des populations de centenaires suggèrent que la voie de l'insuline est un peu sous-régulée chez ceux qui vivent longtemps", note M. Aguilaniu. "Chez l'homme, le variant Fox-O-3a est associé à une grande longévité. Ce gène a de nombreuses fonctions : il active des résistances au stress, des défenses antioxydantes, protège des infections bactériennes...", précise le professeur Simon Galas, de l'université Montpellier-I.
La voie de la restriction calorique, ensuite, est parmi les plus étudiées. "De la levure aux primates, en passant par le ver nématode et la souris, on augmente la longévité en réduisant de 30 % à 40 % l'apport calorique - ce qui n'est bien sûr pas envisageable chez l'homme, explique Marc Billaud, chercheur au CNRS à Grenoble. L'idée est de trouver des molécules qui miment l'effet de cette restriction calorique." Les gènes impliqués sont nombreux. La première molécule capable d'augmenter la longévité d'un mammifère, l'antibiotique rapamycine, agit sur la voie du gène TOR : ce succès marquant a été publié dans Science en 2009.
Les processus de reproduction constituent "une voie très liée à celle de la restriction calorique", explique M. Aguilaniu. La suppression des tissus reproducteurs augmente notablement la durée de vie de la drosophile ou du ver nématode. "L'idée est de comprendre les gènes impliqués pour les activer, etcombattre ainsi les maladies associées à l'âge sans affecter la reproduction."Parmi les gènes identifiés : nhr-80, découvert par M. Aguilaniu.
Reste la voie du métabolisme de la mitochondrie, l'usine énergétique de la cellule. Quand on abaisse le niveau de certains gènes mitochondriaux, on augmente la durée de vie du ver nématode ou de la drosophile. Prometteuse, cette piste n'est pas encore validée chez les mammifères.
QUELLES APPLICATIONS POUR L'HOMME ?
Conscientes des enjeux, toutes les firmes ont créé ou remanié leur département vieillissement ces cinq dernières années. Hugo Aguilaniu fait le pari que "dans la décennie, une molécule qui aura le potentiel d'augmenter la durée de vie pourraitêtre mise sur le marché". Mais elle sera commercialisée contre les maladies liées au vieillissement, car les firmes ne se lanceront pas dans des essais sur la longévité, par essence longs et coûteux. "A l'ENS de Lyon, nous parvenons àfaire vivre trois cents jours un petit ver qui, normalement, ne vit que dix-neuf jours, précise le chercheur. Et ce, en modifiant trois paires de bases de son génome. Si nous réussissions à reproduire chez l'homme 5 % de ce que nous faisons chez ce ver, l'impact sur la démographie serait considérable !"
En attendant la mise au point de cet hypothétique élixir de jouvence, mieux vautjouer sur d'autres leviers pour augmenter ses chances de vivre vieux. "Un quart des déterminants d'une grande longévité sont liés à des caractères héréditaires", a rappelé le professeur Thomas Perls (Boston Medical Center), un des leaders de l'étude des gérontogènes, lors des Journées internationales de biologie, le 8 novembre, à Paris. A contrario, les trois quarts des facteurs de longévité sont liés à l'environnement et au mode de vie. A bon entendeur...
Florence Rosier

Quand l'abstinence sexuelle passionne les juristes

LEMONDE | 13.12.11

Le droit offre de temps à autre des gourmandises dont raffolent la communauté des juristes et autres amateurs de prose jurisprudentielle. Ainsi en est-il depuis quelques jours d'un arrêt rendu par la cour d'appel d'Aix-en-Provence qui a condamné un homme à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à son ex-épouse au motif qu'il ne l'honorait plus sexuellement depuis plusieurs années.

L'histoire est la suivante. Dans le cadre d'une procédure de divorce, Elisabeth B. explique la dégradation de ses relations avec son époux, après vingt ans de mariage, notamment par l'absence de relations sexuelles entre eux. Le mari, Jean G., dément toute mauvaise volonté de sa part à s'abandonner dans les bras de son épouse et met en avant des "problèmes de santé et une fatigue chronique générée par ses horaires de travail" pour justifier son faible appétit conjugal. Mais le tribunal, puis la cour, lui donnent tort.
Ils considèrent tout d'abord que le mari ne rapporte pas la preuve de problèmes de santé "le mettant dans l'incapacité totale d'avoir des relations intimes avec son épouse". Les juges relèvent surtout que "les attentes de l'épouse étaient légitimes dans la mesure où les rapports sexuels entre époux sont notamment l'expression de l'affection qu'ils se portent mutuellement, tandis qu'ils s'inscrivent dans la continuité des devoirs découlant du mariage".
L'épouse délaissée est donc bien fondée à se prévaloir d'un préjudice, concluent les juges en se fondant sur l'article 1382 du code civil selon lequel toute personne "qui cause un dommage à autrui" lui doit réparation.
Voilà pour les faits. Mais la publication récente de cet arrêt, rendu le 3 mai, suscite des commentaires passionnés dans le petit monde des juristes émérites. Ainsi de Me Emmanuelle Pierroux qui, dans la Gazette du Palais, ironise sur ce nouveau commandement : "En mariage, une sexualité active tu auras donc, sinon ton conjoint victime, abstinent forcé par ta faute, tu indemniseras !"
Au moment où l'abstinence sexuelle est célébrée en librairie, relève l'avocate, voilà que des juges décrètent "pas de sexe, plus de mariage !". "Cette thèse est choquante tant le devoir conjugal n'implique pas nécessairement l'existence d'une sexualité active entre époux", écrit Me Pierroux.
"L'amour au rabais"
L'ancien magistrat Philippe Bilger s'est également penché avec intérêt, et le talent qu'on lui connaît, sur cette affaire. Dans le billet titré "L'amour au rabais" qu'il lui consacre sur son blog (www.philippebilger.com), l'ex-avocat général s'indigne de son côté... du faible montant des dommages et intérêts accordés à l'épouse. "Dix mille euros, c'est tenir pour presque rien les sens et qu'ils vous ont été interdits."
"Qui osera courir le risque de l'exhibition, devant des magistrats, d'une existence privée du meilleur pour une si médiocre réparation ?" Et le nouvel affranchi du corps des magistrats, de s'interroger sur cette hypothèse : ses ex-collègues"auraient-ils pu oublier l'exaltation intime au point de ne quantifier qu'un amour au rabais ?"
Pascale Robert-Diard
Du côté de la Suisse

Sortir des préjugés
JULIEN WICKY
20 janvier 2011

PSYCHIATRIE
A l'hôpital de Malévoz à Monthey, c'est la relation de confiance avec les patients qui est privilégiée. A mille lieues de l'imaginaire collectif.

«Malévoz c'est pour les fous.» Qui n'a jamais entendu ou même prononcé cette phrase? Les représentations populaires sur l'hôpital psychiatrique de Monthey ne manquent pas: asile, camisoles de force, cellules capitonnées. On est pourtant bien loin de tous ces préjugés appartenant au passé et au cinéma. La psychiatrie fait partie intégrante des soins médicaux et participe au bien-être d'un patient. Le docteur Eric Bonvin, directeur du Centre hospitalier du Chablais (CHC) et médecin directeur des Institutions psychiatriques du Valais romand, nous donne un éclairage sur le rôle d'un hôpital comme celui de Malévoz. La psychiatrie: mode d'emploi.

En premier lieu, quelle définition pourriez-vous donner d'un établissement psychiatrique ?

Comme tout autre hôpital, c'est avant tout un établissement de soins pour des personnes qui souffrent. Certes, la souffrance est différente d'une douleur physique mais elle n'en est pas moins importante. On parle dans ce cas d'une souffrance psychique ou morale.

A la différence des autres soins, il nous est impossible de déterminer une cause biologique; un scanner ou un IRM ne nous donnera aucune réponse sur la raison de l'état psychique d'un patient. De plus, dans notre cas le mal est subjectif et singulier, c'est-à-dire qu'un même événement peut avoir un impact d'une intensité variable sur chaque individu. Cela suppose l'intervention de sentiments plus ou moins importants: angoisse, tristesse, colère, etc. Ce sont sur ces aspects, propres à chacun, que nous devons agir.

Quelles sont, concrètement, les affections auxquelles vous êtes fréquemment confrontés ?

Très clairement ce sont des états dépressifs, parfois extrêmement forts. Ils se traduisent par un épuisement moral et un phénomène qui prend de plus en plus d'importance; la dépréciation de soi. Je pense qu'on peut le qualifier d'un véritable mal de société. Certains n'hésitent pas à utiliser le mot «épidémie». Sans qu'il y ait nécessairement une hospita- lisation, on estime la proportion de la population atteinte par ces souffrances de manière récurrente à près de 20%.

L'hospitalisation est donc plutôt un dernier rempart ?

Pour ce genre de maux, absolument. Il existe une quantité d'«étapes» à franchir avant d'avoir recours à une hospitalisation en psychiatrie. Tout le monde est confronté, à un moment de sa vie, à une intense souffrance psychique. Le plus souvent, les proches permettent d'écarter cette douleur. Dans des cas plus graves, c'est une consultation ambulatoire avec un médecin généraliste ou un psychiatre. L'hôpital ne traite qu'un infime pourcentage des personnes atteintes. Souvent, elles sont en véritable rupture avec elles-mêmes et la société. Ces cas peuvent se traduire par des psychoses ou des crises très fortes d'angoisse, de tristesse, etc.

Des patients viennent-ils spontanément se présenter à Malévoz ?

Bien sûr et c'est même le plus grand nombre de nos patients. Près de 85% sont des gens qui se rendent compte qu'ils ont besoin d'aide. Ils le font parfois eux-mêmes, parfois avec l'aide de leurs proches, du milieu dans lequel ils vivent ou sur le conseil d'un autre médecin. La première condition pour soigner un patient est qu'il accepte et reconnaisse ce besoin. Il est impossible de forcer quelqu'un à se soigner. Les 15% restants sont composés essentiellement par des gens ayant tenté de mettre fin à leur vie ou en crises intenses et urgentes. Enfin, nous accueillons des personnes représentant un danger pour elles-mêmes ou pour les autres.

Comment procédez-vous pour traiter ces différents cas ?

Le premier élément indispensable et s'appliquant à tous les types de patients est l'instauration d'une relation de confiance. Cet aspect est absolument capital en particulier pour ceux qui ne sont pas venus de leur propre initiative.

Pour certains patients, à peine sortis des soins intensifs après une tentative de suicide, il faut les rassurer sur la raison de leur présence ici. Lorsque la relation de confiance est établie, la solution passe surtout par de l'apaisement et du repos. Les médicaments font partie de ce processus mais aucun n'est administré contre la volonté du patient. Si bien que toutes les hospitalisations, à quelques exceptions près, deviennent entièrement volontaires. Il faut savoir que la plupart des patients ne font qu'un seul séjour ici et le retour à la vie de tous les jours se passe majoritairement très bien.

On est donc très loin de l'image de l'asile fermé et des préjugés par rapport à celui-ci ?

Évidemment et il est important de le souligner. Pour trop de monde, l'image de l'hôpital psychiatrique est encore associée à l'enfermement, aux cellules capitonnées, etc. Cela fait plus de quarante ans que Malévoz est un hôpital ouvert où chacun est libre d'entrer et de sortir.

Il en est de même en ce qui concerne la «folie». C'est une fausse idée selon laquelle les gens voudraient qu'on puisse cataloguer chacun comme étant normal ou non ou lui coller une étiquette ou l'autre en lien avec la folie. La norme n'existe pas en psychiatrie, seule est prise en compte par elle la souffrance et son possible soulagement. Chaque individu a sa propre singularité.

Vous parliez de personnes représentant un danger pour elles-mêmes et les autres, quelles sont les mesures prises ?

La chambre pupillaire, instance de justice civile, peut prononcer des peines de privation de liberté à des fins d'assistance. L'établissement a donc recours à des mesures de protection qui se traduisent, si la personne y consent, par des soins. Nous n'avons pas de moyen de les empêcher de partir ou des les forcer à se soigner. Dans de rares cas, des patients placés contre leur gré peuvent donc avoir des réactions violentes face au personnel soignant ou aux autres qui sont perçus comme hostiles. Toutefois, cette violence n'est jamais gratuite; elle est la conséquence d'une souffrance précise.

Pour ces cas plus importants, comment se passe le retour à la société ?

Autrefois, médecins et patients restaient parfois toute leur vie dans un asile. Aujourd'hui, il faut favoriser le retour à l'extérieur. Grâce à des structures socioculturelles, on essaie de dire à la société: «Venez les accueillir.» La ville de Monthey jouent très bien le jeu. Il existe une importante solidarité; un lien se crée avec les personnes souffrantes.



PUBLIÉ LE 18/12/2011 09:26 | BERNARD-HUGUES SAINT-PAUL

Cahors. Résidence d'olt. La colère du personnel, un recrutement casse-tête

Marie-Claude Despeyroux, aide-soignante et déléguée du personnel, est entourée de ses collègues. À la main, elle tient la lettre envoyée à la hiérarchie de la résidence d'Olt, la hiérarchie du CCAS (centre communal d'action sociale), au maire de Cahors et à l'ARS (agence régionale de santé). Elle reprend le texte de la pétition cosignée par le personnel de la maison de retraite qui voit ses conditions de travail se dégrader du fait de la baisse des effectifs depuis le mois d'août, notamment l'effectif infirmier : « Un temps plein est manquant depuis septembre ; un mi-temps depuis le 31 octobre ; un temps plein depuis le 13 décembre et bientôt un temps plein fin janvier ».
Concernant les aides soignantes : « Un temps plein depuis fin 2010 ; une aide soignante de nuit partie en administratif remplacée par une aide soignante de jour dont le poste est non remplacé ; un temps plein depuis septembre 2011 et un autre temps plein. Sans oublier le poste de médecin coordonnateur. Le poste de l'infirmière coordinatrice est manquant du fait de l'entrée de l'infirmière dans le roulement pour remplacer une infirmière en maladie ».

RISQUES

La lettre pointe aussi des problèmes de contrat (délai de signature, heures, durée) ; mais surtout le risque qu'engendre le sous-effectif en personnel certains jours, avec la prise en charge de 40 résidants par une seule infirmière : « La direction veut avoir recours à des aides soignantes, ce qui impliquerait trop de responsabilités à l'infirmière présente et reste interdit par la loi ».
Le personnel estime que la direction a lancé son recrutement infirmier tardivement ; et déplore un manque de réponse à ses attentes de la part du conseil d'administration. Enfin, elles déplorent la disposition du pacte de solidarité prévoyant que les arrêts de travail pour les femmes enceintes pas encore en congé de maternité soient considérés comme des arrêts de travail classique, et de ce fait les pénalisent vis-à-vis de la prime de présence.

Le chiffre : 130 000

Euros > Intérim. C'est le montant du recours au personnel intérimaire en 2011 à la Résidence d'Olt. Il était de 120 000 € en 2010. De plus en plus d'infirmières et médecins choisissent l'intérim, plus rémunérateur. De plus, le travail ne manque pas…

La direction nuance

Le directeur Christian Auréjac réfute un manque d'aides-soignantes (« Les postes sont remplacés »). Mais il reconnaît un problème de recrutement de 5 infirmières et du médecin coordonnateur. « Pour une meilleure qualité, il faut retrouver l'équilibre ». Outre quelques aléas (candidatures non abouties, offre mal publiée), il pointe aussi les frais demandés par les agences de recrutement (« 3 à 4 mois de salaire, soit 5 000 à 6 000 euros par annonce et par an, cela mérite réflexion et négociation »). Christian Auréjac écarte tout risque sur le renfort infirmier via des aides soignantes : « Nous sommes dans une EHPAD, les aides-soignantes peuvent effectuer des tâches non médicales, et distribuer des médicaments préparés par l'infirmière ». Pour le médecin coordonnateur, la difficulté viendrait de la taille de l'établissement : « Il peut consacrer 30 % de son activité à la résidence. On peut faire appel à 2 médecins mais difficilement à 3 ».