Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 6 avril 2011

Prévention des toxicomanies chez les ados à la bibiliothèque Chaptal  

05/04/2011

Jeudi 7 avril à 19 heures, la bibliothèque Chaptal, 26 de la rue du même nom, accueille la mission de prévention des toxicomanies et le Café de l'école des parents pour une conférence sur les toxicomanies (jeux vidéos, consoles de jeux, SMS...). Intérêts et risques pour les adolescents?

Mickaël Ayoün, responsable du secteur Café de l'école des parents, sera accompagné de Daniel Marcelli, professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, chef du service de psychiatrie infanto-juvénile au CHU de Poitiers et Élisabeth Rossé, psychologue au centre médical Marmottan. L'entrée est gratuite.

Lire la suite ici

Figures contemporaines de la santé en Inde

Sous la direction de Patrice Cohen
janvier 2009, L’Harmattan, Paris

Comment dans une Inde contemporaine se vivent les questions de santé ? Cet ouvrage collectif inspiré par ce questionnement entend apporter trois pistes de réflexion à partir d’études anthropologiques et géographiques.

Lire la suite ici
Tizi Ouzou : Conclave régional des psychiatres
le 06.04.11
 
 La rencontre se déroulera à l’hémicycle Aissat Idir de l’APW de Tizi Ouzou.
Cette première rencontre à laquelle prendront part des spécialistes de la santé mentale en Algérie traitera de la relation médecin-malade.

La Société algérienne de psychiatrie (SAP), organise le 9 avril courant à Tizi Ouzou une journée régionale de psychiatrie sous le thème «autour de la relation thérapeutique». Seize communications sont au programme de cette première rencontre qui se déroulera à la salle de délibération de l’APW. Les conférenciers traiteront de plusieurs thèmes comme la relation médecin-malade, l’éthique relationnelle en psychothérapie, la croyance familiale et la schizophrénie.


Pourquoi le choix de ce thème ? «Parce que la relation médecin-malade, par sa nature même, est au centre de l’acte thérapeutique et de l’efficacité de celui-ci. De la qualité de cette relation dépend, en effet, la suite de l’histoire de la maladie et l’avenir de la santé du sujet», explique Dr Mahmoud Boudarène, psychiatre, délégué du centre  de la SAP.  Selon lui,  «si la relation mise en place, en collaboration, par le médecin et son patient et si le projet thérapeutique, co-construit par les deux partenaires, ne sont pas négociés dans un climat d’entente et de confiance mutuelles, l’acte de soin s’en trouve nécessairement amoindri et perd ainsi, non seulement toute sa pertinence, mais aussi son efficacité. La compétence médicale est toujours, dans ce cas, mise à mal quand l’acte thérapeutique n’est pas définitivement hypothéqué avec, au bout, l’échec».


Ce spécialiste de la santé mentale estime que « c’est dans la relation thérapeutique, tissée patiemment au fil des consultations et du dialogue médecin-malade - un dialogue singulier qui se nourrit de la conscience du premier et par la confiance du second - que réside, sans doute, l’art de guérir. Parce que, si le savoir médical donne au praticien les moyens scientifiques pour traiter, avec compétence, la maladie, c’est de la magie du lien de confiance tressé par les deux partenaires, médecin et malade, et de cette alchimie particulière qui s’en dégage que le traitement de la maladie se transforme, comme par enchantement, en «soins de l’homme» et en guérison. Pour Dr Boudarène «doser, avec intelligence et sagesse, le mélange savoir et connaissances scientifiques avec le magique d’une relation savamment pétrie tantôt d’empathie et quelquefois de sympathie, tantôt de neutralité bienveillante, de paternalisme ou encore d’autorité…».


C’est assurément tout cela «l’art de guérir», rappelle t-il  ajoutant que «si la médecine est sûrement une science dont les connaissances se renouvellent de façon continue, elle est aussi un art. C’est ce dernier qui fait la différence entre le médecin qui traite et celui qui soigne. Une distinction de taille que le patient a vite fait de discerner. Traiter c’est bien, soigner c’est mieux. Une vérité qui trouve, donc, toute sa signification dans la construction d’une bonne relation thérapeutique.C’est aussi le sens et l’objectif que nous voulons donner à cette journée», conclut le médecin psychiatre.                 
Ahcène Tahraoui

Certification V2010 Le manuel adapté à l'HAD, la santé mentale et la biologie est sorti

05.04.11 

Le manuel de certification V2010 adapté au champ de l'hospitalisation à domicile, de la santé mentale et de la biologie vient d'être publié par la Haute autorité de santé (HAS). Cette révision tient compte de l'actualité réglementaire et du retour d'expérience de la V2010. Elle tient également compte "du souhait de l'environnement d'une stabilité du manuel et n'a donc introduit in fine qu'un nombre restreint d'évolutions", informe la HAS.

Outre le manuel revisité, la haute autorité fournit aux acteurs de terrain un tableau synthétique qui recense l'ensemble des modifications, ajouts, nouveaux critères, Pratiques exigibles prioritaires (PEP) spécifiques, exigences non applicables...
P.H.

Giorgio Pressburger voyage dans l’enfer du XXème siècle

05/04/2011

Image par défaut

Auteur d’une œuvre exigeante et érudite, Giorgio Pressburger signe Dans l’obscur royaume chez Actes Sud. Le compte rendu d’une longue et douloureuse psychanalyse menée par Sigmund Freud en personne, dans lequel l’écrivain se livre à une oppressante relecture du XXème siècle, à la rencontre de ses victimes et de ses bourreaux.

Lire la suite ici

A 65 ans, la médecine du travail est très malade

04.04.11

L
a médecine du travail n'en finit pas de mourir à petit feu dans une relative indifférence.

Ce dispositif, cogéré par les partenaires sociaux, éprouve de plus en plus de difficultés pour remplir ses missions. Lassés de pousser des "cris d'alarme" sans aucun effet, les dix administrateurs patronaux du service de santé au travail de la région nantaise (SSTRN) ont annoncé, début mars, leur démission en bloc. Leur geste, sans précédent aux dires de plusieurs bons connaisseurs du secteur, révèle un profond malaise.

Instituée par une loi de 1946, la médecine du travail couvre 15,8 millions de salariés du privé grâce aux services autonomes des employeurs et à des structures "inter-entreprises". Le système emploie près de 7 000 médecins et un peu plus de 12 000 autres personnes (infirmiers, "intervenants en prévention des risques professionnels", etc.). Dans moins de cinq ans, "si rien n'est fait (...), ce dispositif unique au monde pourrait s'éteindre", écrivent Christian Dellacherie, Paul Frimat et Gilles Leclercq, trois spécialistes de la question, dans un rapport présenté en avril 2010.

L'un des principaux problèmes est d'ordre démographique : un peu plus de 55 % des médecins du travail ont au moins 55 ans. En 2015, plus de 4 000 praticiens auront donc atteint ou dépassé l'âge légal de départ à la retraite. Les générations se renouvellent de moins en moins dans cette discipline jugée peu attractive depuis longtemps. En principe, un médecin du travail suit 3 300 salariés au maximum. Mais nombreux sont ceux qui dépassent ce quota et quelques "pointes à 7 000 salariés" ont même été relevées, rapporte Martial Brun, le directeur du Cisme, une association qui coiffe la plupart des services inter-entreprises de santé au travail. La pénurie prévaut dans certains départements, comme la Nièvre et la Haute-Marne.

Pas étonnant, dans ce contexte, si des services ne respectent pas leurs obligations : en particulier la visite médicale, qui doit avoir lieu tous les deux ans pour les salariés du privé relevant d'une "surveillance simple".

Du coup, les contentieux éclatent. Durant l'été 2010, le service médical inter-entreprises du Saumurois s'est fait épingler par la direction régionale du travail parce qu'il était "affecté par une carence chronique de médecins du travail". Le président de cette entité a été convoqué, quelques mois plus tard, au commissariat pour s'expliquer sur ces "infractions".

Des salariés, qui n'ont pas passé de visite médicale dans les délais requis, prennent acte de la rupture de leur contrat de travail : dans ce cas de figure, ils partent de leur propre chef mais sont dédommagés comme s'ils avaient été victimes d'un licenciement abusif.

Enfin, certains services inter-entreprises se plaignent des "injonctions paradoxales" des pouvoirs publics : des formations relatives à la santé au travail risquent de ne plus être agréées par l'administration alors même qu'elles sont au coeur de leurs missions, s'indignent-ils. Ils déplorent également les "insultes" et les "insinuations" de certains syndicats de médecins qui versent dans le "militantisme antipatronal primaire", selon la formule des dix administrateurs patronaux du SSTRN.

Leur coup de gueule se produit au moment où la réforme de la médecine du travail tarde à voir le jour. Des mesures avaient été votées, fin 2010, dans le cadre de la loi sur les retraites. Mais le Conseil constitutionnel les a invalidées au motif qu'elles n'avaient pas de lien avec le texte. Une proposition de loi, reprenant ces dispositions, a été adoptée par les sénateurs fin janvier. Elle doit maintenant être examinée par l'Assemblée nationale à une date qui n'a pas encore été arrêtée.

La démission des administrateurs du SSTRN est ressentie comme une "manoeuvre" par le Syndicat national des professionnels de la santé au travail. Certains observateurs pensent qu'elle traduit une hostilité à la proposition de loi en cours d'examen au Parlement. Celle-ci prévoit d'instaurer un véritable paritarisme en confiant la présidence des services inter-entreprises alternativement aux organisations d'employeurs et de salariés.
Bertrand Bissuel
Pour urbaniser les villes névrosées, faire un gros câlin

04/04/2011

Indus deuxURBANISME ABSURDE- Il psychanalyse les villes. Une vingtaine déjà couchées sur le divan, travaillées par l'absurde, et la poésie.  Marseille, Vierzon, ou Lille. "C'est comme une personne, à part qu'elles ont 1000, 1500 voire 2500 ans", note le pince sans rire Laurent Petit. L'un des huit commandements du psychanalyste urbain prévient : "L'analyse urbaine se fait toujours par tâtonnements successifs. Il faut donc que la ville accepte de se faire tâter un peu partout".  Exposition des trouvailles issues de l'exploration tactile des citadines névrosées,  à la maison folie de Wazemmes, à Lille, et conférence demain soir au Prato. Cela s'appelle Youpi Yeah, parce que l'urbanisme psychanalysé sera résolument joyeux.

La psychanalyse commence, comme attendue, par une prise de position horizontale... sur des transats. L'habitant de la ville auscultée est prié de s'allonger là, et de remplir un "questionnaire chinois". Si la ville était un animal, un fruit, si la ville a une qualité, même une seule... et qu'est-ce qui lui ferait plaisir pour son anniversaire, à la ville ? "Nous voulons déclencher un élan poétique", frime le conférencier, Laurent Petit, grand dans sa blouse blanche. "Sinon, on nous parle de crottes de chien et de problèmes d'insécurité, ce qui ne nous intéresse pas."

Aux murs, les plans de cadastre de Wattrelos. "La ville a une forme de lapin", note-t-il. Lecteurs, nous vous le confirmons, c'est vrai. "Le lapin, c''est signe de fécondité. Wattrelos a justement connu les vagues d'immigration belge qui sont venues peupler Roubaix et Tourcoing." Et puis tiens, comme on en parle de ces deux-là... Laurent Petit les scinde en syllabes : Tour/ et Rou(e)/, des "symboles du travail", affirme-t-il. Et /coing et /baix ? Des fruits, bien sûr. Donc deux villes nées du fruit de leur labeur... CQFD. Avec cependant une toute petite hésitation sur le /baix de Roubaix, où on pourrait entendre un "Bêêêê" de mouton, référence au passé lainier de la cité textile.


Et c'est comme ça que l'ANPU, agence nationale de psychanalyse urbaine, dissèque les âmes de nos villes "polytraumatisées", avec des "centres d'affaires phalliques" inquiétants, un "trafic automobile asphyxiant" et des tristes friches industrielles. Car les cités ont bien du mal à faire face au lourd deuil de leur passé industriel, d'où la nécessité de consoler les grands ensembles urbains désolés, avec de gros câlins (voir photo). L'Agence se bat contre la mainmise du Monopoly : "les enfants croient que l'urbanisme se fait à coups d'argent, alors que plutôt que de parler de spéculation immobilière, il faudrait parler d'imaginaire". Justement, elle imagine, aussi, des solutions. Notre préférée : l'AAAH (à pousser comme un cri de soulagement), l'Autoroute astucieusement aménagée en habitation. Le calcul est simple : si on construit des immeubles sur l'emprise foncière des autoroutes, on peut y caser deux millions d'appartements de 100m2. Si on compte trois personnes par appartement, "on loge l'équivalent de la population française sans toucher à la campagne". Simple comme crier Youpi Yeah.

Stéphanie Maurice

Youpi Yeah jusqu'au 15 mai. Entrée libre, à la maison folie de Wazemmes, 70 rue des Sarrasins.
Conférence World Analysis, le 5 avril à 20h au Prato, 6 allée de la Filature, à Lille. De 5 à 17 euros.

Pourquoi il faut réapprendre à parler de la mort à nos enfants
04.04.11

Avec les récents à-coups provoqués par la tentative de passage au Sénat de la proposition de loi sur une "assistance médicalisée permettant une mort rapide et sans souffrance", l'urgence d'un débat autour de la mort s'est à nouveau fait sentir. L'impression d'une opposition nette entre partisans des soins palliatifs adoucissant la fin de la vie jusqu'à la mort et ceux de la mort choisie demandant une euthanasie avec une assistance médicalisée ne doit pas faire écran devant le véritable débat. Il s'agit bien du débat sur la mort.

Contrairement aux animaux, qui n'ont ni rites funéraires, ni sépultures, ni culte de leurs morts, toutes les sociétés humaines procèdent depuis au moins 100 000 ans, à l'accompagnement de leurs mourants et surtout de leurs morts. Mais c'est en raison même de cette prise en charge collective, en temps de paix, de la souffrance liée à la rupture définitive du lien familial et social, que nous avons tenté de fuir notre destinée biologique.

Or, notre époque postmoderne voit chaque société humaine, qui avait confié aux religieux la tâche de construire les représentations d'un au-delà, les vider petit à petit de leur sens. La mort est dorénavant sans âme. Elle n'est plus qu'un grand vide. Au mieux une absence, au pire, une injection létale.

Si les religions ont longtemps investi la mort comme lieu de savoir et de pouvoir, l'homme matérialiste du XXIe siècle a accompli un transfert vers d'autres détenteurs d'un don de vie et de mort. L'espoir porté par la plupart des croyances est dorénavant construit autour de la médecine. Or, la mort ne peut être déplacée dans le champ médical. Elle devrait revenir dans le champ social et spirituel. L'idée que la mort soit contrôlable ou maîtrisable par chaque individu est une demande récurrente qui ne se heurte plus qu'à la barrière de la loi.

Or, avant d'entamer un débat sur la légitimité d'anticiper la mort de celui qui le demande, nous pourrions nous questionner sur notre peur de la mort, crispée sur l'idée de perdre du temps, de ne pas contrôler notre vie et d'être actifs toujours et en tout lieu. Le monde va de plus en plus vite, et l'euthanasie n'est qu'une fuite en avant devant la mort. L'euthanasie fait taire les souffrances, toutes les souffrances. Car après qu'elle aura été proposée aux personnes présentant des souffrances physiques insurmontables, comment jugera-t-on les souffrances morales ? Et les souffrances sociales ? L'euthanasie ne sera-t-elle pas la voie sûre pour y échapper ?

L'euthanasie est l'illustration typique de la mort rationnelle. Une mort choisie, rapide, propre, sans dieu et sans souffrance. Le manque de spiritualité autour de la mort est aujourd'hui pathétique.
Le pragmatisme ambiant, pour ne pas dire le matérialisme, conduit à négliger les moments de spiritualité, ce qui rend nos vies bien pâles. Or, la spiritualité immanente à l'art sous toutes ses formes, résulte du fait que toutes les créations humaines luttent contre la disparition de l'individu, l'art étant pérenne, au contraire de la vie organique, fragile et vouée à la destruction.

Il est frappant, en lisant les blogs de personnes malades, de constater que la "découverte" de leur mortalité les conduit à accomplir un voyage initiatique du côté de leur condition évidente de finitude. Ainsi, des patients atteints de cancer, mais aussi de maladie de Parkinson ou de sclérose en plaques, font un chemin rapide vers une nouvelle façon d'envisager leur existence. Renonçant parfois à reprendre des habitudes de consommation, des amitiés hypocrites ou un travail peu épanouissant. La maladie grave joue un rôle de révélateur. Elle permet de chercher de nouvelles façons de vivre, tout en acceptant la mortalité physique. La maladie est une expérience nouvelle, comme pouvait l'être jadis l'épreuve de la guerre ou de l'exil.

Le débat sur la mort qui prend corps sur Internet ou dans les "romans de la maladie" publiés comme autant de témoignages des limites de la vie humaine est un exemple de quête de spiritualité moderne et laïque. Ce qui surprend est que la démarche réflexive ne prenne corps qu'à l'occasion d'une maladie, d'un deuil ou d'un traumatisme. Mais pour une personne qui aura eu le temps de se préparer à l'ineffable, combien seront convaincues que, face à la mort qui approche, le travail psychique nécessaire à une telle élaboration est bien trop lourd ?

Une mort judiciarisée tend à remplacer le questionnement existentiel de la finitude. La mort inacceptable devient alors une formalité juridique : j'ai déposé un testament de vie, c'est mon droit. Outre que l'euthanasie implique un soignant ou un médecin, pour lequel la contradiction avec le serment d'Hippocrate est évidente, il faut observer que la mise en oeuvre d'une mort médicalisée transgresse également les valeurs du pacte de soin établi implicitement entre soignants et soignés : celui qui mettra tout en oeuvre pour aider son patient du côté de la vie va basculer et accélérer sa mort. Cette question de valeurs n'est pas artificielle, mais elle perturbe les médecins français qui n'ont pas été formés juridiquement, éthiquement ni moralement pour rester, au fond, décideurs et surtout acteurs d'un tel choix.

La question de l'euthanasie est donc à la fois culturelle, historique et politique. Elle est sociale également. Regardons nos voisins, en Allemagne par exemple, où la question de l'euthanasie éveille les mauvais souvenirs du nazisme. On trouve plus de structures pour accueillir les handicapés de toutes sortes, qu'ils soient enfants ou adultes. Aux Pays-Bas, où la loi autorise, dans des conditions très particulières l'euthanasie de certains patients, cette décision conduit les familles et les soignants à s'entretenir longuement avec le patient souffrant et à préparer sa fin dans de multiples échanges. Il semble même paradoxal que de tels efforts soient faits lorsque la mort doit être donnée par un soignant, alors que toute mort naturelle mériterait une telle réflexion sur la mort.

Mais parler de la mort ne peut pas se réduire à l'affronter avec les mots en phase terminale. La mort peut être parlée dès le plus jeune âge. Ainsi, en classe maternelle, les enfants peuvent élever de petits animaux et échanger avec leur famille, leurs enseignants et leurs amis au sujet du cycle de vie de ces compagnons. Les enfants peuvent aussi visiter un cimetière, réfléchir en groupe aux âges de la vie, commenter des contes de fées.

Une meilleure compréhension du monde en résultera. Dès cet âge en effet, leurs parents, qui souvent poussent des cris d'orfraie lorsqu'on leur fait de telles propositions, n'hésitent pourtant pas à abandonner leur progéniture devant les informations télévisées, pourvoyeuses de nombreux documents filmés mettant en scène la mort d'un individu. La mort ne fait plus partie de notre monde domestique, elle a été mise à distance par l'augmentation de la durée de vie, par la médicalisation de la plupart des fins de vie, qui ont lieu à l'hôpital et dans les autres structures sanitaires, enfin, elle a été rejetée de la sphère familiale et sociale, du fait de l'éloignement et de l'éclatement des filiations.

Les dialogues autour de la fin de vie sont parfois riches d'authenticité et de réflexions philosophiques, mais, de plus en plus, ils échappent à la mise en sens du mourant et de son groupe. "Je vais mourir, j'aimerais te parler..." est souvent coupé par "Mais qu'est-ce que tu racontes !" Installer un échange en fin de vie est possible si certaines questions peuvent être posées en amont d'une situation terminale pas toujours sereine. Quelles sont mes peurs, que vais-je perdre ? Qu'ai-je accompli et qu'est-ce qui m'a procuré les plus grandes joies. Mes peines, ce qui me reste à faire. Ce que j'aimerais transmettre, ce que j'espère pour mes proches, mes contemporains...

S'il peut sembler bien artificiel de proposer les jalons d'un entretien avec un proche qui va mourir, soulignons que les plus élémentaires de ces questions sont souvent tuées dans l'oeuf par le refus des proches, des soignants, d'aborder la fin de la vie.

L'absence de sens de sa vie pour celui qui va mourir est justement l'une des raisons de hâter la mort. On voit bien l'intérêt de réintroduire la mort "domestique" dans le discours public, celle de la majorité de notre population qui s'éteint, vieillissante, dans son lit. C'est ainsi que la fuite en avant vers l'euthanasie sera déjouée, et que le temps et l'échange reprendront leurs vertus, au moment le plus important de notre existence et de celle de nos proches.

Marie-Frédérique Bacqué, professeur de psychopathologie à l'université de Strasbourg, présidente de la Société de thanatologie

20 000 nouveaux nés auscultés par l’enquête Elfe

4 000 enfants recrutés dans 344 maternités sur la France entière vont être intégrés ce week-end dans l’étude Elfe. C’est la première phase d’une vaste étude longitudinale portant sur 20 000 individus qui se propose de suivre les enfants de leur naissance jusqu’à l’âge adulte. On en attend une foule de renseignements sur le rôle de l’environnement et de l’éducation quant au développement et la santé des jeunes.

C’est parti pour l’étude Elfe ! Ce vendredi 1er avril a marqué le premier jour de la première grande étude sur la santé des enfants. Sur quatre jours du 1er au 4 avril, 4000 nouveaux-nés devraient être inclus dans l’étude, recrutés au sein des 344 maternités tirées au sort sur tout le territoire métropolitain. Trois autres vagues réparties sur l’année 2011 (la seconde étant prévue fin juin-début juillet) complèteront ensuite le recrutement pour arriver à 20 000 enfants.


Elfe est une nouveauté dans l’Hexagone, puisque c’est la première étude de cohorte permettant de suivre sur 20 ans des enfants, de leur naissance au seuil de l’âge adulte. Cette étude soutenue par les ministères de la Santé, de la Recherche et du Développement Durable et copilotée par l’Ined et l’Inserm a pour but d’éclairer sur l’influence de l’environnement au sens large sur la santé des jeunes. Elle devrait notamment permettre d’en savoir plus sur l'exposition des enfants aux polluants chimiques tels que les pesticides et les effets sur leur développement neuro-comportemental et endocrinien. Il s'agira aussi de mesurer les conséquences à long terme de la pollution de l'air intérieur et extérieur sur les enfants et les femmes enceintes. Choix du mode de garde et d’accueil, caractéristique de l’habitat, impact des polluants, facteurs familiaux, économiques et culturels, incidences des activités et notamment du sport et de l’informatique... : de nombreux facteurs seront aussi analysés pour faire le point sur la santé et plus généralement le bien être et le développement des enfants.


Plus de 60 équipes de recherche mobilisées


Elfe est aussi uen étude importante par le nombre de chercheurs mobilisés. 60 équipes et plus de 100 projets de recherche toutes disciplines confondues sont en effet impliquées. Dans le domaine de la santé, des équipes Inserm plancheront notamment sur la croissance physique, le développement psychomoteur , l’activité physique, la nutrition et le cancer, une équipe du CHU de Bordeaux coordonne le volet maladies respiratoires, asthme et allergies, la PMI des Hauts-de-Seine réfléchit aux recours aux soins et à la santé bucco-dentaire, l’InVS aux maladies infectieuses, ...


En pratique, du 1er au 4 avril, l’étude débute en maternité dans les jours qui suivent l’accouchement: entretien avec la maman, recueil de données, questionnaire concernant les habitudes alimentaires pendant la grossesse,etc. Certaines familles se verront aussi proposer un matériel de recueil de poussières afin de mesurer la présence de microorganismes dans le logement. A partir de la deuxième vague en maternité, des échantillons biologiques (urines, lait maternel, sang du cordon) seront également réalisés par l’Etablissement Français du Sang sur environ 10 000 enfants. 6 à 8 semaines après l’accouchement, un entretien téléphonique sera organisé avec la mère, mais aussi -originalité de l’étude- avec le père de l’enfant. Jusqu’à 4 ans les contacts auront lieu une fois paran et par la suite, les entretients seront plus espacés jusqu’à l’âge adulte.
Paul Bretagne


Pourquoi l’UNAFAM, la FNAPSY, les professionnels ont-ils voulu cette loi inhumaine sur la psychiatrie ?

Docteur Guy Baillon Psychiatre des Hôpitaux
Article publié le 03/04/2011, par -Mediapart.fr                                                                                           

1 - Pourquoi  l’UNAFAM, la FNAPSY, les professionnels ont-ils voulu cette loi inhumaine sur la psychiatrie ?
N’ont-ils pas tous été victimes d’une méprise dramatique, chacun à des titres différents ?
Nous devons absolument élucider pourquoi, si nous voulons nous préparer à l’avenir.
La loi a été votée en première lecture, l’aller et le retour entre les deux Chambres ne l’annuleront pas. Des sénateurs l'ont affirmé.
Alors osons d’abord brosser l’avenir immédiat qui n’a manifestement été simulé par aucun des auteurs de la loi. Nous verrons ensuite pourquoi ces trois partenaires sont inconscients de ce qu’ils ont déclenché.
La loi est inapplicable pour des raisons concrètes et de fond.

Certes chacun pense que l’intervention du juge demandée par le Conseil Constitutionnel va être appliquée. Déjà là il y a un double obstacle immédiat : d’une part cette mesure est bancale ; pour être en accord avec la réalité des faits, elle devrait porter aussi sur la décision initiale de privation de liberté et sur son arrêt ; ne statuer que sur le 15ème jour est totalement « surréaliste » ; dans le même temps nous savons tous la pénurie de juges; on fera donc appel à des mesures substitutives, tentatives de transfert de pouvoir au Préfet ? et commencera l’imbroglio des responsabilités et du jeu de la chaise vide. Qui va accepter cela ? : les procès se multiplieront, car les avocats vont comprendre qu’il y a matière à plaider.

D’autre part sur le fond, personne n’a encore mesuré l’ampleur de l’évolution amorcée : pourtant le rapport du contrôleur des libertés, JM Delarue est éclairant : la logique majeure qui va guider les actes de chacun sera encore « la logique de sécurité » dans l’hôpital, s’y ajoutera la logique de « la certitude que l’obligation de soins doit être respectée » ! Chacun sait qu’il n’y a là aucune certitude possible, même l’effet d'une même injection intramusculaire d’un produit reconnu comme adéquat à … «mais à quoi ? » est variable. Alors, pour faire bien, va se réaliser une escalade sans fin de prescriptions médicamenteuses, où chaque acteur du soin cherchera à se protéger (on ne sait ce que ces craintes vont produire). Les auteurs de cette loi savent-ils les faits graves qui se sont produits lors des premières années des neuroleptiques en France (Poitiers entre autre), en Suisse (près de Genève) en raison des « abus » de médicaments (et des responsabilités partagées entre médecins et infirmiers, chacun y allant de son surdosage) ? Et lorsque l’on observera que les médicaments donnés en excès entrainent des troubles de plus en plus graves, les tribunaux vont montrer facilement que des excès ont été commis. Le Médiator a ouvert une autre voie : avons-nous bien éclairé la société sur les dangers très bien précisés des nouveaux neuroleptiques actuels ?  Ils produisent après quelques années des troubles graves : obésité, puis diabète, hypertension, et sont suivis de conséquences irréversibles sur le cœur, la rétine, les artères. Lorsque les médicaments sont bien encadrés par les soins psychothérapiques et institutionnels une prévention de ces troubles peut être réalisée. Mais lorsque l’obligation de soins va intervenir, elle va écarter toute psychothérapie et seul le médicament restera en lice, que va-t-il se passer lorsque familles, patients, amis vont se révolter devant ces effets secondaires et les abus des médicaments obligatoires? On va entrer dans le cycle de la biologie pure imposé par les laboratoires : un symptôme = une molécule. La psychiatrie disparaitra pour laisser la place à un traitement vétérinaire.

Les dangers, démontrés par JM Delarue dans le seul cadre des hospitalisations sous contrainte de la précédente loi, vont augmenter de façon exponentielle. L’état d’esprit qui domine ces lois est le risque zéro. JM Delarue a montré qu’un tel état d’esprit infiltre tout et n’a pas de limite car il ne rencontre aucune certitude sur la diminution du risque.

Le calme, la sérénité, la confiance, la liberté, la créativité, qui sont les outils de base du soin psychique n’auront pas droit de cité. La logique du soin sera donc exclue.

Certes des voix s’élèveront à la lecture de ce propos pour en sourire et apporter des preuves que dans quelques situations on a arrêté l’escalade de la violence. Mais la violence d’un malade ne s’accroit que lorsque personne ne répond à la souffrance sous-jacente, origine de cette violence. C’est donc avant qu’il faut se montrer disponible.

Reprenons les trois formes d’obligation prévues par la loi : 72 h, hospitalisation, domicile.
Pour les 72 h : dans quel espace cette garde à vue va-t-elle être réalisée ?-aux urgences des hôpitaux généraux déjà surchargées et où l’on ne reste que quelques heures ? -dans les prisons habituées à la privation de liberté ? En effet les autres espaces de soin actuels n’offrent aucune garantie de sécurité suffisant. Il faudra donc construire de nouveaux espaces à grand frais -selon quels critères ? -avec quels soignants ? Ils seront certainement prélevés sur les équipes de secteur, ce qui diminuera d’autant leur travail de prévention, dont le but est de diminuer les situations d’urgence, les demandes d’hospitalisation vont augmenter ; -l’entrée en 72h sera faite à partir de quelle demande ? -quelle formation auront les soignants ? celle du soin (laquelle ne cherche pas d’emblée à imposer diagnostic et traitement, mais d’abord à installer la confiance, la contradiction est pesante), ou l’habileté à faire avouer au malade sa maladie ? un tel aveu est déjà une attitude brutale pour les excès d’alcool, c’est une violence inacceptable et incompréhensible pour les malades qui méconnaissent leurs troubles. Le point de contradiction maximal sera atteint pour les adolescents qui sont à l’époque de la survenue des troubles psychiques graves : leur passage en garde à vue de 72 h qui devrait déboucher sur une proposition de soin après avoir rencontré une quinzaine de personnes différentes en 72 h dans des liens protocolisés, sera l’occasion de massacre d’ado, véritables assassinats d’âme de jeunes en quête d’identité à cette période si fragile de la vie. Des psychiatres d’adolescents ont-ils participé à l’élaboration de cette loi ? 

Quant aux services d’hospitalisation où seront envoyés les patients qui auront refusé un traitement, alors qu’ils méconnaissent seulement leur maladie, ils seront vite débordés, malgré les efforts des directeurs pour y faire venir un grand nombre de soignants, prélevés eux aussi sur les espaces de soin des villes où ils avaient une fonction de prévention essentielle, ce qui va encore augmenter le flux des patients décompensés. On va rouvrir des lits et multiplier les services fermés. Ce sera l’abandon définitif de la psychiatrie de secteur qui s’appuyait sur la reconversion des services hospitaliers en espaces de soins en ville consolidés par les liens avec l’environnement relationnel de chaque malade. Certes il y a le recours au domicile.

L’obligation de soin à domicile
va transformer les parents en surveillants de prison attentifs à une seule chose (on ne peut leur demander de soigner, sinon il y a longtemps qu’ils auraient guéri leurs enfants) vérifier qu’ils prennent bien leur traitement, laissant de côté leur rôle affectif essentiel. Ils seront vite secondés par les voisins se transformant en délateurs, préoccupés du calme du voisinage, donc de la certitude que les traitements sont bien pris. Qui peut avoir lacertitude qu’un traitement est bien pris (c’est déjà depuis longtemps une source de débats entre soignants et familles) ? Très vite, comme le disent certains observateurs naïfs, on confondra les cicatrices des troubles psychiques graves avec la survenue de ces troubles. De plus on les confondra (parce que les voisins ne sont pas soignants) avec les effets secondaires néfastes des neuroleptiques qui sont réels et fréquents. La moindre bizarrerie fera l’objet d’un signalement, et provoquera une nouvelle hospitalisation. Les sorties d’essai n’en finiront jamais. Ce sera souvent l’installation progressive de l’asile à domicile et la chronicisation de tout l’entourage !

Le critère majeur sera la recherche du « bon traitement chimique » (les autres traitements étant éliminés car non évaluables), mais qui peut assurer connaitre le bon traitement pour telle personne à tel moment de sa maladie, tout en restant attentif à l’évolution à long terme ?
De toute façon il y a un joker ! dira l’UNAFAM qui a beaucoup misé sur lui : ce sont « Les équipes de soin mobiles » associées ou non au SAMU. Bien sûr leurs soignants sont des acteurs de valeur, mais travaillant sans les atouts de l’équipe de secteur, sans la connaissance continue du patient, sans l’appui de l’environnement puisque leur action est punctiforme, et qu’ils sillonnent une population de 300 à 600.000 habitants. Leur intervention vient fracturer la continuité des soins qui est l’outil essentiel façonné par la politique de secteur. De ce fait cette intervention s’ouvre presque systématiquement sur des hospitalisations qui seront souvent sous contrainte. Plus ces équipes vont se multiplier, plus elles vont réduire les équipes de secteur, et dévaloriser celles qui resteront.

Le résultat global de cette loi sera à la fois le dépérissement des équipes de secteur et le renforcement progressif et définitif des monstres hospitaliers
 : c'est la remise en scène des asiles !
 
L’UNAFAM, la FNAPSY, les syndicats des professionnels de la psychiatrie savent cela. Lorsque l’on interroge sur le terrain familles, usagers et soignants on trouve un décalage évident entre les responsables et la base. Cette base est contre la loi, car elle connait très bien ce que nous venons de décrire. Elle sait que l’état d’esprit du soin a besoin pour se développer d’une ambiance toute autre, dont les outils fondamentaux sont la confiance et le temps suffisant.

Certains diront de ne pas associer ici les syndicats, ils se sont élevés contre. Mais c’est récent. Pendant plus de deux ans ils l’ont soutenue. Cela a commencé par leur soutien au rapport Couty terminé avant l’intervention stigmatisante du Président le 2 décembre 2008. Ce rapport préparait la fin de la politique de secteur et la révision de la loi de 1990, sans dire un seul mot de ce qu’a mis à nu le rapport de JM Delarue : les effets anti thérapeutiques de l’application de la loi de 1990 : la logique de la sécurité écrasait déjà le soin dans toute institution fermée.

La preuve de cette acceptation de la loi par les pro : le nombre de 400 manifestants venus devant l’Assemblée Nationale le jour du vote de la loi en mars. Si les soignants ne sont pas venus participer à l’expression démocratique dans la rue sur cette question particulière, si peu connue des élus, c’est bien qu’ils l’acceptent.
 
Je vais me permettre de vous proposer trois essais dans les jours qui viennent pour essayer de comprendre pourquoi chacun de ces trois acteurs a soutenu la loi.
2-L’UNAFAM.                     
3- La FNAPSY.                    
4- Les syndicats.

En effet pourquoi ces trois acteurs ont-ils soutenu cette loi ?
Parce qu’ils ont eu peur !
Certes, mais il y a d’autres raisons, et pour chacun différentes.

Ce seront des pistes modestes, pour réfléchir, démarche essentielle si nous voulons retrouver nos esprits, retrouver notre capacité de nous parler entre nous et avec chacun des acteurs pour arriver à soigner, et si nous voulons préparer un avenir meilleur.

dimanche 3 avril 2011

Revue de presse

Manifestations pour l'hôpital public

Par Europe1.fr avec Carole Ferry
Publié le 2 avril 2011

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé un peu partout en France pour dénoncer la politique du gouvernement.
Plusieurs milliers de manifestants ont défilé un peu partout en France pour dénoncer la politique du gouvernement. © CAROLE FERRY

Des milliers de personnes ont dénoncé samedi la politique de santé du gouvernement.

Associations d’usagers, syndicats et élus ont participé samedi à des manifestations dans plusieurs villes de France pour dénoncer la politique de santé du gouvernement. Tous ont mis en avant un constat alarmant : l’avenir de la santé publique est en danger.

"La situation est grave"

Dans le collimateur des manifestants, la loi Bachelot, entrée en vigueur il y a un an et qui impose aux hôpitaux une gestion beaucoup plus rigoureuse. Les conséquences des coupes budgétaires sont pointées du doigt : personnel insuffisant, fermetures de service... C'est toute l'organisation de l'hôpital public qui change.

"Si nous sommes là aujourd’hui, c’est parce que la situation est grave, que les inégalités de santé se creusent, que les restructurations hospitalières s’accélèrent. Au bout du compte c’est notre santé qui est en danger" a expliqué une manifestante à Paris.

Une santé à deux vitesses

  Égalementdécriée, la multiplication des franchises et forfaits hospitaliers qui coûtent plus chers et qui excluent certains malades. "C’est la mort du soin pour tous" s'est indigné Jacques Bouver, gynécologue à Paris. Comme d'autres, il craint qu'un système "à l'américaine" soit mis en place.

D'autres manifestations annoncées

Cette première journée de mobilisation espère mettre le débat au coeur de la campagne pour la présidentielle de 2012. "Ces rassemblements sont un point de départ", a expliqué Nadine Prigent, responsable santé de la CGT, dont de nombreux drapeaux flottaient place de la Bastille. De nouvelles initiatives pourraient se mettre rapidement en place.

Des manifestations pour défendre l'hôpital public

Par lefigaro.fr, Avec AFP
02/04/2011 
Entre 2000 et 5000 personnes étaient réunies à Paris.
Entre 2000 et 5000 personnes étaient réunies à Paris.
Crédits photo : FRANCOIS GUILLOT/AFP

Plusieurs milliers de personnes ont participé samedi à des rassemblements contre la politique de santé du gouvernement.

L'appel à manifester avait été lancé pour défendre les hôpitaux et les maternités de proximité. Les rassemblements, organisés samedi dans plusieurs villes de France à l'appel d'un large mouvement d'associations d'usagers, de syndicats et de partis politiques, ont été l'occasion de s'opposer plus largement à l'ensemble de la politique de santé du gouvernement.

A Paris, entre 2000 (selon la police) et 5000 personnes (selon les organisateurs) réunies place de la Bastille ont ainsi dénoncé les difficultés d'accès aux soins liées à la désertification médicale en milieu rural et dans les banlieues, ou encore à la pratique des dépassements d'honoraires par les médecins libéraux. Des élus sont venus apporter leur soutien, comme le président socialiste de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon.

A Lyon, un peu plus de 500 personnes ont défilé dans le centre-ville. Environ 400 personnes environ ont fait de même à Bordeaux, précédées par des handicapés en fauteuil. Ils étaient environ 300 à Toulouse et 450 à Niort. À La Seyne-sur-Mer, dans le Var, un millier de personnes a formé un H (pour hôpital), pour défendre la maternité de la commune, menacée de fermeture. Des rassemblements ont aussi été organisés à Nancy, Rennes ou encore Lille.

Une marche pour sauver l'hôpital

À Toulouse, la manifestation pour la défense du système de santé a réuni 300 personnes./ Photo DDM X de Fenoyl
À Toulouse, la manifestation pour la défense du système de santé a réuni 300 personnes./ Photo DDM X de Fenoyl
À Toulouse, la manifestation pour la défense du système de santé a réuni 300 personnes./ Photo DDM X de Fenoyl
Derrière les tentes du village associatif pour le développement durable, les drapeaux militants flottent au vent. « Notre système de santé aussi, on doit le rendre durable », s'exclame Renée, une retraitée venue défendre en famille l'hôpital public et l'accès aux soins. Comme elle, un peu moins de 200 manifestants, personnels des hôpitaux, professionnels de santé, syndicats, partis politiques ou simples usagers étaient réunis hier après-midi place du Capitole pour une journée d'action nationale unitaire contre les effets de la loi HPST (loi Bachelot). Avec pour mot d'ordre « le droit aux soins pour tous », ils ont ensuite marché vers la Préfecture, tentant de rallier les passants à leur cause. « Cette journée s'adresse à tous. Il est important que les usagers prennent conscience de ce qui est en train d'arriver : on sacrifie l'hôpital sur l'autel des économies à faire, on le brade pour le livrer au privé. Dans les services, comme les moyens manquent, le personnel devient une variable d'ajustement, les aides-soignants remplacent les infirmiers et la qualité des soins ne repose plus que sur l'engagement des salariés », s'indigne Isabelle Morère, secrétaire du syndicat CGT de l'hôpital Marchant à Toulouse.

« Rentabilité, économie »

La réduction de moyens, les militants de l'association Act'Up la dénoncent également. « L'hôpital ne remplit plus sa mission de service public. C'est pourtant là que se rendent 99 % des patients séropositifs. Le temps consacré aux consultations a baissé, les rendez-vous ne s'obtiennent plus en un mois mais en trois », explique Guy Molinié, président d'Act up Toulouse. Rentabilité, économie, ces mots, les manifestants les avaient tous à la bouche hier dans les rues de Toulouse. Pour mieux les rejeter. « Aujourd'hui, tout est pensé en terme d'actes rémunérateurs. Pourtant, à l'hôpital, beaucoup de choses importantes se règlent dans les couloirs. Les réunions d'équipes, on ne les tarifie pas, pas plus que les coups de téléphone que je passe ou que je reçois », s'indigne Valérie, psychologue clinicienne à l'hôpital de Lavaur dans le Tarn. Venu avec le camion de la FSU (fédération syndicale unitaire, le syndicat des enseignants), Xavier Mouchard a pris le micro pour chanter « tous unis pour l'hosto ». « Parce que certaines luttes doivent être communes. Quand on a vécu l'hôpital de l'intérieur, en tant que malade, on se dit, heureusement que tous ces soignants sont là ».

Des milliers de manifestants pour défendre l'hôpital public

Près de deux ans après le vote de la Loi Bachelot, une journée de mobilisation a eu lieu pour dénoncer une "privatisation" du système de santé.

Des rassemblements sont prévus dans 20 régions selon les syndicats pour la défense de l'hôpital public. AFP
Des rassemblements sont prévus dans 20 régions selon les syndicats pour la défense de l'hôpital public. AFP

Des milliers de personnes ont participé samedi 2 avril à des rassemblements contre la politique de santé du gouvernement. Ces manifestations avaient été organisées dans plusieurs villes à l'appel d'un large mouvement d'associations d'usagers, de syndicats et de partis politiques.


Près de deux ans après le vote de la Loi Bachelot (HPST), les protestataires entendaient dénoncer les fermetures d'établissements et une "privatisation" du système de santé. Mais aussi les difficultés d'accès aux soins liées à la désertification médicale en milieu rural et dans les banlieues, ou encore à la pratique des dépassements d'honoraires par les médecins libéraux.

Un "H" humain pour sauver une maternité

A Paris, entre 2.000 et 5.000 personnes se sont rassemblées Place de la Bastille selon que l'on se tourne vers la police où les organisateurs.
A Lyon, un peu plus de 500 personnes ont défilé dans le centre-ville, d'après les chiffres de la police. A Bordeaux, 400 personnes environ ont fait de même, précédés par des handicapés en fauteuil. Les manifestants étaient environ 300 à Toulouse et 450 à Niort.


A La Seyne-sur-Mer, dans le Var, un millier de personnes ont formé un "H" (pour hôpital), pour défendre la maternité de la commune, menacée de fermeture. Des rassemblements ont aussi été organisés à Nancy, Rennes ou encore Lille.


Les manifestations ont souvent eu lieu devant des bâtiments des Agences régionales de santé (ARS), qui chapeautent désormais à l'échelon régional tous les domaines du système de santé (hôpital, médecine de ville et accueil des personnes âgées et handicapées).

"Réduction des moyens"

"Après des années d'une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patients Santé Territoire (loi Bachelot) des Agences régionales de Santé accélère la privatisation de notre système de santé", estime la coordination.

"Pour le service public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d'hôpitaux et réductions de personnels. Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte", ajoute-t-elle.


Pour la coordination, "les directeurs des ARS, nommés par le gouvernement, sont des superpréfets sanitaires régionaux. Ils détiennent tous les pouvoirs pour organiser la santé dans son ensemble, en appliquant les directives gouvernementales".

"Désorganisation"

Les ARS planifient "la désorganisation et la réduction des soins publics", et "favorisent le transfert vers le privé lucratif des soins les plus rentables pour le plus grand profit des groupes financiers de la santé et de leurs actionnaires", accuse la coordination.

Quant à la Sécurité sociale, "de nombreuses mesures ont fait reculer ce principe solidaire: forfaits, franchises, dépassements d'honoraires, pénalités, déremboursements. Ce qui reste à la charge des foyers ne cesse d'augmenter". "Tout cela pousse vers l'assurance privée individuelle celles et ceux qui en ont encore les moyens et c'est par millions aujourd'hui que des gens diffèrent ou renoncent aux soins", selon l'appel.


Dans un communiqué diffusé le 15 mars dernier, la Fédération hospitalière de France (FHF, qui représente les directions des hôpitaux publics) s'inquiétait "des suppressions d'emploi très importantes", dans les hôpitaux, "représentant plus d'un départ à la retraite d'agent sur quatre".


Sur l'année 2009, "en dehors du secteur médico-social, plus de 9.800 emplois ont ainsi été supprimés dans les hôpitaux publics, dont près de 5.000 personnels soignants, un chiffre qui devrait encore croître en 2010 au vu de la contraction constatée de la progression des dépenses de personnel dans les comptes des hôpitaux publics", selon la FHF.


La FHF estimait que cette évolution "en partie liée à la faible progression de l'enveloppe accordée aux hôpitaux", est "considérablement aggravée par la politique de 'convergence' conduite par le gouvernement au bénéfice des cliniques privées".


Nouvelobs.com avec AP

Déstigmatiser la maladie mentale.

En-date du 27 Mars, une chronique de Monde.fr s'attache à donner la parole à la folie. Là est sans-doute manière efficace de déstigmatiser la maladie mentale.

Chronique d'abonnés. Vous pouvez la conserver en document si utile.
texte                    

Psychanalyse de la folie.
par th fd B., 'écrivain occasionnel
27.03.11 STRUCTURATION de la Folie.


"La folie n'est pas linéaire ; ça m'est venu comme une évidence récemment.
Non pas à force de la contempler, mais d'y réfléchir encore et toujours, depuis des ans. À force d'en avoir été malade - de la folie - et d'avoir accepté le peu de choix de m'en ab-straire... et dans la psychanalyse, où le point important fut de l'objectiver en tant que sorte de nécessité partielle.

Qu'est-ce que veut dire qu'elle n'est pas linéaire ? ... Cette évidence-là vient, je crois, de son développement si ce n'est sa logique interne, plus que de son aspect de renoncements alternés à des brisures, en son évolution.
Cette folie à plus d'un titre a la logique des éruptions volcaniques aux chambres à magma insondables... Parce qu'il y eu et qu'il reste à être la Forclusion, indispensable mécanisme de résurgence vitale à une avalanche de Dénis. Alors : (c'est à dire) dans l'enfance, un attentat, une guerre. Le traumatisme si se dit se dénoue parfois, comme dans la thérapie d'enfant. La torsion qui perdure s'oublie dans le forclos. Et ressurgit apparentée dans les Mythes des croyances adultes des grands pans de délires.

L'imprégnation psychotique eut lieu dans une cellule familiale muette d'une névrose affolante. Ce repli en l'imaginaire n'est pas une fuite, mais une Construction : tout simplement parce qu'il est des âges où particulièrement l'on se construit. Construction dans les champs du Langage : relier l'objet au désignant, articuler les nœuds d'espaces symboliques... et c'est là une fort belle affaire qui tient du miracle. Appelons cela le miracle de cette psychose, qu'elle permette une exogénèse (comme le crustacé a un exosquelette) au milieu d'origine. Attention, les valeurs familiales sont nombreuses et fortes, mauvaises bancales ou meilleures ou bien meilleures.
Alors s'explique dans les âges où l'on structure bien moins les choses à s'approprier comme (on le fit) petit les termes... les âges d'adulte, s'explique la survenue de l'impasse dans les méandres d'une succédante à la Névrose familiale, des impasses dirions-nous, avec toutes ces petites torsions qu'assène une névrose. Sans que l'on sache pourquoi alors ainsi un jour le sujet avance sa quête propre du parfait en poussant le mur de la névrose... comme il le fit bien auparavant. Mais là c'est énorme et ça envahit à le submerger : première crise de folie.
Souhaitons-lui de parvenir au plus tôt et durablement à gérer un soin médical indispensable, mais qui tend dans l'erreur à revendiquer des valeurs de contrainte.

Voilà de cette Historique, explicatif.

Reste à préciser que pour le commun
s'inversent les termes de psychose et folie, ou leur poids, la première étant pourtant bien plus fiable comme émergence de l'Analyse (la psychanalyse) et enfoncée profondément dans le langage. C'est peut-être dans le miracle de la psychose, qui arrache à la folie, qu'est la main de Dieu (ou de l'analyste) sur votre épaule à « aider d'aller ».

Restait à revenir sur la non-linéarité de la folie : car il s'agit en trois dimensions d'un parcours de nébuleuses de Langage qui se déforment s'entrecroisent s'inversent s'estompent ou se renforcent... et

JUSQU'A DIRE LE SYMBOLIQUE : ÊTRE."
source LeMonde.fr
Psychiatrie - Interview de Bernard Bruant, CGT Sainte-Anne : « la résistance s’organise »
01-04-2011

Les attaques contre la santé publique se poursuivent. Le gouvernement a récemment annoncé une réforme du secteur de la psychiatrie. D’après la CGT, elle « ne vise qu’à privilégier la rentabilité financière au détriment de la qualité des soins ». Le texte gouvernemental prévoit de créer une « communauté hospitalière de territoire parisien pour la psychiatrie », afin de regrouper des services et supprimer des postes.

Entretien avec Bernard Bruant, infirmier de secteur psychiatrique et secrétaire de la CGT à l’hôpital Sainte-Anne.


En quoi consiste la « communauté hospitalière de territoire parisien pour la psychiatrie » ?


Bernard Bruant :
Une « convention constitutive » décrit la mise en place de cette communauté hospitalière. C’est un prolongement de la loi Patient-Santé-Territoire (dite loi Bachelot) signée il y a environ un an. La loi Bachelot a été fortement contestée par les syndicats et les partis de gauche, à l’époque. Cette convention n’est que la déclinaison de cette loi dans le secteur de la psychiatrie.


Cette « communauté hospitalière », à Paris, est constituée de trois grands hôpitaux psychiatriques (Sainte-Anne, Maison Blanche et Perray-Vauclus), de l’hôpital d’Esquirol et de l’association ASM13. L’objectif est de regrouper les services pour faire des économies, sans tenir compte de la réalité du travail.


Par exemple, le service des tutelles de Sainte-Anne, qui s’occupe au quotidien de gérer l’argent des patients, va être transféré à Belleville pour être regroupé avec celui de Maison Blanche. Avant, à Sainte-Anne, une quinzaine d’employés s’occupaient de 5 à 600 patients. Il y avait un vrai lien entre le patient et son tuteur. Maintenant, ils vont avoir à faire à des gestionnaires qui ne les connaitront pas. En conséquence, beaucoup de nos patients y renonceront.


Quel est l’objectif de cette réforme ?


Bernard Bruant :
Clairement, il s’agit de faire des économies en supprimant du personnel. Ils ont déjà commencé. En deux ans, ils ont regroupé 32 centres hospitaliers en 8 groupes avec, évidemment, la fermeture de certains sites. Il n’y a plus d’embauche dans les hôpitaux sous le statut de la fonction publique. Il y a de moins en moins de personnel ouvrier, du fait du non-renouvellement des départs à la retraite. Le but avoué est la suppression de 4000 postes en deux ans. Après l’Assistance Publique, ils s’attaquent aux hôpitaux psychiatriques.


L’article 4 de la convention affirme qu’il n’y aura pas de suppression de personnels. Mais l’article 14 précise que, lorsque les médecins auront présenté un projet médical commun, les établissements « s’engagent à modifier la convention initiale » et « envisager des délégations ou transferts d’activité ». Ils pourront donc supprimer du personnel sans problème, au moyen d’avenants à la convention !


Quel sera l’impact de ces mesures ?


Bernard Bruant :
Les conditions de travail – mais surtout, ce qui va de pair, la qualité des soins – risquent de se dégrader. Nous sommes déjà dans une logique de gestion. Aujourd’hui, on passe autant de temps avec les malades que sur des ordinateurs, pour acter ce qu’on vient de faire. En psychiatrie, notre référence, c’est le temps, l’écoute, la présence... Tout ça ne rentre pas dans les logiciels ! On nous demande de plus en plus avec de moins en moins de personnel. Tous les salariés ont fait beaucoup d’efforts, pendant des années. Mais ils n’en peuvent plus.


Dernièrement, sous prétexte de reconnaître, enfin, nos 3 ans d’études après le Bac, les infirmiers viennent de perdre 7 ans de retraite ! Et les salaires sont trop bas. Sur Paris, de nombreux infirmiers sont obligés de cumuler deux emplois.


A force de tout regrouper, ils surchargent les services. Avant, dans les Centres Médico-psychologique (CMP), les consultations duraient 20 minutes. Aujourd’hui, ils enchaînent parfois 15 consultations en une heure. Il y a des CMP où 15 infirmiers s’occupent de 2 à 3000 patients ! Le rythme des visites à domicile est passé de une toutes les deux semaines à une tous les deux à trois mois.


Il faut comprendre la particularité de la psychiatrie française. L’idée de la psychiatrie de secteur, qui régit les soins psychiatriques depuis 1960, était de mettre en place une continuité dans le soin autour d’un maillage géographique. Il s’agit d’un travail continu de prévention, de soin et de suivi, à travers les hôpitaux et tout un réseau de petites structures locales. Les dernières réformes détruisent 50 ans de travail !


Aujourd’hui, le temps d’hospitalisation a beaucoup diminué. Les patients qui ont des pathologies lourdes sont de moins en moins pris en charge, à Paris. Ils sont envoyés en province ou en Belgique. L’hôpital devient un centre de gestion de crise où les patients restent au maximum deux ou trois semaines.


Les syndicats ont-ils été consultés ?


Bernard Bruant :
Non. Les textes nous ont été présentés en janvier, lors des conseils de surveillance de chaque établissement. Il n’y a eu aucun groupe de travail, aucun vote... Lors des conseils, on avait juste le droit « d’émettre des vœux » ! Le paradoxe est que les présidents des conseils de surveillance qui ont voté ce texte sont des élus socialistes qui s’étaient opposés à la loi Bachelot. Le seul qui a voté contre est le PCF Jean Vuillermoz, ce qui lui a valu d’être convoqué par Bertrand Delanoë ! Ils sont passés en force, en deux mois.


Quelle a été la réaction des médecins ?


Bernard Bruant :
Les médecins réagissent peu, pour le moment. Mais certains commencent à exprimer leurs craintes. Par exemple, le sous-directeur de Sainte-Anne a démissionné. Ceci dit, depuis la loi Bachelot, les directeurs des hôpitaux sont nommés par l’Agence Régionale de Santé, et ces directeurs nomment les chefs de service et/ou de pôle. Donc, si les médecins espèrent diriger un service, il leur est difficile de contredire la direction.


Les syndicats sont-ils soutenus ?


Bernard Bruant :
C’est de plus en plus dur, pour les syndicats. Avec la souffrance au travail, on se transforme en assistants sociaux ! Et comme les gens sont à bout, ils ont du mal à s’engager dans la lutte avec nous. Dès qu’on lance une grève, la direction réquisitionne en masse. Ils essayent également de nous mettre « hors jeu » avec la création d’un ordre infirmier. Mais pour le moment, il est boycotté par 80 % du personnel. Et la résistance s’organise, car les attaques d’aujourd’hui sont trop graves.

*
Mobilisation, le samedi 2 avril : journée nationale d’action "Notre santé est en danger".

Cotisation à l'ordre infirmier, Nora Berra évoque le principe d'une adhésion facultative

30.03.11

Répondant mercredi après-midi à une question concernant l'ordre des infirmiers, posée par Etienne Blanc, député UMP de l’Ain, Nora Berra, secrétaire d’État chargée de la Santé, a tout d'abord considéré que le maintien pour les infirmiers libéraux d'une cotisation annuelle à 75 euros était trop élevé. "Ce n'est pas la cotisation symbolique demandée en 2006", a-t-elle déclaré. Elle a aussi estimé que cet ordre n'avait pas réussi à convaincre les infirmiers de son utilité et, malgré les efforts continus de concertation, n'était pas parvenu à susciter l'inscription du plus grand nombre. Concernant la diminution de la cotisation des infirmiers salariés à 30 euros, elle a qualifié cette avancée de "partielle, peu étayée et surtout tardive". Un peu comme un ultimatum, elle a ensuite ajouté que si l'ordre ne parvenait pas à convaincre la majorité des infirmiers, "il nous faudra envisager le principe d'une adhésion facultative pour tous les infirmiers".
L.W.


Ordre national des infirmiers, Le conseil départemental de Paris demande la démission du bureau national

01.04.11
Le Conseil départemental de l'ordre des infirmiers (CDOI) de Paris épingle dans un communiqué les choix de gestion du bureau national de l'instance ordinale des infirmiers. "Beaucoup de problèmes sont le résultat de décisions inadaptées du bureau national, qui n'a pas su être à l'écoute des infirmières de terrain, des élus départementaux et qui a refusé la main tendue des parlementaires lors de la médiation de juin 2010", écrit le CDOI parisien. Il demande donc "la démission du bureau national, responsable de cette gestion qui met en péril la pérennité de l'ordre". Le CDOI dénonce "les dépenses excessives, envisagées sur un calcul erroné de rentrées de cotisation".

Il estime que les problèmes de gestion du bureau national occulte le travail et les actions réalisées par les conseils départementaux et régionaux en direction des professionnels. "Pour que les infirmières se reconnaissent dans leur ordre, il est indispensable de lui donner un souffle nouveau, un élan qui ne peut être porté que par une équipe nationale renouvelée", indique-t-il.
De leurs côtés, les syndicats qui se sont toujours positionnés contre l'ordre des infirmiers poursuivent leurs appels au boycott et fustigent certains employeurs qui feraient pression sur les infirmiers pour qu'ils s'inscrivent au tableau de l'ONI. La fédération des personnels des services publics et des services de santé FO déclare dans un communiqué que rien légalement n'oblige les infirmiers à s'inscrire. Et la fédération CFTC santé sociaux ajoute de son côté dans un communiqué que la baisse de la cotisation à 30 euros pour les salariés ne règlera pas les difficultés financières de l'ordre.
L.W.

31 mars 2011
 Depuis bientôt 10 ans, c’est devenu un rituel : une à deux fois par an, un représentant du gouvernement (souvent proche de Nicolas Sarkozy) annonce un nouveau dispositif de lutte contre le décrochage scolaire. Il y a quelques semaines, c’était la suspension des allocations familiales (texte proposé et défendu par Eric Ciotti) qui était réinstaurée (après avoir été abrogée à la demande… de Nicolas Sarkozy en 2004). Ce lundi 28 mars, c’est la Secrétaire d’Etat à la jeunesse et à la vie associative, Jeannette Bougrab, qui montait au créneau sur la thématique, en annonçant un énième dispositif, lequel devrait être considéré comme une réponse aux affrontements entre jeunes survenus ces dernières semaines à Asnières et Gennevilliers (92).

Compte tenu des résultats peu significatifs, voire contre productifs, des précédents dispositifs (références en fin d’article), il est plus que douteux qu’il faille espérer des améliorations à l’avenir. Cette annonce mérite en revanche que l’on s’y attarde un instant car elle est emblématique de la construction politico-médiatique de la question du décrochage scolaire depuis 10 ans. Suivons ainsi la dépêche AFP qui a été reprise par presque tous les médias et par de très nombreux sites Internet.

L’évidence supposée du lien entre décrochage et délinquance

Le plus étonnant pour les professionnels de l’éducation comme pour les chercheurs est bien cette association systématique entre d’une part les questions d’absentéisme scolaire, de décrochage ou de déscolarisation et d’autre part les questions d’ordre public, de sécurité ou de délinquance. En effet, toutes les recherches empiriques attestent que ce lien décrochage/délinquance n’a rien de mécanique. Mais rien n’y fait. Les titres annonçant la mesure de cette semaine sont sans équivoque : « Violences à Asnières : un dispositif pour décrocheurs scolaires », titraient aussi bien Le Monde que Libération. Les articles de presse (par exemple Le Point) ont même parfois été illustrés par une photo montrant des CRS en tenue de combat !

Rappelons en quelques mots ce que montrent pourtant les recherches : le décrochage est le produit d’un long processus toujours collectif, impliquant autant l’élève et sa famille que l’institution scolaire elle-même. Il se noue dans et autour de l’école, le plus souvent en lien avec des difficultés dans les apprentissages, lesquelles se forgent durant les premières expériences scolaires et s’accentuent au collège, à travers des verdicts scolaires négatifs, des exclusions répétées, des situations familiales marquées par la précarité économique et des horaires de travail des parents décalés, le renforcement parallèle d’une inscription des jeunes dans une socialisation de quartier en partie contradictoire avec les exigences scolaires. Mais cette inscription dans la socialisation du quartier ne rime pas pour autant automatiquement avec délinquance et ne concerne pas uniquement les quartiers dits sensibles des grandes agglomérations. Ce repli sur la socialisation extrascolaire est avant tout synonyme de recherche d’une façon d’exister socialement malgré l’échec scolaire, de retrouver une image de soi et une valeur personnelle autre que celle du « cancre », du « nul » ou du « raté ». Est-ce si difficile à comprendre ? Pourtant, rien n’y fait.

Les gentils et les méchants décrocheurs

La dépêche AFP précise que la « cible principale de cet accompagnement » sont « les jeunes qui “tiennent les murs” et qui ne tombent pas dans ces situations par de désir ou par envie (…) l’Etat ne laissera pas tomber ceux qui sont en difficulté mais qui ne causent aucun trouble à l’ordre public, a affirmé Jeannette Bougrab ». Le terme de « cible » utilisé dans cette déclaration est déjà un peu suggestif. Mais alors que dire de celui employé à un autre endroit dans la dépêche : « ce dispositif sera mené au laser » ? Traiter les décrocheurs au laser est clairement plus subtil que de les passer au karcher. Mais n’est-ce pas un peu la même logique… ? Cette volonté de distinguer les bons et les mauvais décrocheurs ne fait que réactualiser un manichéisme qui fut très présent dans les commentaires des émeutes de 2005, à travers la partition entre la « racaille » et les « vrais jeunes ». Suivant le raisonnement proposé aujourd’hui, deux profils de décrocheurs pourraient être identifiés selon la même logique : d’un côté, ceux qui sont en difficulté mais ne sont pas dangereux, plutôt des victimes, potentiellement méritants, bref les gentils qu’on veut aider, et de l’autre côté les décrocheurs délinquants, ceux qui ont « choisi cette situation par désir ou par envie », les mauvais garçons, les irrécupérables, bref les méchants, qui ne méritent pas un quelconque accompagnement.

Ces présupposés manichéens et surannés pourraient faire sourire s’ils ne déterminaient pas des politiques publiques et des représentations aux effets bien concrets. Outre la violence symbolique qu’ils infligent aux jeunes supposés « moins méritants » que les autres, ces préjugés ne peuvent qu’accentuer les antagonismes, les ressentiments et l’esprit de concurrence déjà bien ancrés dans notre société contemporaine et jusque dans nos écoles censées assurer « l’égalité républicaine ».
par Étienne DOUAT et Laurent MUCCHIELLI

Pour aller plus loin :
M. Esterle-Hedibel, « Absentéisme, déscolarisation, décrochage scolaire, les apports des recherches récentes » (Déviance et Société, 2006).
E. Douat, L’école buissonnière (éditions La Dispute, 2011).