Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 23 novembre 2013

Collection “Hommages” – Joyce McDougall

 Joyce McDougall
Cet ouvrage réunit les textes du colloque organisé par la Société Psychanalytique de Paris, « Joyce McDougall : théâtres de l’anormalité», qui s’est tenu le 5 mai 2012 à Paris (Université René Descartes), présidé par Bernard Chervet et dirigé par Paul Denis.

Quand Kennedy voulait réformer la psychiatrie

22/11/2013


En février 1963, dans une allocution « historique » au Congrès des États-Unis, le président JF Kennedy (qui avait lui-même une sœur handicapée)[1] attirait l’attention sur l’urgence d’une meilleure prise en charge des maladies mentales et de la déficience intellectuelle.
Cet intérêt d’un président pour ce sujet était alors « sans précédent» rappelle, 50 ans plus tard, son homonyme (ou apparenté ?) HPJ. Kennedy. JFK s’efforça donc de soutenir une politique en faveur des malades mentaux : la Public Law 88–164 du 31-10-1963 fut adoptée moins d’un mois avant l’assassinat de Dallas, mais en fait « enterrée avec Kennedy » car le Congrès ne finança pas les objectifs généreux de cette loi !

États-Unis : une loterie pour gagner des soins gratuits

20/11/2013







Crédit photo : AFP
Près de 45 millions d’Américains n’ont aucune couverture en santé. En attendant que l’Obamacare, critiqué de toutes parts, porte ses fruits, ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une chirurgie lourde peuvent tenter leur chance auprès d’une loterie d’un genre nouveau. Une loterie organisée par une clinique dans la banlieue de Washington.

Violences aux femmes : un "kit de constatation en urgence" expérimenté

23/11/2013


Le gouvernement va doubler les moyens consacrés à la lutte contre les violences faites aux femmes dans un plan triennal présenté vendredi, qui comprend notamment des mesures visant à favoriser les plaintes et améliorer le recueil de preuves en cas de viol. Ce plan interministériel, présenté par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, doté de 66 millions d'euros comprend notamment 1.650 nouvelles places d'hébergement d'urgence et le doublement des effectifs de travailleurs sociaux dans les commissariats et gendarmeries. Pour sensibiliser le grand public, une campagne audiovisuelle intitulée "contre les violences, libérons la parole" a été lancée vendredi, et le plan comporte des mesures visant à "mobiliser l'ensemble de la société" comme la formation des soignants, enseignants, magistrats, travailleurs sociaux... Le gouvernement prévoit l'expérimentation d'un "kit de constatation en urgence" qui sera proposé aux Samu et devrait permettre une meilleure prise en charge de la victime d'un viol, en assurant les soins mais aussi les prélèvements nécessaires à la constitution des preuves et l'orientation vers un commissariat en vue d'un dépôt de plainte.

Violences envers les femmes : les étudiants en médecine veulent être formés d’urgence à la prise en charge

20/11/2013


Confrontés aux violences à titre professionnel et personnel, les étudiants en médecine ont, plus que jamais, besoin d’être formés à cette problématique. C’est ce que révèle une enquête nationale réalisée à l’initiative de l’association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC-Paris 6) et la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF)*.
En France, une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son partenaire (ou ex-compagnon) et six femmes sur dix sont victimes de violences sexuelles au cours de leur vie. D’après l’OMS, les femmes victimes de violences perdent entre 1 et 4 années de vie en bonne santé. Les autres comorbidités fréquentes sont la prématurité des nouveaux nés, l’abus de substance psychoactives, la dépression et les problèmes gynécologiques.
Consciente de ce problème, l’association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) a réalisé une enquête sur le thème - sous forme de questionnaire en ligne - auprès de ses adhérents. Le questionnaire a été envoyé par courriel à plus de 32 000 étudiants entre juin/juillet 2013 puis en septembre/octobre dernier. Les 1 472 étudiants en médecine qui ont accepté de participer, ont répondu à 54 questions regroupées en douze items.

La psychiatrie se met au service des précaires

20 minutes 21/11/2013


SANTÉ Une équipe du CHU de Nice reçoit des SDF en accueil de jour

C'est une femme qui toque à la porte. Il est 10 h mardi et elle est la première à consulter le psychiatre Patrick Martinez. Le praticien, installé au centre d'accueil de Nice qui, avec l'arrivée du froid, voit sa fréquentation augmenter, est à l'écoute. Cette femme n'a plus de domicile. Elle vient « pour parler, trouver du réconfort », selon le médecin. Après trente minutes, elle obtient finalement un rendez-vous à l'hôpital Saint-Roch. L'Equipe mobile psychiatrie précarité (EMPP) a pour mission la consultation de patients précaires ou exclus de la société. Mais aussi d'assurer le suivi « des intervenants qui travaillent dans les centres d'accueils », précise Patrick Martinez.

Haute mère

NATALIE LEVISALLES

C est toi ma maman (un drame comique)







«C’est un méta-livre», soupire (dans le livre) la mère d’Alison Bechdel, entre admiration et consternation. La mère est à la fois le personnage central de ce livre, sa première lectrice, et la raison de son existence autant que de sa difficulté à se faire : «Je ne peux pas écrire ce livre avant de me sortir ma mère de la tête… Mais la seule façon de me sortir ma mère de la tête, c’est d’écrire ce livre», dit Alison (dans le livre).
Les lecteurs français avaient découvert Alison Bechdel en 2006, avec Fun Home,un roman graphique, et autobiographique, que Libération avait prépublié en feuilleton. Il racontait une enfance dans une espèce de famille Addams, qui cohabite avec des cadavres, puisque la maison familiale fait aussi parloir funéraire. Il était question d’homosexualité, de rapport au père et de littérature. C’était drôle et parfois tragique.
Suspense. Sept ans plus tard, autre roman (autobio)graphique. Dans C’est toi ma maman ? Un drame comique, il est toujours question de famille (c’est donc la mère qui a le premier rôle) et de littérature. Les écrivains y ont une place encore plus grande, en particulier l’Anglaise Virginia Woolf et l’Américaine Adrienne Rich. Et il y a la psychanalyse. Bechdel réussit à raconter, de manière extraordinairement vivante, avec de l’humour et du suspense, ses séances de psychanalyse avec Jocelyn puis Carol, ses lectures d’Alice Miller et de Freud (et aussi Lacan et Adam Philips). Mais surtout, omniprésent dans ce livre, il y a le psychanalyste britannique Donald Winnicott qui, pour Alison Bechdel, est aussi important, et sans doute même plus, que des personnes rencontrées dans la vie réelle. Les chapitres de C’est toi ma maman ont d’ailleurs des titres winnicottiens : «la mère normalement dévouée», «objet transitionnel», «vrai et faux self»…

vendredi 22 novembre 2013

Présentation de la psychothérapie psychanalytique corporelle (issue de la Relaxation Ajuriaguerra)

SPP La Société Psychanalytique de Paris


Le Champ d’extension de la psychanalyse montre la créativité d’une psychanalyse vivante qui cherche à se doter des outils dont elle a besoin 
Origine de la méthode
C’est au premier congrès de psychosomatique de Vittel en 1960 que Julian de Ajuriaguerra fait se rencontrer le dialogue tonico-émotionnel et la psychanalyse. Il crée alors ce qu’il appelle la relaxation, bien différente des autres relaxations en ce qu’elle n’utilise ni induction ni consigne ni suggestion. En 1972, Marianne Strauss et Marie-Lise Roux avec François Sacco et l’équipe de Ste Anne créent l’Association Pour l’Enseignement de la Psychothérapie de Relaxation (APEPR). La relaxation devient la psychothérapie de Relaxation. une psychothérapie d’inspiration psychanalytique. Dans la suite des travaux des psychanalystes autour de la psychose, des états limites et de la psychosomatique,la psychothérapie de relaxation s’inscrit alors dans le champ des extensions de la psychanalyse défini par la Société Psychanalytique de Paris (SPP) d’où ses membres fondateurs émanent. Ils poursuivent leurs recherches sur la théorie de la pratique, et en 2008, Monique Dechaud-Ferbus avec Marie-Lise Roux et leur équipe créent l’AEPPC, Association pour l’Enseignement de la Psychothérapie Psychanalytique Corporelle, qui se caractérise comme pratique psychanalytique utilisant plus particulièrement la perception et la sensori-motricité dans la médiation corporelle, le patient étant allongé sur le divan et l’analyste situé dans le champ de son regard. Ce travail psychanalytique spécifique des organisations non névrotiques prend en compte les défaillances des relations archaïques et s’avère être un apport pour toute organisation psychique.
Approche théorique et technique de la méthode

Largement inspirée par les travaux psychanalytiques à partir de Freud, la recherche en Psychothérapie Psychanalytique Corporelle s’appuie essentiellement sur les travaux de psychanalystes qui se préoccupent de psychosomatique, des psychoses et des états limites. A partir de la pratique psychanalytique, nous avons rencontré des patients dont la problématique principale n’était pas centrée sur l’Œdipe. Plus qu’avec les refoulements, nous avons appris à travailler avec des répressions, des régressions, des dénis et des clivages, des déformations du moi, des défauts de son organisation qui précèdent et s’associent à l’organisation de la psyché. 

L’OCDE pointe les failles et les atouts du système de santé français

21/11/2013


L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publie son Panorama de la santé 2013. Ce document détaillé fait le point sur les politiques de santé des 34 pays membres de l’organisation, notant un « fort ralentissement des dépenses de santé en raison des coupes budgétaires sur fond de crise ».
L’OCDEconsacre un chapitre spécifique à la France dont le système de santé « se compare toujours avantageusement, à bien des égards, à laplupart des autres pays de l’OCDE ». L’institution recommande néanmoins des efforts en matière de prévention, de vaccination ou d’efficience. Florilège.

Opération coup-de-poing en Italie : une vingtaine de centres de santé épinglés

21/11/2013

Des aliments mal conservés pouvant provoquer des intoxications, des médicaments périmés, une qualité d’hygiène catastrophique et des structures en mauvais état. Sans parler des conditions d’hospitalisation des patients. Ce tableau peu édifiant concerne 18 structures hospitalières fermées mercredi matin par les carabiniers italiens. Deux autres centres ont été placés sous scellés.
Après l’explosion du scandale sur les conditions sanitaires déplorables aux Urgences hospitalières notamment à Rome, le ministère de la Santé avait expédié ses limiers épaulés par les carabiniers dans les centres d’hospitalisation italiens, toutes catégories confondues. Durant les derniers mois, une opération coup-de-poing a donné lieu à plus de mille inspections dans les maisons de retraites et les centres pour personnes handicapées. Bilan de ce blitz : 174 violations du code administratif et 174 transgressions de la part du personnel médical relevant du pénal.

Salaire infirmier : La France reste en queue de peloton

 | 

Les chiffres du panorama de la Santé 2013 établi par l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques établissent que le salaire infirmier en France a diminué par rapport au salaire moyen du pays.
Salaire Infirmière
Rémunération des infirmiers à l'hôpital par rapport au salaire moyen, 2011 (ou année la plus proche) - OCDE
En 2007, le salaire infirmier représentait 1,1 fois le salaire moyen en France. Il est désormais égal à celui-ci, sur les données de 2009 analysées par l'OCDE.
Le salaire infirmier représente 1,2 fois le salaire moyen en Espagne ou en Allemagne. Les IDE de  Hongrie de République Slovaque touchent eux un salaire inférieur de 20% au salaire de l'ensemble des travailleurs de ces pays.
Le deuxième tableau d'analyse confirme cette tendance, et la place médiocre de la France en matière de salaire infirmier :
Afin de fournir une indication du "bien-être économique relatif des infirmiers comparativement à leurs homologues à l'étranger", le niveau de rémunération brut dans chaque pays a été converti en dollar américain, corrigé par les parités de pouvoir d'achat (PPA). Le résultat est ici.

Castration chimique : pas une solution idéale contre les récidives

21.11.2013  Suisse 

Le Conseil fédéral juge inutile d'étudier l'introduction à large échelle de la castration chimique qui n'est de loin pas la panacée pour éviter les récidives des pédophiles et autres délinquants sexuels. Un postulat UDC le demandait.
La castration chimique n'est de loin pas la panacée pour éviter les récidives des pédophiles et autres délinquants sexuels.
Partant de ce constat, le Conseil fédéral juge inutile d'étudier l'introduction à large échelle cette mesure, comme le demande le conseiller national Pierre Rusconi (UDC/TI) dans un postulat.
La castration chimique, qui est déjà régulièrement appliquée en Suisse, est ordonnée sur la base d'un diagnostic médical. Mais il est indispensable d'ordonner d'autres mesures en parallèle comme une psychothérapie, vu que le traitement peut facilement être contourné en prenant par exemple de la testostérone, explique le Conseil fédéral dans sa réponse publiée jeudi.

Avec la crise, les dépenses de santé ont fortement ralenti dans l'OCDE

Le Monde.fr avec AFP | 
Les dépenses de santé ont ralenti dans les pays de l'OCDE en raison de la crise, notamment dans les pays les plus touchés par des coupes budgétaires. L'Organisation de coopération et de développement économiques constate, dans un rapport publié jeudi 21 novembre, un "fort ralentissement des dépenses de santé en raison des coupes budgétaires sur fond de crise".
Ainsi, selon son "Panorama santé 2013", "après des années de hausse continue de plus de 4 % par an" depuis l'an 2000, les dépenses de santé dans l'ensemble de l'OCDE "n'ont progressé en moyenne que de 0,2 % entre 2009 et 2011". Elles ont même reculé dans onze des trente-quatre pays membres, soit près d'un sur trois, par rapport à leur niveau d'avant la crise.

TROUBLES DE LA SANTÉ MENTALE : LES ENFANTS AUSSI

Ce documentaire s'intéresse aux causes individuelles et sociales des troubles mentaux chez les enfants, tout en explorant les solutions qui doivent permettre de les traiter efficacement.
Documentaire diffusé sur ARTE mardi 19 novembre à 23h10 (53 min)

Affaire Valentin : les experts divisés sur le cas de Moitoiret

le 

Après deux jours de débats, les divergences restent entières entre les psychiatres qui ont eu à se prononcer sur le meurtrier du garçon, jugé en appel.

Les experts psychiatres entendus depuis mardi par les assises du Rhône, qui jugent en appel l'assassinat du petit Valentin en 2008 dans l'Ain, divergent sur le degré de lucidité du meurtrier présumé mais doutent de l'implication de son ex-compagne et coaccusée. "Paraphrène" ou "schizophrène" ? "Parcelle de lucidité" ou marginal "fou comme une chèvre" ? Deux jours de débats, parfois virulents, n'ont pas permis un accord sur l'état mental de Stéphane Moitoiret, 44 ans, quand il a poignardé cet enfant de 10 ans qu'il ne connaissait pas. 

Meurtre du petit Valentin : les prisons sont inadaptées aux malades mentaux

14-11-2013 Édité et parrainé par Rozenn Le Carboulec





LE PLUS. Stéphane Moitoiret et Noëlla Hégo sont jugés en appel pour l'assassinat du petit Valentin, retrouvé mort en juillet 2008. Selon les experts qui suivent l'affaire, les deux accusés relèvent de graves troubles psychiatriques : tous s'accordent sur la psychose de Stéphane Moitoiret. Les malades mentaux ont-ils leur place en prison ? Réponse du docteur Michel David, psychiatre intervenant en milieu pénitentiaire.

L'Uhsa de Seclin prend en charge des personnes incarcérées nécessitant des soins psychiatriques (M.LIBERT/SIPA)

En prison, huit hommes sur 10 et sept femmes sur 10 présentent un trouble mental. Environ 35% des détenus sont considérés comme "manifestement malades, gravement malades ou parmi les plus malades". Ces chiffres révélés dans une enquête dirigée par le professeur Bruno Fallissard sont inquiétants. Et ceux avancés par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté vont dans le même sens : il estime que près de 17.000 personnes incarcérées souffrent de troubles mentaux, dont 10.000 qui devraient être hospitalisées.

Que font ces malades en prison alors que, de toute évidence, ils n’y ont pas leur place ?




jeudi 21 novembre 2013

Enfants : la surveillance et le contrôle ne sont pas la solution !

Par  le 20/11/13 
La plupart des jeunes parents ont fait l’expérience de ce sentiment de peur panique quand leur enfant disparait de leur vue, que ce soit derrière l’aire de jeu ou derrière un rayon du supermarché… rapporte Anne Eisenberg pour le New York Times (@nytimes). Heureusement, les technologies de surveillance électroniques sont là pour nous rassurer. Comme c’est le cas du bracelet de surveillance Filip que l’on attache au poignet des enfants et qui autorise des appels vocaux venant d’une à cinq personnes autorisées par les parents. La montre est également dotée d’un bouton rouge que l’enfant peut actionner quand il est perdu et qui appelle alors toutes les personnes autorisées. Mais ce n’est pas la seule solution. Il y le Trax, un simple GPS, qui vous alerte dès que votre enfant ou votre animal domestique quitte la zone où vous l’avez autorisé à circuler en délimitant un simple espace sur une carte. Aux Etats-Unis, AT&T commercialise leFamilyMap, une application qui permet de tracer les téléphones de chaque membre de la famille et de générer des alertes selon leur localisation… Et il y en a d’autres rapporte Liz Gannes pour AllThingsD (@allthingsD), comme Life360 qui compte quelques 52 millions d’utilisateurs (même si tous ne l’utilisent pas pour pratiquer une géosurveillance de leurs proches).
Le bracelet électronique pour enfant Filip
Pour la psychologue Sandra Calvert, directrice du Centre des médias numériques pour enfants de l’université Georgetown, ces produits lui font penser à la manière dont les parents utilisent aujourd’hui les téléphones mobiles pour surveiller les adolescents. Du point de vue des enfants, le parent est une ancre et ces outils permettent à l’enfant d’apprendre peu à peu à s’éloigner. Mais pour la psychologue Lisa Damour (@LDamour) qui dirige le Centre de recherche sur les filles et qui contribue à Motherlode, le blog sur la parentalité du New York Times, ces méthodes ne sont pas des solutions. “Je peux comprendre que les parents puissent vouloir savoir si leur enfant à un problème, mais je ne pense pas que cela aide un enfant de pouvoir toujours se tourner vers ses parents quand il est en difficulté. En tant que parents, nous devons d’abord chercher à ce que nos enfants développent des compétences pour résoudre des problèmes et gérer leur stress”. Le bouton panique peut avoir des effets inattendus qui ne vont pas dans le sens de l’intérêt de l’enfant, estime-t-elle. Peut-être que cela réduit l’anxiété des parents d’offrir à leurs enfants ce type de produits, mais est-ce que cela réduit celle de l’enfant ? “Cette fonction envoie un message fort que l’enfant est en danger”, alors que statistiquement c’est loin d’être le cas. Et la psychologue de rappeler, que contrairement aux risques que nous surévaluons, l’abus des enfants est plutôt rare et la très grande majorité de ces abus est d’abord le fait de gens très proches des enfants que de kidnappeurs inconnus cachés dans les rayons des supermarchés.

Des économies dans la psychiatrie

SUISSE   
21.11.2013


Le Grand Conseil n’épargne pas la psychiatrie. Les députés ont accepté jeudi matin par 83 voix contre 53 et 9 abstentions de supprimer le cofinancement du séjour de personnes ne nécessitant plus une hospitalisation. Cette décision se traduit par une coupe de 6,6 millions de francs supplémentaires qui touchera les services psychiatriques. Les députés ont également validé la mesure préconisée par le Conseil-exécutif, à savoir la suppression de 50 à 60 postes dans les institutions psychiatriques cantonales. Au total, les coupes dans le domaine de la psychiatrie se montent à plus de 9 millions de francs. /ast+fco

Psychiatrie : La base de données de référence pour l'évaluation clinique standardisée est sur le web

Pierre FABRE, le 19 nov. 2013


L' Evaluation clinique Standardisée en Psychiatrie a été conçue en 1993. L’ouvrage initial, rédigé par 35 auteurs, a été coordonné par le Professeur JD GUELFI Professeur émérite de psychiatrie à l'Université Paris Descartes, praticien attaché à la Clinique des maladies mentales et de l'encéphale à l'hôpital Sainte-Anne (Pr F. Rouillon), Paris. Portée sur CDRom en 1998, cette base de données de référence est à présent disponible sur internet. Elle constitue un réel support d’information et de formation plébiscité par le corps médical français depuis sa première version.

Lire la suite ...

mercredi 20 novembre 2013

Psychiatrie et santé mentale : la HAS se fixe des objectifs sur trois ans

13 novembre 2013


Saisie sur plusieurs thèmes de santé mentale par le ministère de la Santé, la Haute Autorité de Santé (HAS) a décidé de consacrer des travaux aux champs de la psychiatrie et de la santé mentale. Elle a identifié trois axes prioritaires pour les années à venir : la prise en charge de la dépression, le parcours des personnes en situation de handicap psychique, les droits et la sécurité en psychiatrie. Le suivi de ces travaux est assuré par un comité regroupant à la fois les institutions, les organisations professionnelles et les associations d’usagers. Ce comité s’est réuni pour la première fois à la fin du mois d’octobre.

La Haute Autoritéde Santé contribuera aux évolutions de la psychiatrie et de la santé mentale. Elle a adopté une démarche centrée sur l’organisation des parcours de soins des personnes atteintes de troubles mentaux autour de trois axes. Pour chacun d’entre eux des objectifs ciblés ont été fixés, qui répondent à des besoins des professionnels et des patients et correspondent à des leviers d’amélioration de la qualité des prises en charge.

La psychiatrie au chevet des petits

  • Mise à jour : mardi 19 novembre 2013 07h38
NAMUR 19 novembre 2013 
  • Catherine DETHINE
Un projet pilote a intégré le service de pédiatrie du CHRN. Pour une prise en charge concertée et multidisciplinaire du jeune patient.
Depuis la rentrée, le service de pédiatrie du CHR Namur accueille en ses murs L’Entre-Faces, un service d’hospitalisation pour les 0 à 15 ans qui présentent des troubles psychopathologiques ou liés au développement. Au CHR, cela fait une dizaine d’années que l’on planche sur le projet. Parce qu’il correspondait à un besoin réel, mais aussi parce qu’il fallait que le dossier soit suffisamment bétonné pour répondre de manière optimale à la demande.
«Le réseau est saturé, explique Sophie Gourdange, pédopsychiatre et membre de l’équipe. Il fallait souvent attendre plusieurs mois pour une admission. Il existe une demande de plus en plus pressante pour un accueil dans la crise.» Des faits qui, précise-t-on, se font de plus en plus fréquents.
Autre difficulté : l’absence d’accueil pour les enfants en bas âge. À quoi s’ajoute – dans certains cas – le placement d’enfants dans une unité psychiatrique pour adultes.