Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 31 mars 2012


Lettre aux amis de la pédopsychiatrie d’aujourd’hui
Pierre Delion, Lille le 20 Mars 2012, jour du printemps
mardi 20 mars 2012, par Michel Balat

Lettre aux amis de la pédopsychiatrie d’aujourd’huiPierre Delion, Lille le 20 Mars 2012, jour du printemps

Chers amis, nous voilà maintenant dans une situation extrêmement préoccupante au sujet de l’autisme et des recommandations qui viennent de sortir de l’HAS, puisque les soins seront prescrits, pour certains d’entre eux par des forces extérieures à notre corps professionnel. Je ne dis pas que seuls les pédopsychiatres doivent indiquer des soins, puisque l’expérience de la psychothérapie institutionnelle nous a justement appris à partager nos décisions avec l’ensemble de nos équipes, à prendre en compte les avis de nos partenaires, et le tout, sous l’égide bienveillante des parents, quand cela est possible. Mais là, nous faisons une nouvelle expérience, celle d’avoir à assumer des décisions venues de l’extérieur de notre champ de compétences, et qui, selon notre expérience antérieure, semble peu adaptées, sinon inadaptées aux problèmes rencontrés. L’exemple du packing vient immédiatement à l’esprit et va être dans les semaines qui viennent un réel problème lorsqu’il va nous falloir répondre aux parents qui veulent à tout prix continuer ce soin pour leur enfant, alors que, hors de la recherche lilloise, la HAS, instance opposable en droit, s’y oppose formellement, même à titre exceptionnel. Ces parents nous rappellent d’ailleurs qu’ils n’ont pas été consultés dans ces décisions, alors qu’ils étaient les premiers concernés par leurs enfants bénéficiant du packing. Voilà un exemple à partir duquel nous allons devoir réfléchir pour trouver des aménagements, sans nous mettre en danger puisque vous savez que le président de "vaincre l’autisme" a prévenu qu’il intenterait un procès en justice à toute personne dérogeant à ces recommandations. On peut lui faire confiance sur sa détermination à ce sujet. Mais voyons plus globalement comment va se passer la suite. J’ai peur que, concernant les autres soins relationnels, la même procédure soit mise en place assez rapidement : la pataugeoire, l’équithérapie, les ateliers conte et autres activités thérapeutiques des hôpitaux de jour de nos secteurs de pédopsychiatrie
Lire la suite ici

l'Humanité des débats. psychanalyse

« La psychanalyse est-elle en danger ? »

Mots clés : santépsychanalyseautisme,
Fethi Benslama, psychanalyste, directeur de l’UFR de sciences humaines cliniques de Paris-VII. Marie-Noëlle Clément, psychiatre, médecin directeur de l’hôpital pour enfants du Cerep, à Paris. Roland Gori, psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique, initiateur de l’Appel des appels.

Lire la suite ici

"Il faut mettre un cran d’arrêt à cette frénésie évaluatrice" (Pierre Dardot, meeting du 17 mars)

Prenant connaissance de la teneur de la déclaration de la HAS, ma première réaction a été de me dire « le masque est tombé ! ». De fait, jusqu’à présent, notamment depuis 2005, on avait eu droit à des recommandations assez floues et à des formulations atténuées. Mais je crois en même temps qu’il faut voir clair dans la stratégie mise en œuvre par cette instance et, au-delà d’elle, par le pouvoir politique dont elle n’est finalement qu’un relais complaisant. On brandit la menace d’une interdiction de la psychanalyse et de la psychothérapie institutionnelle dans un délai d’un an, mais pour ceux qui profèrent de telles menaces la question est de savoir comment s’y prendre pour interdire, puisqu’on peut difficilement interdire directement par le biais de la loi, car on s’exposerait alors au risque de l’inconstitutionnalité.

La Haute Autorité de Santé se présente invariablement comme « une institution scientifique complètement indépendante de toute pression », selon les propos de Jean-Luc Harousseau, et son discours se pare volontiers du prestige et de l’autorité de la science.

Il s’agit en réalité de tout autre chose que de la science. Il ne s’agit en aucun cas d’une nouvelle « querelle des méthodes », c’est-à-dire d’une querelle interne au champ de la science qui opposerait  deux méthodes prétendant l’une et l’autre à la reconnaissance de leurs titres à la scientificité. Il s’agit bien plutôt d’un « savoir » dont le caractère normatif est l’essentiel, c’est-à-dire d’un savoir dont la vertu principale est de produire des effets de pouvoir en édictant « ce qui doit être ». A en croire ce savoir, l’individu est ses neurones ou ses gènes.

Lire la suite ici

Colloque de la SPP
Joyce McDougall « Théâtres de l’anormalité » 
De la perversion aux langages du corps

  • Sous la présidence de Bernard Chervet, Président de la Société Psychanalytique de Paris
  • Samedi 5 mai 2012, Université René Descartes – Amphithéâtre Binet
    45 rue des Saints Pères, Paris 6ème


Frances Hodgkins (New Zealand; Great Britain, 1869-1947) The Spanish Well, Purbeck 1945
oil on canvas Auckland Art Gallery Toi o Tamaki, bequest of Mr P D Hodgkins, 1959

Joyce McDougall a abordé tous les registres de la pratique et de la théorie psychanalytique. De la psychose infantile aux troubles psychosomatiques, de l’hystérie à la « normopathie » elle a parcouru le spectre de la psyché avec une ouverture d’esprit et une créativité peu communes.
Lire la suite ici

États-Unis : l’autisme en nette augmentation de 23 % entre 2006 et 2008

lequotidiendumedecin.fr 30/03/2012
Le nombre de cas d’autisme est en nette progression aux États-Unis depuis la dernière décennie, selon des chiffres officiels publiés hier. Le nombre de cas diagnostiqués chez les enfants a augmenté de 23 % de 2006 à 2008, pour s’établir à un sur 88 en moyenne, contre un sur 110 précédemment, selon les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC).
En 2008, 11,3 enfants pour 1 000, âgés de huit ans, étaient atteints de troubles du spectre autistique. Si la hausse est de 23 % par rapport à la précédente estimation de 2006, elle atteint 75 % par rapport à l’année 2001 quand les CDC ont commencé à traquer l’incidence de la maladie. Selon les estimations réalisées à partir de ces nouveaux chiffres, l’autisme toucherait probablement un million d’enfants et d’adolescents aux États-Unis. Toutefois les auteurs précisent que l’étude réalisée sur 14 sites du réseau « Autism and developmental disabilities monitoring » (ADDM) n’a pas vocation à être représentative des États-Unis.
Cette nette augmentation s’expliquerait en partie par une meilleure détection du syndrome, surtout chez les moins de trois ans, « mais nous ignorons jusqu’à quel point », a souligné le Dr Coleen Boyle (CDC).« Grâce à ces statistiques, nous savons désormais qu’une naissance prématurée, ou l’âge avancé des parents mettant au monde un bébé, contribuent à accroître le risque d’autisme chez l’enfant. »
Ces données révèlent aussi que l’autisme touche près de cinq fois plus les garçons que les filles, et que la plus forte augmentation a été constatée chez les enfants noirs et hispaniques. Ces statistiques indiquent par ailleurs une hausse des diagnostics précoces chez les enfants de moins de trois ans, mais le dépistage reste trop tardif et 40 % des cas diagnostiqués continuent d’intervenir autour de quatre ans et plus. « Il est essentiel que les parents agissent sans attendre » au moindre signe suspect, a insisté le Dr Susan Hyman, présidente du sous-comité sur l’autisme à l’Académie américaine de pédiatrie (AAP).« L’AAP recommande que tous les enfants sans exception fassent des tests pour l’autisme à 18 et 24 mois », a-t-elle précisé.
› C. R.

Expertise médicale, injonction de soins : la nouvelle loi au JO

lequotidiendumedecin.fr 29/03/2012
 
AFP
Publiée au Journal Officiel, la loi du 27 mars 2012 de programmation relative à l’exécution des peines inclut plusieurs mesures destinées à renforcer l’expertise psychiatrique judiciaire et le suivi des délinquants sexuels.
Retardée par une saisine des députés auprès du Conseil constitutionnel, la loi de programmation relative à l’exécution des peines est désormais promulguée. Publié mercredi au « JO », ce texte dote l’expertise médicale judiciaire de moyens supplémentaires depuis longtemps réclamés. Pour accroître le nombre d’experts psychiatres inscrits sur les listes de cours d’appel (537 actuellement) et mécaniquement réduire les délais d’expertise, trois mesures incitatives vont être mises en place.
Pour les experts psychiatres libéraux, une indemnité pour perte de ressource de 300 euros leur sera versée en complément du tarif de l’expertise. Un système de bourse sera créé pour attirer les internes de médecine psychiatrique vers l’activité d’expertise judiciaire. Cette bourse engagera ces internes à suivre une formation en sciences criminelles, en psychiatrie légale ou en psychologie légale. Une fois leurs études terminées, ils seront inscrits au minimum deux ans sur une des listes d’experts judiciaires auprès des cours d’appel, lorsque le nombre d’experts judiciaires y figurant s’avère insuffisant.

Risque de récidive.

Des tuteurs seront installés afin d’accompagner les psychiatres qui se lancent dans l’activité d’expertise judiciaire. Afin de renforcer les moyens de suivi médical des condamnés présentant un risque de récidive - notamment les délinquants sexuels - la loi inclut aussi des mesures incitatives pour augmenter les effectifs de médecins coordonnateurs qui font le lien entre le juge d’application des peines et le médecin traitant pour suivre les personnes condamnées à une injonction de soins en milieu ouvert. Au 1er septembre 2011, seuls 237 médecins coordonnateurs étaient (inégalement) répartis sur le territoire pour près de 5 400 injonctions de soins en cours. 17 départements en sont même dépourvus et le nombre d’injonctions de soins non suivies est évalué à 1750.
La loi du 27 mars 2012 revoit à la hausse l’indemnité forfaitaire perçue par ces médecins coordonnateurs qui passe de 700 à 900 euros bruts par année civile et par personne suivie. Un mécanisme de bourse et de tutorat sera également mis en place. Pour renforcer l’effectivité des soins en milieu fermé, le médecin traitant délivrera au condamné des attestations indiquant s’il suit ou non de façon régulière le traitement proposé par le juge d’application des peines. À charge ensuite au condamné de transmettre au juge ce document.

Dangerosité psychiatrique

Les programmes de prévention de la récidive seront généralisés à tous les établissements pénitentiaires. Élaborés par une équipe pluridisciplinaire, ils incluront obligatoirement un volet spécifique relatif à la délinquance sexuelle et à l’étude des comportements. Un nouvel établissement spécialisé dans la prise en charge des détenus souffrant de troubles graves du comportement doté de 95 places sera construit sur le modèle de l’actuel établissement de Château-Thierry. Pour les mineurs les plus difficiles qui présentent des troubles du comportement, un suivi pédopsychiatriques déjà effectif dans 13 centres éducatifs fermés (CEF) sera étendu à 25 centres supplémentaires.
Afin de mieux prendre en compte la dangerosité psychiatrique et criminologique des personnes placées sous main de justice, l’enseignement de la criminologie sera encouragé dans les universités et les écoles de métiers de justice pour répondre aux attentes de l’ensemble des praticiens de terrain, magistrats ou membres de commissions pluridisciplinaires des mesures de sûreté. La loi encourage par ailleurs le développement de la méthode actuarielle, fondée sur des échelles de risque et qui doit permettre d’améliorer l’expertise, en complément de la méthode clinique.
› DAVID BILHAUT

Santé, hôpital : la CGT réclame un moratoire sur la loi Bachelot

lequotidiendumedecin.fr 29/03/2012
    
 
S TOUBON
Les deux fédérations CGT Santé et Action sociale et Organismes sociaux ont lancé un appel national ce jeudi pour la défense du service public de santé et la reconquête de la protection sociale. Reçu au ministère de la Santé, le syndicat a demandé un moratoire sur la loi Bachelot.
Lors de la journée de défense du service public de santé organisé par la CGT, plusieurs centaines de personnes ont foulé le pavé parisien entre le Sénat et le ministère de la Santé, où une délégation des deux fédérations CGT Santé et Action sociale et Organismes sociaux a été reçue en début d’après-midi. Dans le cortège, peu de blouses blanches, mais beaucoup de drapeaux rouges aux couleurs du syndicat.
« Nous souhaitons avant tout un moratoire sur la loi Hôpital, patients, santé et territoires, mise en place de façon très violente dans les hôpitaux publics, explique Nathalie Gamiochipi, secrétaire générale de la CGT Santé et Action sociale. Même la Fédération hospitalière de France (FHF) reconnaît les méfaits de la tarification à l’activité, c’est dire ! ». La syndicaliste s’inquiète particulièrement des « conditions de travail à l’AP-HP, au sein du délétère groupement de coopération sanitaire de Nice et dans les services de psychiatrie, parent pauvre de l’hôpital ».
Pour le Dr Yves Laybros, médecin urgentiste et syndicaliste CGT, « il faut revenir à un autre système de santé avec une prise en charge totale, comme dans le régime d’Alsace-Moselle ou le régime minier ».
Reçu pendant 40 minutes, la délégation n’a obtenu « aucune réponse que de toute façon, personne n’était prêt à nous donner », constate Ghislaine Raouafi, aide-soignante et responsable CGT, un brin agacée. Un prochain rendez-vous est prévu mi-avril.
› ANNE BAYLE-INIGUEZ
[Livres] Dark Vador chez le psy!




































Lire la suite ici
Les craquements de doigts étudiés sur 50 ans
LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 


A force d'entendre l'antienne "ne fais pas craquer les articulations de tes doigts, ça donne de l'arthrite", un allergologue californien a de la mettre à l'épreuve de la science.
A force d'entendre l'antienne "ne fais pas craquer les articulations de tes doigts, ça donne de l'arthrite", un allergologue californien a de la mettre à l'épreuve de la science. | ASSOCIATED PRESS/LEFTERIS PITARAKIS

Ne louche pas : s'il passe un courant d'air, tu resteras comme ça !" "Cesse de te tripoter, ça rend sourd" (ou bien aveugle, ou chauve, suivant les pays...). Si l'on dressait un palmarès des idées reçues ineptes, les parents décrocheraient haut la main la médaille d'or dans la catégorie "médecine". Sans doute faut-il être indulgent et sentir une inquiétude latente pour la santé des enfants à travers ces phrases toutes faites, dont une des plus célèbres est : "Mange tes épinards, c'est plein de fer !" On a beau savoirdepuis les années 1930 qu'il s'agit d'une légende due à une erreur de virgule qui, mal placée, a multiplié par dix la teneur en fer de cette plante potagère, l'exemple de Popeye - lequel, pour avoir sa dose, aurait mieux fait de mâcher les boîtes de conserve plutôt que leur contenu - a toujours des répercussions dans le cercle familial...
S'il est un médecin qui a été profondément marqué par l'influence de sa parentèle, c'est probablement Donald Unger. Né à la fin des années 1920, cet allergologue californien a très longtemps entendu cette antienne : "Ne fais pas craquer les articulations de tes doigts, ça donne de l'arthrite."Comme il l'a expliqué dans une correspondance publiée en 1998 par la revue spécialisée Arthritis and Rheumatism, cet avertissement lui a été successivement donné par sa mère, ses tantes et, pour finir, sa belle-mère. De quoi renoncer pour toujours à faire exploser les petites bulles de gaz qui se forment lorsqu'on se tord les doigts. Mais Donald Unger est un chercheur dans l'âme. Y avait-il quoi que ce fût de scientifique - ou, au minimum, de juste - dans ce conseil de bonne femme ?
Le mieux était encore de le tester. Sur soi-même. Voici donc le protocole qu'a mis au point notre médecin américain, tel qu'il le décrit dans cette lettre : "Pendant cinquante ans, l'auteur a fait craquer les articulations des doigts de sa main gauche au moins deux fois par jour, en ne touchant pas à celles de sa main droite afin qu'elle serve de contrôle. Par conséquent, les articulations de la main gauche ont craqué au moins 36 500 fois, pendant que celles de la droite n'ont craqué que rarement et de manière spontanée. A la fin des cinquante années, ses mains ont été comparées pour juger de la présence ou non d'arthrite." Résultat d'un demi-siècle d'expérience : aucun signe d'arthrite et pas de différence entre les deux mains.
Donald Unger reconnaît que l'échantillon étudié - cinq doigts d'une seule main - est quelque peu restreint et que, même si son étude au long cours n'a pas montré de lien entre craquements d'articulations et arthrite, il faudrait, pour le confirmerpratiquer le même type d'analyse sur un groupe plus large. Son appel a été entendu puisque, en 2011, un article paru dans le Journal of American Board of Family Medicine a montré que, sur un échantillon de plus de 200 personnes âgées, celles qui se faisaient régulièrement craquer les jointures n'étaient pas plus victimes d'arthrite que les autres.
Quant à Donald Unger, il a, grâce à son étude, connu son quart d'heure de gloire en 2009, en recevant un IgNobel, ce prix couronnant les champions de la science improbable. Alors âgé de 83 ans, il a pris cette récompense avec humour : "Mère, a-t-il lancé vers les cieux, je sais que tu m'entends. Mère, tu avais tort ! Et puisque j'ai ton attention, puis-je cesser de mangerdes brocolis, s'il te plaît ?"



"Rien à me mettre ! Le vêtement, plaisir et supplice", d'Elise Ricadat et Lydia Taïeb

LE MONDE | 
Couverture de l'ouvrage d'Elise Ricadat et Lydia Taïeb, "Rien à me mettre ! Le vêtement, plaisir et supplice".
Pourquoi s'habille-t-on ? Pour se montrer ou se dissimuler ? Et pour qui ? Pour soi-même ou pour les autres ? Loin d'être futiles, ces questions sont au coeur d'un essai coécrit par deux psychanalystes, Elise Ricadat et Lydia Taïeb, humoristiquement titré, selon une formule maintes fois entendue,Rien à me mettre !
Nourri de témoignages de patientes reçues en consultation pour leur rapport maladif aux "fringues" - un mal beaucoup plus répandu parmi les femmes que chez les hommes, d'ailleurs quasi absents de l'ouvrage -, Rien à me mettre ! explore, au-delà de ces cas pathologiques, la relation intime que nous entretenons avec nos vêtements. Il montre comment une question a priori légère touche en réalité à l'image de soi, à la construction identitaire, à la transmission de la notion de féminité.
"Métaphore du désir lui-même et en épousant la course, la quête du vêtement n'a rien de superficiel, écrit le psychanalyste Philippe Grimbert, qui signe la préface de cet essai. Modifiant sans cesse contours et apparence, elle témoigne de la nécessité, toujours renouvelée, d'habiter à la fois son corps et son époque." En effet, il s'en cache des choses derrière le simple choix d'un morceau d'étoffe, geste quotidien qui, selon les auteurs, "trahit notre inconscient".
Tout remonterait à l'enfance, et même avant ! Grâce à l'échographie, les parents connaissent souvent avant sa naissance le sexe de l'enfant à veniret achètent - les mères surtout - des vêtements en projetant sur ce petit être une image idéalisée. Le vêtir ainsi par anticipation, c'est "l'inscrire déjà dans une histoire de personne sexuée, l'imaginer dans une personnalité future", affirment les psychanalystes. Il est permis d'en douter. Pour peu que le bébé soit une fille, un "jeu de miroirs" va alors s'opérer entre elle et sa mère. Jeu que la fillette va prolonger avec ses poupées, habillées et déshabillées "selon sa vision de la féminité". Cette activité ludique a priori anodine constitue "le terreau de la construction identitaire", affirment les auteurs.
A l'adolescence, le vêtement va permettre soit d'assumer un corps devenu visiblement sexué, soit de le noyer dans de l'informe, l'habit servant alors d'"enveloppe forteresse". Durant cette période, la tenue devient un vêtement de clan, signant l'appartenance à une tribu. Ce moment est l'occasion pour la jeune fille de remettre en question les schémas maternels et de conquérir sa féminité. "Le remaniement des images parentales est essentiel pour se définir en tant qu'être sexué, et le vêtement constitue à ce moment-là un repère précieux pour s'identifier à un groupe d'appartenance qui va soutenir ce moment de définition."
Si, à l'adolescence, l'importance donnée au look est tout à fait normale, c'est à cet âge, soulignent les auteurs, que certaines jeunes filles peuventverser dans le pathologique. C'est en écoutant les récits de patientes souffrant d'une recherche vestimentaire jamais assouvie qu'Elise Ricadat et Lydia Taïeb ont fait le lien entre cette insatiable quête et la qualité de la relation mère-fille. Derrière un besoin irrépressible de remplir ses placards se décèle en effet assez vite un malaise relevant du vide identitaire. L'addiction au shopping servant alors de leurre pour échapper à une sensation de transparence de l'être. Et le vêtement venant, telle "une béquille", servir d'appui éphémère à une image de soi défaillante.

RIEN À ME METTRE ! LE VÊTEMENT, PLAISIR ET SUPPLICE d'Elise Ricadat et Lydia Taïeb. Albin Michel, 220 p., 16 €.


Santé : enquête sur les mandarins cumulards

LE MONDE | 
Le professeur Philippe Juvin a-t-il cumulé une fonction de trop ? Depuis sa nomination à la tête des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou, à Paris, la polémique n'en finit plus autour de celui qui est déjà député européen, maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) et qui ne compte pas ses efforts dans la campagne présidentielle pour représenter l'UMP.
Le Syndicat des praticiens des hôpitaux publics devait déposer, mercredi 28 mars, une demande de suspension en référé de cette nomination. "La lourdeur d'un service aussi important (...) et la nécessité de garantir la continuité du service public, dans une situation difficile, sont totalement irréconciliables avec l'ensemble des missions et fonctions du professeur Juvin", dénonce le syndicat.
Privilège pour les uns, scandale pour d'autres, cette affaire a mis au grand jour une curieuse pratique : le cumul du mandat de parlementaire et du titrede professeur d'université-praticien hospitalier (PU-PH). Outre ce parlementaire, quatre députés - Bernard Debré (UMP, Paris), Jean-Louis Touraine (PS, Rhône), Jacques Domergue (UMP, Hérault) et Olivier Jardé (Nouveau Centre, Somme) - cumulent ces deux fonctions, et les rémunérations qui vont avec. Un autre député-médecin, Arnaud Robinet(UMP, Marne), est lui maître de conférences.
CHACUN SA MÉTHODE
Ces stakhanovistes jurent s'en sortir avec leur emploi du temps. Chacun a sa méthode : peu de sommeil, des journées à rallonge, un bon adjoint, moins de passages dans le service, un temps partiel à l'hôpital. Tous, surtout, assurent que cette pratique est légale. Pourtant, aucun n'a jamais saisi le Conseil constitutionnel pour s'en assurer. Car si le code électoral prévoit une exception pour les professeurs d'université à l'interdiction decumuler un mandat parlementaire et un poste de la fonction publique, le cas des PU-PH n'est pas explicitement abordé. "Jamais nous n'avons été saisis de la question", assure-t-on au Conseil constitutionnel. L'exception au non-cumul pour les professeurs d'université est historiquement motivée par le fait qu'ils ne sont pas soumis au pouvoir exécutif comme les autres fonctionnaires. Jusque-là, le Conseil constitutionnel a pourtant eu une vision plutôt restrictive de l'exception réservée aux professeurs d'université.
En 2008, il a ainsi interdit à plusieurs parlementaires de donner des cours comme professeurs associés dans des universités. Le cas d'Arnaud Robinet, qui n'est pas professeur d'université mais maître de conférences, paraît encore plus étonnant. "Lors de mon élection, j'ai demandé au rectorat et au ministère. On m'a assuré qu'il n'y avait aucun problème pour cumuler", affirme ce toxicologue.
Tout le monde ne voit pas les choses ainsi. "Je suis simplement praticien hospitalier. Le lendemain de mon élection, mon directeur m'a convoqué pour m'annoncer ma mise en détachement. Je ne vois pas trop comment on peut cumuler les deux fonctions", témoigne Jean-Luc Préel, députéNouveau Centre de Vendée. "Une fonction médicale à haute responsabilité et un mandat à haute responsabilité, qui oblige à être absent plusieurs jours par semaine, ne sont pas compatibles", juge Michèle Delaunay, députée PS de Gironde. Responsable d'une unité de cancérologie au CHU de Bordeaux, elle a quitté son poste après son élection.
Parmi les intéressés, certains sont un peu gênés. "J'admets qu'il s'agit d'un privilège", confie M. Domergue. "Je ne suis pas un défenseur farouche du cumul", dit M. Touraine. D'autres n'ont pas ces états d'âme : "Il suffit deregarder la productivité de mon service", défend M. Debré. "J'ai une mission, réduire le temps d'attente aux urgences, je demande à être jugé sur des indicateurs", assène M. Juvin, qui estime qu'il a fait ses preuves comme chef des urgences de l'hôpital Beaujon, à Clichy, alors qu'il était déjà député européen.
DOUBLES SALAIRES
Il faut dire que les PU-PH profitent aussi d'un statut qui n'impose aucun décompte des heures de présence à l'hôpital ou à l'université. A chacun de gérer. Tous ont d'ailleurs une bonne raison de cumuler les fonctions. "Il est très difficile pour un chirurgien de reprendre une activité après cinq ou dix ans sans opérer", avance Jacques Domergue, chirurgien au CHU de Montpellier et directeur du centre anticancer du département. "On reproche beaucoup aux élus de ne pas connaître assez les difficultés de la vie de tous les jours. Là, je reste en contact", avance M. Touraine, adjoint au maire de Lyon et chef de service à l'hôpital Edouard-Herriot.
Pour M. Robinet, "il fallait bien quelqu'un pour continuer de donner des cours"."Mon activité me permet de garder ma liberté de parole, un député doit avoir un métier, sinon il est prêt à n'importe quoi pour rester élu",défend même M. Debré, élu député pour la première fois en 1986 et qui n'a jamais cessé d'exercer à l'AP-HP.
Ce flou leur permet de percevoir de grasses rémunérations, composées de leur indemnité de parlementaire, de leur salaire de PU et de leurs émoluments de PH. Certains, cependant, se sont mis en temps partiel et ne perçoivent qu'une partie de leur rémunération hospitalière, mais continuent de recevoir la totalité de leur salaire de professeur d'université. Deux d'entre eux ont choisi de conserver la totalité de leurs revenus, MM. Debré et Juvin. Ce dernier explique cependant qu'il lui arrive de poser un jour de congés quand il est très pris par son mandat, voire de demander une courte disponibilité. Et précise qu'il n'a pas d'activité privée à l'hôpital, pas plus qu'il ne touche de rémunération complémentaire de laboratoires pharmaceutiques ou pour des expertises. Ce qui peut rapporter beaucoup à certains.
Les rémunérations de ces madarins-parlementaires vont de 10 000 à 16 000 euros. Des doubles salaires qui flirtent avec ceux des ministres. Leur situation, si elle peut apparaître choquante, n'a pourtant rien de nouveau."Bien sûr, la question du cumul d'activités se pose, mais Philippe Juvin n'est pas le premier, et ne sera vraisemblablement pas le dernier", fait remarquerLoïc Capron, président de la commission médicale d'établissement de l'AP-HP.
De 10 000 à 16 000 euros par mois
Sur les six parlementaires qui cumulent leur fonction avec celle de professeur d'université-praticien hospitalier (PU-PH), cinq ont accepté de détailler leur rémunération. Olivier Jardé (NC, Somme) n'a pas répondu à nos questions.
Bernard Debré cumule 8 000 euros net par mois pour son activité à l'hôpital avec ses indemnités de parlementaire UMP et de conseiller de Paris, plafonnées à 9 857,49 euros brut. Il a aussi une activité privée à l'hôpital.
Jacques Domergue En plus de ses 5 189,27 euros net d'indemnités parlementaires (UMP, Hérault), il reçoit 20 % de son indemnité de PH, qu'il exerce à temps partiel, et la totalité de son salaire de PU, soit 5 700 euros net.
Philippe Juvin En plus de son indemnité de député européen de 6 200 euros net, il touche plus de 6 000 euros comme PU-PH. S'y ajoute sa rémunération de maire UMP de La Garenne-Colombes , soit 1 500 euros.
Arnaud Robinet Son activité de médecin lui rapporte 2 600 euros net, qu'il cumule avec son indemnité de parlementaire (UMP, Marne) et 2 500 euros brut perçus en tant que conseiller général.
Jean-Louis Touraine Il continue d'exercer à deux tiers de temps, pour 7 850 euros par mois. Auxquels s'ajoutent ses rémunérations de député (PS, Rhône) et d'adjoint au maire de Lyon, plafonnées à 9 857,49 euros brut.
Une réforme des retraites très avantageuse
Fin 2011, les professeurs d'université-praticiens hospitaliers (PU-PH) ont obtenu une réforme avantageuse de leur retraite, révèle Le Livre noir des médecins stars, écrit par la journaliste Odile Plichon (Stock) et paru mercredi 28 mars. Le livre épingle les privilèges liés à un statut qui regroupe de 6 000 à 7 000 médecins. Jusqu'en 2007, les PU-PH ne cotisaient pour la retraite que sur une partie de leurs revenus. Depuis, deux accords sont intervenus pour compter l'ensemble des revenus, avec un abondement de l'hôpital qui les emploie. Résultat : leurs retraites connaîtront "jusqu'à 30 % de revalorisation", assure Odile Plichon. "Un ajustement budgétaire", se défend le Syndicat national des médecins hospitalo-universitaires. Au ministère de la santé, on assure que cette mesure vise à "donner un signal clair à la communauté hospitalière en maintenant le caractère attractif des carrières à l'hôpital"