Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 1 décembre 2012


La pensée du discours

La théorie du discours ouverte à de nouvelles épistémologies

Discours de place 5. Plaintes

17 novembre 2012
Par 

Nous avons tous autour de nous des plaintifs, qui occupent une part de leur discours à la plainte. Nous sommes tous, peu ou prou, plus ou moins, à certains moments de notre vie, ces locuteurs plaintifs, qui tiennent mordicus à la place que leur donne la plainte : la place de l’autre, la place de l’être reconnu par sa souffrance, son malaise, la place de la victime, en un mot. C’est une des meilleures places au monde, celle qui nous garantit d’être toujours au centre, d’être toujours considéré et soigné et surtout de maintenir cette autre catégorie nécessaire au dispositif de la plainte : le bourreau, ou le persécuteur.

Pratiques du thrène

Pour se plaindre, il faut parler. Et la plainte est un genre de discours dans lequel nous excellons, car nous avons une vieille tradition sur laquelle nous appuyer. Le thrène ou lamentation est un genre littéraire antique, dont les récitants occupent de véritables places sociales, aèdes, poètes, vocératrices. Les Lamentations de Jérémie et l‘Iliade sont les modèles du genre de la plainte, qui dessinent, dans l’ordre du discours, la place de la plainte pour les siècles ultérieurs : “Car mes soupirs sont nombreux, et mon cœur est souffrant” (fin du chapitre 1). Le Livre des Lamentations de l’Ancien Testament est une longue déploration de la destruction de Jérusalem qui a inspiré des mises en musique célèbres, dont celle de Tallis :


Fin du monde : la Nasa s'inquiète du nombre de suicides d'ados

Source de fanatisme, de perplexité ou de railleries, la fin du monde prévue pour le 21 décembre 2012 passionne. La Nasa, elle, s'inquiète de possibles suicides à venir chez les enfants et adolescents.

Marc Pédeau
Le 30/11/2012




Rochefort

L'ambulatoire amputé

Chargé de préparer le patient pour la petite chirurgie, le service ambulatoire pourrait voir ses effectifs passer de 13 à 8 infirmiers. Trop déficitaire selon la direction.

Moins d'infirmiers au service ambulatoire de l'hôpital. Telle est la nouvelle menace qui pèse depuis quelques jours au-dessus d'une partie du personnel hospitalier de Rochefort. Si le terme de « service ambulatoire » ne parle pas au grand public, le rôle des hommes et femmes qui le composent est primordial dans la prise en charge des patients.
Ce sont eux qui préparent toute personne admise pour la journée pour une intervention chirurgicale aussi bien en gastro-entérologie, en ophtalmologie qu'en orthopédie. Bref : vous rentrez à l'hôpital pour une opération de la cataracte ou une mauvaise fracture, ce sont les infirmiers du service ambulatoire qui vous badigeonnent, vous perfusent et assurent la surveillance postopératoire.

Le coma, une réorganisation plus qu’une déconnexion, des réseaux cérébraux

Contrairement à ce que l’on pensait, l’état de coma s’accompagne d’une réorganisation profonde des réseaux cérébraux et non d’une déconnexion partielle ou totale. Cette découverte issue d’un travail collaboratif INSERM/CNRS pourrait aider au diagnostic différentiel des états de coma.

Jean Claude Ameisen: "Faire partager les questions éthiques"

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 

L'immunologiste Jean Claude Ameisen, nouveau président du Comité consultatif national d'éthique.
L'immunologiste Jean Claude Ameisen, nouveau président du Comité consultatif national d'éthique. | Jean-François Joly pour Le Monde

Médecin et chercheur, professeur d'immunologie et directeur du Centre d'études du vivant à l'université Paris-Diderot, mais aussi homme de radio, Jean Claude Ameisen est le nouveau président du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE).
Le CCNE fêtera ses 30 ans au printemps. Comment entendez-vous inscrire son rôle dans la société ? Le CCNE est le premier Comité consultatif national d'éthique créé au monde. Depuis 1983, il a eu, dans notre pays et dans le monde, un rôle de tout premier plan. J'attache une grande importance à sa mission d'animation d'une réflexion éthique dans la société. Les avancées scientifiques et les questions éthiques qu'elles soulèvent sont souvent traitées par les médias dans un contexte d'urgence. Le rôle du CCNE est de prendre du recul, de dégager les enjeux, d'explorer et de présenter les différentes options qui permettront aux citoyens de s'approprier la réflexion et de s'exprimer à partir d'un "choix libre et informé". Un processus au coeur de la démarche éthique biomédicale, et essentiel à la vie démocratique.

Exposition d'une femme
Note de la rédaction :
TT On aime beaucoup
Lettre d'une psychotique à son analyste
d’après Blandine Solange
mise en scène Philippe Adrien 
adaptation Dominique Frischer
version scénique Philippe Adrien
Incantatoire et fragile, cette confession nous plonge dans l’univers infréquentable de l’artiste en proie à la déraison : à la fois une mise à nu exhibitionniste et un autoportrait littéraire qui accompagne le travail pictural de l’auteur. Originaire d’une famille ouvrière des Vosges, Blandine Solange est diplômée de l’École des beaux-arts de Marseille, mais ne trouve que des emplois précaires. Sujette à des hallucinations, elle entreprend une psychanalyse. Les troubles qu’elle connaît évoquent toutefois la psychose. Vers 1992, alors qu’elle est hospitalisée en psychiatrie, elle rencontre un universitaire allemand dont elle partagera la vie. À leur séparation, huit ans plus tard, Blandine se met à écrire des textes d’une remarquable qualité littéraire, et à dessiner fiévreusement et exclusivement des hommes nus, à la manière d’Egon Schiele. Parallèlement, le délire reprend : défis, actes subversifs, excitation fébrile. « Mon délire, c’est l’art », déclare-t-elle. Jusqu’à son suicide en 2000, à l’âge de 43 ans, une question ne cesse de la hanter : est-elle folle ou non ? L’intimité d’un cabinet d’analyste – lieu du seul dire – se double ici d’une scène où s’expose un corps que mots, images, affects livrent au ravissement et à l’affolement.
15 NOVEMBRE // 16 DÉCEMBRE 2012
au Théâtre de la Tempête - salle Copi
du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h


vendredi 30 novembre 2012

Délit d’initié record autour d’un anticorps monoclonal testé dans la maladie d’Alzheimer

Les États-Unis ont porté plainte pour un délit d’initié ayant généré la somme record de 276 millions de dollars de bénéfices illicites grâce à des informations sur un médicament contre Alzheimer, le bapineuzumab* (anticorps monoclonal qui cible la protéine ß amyloïde) développé conjointement par les laboratoires Elan et Wyeth (groupe Pfizer). « Les accusations révélées ce jour décrivent des tricheries du début à la fin » autour des actions de deux laboratoires pharmaceutiques, Elan et Wyeth, « d’une ampleur qui n’a pas de précédent historique », affirme le procureur fédéral de Manhattan, Preet Bharara, dans un communiqué.
Législation PSY 

rapport : indicateurs de qualité généralisés en santé mentale - analyse descriptive des résultats agrégés et analyse des facteurs associés à la variabilité des résultats - campagne 2011

samedi 10 novembre 2012par Haute Autorité de Santé
Début 2012, la HAS a coordonné la deuxième campagne nationale de recueil des 3 indicateurs du thème « Qualité du dossier patient en santé mentale » impliquant les établissements ayant une activité en santé mentale (PSY) (Tenue du dossier patient, Délai d’envoi du courrier de fin d’hospitalisation, Dépistage des troubles nutritionnels). Après chaque campagne de recueil, la HAS rend compte des résultats agrégés dans un rapport d’analyse mis en ligne sur son site Internet. Ce rapport présente les principaux constats et faits marquants issus de l’analyse des résultats de la campagne 2011.

Date de l'étude : août 2012

Points clés

L’analyse descriptive des données 2011 permet plusieurs constats : 
- Une amélioration de tous les indicateurs est constatée mais un potentiel d’amélioration existe toujours, ainsi qu’une variabilité nationale et régionale des résultats obtenus, ce qui confirme la pertinence des indicateurs. 
- L’analyse du taux d’informatisation des dossiers confirme que celle-ci améliore significativement la qualité de la tenue du dossier, en particulier la qualité des prescriptions médicamenteuses. Cette informatisation reste faible an niveau national (16% des dossiers totalement informatisés) mais plus importante que dans les autres secteurs d’activité.

Canal-U/Médecine

COLLÈGE DE FRANCE - RECHERCHE EN PSYCHIATRIE : PATHOLOGIES MULTIPLES, MODÈLES COMMUNS ?

Anne FAGOT-LARGEAULT 

Professeur au Collège de France (Paris, Chaire de philosophie des sciences biologiques et médicales), et médecin spécialiste attaché à l'Assistance Publique de Paris (Créteil, Hôpital Henri Mondor, psychiatrie).


Parcours
- Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (Jourdan), agrégée de philosophie, Ph.D. Logic and philosophy of science (Stanford University, 1971),
- Docteur en médecine (Université Paris-XII, 1978), CES de psychiatrie,
- Docteur ès lettres et sciences humaines (Université Paris-X, 1986).


La recherche en psychiatrie depuis les années 1950 a été, ou bien orientée par la psychanalyse (études de cas), ou bien centrée sur les essais cliniques de nouveaux médicaments. Les travaux réalisés autour de la classification ont été discutés et critiqués, mais jusqu'ici sans impact théorique bien clair. Dans les années 1990 huit rapports officiels rédigés en France établissaient que la recherche en psychiatrie est d'une grande pauvreté, non parce que les psychiatres manquent d'hypothèses, mais parce qu'ils n'ont pas une idée claire des méthodes de recherche qui peuvent faire progresser leur discipline. Cependant, aux frontières de la discipline, des méthodologies neuves se développent et mettent en évidence des résultats intéressants pour la compréhension des pathologies psychiatriques: enquête génétique, imagerie cérébrale, analyse linguistique de fragments de discours chez des patients schizophrènes, comparaison des stratégies psychothérapeutiques, nouvelles techniques d'évaluation des pratiques de soin, etc. L'objectif du séminaire est, comme son titre l'indique, de montrer que certaines avancées contemporaines des neurosciences sont susceptibles de relativiser les distinctions opérées par la classification des troubles mentaux, ou d'éclairer les rapports entre les aspects biologiques et comportementaux des pathologies psychiatriques. Le psychiatre (et Nobel 2000) Erik Kandel exhortait les psychiatres `biologistes' et les psychiatres-'analytiques' á unir leurs efforts pour donner á la recherche sur les maladies mentales un nouvel élan, et proposer aux personnes qui souffrent de troubles mentaux des perspectives de soin différentes de ce que donne aujourd'hui l'alliance entre écoute et chimio-prescription.

MERCREDI 21 NOVEMBRE 2012
2. Pourquoi fabriquer le vivant ?

Par Caroline Lachowsky
Deuxième partie de l'émission avec Pierre-Henri Gouyon, biologiste et Miguel Benasayag, philosophe, pour tenter de répondre à la question : «Pourquoi fabriquer le vivant ? »

Dans leurs laboratoires, des biologistes espèrent aujourd'hui pouvoir « fabriquer la vie ». Grâce aux formidables avancées des sciences et des techniques, nous disent-ils, « tout est possible ». Et pourtant, dans nos sociétés postmodernes, cette vieille croyance qui fondait l'idéologie du progrès, garant du bonheur à venir, apparaît définitivement obsolète : la fin de cette idéologie a accouché en Occident de la domination sans partage de l'individualisme, qui mine désormais profondément le lien social. Comment expliquer ce paradoxe entre la technoscience triomphante et la profonde crise des fondements de la pensée qui caractérise notre époque ?

Pour tenter de répondre à ces questions, nous recevons Pierre-Henri Gouyon, biologiste, professeur au Muséum national d’histoire naturelle et Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste. Tous deux sont les auteurs du livre « Fabriquer le vivant ? » paru aux éditions La Découverte.

Le Point.fr - Publié le 

Derrière la pathologie se cachent de gros enjeux commerciaux. Une bataille sémantique qui vaut son pesant d'or.

"Est-ce que vous sortez tout nu ? Non ! Souffrez-vous pour autant d'une addiction aux vêtements ? Non ! Eh bien, ce n'est pas parce que vous ne lâchez pas votre téléphone portable que vous souffrez d'une addiction." La logique de Serge Tisseron, psy­chia­tre et psy­cha­na­lyste, se veut implacable. 

À voir certains adultes ou adolescents pendus à leur smartphone du matin au soir, connectés à Facebook 24 heures sur 24, nombreux parmi leurs proches sont ceux qui se posent la question d'une "dépendance". Pour Serge Tisseron, il n'existe pas d'addiction avérée au téléphone portable, à Internet et aux réseaux sociaux : "Les critères définissant l'addiction ne sont tout simplement pas établis", explique le spécialiste de l'influence des nouvelles technologies, en référence aux connaissances scientifiques sur le sujet. Un rapport de l'Académie française de médecine de mars 2012 va en effet dans ce sens, recommandant l'utilisation de l'expression moins stigmatisante "pratiques excessives".
Centre National des Professions Libérales de Santé
Accessibilité des locaux professionnels : Le CNPS exige une adaptation de la règlementation
La loi du 11 février 2005 rend obligatoire au 1er janvier 2015 l’aménagement des locaux recevant du public afin de faciliter la circulation des personnes handicapées.

Si le CNPS partage, naturellement, les ambitions de cette loi, en revanche, son application aux libéraux de santé présente plusieurs difficultés.

En effet, à moins de déménager, certains locaux professionnels ne sont pas adaptables aux nouvelles normes. D’autre part, beaucoup de professionnels de santé libéraux ne sont que locataires de leurs locaux professionnels ce qui rend peu compatible la réalisation d’importants travaux. Enfin, les aménagements préconisés par la Délégation ministérielle à l’accessibilité supposent des investissements conséquents que les libéraux de santé conventionnés ne peuvent pas amortir en les répercutant sur la valeur de leurs actes, si bien que leur financement se traduira par une ponction sur leurs revenus, ce qui n’est pas acceptable.

Le CNPS déplore que toutes ces remarques, qu’il avait déjà adressées voici quelques mois aux services concernés, n’aient pas été entendues.

Le psychiatre peut-il jouer au passeur ?
Publié le 13/11/2012
Pour priser le titre de cet éditorial de l’Australian & New Zealand Journal of PsychiatryPlaying the ferryman (Jouer le [rôle du] passeur), il faut se souvenir du mythe de Caron [1] (le « nocher des Enfers » faisant transiter les mânes des défunts vers le royaume des morts) et apprécier la paronymie entre « play » (jouer) et « pay» (rétribuer) en le rapprochant d’une série télévisée de la BBC Who pays the ferryman? (Qui paie le passeur ?) dont le générique musical [2] (dû au compositeur grec Yannis Markopoulos) fut célèbre vers 1978.
Comme ce préambule le suggère, ce texte concerne la question épineuse de l’euthanasie, ou plus précisément de « l’assistance médicale à la mort » (physician-assisted dying, ou physician-assisted suicide).
Aspect pharmacogénétique de la prise de poids sous neuroleptiques

Publié le 23/11/2012
«Dans l’idéal, la pharmacogénétique permettrait de « traiter un patient selon son patrimoine génétique pour limiter les dangers des médicaments. »[1] Comme les psychotropes constituent l’un des groupes de médicaments les plus prescrits, et qu’ils ne sont pas dénués d’effets indésirables, des travaux sont donc consacrés aux aspects pharmacogénétiques de leur utilisation. Exemple caractéristique, dans cette étude sur « l’association entre des variants communs à proximité du gène du récepteur de type 4 aux mélanocortines[2] et une importante prise de poids induite par les neuroleptiques », notamment ceux de seconde génération dont l’emploi « s’étend de plus en plus pour des troubles liés ou non à une psychose » mais s’accompagne « souvent d’un gain de poids conséquent. »
Législation PSY 

Révision 2012 de la classification française des troubles mentaux de l’enfant et de l’adolescent - 5e édition

En hommage au Pr Misès, décédé le 23 juillet 2012.
Cette nouvelle édition rassemble la cinquième révision de la Classification française des troubles mentaux de l’enfant et de l’adolescent (CFTMEA R-2012). Elle a été réalisée par un groupe de travail placé sous la direction du professeur Roger Misès.
Depuis 1987, la CFTMEA constitue, pour les psychiatres d’enfants et d’adolescents, un outil régulièrement actualisé et mis à jour, employé quotidiennement par les praticiens. Elle est présentée ici sous l’égide de la Fédération française de psychiatrie par la Société médico-psychologique, la Société de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, le Collège national universitaire de psychiatrie et l’Association des psychiatres d’inter-secteurs.
La CFTMEA R-2012 a pour originalité de mettre en valeur les spécificités de la pédopsychiatrie française mais aussi d’établir la correspondance avec la Classification internationale des maladies (CIM 10) et son transcodage. Tout en répondant ainsi aux exigences administratives de codage, elle continue à prendre en compte des repères à la fois catégoriels et dimensionnels.
Roger Misès, professeur émérite de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université de Paris XI.
Avec la collaboration de  : Michel Botbol, Claude Bursztejn, Yvonne Coinçon, Bernard Durand, Jean Garrabé, Nicole Garret-Gloanec, Bernard Golse, Christian Portelli, Jean-Philippe Raynaud, Gérard Schmit, Jean-Pierre Thévenot.
La CFTMEA R-2012 est consultable en ligne sur le site de l’Association Française de Psychiatrie :

La peur de mourir indemnisée par la Cour de cassation


Les proches de la victime d'un accident peuvent désormais obtenir une indemnisation réparant le préjudice ressenti par le défunt en voyant venir sa mort. La Cour de cassation vient d'admettre ce préjudice d'anxiété qui, jusqu'à présent, n'était reconnu que pour certaines personnes, notamment les travailleurs qui ont été exposés à l'amiante et craignent de voir se déclarer un jour une maladie éventuellement mortelle. La justice a étendu cette notion à un accidenté de la route, gravement blessé, qui avait eu le temps de comprendre que son décès était imminent. Cette indemnisation nouvelle, due au moment du décès, ne peut être réclamée que par les proches. L'auteur de l'accident soutenait qu'indemniser ce nouveau préjudice, en plus du préjudice moral habituel, revenait à indemniser deux fois la même chose. Il ajoutait que personne n'ayant un droit acquis à vivre un certain temps, il ne pouvait pas y avoir de préjudice lié à la vie abrégée. Mais les juges ont rejeté les deux arguments. Les souffrances, même morales, liées aux blessures, et l'angoisse devant la mort sont deux préjudices distincts.
Cass. Crim, 23.10.2012, N° 5478

Selon le Conseil de l'Europe, un usage abusif de l'isolement dans les hôpitaux psychiatriques français

LE MONDE | 
Bien, mais insuffisant. Dans son rapport publié jeudi 19 avril, le Comité de prévention de la torture (CPT), organe du Conseil de l'Europe, relève des dysfonctionnements dans les unités de psychiatrie qu'il a visitées: port systématique du pyjama, patients en hospitalisation libre accueillis en pavillon fermé et, souvent, recours abusifs à l'isolement et à la contention.
SOUS CONTENTION COMPLÈTE PENDANT 48 HEURES
Le Comité a ainsi constaté que les détenus transférés à l'hôpital pour des soins étaient "presque systématiquement" mis en chambre d'isolement dans les services de psychiatrie générale, toute la durée de leur séjour, et le plus souvent sous contention complète (bras, jambes, abdomen immobilisés) pendant les premières quarante-huit heures, voire jusqu'à la fin. Une mesure dictée pour des raisons de sécurité, et non par leur état clinique, relève-t-il, appelant la France à adopter des mesures permettant l'accès aux soins pour toute personne incarcérée ne pouvant être accueillie en unité hospitalière spécialement aménagée.
Pour les autres patients aussi, de telles pratiques, adoptées pour prévenir une phase d'agressivité, posent problème au CPT. Déjà, il avait recommandé plus d'encadrement. Malgré la mise en place de protocoles, le recours à l'isolement varie fortement d'un hôpital à l'autre, ce qui entraîne des dysfonctionnements. A l'hôpital Paul-Guiraud (Val-de-Marne), en psychiatrie générale, la moitié des dossiers examinés par le CPT bénéficiaient d'une "autorisation générale" de mise en isolement donnée au préalable au personnel par les médecins. Le rapport note également une surveillance hétérogène des patients à l'isolement, avec parfois des rondes toutes les deux ou trois heures: "Il est peu étonnant qu'un certain nombre de patients se soient plaints d'avoir fait l'expérience de situations humiliantes", note le CPT, citant des difficultés d'alimentation et des incontinences urinaires et fécales.
UNE ANXIÉTÉ ACCRUE
Le rapport critique aussi la mise en isolement en attendant un placement en unité pour malades difficiles, pendant des périodes pouvant aller jusqu'à six mois, souvent sous contention complète. Une autre pratique est condamnée, cette fois dans l'unité de soins intensifs psychiatriques du centre Le Vinatier (Rhône): la présence des instruments de contention dans les chambres d'isolement. Des patients ont affirmé que cela a accru leur anxiété.
Dans sa réponse, le gouvernement estime que des améliorations sont en cours, en matière d'accueil et de traçabilité. Il indique vouloir inviter la Haute Autorité de santé à redéfinir les règles d'isolement et de contention. Une façon, au moins, de reconnaître le problème.

Radio-Canada.ca

Des causes en psychiatrie légale entendues à l'hôpital Robert-Giffard


Mise à jour le mercredi 10 octobre 2012

Des juges et du personnel de la Cour supérieure du Québec siègent depuis un mois à l'Institut universitaire en santé mentale de Québec, anciennement Robert-Giffard, pour entendre des causes en psychiatrie légale.
Il s'agit d'un projet-pilote et d'une première au Québec. Cette initiative en santé mentale permet de présenter sur les lieux d'un établissement de santé les requêtes d'autorisation de soins lorsqu'un usager refuse de les recevoir, même lorsque ces soins sont jugés nécessaires par des médecins.

jeudi 29 novembre 2012

3 000 hospitalisations sous contrainte seraient injustifiées

« Plusieurs milliers d’hospitalisations psychiatriques injustifiées ou arbitraires », nombreux problèmesorganisationnels… Près d’un an et demi après la mise en place de la réforme de l’hospitalisation d’office, le Syndicat de la magistrature alerte sur les grandes difficultés qui persistent dans les tribunaux pour assumer les nouveaux contrôles judiciaires prévus dans la loi du 5 juillet 2011 sur les soins psychiatriques sans consentement. D’après la dernière enquête du ministère de la Justice menée auprès de 152 juridictions concernées par cette législation, 82 % indiquent « continuer à rencontrer des difficultés dans la mise en œuvrede la réforme ». Ainsi, 44 juridictions se plaignent de problèmes à obtenir des dossiers complets de part des établissements hospitaliers ou de la Préfecture. Une majorité (71 %) évoque des soucis liés à la charge ou au rythme de travail. Au cours des 12 premiers mois d’application de la réforme, les 152 juridictions concernées déclarent un volume total desaisine de l’ordre de 62 823, soit 34 saisines par mois et par juridiction en moyenne. Néanmoins, 18 % des juridictions totalisent à elles seules 50 % du volume national de saisine (réalisées à 77 % par les directeurs d’établissements psychiatriques et à 23 % par le préfet). Entre août 2011 et juillet 2012, 15 739 audiences ont été recensées, chaque audience incluant en moyenne l’examen de 3,9 dossiers de patients. À noter que 74 % des juridictions organisent des audiences plus d’une fois par semaine.

Pour tenter de comprendre le suicide

More Sharing Service
Publié le mercredi 28 novembre 2012
Officiellement, 11 000 personnes disparaissent chaque année en ayant choisi de mourir. Pourtant, la société a du mal à en parler et à comprendre ce geste contre-nature.

POURQUOI ? Telle est la question qui se pose dans la plupart des cas de suicide. Il arrive qu'on puisse « expliquer » cette mort volontaire par un contexte : maladie, vieillesse, rupture amoureuse, situation insupportable, déshonneur, etc. Mais pourquoi certains se suicident-ils dans ce genre de situations alors que la plupart d'entre nous y font face, même douloureusement ? Le professeur agrégé de lettres Hélène Genet et le philosophe rémois Didier Martz tentent de répondre à nombre de questions dans leur ouvrage « La Lumière noire du suicide », sous la forme d'un dialogue qui se refuse à entrer dans la « déploration » et qui veut placer la réflexion en dehors du seul contexte médical.

Homoparentalité et terrorisme : le credo du Dr Dhuicq

Nicolas Dhuicq, ce député UMP qui a mis les pieds dans le plat mardi soir à l’Assemblée, lors de la discussion du projet de loi sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme, est psychiatre de formation.
C’est d’ailleurs avec cette casquette qu’il a établi dans l’Hémicycle le parallèle entre homoparentalité et terrorisme qui lui vaut ces dernières heures un pic de notoriété.
Qu’a-t-il dit ? Que « souvent, le terroriste présente ce défaut qu’il n’a jamais rencontré l’autorité paternelle : il n’a jamais eu à se confronter avec des limites et avec un cadre parental, il n’a jamais eu la possibilité de savoir ce qui est faisable ou non faisable, ce qui est bien ou mal ». Ajoutant dans la foulée, à l’adresse du gouvernement : « N’y a-t-il pas une certaine contradiction, alors que vous cherchez désespérément à reposer un cadre, à rétablir un sens, une symbolique, à soutenir, dans le même temps, un projet qui va jusqu’à rayer le mot de père du code civil ? Poussez vos cris d’orfraie, mais cela est tout à fait cohérent : vous provoquerez dans les années à venir la confusion des genres, le déni de la différence des sexes et la psychose. »
lequotidiendumedecin.fr 29/11/2012

Malaise des infirmières : Pourquoi Marisol Touraine se trompe