Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 28 juillet 2018

Ne ratez pas : "Infirmières à cœur ouvert"



Résultat de recherche d'images pour "Ne ratez pas : "Infirmières à cœur ouvert""

Stress, cadences infernales, manque de reconnaissance... Des infirmières témoignent de leur quotidien difficile.

Par Hélène Riffaudeau  le 23 juillet 2018

Elles s'appellent Muriel, Amélie, Karine, Pauline. Elles sont respectivement infirmières aux urgences, en néonatalogie, en gériatrie, au bloc opératoire ou, installées en libéral, au domicile des patients. Il y a aussi Cyril, infirmier psychiatrique en milieu rural. Mais les hommes sont une minorité parmi les 520 000 infirmiers de l'Hexagone qui sont à 87 % des femmes. Maillon indispensable de la chaîne des soins, ces infirmières et infirmiers ont beaucoup à dire face à la caméra de Pascal Créségut sur ce métier qu'ils exercent avec cœur et qui réclame compétences et valeurs humaines.

Muriel, qui travaille aux urgences, évoque le stress généré par le poids de sa responsabilité dans des situations où son intervention peut être une question de vie ou de mort. Karine, qui s'occupe des personnes âgées, insiste sur le fait qu'il s'agit bel et bien d'un métier et non de don de soi, et qu'à ce titre, il mérite une meilleure reconnaissance. Pauline raconte que si son premier rôle, au bloc opératoire, est d'assister le chirurgien, elle s'efforce également de rassurer les patients d'un geste - un sourire, une main sur l'épaule. Aurélie, qui se rend chez ses patients à vélo, ne compte pas ses heures : face à des personnes souvent isolées, elle "ne peut pas se contenter de faire une piqûre et de repartir". Cyril, lui, s'occupe de malades souffrant de problèmes psychiatriques (de la dépression à la schizophrénie), et doit lui aussi de prendre le temps de la discussion. Quant à Amélie, en néonatalogie, si elle apporte ses soins aux nouveau-nés, elle est aussi bien souvent confrontée aux difficultés socio-économiques des parents.


ART BRUT JAPONAIS, L'EXPOSITION A LA HALLE SAINT PIERRE

Sortiraparis.com
Art Brut Japonais II, l'exposition à la Halle Saint-Pierre

La Halle Saint-Pierre consacre une exposition à l’art brut contemporain du pays du Soleil Levant, intitulée Art Brut Japonais II, du 8 septembre 2018 au 10 mars 2019. Une rétrospective dans le cadre du Tandem PARIS-TOKYO et qui fait suite à une première édition exposée huit ans plus tôt.
L’art japonais une nouvelle fois à l’honneur… A l’occasion du Tandem PARIS-TOKYO, la Halle Saint-Pierre organise une exposition autour de l’art brut contemporain nippon, intitulée Art Brut Japonais II, du 8 septembre 2018 au 10 mars 2019. Une exposition qui fait suite à celle présentée il y a huit ans et portant le même nom.

Aux urgences de Lariboisière, « c’est la désillusion totale »

Le remplacement des agents partant en vacances cet été a été « divisé par deux », selon l’USAP-CGT. Les personnels soignants décrivent des situations « inhumaines ».
LE MONDE  |   Par 

Confrontés à une hausse continue du nombre de patients, les personnels soignants des urgences de l’hôpital Lariboisière, dans le 10e arrondissement de Paris, sont à bout. Le 20 juillet, l’USAP-CGT, le premier syndicat de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a publié un communiqué pour alerter sur une situation devenue « insoutenable », le remplacement des agents partant en vacances cet été ayant été « divisé par deux ».

Journées Nationales de l’Information Médicale et du Contrôle de Gestion en Psychiatrie

Retour Accueil

Résultat de recherche d'images pour "Journées Nationales de l’Information Médicale et du Contrôle de Gestion en Psychiatrie"

L’ADESM et la Conférence Nationale des Présidents de CME des Centres Hospitaliers Spécialisés organisent chaque année des journées dédiées à l’information médicale et au contrôle de gestion en psychiatrie.
En 2018, le journées auront lieu les

27 et 28 septembre

à l’EPSM de Caen

Le pré programme est désormais disponible ici

Quel rôle et quelle formation pour les infirmiers de pratique avancée ?

Par Margaux Deuley — 



-->
Dès la rentrée, les premières formations d’infirmiers en pratique avancée – statut hybride entre l’infirmier et le médecin – verront le jour. Ces professionnels pourront notamment être chargés de la prescription médicamenteuse.

En Grande-Bretagne, les garçons bientôt vaccinés contre le HPV

| 25.07.2018


Steve Brine, le ministre de la Santé britannique, a annoncé que les garçons âgés entre 12 et 13 ans seront vaccinés contre le HPV. Cette décision fait suite à l'avis d'un comité d'experts indépendant. La vaccination a pour objectif de les protéger contre certains cancers. « Cette vaccination ne va pas seulement protéger les hommes contre des maladies liées au HPV, comme des cancers de la gorge ou des cancers anaux, mais va aussi contribuer à réduire le nombre total de cancers du col utérin chez les femmes » indique le site gov.uk.

vendredi 27 juillet 2018

Allons-nous tous finir idiots ?

 28/07/2018






Paris, le samedi 28 juillet 2018 – Si vous vous apprêtez à lézarder paresseusement sur une plage en n’ayant pour activité intellectuelle que la seule lecture de la météo, peut-être que la question de l’évolution de l’intelligence humaine vous fera sourire, en la comparant à celle de la vôtre pour les jours à venir. La question est pourtant l’objet d’une attention soutenue et désormais inquiète de chercheurs en neurosciences et en sciences sociales du monde entier.

Vivre en ville peut-il favoriser la schizophrénie ?

Résultat de recherche d'images pour "france info"
 
Une étude constate qu'en plus des facteurs génétiques, l’environnement jouerait un rôle important dans cette maladie : on compte plus de nouveaux cas de schizophrénie dans les zones urbaines que dans les zones rurales. 
Vivre en ville peut-il favoriser la schizophrénie ?

Habiter en ville serait-il néfaste pour la santé mentale ? C'est en tout cas une des pistes de recherche de certains spécialistes. « Parmi les facteurs environnementaux connus de la schizophrénie, il y a la consommation de cannabis, la survenue de traumatismes psychologiques dans l’enfance » note le Dr Andrei Szöke, psychiatre aux Hôpitaux universitaires de Créteil et membre de la fondation Fondamental. « Avec cette étude, on constate que le fait d’habiter en milieu urbain – semble également jouer un rôle. On l’avait déjà démontré à l’étranger mais c’est la première fois qu’on le constate également dans nos propres frontières ».
Lire la suite ...

Palestine. Psychiatrie sous occupation

« DERRIÈRE LES FRONTS », DE SAMAH JABR


 
Samah Jabr, 
Chroniques d’une psychiatre psychothérapeute 
palestinienne sous occupation 
PMN éditions/Hybrid Pulse, 2018. — 172 p.

Recueil de chroniques publié en mars dernier, Derrière les fronts est le premier livre de la psychiatre et écrivaine palestinienne Samah Jabr. Elle analyse le traumatisme psychologique transgénérationnel qui marque la mémoire collective palestinienne et témoigne pour que les humiliations, les souffrances subies ne tombent pas dans le silence en consumant le souffle de la résistance.
Lire la suite ...

Est-ce que vous m’écoutez, docteur ?

Univadis
  • Dawn O'Shea
  •  
      
  •  
  • Tels sont les résultats d’une analyse secondaire d’un échantillon aléatoire de 112 consultations cliniques enregistrées lors d’essais visant à tester l’efficacité d’outils d’aide à la prise de décision partagée.

Feu vert pour le cannabis thérapeutique outre-Manche

27.07.2018


Champ cannabis
SPL/PHANIE

Alors que certains de nos médecins pointent du doigt le retard de la France sur ce dossier malgré l'avis des français, le cannabis thérapeutique va être autorisé au Royaume-Uni sur ordonnance à partir de l'automne, a annoncé jeudi le ministre britannique de l'Intérieur Sajid Javid.

Levothyrox, Lyme, etc.: faut-il appeler le psy ?

Actualités Politique, Monde, Economie et Culture - L'Express
publié le 

La frontière entre "vraies maladies" et pathologies psychiatriques est bien complexe.


La médecine doit rester humble. On a longtemps pensé que l'ulcère gastroduodénal avait une forte composante psychosomatique avant de découvrir qu'il est dû à la bactérie Helicobacter pylori ! Le célèbre Bruno Bettelheim a imposé une vision psychiatrique de l'autisme et popularisé le concept de "mère réfrigérateur". Il a écrit : "Je soutiens que le facteur qui précipite l'enfant dans l'autisme est le désir de ses parents qu'il n'existe pas. La pathologie de la mère est souvent grave et dans beaucoup de cas son comportement envers son enfant offre un remarquable exemple de relation anormale."  

IDÉES REÇUES: C'EST LA FAUTE DE LA PLEINE LUNE


ANNE-CHARLOTTE MÜLLER 28 juillet 2018


Nombreux sont ceux qui trouvent un lien entre la pleine lune et une augmentation du nombre d'agressions, d'homicides, de troubles psychiatriques ou d'accouchements. Mythe ou réalité ?



Y a-t-il plus d'accouchements pendant les pleines lunes?
C'est une croyance très répandue parmi la population et même chez les professionnels de la santé: les bébés naîtraient davantage les nuits de pleine lune. La raison est simple: si la lune a une influence sur les marées, pourquoi ne l'aurait-elle pas aussi sur la perte des eaux? D'autant plus que notre satellite est associé à la fertilité dans de nombreuses cultures et mythologies.

Comment expliquer l’impact du résultat d’une compétition sportive sur le taux de suicide ?


Clément Guillet — 

Les TDAH, un trouble fréquent et pénalisant chez les étudiants

Univadis 
  • de Agnès Lara
  •  
  • 16 juil. 2018

Une étude réalisée auprès des étudiants des universités de Nanterre et de Rouen a estimé la prévalence des troubles de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) à 5,6%. Elle montre que ces étudiants ont moins de chance de réussite dans leurs études et qu’ils présentent plus souvent des difficultés financières. La consommation de substances est plus fréquente dans cette population, de même que les comportements addictifs (jeu, achat compulsif, trouble du comportement alimentaire, addiction à Internet). 

Un effet protecteur de l’exposition prénatale à l’acide folique sur le risque de troubles psychotiques à l’adolescence

Univadis
  • Eryilmaz H & al.   
  •  3 juil. 2018
  •  

L’analyse de 3 cohortes américaines indépendantes a été menée chez des enfants de 8 à 18 ans avant et après la mise en place de la réglementation rendant obligatoire l’enrichissement des farines en acide folique. Elle montre qu’une exposition gestationnelle à cette vitamine est associée à une réduction des anomalies du développement cortical et également à un moindre risque de psychose chez les enfants et adolescents. Ces résultats suggèrent que l’effet protecteur d’une exposition prénatale à l’acide folique va bien au-delà d’une diminution du risque d’anomalie du tube neural et qu’il impacte aussi le développement cérébral à plus long terme chez les enfants et adolescents, peut-être par la modulation de gènes spécifiques. 


mercredi 25 juillet 2018

Toutes les trois minutes, une adolescente est infectée par le VIH dans le monde

L’Unicef, le Fonds des Nations unies pour l’enfance, a alerté, mercredi, sur une « crise de santé publique oubliée ».
LE MONDE 
Toutes les trois minutes, une adolescente ayant entre 15 et 19 ans est infectée par le VIH, a affirmé mercredi 25 juillet l’Unicef, le Fonds des Nations unies pour l’enfance. Les filles sont victimes de deux tiers des infections dans le monde concernant cette tranche d’âge, selon des données présentées lors de la 22e Conférence internationale sur le sida, à Amsterdam.
« Dans la plupart des pays, les femmes et les filles n’ont pas accès à l’information et aux services nécessaires, ou n’ont même pas la possibilité de refuser des relations sexuelles non protégées, a souligné dans un communiqué la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore. Le VIH se propage rapidement parmi les personnes les plus vulnérables et les plus marginalisées, ce qui place les adolescentes au cœur de la crise. »

Pour les enfants placés, des familles d’accueil en pénurie, poussées « à l’épuisement »

Les assistants familiaux sont de moins en moins nombreux pour héberger les mineurs sous mesures de protection. Les départements peinent à recruter.
LE MONDE |  |   Par 

Selon l’Observatoire national de l’enfance en danger (ONED), ils étaient 38 300 en 2015 à accueillir des enfants au titre de la protection de l’enfance, contre environ 50 000 en 2012.
Selon l’Observatoire national de l’enfance en danger (ONED), ils étaient 38 300 en 2015 à accueillir des enfants au titre de la protection de l’enfance, contre environ 50 000 en 2012. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Objectif 30 000 nouvelles places en crèche d’ici à 2022

La CNAF a adopté la nouvelle convention qui va lier pendant cinq ans la branche famille de la Sécurité sociale à l’Etat, entérinant la création de 30 000 places en crèche d’ici à 2022 et une série d’efforts budgétaires.
Le Monde.fr avec AFP 
L’objectif de 30 000 places est plus modeste que celui fixé par la précédente COG (2013-2017), qui visait les 100 000 places.
L’objectif de 30 000 places est plus modeste que celui fixé par la précédente COG (2013-2017), qui visait les 100 000 places. ERIC CABANIS / AFP
Le conseil d’administration de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) a adopté, mercredi 11 juillet, la nouvelle convention qui va lier pendant cinq ans la branche famille de la Sécurité sociale à l’Etat, entérinant la création de 30 000 places en crèche d’ici à 2022 et une série d’efforts budgétaires.
La nouvelle convention d’objectifs et de gestion (COG), qui fixe les grandes ambitions en matière de politique familiale pour 2018-2022 et les moyens pour y parvenir, doit être signée dans les prochains jours avec le gouvernement.
Selon des documents consultés, le Fonds national d’action sociale (FNAS), qui finance notamment les crèches, les centres de loisirs et les actions en faveur de la jeunesse et de la parentalité, devrait progresser de 2 % par an, passant de 5,7 milliards d’euros à 6,3 milliards d’euros en 2022.

Les malades psychiatriques en thérapie au musée de Dreux

L'Echo Republicain
Publié le 24/07/2018

Les malades psychiatriques en thérapie au musée de Dreux
Peindre en musique, un moment magique pour ressentir des sensations fortes.

Depuis 8 ans, le musée anime des ateliers pour les patients du service psychiatrie de l’hôpital. Un espace de création libérateur.
Se fondre dans un détail d'un tableau, fermer les yeux et dire à voix haute ce qu'on entend, ce que l'on voit, ressent… Pas si facile, mais libérateur, l'art s'empare des pensées et des corps. Il n'est plus réservé aux connaisseurs, puisque chacun peut exprimer ses sentiments devant une œuvre. Puis vient un sourire mêlé d'appréhension : tout le monde est droitier, il faudra utiliser la main gauche pour reproduire sur une feuille blanche les éléments essentiels d'une toile. Finalement, le résultat n'est pas si mal.

Un partenariat entre la Ville et le centre hospitalier de Dreux

Grâce à un partenariat entre la Ville et le centre hospitalier de Dreux, des personnes en hôpital de jour ou hospitalisées dans le service de psychiatrie générale se rendent régulièrement au musée d'art et d'histoire. Elles participent à des ateliers animés depuis 8 ans par Delphine Eristov, chargée des publics au musée.
« Je suis toujours un peu angoissée avant de recevoir ces groupes. Mais, je ne devrais pas puisque cela se passe toujours bien », explique-t-elle, avant de poursuivre : « J'ai envie de leur transmettre mon savoir, de les aider à regarder les œuvres et se dire que l'art est fait pour tout le monde ».
J'ai envie de leur transmettre mon savoir, de les aider à regarder les œuvres et se dire que l'art est fait pour tout le monde

Une centaine d'adolescents dépressifs pris en charge par psychothérapie en Côte-d'Or

| 23.07.2018


Réaliser une psychothérapie en première intention plutôt que de recourir d'emblée aux antidépresseurs : c'est l'une des recommandations publiées en 2014 par la Haute Autorité de santé (HAS) pour la prise en charge des manifestations dépressives à l'adolescence. 
En Côte-d'Or, l'URPS « médecins libéraux » a pris en main cette problématique, estimant qu'il y avait « urgence », explique le Dr Emmanuel Debost, élu à l'URPS-ML. Selon la HAS, 8 % des adolescents souffrent d'une dépression dont les signes sont difficiles à détecter. Beaucoup arrivent à l'âge adulte avec des problèmes persistants de santé mentale ou sociaux (difficultés d'insertion par exemple).