Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 13 janvier 2018

Tant qu'il y aura de belles choses ...


En ce début d'année 2018, nous aurions pu choisir de relayer, une fois de plus, de tristes expériences vécues par la communauté soignante, de partager des coups de gueule qui s'apparentent plutôt maintenant à des coups de sang tant les conditions de vie au travail sont devenues insupportables pour nombre d'entre vous. Nous aurions pu, oui, mais nous avons choisi de ne pas commencer l'année ainsi, mais plutôt de nous arrêter un instant sur une équipe soignante en psychiatrie qui, sous l'oeil bienveillant de la photographe Sylvie Legoupi, fait rimer de façon réjouissante soins et humanité, expertise clinique et cohésion d'équipe. Un reportage vivifiant à bien des égards que nous vous invitons à découvrir et à partager à votre tour !
crédit photo sylvie legoupi
Bienveillance, bientraitance et humanité… le travail de la photographe Sylvie Legoupi rend hommage à la dimension humaine et affective du travail en psychiatrie, dans sa juste distance.
Résultat de recherche d'images pour "Frères humains qui à côté de nous vivez...."

Arrêt des soins des mineurs : comment faire primer la dignité de la personne ?

Paris, le samedi 13 janvier 2018 -  L’ordonnance rendue par le Conseil d’Etat le 5 janvier 2018 témoigne des difficultés aussi bien humaines que juridiques soulevées par la nouvelle procédure collégiale introduite par l’article R.4127-37-2 du Code de la Santé Publique.
Un retour sur les faits s’impose. Le 21 juillet 2017, le médecin responsable du service d’anesthésie et de réanimation pédiatrique du CHRU de Nancy prenait la douloureuse décision de procéder à l’arrêt des traitements de suppléance des fonctions vitales qui étaient administrés à une jeune fille de quatorze ans atteinte d’une myasthénie auto-immune sévère, en raison du caractère végétatif dans lequel elle était plongée (à la suite d'un arrêt cardiaque) et de l’absence de possibilité d’amélioration de son état de santé ou de guérison.

vendredi 12 janvier 2018

Après les consultations médicales téléphoniques, Axa se lance dans la télécabine

Sophie Martos
| 12.01.2018



teleconsultation

Invité de l'émission TV « Les Échos » le 11 janvier, le PDG d'Axa France, Jacques de Peretti, a annoncé l'arrivée prochaine de télécabines (de téléconsultation) pour ses entreprises clientes. « La télécabine permettra d'enregistrer des examens complémentaires comme la tension, la rétine, etc. de manière à aller plus loin dans la capacité à faire un diagnostic et aider nos clients », explique-t-il. Le patient sera « aidé et supporté par un médecin à distance pour utiliser cette télécabine », ajoute-t-il. L'objectif serait d'installer une trentaine de structures d'ici à la fin d'année.

Italie : une pétition en ligne pour obtenir la gratuité de la contraception

12.01.2018

Augmenter la prévention pour réduire les grossesses non désirées et le risque de diffusion du virus HIV grâce à un accès gratuit à la contraception. C’est ce que réclame la pétition lancée sur le site Change.org par un groupe de gynécologues italiens.
À quinze jours du lancement, plus de 65 000 personnes ont signé la pétition en ligne. L’objectif de cette démarche est d’inverser la tendance « de l’ignorance collective ou des situations économiques difficiles qui pénalisent l’achat de préservatifs et de contraceptifs oraux », déclarent les spécialistes qui ont formé le comité à l’origine de la pétition. Adressée à Beatrice Lorenzin, l’actuelle ministre de la Santé, ce document demande la gratuité pour les préservatifs masculins et féminins, les spirales, les contraceptifs oraux, les patchs contraceptifs, les anneaux vaginaux et enfin, les implants contraceptifs sous-cutanés.

Congrès de psychanalyse et psychothérapie en Israël : notre réponse aux organisateurs

Résultat de recherche d'images pour "the palestine chronicle"
12 janvier 2018 

Appel – Les initiateurs d’un appel répondent ici à l’Association internationale pour la psychanalyse relationnelle et la psychothérapie [IARPP], qui tente de justifier sa décision de tenir sa réunion internationale de 2019 en Israël.
Cher Dr. Kuchuck,
J’ai apprécié votre courriel personnel [traduction ci-dessous] en réponse à notre lettre du 27 décembre 2017, laquelle proteste contre la décision d’organiser la conférence IARPP de 2019 en Israël et est conforme aux principes énoncés par votre courriel, à savoir « l’insertion, la protection et la libre expression d’un ensemble de points de vue différents ».
Il était donc déconcertant d’entendre que la liste de diffusion de l’IARPP avait officiellement mis fin à toute discussion sur la controverse qui a suivi la publication initiée dans les 24 heures d’une pétition soutenant cette lettre, période au cours de laquelle la pétition avait déjà été signée par plus de 200 travailleurs de la santé mentale – dont beaucoup sont membres de l’IARPP.
La profonde contradiction entre les engagements déclarés de l’IARPP en faveur d’un échange d’idées ouvert et son projet de tenir la conférence de 2019 en Israël est précisément notre point de vue. Vous déclarez, « nous visons à créer au sein de notre conférence psychanalytique relationnelle un espace ouvert et sûr dans lequel les participants à travers le spectre politique peuvent confronter et échanger des points de vue. » Mais il est clair qu’un tel espace ouvert et sûr ne peut pas être créé par l’IARPP au sein même de l’État d’Israël.

Peut-on désirer sans dominer ?

10/01/2018



cc) Anna Sastre / Unsplash

Il y aura un “ avant” et un “ après” l’affaire Weinstein. Car la libération de la parole des femmes contre les violences sexuelles nous amène à interroger le désir lui-même : y a-t-il dans l’attraction entre deux êtres une part mystérieuse qui confère de l’emprise à l’un sur l’autre ? Et cette emprise a-t-elle la même signification pour les deux sexes ? Où s’arrête le désir et où commence le pouvoir ? Un dossier pour explorer les voies possibles à une réinvention de l’éros.

☛ Autrice de Quand L’amour fait mal, la sociologue Eva Illouz nous a accompagnés dans la conception de ce dossier. Avec une thèse surprenante et éclairante : si les violences contre les femmes sont si importantes, c’est que les femmes sont les grandes perdantes de la révolution sexuelle. Dépassant ce constat, elle dessine avec nous les trois chemins pour imaginer une relation érotique au-delà de la domination.
1. La voie du consentement
☛ L’éthique du consentement, née sur les campus américains, tend à s’imposer comme la première des voies de sortie de crise. Encore faut-il que ce consentement soit « positif et affirmatif », explique Manon Garcia qui argumente en faveur d’une reconfiguration de nos mœurs selon une philosophie du contrat. Au risque d’être un tue-l’amour ?
☛ Peut-être faut-il alors articuler ce « consentement affirmatif » à d’autres types de contrats, plus sulfureux, comme le préconisaient l’écrivain Sacher-Masoch et, dans ses pas, le philosophe Gilles Deleuze

87 % des carabins manquent de sommeil, 16 % ont eu des idées suicidaires depuis un an

Sophie Martos
| 11.01.2018

84 % des carabins considèrent être en bonne santé mais 87 % estiment manquer de sommeil plusieurs fois par mois, révèle l'enquête #Heytasanté de la MACSF en partenariat avec i-Share, vaste étude scientifique sur la santé des jeunes.
Ici, 2 572 étudiants en médecine ont été sondés en novembre 2017 sur divers sujets (consommation de soins, consultations, pratique sportive, santé mentale, sommeil, consommation de drogues, alcool et tabac, anxiété et estime de soi).

Les psys vont-ils également voir des psys ?





Crédits : Flickr
Selon une psychologue, les thérapeutes ayant des problèmes mentaux sont plus nombreux que nous pouvions le penser. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un sujet plutôt tabou qu’il faudrait mieux faire connaître.

[...] Une étude récente menée par l’Antioch University of Seattle, les psys sont assujettis au burn-out à cause de ce que les chercheurs nomment la « fatigue de compassion ». Comme son nom l’indique, cette fatigue se rapporte au stress éprouvé par le thérapeute en écho à la souffrance de leurs patients. Par ailleurs, 81 % des psychologues ayant participé à l’étude en question ont montré des troubles psychiatriques tels que l’anxiété, la dépression ainsi que des troubles de l’humeur et de l’alimentation.

Lire la suite ...

La laïcité à l’épreuve de l’hôpital






Résultat de recherche d'images pour "La laïcité à l’épreuve de l’hôpital"

Interview de Nicolas Cadéne, rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité


ALTERNATIVES FACE À LA FERMETURE TEMPORAIRE DE L’UNITÉ DE PSYCHIATRIE DE L’HÔPITAL DE THETFORD MINES

logo
QUEBEC
9 janvier 2018 | par Tommy Gauthier


Dans le dossier de la fermeture temporaire de l’Unité de psychiatrie de l’Hôpital de Thetford Mines en suivi de la démission de psychiatres, la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches tient à informer la population que malgré des travaux tenus pendant la période des Fêtes pour trouver une solution ultime, l’unité de psychiatrie de l’Hôpital de Thetford Mines sera fermée temporairement à compter du 17 janvier 2018.

Ainsi, à compter de cette date, des corridors de services seront établis en faisant appel aux équipes en psychiatrie des autres hôpitaux du CISSS. Pour ce faire, de façon temporaire, les usagers ayant besoin de soins et de services psychiatriques, seront déplacés, après une évaluation médicale réalisée dans la région de Thetford, vers les autres hôpitaux de la région. De plus, le CISSS travaille actuellement avec ses partenaires communautaires pour intensifier les services d’hébergement de crise et de transition pour les usagers afin de maintenir des services de proximité.
Le CISSS remercie autant les équipes de gestion, de soins infirmiers, de professionnels, de psychiatres des autres installations et les médecins de famille du milieu qui ont fait des propositions novatrices afin de maintenir l’unité de psychiatrie ouverte. Même si ces solutions ne pourront pas être appliquées pour le moment, elles pourront servir lors du recrutement de nouveaux psychiatres, le cas échéant.

Décès du psychanalyste Michel de M’Uzan

Brillant analyste, spécialiste des troubles de l’identité doté d’un réel talent de narration, Michel de M’Uzan est mort le 7 janvier à Paris.

LE MONDE  | Par 

Né à Paris en 1921 et membre de la Société psychanalytique de Paris (SPP), Michel de M’Uzan est mort à Paris le 7 janvier. Il avait été le compagnon de Marthe Robert (1914-1996), célèbre critique littéraire, et restera l’un des plus brillants psychanalystes français de sa génération, auteur d’une œuvre abondante et remarquable. Il avait fort bien connu le poète Antonin Artaud et avait été l’analyste de plusieurs écrivains, parmi lesquels Georges Perec et Marie Cardinal qui avaient, l’un et l’autre, conservé de lui un souvenir inoubliable. Il avait soutenu une thèse de médecine très remarquée sur Franz Kafka (1948).

Durant les années d’après-guerre, il passait son temps à fréquenter des écrivains, des poètes et des penseurs, autant à la Bibliothèque Mazarine qu’au Café de Flore, à Paris. Avec son ami Pierre Marty (1918-1993), il fonde en 1972 un Institut de psychosomatique, ce qui lui permettra de travailler avec des patients atteints de graves maladies organiques.

La Poste lance une appli dédiée à la e-santé

Avec AFP


Smartphone

Le groupe La Poste a annoncé dimanche 7 janvier le lancement d'une application dédiée à la santé numérique pour mettre en lien les patients, les objets connectés et les professionnels de santé.
Cette nouvelle application, que le groupe public présentera au salon CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, sera disponible gratuitement dès mardi sur les smartphones et tablettes.
"La Poste eSanté", c'est son nom, centralisera l'ensemble des données de santé générées par des objets connectés (tensiomètre, pèse-personne, pompe à insuline, etc.) et permettra d'envoyer des alertes en cas de dépassement de seuils adaptés au profil du patient.

HELITE HIP’AIR, UN AIRBAG POUR PROTÉGER LES PERSONNES ÂGÉES DES CHUTES

Übergizmo

Résultat de recherche d'images pour "HELITE HIP’AIR, UN AIRBAG POUR PROTÉGER LES PERSONNES ÂGÉES DES CHUTES"Résultat de recherche d'images pour "HELITE HIP’AIR, UN AIRBAG POUR PROTÉGER LES PERSONNES ÂGÉES DES CHUTES"

L'un des risques chez une personne âgée vivant seule, c'est la chute. Il devient alors souvent difficile de se relever pour appeler de l'aide. Il existe aujourd'hui moult solutions high tech pour répondre à ce problème. Voici Helite Hip'Air, un airbag d'un genre nouveau.


Les manageurs découvrent les neurosciences

Le neuromanagement s’intéresse à la motivation, au bien-être ou encore à l’innovation.

LE MONDE ECONOMIE  | Par 
« Le neuromanagement explore différentes notions relatives au monde du travail : la motivation, l’engagement, la coopération, le bien-être, la prise de décision, l’innovation, etc. »
« Le neuromanagement explore différentes notions relatives au monde du travail : la motivation, l’engagement, la coopération, le bien-être, la prise de décision, l’innovation, etc. » NINI LA CAILLE

Les recherches en neurosciences apportent de nouvelles connaissances sur le fonctionnement cérébral. On a ainsi découvert des concepts tels que la plasticité cérébrale (capacité du cerveau à remodeler ses connexions en fonction de l’environnement et des expériences), les neurones miroirs (qui jouent un rôle dans l’apprentissage par imitation ou dans l’empathie), le cerveau social (les relations aux autres), les biais cognitifs, la force des stéréotypes…

Économie politique et subjectivité inconsciente



Samedi 27 Janvier 2018 : Journée CIAP

Espace Analytique 12 rue de Bourgogne 75007 Paris
Gérard Pommier
Le fétichisme de la marchandise selon Freud et selon Marx
 Jan Horst Kepler
 Métonymie, fétichisme et perversion : la structure logique de la plus-value économique
 Point de vue, échanges avec la salle : Alain Vanier
[...]

Toujours plus de traitements mais toujours, toujours plus de patients !

10/01/2018



Dans les pays développés, expliquent trois contributeurs du département de psychologie de l’université d’Otago (Christchurch, Nouvelle-Zélande), les services de psychiatrie se trouvent confrontés à un paradoxe : malgré des moyens croissants pour traiter les problèmes de santé mentale, la détresse psychologique est « également en hausse. »