Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 16 octobre 2010




JOURNÉE D'ÉTUDE

Les sciences sociales à l'épreuve de Spinoza


vendredi 22 octobre 2010 de 10h30 à 18h30

Tours (37000)

par Marie Pellen

RÉSUMÉ

Au moment où plusieurs travaux mettent en évidence la fécondité du dialogue entre la pensée de Spinoza et les sciences sociales (on pense notamment au colloque « Spinoza et les sciences sociales » du 9 avril 2005 et au livre collectif Spinoza et les sciences sociales dirigé par Yves Citton et Frédéric Lordon), cette journée d’études s'attache plus particulièrement à explorer la fonction critique de ce dialogue. Il s'agit donc de mettre les ressources de la philosophie classique au service d'une élucidation critique de certains présupposés théoriques des travaux en sciences sociales : l’anthropologie, la sociologie, la science politique, l’économie, la psychanalyse, etc...

Programme ici





L'argent fait le bonheur. Mais à partir de combien d'euros ?
Par Pascal Riché
11/10/2010

En se plongeant dans les statistiques de l'organisme de sondage Gallup, portant sur 450 000 Américains, deux chercheurs ont découvert le revenu à partir duquel l'argent ne faisait plus trop le bonheur : 75 000 dollars par an et par ménage (55 000 euros). En deçà, les sondés ne sont pas satisfaits ; au-delà, leur bonne humeur plafonne.

La suite ici



Des mutations dans des formes de novo de schizophrénie

Des mutations génétiques rares ont été identifiées chez des patients atteints d’une schizophrénie de novo, c’est-à-dire sans antécédent familial.


LA SCHIZOPHRÉNIE allie composantes génétiques et environnementales.« Puisque l’héritabilité de cette maladie est importante, rappelle un communiqué, les chercheurs se sont attelés pendant longtemps à lui découvrir une origine génétique, avec des résultats en demi-teinte. » Il a été peu à peu admis qu’il n’existait pas de gènes à effet majeur dans la schizophrénie ; et l’on a estimé que cette affection pouvait résulter d’une combinaison de variations génétiques, fréquentes dans la population, chacune ayant un effet mineur, interagissant entre elles et avec des facteurs environnementaux. C’est dans ce contexte que des chercheurs canadiens (Guy Rouleau et coll., université de Montréal), en collaboration avec d’autres équipes, notamment des chercheurs de l’INSERM (Marie-Odile Krebs et coll.), ont séquencé 1 000 gènes impliqués dans le fonctionnement des synapses neuronales.

Ont été inclus des patients et leurs parents ; ces patients ont été choisis car ils n’avaient pas d’antécédent familial d’affection psychiatrique, ce qui devait augmenter les chances de découvrir des mutations de novo (non présentes chez leurs parents). Résultat : les chercheurs ont pu identifier des mutations dans deux gènes en particulier : celui de la kinésine 17 et celui de la protéine SHANK3. On a pu observer un excès de mutations de novo qui seraient à même d’expliquer l’apparition de la maladie. Ces résultats renforcent l’hypothèse d’un rôle du système glutamatergique dans la schizophrénie.

L’implication de mutations de novo permet d’expliquer un certain nombre de cas sans antécédent familial et fournit une première explication à la persistance de la maladie malgré le manque de descendance. Cela dit, il faut bien se garder de penser qu’on a découvert « le gène » de la schizophrénie : « il est clair que ces mutations rares ne rendent pas compte de l’intégralité des cas de schizophrénie », soulignent les chercheurs.

Dr EMMANUEL DE VIEL

Julien Tarabeux et coll. « Biological Psychiatry », octobre 2010.
Quotimed.com, le 13/10/2010

mercredi 13 octobre 2010



Face à la retraite, l'usure des corps
11.10.10

Madame Flora est femme de ménage dans un collège. Tous les jours elle fait le ménage de cinq classes, trois bureaux, deux couloirs, deux halls et un escalier. Le seul point d'eau se trouve au rez-de-chaussée. Elle doit donc monter ses seaux d'eau par l'escalier où les bandes antidérapantes ont été arrachées depuis longtemps. Son chariot de ménage se trouve en revanche au premier étage. Elle préfère descendre son équipement à la main. La descente du chariot par les escaliers est périlleuse et lui a déjà valu un accident de travail lorsque la totalité du chariot a basculé sur son pied droit.

Le sol est un lino usé sur lequel elle effectue un balayage humide, mais en hiver, elle doit le laver tous les jours à grande eau ; elle se sert alors d'un balai à franges, qui se manipule en effectuant des mouvements en huit sur le sol. Puis on essore les franges dans le chariot à presse en appuyant très fort de façon répétée. Ce balai à franges a été introduit il y a plusieurs années dans les services de nettoyage, où il est venu remplacer le vieux balai-brosse. Heureusement Madame Flora a conservé la brosse, qui lui permet, périodiquement, chaque fois que le lave-linge du collège tombe en panne, de brosser vigoureusement, et à la main, les lavettes à franges.

Madame Flora nettoie de cette façon environ 1 500 m2 tous les jours, car elle travaille dans le plus gros collège de la ville. Pour laver par terre, elle bascule les chaises sur les tables afin de libérer le sol. Vers 11 heures, elle rejoint le service de restauration où sont servis chaque jour 700 repas, elle empoigne les piles d'assiettes, met les plats en chauffe, soulève les paniers à vaisselle, puis nettoie le réfectoire à grande eau après avoir retourné une par une les chaises sur les tables. Elle alterne cette tâche avec la grosse plonge, c'est-à-dire la vaisselle des plats et casseroles diverses.

Madame Flora fait ce travail depuis vingt-cinq ans. Elle a commencé à travailler à l'âge de 16 ans comme bonne à tout faire chez des voisins. Puis elle a fabriqué des ceintures en cuir dans une petite usine de la région, à la chaîne, dans un vacarme assourdissant. Elle y est restée trois ans, a connu le chômage, puis elle a élevé trois enfants. Madame Flora ne m'a jamais dit que son métier était pénible. Lorsque je l'ai convoquée pour sa consultation, elle a demandé à changer l'heure afin de ne pas "gêner le travail". La secrétaire n'est pas parvenue à la convaincre que cette visite médicale était un droit, et qu'elle se déroulait, précisément, pendant ses heures de travail. Elle s'est montrée surprise de mes questions, et m'a dit d'un ton fatigué "ah ! mais alors, il faut tout vous expliquer".

En l'examinant, j'ai constaté que j'arrivais un peu tard. Madame Flora ne fait pas exception à la règle de trois diabolique qui veut qu'une ouvrière d'usine qui travaille vingt ans comme femme de ménage ne puisse plus enfiler une manche ni s'habiller seule lorsqu'elle part à la retraite. J'ignore combien vaut son épaule opérée deux fois, son coude troué et son pouce déformé, je ne sais pas ce qu'ils valent, mais je sais exactement ce qu'ils coûtent : dix-huit mois d'arrêt de travail pour l'épaule deux fois de suite, quarante semaines de rééducation, 8 infiltrations dans le coude, 4 scanners, 2 IRM, puis un minimum de trois mois d'arrêt par an les bonnes années, 5 hospitalisations en service spécialisé. Je passe sur une surdité professionnelle de l'oreille droite, non déclarée et non reconnue, qui aurait besoin d'être appareillée.

Des morceaux de son corps jonchent ainsi son parcours professionnel, et j'apprends aujourd'hui que s'il se disloquait un peu plus, elle pourrait peut-être ne pas travailler au-delà de 60 ans. Une sorte de prime à la casse, mais sans la bagnole. Votre carcasse est trop usagée, vous pouvez dégager. En revanche, on ne pourra pas vous proposer de carcasse neuve. Alors ça nous fait deux fois l'épaule, mais comme c'est la même, ça compte pour une seule, le pouce est guéri et le coude reste plié, mais c'est le coude gauche, et vous êtes droitière. Ce n'est pas Madame Flora qui fera remarquer que l'on tient un balai des deux mains, surtout lorsqu'il faut faire des mouvements en huit. On ne va pas arriver à 10 % avec ça.

Ce n'est pas Madame Flora qui dira que son travail est pénible, surtout avec encore deux ans de crédit à rembourser. Son travail elle l'adore, parce qu'il y a les enfants, parce que c'est "son" collège, parce qu'elle y retrouve depuis des années les mêmes femmes dont elle partage l'histoire. Mais surtout, elle a tout simplement besoin des ressources de son travail pour assumer une situation des plus banales : un mari chauffeur routier actuellement au chômage, deux enfants qui vivent chez elle et font des études. Ensemble nous parvenons à aménager son poste de travail pour qu'elle puisse continuer à travailler sans se mettre en danger.

Au collège, elle pourrait occuper à temps partiel un poste de standard et d'accueil, réceptionner les livraisons tous les matins, raccompagner les visiteurs et les parents. Ce serait toujours ça de ménage en moins. L'après-midi, on pourrait s'arranger pour qu'elle travaille en rez-de-chaussée, et qu'elle ne manutentionne plus les chaises. Elle les poussera, ça ira. Avec l'intendant du collège, je parviens à la faire dispenser de restauration, elle restera à la loge, où justement, à cette heure-là, il n'y a personne. Elle ne récupérera pas la mobilité de son épaule, mais elle n'aura pas de nouvelles lésions, et son coude ne rechutera pas. Grâce à cet aménagement de poste, sa situation est réglée.

Cet aménagement de poste a pu être obtenu car Madame Flora travaille pour un collège, c'est-à-dire dans le service public. Ses collègues qui nettoient les bureaux et les sanitaires collectifs des entreprises implantées juste en face du collège, les intérimaires des services de nettoyage qu'elle croise le matin vers 5 heures en partant travailler, n'auront pas de poste aménagé si elles ont un problème de santé lié au travail. Elles seront rapidement licenciées et resteront au chômage. Les collègues de Madame Flora sont sans aucune alternative. Ce ne sont pas des salariées usées en quête d'une retraite anticipée, mais des chômeuses qui cherchent du travail. Qui paiera leur retraite si elles restent au chômage plus de dix ans ? Le projet de loi actuel sur les retraites ne le dit pas.

Madame Flora fait-elle un métier pénible ? Est-ce pénible de travailler quarante ans sur la voie publique en étant soumis aux vibrations d'un marteau-piqueur ? Est ce pénible de soulever des bornes de 200 kg ? Est-ce pénible de ramper dans un vide sanitaire, ou de réparer une carrosserie ? Un enfant de 5 ans saurait répondre à cette question. Il saurait montrer du doigt, sur les pages d'un abécédaire, les métiers difficiles : il reconnaîtrait le maçon, le déménageur, le couvreur, le plombier l'aide-soignante, le pompier, l'égoutier, la femme de ménage. Il remarquerait que ces corps-là, au travail, ne sont pas assis sur un siège, mais accroupis à genoux sur la voie publique, pliés sous un chauffe-eau, perchés en haut d'une échelle, courbés en avant sur un évier.

Ces gestes du travail qui définissent la pénibilité de certains métiers sont parfaitement décrits par les chercheurs, les ergonomes, les médecins du travail, les médecins-conseils, les ingénieurs en prévention, les médecins généralistes, et figurent dans toutes les publications professionnelles. Même le législateur les connaît, qui les a répertoriés et décrits en détail dans les tableaux de maladies professionnelles.

Le projet de loi sur les retraites ignore ce savoir. Pour juger de la pénibilité d'un métier, il est prévu, en bout de chaîne, de mesurer l'usure professionnelle d'un travailleur. On crée pour ce faire une commission d'usurologues. Peu importent les gestes devenus impossibles, les mouvements limités par la douleur, le manque de souplesse, le vieillissement forcé du corps. Seuls comptent la lésion et son score. L'amputation des gestes reste invisible. L'incapacité permanente partielle ou "taux d'IPP" ne mesure que les séquelles d'une blessure au travail. Peu importent aussi les effets retards, liés à certaines expositions : cancers professionnels liés aux goudrons, benzène, solvants, amiante. Ces expositions qui distinguent radicalement certaines catégories de travailleurs, qui sont à l'origine d'une inégalité repérée devant la santé, le vieillissement, la maladie et la mort, sont ignorées.

On renverra donc au travail, et le plus souvent au chômage, des personnes usées par les gestes du travail mais aussi des personnes multi-exposées, dont on sait de façon scientifique et statistique qu'elles développeront des pathologies qui raccourcissent leur espérance de vie. Pas un mot sur les responsabilités de l'employeur. Pas une ligne sur l'obligation qui pourrait lui être faite, dans un contexte où l'on ne parle que d'allonger la durée de travail, d'aménager des postes et de mettre en place des reclassements. Pas la moindre injonction à prévenir, au sein de l'entreprise, le devenir de ceux dont on ne parle plus nulle part : les ouvriers, les artisans, les manutentionnaires, les agents de nettoyage. Au plus haut niveau de l'Etat, on ignore leur existence. On les redécouvre dans la rue, à l'occasion des manifestations contre la réforme des retraites, avec un écriteau laconique comme celui-ci : "Je vieillis plus vite que mon âge."

Pour décrire les gestes d'un poste de travail, pour identifier les expositions aux risques, pour reconstituer les parcours professionnels et par là même les expositions des travailleurs, il faut quelqu'un pour interroger, examiner, vérifier, étudier le poste de travail, lire les fiches de sécurité, repérer les pathologies professionnelles. Il faut un médecin du travail. C'est précisément au sein du même texte législatif qu'il est question de faire disparaître ce rôle spécifique du médecin du travail. Sa légitimité et son autorité, puisqu'il sera de toute façon placé sous l'autorité d'un chef de service de santé au travail, lui-même sous l'autorité de l'employeur. Si médecin du travail il y a, ses missions seront définies par l'employeur, et non par la loi. Et afin d'être bien clair, on supprime au passage la clause d'autonomie qui doit figurer dans le contrat d'un médecin du travail.

Qui s'occupera d'aménager le poste de travail de Madame Flora ? Qui signalera qu'il n'y a pas assez d'aide au port de charges dans l'entreprise ? Qui accueillera un salarié atteint de cancer à son retour pour examiner avec lui comment son poste de travail doit être organisé ? Qui pourra témoigner au sein de l'entreprise d'une méthode qui consiste à fixer de nouveaux objectifs de productivité sans donner aux salariés les moyens de les atteindre ? Qui affirmera que ce mode d'organisation génère des troubles psychiques et des suicides ? Personne. Personne pour voir, donc personne pour savoir. Personne pour nommer, pour recenser, pour entendre. Personne pour rechercher, établir, documenter une maladie professionnelle dont on devrait observer bientôt une disparition progressive. Les maladies professionnelles disparaîtront en même temps que les médecins du travail. Sans travail clinique, sans observation des gestes du travail, il n'y a plus de maladies professionnelles. Quant aux accidents du travail mortels - deux par jour en France - qui en analysera les causes, autrement que de façon mécanique ? Est-ce la même chose de tomber d'une échelle si l'on est en conflit avec son chef d'équipe, si l'on n'a pas de chaussures adaptées, ou si l'on prend un traitement qui contre-indique le travail en hauteur ?

Ainsi, pour réformer les retraites, on table sur une société imaginaire où les ouvriers n'existent plus, et où les cadres de plus de 50 ans sont tous au travail. Pour régler la facture, on s'adresse en tout premier lieu à des chômeurs. En second lieu aux travailleurs exerçant des métiers dont les tâches ne peuvent physiquement être exécutées à n'importe quel âge, dont le poste de travail doit nécessairement évoluer, sous la responsabilité, voire à l'initiative, de l'employeur. Cette responsabilité n'est pas mentionnée. Au contraire, on distribue au passage une prime à la casse et non à la prévention. On nie tout à la fois la réalité des disparités sociales, la réalité des inégalités au travail et la réalité des corps. Pense-t-on que l'on va maintenir de force au travail des gens qui ne peuvent plus faire leur métier ? Ils seront contraints de quitter le monde du travail bien avant de pouvoir toucher une retraite à taux plein. Quant à ceux qui resteront, c'est bien avec leur corps qu'ils paieront leur retraite.

Depuis les dispensaires de Médecins sans frontières jusqu'au droit à la santé des sans-papiers, Noëlle Lasne n'a cessé d'être confrontée à la question des métiers pénibles.

Membre du comité de rédaction de la revue "Pratiques", Noëlle Lasne a contribué à La santé des malades, ouvrage collectif (2009) du centre d'études de l'emploi, sous la direction de Serge Volkoff.

Noëlle Lasne, médecin du travail


Violences faites aux femmes : le règne de l'impunité

12.10.10

Les violences sexuelles et conjugales étant un phénomène universel, les réponses pour les combattre peuvent-elles l'être aussi ? L'expérience de Médecins du monde, qui a fait des "violences liées au genre" une de ses priorités, au travers, notamment, d'un programme concernant une dizaine de pays (6,1 millions d'euros, dont 40 % financés par l'Agence française de développement, entre 2007 et 2010), incite à le -penser.

Rassemblés au cours d'un colloque qui s'est tenu, lundi 11 octobre, à Paris, les témoignages des associations avec lesquelles Médecins du monde travaille sur le terrain montrent à quel point le combat des victimes bute sur les mêmes obstacles, en dépit des différences culturelles considérables entre les pays.

Partout s'affiche la nécessité de "rendre visible" - tant dans les statistiques sociales ou policières que dans les textes de loi - ce qui reste encore du domaine du non-dit dans un grand nombre de sociétés.

Au Pakistan, on estime que 80 % des femmes sont soumises à une forme de violence : enlèvements, violences sexuelles, abus, brûlures ou défigurations, crimes d'honneur... Un chiffre "évidemment très sous-estimé, car la loi du silence règne en grande partie", précise Lucie Dechiffre, ancienne coordinatrice du programme Médecins du Monde dans ce pays.

En Haïti, la Concertation nationale contre les violences faites aux femmes, association qui tente depuis 2003 de renforcer les actions des services publics, assure que le nombre de plaintes de femmes n'a cessé d'augmenter dans la dernière décennie. Mais elle admet aussi se heurter "à la collecte de données", explique sa présidente, la gynécologue Nicole Magloire.

En République démocratique du Congo (RDC), quand les Nations unies ont recensé 17 507 violences sexuelles, les rapports de police n'en ont comptabilisé que... 1 862, preuve, selon Françoise Munyarugerero Kabundi, chargée des violences sexuelles au sein de l'inspection générale de la police, "du manque de confiance des femmes envers les institutions, armée, police et justice".

Impossible de punir les auteurs de ces violences si celles-ci ne sont pas reconnues comme telles dans les sociétés concernées, ce qui est encore souvent le cas pour les violences au sein du couple. En Algérie, la violence conjugale n'est pas considérée comme un délit, a ainsi rappelé le docteur Farida Miloudi.

SILENCE DES FEMMES

Au Pakistan, où, selon Ali Imram, conseiller juridique de Médecins du monde, "la violence conjugale est la plus commune des violences de genre", les femmes l'accepte comme une fatalité. Un petit nombre d'entre elles trouvent le chemin d'un des foyers Dar-Ul-Amans (littéralement "maisons de la paix") gérés par le gouvernement et où intervient Médecins du monde. "Plus de 40 % des femmes estiment que cela fait partie de leur destin", raconte Lucie Dechiffre.

En RDC, une partie de l'impunité qui entoure la plupart des viols et des violences tient au silence des femmes, car "porter plainte, c'est porter sa honte, surtout pour les violences conjugales", explique Julienne Lusenge, présidente de l'association Solidarité féminine pour la paix et le développement intégral.

La barrière du silence franchi, reste à faire entendre la plainte des femmes, aussi bien auprès des autorités de police que, parfois, des médecins. En RDC, "lutter contre l'impunité, c'est apprendre aux policiers à écrire un procès-verbal", Julienne Lusenge. C'est aussi apprendre aux médecins à rédiger un certificat médical, ce qui n'est pas toujours chose aisée, tant le "déni" s'exerce aussi au plan médical, a expliqué Farida Miloudi.

Reconnues comme "problème de santé publique" par l'Organisation mondiale de la santé depuis 2002, les violences faites aux femmes, où qu'elles s'exercent dans le monde, exigent une approche qui ne peut être uniquement médicale, plaide Médecins du monde, en cela sur la même longueur d'ondes que la très grande majorité des organisations non gouvernementales dans le monde.

Au Pakistan, l'aide apportée aux victimes dans les foyers "est à la fois juridique, psychologique, médicale éducative". En Algérie, où, selon le docteur Fadhila Chitour, "les violences collectives liées au conflit armé (des années 1990) ont accentué toutes les formes de violences dites ordinaires", le réseau Wassila a monté un service d'écoute téléphonique, cinq jours sur sept, pour recueillir la parole des victimes.

La prise en charge s'y veut également "globale", de la santé jusqu'à l'aide à l'insertion sociale. "Une approche prenant en compte tous les aspects est nécessaire, car on ne peut pas lutter contre les discriminations faites aux femmes sans combattre à la fois les systèmes traditionnel, judiciaire, etc.", a renchéri Ali Imram.

Un programme de 7,2 millions d'euros

Le fonds des Nations unies pour le développement de la femme (Unifem), qui sera prochainement absorbé par la nouvelle agence ONU Femmes, va disposer de dix millions de dollars (7,2 millions d'euros) de subventions pour des programmes de lutte contre les violences faites aux femmes. Cette allocation permettra de financer treize projets dans dix-huit pays. La secrétaire générale adjointe de l'ONU Femmes, l'ancienne présidente du Chili Michelle Bachelet, a indiqué vouloir faire du combat contre les violences sa priorité.

Brigitte Perucca


Selon Médecins du monde, l'accès aux soins des démunis s'est "brutalement dégradé" en 2009
12.10.10

Une augmentation de 12 % des visites dans ses centres de santé, des personnes qui consultent de plus en plus avec retard, ce qui conduit à l'aggravation de leur état de santé, une hausse de 30 % du nombre de patients mineurs : selon le rapport annuel de Médecins du monde (MDM), publié mardi 12 octobre, l'accès aux soins des plus démunis a subi une "dégradation brutale" en 2009.

Si la crise explique en partie ces hausses, l'organisation non gouvernementale (ONG) estime qu'il faut y ajouter l'impact des politiques de sécurité et d'immigration du gouvernement, qui viennent "aggraver la situation sanitaire déjà très difficile" des plus démunis. Médecins du monde dénonce une complexification des démarches (demandes de pièces abusives, renforcement des contrôles…), et des démantèlements de lieux de vie, qui ont pour effet une absence de suivi.

L'ONG s'alarme, une nouvelle fois, de la limitation du droit au séjour pour raisons médicales prévue dans le projet de loi sur l'immigration, qui devait faire l'objet d'un vote solennel, mardi 12 octobre, à l'Assemblée nationale. Elle alerte aussi sur les projets de restriction de l'aide médicale d'Etat (AME), soit la gratuité des soins pour les sans-papiers les plus démunis. 210000 personnes en bénéficient chaque année.

Avec d'autres associations, MDM s'oppose à l'idée évoquée par le gouvernement de mettre en place un "droit d'entrée" de 15 ou 30 euros à acquitter chaque année. La majorité le justifie par la hausse depuis plusieurs années du coût de l'AME (+15 % en 2009, avec 546 millions d'euros).

Mais, pour l'ONG, modifier les conditions d'accès à l'AME provoquerait des retards de soins, donc un surcoût. Réclamée lors de l'examen de la loi sur l'immigration par des députés UMP, sa refonte a été renvoyée aux débats sur le projet de loi de finances. Un rapport de l'inspection générale des affaires sociales et de l'inspection générale des finances, prévu fin novembre, devrait permettre d'y voir plus clair sur le dispositif.
Laetitia Clavreul






ACTUALITÉ CONGRES
La magnétoconvulsivothérapie appelée à remplacer l’électroconvulsivothérapie en cas de dépression majeure ?
Publié le 01/10/2010    

Stigmatisante, la dépression majeure guérit rarement sans séquelle tout en récidivant fréquemment. Devant la persistance de cette affection chez plus d’un tiers des malades, plusieurs techniques alternatives ont été développées. Parmi celles-ci, l’électroconvulsivothérapie (ECT) dont les bases ont été posées par Guillaume Duchenne de Boulogne au XIXème siècle. Efficace dans un cas sur deux en cas de dépression résistante au traitement, cette technique a l’inconvénient majeur d’entraîner des troubles cognitifs importants dans près de 50 % des cas. Ce qui a suscité des recherches vers d’autres techniques moins stigmatisantes.

La magnétoconsulsivothérapie (MCT) est l’une de ces techniques. Basée sur la génération de convulsions, sous anesthésie, par impulsions magnétiques sur un territoire cérébral limité, elle devrait en principe engendrer moins de troubles cognitifs que l’ECT comme cela a été démontré sur des modèles animaux.

Après un premier essai clinique chez l’homme réalisé en 2000, les données disponibles en 2008 montrent que la MCT permet une réorientation et un retour à la réalité nettement plus rapide qu’en cas d’ECT. Elle semble aussi posséder un effet antidépresseur significatif si l’on en croit l’essai clinique présenté par Sarah Kayser (Bonn) en session plénière. Comparée à l’ECT (n = 10 ; 12 séances), la MCT (n = 10 ; 12 séances) apporte une efficacité similaire sur les scores Montgomery-Åsberg Depression Rating Scale (MADRS) et Hamilton Depression Rating Scale (HDRS28), sans modifications cognitives, et avec un retour à la réalité dès la première minute, alors que les modifications EEG observées sont de même intensité que sous ECT. La MCT a cependant l’inconvénient de ne pouvoir être utilisée lorsque du matériel implantable se situe à proximité.

Son efficacité est telle que 4 études sont en cours afin de répondre à plusieurs questions : quelle est l’efficacité de la MCT à moyen et à long terme ? Engendre-t-elle des modifications biologiques ? En particulier sur le BDNF ? Peut-on l’utiliser en tant que technique neuromodulatrice ?
Dr Dominique-Jean Bouilliez


Davantage de psychose en ville

Publié le 08/10/2010    

Les enquêtes épidémiologiques en psychiatrie montrent, depuis longtemps, que l’incidence de la schizophrénie est plus élevée dans les zones urbaines qu’en milieu rural, et cette association insolite entre villes et psychoses est aussi retrouvée (avec une moindre intensité) pour d’autres psychoses non affectives. Mais la raison de ce phénomène demeure encore énigmatique, car peu de recherches se sont efforcées de démêler les facteurs d’environnement et les caractéristiques individuelles susceptibles d’expliquer cette prédilection urbaine des psychoses.

Ce fut donc la mission assignée à une étude longitudinale portant sur la population née en Suède entre 1972 et 1977 et concernant près de 204 000 personnes. Les auteurs retrouvent ce lien significatif entre environnement urbain et psychoses et estiment qu’il doit refléter essentiellement un paramètre sociologique, la « fragmentation sociale » accrue, propre aux grandes cités. Les données recueillies paraissent en effet cohérentes avec le postulat selon lequel, dans un environnement donné, « le risque de psychose pourrait se trouver majoré par certains traits » permettant de distinguer les individus de leurs pairs. Si cette hypothèse ne permet pas de préciser les caractéristiques en cause, elle présente néanmoins, estiment les chercheurs, « des implications importantes pour la compréhension de l’étiologie des troubles psychotiques » et pour apporter un éclairage supplémentaire aux décideurs afin de mieux articuler les politiques de prévention en santé publique avec celles d’aménagement du territoire.

Cependant, indépendamment de cette dimension sociologique de l’isolement drastique dans les « villes de grande solitude » (comme le chantait jadis Michel Sardou), d’autres facteurs décisifs peuvent contribuer aussi à l’aspect «psychiatriquement délétère » de l’habitat urbain. En particulier, la consommation de cannabis, qu’il contribue probablement à faciliter (du fait de la présence concomitante des réseaux clandestins de distribution des substances illicites). Or, reconnaissent les auteurs, cette étude n’intègre aucune donnée relative à ce facteur notoirement pathogène.
Dr Alain Cohen

Zammit S et coll. : Individuals, schools, and neighborhood. Arch Gen Psychiatry, 2010 ; 67: 914-922.



ACTUALITE MEDICALE
On trouve des anomalies dans la matière blanche quand la psychose s’accompagne d’un déficit cognitif
Publié le 29/09/2010    

Une déficience intellectuelle associée n’est pas rare dans la schizophrénie. Mais pour une proportion notable de patients, ce déficit cognitif n’est pas apparent. Une étude espagnole a recherché l’existence de différences éventuelles dans l’intégrité de la matière blanche entre les patients avec ou sans déficience cognitive reconnue.

Conduite de 2006 à 2008 sur des sujets de 15 à 60 ans, cette étude porte sur 49 sujets vus pour un épisode psychotique inaugural et 41 sujets témoins. Elle s’appuie sur une technique d’imagerie cérébrale fonctionnelle en résonance magnétique (Imagerie du tenseur de diffusion) pouvant mettre en évidence les faisceaux de matière blanche [1]. La déficience cognitive est évaluée par des tests concernant divers domaines : mémoire verbale, dextérité, attention, fonctionnement exécutif (c’est-à-dire, grosso modo, les processus cognitifs activés face à des situations nouvelles)…

Les auteurs ont écarté de leur recherche les patients avec un retard mental confirmé ou ayant déjà reçu pendant plus de six semaines un traitement par des neuroleptiques, pour éviter toute incidence éventuelle de leur imprégnation prolongée sur la relation étudiée entre matière blanche et déficit cognitif. Ne retenir que des patients avec psychose débutante permet d’ailleurs de ne pas rattacher les constats observés aux effets d’une maladie chronique ni à ceux d’un traitement. Chez ces patients avec épisode psychotique inaugural, cette étude confirme que des déficits portant sur les fonctions motrices et exécutives se trouvent effectivement associés à des altérations dans l’intégrité de la matière blanche affectant les principaux faisceaux connectés au cortex frontal et pariétal, ou d’autres voies corticales et sous-corticales. Et surtout que le facteur lié à ces anomalies de la matière blanche tient bien à la déficience cognitive elle-même, et non à la maladie en soi.
[1] : cf. http://www.dicodunet.com/definitions/sciences/imagerie-tenseur-diffusion.htm
Dr Alain Cohen

Pérez-Iglesias R et coll. : White matter integrity and cognitive impairment in first-episode psychosis. Am J Psychiatry 2010 ; 167 : 451-458.


ACTUALITÉ CONGRES
La voie des nouveaux antipsychotiques se situe plus en amont
Publié le 04/10/2010    

Pour améliorer l’efficacité des médicaments antipsychotiques, la recherche s’oriente vers de nouvelles combinaisons pharmacologiques. En particulier, Adrian Newman-Tancredi (Castres) met en exergue l’intérêt potentiel de molécules antagonistes (ou agonistes partielles) des récepteurs D2 et activatrices des récepteurs 5-HTA1 dans le traitement des troubles psychotiques. Il constate que la combinaison de ces deux actions est susceptible d’augmenter l’efficacité sur les symptômes positifs, négatifs, et cognitifs aujourd’hui encore mal contrôlés. Cela permettra aussi probablement de réduire les doses d’antipsychotiques et donc d’éviter certains effets secondaires indésirables.
Dr Dominique-Jean Bouilliez

Newman-Tancredi A : Searching for an optimised pharmacological cocktail: focus on
antipsychotics with combined D2 and serotonin 5-HT1A activity. 23rd ECNP Congress (Amsterdam) : 28 août -1er septembre 2010.

Anorexie mentale et neurohormones : une complexité sans fin
Publié le 04/10/2010    

L’anorexie mentale est un trouble multifactoriel. Les perturbations neurohormonales qui y sont observées peuvent facilement expliquer certains symptômes ou complications, en particulier les troubles gynéco-endocriniens. En revanche, il n’est pas dit que ces perturbations neurohormonales soient étiopathogéniques, d’autant qu’il existe plusieurs phénotypes d’anorexie mentale. La ghréline et l’obéstatine sont ainsi augmentées en cas d’anorexie mentale restrictive, tandis que les taux de ces hormones sont réduits en cas d’anorexie-boulimie, ce qui suppose une prise en charge complètement différente…
Dr Dominique-Jean Bouilliez

Epelbaum J et coll. : Ghrelin, leptin and other neurohormones involved in concerted regulation
of brain and visceral functions. 23rd European College of NeuropsychoPharmacology (ECNP) Congress (Amsterdam) : 28 août -1er septembre 2010.


Peut-on réduire l’effet placebo en psychiatrie ?

Publié le 01/10/2010   

L’effet placebo est une constante dans les études cliniques, particulièrement en psychiatrie avec 25 à 35 % d’amélioration substantielle sous placebo qu’il s’agisse de patients atteints de  schizophrénie ou de dépression uni- ou bipolaire. Mais cet effet est très variable d’une étude à l’autre (de -19 % à +38 % par exemple dans la phase maniaque du trouble bipolaire). Pour mieux préciser le phénomène, une équipe internationale menée par Aysegül Yildiz (Izmir, Turquie) a effectué une vaste méta-analyse portant sur les antipsychotiques en phase aiguë maniaque. Trente-huit essais cliniques ont été retenus portant sur 56 comparaisons de 17 produits actifs versus placebo : sur les 5 929 patients recensés, 3 812 ont été soumis au traitement placebo.

Premier constat, l’importance de l’effet placebo a été du même ordre dans les études donnant des résultats positifs pour le produit étudié et celles qui ont donné des résultats négatifs (30,7 % et 31,6 % respectueusement) ; ce qui est ‘rassurant’ pour les produits étiquetés ‘efficaces’.

Deuxième constat, certains facteurs favorisent une augmentation de l’effet placebo : plus il y a de sites participants, plus l’effet placebo est important et donc l’écart avec l’effet thérapeutique faible. La présence de symptômes psychotiques est, à l’inverse, un facteur minimisant l’importance de l’effet placebo. Par ailleurs, si la sévérité de la phase aiguë maniaque est directement corrélée à l’importance de l’effet thérapeutique, l’effet placebo est indépendant de cette sévérité. Enfin, les sujets de sexe masculin sont moins sensibles à l’effet placebo, de même que les patients jeunes.

Ce qui permet aux auteurs de conseiller aux concepteurs d’études (sur la phase aiguë maniaque du trouble bipolaire) de limiter le nombre de sites et d’inclure des patients préférentiellement de sexe masculin peu âgés et présentant des symptômes psychotiques manifestes. De plus, veiller de manière « agressive » à ce qu’un nombre maximal de patients aille au terme de l’étude, augmente la fiabilité du résultat final.

Enfin, les grosses variations d’effet placebo entre sous-groupes de patients devraient conduire à prédéfinir une analyse séparée de ces sous-groupes et à augmenter la qualité du suivi dans chaque centre. Parallèlement, il serait intéressant de définir clairement un degré de sévérité minimal et maximal des maladies étudiées afin de réduire l’importance de l’effet thérapeutique observé chez les patients les plus atteints.
Dr Dominique-Jean Bouilliez

Yildiz A et coll. : Placebo-related response in clinical trials for bipolar-mania: what is driving this
phenomenon and what can be done to minimise it ? 23rd European College of NeuropsychoPharmacology (ECNP) Congress (Amsterdam) : 28 août -1er septembre 2010.

ACTUALITE MEDICALE
Vers un substratum de l’impulsivité
Publié le 30/09/2010  

Prendre le temps de la réflexion avant d’agir n’est pas donné à tout le monde et il est admis qu’un terrain impulsif favorise la survenue de troubles psychiques.

D’autre part, on savait que la dopamine jouait un grand rôle dans la physiopathogénie des réactions brutales ainsi générées  mais il manquait certaines précisions à la compréhension des mécanismes impliqués. Après avoir multiplié les observations précliniques et cliniques, les auteurs ont pu développer un modèle neurologique permettant de saisir le sens des différences individuelles de comportement dans ce domaine.

Selon ce modèle, les êtres impulsifs se distinguent par une diminution des sites libres sur l’autorécepteur à la dopamine du cerveau moyen, ce qui se traduit par une augmentation de l’excitation  cellulaire sous l’effet de ce médiateur, ainsi qu’une libération de dopamine qui stimule le système de récompense en rapport avec la quête du plaisir.

Pour tester ce modèle, 32 sujets en bonne santé se prêtèrent à des explorations par Pet-Scan, avec marquage des récepteurs, administration d’amphétamine, pour favoriser la libération de dopamine et mesure de l’impulsivité sur une échelle spécifique. Pour chacun des participants étaient déterminées les possibilités d’occupation de l’autorécepteur à la dopamine –D2.D3- dans le locus niger  et  l’aire tegmentale ventrale. Ces investigations ont été conduites contre placebo. Or, on a pu constater que le degré d’impulsivité était inversement proportionnel aux possibilités d’occupation des sites de l’autorécepteur étudié. D’autre part, l’intensité des manifestations impulsives augmentait en fonction de la libération de dopamine sous régulation amphétaminique  au niveau du   striatum. La mise en évidence d’un lien neurobiologique entre impulsivité et prédisposition à l’abus de drogue représente  l’autre aspect fondamental de ces expérimentations.   Ces recherches suggèrent en effet qu’une mauvaise régulation des voies dopaminergiques ascendantes jouerait un rôle dans les troubles du contrôle de l’impulsivité , élément déterminant parmi les facteurs favorisant l’apparition d’une toxicomanie.
Dr Françoise Ponchie Gardelle

Buckholtz JW : Dopaminergic network differences in human impulsivity. Science 2010 ;329 :32

ACTUALITE MEDICALE
Les troubles bipolaires poussent-ils au crime ?
Publié le 01/10/2010    

Si les troubles bipolaires sont associés à d’autres problématiques (notamment le suicide), leur relation éventuelle avec la criminalité (vol, pyromanie, viol, meurtre…) demeurait jusqu’à présent incertaine. D’où l’intérêt de cette étude longitudinale très documentée, puisqu’elle est basée sur les statistiques de la criminalité en Suède entre 1973 et 2004, et porte sur 3 743 patients avec troubles bipolaires, âgés d’au moins 15 ans (âge de la majorité pénale en Suède), sur 4 059 personnes de leurs fratries (pour évaluer l’impact particulier d’une possible composante génétique) et sur plus de 37 000 sujets-contrôles.

Durant le suivi, une évolution vers la criminalité a concerné 8,4 % des personnes avec troubles bipolaires, mais sans différence appréciable entre ces quatre catégories cliniques : psychotiques, non psychotiques, maniaques, ou dépressifs. Cette fréquence d’une suite judiciaire se révèle 2,4 fois plus élevée que dans la population générale (où elle est seulement de 3,5 %). Mais on constate qu’un tel accroissement de la criminalité lié à la maladie bipolaire se limite en fait « principalement à des patients en situation de co-morbidité avec une toxicomanie », et qu’il demeure en revanche « minimal

Estimant avoir démontré « une association claire entre la bipolarité et la criminalité en cas d’addiction surajoutée », les auteurs conseillent donc de tenir compte de cette augmentation du risque de violence chez des patients simultanément bipolaires et toxicomanes, bien que les recommandations actuelles pour le suivi d’une maladie bipolaire ne préconisent pas cette appréciation systématique du risque de violence. Toutefois, cette nocivité incontestable des addictions ne résume sans doute pas l’ensemble des facteurs de risques criminogènes associés à un contexte de maladie bipolaire, car cette étude ne disposait d’aucune information sur d’autres phénomènes de co-morbidité « potentiellement importants », comme des antécédents de troubles du comportement dans l’enfance.
Dr Alain Cohen

lundi 11 octobre 2010





Onfray repart à l'assaut de la psychanalyse

Suite et fin du débat ? Les éditions Grasset annonce la publication, le 3 novembre, d'une Apostille au crépuscule, un essai de Michel Onfray supposé résumer et conclure la polémique née avec Le crépuscule d'une idole. L'affabulation freudienne. Le nouvel opus se présente comme un essai « pour une psychanalyse non freudienne », qui s'inspire de Wilhelm Reich, Pierre Janet, Gilles Deleuze et Félix Guattari, Jacques Derrida. De quoi… relancer le débat.





Polémique
Ces “facteurs culturels” qui favorisent la délinquance, selon Hugues Lagrange


Pourquoi les jeunes issus de l'Afrique sahélienne sont-ils surreprésentés dans la délinquance en France ? Dans “Le Déni des cultures” (Seuil), le sociologue Hugues Lagrange insiste sur les facteurs “culturels” : polygamie, soumission des mères, autoritarisme des pères… Et provoque un débat incendiaire. Retour sur quinze jours de polémique.

Résumé des épisodes précédents
Hugues Lagrange, directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po, fait le constat que les Noirs, et plus précisément « les jeunes issus de l'Afrique sahélienne », sont surreprésentés dans la délinquance en France. Se démarquant de l’approche socio-économique de la majorité des chercheurs travaillant sur la question, il met en avant le « facteur culturel » : le déficit d’autonomie des femmes, l'autoritarisme des pères ou la polygamie, eux-mêmes aggravés par la façon dont la France accueille ses immigrés expliqueraient, pour une bonne part, les « dérives des quartiers d’immigration ».

Un vrai débat ou un coup marketing ?
A la lecture du livre, un curieux malaise s’installe : comment Hugues Lagrange a-t-il pu conclure que les « facteurs culturels » expliquent « la dérive des cités sensibles » alors que ses études, très fouillées, s’étalant sur plusieurs années, des ghettos noirs de Mantes-la-Jolie (1) au 18e arrondissement de Paris, invitent à plus de circonspection. De tableau en tableau, de statistique en statistique, on voit bien que la question est évidemment plus compliquée. Et que le « facteur culturel », largement mis en avant dans le titre, l’introduction et la quatrième de couverture, est loin d’être le critère unique et même déterminant pour expliquer la délinquance.

Lire la suite ici

dimanche 10 octobre 2010






La loi enfermera-t-elle encore davantage ?

La violence est ailleurs que chez les fous, les étrangers, les Roms…

Par Pierre Paresys, Vice-président de l’union syndicale de la psychiatrie


L’esprit de la loi de prévention de la délinquance (5 mars 2007), rédigée à quatre mains par madame Dati et monsieur Sarkozy, sa volonté évidente de constituer par association une « image type du supposé nuisible », de « l’ennemi intérieur » où chacun trouvera le sien sans pour autant s’y reconnaître, trouve à nouveau sa parfaite illustration dans l’actualité. Le chapitre 3 de ce texte (les dispositions tendant à limiter les atteintes aux biens et à prévenir les troubles de voisinage) associait dans sa dernière mouture les gens du voyage, les chiens méchants et les malades mentaux.

Il s’agissait d’instrumentaliser les travailleurs sociaux et les éducateurs, les enseignants, la psychiatrie et l’ensemble du secteur sanitaire afin de contrôler la population sous couvert de délinquance habilement associée à la précarité, à la fragilité, à l’absentéisme scolaire, à la santé mentale voire à l’immigration.

La partie concernant les malades mentaux a été retirée du projet définitif et les Roms ont temporairement relayé les fous, les autres étrangers et les gens du voyage comme instruments de la propagande sécuritaire.

Certes, un pousseur dans le RER, cela choque, fait peur, d’autant plus que cela paraît incompréhensible et semble pouvoir toucher n’importe quel innocent, mais faut-il pour autant instrumentaliser cette peur, la commercialiser ? Il s’agit là d’actes dramatiques mais exceptionnels, qui paraissent nous envahir par leur surmédiatisation et leur instrumentalisation, là ou la violence d’État se développe à bas bruit.

La plume qui, par les lois et décrets qu’elle signe, pousse la population à ne pas se soigner, les hôpitaux et les médecins à faire du chiffre, à se résigner pour certains à « adapter leur éthique », à sélectionner les actes et les patients, à réduire ces patients à des clients et à des sommes d’actes, le professionnel de la santé à un producteur d’actes, n’est-elle pas beaucoup plus dangereuse que les images qu’on exhibe pour nous faire peur ? La voix qui prétend classer les hôpitaux en fonction du taux de mortalité ne peut ignorer la sanction qui peut en résulter pour les patients âgés, fragiles, trop lourds, etc., priés de mourir avant l’admission, après leur sortie ou leur transfert. L’évaluation tous azimuts, le culte des chiffres tue en éloignant les équipes soignantes de leur objet : l’humain. La plume qui transforme le travailleur social en délateur, le policier en chasseur de sans-papiers, de gens du voyage ou de pauvres en situation d’expulsion n’est-elle pas responsable de la dégradation de l’image de ces agents de l’État et de la mise en danger de ceux-ci au même titre que tous les représentants de l’État ?

La réponse à la précarité des conditions de vie doit être une politique de simple gestion des débordements et c’est dans ce contexte que le projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques favorise la généralisation des soins sous contrainte en ambulatoire.

Cette loi n’aurait pas d’autre résultat que d’éloigner les patients des soins, de favoriser leur marginalisation et leur abandon. Il s’agit, par une généralisation de la contrainte, de faire des équipes de psychiatrie une menace pour la population et, par là même, de retarder l’accès aux soins par la méfiance et la peur qu’elles susciteront.

Là où l’accueil, le temps de l’écoute étaient possible, l’effet d’ambiance, la crainte, la méfiance rendront toute véritable alliance thérapeutique impossible. Plusieurs dizaines d’années de travail vont être annihilées là où l’accueil et l’écoute étaient encore une exigence.

L’échec inévitable de cette politique conduira à l’extension de l’enfermement pour le plus grand profit des bétonneurs sans pour autant, bien au contraire, parvenir à l’impossible risque zéro, confortant là encore, pour le plus grand bonheur de nos stratèges, le sentiment d’insécurité.

Pierre Paresys

Les hommes, les femmes et la communication - Mais que vient faire le sexe dans la langue ?
Sophie Bailly
Anne-Marie Houdebine
(Préfacier)

Résumé

Selon une idée répandue et souvent exploitée à des fins commerciales, les hommes et les femmes auraient des difficultés à communiquer et à se comprendre: les femmes seraient bavardes et les hommes laconiques, les femmes seraient polies et les hommes grossiers, les femmes préféreraient se confier et les hommes se défier...
Alors, les hommes et les femmes parlent-ils la même langue? Communiquent-ils de la même façon et avec les mêmes intentions? En quoi le sexe, le genre et la sexualité influent-ils sur la pratique de la langue? Cet ouvrage, qui s'adresse aussi bien à des étudiant-es, des enseignant-es et des chercheur-es en sociolinguistique, en anthropologie linguistique et en études du genre qu'à toute personne intéressée par le rapport entre le sexe et la langue, est le fruit d'une recherche sur la question de la construction langagière de l'identité sexuée.
A l'épreuve des enquêtes et des analyses il apparaît que, dans leurs pratiques de communication quotidiennes, les femmes et les hommes se ressemblent plus souvent qu'ils ne diffèrent. Cependant des stéréotypes de la différence sexuelle dans le langage persistent et influencent, non seulement la façon dont nous parlons et ce que nous disons, mais aussi la façon dont nous percevons et interprétons les paroles d'autrui.
L'auteure interroge alors le rôle de ces stéréotypes dans la communication et dans la production sociale d'inégalités liées au sexe et au genre.

L'auteure en quelques mots...

Sophie Bailly est docteure ès sciences du langage et auteure d'une thèse sur la différenciation sexuelle dans la conversation.
Professeure à Nancy Université, elle est membre du CRAPEL, équipe de recherche en didactique des langues du laboratoire CNRS ATILE Ses recherches, à l'interface de la sociolinguistique et de la didactique des langues, sont menées sur des terrains divers mais convergent autour du rôle joué par l'identité sociale dans l'interaction et dans l'enseignement et l'apprentissage des langues.



Édition du jeudi 7 octobre 2010

Beziers.

Le "psy" est indispensable dans le centre pénitentiaire

Pour les psychiatres Nicolas Geissmann, chef du pôle psychiatrie au centre hospitalier et Éric Vallier, responsable des patients sous contraintes au centre psychiatrique Camille Claudel, les soins et le suivi des malades pris en charge par l'Ucsa peut éviter des hospitalisations d'office. Le "psy" était une priorité dans la mise en place de la structure. Pour eux, il y a « un rapport à construire entre ces deux mondes ».

L'Unité a 4 temps pleins de psychologues et 2,7 en temps partiels de psychiatres. Ces derniers ne sont pourvus qu'à 2,4. Pour le docteur Geissmann, « vu les temps de pénuries actuelles, ce n'est pas mal » . En raisonnant sur 800 patients potentiels, il estime qu'il y a, « une rotation de la file active en psychiatrie très importante » . Chaque patient est vu au moins une fois dans l'année.

Au centre pénitentiaire, le rôle des surveillants est aussi très important. Il arrive souvent qu'ils détectent des cas de prisonniers qui ne relèvent pas du "punissable" mais du "psy". Alain Leclerc, délégué FO pénitentiaire, confirme qu'à l'ouverture du Gasquinoy, beaucoup d'établissements se sont déchargés de leurs cas difficiles. Cela a entraîné un nombre important de demandes d'hospitalisations d'office et certaines ont dû se faire « manu militari et avec entraves sur la civière » . L'homme regrette que le seul Service médico-psychiatrique régional (SMPR) soit à Perpignan. L'ouverture d'une unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) pour les personnes détenues atteintes de troubles mentaux est programmée en 2011... Mais à Toulouse.




L’Ordre inquiet pour la clause de conscience

L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe examine ce jeudi un projet de résolution intitulé « Accès des femmes à des soins médicaux légaux : problème du recours non réglementé à l’objection de conscience ». Le rapport de Christine McCafferty (groupe socialiste) au nom de la Commission des questions sociales, de la santé et de la famille souligne le développement du recours à la clause de conscience, pratique qui, en grande partie, n’est pas réglementée dans de nombreux États, surtout en ce qui concerne la santé de la reproduction. Et il estime nécessaire « d’établir un équilibre entre l’objection de conscience d’un individu qui refuse d’accomplir un acte médical donné, d’une part, et la responsabilité professionnelle et le droit de chaque patient à recevoir un traitement légal dans un délai approprié, d’autre part ».

Pour l’Ordre des médecins, la clause de conscience est menacée. Réaffirmant son souci du maintien du principe de la liberté de conscience pour tout médecin, le conseil national dénonce plus particulièrement certains aspects du projet de résolution : l’obligation pour les professionnels de santé de « donner le traitement désiré auquel le patient a légalement droit en dépit de son objection de conscience » ; l’obligation de « prouver que leur objection est fondée en conscience ou sur des croyances religieuses et que leur refus est donné en toute bonne foi » ; la création d’un registre des objecteurs de conscience.

Pour le CNOM, ces éléments sont « inacceptables et en contravention flagrante avec les règles éthiques généralement admises en Europe et plus généralement dans le monde ». Il demande le retrait immédiat de ces dispositions.

› R. C.

Quotimed.com, le 07/10/2010



La ville s'est couchée sur le divan des psychanalystes urbains

07 octobre 2010

Hier, une séance de thérapie de groupe a mis au jour les névroses de la cité

Si Aubagne était un fruit, quel serait-il? Si c'était une qualité? Une névrose? Si elle avait un ennemi? Quel lien familial l'unit à Marseille? Ce portrait chinois a été proposé aux Aubagnais, sur le cours Foch, pendant deuxheures hier après-midi. Cette thérapie artistique du 4e Festival "Small is beautiful", orchestrée par Lieux Publics et L'Agence nationale de psychanalyse urbaine, est l'un des Grands Rendez-vous d 'Aubagne. Elle a visiblement interpellé la rue sur l'état moral de la cité et le résultat de cette analyse sera dévoilé vendredi, à l'espace du Bras-d'Or, au terme de la conférence ludique "Aubagnol" qui proposera un traitement décalé pour soigner les maux de la ville.

"Bonne santé mentale"

Le collectif ANPU, qui a déjà sévi dans nombre de cités françaises et étrangères, est dirigé par Laurent Petit, ingénieur et psychanalyste. Il travaille en collaboration avec des scientifiques, des architectes et des acteurs du patrimoine pour imaginer des solutions un peu folles aux problèmes urbains."Aubagne n'est pas une ville très névrosée au prime abord, diagnostique-t- il. Elle est plutôt en bonne santé mentale et dispose d'un environnement familial assez solide. On note une relation quelque peu conflictuelle avec sa grande sœur marseillaise et l'un des remèdes à cette "pathologie" pourrait être d'imaginer un moyen de transport et de communication innovant".

Un peu comme à Port-Saint- Louis - qui fait partie de l'expérience avec Marseille et Aubagne- où les thérapeutes ont proposé une sorte de transbordeur tyrolien pour relier la ville du delta du Rhône à la cité phocéenne afin de désenclaver les riverains. Ou une grande passerelle qui relierait le centre-ville marseillais aux quartiers Nord.

Quant aux "patients", ils se sont volontiers prêtés au jeu des questions-réponses. Comme la conseillère municipale Barbara La Barbera, qui s'est portée volontaire pour cette expérience insolite. "C'était ma première psychanalyse et j'ai trouvé les questions marrantes. De se confier en plein air sur un transat, c'était plutôt surprenant. Maintenant, il me tarde de découvrir le résultat de cette étude."

Pour Nicole, recrutée comme bénévole aux ateliers théâtre de la MJC, endosser la blouse du psy n'a pas été qu'une sinécure même si elle a pris du plaisir à participer. "J'ai eu quelques gamins turbulents qui cherchaient la provocation mais, dans l'ensemble, les gens étaient plutôt ouverts."

Rendez-vous vendredi pour découvrir les mots et les maux d'Aubagne ainsi que les prescriptions du psy.

Nathalie CORNAND




JOURNÉE D'ÉTUDE
Mardi 23 novembre 2010  |  Paris (75013)

Origine et maternel

RÉSUMÉ

Recherches et débats se poursuivront à l'université Paris 7 sur les liens et les ruptures entre origine et maternel, comme une interrogation de longue durée sur les faits religieux, à partir de questions posées autour du « malaise dans la civilisation » au XXIe siècle.

ANNONCE


Le premier Forum de Jérusalem* s’est tenu en novembre 2008, sur le thème : Psychanalyse, croyance et conflits religieux. Il a réuni deux cents participants représentant les domaines des sciences humaines et des disciplines scientifiques de plusieurs pays. Les exposés, rencontres et confrontations ont permis à des psychanalystes, des anthropologues, des sociologues, des théoriciens des lettres et des arts, des historiens, des théologiens et des physiciens de débattre dans un cadre interdisciplinaire de « L’incroyable besoin de croire » présent chez l’homme.

En prolongement avec cette problématique, recherches et débats se poursuivront à l’université Paris 7 sur les liens et les ruptures entre ORIGINE et MATERNEL, comme une interrogation de longue durée sur les faits religieux, à partir de questions posées autour du « malaise dans la civilisation » au XXIe siècle.

A peine esquissée chez Freud, mais objet récurrent de la recherche psychanalytique post-freudienne, l’expérience maternelle place les femmes au carrefour de l’origine (le destin biologique des êtres humains) et du sens (la construction de la subjectivité, le lien à autrui, la transmission du langage et des codes culturels). Elle interpelle aussi bien le féminisme qui peine à se positionner entre « émancipation » et « tradition », que la biologie (diverses procréations assistées) et les standards éthiques hérités des religions ou en cours de recomposition dans la modernité. La sécularisation serait-elle la seule civilisation qui manque de discours sur la maternité, parce qu’elle en sait trop - ou pas assez – sur l’origine ?

Programme


09 : 00 Accueil

09 : 30 Allocution de Julia Kristeva

Professeur émérite (Université Paris 7), psychanalyste, écrivain

Etiologie et originel


10 :15 Alain Vanier : « Origine et commencement »

Professeur des Universités, directeur du CRPM (Université Paris 7), psychanalyste

10:45 Pierre Zaoui : « Biologie, généalogie, archéologie, mythologie : les cercles freudiens de l’origine »

Maître de conférences en philosophie (Université Paris 7)

11 :15 Eva Weil : « Que sont cigognes, choux et roses devenus ? »

Chercheur associé aux Universités Paris 1 et Paris 7 et au CNRS, psychanalyste

11 : 45 Discussion : François Richard

12 : 15 Pause déjeuner

Origine, maternel et le féminin

14 : 00 Danièle Brun : « Aux origines de la maternité entre mères et filles »

Professeur émérite, psychanalyste (Université Paris 7

14 : 30 François Richard : « Le paradigme freudien du Nebenmensch. L’exemple des jeunes femmes en analyse aujourd’hui »

Professeur de psychopathologie - CEPP (Université Paris 7),psychanalyste

15 : 00 Discussion : Alain Vanier

15 : 30 Pause café

Littérature et origine

16 : 00 Sara Thornton : « L’angoisse des origines : malaise du soi dans Jekyll et Hyde de Stevenson et Malaise dans la Civilisation de Freud »

Professeur de littérature britannique (Université Paris 7)

16 : 30 Keren Gitai : « Archéologie d’une nouvelle langue maternelle : le site textuel de l’hébreu moderne »

Psychologue clinicienne, doctorante (Université Paris 7)

17 :00 Fethi Benslama : « L’alliance avec Hagar »

Professeur de psychopathologie, directeur de l’UFR SHC (Université Paris 7), psychanalyste

17 : 30 Discussion : Eva Weil


Fichiers attachés
   * Programme_journ_e_d___tude_ORIGINE_et_MATERNEL.pdf

Lieu
   * Paris (75013) (15, rue Hélène Brion (Amphi Buffon))

Date

   * mardi 23 novembre 2010

Contact
   * Keren Gitai
courriel : kgitai (at) yahoo [point] com

Urls de référence
   * Université Paris 7 Denis Diderot- UFR Lettres, Arts, Cinéma
   * Université Paris 7 Denis Diderot-UFR Sciences Humaines Cliniques

Les Livres de Psychanalyse
http://les-livres-de-psychanalyse.blogspot.com/

Robert Walser, le promeneur ironique - Enseignements psychanalytiques de l'écriture d'un "roman du réel"
Philippe Lacadée


Robert Walser, écrivain Suisse d'expression allemande, reconnu de son vivant par les plus grands - Franz Kafka, Robert Musil, Walter Benjamin - est " un de ces "artistes de la langue" tels que les définira André Breton ". Il se voue à incarner une sorte de poète moderne : " C'est pour moi une sorte d'écrivain pointilliste. Comme un kaléidoscope. Son univers est tout entier contenu dans chaque point. Cette fragmentation fait qu'il est à mes yeux l'un des écrivains majeurs du XXe siècle, du moins pour la littérature allemande ".

Philippe Lacadée fait le choix ici de ne pas tenter une " biographie " classique de cet homme si secret, si à l'écart du monde et autres, mais de la déduire de ses écrits. Ce sont les héros de Walser qui le présentent au monde. Lui-même ne se représente pas dans une mise en scène pour un Autre toujours improbable, mais se donne tel quel, dans une foule de détails, si singuliers, dont foisonne cette écriture d'apparence tantôt naïve, honnête et simple, tantôt si déroutante.

Robert Walser est dans son écriture, dans ce qu'il nomme son roman du réel, qui structure tous ses romans. Il est à partir du récit de ses héros que nous chercherons à déduire ce qu'a été sa vie. Dans cet essai, Philippe Lacadée montre que le poète, tout en devançant la psychanalyse, nous éclaire : son écriture miniature radicalise en quelque sorte les deux modes de l'écrit, soit le signifiant et la lettre, elle marque la distinction entre l'écrit qui ne parle que pour lui et le dessin de l'écriture miniature.

C'est un Walser avec Lacan qui nous est ici proposé et qui éclaire aussi bien le psychanalyste que le poète.