Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 15 septembre 2018

La visioconsultation en psychiatrie arrive sur vos écrans

Résultat de recherche d'images pour "france.tv images"
A compter du 15 septembre, les téléconsultations seront remboursées par l’Assurance Maladie, au même titre que les consultations en cabinet médical ou à l’hôpital.

 Résultat de recherche d'images pour "La visioconsultation en psychiatrie arrive sur vos écrans"
Cette mesure entrera en vigueur en France suite à l’accord signé en juin dernier par l’Assurance Maladie et l’ensemble des syndicats de médecins. Une véritable révolution, à l’heure où plus de deux millions de consultations médicales ont lieu chaque jour en France

Agnès Buzyn : « La psychiatrie doit être intégrée au système de santé

FigaroTV

Résultat de recherche d'images pour "Agnès Buzyn : « La psychiatrie doit être intégrée au système de santé"

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé ce matin sur France Inter que la réforme du système de santé inclurait des mesures touchant à la psychiatrie. Elle veut que la psychiatrie soit intégrée au système de santé.


Psychiatrie : Une situation “d’une gravité sans précédent”, selon 15 organisations représentatives

 

Quinze organisations représentant les professionnels de la psychiatrie, les patients et leurs familles alertent le président de la République, à quelques jours de l'annonce de la stratégie de transformation du système de santé, sur la "situation d'une gravité sans précédent à laquelle cette discipline est actuellement confrontée", dans un communiqué commun publié mercredi. 


Psychiatrie : quelque chose a-t-il changé au CHU de Saint-Etienne ?

Publié le 14/09/2018

Saint-Étienne, le vendredi 14 septembre 2018 – En janvier 2018, le service de psychiatrie du CHU de Saint-Étienne était épinglé par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan.

Dans un rapport, elle dénonçait des traitements inhumains et dégradants au sein du service, notamment une utilisation immodérée de la contention et de l’isolement ainsi qu’une attente insupportable, parfois de plusieurs jours, aux urgences.

La direction de l’établissement avait alors assuré que la visite du CGLPL avait servi d’électrochoc et avait promis des changements, en particulier la création d'une « salle d'apaisement » pour diminuer le recours à la coercition et la mise en place de box aux urgences, pour assurer un minimum d’intimité aux patients en attente d’une place d’hospitalisation.

LES ÉLÈVES NE SONT PAS DES MOUTONS

Par Cécile Bourgneuf — 

Chaque mercredi, «Libération» fait le point sur l’actualité du livre jeunesse. Pour le tout premier roman de la rentrée, un joli récit tiré de l'histoire réelle d'un mouton inscrit dans une classe en école primaire.

La joie de lire

Janine Mossuz-Lavau : « Le processus de libération sexuelle se poursuit »

La sociologue s’est replongée dans l’intimité des Français, dix-sept ans après une première enquête. Son nouvel ouvrage est paru jeudi 13 septembre.
LE MONDE  | Propos recueillis par 


Janine Mossuz-Lavau, politologue, directrice de recherche au CNRS et au Cevipof, à Paris, le 12 septembre.
Janine Mossuz-Lavau, politologue, directrice de recherche au CNRS et au Cevipof, à Paris, le 12 septembre. NICOLAS KRIEF POUR "LE MONDE"


Macron remettra mardi sa prescription pour le système de santé

Par AFP — 
Emmanuel Macron à l'hôpital de Rouen en avril 2018
Emmanuel Macron à l'hôpital de Rouen en avril 2018 
Photo Christophe Ena. AFP


Rentrée sociale, acte II: moins d’une semaine après son plan pauvreté, Emmanuel Macron doit dévoiler mardi son remède pour remettre sur pied le système de santé français et son homme malade, l’hôpital public.
Urgences «engorgées», psychiatrie «en crise», étudiants en médecine «qui souffrent»: ces dernières semaines, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a multiplié les diagnostics alarmants.

Un concours de pêche original

16/09/2018
Le pôle psychiatrie du centre hospitalier de Romorantin a organisé un concours de pêche avec d’autres patients et soignants d’hôpitaux de la région.

Le pôle psychiatrie du centre hospitalier de Romorantin a organisé un concours de pêche avec d’autres patients et soignants d’hôpitaux de la région. 

© Photo NR


Une cinquantaine de pêcheurs ont taquiné le poisson jeudi à l’étang communal de Millançay. L’objectif pour eux : récupérer le plus gros poisson-chat, gardon ou brème du plan d’eau. Un concours organisé par le pôle psychiatrie du centre hospitalier de Romorantin, mêlant soignants et soignés. « C’est une activité thérapeutique, explique Patrick, infirmier. Ils doivent se concentrer, appréhender la nature, les poissons. On travaille la dextérité, la concertation, dans la convivialité. C’est un temps calme, sans réelle compétition. »
Des patients au pied marin
Les établissements spécialisés de Tours, Orléans, Dun-sur-Auron et Blois étaient aussi de la partie. Une première. « L’autre objectif est d’échanger avec les autres hôpitaux, sur leurs pratiques, leurs services », indique l’infirmier. 

vendredi 14 septembre 2018

Sexualité : «Il s’agit de signifier très tôt à l’enfant qu’il a le droit d’en parler»

Par Catherine Mallaval — 


Illustration Sandrine Estrade-Boulet

Pour la psychanalyste Claude Halmos, l’éducation à la sexualité à l’école est indispensable. En légitimant ce sujet, elle aide à prévenir le viol et la pédophilie.

La sexualité, une question d’éducation

Par Catherine Mallaval et Virginie Ballet — 

Des jeux sur les moyens de contraception féminins et masculins sont utilisés dans des ateliers d’éducation à la sexualité.
Des jeux sur les moyens de contraception féminins et masculins sont utilisés dans des ateliers d’éducation à la sexualité.Photo Christophe Maout pour Libération

Les recteurs d’académie ont reçu jeudi une circulaire ministérielle leur rappelant que les cours d’éducation sexuelle étaient obligatoires depuis 2001. L’occasion de tordre le cou à une campagne de désinformation orchestrée par la Manif pour tous et consorts.

Le gouvernement serait «sataniste», voudrait «légaliser la pédophilie» ou encore «apprendre la masturbation dès la maternelle»… Qu’est-ce qui peut bien déclencher pareille excitation sur les réseaux sociaux et dans les milieux conservateurs ? Une simple circulaire, destinée à rappeler aux recteurs d’académie la loi en vigueur depuis dix-sept ans en matière d’éducation à la sexualité. Et à les pousser à l’appliquer. La secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avait annoncé mi-juillet l’envoi de ce texte, précisant que cette éducation pourrait être l’occasion d’aborder l’égalité entre les sexes et d’insister sur des notions comme le consentement(«respect d’autrui»).Débutait alors une vaste campagne de désinformation, qui atteignait son apogée fin août, quand Marlène Schiappa s’est trouvée dans l’obligation de démentir très officiellement toutes ces rumeurs, même les plus farfelues, pour rassurer des parents d’élèves parfois inquiets, et souvent perdus.
Cette circulaire qui fait tant rugir (rougir ?) a été publiée au Journal officiel et envoyée jeudi aux recteurs d’académie par le secrétariat d’Etat à l’Egalité et le ministère de l’Education. Est-elle bien nécessaire ? S’agit-il d’un tournant radical dans l’éducation des petites têtes blondes ? Pourquoi une telle agitation ?

Écrans, pesticides... : une étude pointe de nouvelles menaces pour la santé des enfants

14.09.2018

Conditions de vie, inégalités sociales, état de santé, comportements, environnement naturel et familial… Depuis sept ans, plus de 150 chercheurs se mobilisent pour étudier à la loupe les 18 000 enfants et leurs familles issus de la Cohorte Elfe. Il s'agit de la première étude longitudinale française depuis l’enfance pilotée par l’Ined, chargée de déterminer les facteurs susceptibles d’influencer le développement de l’enfant. Ce travail doit se poursuivre encore 13 ans. Alors que les enfants suivis depuis leur naissance en 2011 ont l’âge d’entrer au CP, la deuxième journée scientifique de la Cohorte Elfe qui s’est tenue à Paris mardi a dévoilé de nouvelles données.

Effondrement du pont à Gênes : 250 personnes prises en charge pour des troubles psychologiques

| 14.09.2018


À Gênes, une cellule de support psychologique et psychiatrique a été mise en place pour aider la population touchée par l'effondrement du pont à évacuer son stress. Un mois après le drame, le « Quotidien » a rencontré le Dr Marco Vaggi, psychiatre, et directeur du département de la Santé mentale et de la Dépendance du service public italien.
LE QUOTIDIEN : Comment avez-vous géré les conséquences psychologiques de cette catastrophe sur la population ?
Dr MARCO VAGGI : Juste après l’effondrement du pont, nous avons renforcé les effectifs des services d’urgence hospitaliers dans toute la ville. Nous avons mobilisé un peu plus d’une dizaine de praticiens, des psychologues et des psychiatres pour s’occuper des blessés et des familles des victimes.

Stage à l'hôpital : une infirmière dénonce le calvaire des étudiantes

Résultat de recherche d'images pour "lci"
13 septembre 2018

INFIRMIÈRES MALTRAITÉES - Dans son livre "Diplôme délivré(e), parole affranchie d’une étudiante infirmière", Raphaëlle Jean-Louis raconte comment elle a été le souffre-douleur d’une équipe hospitalière lors d’un stage. Une histoire loin d’être isolée. Elle explique à LCI pourquoi prendre la parole sur ce sujet est devenu essentiel.

Un cauchemar éveillé en guise de stage. Raphaëlle Jean-Louis publie ce jeudi 13 septembre son expérience d’étudiante infirmière. Dans Diplôme délivré(e), parole affranchie d’une étudiante infirmière(Michalon Editeur), elle raconte comment, pendant dix semaines, elle a été le souffre-douleur d’une équipe hospitalière. Un témoignage fort, révélateur d’un mal national. Infirmière, réalisatrice, et aujourd’hui écrivaine, elle interpelle jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. Dans une lettre, adressée au président de la République et à la ministre des Solidarités et de la Santé, et qu’elle ajoute à la fin de son livre, elle alarme sur cette situation "urgente". "Il en va de la santé de tous", rappelle-t-elle.


Hôpital. CGT et usagers inquiets de la restructuration

Le Télégramme  Publié le 13 septembre 2018 

Christophe Boudrot et Julie Hamon, membres du bureau de la CGT du Centre Hospitalier des pays de Morlaix  
Christophe Boudrot et Julie Hamon, membres du bureau de la CGT du Centre Hospitalier 
des pays de Morlaix   (Caroline Trouillet)

Au lendemain des annonces de la direction du centre hospitalier des pays de Morlaix sur la restructuration de l’hôpital à venir, le syndicat CGT et le Comité de défense de l’hôpital public expriment de vives inquiétudes sur les suppressions de lits, et donc de postes, notamment en service psychiatrie, que suppose la restructuration annoncée ce mercredi 12 septembre.


Crise en psy : l’autre méthode CFDT-Unsa

Publié le 
La CFDT et l’Unsa assurent être sur le point de signer un accord de base avec la direction de l’hôpital pour régler la situation de crise au service psychiatrique.

Ils refusent toute confrontation et revendiquent une autre méthode qu’ils assument pleinement. Alors qu’à l’hôpital, la grève illimitée au service de psychiatrie initiée et soutenue par la CGT et FO se poursuit, la CFDT et Unsa, les deux autres syndicats de personnels (1), ont expliqué hier être proches d’un accord de base avec la direction, fruit de négociations qu’ils ont toujours souhaité poursuivre.
“Nous demandons à la CGT et à FO de nous rejoindre”
Cette position radicalement différente a fait voler en éclat l’intersyndicale qui, au début du conflit, fin août, regroupait les quatre organisations.
« Nous partageons le constat que le service de psychiatrie connaît de graves difficultés qui s’aggravent au fil des années et qui se sont même enflammées cet été, explique Monique Richard, secrétaire départementale de l’Unsa. Mais nous estimons qu’il y a une situation nationale avec laquelle la direction doit composer et qui ne favorise pas l’obtention de réponses immédiates. Il faut donc accepter de ne pas aller trop vite, que les choses se fassent progressivement, dans la négociation. »


Message d’une psychiatre à la ministre Agnès Buzyn

14/09/2018



Agnès Buzyn lors de son déplacement en début de semaine.
Agnès Buzyn lors de son déplacement en début de semaine. 
© Photo NR

Le docteur Fanny Puel, responsable du pôle psychiatrie adultes de l’hôpital d’Amboise Château-Renault, a profité de la visite de la ministre de la Santé, mardi (*), pour relayer « les inquiétudes » de sa profession, alarmée par la baisse des moyens qui lui sont alloués.

« Vous allez être accompagnés, n’ayez crainte, c’est mon obsession », a tenté Agnès Buzyn.
A l’hôpital d’Amboise Château-Renault, « la situation n’est pas catastrophique, car on est soutenu par l’établissement, précise le docteur Puel. Toutefois, nous sommes très préoccupés par la situation de nos collègues, ailleurs» Certains agents campent pour protester, ou font la grève de la faim, comme à l’hôpital de Rouen… 
Ce message de solidarité était donc un message politique, reçu comme tel par la ministre. Le ton est resté cordial, mais c’était dit !