Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 4 mai 2019

Un demi-siècle de développement des équipes mobiles en psychiatrie : constats et perspectives

 


Français
L’équipe ÉRIC (Équipe rapide d’intervention de crise) a été créée en 1994. Il s’agit d’une équipe mobile d’urgence et de crise fonctionnant 24 h/24, 7 j/7, centrée sur l’alternative à l’hospitalisation psychiatrique et l’inclusion active de l’entourage du patient (famille et réseau social). Lors de sa création et bien après, cette équipe, unique en France, a fait l’objet de nombreuses critiques de la part des professionnels de la psychiatrie.

De la taille des maternités, leurs qualités médicales et leur « humanité »




Paris, le samedi 4 mai 2019 – L’unique allusion à l’organisation du système de santé par Emmanuel Macron en réponse au « Grand débat » aura été d’annoncer la fin des fermetures des petites maternités (en dehors d'une décision des volonté des élus). Cette annonce, dont les conséquences sont difficiles à mesurer (concernera-t-elle également les fermetures déjà actées mais pas encore effectives ?) aura surpris ceux qui avaient constaté au cours de différents débats la détermination du Président de la République à rappeler l’importance des questions de sécurité, qui ne reposent pas uniquement sur la proximité.
Alors qu’au-delà du Grand débat, cette question fait rage en France depuis de nombreuses années et que chaque annonce de fermeture s’accompagne de son lots de manifestations, le docteur Pierre Blaine, anesthésiste réanimateur, praticien hospitalier retraité revient pour nous sur cette question complexe, en rappelant les enjeux, commentant les exemples étrangers et invitant à un véritable recul.

Par le Dr Pierre Blanie (Ancien Praticien Hospitalier en Anesthésie Réanimation)

Quelques faits rappelant les risques d’avoir à accoucher dans la «Nature»

En raison de la grosseur de la tête fœtale et de l’importance de la circulation placentaire en fin de grossesse (de l’ordre de 1 litre de sang/minute), la mortalité maternelle naturelle des accouchements humains est la plus élevée des mammifères.
Dans les pays bénéficiant d’un système de santé bien organisé, cette mortalité maternelle naturelle a pu être divisée par un facteur supérieur à 50, en passant d’environ 500 à moins de 10 décès / 100 000 naissances, avec une amélioration concomitante de la mortalité néo-natale et des performances variables selon les systèmes de soins locaux…
Mais, même pour les accouchements perçus comme à « risque normal », le risque maternel reste plus élevé que celui de beaucoup d’opérations courantes, qu’il serait coupable d’effectuer à domicile, en dehors d’un bloc opératoire…, notamment parce que de façon souvent imprévisible l’hémorragie liée à la séparation et à l’expulsion du placenta dépasse 1,5 L dans 2,5% des accouchements, ce qui peut nécessiter des moyens similaires à la traumatologie lourde, avec des soignants expérimentés, capables d’effectuer une hystérectomie d’hémostase, sans oublier les moyens indispensables à la réanimation d’une hémorragie massive.

Les enfants enfermés ou l’éducation sous contrainte (4 épisodes)

LSD, LA SÉRIE DOCUMENTAIRE par Perrine Kervran

La Convention internationale des droits de l’enfant et l’ordonnance de 1945 prévoient le caractère exceptionnel de l’emprisonnement. Pourtant 3000 mineurs sont incarcérés chaque année en France dans les maisons d’arrêt, les établissements pénitentiaires pour mineur.es, et des centaines de mineurs étrangers sont privés de liberté en centre de rétention. De plus, la volonté du gouvernement de créer 20 nouveaux CEF, en plus des 51 déjà en activité, révèle la place croissante accordée à la contrainte dans la réponse à la délinquance des enfants et adolescents.
Cette série documentaire questionne le paradoxe de l’éducation en milieu fermé, en donnant la priorité à la parole des enfants. 

Une série documentaire de Pauline Maucort, réalisée par Gaël Gillon
Les enfants enfermés ou l’éducation sous contrainte (1/4) : Le centre éducatif fermé, sanction ou protection ?
55 MIN
LSD, LA SÉRIE DOCUMENTAIRE
LE 29/04/2019
On a tendance à croire que les jeunes délinquants sont plus violents aujourd’hui qu’en 1945. La réforme de la justice en cours renforce son panel de sanctions...

Les Jeunes Philosophent



VENDREDI 10 MAI 201919H > 21H

Conférence au bénéfice de Jeune j’écoute
Présentée par Claire CHAZAL, journaliste et auteur
Avec Hakima AÏT EL CADI, sociologue
Manuella DE LUCA, psychiatre et directrice de la revue Adolescence
Claire MARIN, philosophe, enseignante et directrice de la collection Philophile (Gallimard)
La sortie de l’enfance est davantage qu’une simple crise passagère, se limitant à un moment de l’existence : c’est un « événement » qui fait vaciller le sentiment d’identité, et ouvrent à des transformations physiques et psychiques dont l’effraction bouleverse le rapport à soi et aux autres.

Pour une écologie du travail, sortons des injonctions productivistes

Manifestation de la jeunesse pour le climat, devant le ministère de l'Ecologie à Paris, le 15 février.
Manifestation de la jeunesse pour le climat, devant le ministère de l'Ecologie à Paris, le 15 février. Photo Jacques Demarthon. AFP

Réduction du temps de travail, instauration d'un revenu d’existence inconditionnel, création d'espaces d’activités non-marchandes… La sortie de la stricte logique économique du monde du travail doit passer par des mesures aux fondements de la pensée écologiste.

“L’évaluation fait flamber notre besoin de reconnaissance”


Entretien avec la psychanalyste Bénédicte Vidaillet

Vidaillet
Bénédicte Vidaillet
est professeure à l'Université Paris-Est Créteil et psychanalyste. Son essai Évaluez-moi ! Évaluation au travail : les ressorts d'une fascination est paru au Seuil en 2013.

Quand on a des doutes sur son travail, on demande un feedback à son chef. Mais le regard de l’autre ne suffit pas à résoudre notre angoisse existentielle, note Bénédicte Vidaillet. Dans un contexte de déstructuration permanente des entreprises, elle plaide pour un retour à la discussion entre pairs. Entretien avec la psychanalyste qui nous encourage à affronter la complexité du travail vivant.


Nous sommes tous des femmes savantes



Éditeur Odile Jacob
Pages: 256

Lionel Naccache. Cogito et libido/ Le neurologue féru de philosophie a eu une révélation en assistant à une représentation des “Femmes savantes” de Molière : connaissance et sexualité sont sœurs jumelles. De quoi nourrir son dialogue avec Freud et ses recherches sur la conscience humaine.

À 16 ans, il avait déjà son projet : comprendre le fonctionnement biologique de la pensée. Ce n’était alors qu’une façon de concilier ses deux passions : la physique et la philosophie. Lionel Naccache choisira la médecine, la discipline humaine la plus généraliste à ses yeux, et le cerveau, l’organe de l’esprit. À 50 ans tout juste, neuroscientifique de premier plan, il n’a donc renoncé à rien : ses découvertes sur la physiologie de la conscience se nourrissent de philosophie, de littérature et même de la lecture du Talmud. Et il médite sans fin les questions de la philosophie : qu’est-ce qui fait de moi un sujet ? Qu’est-ce que penser ? Pourquoi je pense ce que je pense ? La pensée de Lionel Naccache – c’est sa grâce –, est claire et rigoureuse, et file au large en fulgurances.


Dix ans après les suicides à France Télécom, les ex-dirigeants au tribunal



04/05/19


L'entrée du centre de construction des lignes de Troyes, le 10 septembre 2009 après le suicide de plusieurs salariés de l'entreprise (AFP/Archives/ALAIN JULIEN)
La vague de suicides à France Télécom à la fin des années 2000 était devenue le symbole de la souffrance au travail. L'entreprise et ses ex-dirigeants dont le PDG Didier Lombard sont jugés à partir de lundi pour "harcèlement moral", un procès aux allures de première en France.
Il y a 10 ans, France Télécom (ancien opérateur public, privatisé en 2004, puis devenu Orange en 2013) faisait la Une des journaux en raison des suicides parmi ses salariés: en 2008 et 2009, 35 employés ont mis fin à leurs jours.
En juillet 2009, un technicien marseillais de 51 ans se suicidait après avoir mis en cause dans une lettre le "management par la terreur". Deux mois plus tard, une salariée de 32 ans se jetait par la fenêtre de son bureau à Paris, sous les yeux de ses collègues. Une première plainte était alors déposée par le syndicat Sud, suivie d'autres, et d'un rapport accablant de l'inspection du travail.
Pendant l'enquête, les juges d'instruction ont examiné les cas de 39 salariés: dix-neuf se sont suicidés, douze ont tenté de le faire, et huit ont subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail.
Le procès, qui doit durer plus de deux mois, sera suivi de près par les entreprises, les syndicats et les spécialistes du monde du travail: il pourrait aboutir à des condamnations pour un harcèlement moral institutionnel, différent des cas classiques où le lien est direct entre l'auteur présumé et sa victime.


Aide au suicide: quel accompagnement pastoral ?

Home

SUISSE
05.05.2019 

La maladie et la mort convoquent depuis toujours un questionnement existentiel que l’Église accompagne par l’écoute, le témoignage, une présence, des sacrements et des célébrations. Mais qu’en est-il de l’accompagnement pastoral quand une décision de fin de vie est prise?

Comment comprendre la demande d’accompagnement d’une personne croyante et néanmoins résolue à interrompre une grossesse ou qui a fait appel à une association d’aide au suicide? La position de l’Eglise, contraire à l’avortement et au suicide, impose-t-elle des limites à l’accompagnement des aumôniers? Il n’existe pas de schéma préétabli qui puisse fournir toutes les réponses.
Pour le frère Michel Fontaine, cependant, il n’est pas question de démissionner face à ces réalités complexes. Il faut au contraire accepter de s’aventurer dans les «zones grises» qu’elles imposent pour accompagner la personne aussi loin que possible. Il est aussi important de respecter ses propres limites et se faire soi-même accompagner, a-t-il fait valoir à l’adresse des participants lors de l’après-midi de formation sur le thème «Accompagner des situations ‘limites’»?, qui s’est déroulé à Genève le 14 mars 2019.

vendredi 3 mai 2019

« Il est opportun d’ouvrir un débat approndi sur la “blockchain” »

En prétendant abolir la notion même de « tiers de confiance », la technologie érige une « lex cryptographica » susceptible de renverser le cadre idéologique de nos institutions politiques et juridiques, prévient Katrin Becker, chercheuse en droit, dans une tribune au « Monde ».

    Publié le 3 mai 2019

Représentation de la monnaie virtuelle Bitcoin sur une carte mère PC.
Représentation de la monnaie virtuelle Bitcoin sur une carte mère PC. Dado Ruvic / REUTERS
Tribune. La blockchain est-elle en train de renverser la société tout entière ? Si on observe le nombre de domaines financiers, gouvernementaux, entrepreneuriaux, etc., qui s’efforcent de mettre en place cette technologie, cette impression se renforce. Il est donc plus que temps d’ouvrir le débat public sur son utilisation et ses implications.
La blockchain est un registre public, décentralisé, numérisé qui abolit la nécessité d’un intermédiaire vérifiant les informations préalablement à leur enregistrement ou veillant à l’exécution d’une transaction. Grâce à un processus de validation consensuel, transparent et infalsifiable, elle permet de stocker des données (cryptographiées) de manière immuable et sécurisée. A l’aide des smart contracts – petits programmes informatiques opérant selon la logique du « if-then » (« si, alors ») –, elle rend l’exécution des transactions automatique et incorruptible.

Intelligence artificielle : « La complexité de la modélisation du cerveau humain a toujours été sous-estimée »


Les spécialistes de l’IA eux-mêmes commencent à reconnaître les limites des promesses « vendues » à une opinion publique gourmande d’utopies technologiques, rappelle l’experte Claire Gerardin dans une tribune au « Monde ».

Ben Miners/Ikon Images / Photononstop
Tribune. Yann LeCun, chercheur en intelligence et vision artificielles à l’Université de New York et directeur de Facebook Artificial Intelligence Research (FAIR), est l’un des pionniers de l’intelligence artificielle (IA) grâce à son rôle majeur dans le développement des technologies de l’apprentissage profond (« deep learning »). C’est à ce titre qu’il a reçu, le 27 mars, avec Yoshua Bengio et Geoffrey Hinton, le prix Turing – un « Nobel de l’informatique ».
Pourtant, Yann LeCun affirme volontiers que les ambitions en matière derecherche en intelligence artificielle ont toujours été extravagantes. La complexité de la modélisation du cerveau humain pour reproduire son fonctionnement – ce qui est l’objectif originel de l’intelligence artificielle – a toujours été sous-estimée, et les progrès des recherches sont moins importants que ceux auxquels on s’attendait. Pour ce chercheur, il faut délaisser la course à la performance technologique pour se recentrer sur les sujets fondamentaux que sont l’intelligence, le sens commun, ou encore l’apprentissage (« Y a-t-il un cerveau dans la machine ? », « La Méthode scientifique » – Nicolas Martin, France Culture, 30 août 2017).

Pénibilité : la SNCF conçoit un exosquelette pour assister ses agents

03.05.2019



  • Exosquelette

    Pénibilité : la SNCF conçoit un exosquelette pour assister ses agents

Crédit Photo : SNCF

Afin d’atténuer la pénibilité de certaines tâches dans ses ateliers, la SNCF conçoit un exosquelette polyvalent. « Ce sera une première mondiale ! », assure, à l’AFP, l'ergonome Yonnel Giovanelli, responsable du secteur à la direction du matériel SNCF. Cet exosquelette d’assistance à l’effort consiste en une armature mécanique portée par les agents qui permet de réduire les risques de troubles musculosquelettiques. « L'idée, c'est d'assister l'agent sur des tâches qui sont physiquement contraignantes », précise l'ergonome.

Bordeaux : une nouvelle unité “post urgence” pour les jeunes patients en psychiatrie

Résultat de recherche d'images pour "france 3 nouvelle aquitaine"
Par MK avec Candice Olivari   Publié le 02/05/2019

L'unité est composée de cinq lits et est conçue pour des séjours de courte durée, après le passage aux urgences / © Candice Olivari - France 3 Aquitaine
L'unité est composée de cinq lits et est conçue pour des séjours de courte durée, après le passage aux urgences / © Candice Olivari - France 3 Aquitaine

L'hôpital Charles Perrens à Bordeaux s'apprête à ouvrir une unité spécifique post-urgence pour les jeunes malades. Un service d'hospitalisation courte durée pour les patients en attente d'admission en psychiatrie.

C’est une toute petite unité, composée de cinq lits. A destination de patients âgés de 11 à 25 ans, elle est vouée aux séjours de courte durée, de 24 heures à trois jours maximum.

Un "sas" entre les urgences et l'hospitalisation


L'admission se fera à la sortie des urgences, qui chaque année à Charles Perrens, accueillent jusqu'a 8 000 personnes. Des patients, qui, pour un quart d'entre eux, sont âgés de moins de 25 ans. En dépit de sa faible capacité, la nouvelle unité post-urgence de l'hôpital Charles Perrens devrait donc prendre en charge des centaines de malades.



TCC dans la dépression de l'adulte : quelles sont les modalités les plus efficaces ?

Univadis

Par Agnès Lara   29 avril 2019

À retenir


Cette méta-analyse en réseau suggère que les thérapies cognitives et comportementales (TCC ) délivrée en séances de groupe, par téléphone ou guidées et auto-administrées sont aussi efficaces pour améliorer les symptômes aigus de la dépression et peuvent donc être envisagées comme des alternatives aux séances individuelles. L’effet de taille est important à modéré par rapport aux soins usuels. Sur le plan de l’acceptabilité, les TCC guidées et auto-administrées semblent inférieures aux autres modalités. Les TCC auto-administrées, mais non guidées par un thérapeute, sont en revanche apparues comme moins efficaces que les autres approches.


Médecine: «Les gens connaissent très mal l’univers de l’hôpital psychiatrique»

Résultat de recherche d'images pour "20 minutes santé logo"
Propos recueillis par Oihana Gabriel   Publié le 02/05/19

INTERVIEW Alors que sa première bande dessinée, centrée sur son stage d’interne en psychiatrie, sort aujourd’hui, Claire Le Men dessine et raconte son expérience pour «20 Minutes»

Claire Le Men, 28 ans, publie sa première BD où elle retrace dans un récit romancé son premier stage en tant qu'interne en psychiatrie.

Claire Le Men, 28 ans, publie sa première BD où elle retrace dans un récit romancé son premier stage en tant qu'interne en psychiatrie. — O. Gabriel / 20 Minutes
  • Claire Le Men a choisi, après des études de médecine et quatre stages en psychiatrie, de devenir auteure de bande dessinée.
  • Elle dévoile dans Le Syndrome de l’imposteur, qui sort ce jeudi, ses premiers pas d’interne dans un service de psychiatrie.
  • Entre les personnes hospitalisées en unité pour malades difficiles (UMD) et des services à bout de souffle, elle parvient à décrire cet univers avec tendresse et humour.

Maroc : des « schizophrènes » dans les hautes sphères politiques ?

Bladi.net

MAROC
2 mai 2019
Saâd-Eddine El Othmani, psychiatre et Chef du Gouvernement, vient de qualifier de « schizophrènes » de nombreux hommes politiques qui entravent les réformes amorcées par son gouvernement. Faut-il s’en affoler ? Des malades mentaux dans les hauts rouages de l’Etat ? Ou est-ce juste une manière de parler, une exagération ? Voyons voir…
« Pense-t-il ce qu’il dit ? » Est une question qui se pose d’elle-même vu ses qualifications dans le diagnostic des maladies psychiatriques. En effet, doit-on donc réellement s’alarmer ? Il convient d’abord de regarder cette affaire de plus près et de ne pas tirer de conclusion hâtive. L’expérience nous dévoile qu’il est inutile de penser immédiatement au zoo à chaque fois que Benkirane parle de crocodiles et autres bêtes sauvages. Psy ou pas psy, la vérification s’impose.


L’Art brut en bande dessinée ?


Par Didier Quella-Guyot    3 mai 2019


Il faut un petit grain de folie pour se mettre à dessiner, à peindre, à écrire, mais qu’en est-il chez ceux que l’on traitait de fous, qu’on envoyait à l’asile d’aliénés, qu’on privait de vie publique ? C’est ce que tente de raconter « Enferme-moi si tu peux » en évoquant six créateurs, célèbres ou pas, dont la reconnaissance artistique fut problématique sous l’appellation d’art brut ; c’est aussi ce qu’évoque « La Trahison du réel » à travers le destin édifiant d’Unica Zürn qui vécut avec Hans Bellmer ...

Les auteurs d’« Enferme-moi si tu peux » ont choisi d’évoquer des destins aussi exceptionnels qu’opposés. Augustin Lesage, par exemple, né dans une famille de mineurs et qui se met au fond des galeries où il s’épuise à entendre des voix ! Celles-ci le poussent vers une peinture miniaturiste et très colorée qui contraste fortement avec son environnement habituel. Au total, plus de 800 toiles naitront « sous l’influence des esprits » !
Il n’est pas le seul à entendre des voix : Magde Gill, elle aussi. Après l’orphelinat et un travail comme bonne, elle se met à entendre une dénommée Myrninerest qui va lui inspirer des dessins dont elle n’a jamais perçu l’intérêt ou l’originalité. Les musées après sa mort se les sont arrachés. Les femmes ont évidemment particulièrement souffert de l’interdit artistique qui pesait sur elles. Aloïse en est un autre exemple. Maltraitée par une sœur ainée tyrannique, elle s’inventera des amours, écrivant des choses curieuses, puis on l’enferma pendant plus de 40 ans dans un asile où elle se mettra à dessiner inlassablement sans jamais reconnaitre son talent.


Des nazis sur le divan

Résultat de recherche d'images pour "books revue logo"

Publié dans le magazine Books, mars 2013. Par Paul Lerner

Quand Rudolf Hess, proche collaborateur d’Hitler, se retrouva aux mains des Anglais en 1941, il fut rapidement pris en charge… par des psychanalystes. Cette nouvelle science donnait l’espoir de comprendre les ressorts de l’âme nazie et donc de mener la guerre plus efficacement. Les agents du renseignement américain pensaient de même, au point de psychanalyser Hitler à distance.


Piotr Uklańskis "Real Nazis", Heinz Bunse

Le 10 mai 1941, au cours de l’un des épisodes les plus étranges de la Seconde Guerre mondiale, Rudolf Hess s’extirpa d’un appareil de la Luftwaffe pour atterrir en parachute sur une ferme écossaise. Il avait probablement l’intention de négocier un accord de paix entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne nazie. Mais nul ne sait avec certitude si Hess agissait de son propre chef, ou s’il avait au préalable noué des contacts au Royaume-Uni. De même, on ignore quel bénéfice précis il espérait tirer de l’opération. Peut-être imaginait-il qu’il serait reçu dans les plus hautes sphères de la diplomatie britannique, voire qu’on l’y accueillerait en héros ; et que ses compatriotes l’acclameraient pour avoir précipité la fin de cette guerre insensée contre l’Angleterre, lui abandonnant la maîtrise des mers en échange de la liberté de se concentrer sur l’Union soviétique, le véritable ennemi racial et idéologique. Quoi qu’il en soit, il y a une chose à laquelle le dauphin d’Hitler ne s’attendait certainement pas : tomber aux mains des psychanalystes. Tout laisse à penser que le prisonnier Hess a livré des informations utiles au renseignement militaire. Mais les quatre années qu’il passa sur le sol britannique ont en définitive davantage intéressé les experts en psychologie que les stratèges (1). Une fois remis des blessures subies lors de son saut en parachute, Hess devint l’objet de toutes les attentions en tant que représentant de l’énigmatique esprit nazi. Médecins et psychologues se mirent à chercher en lui des clés pour comprendre l’ennemi : ils espéraient, en sondant la psyché de l’un des plus proches partisans du Führer, percer le secret du pouvoir d’attraction exercé par Hitler.