Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 27 juillet 2013

La pleine lune, trublion du sommeil

Le Monde.fr avec AFP | 
Les nuits de pleine lune sont de moins bonne qualité et écourtées d'au moins vingt minutes, selon les travaux de chercheurs suisses.
Les nuits de pleine lune sont de moins bonne qualité et écourtées d'au moins vingt minutes, selon les travaux de chercheurs suisses. | Dalbera_Flickr
La pleine lune perturbe-t-elle le sommeil ? C'est une certitude, et la première preuve scientifique de l'influence du cycle lunaire sur le sommeil vient d'être apportée par les travaux de chercheurs suisses dont l'étude a été publiée dans la revue Current Biology
Dirigés par le professeur Christina Cajochen, de l'hôpital psychiatrique universitaire de Bâle, ces scientifiques ont étudié le sommeil de trente volontaires. Ils ont contrôlé leur activité cérébrale et leurs mouvements oculaires et mesuré leurs sécrétions hormonales. Ils en ont conclu que la qualité du sommeil changeait avec les cycles lunaires.
VINGT MINUTES DE SOMMEIL EN MOINS
Lors des nuits de pleine lune, l'activité cérébrale, liée à la phase profonde du sommeil, diminue de 30 %, selon les auteurs de cette étude. Les candidats au sommeil mettent cinq minutes de plus pour s'endormir et dorment vingt minutes de moins. Les participants ont estimé que leur sommeil a été de moins bonne qualité pendant la pleine lune. Ce sentiment a été étayé par des taux de mélatonine – hormone qui régule le sommeil et les cycles de veille et de sommeil – inférieurs à ceux des autres nuits.
"Le cycle lunaire semble avoir une influence sur le sommeil humain, même si on ne voit pas la lune et que l'on ne sait pas" qu'il s'agit d'un soir de pleine lune, explique le professeur Cajochen. L'influence lunaire est bien connue sur certains animaux, notamment marins, chez qui le clair de lune régule les comportements de reproduction, rappellent les chercheurs.

Quand Charles VI le Fou inventait la retraite

LE MONDE | Par 
Gravure du XVe siècle représentant Charles VI et sa cour (détail).
Gravure du XVe siècle représentant Charles VI et sa cour (détail). | PHOTO12/AFP
La période estivale aura été marquée par la poursuite des concertations sur les retraites entre gouvernement et partenaires sociaux, à la suite de la remise, le 14 juin, du rapport Moreau au premier ministre Jean-Marc Ayrault. Le dernier épisode d'une longue épopée, celle des pensions.
Il était une fois un roi sujet à de fréquentes crises de folie, au point d'être surnommé "le Fou". Le 7 janvier 1407, soixante-dix ans après le début de la guerre de Cent Ans, Charles VI (1368-1422) édicte une ordonnance donnant droit à une pension "à ceux qui bien et longuement l'auraient servi". Il vient d'inventer la retraite. Les souverains qui lui succèdent sous l'Ancien Régime prélèvent sur leur trésor royal pour distribuer des pensions de cour, de charité et de mérite à un petit cercle d'environ 60 000 élus.
Mais c'est la difficulté de trouver des équipages fiables pour les navires de Sa Majesté qui va aboutir à la création de la première véritable caisse de retraite. Le 22 septembre 1673, Jean-Baptiste Colbert, (1619-1683), ministre de Louis XIV, met en place l'enrôlement général des "gens de mer", appelés à servir sur les vaisseaux du roi. Une caisse des invalides de la marine royale est destinée à secourir les marins blessés ou invalides.

Masturbation : de l’interdit à la réhabilitation

L’histoire de la masturbation nous enseigne comment des découvertes fortuites peuvent amener à de terribles persécutions guidées par des interprétations médico-religieuses erronées.
IL N’EXISTE dans l’Ancien Testament aucune condamnation directe de la masturbation. Dans l’Antiquité, elle ne soulève qu’indifférence. Hormis un texte de Galien qui sera toujours repris par les persécuteurs et qui parle de « perte de semence »,… Le mot masturbation apparaît pour la première fois chez Montaigne qui en parle ouvertement mais ne la condamne pas. Les choses vont changer à la fin du XVIIe siècle à la suite de découvertes de trois Hollandais.Janssen met au point le premier microscope ; de Graaf, naturaliste, découvre le follicule qui porte son nom et, enfin, Leeuwenhoek découvre le spermatozoïde. Ce dernier, drapier de son état, s’intéressait aux fibres des tissus et non au sperme. On peut imaginer, remarque le Dr PhilippeBrenot « sa stupéfaction devant des millions de petits animaux mobiles dans son sperme obtenu probablement par masturbation… »

Des statues dans les chambres à coucher pour mieux procréer

LE MONDE | Par 
Ce fut un étrange bonhomme. Fils d'un cordonnier de Calabre, orphelin de mère à 5 ans, il aurait tout appris en écoutant à la fenêtre de l'école. Moine dominicain mais philosophe sensualiste, ennemi d'Aristote, ami de Galilée, emprisonné, torturé pour hérésie, comploteur, utopiste, Tommaso Campanella (1568-1639), en vingt-trois ans de cellule, eut tout loisir de mettre au point sa fantastique Cité du Soleil. Protégés par sept murs d'enceinte, les Solariens y vivent deux cents ans, l'espèce s'étant nettement améliorée grâce à la science médicale et au strict contrôle, comme chez Platon, des accouplements.
Les trois magistrats assistant le chef suprême du gouvernement se nomment Puissance, Sagesse et Amour. Ce dernier a "pour principale fonction de veiller à tout ce qui regarde la génération et de régler les unions sexuelles de telle sorte qu'il en résulte la plus belle race possible". Les lecteurs de La République, éventuellement ceux de cette modeste série, auront reconnu le projet platonicien : mettre de l'ordre là où la vie réelle est toujours la plus imprévisible et la plus chaotique - au coeur de l'érotisme, des unions, de la procréation. Toutefois, si la mélodie est la même, les arrangements du moine sont inattendus.
Hygiène et papauté sont passées par là : "Les individus appelés à remplir les fonctions génératrices ne peuvent s'y livrer qu'après que la digestion est faite et qu'ils ont offert leurs prières à Dieu." S'invitent aussi, dans cet eugénisme baroque, des dispositifs évoquant les courses de chevaux, voire la corrida sur thème astral : "Le géniteur et la génitrice dorment dans des cellules séparées jusqu'à l'heure fixée pour le rapprochement et à l'instant précis une matrone vient ouvrir les deux portes. L'heure favorable est déterminée par l'astrologue et le médecin."

Des agents commerciaux de GSK auraient été formés pour soudoyer des médecins

Le Monde.fr avec AFP | 
Les enquêteurs chinois et la presse étatique évoquent un système par lequel le groupe pharmaceutique utilisait de fausses factures et des agences d'organisation de voyages et de conférences afin d'organiser des événements à des tarifs prohibitifs. | REUTERS/ALY SONG
Les révélations continuent. Des agents commerciaux du groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) en Chine étaient"spécifiquement formés" pour verser des pots-de-vin aux médecins et veiller à "leur procurer de l'agrément", rapporte vendredi 26 juillet l'agence de presse Chine nouvelle.
Selon elle, les représentants commerciaux de GSK, qui est sous le coup d'une enquête pour corruption, offraient aux praticiens une prime de 10 à 20 yuans (1,22 à 2,44 euros) chaque fois qu'ils prescrivaient certains produits du groupe.
Les agents "établissaient de solides relations personnelles avec les docteurs en leur procurant de l'agrément ou en leur offrant de l'argent, pour les inciter à prescrire plus de médicaments" de GSK, précise-t-elle.

La CNIL émet des recommandations sur la géolocalisation des personnes âgées désorientées

La multitude de services proposés pour assurer la sécurité des personnes âgées en perte d'autonomie inquiète certaines institutions. Face à de tels enjeux, la CNIL propose une série de conseils pratiques pour mieux encadrer ces dispositifs... dans le respect des droits des personnes.
À l'instar de la charte sur les bonnes pratiques des dispositifs de géolocalisation en gérontologie élaborée et rendue publique le 25 juin dernier par le Comité national de bientraitance et des droits (CNBD), sous l'égide du ministère délégué en charge des Personnes âgées et de l'Autonomie (lire notre sujet du 26/06/2013), la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) vient de formuler des recommandations sur les systèmes de suivi et d'assistance électronique pour les personnes âgées désorientées. Si les systèmes et services de géolocalisation tendent à se répandre de plus en plus dans l'ensemble des hôpitaux et établissements médicosociaux de l'Hexagone, ils soulèvent inévitablement un débat éthique. Quelles en sont les limites ? Existe-t-il un risque de déresponsabilisation des acteurs concernés au profit des technologies ? Ces outils créent-ils l'illusion d'une protection ? Autant de questions que se posent bon nombre d'esprits, parmi lesquels les directeurs des établissements, les professionnels de santé ou encore les familles.

Longévité : les japonaises retrouvent la première place



Les Japonaises ont de nouveau la plus longue espérance de vie au monde, a annoncé le ministère nippon de la Santé. Selon les calculs effectués avec les données de 2012, les filles nées au Japon peuvent espérer vivre en moyenne 86,41 ans, contre 85,90 en 2011, année où la duré de vie moyenne a baissé à cause des milliers de décès prématurés provoqués par le tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est de l'archipel. En 2012, les morts dues à des hémorragies cérébrales ont également diminué, a précisé une responsable du ministère. Les Japonaises avaient perdu en 2011 le titre de championnes du monde de la longévité, pour la première fois en plus de 25 ans, au profit des femmes de Hong Kong. Ces dernières arrivent cette fois en deuxième place, avec une espérance de vie de 86,30 années, suivies par les Espagnoles, les Françaises et les Suisses. L'espérance de vie des hommes japonais a également atteint un record (79,94 ans en 2012 contre 79,44 en 2011). Ils ne sont toutefois qu'à la cinquième place mondiale. Les hommes qui vivent le plus longtemps au monde sont les Islandais avec 80,8 années, ceux de Hong Kong venant en deuxième devant les Suisses et les Israéliens.

Témoignage - « Ça valait le coup d’être là-bas... »

Deux infirmiers et une sage-femme alsaciens ont exercé quelques mois en Syrie avec « Médecins sans frontières ». Ils ont témoigné du travail réalisé dans ce pays en guerre lors d’un « café expat » à Strasbourg.Merci à L’Alsace.fr pour le partage de ces témoignages chargés d’émotions.
Thomas Luthringer, Isabelle Mislin, Claudine Bronner
Les deux infirmiers, Thomas Luthringer et Isabelle Misslin, et la sage-femme Claudine Bronner.

Brûlés en raffinant du pétrole

L’organisation non gouvernementale Médecins sans frontières (MSF) est présente en Syrie depuis juin 2012 pour soigner la population en proie à la guerre civile qui dure maintenant depuis plus de deux ans. Trois Alsaciens en sont revenus il y a quelques semaines.

Originaire de Thann, Thomas Luthringer est infirmier. Il a passé trois mois dans un des six hôpitaux de MSF en Syrie avec Isabelle Mislin, une autre infirmière qui réside à Kingersheim. J’avais un poste d’infirmier de bloc opératoire où je régulais l’activité. On était loin du front, à 60-70 km, et on ne recevait plus des combattants ou des blessés de guerre mais des gens qui souffraient de la dégradation de la vie quotidienne.

vendredi 26 juillet 2013

Stratégie nationale de santé : MG France applaudit le rapport Cordier, les usagers ironisent

17/07/2013
Le syndicat de médecins généralistes MG France a réagi de manière positive à la publication, ce lundi 15 juillet, du très attendu rapport Cordier.
Le groupe d’experts a formulé 19 propositions pour réformer en profondeur le système de santé.
« MG France salue la pertinence de cette démarche initiée par le Premier ministre et mise sur la responsabilité de la ministre de la Santé » et appelle les responsables politiques à « se saisir en urgence de cette feuille de route ».

Fuite organisée ?

À l’inverse, les usagers du Collectif interassociatif sur la santé (CISS) s’interrogent sur la méthode de (non)communication privilégiée par le gouvernement pour annoncer la publication d’un rapport de cette importance. Le CISS s’étonne donc d’avoir vu « fuiter » en début de matinée le document dans la presse, tandis que le gouvernement se fendait d’un lapidaire communiqué en fin d’après-midi annonçant une remise officielle du rapport en septembre.
« Curieuse méthode », ironise le CISS. Les sages auraient-ils été trop sages ? Ou pas assez ? La « fuite » est-elle organisée ? Les usagers avouent « se perdre en conjectures ».
› A.B.-I.

Y A D’LA GÈNE – L’analyse marchande de l’ADN, ou comment connaître sa probabilité d’avoir Alzheimer

LE MONDE Blog  
Et vous, seriez-vous prêts à tout connaître de votre ADN… et de ses risques ? (STUART CAIE/Flickr/CC)
La société précise à moult reprises qu'il ne s'agit en aucun cas d'un diagnostic mais de l'évaluation des risques par rapport à la moyenne des personnes partageant un génotype semblable. Mais tout de même, l'éventualité de savoir que l'on a 80 % de chances de développer la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson peut faire froid dans le dos. Nicolas Enault, un journaliste de FranceTVinfo, a bravé ce risque et a demandé à 23andme, l'une des principales sociétés américaines sur ce marché en vogue (quand les analyses génétiques ne sont possibles en France "que dans un cadre médical précis"), de lui envoyer un descriptif détaillé du contenu de ses gènes.
Comme quelque 300 000 autres clients depuis sa création en 2006, l'entreprise a demandé au journaliste de… cracher dans un tube puis d'envoyer le kit pour analyse en Californie. Un envoi outre-Atlantique qui fait doubler le prix du dépistage (une centaine de dollars initialement, soit environ 76 euros.

La santé en Afrique : un secteur à fort retour sur investissement

15 juillet 2013

Partout en Europe, en ce mois de juillet, s’élaborent les budgets des Etats. L’heure est à l’austérité, à la rationalisation de la dépense publique, aux coupes budgétaires claires. Partout en Europe, monte la tentation du repli qui frappe aujourd’hui sévèrement l’aide publique au développement, en recul sous l’effet de la crise économique (1).
Le gain d’un tel repli est illusoire et dérisoire. Les citoyens européens - qui estiment, pour 85% d’entre eux, que l’Europe devrait continuer à aider les pays en développement malgré la crise économique - l’ont bien compris (2).
L’investissement de l’Europe dans le fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est l’exemple même de ce qu’elle fait de mieux quand elle choisit d’exprimer ses valeurs et de les partager au sein d’une organisation internationale multilatérale innovante. En apportant près de la moitié de ses ressources, elle est aujourd’hui le principal bailleur du fonds mondial qui, par ses résultats remarquables, sa gouvernance et sa capacité d’adaptation rapide, constitue le prototype d’une organisation internationale efficace.

Café : il réduirait les risques de suicide

C'est ce qui ressort d'une étude menée par des chercheurs d'Harvard.

Boire plusieurs tasses de café par jour réduirait de près de 50% les risques de suicide. C'est ce qui ressort d'une étude menée par des chercheurs de la Harvard School of Public Health (HSPH), et publiée début juillet dans le World Journal of Biological Psychiatry. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont examiné les données de trois précédentes études américaines. Ils ont découvert que les risques de suicide chez un adulte buvant deux à quatre tasses de café quotidiennement étaient diminués de moitié par rapport à ceux buvant peu ou pas du tout de café.  La caféine ne se contente pas de stimuler notre système nerveux, elle agit aussi comme un antidépresseur léger en stimulant la production de certains neurotransmetteurs du cerveau : notamment la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline. Ce qui pourrait aussi expliquer la diminution du risque de dépression chez les buveurs de café. Un lien déjà établi dans de précédentes études. 
Lu sur HSPH Harvard

Les nouvelles grilles indiciaires définitives des DS seront effectives au 1er juillet 2015



La refonte statutaire des directeurs des soins passe par quatre décrets et trois arrêtés. En reconnaissance des "responsabilités accrues", ces textes exposent les nouvelles grilles indiciaires et créent 97 emplois fonctionnels. Au passage, le maintien de la NBI est scellé pour les DH, D3S et DS.

Dans la suite des nouveaux arbitrages interministériels sur le devenir statutaire des Directeur des soins (DS) présentés fin mai à des organisations syndicales plus que mesurées (lire notre sujet du 22/05/2013), pas moins de quatre projets de décret et trois d'arrêté, dont Hospimedia a obtenue copie (télécharger le doc zip ci-contre), étaient soumis pour avis ou information ce 9 juillet à la commission des statuts et ce, dans l'optique du prochain Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière (CSFPH) le 16 juillet prochain. Il s'agit, argue le ministère de la Santé, de reconnaître les "responsabilités accrues" que vivent les DS depuis la loi HPST, entre un "rôle de conseil stratégique", un "rôle pivot dans le management d'un CHU" et une fonction de coordonnateur de la politique de formation des paramédicaux et cadres de santé.

L'ethnologie ouvre à tous les possibles

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 


Plus que d'autres sciences sociales, l'ethnologie est régulièrement sommée de faire la preuve de son utilité. Beaucoup la voient encore comme une discipline passéiste, discréditée par les circonstances coloniales de son surgissement, une science pratiquée par des amateurs d'exotisme qui vont visiter les dernières "peuplades" survivant sur la surface de la Terre pour y accumuler des notes sur leurs coutumes pittoresques.
C'est bien mal nous connaître. D'abord parce que les objets de l'ethnologie sont aussi divers que les façons contemporaines de vivre la condition humaine et que les genres de collectifs au sein desquels ces modes de vie se déploient. Depuis les townships de Soweto jusqu'à un navire-école de l'US Navy, en passant par les brigades anticriminalité du 93 et les studios de Bollywood, il n'y a pas de lieu où l'existence sociale se configure d'une manière distinctive qui ne soit demeurée hors d'enquête pour les ethnologues.

Le gain de la psychanalyse est-il un grain de temps, l’objet « a » en « - » ?

Olivier Lenoir

En Thaïlande, on a fait appel à des enfants pour sensibiliser les adultes au danger du tabagisme.

En caméra cachée, on a envoyé un jeune garçon et une jeune fille demander du feu à des fumeurs sur la rue.


Découvrez leurs réactions dans cette publicité anti-tabac étonnamment touchante. 
Publiée le 21 juin 2012

Voir la vidéo ...


L’ONU instaure une "Journée mondiale des toilettes"

Les Nations unies ont décrété mercredi que le 19 novembre serait la Journée mondiale des toilettes, après une proposition de Singapour dont l'ambassadeur a assuré se moquer d'éventuelles blagues à ce sujet. Le diplomate a précisé que 2,5 milliards de personnes à travers le monde n'avaient pas accès à des installations sanitaires correctes, et que 1,1 milliard de personnes faisaient leurs besoins dans la nature. Fournir des toilettes pourrait permettre de sauver la vie de plus de 200.000 enfants chaque année, selon lui. Diminuer de moitié le nombre de personnes n'ayant pas accès à des toilettes avec de l'eau propre d'ici 2015 était l'un des huit Objectifs de développement du millénaire sur la santé et la pauvreté, fixés en l'an 2000. C'est l'objectif le plus loin d'être réalisé: au rythme actuel ce but ne sera pas atteint avant 2075.

jeudi 25 juillet 2013

Soins psychiatriques : deux députés veulent alléger la "sécurisation"

LE MONDE | 
Noyée parmi les 33 projets de loi débattus en session extraordinaire, la proposition de loi sur les soins sans consentement en psychiatrie a été accueillie sans bruit. Il s'agit pourtant de revenir sur l'une des réformes les plus contestées des dix dernières années en matière de santé mentale.
Déposée le 3 juillet par les députés socialistes Denys Robiliard et Bruno Le Roux, la proposition de loi modifie les dispositions législatives du 5 juillet 2011, qui avaient été en partie censurées par le Conseil constitutionnel le 20 avril 2012, en raison de l'insuffisance des garanties légales encadrant l'admission des patients en unité pour malades difficiles (UMD) et les hospitalisations d'office des personnes reconnues pénalement irresponsables.
En novembre 2008, après la mort à Grenoble d'un étudiant poignardé par un malade en fuite, Nicolas Sarkozy avait annoncé vouloir "sécuriser"davantage les hôpitaux psychiatriques. Le fait divers à l'origine de la loi de 2011 avait poussé au renforcement des mesures de rétention à l'égard des malades, en verrouillant davantage les hospitalisations d'office. En plus des restrictions des conditions de sortie des patients internés sans consentement, la loi avait permis l'application des soins sous contrainte à domicile.
Le législateur avait dû intégrer les réserves du Conseil constitutionnel qui, déjà, s'était prononcé sur l'illégalité des conditions d'hospitalisation d'office, une décision qui avait abouti à l'intervention obligatoire d'un juge des libertés et de la détention.

L’accident cardiaque toujours en tête du top 10 des maladies les plus meurtrières dans le monde

23/07/2013
Le Conseil économique et social des Nations Unies a adopté hier plusieurs résolutions dont l’une à propos du VIH/sida où elle enjoint l’ONUSIDA à poursuivre les efforts déployés pour atteindre les objectifs fixés dans la Déclaration politique de 2011 (Objectif zéro ou encore zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au sida).
L’autre résolution concerne les maladies non transmissibles pour demander la création d’un groupe de travail multi-agence de prévention et de contrôle des maladies non transmissibles (United NationsInteragency Task Force on the Prevention and Control onNoncommunicable Diseases) sur le modèle de celui mis en place pour le contrôle du tabagisme (Interagency Task Force on Tobacco Control) dont la mission serait étendue.
Cette nouvelle instance conduite par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) devra coordonner l’ensemble des activités de l’ONU conduites dans le cadre du Plan mondial d’action 2013-2020 destiné à contrôler et prévenir les maladies non transmissibles. Une réunion est prévue le 13 novembre prochain afin de finaliser le projet. Le Conseil rappelle les objectifs de ce plan qui sont de réduire de 25 %, d’ici à 2025, la mortalité prématurée liée aux maladies cardiovasculaires, aux cancers, au diabète, aux maladies respiratoires.

Psychothérapie à cheval

23/07/2013
Selon Véronique Delespierre, dans l'équithérapie, les soins apportés aux chevaux jouent un rôle important.







De nombreuses personnes pensent que je suis vétérinaire, s'amuse Véronique Delespierre. C'est pourtant d'êtres humains que s'occupe cette équithérapeute de 54 ans. Cavalc'aide, son auto-entreprise, créée au Pêchereau en avril 2012, a remporté un prix régional au concours Talents de la création d'entreprise en région Centre, en juin 2013. Elle propose des soins thérapeutiques originaux, fondés sur la présence d'un cheval, à des patients souffrant de pathologies mentales lourdes, mais aussi de troubles ponctuels tels que la dépression ou le stress.
Véronique Delespierre est psychologue de formation. Après avoir exercé cette profession dans le Nord de la France, elle est devenue directrice de l'Office technique départemental d'insertion et de formation, à Châteauroux. « Mon travail devenait de plus en plus administratif, raconte-t-elle. J'avais acheté une ferme au Pêchereau, et renoué avec mon amour pour les chevaux. J'ai donc décidé de réunir ma formation de psychologue et ma passion. »

Psychanalyse et contrôle scientifique de la reproduction

Quelques approches possible

Simone Perelson

Psychanalyste, membre de l’Espaço Brasileiro de Estudos Psicanalíticos (EBEP). Professeur au Programa de Pós-graduação em Teoria Psicanalítica et à l’Escola de Comunicação de l’Universidade Federal do Rio de Janeiro (UFRJ)
À partir d’un commentaire de Freud à propos des changements drastiques que le contrôle scientifique de la procréation pourrait apporter à la société, du recours que fait Lacan à un cas d’insémination post mortem pour illustrer la fonction paternelle, ainsi que de la mise en évidence par Monette Vacquin de la présence, au sein des nouvelles technologies reproductives, d’une redoutable alliance entre l’inconscient, la science et le marché, l’article prétend réfléchir sur les montages actuels et futurs de la filiation, et plus particulièrement sur la place que le donneur anonyme de sperme peut occuper dans ce montage.

Les administrations publiques et le milieu associatif devront dorénavant rémunérer les stagiaires

La loi sur l'enseignement supérieur et la recherche publiée au Journal officiel ce 23 juillet élargit notamment l'obligation légale de gratification des stages à la fonction publique hospitalière. Cette disposition adoptée par les députés en mai dernier a pour objectif principal de mettre fin aux abus.

En Italie, les médecins du secteur public en grève contre les coupes budgétaires

23/07/2013
Médecins, vétérinaires, cadres et techniciens de la santé publique se sont mis en grève pendant 4 heures, lundi 22 juillet, pour protester contre les coupes budgétaires à hauteur d’un milliard d’euros et le non-renouvellement de la convention collective nationale de travail bloquée depuis 2009 (avec gel de salaire).
Selon l’estimation des syndicats, 70 à 90 % des 135 000 médecins et vétérinaires du service public et 20 000 dirigeants, techniciens et professionnels du secteur sanitaire italien ont adhéré au mouvement d’arrêt d’activité.

Le défi thérapeutique complexe de la dépression puerpérale

Publié le 22/07/2013
Le traitement de la dépression pendant la grossesse se révèle une question ardue pour les praticiens comme pour leurs patientes. L’attention accrue portée aux troubles de l’humeur périnataux suscite dans la littérature médicale une bibliographie foisonnante où les médecins se repèrent pourtant avec difficulté. Or une prescription chez une femme enceinte constitue toujours un défi où le prescripteur doit mettre en balance « l’ampleur des risques et les avantages d’un traitement », à l’aune des conseils glanés dans la littérature médicale, et confrontés à sa propre expérience. Bien que les études sur les relations épidémiologiques entre une dépression puerpérale et des problèmes obstétricaux demeurent encore limitées, il semble que les femmes souffrant d’une dépression (non traitée) pendant leur grossesse présentent un « risque plus élevé d’incidents obstétricaux. »

Traiter ou ne pas traiter la femme enceinte déprimée ?

Publié le 11/07/2013
La presse spécialisée continue à s’interroger sur la question du traitement des dépressions pendant la grossesse ou/et la lactation : le médecin doit « peser les risques et les bénéfices » du traitement antidépresseur, rappelle ainsi l’éditorialiste de The American Journal of Psychiatry. Certaines études ont montré que « des femmes souffrant de dépression majeure durant la grossesse ont un risque accru d’avoir un enfant prématuré, ou avec un petit poids de naissance et un retard de croissance intra-utérin. » Le problème se complique en constatant que le recours aux antidépresseurs durant la grossesse se trouve, lui aussi, « associé à des résultats négatifs. » Par exemple, précise l’auteur, les femmes traitées par un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) ont un risque « deux à trois fois plus élevé d’avoir un enfant prématuré ou un bébé de faible poids à la naissance » que celles non exposées à ces médicaments au cours de leur grossesse.

Les psychiatres libanais renoncent à «guérir» les homosexuels ;)

C’est une petite révolution. Dans une déclaration sans précédent, que l’on avait déjà publiée, la Lebanese Psychiatric Society (LPS) a considéré que l’homosexualité ne constituait pas un trouble mental.
«On croyait autrefois que l’homosexualité résultait d’une dynamique familiale problématique ou d’un développement psychologique déficient. On sait à présent que ces suppositions reposaient sur des informations erronées et des préjugés.»

Une équipe mobile en psychiatrie

Réseau CHU - 23/07/2013
A Nice, une Equipe Mobile assure la prise en charge des personnes en situation de précarité et d'exclusion lorsque celles-ci présentent une pathologie psychiatrique préexistante, une décompensation ou une symptomatologie réactionnelle à la précarité.


L'équipe mobile psychiatrie - précarité (EMPP) raccourcit le délai d'évaluation et de traitement de ces personnes. Par un lien social étroit déployé au plus près des patients précaires, l'EMPP apporte des réponses rapides de proximité en s'appuyant sur analyse conjointe des situations avec les professionnels du secteur et une concertation avec les équipes concernées. Elle évite une aggravation de l'état de ces patients ou des errances thérapeutiques;
Ses interventions peuvent se situer soit au Centre communal d'action sociale (CCAS) de la ville de Nice qui a passé une convention avec le CHU, soit dans l'une des associations prenant en charge des personnes en situation de précarité, soit dans la rue en coordination avec le Samu Social ou bien à la Policlinique de l'hôpital Saint Roch où une consultation EMPP est ouverte.

Une 69e guérison miraculeuse annoncée à Lourdes

22/07/2013

La guérison en 1989 d’une Italienne victime de graves crises d’hypertension, a été reconnu le 20 juin par l’évêque de son diocèse, àPavie en Italie, comme« miraculeuse » dimanche auprès des Sanctuaires de Lourdes. Les Sanctuaires, victimes le mois dernier des graves inondations qui ont ravagé les Pyrénées, n’ont publié la nouvelle que le 19 juillet, et uniquement sur leur site internet.
« Lors de l’annonce de la guérison miraculeuse nous étions sous deux mètres d’eau, ensuite nous avons décidé de ne pas faire de communication officielle, mais nous nous réjouissons de la déclaration de l’évêque de PavieMgr Giovanni Giudici », a expliqué Joël Luzenkodu service de la communication des Sanctuaires en rappelant les fortes inondations du mois dernier qui ont touché la région.

Les 5 statistiques positives de l’école française

Le Monde Blogs 

Le système éducatif français est souvent stigmatisé sur ses faiblesses et je veux bien reconnaitre que ce blog contribue à cette tendance sur la base des comparaisons internationales. Il ne faut pas non plus se voiler la face, les problèmes en France sont bien réels. Cependant, j’aimerais à travers cet article regarder les choses sous un angle résolument plus optimiste et attirer votre attention sur 5 statistiques où la France s’en sort particulièrement bien dans les comparaisons internationales par rapport à ses voisins de l’OCDE.

1ère statistique positive : la France a une école maternelle ouverte au plus grand nombre et financée principalement par des fonds publics.

Nouveau record de détenus pour les prisons françaises

B. G. | Publié le 22.07.2013

Au premier juillet 2013, il y avait 68 569 détenus dans les prisons françaises, un nouveau record. Un record avait déjà été battu en juin, avec 67.977 personnes incarcérées. Avec 57 320 places, le système carcéral connait une surpopulation de près de 120%.

Les mutilations génitales touchent encore 125 millions de femmes, 30 millions sont menacées

22/07/2013

L’excision et les mutilations génitales féminines (MGF) commencent à reculer dans le monde mais plus de 125 millions de femmes en sont aujourd’hui victimes et 30 millions de filles pourraient l’être encore au cours de la prochaine décennie, alerte l’UNICEFdans un rapport rendu public ce lundi, mais dont les premières tendances avaient été révélées en février à l’occasion de la journée mondiale « tolérance zéro » contre ces pratiques.

Alcool : les anciens buveurs abstinents ont une mortalité plus élevée que les petits buveurs

22/07/2013

Les abstinents ont une mortalité plus élevée que les petits buveurs, le constat ne cesse de poser question. À leur tour, les chercheurs de l’université du Colorado ont essayé de comprendre les raisons de cette surmortalité surprenante dans une étude sur plus de 41 000 personnes aux États-Unis.
L’équipe du Pr Richard Rogers a opté pour une analyse en fonction des caractéristiques par sous-groupes de non-buveurs. Si certains ont défendu par le passé l’hypothèse d’un effet protecteur et anti-stress, les résultats coloradiens suggèrent que le fait de se mettre à boire un peu pourrait ne pas avoir le résultat escompté sur la mortalité.