Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 3 mai 2014

Folie, leçon de choses Journal d'une infirmière en psychiatrie Blandine PONET





Voir le sommaire
De plus en plus d'infirmiers doivent assurer seuls, notamment dans le cadre extra-hospitalier, des prises en charge psychiatriques lourdes, qui demandent une réelle inventivité et de solides ressources personnelles pour affronter la folie de l'autre, sans s'y laisser engloutir, tout en la respectant.
Les familles, appelées aujourd'hui « aidants naturels », compensent toujours davantage les défaillances du service public alors qu'elles n'ont que leur bonne volonté et leur amour filial pour faire face à la maladie de l'un des leurs qui met à mal tous les liens.

Lire la suite ...

La rupture du parcours de soins en psychiatrie est l'un des axes de recherche de la Drees

La Drees vient de publier les actes d'un colloque sur l'organisation de la psychiatrie, où se mêlent de nombreuses thématiques ayant trait à la continuité et à la rupture du parcours de soins.
Les actes du séminaire organisé en 2012 par la Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques (DREES), sont disponibles en ligne. Ce document réunit 20 interventions communiquées lors de cet événement destiné à encourager la recherche et cadrer les pistes de réflexion potentielles. Cinq axes sont illustrés : besoins de soins et recours aux soins, continuité des prises en charge et ruptures des parcours de soins, la place des professionnels de santé libéraux dans la prise en charge en santé mentale, l’articulation des prises en charge sanitaires et médico-sociales, les évolutions du territoire de la psychiatrie. 

Bases de données disponibles

Les bases de données disponibles et exploitables par la recherche sont présentées avec leurs spécificités et leurs limites. Ainsi, le recueil d’information médicalisé en psychiatrie (RIM-P) a été mis en place en 2007 et devrait permettre d’étudier le suivi et les modalités de prise en charge des personnes atteintes de pathologies psychiatriques graves.

vendredi 2 mai 2014

Journée internationale de l’infirmière : J-10

 | 

« Les infirmières, une force pour le changement : une ressource vitale pour la santé. », tel est le thème choisi par le Conseil international des infirmières (CII). A cette occasion le CII brosse un état de santé du monde infirmier critique.

10313233_877661198926431_9099451373417889668_n
Les évolutions démographiques, "font apparaître de nouveaux risques d’infection liés à l’environnement et au mode de vie" et"compromettent la réalisation de l’objectif de la sécurité sanitaire pour tous", indique ce rapport.
"L’accès équitable à des services de santé de qualité est impossible faute d'infirmières bien préparées et en effectifs suffisants" alors que "l’investissement dans la profession infirmière peut changer la donne. Des chercheurs ont prouvé que certaines interventions infirmières d’un coût modeste contribuent efficacement" a réduire ces inégalités et améliorer la santé des populations, précise le CII.

Autre critique : "Les systèmes de santé utilisent, de plus en plus souvent, un vocabulaire inspiré du secteur industriel (« retour sur investissement », « efficience », « rapport coût-efficacité ») et "des méthodes de rationalisation (...). Il apparaît de plus en plus clairement que cette tendance managériale associée à de fortes contraintes financières place les infirmières dans une situation difficile, alors même que les gouvernements et les employeurs s’efforcent de maîtriser les coûts de la santé".

Hôpitaux de Saint-Maurice : la tension reste vive

02/05/2014

Grève à la crèche hospitalière, mécontentement du personnel de nuit, mise en examen d’un médecin... Le feu couve dans le Val-de-Marne, aux hôpitaux de Saint-Maurice. Ce vendredi 2 mai, une centaine d’agents se sont rassemblés pour soutenir les grévistes de la crèche, qui dénoncent le trop grand nombre d’enfants accueillis au vu des capacités en lits et personnel.
Selon SUD santé, « la décision brutale du directeur de fermer les crèches en affirmant qu’elles ne seraient ouvertes que lorsque les syndicats auront retiré le préavis de grève radicalise les personnels ».
La réorganisation des effectifs de nuit est un autre sujet de crispation. Environ 125 personnes travaillent de nuit aux hôpitaux de Saint-Maurice. Il en faudrait 180 selon les syndicats CGT et SUD qui tirent la sonnette d’alarme depuis un an à propos des conditions de travail nocturnes. « La direction reste sourde à nos revendications et ne cherche pas à recruter », déplore un syndicaliste.

«Constellations», l’écrit du peuple

FRÉDÉRIQUE ROUSSEL

Un ouvrage à paraître lundi retrace de l’intérieur les luttes alter de ces quinze dernières années. Une première destinée à bâtir le socle des batailles à venir.

Petition : TRAVAIL SOCIAL : PARTICIPONS A L AVENIR DE NOS METIERS

Lancée en janvier 2013, la réforme du travail social tend à s’accélérer avec la publication des rapports visant la ré-ingénierie des diplômes du travail social qui n’apparaissent pas représentatifs de la réalité des professionnels et répondent manifestement à d’autres logiques.
Nous, professionnels du travail social, formateurs, chercheurs, étudiants appelons tous les professionnels, associations, étudiants et syndicats concernés par la refonte des métiers du social à se joindre à nous et à signer cette pétition afin d’interpeler le Ministère de la Cohésion Sociale (notamment la Commission Professionnelle Consultative), et les instances gouvernantes d’UNAFORIS (Union Nationale des Etablissements de Formation et de Recherche en Intervention Sociale).
Par cet appel nous exprimons :
1- Notre refus de toute nouvelle réforme des diplômes et classification des métiers qui n’aurait pas été concertée avec les acteurs concernés.
2- Notre volonté de préserver une logique de métiers dont l’un des aspects est la forte qualification pour l’accompagnement direct auprès des publics.
3- L’impérieuse nécessité de reconnaître et consolider les dimensions cliniques dans tous les métiers de la relation et du lien social qui respectent des temporalités particulières, s’appuient sur des pratiques renouvelées et des dynamiques individuelles et collectives.

Les dossiers des patients vendus à des opérateurs privés

Alexandra Chaignon
22 Avril, 2014

À l’hôpital de Saint-Malo, un médecin a été mis au placard pour avoir refusé de confier à une société privée les données médicales 
de ses patients, qui servent ensuite à facturer à la Sécurité sociale. Une pratique qu’il dénonce dans son livre Le Serment d’hypocrite - Secret médical : Le grand naufrage.
L’histoire du docteur Jean-Jacques Tanquerel (1), c’est un peu celle du pot de terre contre le pot de fer. Alors qu’il est responsable du département d’information médicale (DIM) du centre hospitalier de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), ce médecin s’oppose à l’intervention d’une société privée, mandatée par sa direction, pour traiter des données 
de patients couvertes par le secret médical. Pris dans une tourmente où s’opposent intérêts financiers et droits des malades, poussé à bout par sa hiérarchie, il fait un burn-out. Quand il revient, il est évincé de son poste de chef du service et se retrouve dans un placard, à un poste de médecin hygiéniste. Malgré tous ces déboires (deux procédures judiciaires sont d’ailleurs en cours), l’homme ne cesse de dénoncer la primauté des enjeux financiers sur l’éthique. Pour comprendre l’ampleur 
de ce scandale, il faut remonter à 2005 avec l’instauration de la tarification à l’activité (T2A), qui a modifié le mode de financement des hôpitaux : à chaque acte réalisé correspond un code, lequel donne droit à un remboursement de la part de l’assurance maladie. 
Un système complexe car il existe des milliers d’actes, et donc, de fait, des milliers de codes. C’est surtout un enjeu financier capital pour des établissements qui sont, pour la plupart, en grande difficulté économique.

jeudi 1 mai 2014

C’est arrivé le 1er mai 1383 Un nouveau statut des barbiers

01.05.2014

Le métier de barbier-chirurgien remonte au Moyen Âge, alors que la chirurgie a été condamnée par l'Église au concile de Tours en 1163 ( « Ecclesia abhorret a sanguine » , « 

L’Église a le sang en horreur »).et que les actes chirurgicaux ne manquent pas et doivent pourtant être pratiqués.

Au fil des siècles, plusieurs édits royaux vont édicter les droits et devoirs des barbiers jusqu’à celui rendu le 1er mai 1383 par Charles VI dont les articles sont les suivants :

Art 1- Le roi établit pour garde du mestier son premier barbier et valet de chambre, avec pouvoir d’instituer un lieutenant.

Art 2 - Pour faire office de barbier, il faudra avoir été essayé et éprouvé par ce maître et par quatre jurés (examen de maîtrise obligatoire pour qui veut s’installer dans ce métier).

Art 3 - On ne peut y admettre des gens tenant hostel de bourdellerie et maquerellerie; et s’ils en tiennent, ils seront privés à toujours de l’office, et leurs outils seront confisqués.

Art 4 - Interdiction de soigner les lépreux.

Art 5 - Ils ne doivent faire aux jours défendus, c’est-à-dire aux jours de dimanche et de grandes fêtes, aucune chose de leur mestier de barbier, hors de saigner et de piquer, sous peine d’amende. .

Art 6 - Ils encourent aussi une amende de cinq sols s’ils pendent bassin hors de leurs huis aux cinq fêtes de Notre-Dame, Saint-Cosme, Saint-Damien, à l'Epiphanie, aux quatres fêtes solennelles de Noël, Pâques, Pentecôte et la Toussaint.

La psychiatrie publique malade des restrictions budgétaires

Lutte Ouvrière n°2387 du 2 mai 2014

Hôpital Pierre-Janet Le Havre

Le personnel de l'hôpital Pierre-Janet, au Havre, a fait grève le mardi 15 avril pour protester contre le manque de moyens. Cet établissement psychiatrique, le seul pour toute la pointe de Caux, en Normandie, de Fécamp à Lillebonne, connaît une situation difficile depuis plusieurs années.

Le nombre de lits, notoirement insuffisant, oblige par moment à installer des patients en surnombre dans les chambres, quand ce n'est pas dans des locaux inadaptés ou dans les couloirs. Il manque du personnel pour s'occuper convenablement des malades, et même de médecins, dix-sept postes n'étant pas pourvus. Faute de médecins, les malades sont moins rapidement pris en charge et restent hospitalisés plus longtemps, ce qui aggrave la suroccupation des lits.


Un psychiatre d'Arcachon poursuivi après le suicide d'un patient

Mercredi 30 avril 2014 

Le docteur Christian Gaussares était jugé mercredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux notamment pour mise en danger de la vie d'autrui. Il avait testé un nouvel anti-dépresseur sur huit de des patients. L'un d'eux s'était immolé par le feu deux mois après le début du traitement.

mercredi 30 avril 2014

L’hôpital sous le charme

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 
« Pensez à quelque chose qui vous plaît, une odeur, respirez calmement. » Dans un des blocs opératoires de l’hôpital Saint-Joseph, à Paris, ce mardi 14 janvier au matin, le docteur Marc Galy, anesthésiste, parle doucement à Hocine Ayyati, âgé de 78 ans, qui doit subir l’opération d’une artère carotide. De façon répétitive, il lui suggère de respirer, de ne rien faire, d’être là. « On peut s’imaginer quelque part, à une terrasse de café, ou ailleurs, dans un aéroport, tout est possible, on va regarder les gens passer », suggère le médecin, qui commence l’anesthésie locale et continue de parler au patient.
Pendant ce temps, l’équipe médicale se prépare. Le docteur Galy répète plusieurs fois la même chose, c’est l’hypnose par confusion. M. Ayyati semble détendu. « Le patient est totalement conscient. Il est entré en hypnose, dans un état de conscience modifié », nous explique le docteur Galy. Trente minutes plus tard, le chirurgien Samy Anidjar arrive. Tout au long de l’intervention, le docteur Galy surveille les constantes, ne quitte pas son patient. « Ça tire un peu… », dit celui-ci au milieu de l’opération. De l’autre côté du drap bleu, le cou est incisé sur une dizaine de centimètres, l’équipe enlève les plaques d’athérome obstruant l’artère. Opération délicate. Front contre front, l’anesthésiste susurre doucement à l’oreille de M. Ayyati lorsque celui-ci pose une question, et le patient répond lorsqu’il est sollicité.

Le don de RTT à un collègue dont l'enfant est malade autorisé par le Sénat

Le Monde.fr avec AFP | 
Le Parlement a définitivement autorisé, mercredi 30 avril, les salariés à donner anonymement une partie de leurs jours de repos à un collègue dont un enfant est très malade, le Sénat ayant adopté une proposition de loi UMP déjà votée à l'Assemblée.
Les sénateurs se sont prononcés pour ce texte, à l'exception de ceux du groupe CRC (Communiste, républicain et citoyen), qui ont voté contre car ils préfèrent une logique de « solidarité universelle », et des socialistes qui se sont abstenus, trouvant cette solution « pas satisfaisante sur le plan juridique ». L'Assemblée avait adopté la proposition de loi de Paul Salen en janvier 2012. M. Salen avait expliqué s'être inspiré d'un cas réel de solidarité survenu dans une entreprise de son département, la Loire.

TOGO: Le recyclage est une nécessité pour les infirmiers togolais


La pratique de l’infirmerie au Togo n’est régulièrement pas conforme aux règles déontologiques et d’éthiques régissant ce métier.

Suite aux innombrables plaintes des bénéficiaires de service des agents de ce corps de métier hospitalier, un rapport de l’Association nationale des infirmiers et infirmières du Togo (ANIIT) a été réalisé sur la situation des soins infirmiers dans ce pays.

 Il révèle de nombreux dysfonctionnements relatifs à l’exercice de cette profession dans le pays (mauvais accueil réservé aux patients, manque de courtoisie dans la prestation des agents de santé, etc...).



Tunisie : Grève de trois jours à l’hôpital régional de Ben Guerdane

Par : Di avec TAP 29 avr 2014

L’hôpital régional de Ben Guerdane et les différents centres de la santé de base sont en arrêt de travail depuis mardi matin suite à la grève de trois jours décidée par le syndicat de base de la santé publique et soutenu par l’union locale du travail, en signe de protestation contre l’assassinat d’un infirmier, lundi. Seuls les services d’urgences et les services internes où des malades sont hospitalisés fonctionnent.

« Ce crime a choqué le personnel de la santé et suscité son indignation, a indiqué le secrétaire général du syndicat de base de la santé de Ben Guerdane, dénonçant l’absence de sécurité dans cette zone.


Le nouveau statut médical des sages-femmes va bientôt voir le jour, annonce Touraine

30/04/2014


Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a confirmé ce mercredi que le nouveau statut des sages-femmes allait « voir le jour » très prochainement, ajoutant que des discussions sur les rémunérations étaient désormais engagées. « Le statut médical des sages-femmes sera clairement reconnu, un texte va être publié, elles seront toujours dans le cadre hospitalier. C’est cela que certaines contestent, elles voudraient avoir le même statut que les médecins », a expliqué Marisol Touraine sur RMC et BFM-TV.

L’OFT donne ses conseils aux médecins pour intégrer la e-cigarette dans le sevrage tabagique

30/04/2014

L’Office français de prévention du tabagisme (OFT) a dévoilé mercredi un « avis d’experts » destiné à aider les professionnels de santé à adapter la prise en charge de l’arrêt du tabac dans un contexte de développement de l’usage de la cigarette électronique.
Cette série de 77 constats et recommandations n’est « pas basée sur la science mais sur l’expérience pratique d’experts du sevrage tabagique qui ont fait entrer depuis longtemps la e-cigarette dans leur consultation », souligne le Dr Marion Adlertabacologue qui fait partie des 10 experts ayant participé à l’élaboration de ce document depuis janvier dernier.
Cet avis de l’OFT est une manière de sortir du flou ambiant autour des cigarettes électroniques qui ne sont actuellement pas recommandées par la Haute Autorité de santé (HAS) dans le sevrage ou la réduction du tabagisme « en raison de l’insuffisance de données sur la preuve de leur efficacité et de leur innocuité », même si leur usage n’est pas non plus« déconseillé » par l’instance chez les fumeurs qui refusent « la substitution nicotinique recommandée ».

La voix entre chien et loup


Solipsy-Editions Mercredi 4 Juin 2014, à Paris 7
Toutes les informations
sont sur le site de Claire Gillie :
 
http://www.clairegillie.com
et sur le site de la Journée Mondiale de la voix :
http://www.journeemondialevoixcgillie.com

Université Paris Diderot - Paris 7 
La Halle aux Farines, Amphithéâtre 2 A
Esplanade Vidal Naquet ou Rue Françoise Dolto, 75013 Paris
Métro, RER C et bus : arrêt : Bibliothèque François Mitterrand

Argument
La Journée Mondiale de la Voix, organisée pour la première fois au Brésil le 16 avril 1999 par la Sociedade Brasiliera de Laringologia e Voz, a été ensuite reconduite dans différents pays avec pour visée des rencontres entre professionnels de la voix venant d'horizons variés.
En 2010, pour la première fois à Paris, elle a pris la forme d’un colloque Voix/Psychanalyse, L'autre côté de la voix, donnant à entendre cette voix a-sonore qui pulse au cœur de la parole faisant appel à l'Autre. En 2011, La Voix Aveugle, a tenté de tisser et détisser ce qui se trame entre la voix et le regard. En 2012, La voix sur les braises a fait flamboyer le désir religieux qui noue la voix du sujet avec celle de l'Autre. En 2013, Vox Dolorosa a déplié les brisures de la voix dolente prise dans l'étau du corps-parlant.
Cette année, La voix entre chien et loup s’aventure dans les arcanes crépusculaires de la phobie, là où entre murmures et hurlements, la voix peut finir par objecter à la parole et lui faire de l’ombre… Sauf à s’ébrouer et franchir cette éclipse, à l’aube du désir…

9h45 : TABLE RONDE 1 
Paul-Laurent Assoun (Psychanalyste, professeur Paris 7)
La voix de son maître
Claire Gillie (Psychanalyste, musicologue)
Dans la gueule du loup bleu : une voix bifrons
Jean-Michel Vives (Psychanalyste, professeur Nice-Sophia Antipolis)
Variations psychanalytiques sur « la voix du loup » de Michel Poizat

11h00 : PAUSE

11h30 : TABLE RONDE 2
Yannis Gkiastas (Psychanalyste Athènes)
Une voix offerte en pâture au Cerbère du Réel
Ghilaine Jeannot-Pages (Psychanalyste, MC droit Limoges)
Du hurlement enchaîné du chien de défense, à la voix éteinte du crépuscule des dieux
Emmanouil Konstantopoulos (Psychanalyste Athènes)
Le nœud phobique féminin ; crépuscule de la séparation et voix de la plainte
Claude Maillard (Psychanalyste, écrivain)
A l’heure des Immatériaux, la voix

12h45 : CONCLUSION DE LA MATINÉE
Paul-Laurent Assoun (Psychanalyste, professeur Paris 7)





Hôpital sud francilien : les personnels vent debout contre le plan d’économies de l’établissement

30/04/2014

Les représentants CGT, FO et SUD du personnel du centre hospitalier sud francilien (CHSF, Essonne) ont déposé un préavis de grève ces mardi et mercredi pour protester contre le gel de 52 postes non médicaux, en majorité des aides-soignantes et des infirmières. 27 postes de praticiens hospitaliers ne seront pas reconduits d’ici à 2017 (départs à la retraite, mobilité).
Ce gel s’inscrit dans le cadre du plan de retour à l’équilibre financier de l’établissement, tout juste sorti d’un désastreux partenariat public privé et plombé par 30 millions d’euros de dettes. La direction s’est engagée à ramener son déficit à 8 millions d’euros début 2017. Mardi, les représentants CGT, FO et SUD ont boycotté la commission technique d’établissement (CTE), instance interne de l’hôpital. Ils s’élèvent contre des mesures « imposées par la direction sans concertation ».

Résistances bactériennes : le monde s’achemine vers une ère postantibiotique selon l’OMS

30/04/2014


« Nos capacités de traitement des infections bactériennes sont en train de diminuer. C’est un phénomène global qui fait que chacun d’entre nous peut être concerné. » Le ton du Dr Johanna Strume, du département « Pandémie et maladies épidémiques » de l’Organisation mondiale de la santé se veut alarmiste à l’occasion de cette conférence de presse organisée pour la remise dupremier rapport mondial sur la résistance aux antibiotiques. L’OMS a estimé que la menace que représentent les souches de bactéries multirestantes n’est plus une prévision, mais bien une réalité dans chaque région du monde, et que tout un chacun, quel que soit et son pays, peut être touché.
Selon le Dr Keiji Fukuda, sous-directeur général de l’OMS pour la sécurité sanitaire, « À moins que les nombreux acteurs concernés agissent d’urgence, de manière coordonnée, le monde s’achemine vers une ère postantibiotique ».

L’unité de 20 lits de pédopsychiatrie de l'hôpital Charles-Perrens devait ouvrir fin 2013. Mais son ouverture a été différée, faute de personnel

 30/04/2014


Bordeaux : le service de psychiatrie pour enfants ouvrira en septembre

Antoine de Riccardis, le directeur de l'hôpital Charles-Perrens, ne mâche pas ses mots. On pourrait dire qu'il a avalé une couleuvre, mais n'abandonne pas la partie. « On ouvrira le site en septembre prochain, ça devrait marcher, concède-t-il. Théoriquement. L'État devient impécunieux et je crains que cela ne se poursuive en 2015 et 1016... »

En fin d'année 2013, les travaux de l'unité de 20 lits de pédopsychiatrie sont livrés, dans l'enceinte de l'hôpital psychiatrique bordelais. Rien ne manque, ni l'espace, ni la lumière, ni les chambres, avec lits, sanitaires, canapés. Sauf un truc essentiel : le personnel. 29 personnes auraient dû être recrutées, infirmiers, aides-soignantes, psychomotriciens, médecins, éducateurs, agents de service hospitaliers... En plan. Le service, qui s'adosse au centre de crise adolescence ouvert en 2007, devait ouvrir fin 2013. Et niet. Pas d'argent pour financer le personnel, exit le projet médical, les enfants et adolescents en souffrance sont invités à être soignés ailleurs. En pédiatrie, au CHU voisin par exemple, ou aux urgences psychiatriques adultes, ou pas.