Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 23 octobre 2010




Grand Sud » Toulouse
23/10/2010
EMMANUELLE REY

Marchant : le personnel réclame des moyens

Depuis lundi, une partie du personnel de l'hôpital Marchant est en grève reconductible. Pour le retrait de la loi sur les retraites mais surtout pour dénoncer le manque de moyens.

De part et d'autre de la grande tente blanche dressée depuis lundi devant l'entrée de l'hôpital Marchant, les revendications sont clairement affichées. « Non à la retraite à 67 ans », « Oui à l'emploi », « Sauvons l'hôpital », « Davantage de petites cuillères en métal »… Votée en assemblée générale vendredi dernier, la grève, soutenue par l'intersyndicale CFDT-CGT-FO-SUD et le personnel non syndiqué, a vite dépassé le cadre national de lutte contre la réforme des retraites. « Tout est lié, c'est la même volonté politique. On veut faire payer aux salariés et aux plus faibles, l'ardoise de la crise. On manque de moyens humains, l'hôpital public est en danger. On en arrive même à pleurer pour réclamer une petite cuillère… C'est peut-être anecdotique, mais, dans mon service de pédopsychiatrie, les enfants ne peuvent plus manger de kiwis parce que les cuillères en plastique se cassent », lance Isabelle Morère, secrétaire du syndicat CGT de l'hôpital Marchant. « Ce qui a mis le feu aux poudres ici c'est le manque de personnel infirmier dans le service de gériatrie. Pour pallier l'absence de huit titulaires sur dix - arrêts de travail ou départs - la direction a fait appel en urgence, la semaine dernière, aux infirmiers des autres unités de l'hôpital alors que les gestes ne sont pas les mêmes, ils demandent même une certaine expertise. », ajoute Jean-Paul Fauré, secrétaire Sud santé de Marchant.

Dans la tente des grévistes, les témoignages se succèdent et remplissent le cahier de doléances. Tous témoignent d'un épuisement professionnel. « Les infirmiers ne doivent pas être baladés comme des pions, c'est inhumain », souligne encore Isabelle Morère en précisant que la pénurie d'infirmiers en psychiatrie devient de plus en plus critique.

« Le contexte de recrutement des personnels infirmiers est difficile », confirme Michel Thiriet, directeur de l'hôpital Marchant qui compte 563 lits en psychiatrie et 47 en gériatrie. Il parle aujourd'hui d'une « douzaine de besoins de remplacement ». « Nous faisons face à une pénurie de candidatures et c'est souvent le cas en fin d'année. Nous devons attendre début décembre et la sortie des étudiants diplômés de l'école. D'ici là, pour les remplacements, il est normal de faire jouer la solidarité d'établissement », conclut le directeur après avoir rappelé que huit postes médicaux et quarante non médicaux ont été créés en quatre ans.

Les grévistes, reçus au tout début de leur mouvement par le directeur, ont décidé de « tenir le camp ». « Postes, besoins, on joue sur les mots. Nous, nous ne voulons plus travailler dans des conditions dégradées », explique Isabelle Morere.

vendredi 22 octobre 2010





Des psychanalystes mettent en cause la politique du gouvernement français à l’égard des Tsiganes


Journée de réflexion et de protestation à l’initiative d’Espace Analytique - Dimanche 21 novembre 2010, de 13h30 à 19, ENS rue d’Ulm, Paris


Cibler une population pour l’exclure, comme le gouvernement français l’a fait envers les Gens du Voyage, français, et les Roms, étrangers communautaires, est un acte condamnable. Dans une Europe fragilisée par une crise économique majeure, ce genre de geste risque de transférer le malheur quotidien en vindicte populaire, dès lors qu’est désigné un bouc émissaire.

Mais il y a plus grave. L’histoire du XXe siècle nous enseigne que c’est là un engrenage politique fatal. Les institutions européennes ont protesté. L’idéologie de la libre circulation des personnes est constamment affichée. Pourtant la mise en place de la zone Schengen et une phraséologie multiculturaliste à géométrie variable provoquent des formes de clôture ségrégative intra-européenne.

La psychanalyse a cerné la tendance à la ségrégation, relevée par Lacan après la Massenpsychologie de Freud, propre au fonctionnement de l’inconscient individuel. Espace Analytique en avait fait le thème de son Congrès de 2004. Il importe d’y revenir aujourd’hui, alors que fonctionne cette "exclusion interne" que nous connaissons bien, en invitant nos collègues à une journée de réflexion et de protestation le 21 novembre prochain, autour d’Henriette Asséo, historienne, professeur à l’EHESS et de Patrick Williams, anthropologue, directeur de recherches au CNRS dont les recherches font autorité sur l’histoire et l’anthropologie des Tsiganes.

La politique gouvernementale française actuelle a une double dimension.

Sur le plan intérieur, elle laisse entendre que la nationalité ne confère plus la citoyenneté de plein droit. Ainsi, en gommant le fait que les Gens du Voyage vivant en France sont des citoyens français, elle teste des techniques de suspicion sur l’ « identité nationale » d’une partie des Français.

Sur le plan extérieur, elle déconnecte des étrangers relevant du droit communautaire, les Roumains ou Bulgares dits « Roms », de leurs attaches nationales. Elle contribue à accélérer les expropriations en Europe centrale et orientale et à fabriquer une catégorie politique unique de « roms migrants », ethniquement responsable de leurs discriminations.

La tentation partagée par tous les États européens de l’« ethnicisation politique » remet en cause les principes de la souveraineté nationale ; elle met en péril le fonctionnement démocratique de notre société, tel qu’il s’est bon an mal an établi depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est de cela que nous parlerons dimanche 21 novembre 2010.

Programme ici






PARIS (Reuters)
Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris

[...]
* ORPEA, spécialiste des maisons de retraite et des cliniques de moyen séjour et de psychiatrie, a annoncé l'acquisition de 4.866 lits en Europe, offrant un chiffre d'affaires potentiel supplémentaire de 250 à 280 millions d'euros, et a relevé son objectif de chiffre d'affaires pour 2011.

* TRANSGENE a publié lundi un chiffre d'affaires sur neuf mois de 11,1 millions d'euros. La société de biotechnologies, qui précise disposer d'une trésorerie d'environ 194 millions d'euros à fin septembre, confirme être en bonne voie pour mettre sur le marché un premier produit en 2015.
[...]
Raoul Sachs, Florent Le Quintrec et Marie Mawad, édité par Dominique Rodriguez



Dépression grave : la piste de la thérapie génique
Anne Jouan

6 à 7 % des dépressifs souffriront d'une forme grave de la maladie.

Des chercheurs ont testé avec succès cette technique chez la souris.


La dépression touche plus de 3 millions de Français. Mais ce terme englobe des réalités très diverses, avec des souffrances d'intensité et de durée variables. De manière générale, on estime qu'environ 20 à 30% de la population connaîtra un jour un épisode dépressif à un moment de son existence. Et 6 à 7% d'entre eux souffriraient d'une forme plus grave que les spécialistes appellent la dépression «majeure» ou sévère. Si une grande proportion répond favorablement aux traitements, un petit nombre de malades ne réagit pas aux antidépresseurs. Soit parce que les médicaments ne produisent pas sur eux l'effet escompté, soit parce qu'ils n'agissent que momentanément, voire, dans certains cas, aggravent même les symptômes. Dans ces formes graves, différentes thérapeutiques plus lourdes sont parfois proposées : électrochocs, stimulation cérébrale (à l'essai)…
Dans ce contexte de pauvreté thérapeutique face à la dépression grave, des scientifiques se sont penchés sur l'intérêt de la thérapie génique. De manière expérimentale pour l'instant. Des chercheurs de l'université Cornell et de l'hôpital Presbyterian à New York viennent en effet de publier un article dans la revue américaine Science Translational Medicine qui conclut que la thérapie génique pourrait être une solution pour les dépressions graves ne répondant à aucun traitement chimique. Schématiquement, ils ont injecté un gène activant une protéine dite «p11» dans une partie du cerveau appelée le «noyau accumbens». La restauration de ce gène a permis d'éliminer les symptômes dépressifs chez des souris de laboratoire (symptômes évalués selon des protocoles standardisés).

Une protéine du plaisir

Les chercheurs avaient l'intuition que cette protéine p11 activée dans le noyau accumbens du cerveau est fondamentale pour ressentir du plaisir et éprouver un sentiment de satisfaction, absent chez les sujets dépressifs. Des analyses post-mortem ont montré que les patients souffrant de dépression grave avaient des taux de protéine p11 très bas. C'est pourquoi le Dr Michael Kaplitt de l'université Cornell a choisi d'insérer le gène produisant la protéine p11 dans le noyau accumbens en utilisant un virus comme vecteur. Il avait lui-même testé avec succès cette technique pour un traitement génétique de malades souffrant de Parkinson dans un essai clinique (phase 1). «En matière de dépression, il ne faut s'interdire aucune recherche, analyse le psychiatre Bruno Falissard, professeur à Paris-Sud. Il n'est pas complètement fou de vouloir essayer la thérapie génique, même si cette dernière était réservée jusqu'à présent aux maladies génétiques.»
Stéphane Jamain, chercheur à l'Inserm dans l'équipe de psychiatrie génétique (hôpital Henri-Mondor à Créteil), juge les résultats de ses collègues américains très intéressants. «Ils apportent de beaux résultats sur la physiopathologie de la maladie. C'est l'une des premières fois que l'on montre qu'il est possible de modifier un comportement en touchant aux gènes. Même si nous sommes encore loin de la thérapie génique pour l'homme dépressif», estime le chercheur, qui rappelle que les spécialistes soupçonnent depuis quelque temps le noyau accumbens d'être impliqué dans la dépression.

Des doutes subsistent


«En revanche, nous ne savons pas aujourd'hui avec certitude si la protéine p11 est réellement la protéine de la dépression», tempère Stéphane Jamain. «Ces recherches sont très intéressantes pour mieux comprendre les mécanismes qui entrent en jeu dans une dépression, observe la Pr Chantal Henry, psychiatre au CHU Albert-Chenevier (Créteil). Dotés de meilleures caractérisations cliniques, nous pourrons améliorer la prise en charge des malades et affiner leur prise en charge.»
Traiter la dépression, fût-elle sévère, par la thérapie génique n'est pas sans poser des questions d'ordre philosophique. «Cela équivaut à dire que l'on ne peut rien faire contre cette maladie et que la seule réponse est d'ordre génétique. Or c'est faux», insiste le Dr  Bruno Falissard. L'équipe américaine espère rapidement transposer sa découverte des rongeurs à l'homme.







La thérapie génique au chevet de la dépression
22.10.10

"Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé (...) Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé porte le Soleil noir de la Mélancolie", soupire Gérard de Nerval dans son poème El Desdichado ("le déshérité"). En écho, Baudelaire, dans son Spleen, décrit les affres de "l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis", où "l'Angoisse, atroce, despotique (...) plante son drapeau noir".


Les poètes et les peintres, dont les états cafardeux ont maintes fois inspiré la veine créative, jugeraient sans doute que l'étude américano-suédoise publiée dans l'édition du 20 octobre de la revue Science Translational Medecine manque furieusement de romantisme. Ce travail laisse entrevoir - de façon encore très préliminaire - la possibilité d'une thérapie génique des dépressions sévères.

Cette stratégie curative, consistant à remplacer des gènes défectueux, ou à introduire des gènes correcteurs dans certaines cellules, est expérimentée depuis peu chez des malades parkinsoniens. Mais elle est inédite pour la dépression. L'enjeu est énorme, puisque cette pathologie est en passe de devenir la deuxième cause d'invalidité après les maladies cardio-vasculaires, selon l'Organisation mondiale de la santé. Et qu'elle résiste, chez près d'un patient sur trois, à l'arsenal des médicaments antidépresseurs.

L'expérience, conduite par Brian Alexander (Weill Cornell Medical College de New York), a pris comme cobayes six jeunes souris mâles. Elle a d'abord inactivé à l'aide d'un virus, dans une minuscule région de leur cerveau appelée noyau accumbens, le gène p11, qui gouverne la synthèse de la protéine du même nom. Celle-ci est connue pour réguler le signal transmis aux cellules cérébrales par la sérotonine, un neuromédiateur impliqué dans l'humeur, le sommeil et la mémoire.

Les chercheurs ont alors observé les mouvements des rongeurs, lorsqu'ils les suspendaient par la queue, ou qu'ils les plongeaient dans une bassine d'eau dont ils ne pouvaient s'échapper. Ils ont constaté que les animaux renonçaient plus vite à se débattre ou à nager, une résignation classiquement observée dans les modèles animaux de dépression. Signe corroboré par leur moindre appétence pour une boisson sucrée, rappelant l'anhédonie (insensibilité au plaisir) des personnes dépressives.

L'équipe a ensuite procédé à l'expérience inverse, en réintroduisant dans leur cerveau, par le truchement d'un autre virus, le bon gène, afin de restaurer l'expression de la protéine. Les animaux ont retrouvé une agitation normale, en même temps que leur goût pour le sucre.

Parallèlement, les chercheurs ont passé au scalpel les tissus cérébraux de 34 cadavres d'humains, dont la moitié avait souffert de dépression et les autres non. Et ils ont découvert, dans le noyau accumbens des premiers, un niveau plus faible de la protéine p11.

Ils en concluent que, chez l'homme comme chez la souris, le noyau accumbens et le gène p11 jouent un rôle-clé dans la dépression. Et qu'une thérapie génique pourrait être envisagée pour "des patients présentant une dépression majeure, et réfractaires aux autres traitements antidépresseurs".

"Il s'agit d'un travail sérieux et novateur, qui apporte des éléments importants sur la physiopathologie de la dépression", commente Stéphane Jamain, de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm, équipe de psychiatrie génétique, hôpital Henri-Mondor de Créteil). Mais, ajoute-t-il, "cela ne signifie pas qu'il va révolutionner la psychiatrie".

"Le recours à la thérapie génique pour traiter des troubles psychiatriques complexes reste un domaine inexploré", estiment eux aussi, dans une mise en perspective publiée dans la même revue, trois chercheurs de la firme pharmaceutique américaine Johnson & Johnson. A leurs yeux, "même si nous nous engageons sur une nouvelle voie prometteuse, un grand nombre de questions cliniques et réglementaires doivent être résolues avant que de telles thérapies puissent être mises en œuvre ".

Entre la réaction d'un rongeur pendu par la queue et le comportement humain, il existe un fossé vertigineux. Même si les tests de la pendaison et de la nage forcée font partie de la batterie des protocoles standards utilisés avant l'éventuelle mise sur le marché d'un antidépresseur.

Dans le cas précis, l'extrapolation du modèle animal à l'homme semble d'autant plus hasardeuse que la thérapie génique a été effectuée sur des souris âgées de onze semaines seulement. Ce qui, transposé à l'homme, reviendrait à un traitement précoce, de post-adolescents, potentiellement avant l'apparition des premiers symptômes.

En outre, l'observation, post mortem, d'une carence de la protéine p11 dans le cerveau des sujets dépressifs pose l'éternelle question de la poule et de l'œuf. Comme il en va pour d'autres troubles psychiatriques, comme la schizophrénie ou l'autisme, il est impossible de déterminer si les anomalies cérébrales repérées sont la cause ou, au contraire, la conséquence de ces affections.

L'étude se focalise de surcroît sur un gène particulier, alors que la dépression, pour autant qu'elle puisse s'expliquer par des causes génétiques, implique vraisemblablement de nombreux gènes.

Il reste à démontrer que celui dont les chercheurs ont mis en évidence l'action joue un rôle plus déterminant que les autres. Cela, pour l'ensemble des manifestations dépressives, et non pas seulement pour un type spécifique de dépression.

Enfin, et peut-être surtout, ce travail propose une approche strictement biologique d'un trouble du comportement, dont les praticiens considèrent qu'il est la résultante d'un faisceau complexe où se mêlent des facteurs personnels, sociaux et environnementaux, associant traumatismes, stress et conditions de vie.

En dépit de toutes ces réserves, les résultats rapportés ont le mérite d'établir l'importance d'une zone très localisée du cerveau dans les états dépressifs. De l'établir, ou de la confirmer, puisque des essais de stimulation profonde du noyau accumbens, par des électrodes, ont déjà été menés pour des cas de dépression sévère résistant aux médicaments.

En outre, note Stéphane Jamain, qu'ils débouchent ou non sur une future thérapie génique, ils offrent un espoir aux dépressifs. Ils suggèrent, en effet, que cette pathologie, même dans l'hypothèse où elle serait inscrite dans les gènes, "peut être corrigée a posteriori, en compensant un déficit de neurotransmetteur".

L'étude est cosignée par treize biologistes, dont le patron, Michael Kaplit, professeur associé au Weill Cornell Medical College, est aussi cofondateur et consultant de la société américaine de biotechnologies Neurologix Inc. Cette société, cotée en Bourse, a acquis la licence d'un brevet déposé par l'université Cornell, sur la thérapie génique avec le gène p11. Les intérêts financiers en jeu expliquent, peut-être, s'agissant des perspectives thérapeutiques, le raccourci un peu rapide fait entre des souris et des hommes.
Pierre Le Hir





Gard« La santé mentale souffre d’une omerta, d’un défaut d’image très grave »

Denis Reynaud est secrétaire général de l’Union des cliniques psychiatriques privées

Jusqu’au 27 octobre, les cliniques psychiatriques diffusent une campagne radio nationale en faveur d’une meilleure compréhension des maladies mentales. Pourquoi ?

La santé mentale souffre d’une omerta, d’un défaut d’image très grave. Se faire hospitaliser en psychiatrie, cela reste tabou pour la plupart des gens. Pourtant, la maladie mentale, cela se soigne, il y a des résultats. Surtout si elle est prise en charge très tôt. Une dépression qui est prise en charge dès les premiers jours aura alors beaucoup plus de chances d’être guérie. C’est vrai aussi pour d’autres pathologies.

Votre action s’inscrit justement dans la semaine nationale de la dépression. Cette maladie continue-t-elle de progresser ?
Il faut savoir qu’actuellement, il y a une chance sur quatre, ou cinq, que tout un chacun soit un jour hospitalisé en psychiatrie. La plus fréquente des maladies mentales est la dépression ; selon l’INVS, de 5 % à 8 % des Français sont frappés par un épisode de dépression majeur. On constate un accroissement régulier des pathologies, la dépression en tête.

À cause de la crise ?
Oui, la crise se traduit par l’augmentation de la prise en charge de pathologies liées au stress.
L’image négative de la psychiatrie ce n’est pas qu’une affaire de tabou. C’est aussi le manque de moyens, les infirmiers surmenés...

Non ?

Il est exact qu’on a du mal à trouver des infirmières. On dit d’ailleurs au gouvernement qu’il faut en former plus.

La spécialisation en psychiatrie a d’ailleurs été supprimée pour les infirmières...
Ce n’est pas forcément une mauvaise chose : enfermer toute sa vie un infirmier en psychiatrie, c’est terriblement usant. Mais voilà, cette réforme a été mal faite : on n’a pas augmenté la formation en psychiatrie des infirmières. Il y a aussi un manque de moyens financiers. Depuis trois ans, on nous autorise une augmentation tarifaire d’un pour cent l’an. Comment pourrait-on dès lors augmenter le salaire de nos personnels ? Aujourd’hui, aucune clinique privée n’est en mesure d’équilibrer ses comptes en fonction des tarifs accordés par la tutelle. Les tarifs ne couvrent pas les coûts.

Comment faites-vous alors ?
On récupère avec les tarifs des chambres individuelles : mais voilà, tous les patients ne peuvent pas se permettre de se payer une chambre individuelle.

Dans le Sud, plus d’établissements
Les cliniques psychiatriques sont particulièrement implantées dans le Sud-Est. Une raison historique à cela : cette terre d’élection des sanatoriums, a vu, à leur disparition, nombre de ces établissements muer en cliniques psychiatriques. Aujourd’hui, en Languedoc- Roussillon, plus de la moitié des hospitalisations sont prises en charge par des établissements privés. En France, le privé prend en charge près de 25 % de l’activité, avec un budget inférieur à 10 % du total de la psychiatrie en France. « On ne trouve pas cela équitable », dit M. Reynaud au nom de l’Union nationale des cliniques psychiatriques privées (UNCPSY, 163 établissements) laquelle milite pour une meilleure reconnaissance de leur action par les pouvoirs publics et la population.

Mont Duplan : clinique rachetée
« On n’arrive plus à s’en sortir », affirme M. Reynaud. Il y a un an, « à contrecœur », il a vendu la clinique du Mont Duplan au groupe VP Investissement. En 1931, son grand-père avait fondé l’établissement qui sera l’un des derniers sanatoriums de France avant sa mue, en 1974. Cette année, la clinique (58 lits, dont 30 en chambres individuelles) a été la première à décrocher la certification V2010, et ce sans réserve de la Haute autorité de santé (HAS). Un gage de qualité, « grâce à la mobilisation exceptionnelle du personnel », souligne M. Reynaud.
Recueilli par Richard BOUDES
 




Les femmes survivent mieux à un traumatisme grave

Une femme victime d’un traumatisme violent a 14 % de plus de chance de survivre qu’un homme blessé de la même façon. Selon une équipe de l’université Johns Hopkins (Baltimore), il faudrait y voir une action délétère des androgènes. Adil H. Haider et coll. ont analysé les données nationales des traumatisés, soit plus de 48 000 cas survenus entre 2001 et 2005, vus aux urgences en hypotension et hypovolémie. Ils ont séparé ces accidentés en trois catégories : moins de 12 ans, 13-64, 65 ans et plus.

Dans les deux groupes extrêmes, les plus jeunes et les plus âgés, c’est-à-dire ceux aux taux d’hormones sexuelles les plus bas, il n’existe pas de différence de survie entre hommes et femmes. En revanche, chez les adultes soumis à une pression hormonale, les femmes se sont montrées avantagées par estrogènes et progestérone.

Une hypothèse thérapeutique en est née. Peut-être lors d’un traumatisme important serait-il utile de traiter les hommes par des inhibiteurs des androgènes, de façon temporaire. Des tests antérieurs réalisés sur des souris confortent cette option.
› Dr G. B.

« Journal of Trauma », septembre 2010.
Quotimed.com, le 21/10/2010




Ce que prévoit le projet de loi de bioéthique

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a présenté en conseil des ministres son projet de loi de révision de la loi bioéthique de 2004, qui devrait être discuté au Parlement au début de l’année prochaine.

LA PRINCIPALE innovation est la possibilité pour les enfants issus d’un don de gamète (sperme ou ovocyte) – soit à peu près 1 300 naissances par an – d’avoir accès à leurs origines. À leur majorité, ils pourront avoir accès à des données non identifiantes sur le donneur (âge, origine, catégorie socioprofessionnelle...) mais aussi à son identité, si celui-ci, informé de la demande, y consent. La mesure ne s’appliquera pas aux dons antérieurs à la loi, a souligné le ministère, répondant ainsi à une inquiétude des donneurs et des professionnels de santé.

Critères élargis.


Autre point très attendu par la communauté scientifique, le sort réservé à la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires. La loi de 2004 l’interdit, tout en prévoyant des autorisations dérogatoires par l’Agence de la biomédecine pour une période limitée à 5 ans, ce moratoire venant à échéance en février 2011. Le projet de révision supprime le moratoire, mais maintient le principe d’interdiction de la recherche et le régime d’autorisations à titre dérogatoire. Les critères sont élargis, puisque pourront être autorisées les recherches « susceptibles de permettre des progrès médicaux majeurs » (et non plus des « progrès thérapeutiques majeurs »), « ce qui permettra d’inclure les recherches en matière de diagnostic et de prévention », est-il précisé.

En matière d’assistance médicale à la procréation (AMP), le texte met en exergue le caractère strictement médical des critères justifiant d’y recourir. Il prévoit le même droit d’accès aux couples hétérosexuels pacsés qu’aux couples mariés (sans avoir à justifier de deux ans de vie commune comme prévu dans les autres cas). Les conditions de recours au diagnostic pré-implantatoire ou DPI (une quarantaine de naissances par an) restent inchangées, dans le cadre d’une AMP lorsqu’un couple a une forte probabilité de donner naissance à un enfant atteint d’une maladie grave reconnue comme incurable. En revanche, le gouvernement ouvre enfin la porte à la technique de la congélation ovocytaire ultrarapide (ou vitrification). Roselyne Bachelot s’était montrée, depuis le début des débats, défavorable à la gestation pour autrui : sans surprise, le texte ne l’envisage pas.

En matière de greffe, enfin, le don croisé d’organes est envisagé. En revanche, le gouvernement n’ouvre pas la voie à la conservation autologue de sang de cordon.
› STÉPHANIE HASENDAHL

Quotimed.com, le 20/10/2010




Le Sénat a adopté la réforme de la médecine du travail

Le Sénat a adopté dimanche matin la disposition réformant la médecine du travail introduite par les députés dans le projet de loi sur les retraites (dans le cadre du volet sur la pénibilité). Durant le débat, les sénateurs de gauche ont bataillé contre cette disposition, estimant qu’il y aurait une « perte d’indépendance de la médecine du travail ». Plusieurs parlementaires ont brocardé un texte écrit « sur le bureau de Laurence Parisot », présidente du MEDEF, un « passage en force », ou encore la « démédicalisation programmée de la santé au travail ». Certains élus ont dénoncé un cavalier législatif (une disposition n’ayant aucun lien avec le texte dans lequel il est incorporé).

La réforme stipule notamment que les missions des services de santé au travail« sont exercées par les médecins du travail, en lien avec les employeurs et les salariés désignés pour des activités de protection et de prévention des risques professionnels (...) ».

Le ministre du Tavail, Éric Woerth, s’est justifié sur tous les points sensibles.« Le secret professionnel (du médecin) est garanti. Son indépendance est garantie, a-t-il assuré. Il faut des équipes pluridisciplinaires, prenant notamment en compte la dimension psychologique, il faut aussi mieux coordonner les services de santé. Nous organisons un pilotage au niveau national et régional. Enfin, nous transposons des directives européennes car c’est une directive qui impose la désignation par l’employeur de personnes chargées de la protection et de la prévention des risques. »
› C. D.

Quotimed.com, le 18/10/2010




Des enfants sur la bonne voix

Critique


L’ethnopsychiatre Marie Rose Moro se penche sur les parcours langagiers chez les migrants


Par GENEVIEVE DELAISI DE PARSEVAL psychanalyste

Le maestro Georges Devereux (1908-1985), personnage étonnant - à la fois hongrois, américain, et français -, fondateur de l’ethnopsychanalyse, a marqué une génération d’ethnologues et d’analystes. Il n’a pas eu de descendance, a eu peu d’élèves, mais il a une postérité. Dont celle qu’incarne à double titre Marie Rose Moro (même si elle est trop jeune pour l’avoir connu personnellement). Son livre, très savant, se lit pourtant comme un roman, tissé d’histoires dont l’écheveau se dévide dans les consultations que l’ethnopsychiatre a menées d’abord à l’hôpital Avicenne à Bobigny et, désormais, à la maison des adolescents à Cochin, à Paris.

Ce ne sont pas des consultations classiques. Partant de l’hypothèse ethno-psychanalytique selon laquelle c’est le passage entre les langues et les logiques qui fait problème, le setting est celui d’un groupe bilingue animé par un(e) pédopsychiatre et d’autres cothérapeutes familiers des parcours langagiers des enfants et de leurs familles, sans compter des stagiaires internationaux, apprentis thérapeutes.

Tragédie grecque. Ces consultations s’adressent aux enfants de migrants, mais Marie Rose Moro a désormais mis l’expérience du travail transculturel mené à Bobigny au profit des enfants et adolescents de l’adoption internationale, de plus en plus nombreux (80% des adoptés). Le dispositif du groupe est celui du respect des langues et des histoires (le récit des rêves en particulier a une place très importante) ; il sert d’écho ou de chœur comme dans la tragédie grecque. S’élabore ainsi à chaque consultation un récit unique, mais à plusieurs voix, dont le contenu, pris en note par un cothérapeute, est repris à la séance suivante. Telle par exemple la séance avec Solange, la mère qui ne savait plus chanter de berceuse à son bébé ; le groupe a une importance toute particulière dans ces consultations mère-bébé : associé aux «co-mères» (les cothérapeutes), il porte véritablement les interactions conscientes et inconscientes. Où l’on voit que, pour grandir, un enfant doit se sentir protégé par sa langue maternelle ; encore fallait-il ici que sa mère puisse chantonner dans la langue de sa mère à elle.

Marie Rose Moro ne se pose pas en spécialiste de toutes les cultures et religions. Fidèle à Georges Devereux, sa méthode repose sur l’analyse des positions contre-transférentielles du (des) thérapeute(s), ainsi que sur l’observation participante, neutre, et bienveillante des références culturelles qui semblent parfois échapper au champ de compréhension tant anthropologique que psychanalytique. Le psychiatre Paul-Claude Racamier remarquait lui aussi que «le meilleur de la psychiatrie a toujours résidé dans cette nécessité naturelle de porter aux êtres un regard en plusieurs dimensions et une écoute en plusieurs registres (dont le registre interculturel)».

Décentrage. Remarquons que Marie Rose Moro a su, avec talent, éviter l’écueil d’une soi-disant empathie transculturelle, quasi magique ou incantatoire. Car les patients africains, serbes, irakiens, vietnamiens, tamouls, comoriens, qui font confiance au système hospitalier français, viennent chercher une médecine scientifique et non une médecine traditionnelle qu’ils pourraient de toute façon trouver chez eux, y compris à Paris où des praticiens de ces autres médecines pullulent. On trouvera de très belles pages - toujours illustrées par des histoires cliniques - sur le principe épistémologique du décentrage. «Se décentrer c’est accepter de ne pas ramener à soi des choses qu’on ne comprend pas d’emblée, et ne pas les considérer comme pathologiques ipso facto ; accepter en somme la notion de codage culturel pour soi et pour l’autre.» Avec d’autres mots, Paul Ricœur (que cite l’auteur) écrivait que le plus court chemin de soi à soi est bien l’autre.


jeudi 21 octobre 2010


Nouvelles psychanalytiques

Cronenberg dévoile son vrai faux biopic sur Freud

Le réalisateur a levé le voile sur son adaptation de "The Talking Cure" de Christopher Hampton : une histoire de folie, d’adultère et de rivalité masculine déguisée en biopic sur Freud.

“ On s’étonnait un peu de voir le réalisateur des Promesses de l’ombre s’embarquer dans le genre très calibré du biopic. Après un retour magistral au cinéma amorcé avec A History of Violence, David Cronenberg s’est lancé dans l’adaptation de The Talking Cure de Christopher Hampton sur la relation tumultueuse entre Sigmund Freud et son élève Carl Jung. Un film en costume donc, tourné entre l'Allemagne et l'Autriche, mais qui n’aura probablement rien de la reconstitution académique à l’œuvre dans la majorité des biopics. “ (…)
> lire la suite sur lesinrocks



Bouli Miro revient sur scène et dans le ventre de sa mère
07.10.10


L'auteur Fabrice Melquiot est un père d'un genre un peu particulier : celui d'un bébé de théâtre irrésistible. Bouli Miro est né en 2003 et a déjà vécu pas mal d'aventures. La dernière, Bouli année zéro, est mise en scène avec une joyeuse fantaisie par Emmanuel Demarcy-Mota au Théâtre des Abbesses, à Paris.

On a connu Bouli bébé : il faisait son entrée dans le monde sur la scène du studio-théâtre de la Comédie-Française, rien de moins. A la naissance, il pesait déjà 9 kg, et à un an, 49. Il avait "la vue bigleuse", et "les frissons de la peur de tout". Pas fastoche, mais l'amour de ses parents, Daddi Rotondo et Mama Binocla, et de sa cousine, Petula Clark, allaient faire des miracles.

Deux ans plus tard, en 2005, et toujours à la Comédie-Française, Bouli avait beaucoup grandi. Et aussi beaucoup maigri : dans Bouli redéboule, il avait perdu tous les kilos qu'il avait mis entre lui et la méchanceté du monde. Pas fastoche non plus, de grandir : avec Petula, rien n'allait plus. Entre les parents, rien n'allait plus non plus. Ils se "tapaient dessus comme des poissons pourris". Mama était amoureuse d'un drôle de type : Sigmund Freud.

En 2009, Bouli avait 12 ans. Il avait émigré au Théâtre des Abbesses, la deuxième salle du Théâtre de la Ville, dont Emmanuel Demarcy-Mota avait pris entre-temps la direction. Il s'était nettement regonflé : 101 kg, et beau gosse, avec ça. Le problème, c'était Petula : elle avait tellement maigri qu'elle était devenue comme une feuille de salade, avant de disparaître. C'était Wanted Petula.

Aujourd'hui, revoilà Bouli. Mais, surprise, comme au théâtre le temps fait ce qu'il veut, on découvre notre héros... dans le ventre de sa mère. Il est déjà bien gros pour sa taille lilliputienne. Alors ses parents décident de l'appeler Bouli. Ils auraient préféré Rahan, mais bon.

"C'EST ARCHI LA HONTE"


Dans sa bulle amniotique, Bouli, version foetus, travaille sérieusement du casque. Il parle à sa mère, à son père, à Petula, dont il est déjà amoureux, et aussi à Gunther, le rhinocéros de la voisine. Avant de faire ce constat : "En fait, je crois que je suis tout seul au fond de ma mère. Je n'ai pas vraiment d'yeux pour voir ce monsieur qu'il faut que j'apprenne à appeler Daddi. Je n'ai pas vraiment d'oreilles pour entendre. Je suis un tout petit machin, une graine en train de germer. Je suis grand comme une crotte de nez. Une grosse crotte de nez. C'est archi la honte."

La plume de Fabrice Melquiot est aussi délicate, poétique et ludique pour aborder les mystères de la naissance que la vie pas toujours simple des enfants d'aujourd'hui.

Fabienne Darge


"Bouli année zéro" de Fabrice Melquiot, au Théâtre des Abbesses, 31, rue des Abbesses, Paris 18e. Mo Abbesses. Jusqu'au 15 octobre, tous les jours à 14 h 30 ; et à 19 h 30 (sauf le mercredi). De 10 € à 16 €.

mercredi 20 octobre 2010



L'internement psychiatrique, nouvelle arme des préfets

La suite ici


Les «fous» sont-ils dangereux ?

Au cours de ses journées scientifiques qu’elle organise les 23 et 24 octobre prochains à Hammamet, l'ATPEP (Association Tunisienne des Psychiatres d’exercice privé) engagera un processus de réflexion autour du thème Psychiatrie et Violence avec un large panel d'Intervenants pluri-disciplinaires : philosophes, psychanalystes, sociologues, anthropologues, juristes, praticiens et psychiatres, tous concernés par le fait psychiatrique et ses conséquences sur nos sociétés contemporaines.

Des asiles-prisons aux neuroleptiques et thérapies comportementales, les pratiques psychiatriques ont bien évolué vers une meilleure compréhension et maîtrise des troubles de l’esprit humain. Mais la médiatisation à outrance de quelques cas de malades mentaux dont les actes criminels ont choqué l’opinion publique de par leurs dimensions sordide, perverse et morbide, risque de jeter le discrédit sur des décennies d’avancées thérapeutiques qui ont pratiquement anéanti les risques de dangerosité de la plupart des maladies mentales.

Mais dans ce domaine, comme dans tous les autres, le risque zéro n’existe pas. Faut-il pour autant, céder à la tentation du tout juridique, comme l’a récemment entrepris la France où la judiciarisation de la folie dangereuse prend de plus en plus la place des thérapies, comme le précise l’ATPEP dans la présentation de ses journées ?
C’est autour de cette thématique, violence et psychiatrie, que se réunissent un ensemble de spécialistes tunisiens dont le Professeur Essedik Jeddi qui vient de publier un livre intitulé Filiation et altérité (présentation de l’ouvrage et interview avec l’auteur à suivre), le Professeur Sofiène Zribi, le Professeur Michel Petterson de Montréal, le Professeur Youssef Seddik de Paris, M. Abdelkader Zghal, etc.

La relation entre la violence et certaines maladies dont la psychose, la schizophrénie et la limitose fera, notamment, l’objet des interventions de ces journées scientifiques en plus de réflexions philosophiques et sociologiques sur la pratique psychiatrique d’aujourd’hui, son intervention dans les milieux pénitenciers et son rôle dans la prévention des comportements déviants.
Société Médecine et Psychanalyse

MÉDECINE & PSYCHANALYSE
12e colloque

Nouvelles formes de vie et de mort : une médecine entre rêve et réalité

Sous la direction de Danièle Brun
Professeur émérite à l'université Paris 7 - Denis Diderot
Présidente de la "Société Médecine et Psychanalyse" SMP

Vendredi 14, samedi 15,
dimanche 16 janvier 2011


En hommage et à la mémoire de Conrad Stein
Les perspectives de vie et de mort sont renouvelées par les avancées de la médecine et par les compétences accrues des services hospitaliers.

Comment les possibilités désormais ouvertes et offertes aux patients transforment-elles ou infléchissent-elles leur regard sur la vie et la mort ? Qu’en est-il de leurs désirs : Vivre ou mourir, à quel prix ? Dans quelles conditions ? Pour soi-même et pour les autres ?

Existe-t-il des facteurs psychiques qui orientent nos manières de vivre et de mourir ? Ou qui influencent lesmodalités d’accompagnement des proches ? En bref, comment nos désirs sont-ils sollicités par les nouvelles conditions de soins ?

Autant de questions à débattre au cours de ce prochain colloque où l’accent se portera sur la condition du patient et de son entourage, sur les services d’urgence, sur le rôle de la génétique, de la gynécologie obstétrique et de la néonatologie comme anticipation de l’avenir. On pensera également aux nouvelles exigences de formation des soignants, en particulier lors des décisions de maintien ou d’arrêt des soins.

Un récent rapport de l’IGAS (Institut général des Affaires sociales) intitulé « La mort à l’hôpital » a fait le point sur ces questions et sur leurs impasses actuelles, notamment sur celles qui concernent la mort dans l’enfance et dans l’adolescence ainsi que sur les modalités d’annonce du décès.

Quant à la problématique du deuil, il ne semble pas pertinent de la limiter à l’occurrence de lamortmais de l’envisager selon la différence que chacun fait entre la vie d’avant et la vie d’après.

Trois journées de colloque qui favoriseront le croisement des témoignages issus de la pratique et de la réflexion des intervenants dans le champ de la médecine, de la psychanalyse, de l’éthique, de l’anthropologie, de la sociologie et de la théologie.

Argument et programme ici



Des plantes contre l'anxiété

Certaines peuvent être efficaces, mais aussi développer des effets indésirables.

Les plantes ont longtemps été la base de la pharmacopée, avant d'être présentées en gélules, puis remplacées par des substances chimiques et maintenant par des produits de biotechnologies.

Peut-on cependant faire confiance aux spécialités à base de plantes vendues en pharmacie pour lutter contre l'anxiété ou encore la «déprime»? Début octobre, des médecins californiens ont présenté dans la revue américaine Nutrition Journal leurs conclusions après avoir analysé de manière exhaustive des dizaines d'études consacrées à l'effet psychotrope, en particulier anxiolytique d'un certain nombre de plantes. Ils concluent au final que certaines -mais pas toutes- peuvent être efficaces contre l'anxiété, sans effet secondaire notable.

Ce trouble psychologique est caractérisé par un sentiment d'inquiétude persistant, perturbant les activités quotidiennes et le sommeil. Il concernerait 16% de la population, à des degrés divers et pour des durées variables.

Trois plantes étudiées


Les prescriptions de médicaments de la famille des benzodiazépines (avec des effets secondaires non négligeables) restent souvent la première réponse des médecins. La pharmacopée à base de plantes a plus rarement leur faveur, mais fait l'objet de recommandations par les pharmaciens ou sont prises en automédication. «Aucune formation concernant l'effet des plantes sur la santé n'est délivrée pendant les études de médecine, regrette le Pr Robert Anton (pharmacologue, Strasbourg). Pour la première fois cependant, à la faculté de médecine de Strasbourg, nous envisageons un module sur la place des médecines complémentaires, incluant un cours de phytothérapie pour les futurs médecins. Rappelons que cette discipline est enseignée dans toutes les facultés de pharmacie.»

Trois plantes ont été retenues par les médecins américains contre l'anxiété. La passiflore, Passiflora incarnata, a été l'objet de multiples études en Europe et aux États-Unis. L'une d'entre elles en particulier, la comparant à une benzodiazépine, conclut à un effet similaire contre l'anxiété des deux produits. Le «kava» , boisson préparée à partir d'une plante, le Piper methysticum, connue pour ses effets anxiolytiques depuis plusieurs siècles, a été plus récemment testé sur des rats avec la mise en évidence d'un impact incontestable au niveau cérébral. Six études pharmacologiques ont montré un effet anxiolytique, que quatre autres ont infirmé… Cependant, des cas de toxicité hépatique dans plusieurs pays incitent à une grande prudence avec ce produit. La troisième plante, le millepertuis, Hypericum perforatum, utilisé depuis des décennies contre l'anxiété, la dépression, les troubles du sommeil, a fait l'objet de multiples études, avec le plus souvent des résultats supérieurs au placebo dans des formes de dépression légère ou modérée. Mais certaines données ne démontrent pas d'activité réelle.

«La passiflore est une plante a priori ultradouce, avec des effets sur l'anxiété, qui, s'ils existent, sont sans doute très mineurs mais avec aucune toxicité démontrée, commente le Pr Robert Anton. Pour ce qui est du kava, c'est un produit très prisé en Asie du Sud-Est avec des effets contre l'anxiété mieux documentés sur le plan pharmacoclinique. Sa mise sur le marché à des fins thérapeutiques a été interdite depuis 2003 par l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, ndlr) du fait de quelques cas de toxicité hépatique. Quant au millepertuis, il a beaucoup été étudié, avec des effets assez probants dans le cadre de dépression légère.» Attention, tous les produits à base de plantes ne se valent pas, en terme de sécurité en tout cas. Certains - mais pas tous -ont reçu une autorisation de mise sur le marché par l'Afssaps, ce qui représente une garantie, indiquant qu'un dossier a été déposé, examiné et accepté par les autorités sanitaires.

«Ce sont des petits médicaments, qui ont peut-être un effet un peu supérieur au placebo, précise le Pr Jean-François Bergmann (pharmacologue, hôpital Lariboisière, Paris). Mais quand un médecin prescrit un tel produit avec conviction, il y a des chances pour qu'il ait une certaine efficacité. Il faut vérifier aussi que le patient ne souffre pas d'une pathologie nécessitant une molécule vraiment efficace.»

Vraies souffrances mentales

Pourquoi les psychiatres n'ont-ils jamais ou très peu souvent recours à de tels produits? «Je ne prescris pas de plantes, sans doute par ignorance, mais surtout parce qu'en tant que psychiatre hospitalier je vois surtout des patients souffrant de troubles psychiatriques plus graves, répond le Pr Jean-Pierre Olié, chef du service de psychiatrie (Saint-Anne, Paris). On dit que le millepertuis est efficace dans les dépressions mineures. Mais qu'entend-on par mineure? Est-ce que l'on est dans la dépression ? Ou dans un mal-être momentané qui relève de la normalité, que tout un chacun peut connaître au cours de son existence, et qui ne relève pas forcément de la psychiatrie?»
Pour le Pr Michel Lejoyeux (psychiatre, hôpital Bichat), «il y a le risque, avec une plante utilisée en automédication, de passer à côté d'un traitement nécessaire dans le cas d'une vraie souffrance mentale. Il ne faut pas oublier dans la prise en charge de l'anxiété ou de la dépression, la pertinence du soin relationnel, avec le généraliste, le psychothérapeute et aussi le pharmacien».
Martine Perez




Point de vue
La parapsychologie freudienne
Michel Onfray, philosophe
16.10.10

Dans le Vocabulaire de la psychanalyse, de Laplanche et Pontalis, qui fait autorité, on lit à l'entrée "métapsychologie" : "Terme créé par Freud pour désigner la psychologie qu'il a fondée, considérée dans sa dimension la plus théorique. La métapsychologie élabore un ensemble de modèles conceptuels plus ou moins (sic) distants de l'expérience tels que la fiction d'un appareil psychique divisé en instances, la théorie des pulsions, le processus du refoulement, etc."

Gros poisson conceptuel donc... Ces informations permettent de conclure qu'en forgeant ce mot Freud renvoie bien à ce qui se trouverait derrière la psyché - ou au-delà.

Vers 60 avant l'ère commune, Andronicos de Rhodes, onzième successeur d'Aristote, classe thématiquement l'oeuvre complète de son maître : l'histoire des animaux et la théorie du ciel, la politique et l'éthique, la logique et la poétique, la physique et la rhétorique, etc. Une fois l'ensemble de la production rangé, reste un texte inclassable et inclassé qu'il installe après la physique : meta physis...

Au-delà de la petite histoire, retenons que la métaphysique nomme la discipline qui suit immédiatement la physique, la science de la nature. Derrière la nature, il y aurait donc autre chose, un au-delà, un arrière-monde dirait Nietzsche. En créant le néologisme métapsychologie, Freud n'a pas pu ne pas penser à la métaphysique comme discipline de l'au-delà de la physique. La métapsychologie enseigne donc un au-delà de la psychologie.

Je ne peux m'empêcher de mettre en relation métapsychologie et parapsychologie... Freud lui-même ne récuse pas la parapsychologie ou l'occultisme. Lui qui manifestait des comportements superstitieux, pratiquait les rites de conjuration, souscrivait à la numérologie, avouait pratiquer la télépathie avec sa fille, écrivait à Eduardo Weiss le 8 mai 1932 : "Qu'un psychanalyste évite de prendre parti publiquement sur la question de l'occultisme est une mesure d'ordre purement pratique et temporaire uniquement (sic), qui ne constitue nullement l'expression d'un principe"... On aura bien lu : précaution temporaire et non question d'incompatibilité doctrinale.

Dès L'Interprétation des rêves (1900), Freud défend l'idée d'un "héritage archaïque" de tout un chacun transmis mystérieusement, en dehors de toute génétique, de toute anatomie, de toute biologie, de toute physiologie, de toute matière, du premier homme à tout un chacun, y compris au lecteur de ces lignes... Dans Le Moi et le Ça (1923) (XVI. 266), Freud défend l'idée que certaines psychonévroses subies par tel ou tel ici et maintenant trouvent leur origine dans des régressions remontant à... l'époque glaciaire !

Avec Moïse ou le monothéisme (1934-1938), Freud se surpasse. On y lit en effet que "la science biologique ne veut rien savoir de la transmission des caractères acquis aux descendants. Mais nous avouons en toute modestie (sic) que nous ne pouvons malgré tout pas nous passer de ce facteur dans l'évolution biologique" (193-194).

Pour quelle étrange raison Freud ne peut-il s'en passer ? Parce qu'il avoue lui-même être dans l'audace du conquistador, une posture revendiquée par lui contre celle du scientifique. La preuve dans cette lettre à Fliess : "Je ne suis absolument pas un homme de science, un observateur, un expérimentateur, un penseur. Je ne suis rien d'autre qu'un conquistador par tempérament, un aventurier si tu veux bien le traduire ainsi, avec la curiosité, l'audace et la témérité de cette sorte d'homme."

Métapsychologue, parapsychologue, Freud, soucieux de voir ce qui se trouve après la psychologie, au-delà d'elle, sait bien que personne ne viendra lui contester ses trouvailles, car personne ne va là où il prétend être allé avec force autoanalyse et prétendus dépeçages de cas cliniques en quantité - qui s'avèrent manquer cruellement quand on effectue un réel travail d'historien de la psychanalyse...

Qui peut rivaliser avec un homme qui se prétend scientifique, mais revendique l'audace du péremptoire ? Quel individu soucieux de raison, de logique, de raisonnements, de preuves et d'arguments, peut ébranler un tant soit peu le discours fantasque d'un homme qui prétend que, si le réel ontogénétique dit une chose, mais que la fiction phylogénétique en dit une autre, alors cette dernière sera plus vraie que l'autre, parce qu'elle est la voie royale de l'audacieux ? Quelle démonstration psychologique peut ravager une folie métapsychologique ? Quel philosophe peut débattre raisonnablement avec un défenseur de l'occultisme ?

Quel penseur pourrait combattre le délirant qui croit plus à ses légendes (le complexe d'Œdipe, la horde primitive patriarcale, le meurtre du père, le banquet cannibale, la crainte de la castration, etc.) qu'à la réalité historique qui invalide toutes ces histoires à dormir debout ? Lire ou relire L'Irruption de la morale sexuelle, du psychanalyste Wilhelm Reich (Payot), pour un démontage en bonne et due forme...

Le combat est perdu d'avance. On ne convertit pas l'onaniste jouissant de ses fictions dans le confort de son arrière-monde. La psychanalyse est bien une folie à plusieurs, ce qui se nomme aussi une hallucination collective. Malheur au philosophe qui enseigne la nudité du roi freudien : un bûcher l'attend après le pal et le rouet, la poix et l'éviscération...

Mais qui se souvient du nom de l'accusateur de Socrate condamné à mort pour avoir philosophé ?





Quand la machine apprend le langage
15.10.10

Les éléments "appris" par NELL

Xavier de la Porte, producteur de l'émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une lecture d'un article de l'actualité dans le cadre de son émission.

La lecture de la semaine, il s'agit d'un article du New York Times, dernier article en date d'une série consacrée à l'intelligence artificielle et à ses impacts potentiels sur la société. Celui que j'ai choisi de traduire concerne l'apprentissage du langage par la machine, un enjeu essentiel dans le cadre de ce qu'on appelle depuis quelques années déjà le web sémantique.

L'article commence par rappeler que si l'on donne à un ordinateur une tâche qui est clairement définie – comme gagner aux échecs ou prédire le temps qu'il fera demain – la machine dépasse l'homme de manière presque systématique. Mais quand les problèmes comportent des nuances et des ambiguïtés, ou qu'ils exigent de combiner plusieurs sources d'information, les ordinateurs n'égalent pas l'intelligence humaine.

Parmi ces problèmes compliqués à résoudre pour l'ordinateur, il y a évidemment la compréhension du langage. Une des raisons de la complexité qu'il y a à comprendre le langage est que le sens des mots et des phrases ne dépend pas seulement de leur contexte, mais aussi d'une connaissance que les êtres humains acquièrent au fil de leur vie.

Or, nous apprend l'article, depuis le début de l'année, une équipe de chercheurs de l'université de Carnegie Mellon est en train d'élaborer un système informatique qui tente d'apprendre la sémantique à la manière d'un être humain, c'est-à-dire "de manière cumulative, et sur le long terme", comme l'explique Tom Mitchell, qui dirige le projet. Cette machine – qui calcule 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 – est abritée dans le centre informatique de cette université de Pittsburgh. Les chercheurs l'ont doté d'une connaissance de base et, depuis 10 mois, elle est lâchée sur le web avec la mission de s'y instruire par elle-même.

Ce système s'appelle NELL, acronyme de Never ending Language Learning System. Et d'après le journaliste du New York Times, Steve Lhor, jusqu'ici, les résultats sont impressionnants. NELL scanne des millions de pages Web dont il fait des textes-modèles qu'il utilise pour apprendre des faits. En quelques mois, il a appris 390 000 faits, avec une exactitude estimée à 87 %. Ces faits sont regroupés dans différentes catégories sémantiques : villes, entreprises, équipes de sport, acteurs, universités, plantes, et 274 autres. Dans chaque catégorie, les faits appris sont des choses comme "San Francisco est une ville" ou "le tournesol est une plante".

NELL apprend aussi des faits qui sont des relations entre les membres de deux catégories différentes. Par exemple : "Peyton Manning est un joueur de foot". "Les Colts d'Indianapolis est une équipe de foot". En scannant des textes-modèles, NELL peut en déduire avec un fort taux de probabilité que Peyton Manning joue pour les Colts d'Indianapolis – même s'il n'a jamais lu que Peyton Manning joue pour les Colts. "Jouer pour" est une relation, il en existe 280 autres dans le programme. Le nombre de catégories et de relations a plus que doublé depuis le début de l'année, et il est en expansion constante.

Les faits appris sont continuellement ajoutés dans la base de données de NELL, que les chercheurs ont appelée base de connaissance. Selon Tom Mitchell, plus le nombre de faits appris sera important, plus il sera possible d'affiner l'algorithme d'apprentissage de NELL, de sorte qu'il augmente son efficacité et la précision de ses recherches de faits sur le Web.

BASE DE CONNAISSANCE

Les chercheurs ont commencé par construire une base de connaissance, remplissant chaque type de catégorie ou de relation avec une quinzaine d'exemples avérés. Dans la catégorie des émotions, par exemple : "la colère est une émotion", "la félicité est une émotion", et une douzaine d'autres faits. Ensuite, NELL part au travail. Ses outils incluent des programmes qui extraient et classifient des phrases rencontrées sur le Web, des programmes qui cherchent des modèles et des corrélations, et des programmes qui apprennent les règles.

Par exemple, quand le système lit "Mont Ventoux" (j'ai francisé), il étudie la structure : deux mots, chacun commençant par une majuscule, et le premier mot est "Mont". Cette structure suffit à rendre probable le fait que le "Mont Ventoux" soit une montagne. Mais NELL lit aussi de plusieurs manières. Il exploitera aussi des phrases qui entourent "Mont Ventoux" et des syntagmes nominaux qui reviennent dans un contexte semblable. Par exemple "J'ai grimpé X".

NELL, explique Tom Mitchell, est conçu pour être capable d'examiner des mots dans des contextes différents, en parcourant une échelle de règles lui servant à résoudre l'ambiguïté. Par exemple, la phrase "J'ai grimpé X", apparaît souvent suivie du nom d'une montagne. Mais quand NELL lit "J'ai grimpé les escaliers", il a d'abord appris avec une quasi-certitude que le mot "escaliers" appartient à la catégorie "élément de construction". Il se corrige à mesure qu'il a plus d'information, à mesure qu'il a plus appris.

Néanmoins, explique Tom Mitchell, il y a des types d'apprentissage que NELL n'arrive pas à assimiler aujourd'hui. Prenons deux phrases "La fille a attrapé le papillon avec des taches" et "La fille a attrapé le papillon avec le filet". Dans la deuxième phrase, un lecteur humain comprend immédiatement que la fille tient le filet, et dans la première, que c'est le papillon qui est tacheté. C'est évident pour un être humain, pas pour un ordinateur. "Une grande partie du langage humain repose sur la connaissance, explique Mitchell, une connaissance accumulée au fil du temps. C'est là où NELL est dépassé, et le défi est maintenant de lui faire obtenir cette connaissance."

L'aide humaine peut être, à l'occasion, une partie de la réponse. Pendant les six premiers mois de son activité, NELL a fonctionné sans assistance. Mais l'équipe de chercheurs a remarqué que s'il s'en tirait bien avec la plupart des catégories et relations, dans un quart des cas, sa précision était très mauvaise. A partir de juin, les chercheurs ont commencé à scanner chaque catégorie et relation pendant cinq minutes tous les 15 jours. Quand ils trouvaient des erreurs flagrantes, ils les répertoriaient et les corrigeaient, puis remettaient le moteur d'apprentissage de NELL au travail.

Quand, récemment, Tom Mitchell a scanné la catégorie "produits de boulangerie et pâtisserie", il a identifié une de ces erreurs. Au début, NELL était dans le vrai, identifiant toutes sortes de tartes, de pains, et de gâteaux comme des "produits de boulangerie et pâtisserie". Mais les choses se sont compliquées quand le classificateur de NELL a décidé de ranger "Internet cookies" dans cette catégorie des pâtisseries. NELL a lu la phrase : "J'ai détruit mes cookies Internet".

Donc, quand il a lu la phrase "J'ai détruit mes dossiers", il a décidé que "dossiers" était sans doute une pâtisserie. Une avalanche d'erreurs a suivi, explique Mitchell, il a fallu corriger l'erreur des cookies Internet et recommencer l'éducation pâtissière de NELL. L'idéal de Mitchell était un système informatique capable d'apprendre en continu sans assistance humaine. "On n'y est pas encore, ajoute-t-il, mais vous et moi n'apprenons pas non plus tout seuls."

Beaucoup de choses sont fascinantes dans cet article, mais il semble que la conclusion est la plus intéressante. Pourquoi faudrait-il qu'une intelligence, parce qu'elle est artificielle, fonctionne sans aide ? Et si nous demandions à l'intelligence artificielle plus que ce que nous demandons à notre propre intelligence ?

Xavier de la Porte





L’ordinateur est-il l’avenir de la psychiatrie ?
20/10/2010    

Les psychothérapeutes « à l’ancienne » (c’est-à-dire réfractaires à l’intrusion d’une médiation technologique dans la traditionnelle relation soignant-soigné), en particulier tous ceux formés à la démarche psychanalytique, vont sûrement contester l’intérêt de cet éditorial de Gavin Andrews (professeur de psychiatrie à l’université de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie [1]) dans le British Journal of Psychiatry. L’auteur y commente une étude récente évaluant, en matière de dépression, l’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementaliste assistée par ordinateur (CCBT : Computerised Cognitive-Behavioural Therapy). Selon cette étude, après une répartition des sujets déprimés en trois groupes (patients sous CCBT exclusive, traitement habituel par le seul praticien humain, ou combinaison de ces deux approches : médecin + CCBT), l’évolution après six mois se révèle globalement comparable (people recovered equally), même si les intéressés ne se plient pas correctement au traitement !

Devant cette constatation insolite, l’auteur s’interroge donc : les différences d’approches thérapeutiques influent-elles réellement sur l’évolution observée, ou celle-ci dépendrait-elle surtout d’une rémission spontanée (natural remission) ? Mais il est difficile de trancher, d’autant plus que des biais méthodologiques viennent compliquer l’interprétation de cette étude : en l’absence de groupe-contrôle sur liste d’attente (waiting-list) et de groupe sous placebo, ni les effets d’une rémission naturelle ni ceux d’une réponse-placebo ne peuvent être distingués formellement des effets d’un traitement donné. Néanmoins, le principe de la CCBT est défendu par l’auteur, notamment à travers un site [2] promouvant « l’essor et l’enseignement gratuit en ligne de programmes de traitement pour des personnes atteintes d’anxiété et de dépression. » Les enfants de Freud seront-ils aussi ceux de l’informatique ?

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle-Galles_du_Sud
[2] http://www.virtualclinic.org.au/

Dr Alain Cohen

Andrews G : Utility of computerised cognitive–behavioural therapy for depression. Br J of Psychiatry 2010 ; 196-4 : 257-258.
Le Journal du Québec
http://lejournaldequebec.canoe.ca/journaldequebec/actualites/sante/archives/2010/10/20101018-201748.html

SOINS PSYCHIATRIQUES
«Un constat d’échec»
JOHANNE ROY
18/10/2010
Pendant que les délais s’allongent à l’urgence psychiatrique du CHUL, dans la région, 321 personnes sont en attente depuis plus de deux mois afin d’être évaluées par un psychiatre.

De plus, les durées de séjour se comptent souvent en mois dans les unités de soins psychiatriques du CHUQ et du CHA (Enfant-Jésus, Saint-Sacrement), des hôpitaux universitaires de courte durée.

Au CHA, un patient est hospitalisé en psychiatrie depuis huit mois et un autre depuis quatre mois et demi, en attente que des places se libèrent en centre d'hébergement.

« C'est un constat d'échec qu'on peut faire de l'organisation régionale des soins psychiatriques. Les débordements à l'urgence sont symptomatiques d'un système qui ne fonctionne pas », analyse Charles Rice, porte-parole de l'organisme en santé mentale AGIR.

« Les solutions se trouvent à l'extérieur de l'urgence, avant et après l'hospitalisation. Il faut développer du soutien communautaire pour accompagner les personnes dans leur milieu. Or, malgré les beaux discours, il y a eu très peu de nouvelles ressources de ce côté de la part du ministère de la Santé», argue M. Rice.

160 heures à l'urgence


Lundi encore, deux patients se trouvaient depuis plus de cinq et six jours, à l'urgence psychiatrique du CHUL, tandis qu'un troisième malade y séjournait depuis 55 heures, dans l'attente que des lits se libèrent à l'unité de soins psychiatriques.

« Ces trois patients se sont fait offrir un transfert dans un autre établissement, mais ils ont refusé. Tout nouveau patient qui se présente à l'urgence se voit offrir un transfert à l'Institut Robert-Giffard ou à l'hôpital du Saint-Sacre ment», précise Pascale Saint-Pierre, du CHUQ.

« Nous avons des places disponibles pour le CHUQ », confirme-t-on à l'Institut Robert-Giffard. Jeudi dernier, la députée de Taschereau, Agnès Maltais, a jugé inacceptable que des patients soient confinés jusqu'à huit jours à l'urgence psychiatrique du CHUL, sans les soins appropriés à leur état.

« On constate une hausse des requêtes visant la garde de personnes en établissement, faute de ressources adaptées en santé mentale », signale Francine Genest, de l'organisme Auto-Psy.

« On comptait beaucoup sur le guichet régional de services en santé mentale, mais on constate que cela fonctionne plus ou moins bien. Le plan d'action en santé mentale a atteint seulement 40 % de ses objectifs », fait remarquer Mme Genest.
http://www.cyberpresse.ca/

Psys «happés» par l'armée
Claudette Samson

(Québec) Les membres du conseil d'administration de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec ont avalé de travers, mercredi soir, en entendant qu'ils allaient encore perdre un psychiatre au profit des Forces armées canadiennes. Depuis deux à trois ans, il s'agit du sixième à avoir sauté la clôture.

La demande de congé sans solde de la Dre Esther Samson, une gérontopsychiatre pratiquant à l'Enfant-Jésus, a d'abord été accueillie sans trop de remous par les administrateurs, qui étaient informés des réaménagements de service.

Puis est venue la question «qui tue» : «J'espère que ce n'est pas encore pour l'armée?»

À la réponse positive de Michèle Tourigny, directrice générale adjointe, la présidente Raymonde Touzin s'est exclamée qu'elle est «la énième happée par les services fédéraux». Dans le contexte où l'Institut cherche lui-même à pouvoir près d'une vingtaine de postes, la pilule était dure à avaler.

À un point tel que Mme Touzin a demandé si ce congé pouvait être refusé. Ce à quoi Mme Tourigny a répondu que plusieurs des psychiatres ayant demandé un congé sans solde pour aller travailler pour les Forces armées auraient démissionné de leur poste à l'Institut s'ils avaient essuyé un refus. S'ils ne l'ont pas fait, souligne Mme Tourigny, c'est par crainte que ce poste ne soit aboli par le ministère de la Santé, empêchant du coup l'établissement de les remplacer. En entrevue à la fin de la réunion, Mme Touzin et le directeur général, Simon Racine, ont con firmé leur désarroi par rapport aux départs qui se multiplient.

«Les Forces armées offrent des conditions alléchantes», a fait valoir la présidente. Chaque fois qu'un psychiatre s'en va, la pression augmente sur les autres, a renchéri le dg.

Une vérification effectuée hier a permis de confirmer que cinq médecins sont partis pour les Forces actives (dont l'un a démissionné) et qu'un autre est allé rejoindre les Anciens Combattants.

218 nouveaux praticiens

Depuis quelques années, les Forces armées canadiennes ont pris conscience de l'immense détresse qui frappe certains militaires à leur retour d'une zone de combat et de la nécessité de combler leurs besoins à cet égard.

À l'échelle canadienne, une somme de 98 millions $ a été attribuée à cette fin, pour embaucher 218 nouveaux praticiens en santé mentale, incluant les psychiatres, psychologues, infirmières, travailleurs sociaux, etc. Selon les données transmises hier par les services de santé des Forces armées, 182,5 postes ont été pourvus à ce jour. Les services sont rendus dans les grandes bases des Forces, dont celle de Valcartier, qui fournit un fort contingent pour l'Afghanistan. Il n'a pas été possible hier de dresser le portrait du recrutement spécifiquement pour cette base.

Conséquences dans les CHSLD

Le départ de la gérontopsychiatre Esther Samson de l'hôpital de l'Enfant-Jésus ne sera pas sans conséquence sur les personnes âgées de la région. Une fois son remplacement assuré à l'hôpital par un collègue du département régional de psychiatrie, ce sont les résidants des centres de soins prolongés du secteur est de la région de la Capitale-Nationale qui écoperont.

«Déjà, l'offre de services en gérontologie des CHSLD se replie», a indiqué mercredi soir Michèle Tourigny, directrice générale adjointe à l'Institut universitaire en santé mentale de Québec, devant les membres du conseil d'administration. Plutôt que de dispenser directement des soins aux résidants ayant un problème de maladie mentale, les gérontopsychiatres soutiendront les infirmières de liaison, a-t-elle indiqué, ajoutant que c'est déjà ainsi que ça fonctionne dans le secteur ouest.

Le manque d'effectifs psychiatriques a par ailleurs pour effet de retarder un autre projet, celui d'un hôpital de jour pour les personnes âgées ayant un problème de maladie mentale.


Spirou, ou l’orphelin de la bande dessinée ?
Par Nicolas

Spirou est un personnage de bande dessinée apparu en 1938 sous le trait de Rob-Vel. Il est considéré comme un héros incontournable de la BD franco-belge.

La caractéristique première de ce personnage est de ne pas avoir d’auteurs. Il a biensûr un premier dessinateur: Rob-Vel. Cependant ce dernier ne semble pas en être le créateur étant donné qu’il doit, à la demande des éditions Dupuis, créer un personnage pour le “Journal de Spirou”. Le nom du personnage est donc connu avant son visage. “Spirou” qui en wallon veut dire: écureuil, ou bien encore gamin espiègle. Rob-Vel reprend un personnage qu’il a déjà utilisé dans des publicités, et l’installe dans un rôle de groom (travail que Rob-Vel avait effectué dans sa jeunesse).

Ainsi est né Spirou: de la volonté commerciale d’un éditeur, et des projections de Rob-Vel (en citant le “vocabulaire de la psychanalyse” de Laplanche et Pontalis, la projection se définit comme “une opération par laquelle le sujet expulse de soi et localise dans l’autre, personne ou chose, des qualités, des sentiments, des désirs qu’il méconnait ou refuse en lui”.). La projection, l’identification et l’investissement sont des caractéristiques retrouvées dans une grande partie des personnages de romans, de bandes dessinées ou encore cinématographiques.

Rob-Vel et Jijé s’inscriront dans l’écriture d’histoires courtes, ne permettant pas d’approfondir l’univers de Spirou. Cependant Jijé initie un phénomène qui se retrouvera chez quasiment tous les auteurs: ne pouvant pas utiliser Spirou comme il le souhaite, il crée un nouveau personnage, sur lequel il pourra s’investir: Fantasio.

Franquin, le successeur, expliquera que le personnage de Spirou était un fardeau et qu’il appréciait beaucoup plus ses personnages (Le comte de Champignac, Zorglub, le marsupilami…). Ces personnages permettent également aux auteurs de projeter et de se projeter dans l’univers de Spirou. Il n’est pas possible pour les auteurs de modifier Spirou, alors ils modifient son entourage.

La plupart des auteurs, ayant investi cette bande dessinée, lors du dernier album souhaite tuer le Spirou qu’ils ont crée. Morvan et Munuera remplace Spirou par son double des années 30 en revenant dans le temps. Tome et Janry remplace Spirou par un clone. Quant à Franquin, dans “Panade à Champignac”, il met les protagonistes dans une situation irréversible (tous les personnages étant paralysés par la “zorglonde”. Spirou dira : “Si Champignac est touché, il n’existe plus au monde personne qui sache comment nous rendre le mouvement”. Franquin n’aurait pas pu continuer cette série sans ses personnages. Cette citation pouvant être mis en relation avec l’image jointe dans ce billet: “Spirou et Fantasio […] toujours en mouvement”.

Pourquoi avoir besoin de ce mouvement? D’être toujours en voyage? Pourquoi avoir choisi le reportage? Et surtout que recherche Spirou?

Le monde de Spirou est connu, mais Spirou lui-même ne semble pas l’être. Tome et Janry tenteront de répondre aux questions des origines à travers un album “la jeunesse de Spirou” (ils créeront également une série: le petit Spirou). Il explique que Spirou est un orphelin dont on ne connait pas les parents (comme il n’a pas de réel créateur). Tome présente ses prédecesseurs comme les instituteurs de Spirou : ils l’ont aidé à grandir. Dupuis étant le proviseur (dirigeant les enseignants).

Spirou est un groom, il est au service du client, comme les auteurs sont au service de l’éditeur, bloqués dans un monde figé au fur et à mesure des évolutions appliquées par les précédents scénaristes et dessinateurs.

Toute la richesse de ce personnage vient de ses différents auteurs, et son immortalité ( les décennies passent, mais il ne vieillit pas) lui permet également une  certaine longévité.

Contrairement au comics, la bande dessinée franco-belge se caractérise par le lien entre le scénariste, le dessinateur et le héros. Spirou est une exception.