Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 26 juin 2021

« Méprisée, maltraitée », la psychiatrie hospitalière mobilisée

Paris, le jeudi 24 juin 2021 - Les psychiatres hospitaliers sont appelés à la grève et à la manifestation par leurs quatre principaux syndicats*.

Baisse continue de l’attractivité

Ils entendent dénoncer le « sous financement chronique de la spécialité, la suppression de lits, la fermeture des structures ambulatoires, le  poids exponentiel des tâches administratives », et alerter sur la « baisse continue de l’attractivité (près de 20% des postes d’internes en psychiatrie non pourvus) conjuguée à la crise démographique médicale sans précédent (30% des postes de PH non pourvus) ».

Au-delà de ces revendications de longue date, c’est bien entendu la réforme des soins sans consentement et l’intrusion toujours plus importante du pouvoir judiciaire dans les services de psychiatrie qui « met le feu aux poudres ».


vendredi 25 juin 2021

Surpopulation carcérale : la France épinglée par le Conseil de l’Europe

publié le 24 juin 2021 

Dans un rapport publié ce jeudi, l’organisation s’inquiète des «conditions matérielles de détention» en prison et dans certains commissariats. Des allégations «d’insultes, y compris à caractère raciste, homophobe ou transphobe, de la part de policiers» ont notamment été rapportées.

La France une nouvelle fois épinglée pour ses mauvaises conditions de détention : dans un rapport publié ce jeudi, le Conseil de l’Europe s’est inquiété de la «surpopulation carcérale» et des «conditions matérielles de détention» dans certains commissariats. Ce rapport fait suite à la septième visite d’une délégation du Comité pour la prévention de la torture (CPT) du Conseil de l’Europe, menée en décembre 2019 dans douze établissements de police et de gendarmerie, dans quatre prisons ainsi qu’au sein de l’établissement de soins psychiatriques de Cadillac (Gironde).

L’Europe met des moyens en commun dans la lutte contre le sans-abrisme

Par   Publié le 22 juin 2021 

Une plate-forme inter-Etats d’observation, d’échange des bonnes pratiques et d’initiatives en vue d’éradiquer ce fléau d’ici à 2030 a été lancée lundi 21 juin.

« Chaque nuit, dans toute l’Europe, 700 000 personnes dorment dans la rue – c’est 70 % de plus qu’il y a dix ans. Il est temps d’agir »,exhortait Nicolas Schmit, commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux, sur Twitter, le 17 juin, à la veille de la réunion, lundi 21 juin, à Lisbonne, des chefs d’Etat européens. Lundi, les ministres du logement réunis par visioconférence, les institutions européennes, les représentants d’ONG et de collectivités locales ont officiellement lancé une plate-forme inter-Etats d’observation du sans-abrisme, d’échange des bonnes pratiques et d’initiatives en vue d’éradiquer ce fléau d’ici à 2030, une volonté déjà exprimée par le Parlement européen.

Enquête sur la rémunération des médecins : l’impact COVID

Véronique Duquéroy | 4 mai 2021 | 

Quel impact la crise sanitaire du Covid-19 a-t-elle eu sur les revenus des médecins français? Comment ont évolué leurs horaires de travail, le volume de leur patientèle et leur pouvoir d’achat en 2020? Près de 1000 praticiens membres de Medscape et Univadis ont répondu à notre sondage durant l’hiver 2020-2021. Voir les résultats de l’enquête, en images.

Plus d’un tiers (35%) des médecins interrogés ont rapporté une diminution de leur rémunération en 2020 comparativement à l’année précédente. Pour 7% des répondants, il s’agit d’une perte dépassant le quart de leurs revenus.

Les médecins libéraux étaient plus nombreux que les hospitaliers à déclarer avoir perçu moins d’honoraires (61% vs 18% respectivement). L’impact était également plus marqué chez les médecins âgés de 45 ans et plus : 39% d’entre eux ont subi une perte de rémunération, contre 18% des plus jeunes. 

Ce sont en moyenne 2,3 mois sans aucune rémunération qui sont rapportés par 19% des médecins ayant subi une baisse de revenus.

Lire la suite ...


Séisme dans la biologie : il serait possible d'agir sur l'ADN avec l'ARN…

 21/06/2021



Séisme dans la biologie : il serait possible d'agir sur l'ADN avec l'ARN…

Décidément, en biologie, les dogmes les plus solides et les plus établis se fissurent les uns après les autres : il était admis jusqu’à présent que l’ADN pouvait influer sur l’ARN mais pas l’inverse. Mais voilà que des chercheurs américains de l’Université Thomas Jefferson, à Philadelphie en Pennsylvanie, affirment que les segments d'ARN peuvent être, dans certaines conditions, réécrits dans l'ADN. « Ce travail ouvre la porte à de nombreuses autres études qui nous aideront à comprendre l'importance d'avoir un mécanisme pour convertir les messages d'ARN en ADN dans nos propres cellules », s’est réjoui Richard Pomerantz, professeur agrégé de biochimie et de biologie moléculaire à l'Université Thomas Jefferson et auteur principal de l’étude.

Selon cette étude, qui fait grand bruit au sein de la communauté scientifique, et pourrait bien valoir le Nobel de Médecine à ses auteurs, un tel mécanisme est possible via des polymérases, des enzymes qui permettent de répliquer de l’ADN. Ces dernières créent également des messages d'ARN, qui sont des copies transitoires d’une portion de l’ADN, qui sont transportées pour transmettre l’information codée dans notre génome et permettre la synthèse des protéines nécessaires au fonctionnement de nos cellules.

Mais jusqu'à lors, on pensait que les polymérases ne fonctionnaient que dans un seul sens de l'ADN en ADN ou ARN, empêchant les messages d'ARN d'être réécrits dans l’ADN. C'est justement cette théorie qui est remise en cause par cette nouvelle recherche qui montre, selon les chercheurs, que les segments d'ARN peuvent être réécrits dans l'ADN. « La réalité selon laquelle une polymérase humaine peut le faire avec une grande efficacité soulève de nombreuses questions », estime Richard Pomerantz. Cela peut notamment indiquer que les messages d'ARN peuvent être utilisés comme modèles pour réparer ou réécrire l'ADN génomique.

Lire la suite ...


La solitude augmenterait les risques de cancer chez les hommes

 23/06/2021

La solitude augmenterait les risques de cancer chez les hommes

Les hommes d’âge moyen qui rapportent un sentiment de solitude augmentent leur risque de souffrir d’un cancer, ont récemment prévenu des chercheurs finlandais. Cette recherche s’inscrit dans la foulée d’études précédentes qui soulignaient que la solitude, loin d’être banale, est potentiellement aussi néfaste pour la santé physique et mentale que le tabagisme ou le surpoids.

« Il y a des méta-analyses (…) qui ont démontré hors de tout doute que la solitude et l’isolement social vont accroître le risque de mortalité de 50 % chez les personnes qui ont peu d’interactions sociales ou les personnes qui ont des interactions sociales de mauvaise qualité », a commenté Julie Lévesque, qui est conseillère scientifique auprès de l’Institut national de santé publique du Québec.

Une étude britannique publiée en 2019 avait ainsi noté des taux élevés de certains marqueurs d’inflammation chez des hommes âgés et seuls. L’inflammation ouvrirait ensuite la porte à différents types de cancers. Lors de la plus récente enquête, les chercheurs de l’Université de l’Est de la Finlande ont étudié la santé de près de 2600 hommes d’âge moyen entre les années 1980 et le moment présent. Le quart des participants, soit 649 hommes, ont développé un cancer pendant la période de suivi, et 283 en sont morts.

Lire la suite ...


Ni asociale, ni sociopathe, je suis "seulement" autiste Asperger

24/06/2021

Oubliez le glam: je n’ai pas de talent particulier. Asperger sans les paillettes.

AUTISME -Il était environ vingt heures trente. Nous venions de finir de manger, je débarrassais la table, en commençant comme chaque soir par ce qui se jette, puis ce qui retourne dans le frigo, puis ce qui se lave. Je venais de clipser le compartiment de la pastille de lavage lorsqu’il m’a dit: 

″- Maman, il me faut mon carnet de santé pour demain.”

J’ai senti le petit pincement au plexus alors que je rabattais la porte du lave-vaisselle: la panique

Il n’y a encore pas si longtemps, cette demande soudaine m’aurait collé des sueurs froides. J’aurais retourné la maison, vidé les tiroirs, regardé sous les lits.

Lire la suite ...


S'endormir sur commande, grâce à un implant dans le bras

 21/06/2021

Des chercheurs américains de la Northwestern University, à Chicago, ont conçu un nouveau dispositif implantable dans le bras, qui permettrait à terme de s’endormir sur commande. Une innovation destinée aux grands insomniaques ou aux personnes souffrant de décalage horaire (travailleurs de nuit, grands voyageurs, etc…). L'implant, appelé NTRAIN (Normalizing Timing of Rhythms Across Internal Networks of Circadian Clocks), produit les mêmes peptides (de courtes chaînes d'acides aminés, NDLR) qui régulent naturellement notre rythme circadien.


Numérique en santé mentale: "un facteur d'émancipation" pour les patients (Frank Bellivier)

 

PARIS (TICsanté) - Le développement des outils numériques et des nouvelles technologies dans le champ de la santé mentale est "un facteur d'émancipation" et de développement du "pouvoir d'agir" des patients, a fait valoir le délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, Frank Bellivier, lors du 2e symposium Management & psychiatrie (Maps), organisé en visioconférence début juin.

Le Dr Guy Gozlan, psychiatre au groupe hospitalier universitaire (GHU) Paris psychiatrie & neurosciences et directeur du service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (Samsah) Prépsy, coprésident du symposium Maps, a souligné en préambule de la journée que pour répondre aux "nouveaux besoins des usagers, il faudra accompagner de nouvelles configurations d'équipes, d'évaluation et d'accompagnement, qui seront dotées de nouveaux métiers, de nouveaux savoir-faire, faisant plus largement appel aux outils numériques, centrés sur les besoins exprimés et non exprimés des usagers et de leurs familles".

Lire la suite ...



Les Assises de la Psychiatrie

Les Assises de la Psychiatrie vont se tenir en septembre pour une psychiatrie sinistrée en France. Pourquoi tant de difficultés ?

Bientôt se tiendront les assises de la psychiatrie, événement organisé pour répondre à l’état de cette discipline en France.

Pour se rendre compte de l’intérieur, on peut lire le livre de Joy Sorman, A la Folie. Je n’ai pas trouvé dans ce texte d’inexactitudes, quelques détails très techniques qui ne remettent pas en cause le reste.

D’abord il faut savoir de quoi on parle. On qualifie l’état de la psychiatrie de spécialité sinistrée. Le sinistre en question porte surtout sur l’hôpital psychiatrique, là où l’on soigne les personnes les plus difficiles à traiter et qui souvent ne veulent pas des soins que de ce fait on leur impose. Il ne s’agit pas de la majorité des patients. Un nombre bien plus important de personnes se font soigner sans avoir besoin d’aller à l’hôpital ou vont parfois en clinique privée mais la grande majorité se contente de consultations au CMP ou dans un cabinet libéral. D’autres vont voir des psychologues ou des psychothérapeutes. Enfin, les médecins généralistes aussi jouent un rôle dans les soins psychiatriques.

Bien que minoritaires sur l’ensemble des personnes soignées en psychiatrie, ces personnes très en souffrance représentent malgré cela un nombre considérable de malades que le public n’imagine pas. L’hôpital où je travaille en ce moment qui s’occupe d’un secteur de 175000 personnes reçoit chaque semaine entre 2 et 4 patients sur les unités destinés aux soins sous contrainte. Ceci pour le premier point.


Substituer la prison à l’hôpital psychiatrique, une histoire de dingue

Paul Ricaud  26 Juin 2021

© Sadak Souici/Le Pictorium

La proportion de détenus atteints de troubles mentaux interroge sur le rôle donné à l’institution carcérale, alors qu’à l’extérieur l’état de la psychiatrie publique se dégrade. En condamnant des malades, la justice semble privilégier la punition au soin.

Le 28 mai 2021, à La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique), Ndiaga Dieye blesse au couteau une policière municipale, vole son arme de service et s’en prend à son collègue. Après quelques heures de cavale et une séquestration lors de sa fuite, l’homme est finalement abattu par la police.

Quelques semaines plus tard, alors que les enquêteurs continuent de faire la lumière sur les raisons de cette attaque, le parquet antiterroriste ne s’est toujours pas saisi de l’affaire. S’il avait été signalé comme radicalisé depuis l’un de ses passages en prison, Ndiaga Dieye aurait plus agi sous l’effet de ses troubles psychiques que pour des motivations d’ordre religieux ou politique.

Lire la suite ...


KORIAN négocie l’acquisition du centre de Psychothérapie d’Osny

 Capital

Publié le 

(AOF) - Korian a annoncé être entré en négociation exclusive pour l’acquisition du Centre de Psychothérapie d’Osny (95). La clinique spécialisée en santé mentale et addictologie dispose d’une unité d’hospitalisation complète pour adultes, en psychiatrie générale de 69 lits et d’un hôpital de jour de soins de suite et réadaptation addictologie de 10 places. La qualité des soins et de la prise en charge sont reconnues par la Haute Autorité de Santé, avec une certification A. Le chiffre d’affaires réalisé en 2020 s’élève à environ 5 millions d’euros.

Lire la suite ...


Invité spécial : Edgar Morin


C l'hebdo

présenté par : Ali Baddou, Jean-Michel Aphatie, Antoine Genton, Mélanie Taravant, Eva Roque







Une émission spéciale avec un éternel jeune homme qui va fêter ses 100 ans dans quelques jours. Sociologue, historien, philosophe, son oeuvre est immense. C’est un penseur planétaire. 

Lire la suite et voir la vidéo ...


La Clinique E-santé, avenir de la psychothérapie en ligne ?

23/06/2021

L'application de la Clinique E-santé est devenue une référence dans le domaine de la E-santé. De nombreux journalistes donnent leurs avis à propos de cette thérapie digitale, par abonnement mensuel ou trimestriel. Psychologues cliniciens et chercheurs travaillent chaque jour, à distance, au plus proche de leurs patients.


Réformer la spécialité IPDE pour mieux prendre en charge les 1 000 premiers jours

 

Lors de ses Journées Nationales d’Etudes, qui se sont tenues du 16 au 18 juin 2021, l’ANPDE s’est penchée sur le rôle de l’infirmier puériculteur dans la prise en charge des 1 000 premiers jours de l’enfant. Exercice libéral, consultation puéricultrice, mais aussi réingénierie de la formation…, quelles sont les pistes envisagées pour renforcer son action ?

Entraîner la société et les pouvoirs publics à accorder davantage de temps et d’énergie à la période dite des « 1 000 premiers jours1 » de l’enfant, c’est l’un des objectifs de la démarche initiée depuis le mois de septembre 2019 par le cabinet d’Adrien Taquet, secrétaire d’Etat en charge de l’enfance et des familles auprès d’Olivier Véran, et dans laquelle s’inscrit le rapport de la Commission des 1 000 jours. État des lieux, préconisation, et rôle des infirmiers puériculteurs dans la prise en charge de cette période : l’ANPDE (Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Étudiants) s’est penchée sur le contenu du document et ce qu’il implique pour la profession lors de ses Journées Nationales d’Etude.

Lire la suite ...


COVID-19 et santé mentale : une campagne de sensibilisation dédiée aux adolescents

Fanny Le Brun    21 juin 2021

La crise sanitaire actuelle a un impact sur la santé mentale des enfants et des adolescents, certains signaux ayant été mis en évidence : démotivation, décrochage scolaire, repli, refus scolaire anxieux… La situation semble même s’être aggravée début 2021, avec une augmentation des passages aux urgences pour raisons de santé mentale chez les 11-17 ans (troubles de l’humeur, geste suicidaire et idées suicidaires, troubles alimentaires). Face à cette situation, Santé publique France et le Ministère des Solidarités et de la Santé viennent de lancer le volet « Ados » de la campagne de sensibilisation à la santé mentale. Cette campagne sur le thème « En parler, c’est déjà se soigner » a été initiée en avril 2021 mais était jusqu’ici plutôt destinée aux plus de 18 ans. Il apparaît désormais nécessaire de lancer une campagne spécifiquement dédiée aux adolescents de 11 à 17 ans.


jeudi 24 juin 2021

Mobilisation en faveur de la Psychiatrie Publique le 24 juin 2021

par Nagy (son site) 23 juin 2021

Quatre syndicats de psychiatres appellent à une journée d’action et de mobilisation en faveur de la Psychiatrie Publique le 24 juin 2021. Communiqué.

« L’ensemble de la Psychiatrie Publique se trouve dans une situation dramatique. Sous financement chronique, suppression constante et non compensée de lits, fermeture des structures ambulatoires, poids exponentiel des tâches administratives, dérive technocratique et sécuritaire des Soins Sans Consentement, baisse continue de l’attractivité (près de 20% des postes d’internes en psychiatrie non pourvus) conjuguée à la crise démographique médicale sans précédent (30% des postes de PH non pourvus) rendent de plus en plus difficile l’organisation et l’offre des soins.

Dans ce climat, le vote de l’Article 84 et la publication de son Décret d’application met le feu aux poudres au sein de nos établissements (voir notre article). On ne peut contester la décision du Conseil Constitutionnel pour fixer une durée maximale à l’isolement et la contention. Mais les dispositions de l’Article 84, voté sans concertation aucune avec la profession sont irréalistes et inapplicables. Pire encore, elles aggraveront la crise démographique de la profession, la désorganisation de nos établissements et elles dégraderont la qualité de la prise en charge des patients.

Lire la suite ...


Recommandations en urgence relatives à l’établissement public de santé Roger Prévot à Moisselles (Val-d’Oise)


Au Journal Officiel du 19 juin 2020 et en application de la procédure d’urgence, la Contrôleure générale a publié des recommandations relatives à l’établissement public de santé  Roger Prévot à Moisselles (Val-d’Oise).


L’article 9 de la loi du 30 octobre 2007 permet au Contrôleur général des lieux de privation de liberté, lorsqu’il constate une violation grave des droits fondamentaux des personnes privées de liberté, de saisir sans délai les autorités compétentes de ses observations en leur demandant d’y répondre.


Lire les recommandations du CGLPL dans leur intégralité


Lire la suite ...


Un rapport cinglant contre la prise en charge psychiatrique du CHS Albert-Bousquet

 

Un rapport cinglant contre la prise en charge psychiatrique du CHS Albert-Bousquet
Basé à Nouville, l’établissement compte 131 lits de psychiatrie générale. ©NC La 1ère

A la suite d'une visite en 2019, le contrôleur général des lieux de privation de liberté a fait état de mauvaises pratiques envers les patients hospitalisés en soins psychiatriques sans consentement du CHS. Ils seraient privés de certains de leurs droits fondamentaux.


Lire la suite et voir la vidéo ...


Santé mentale : la Mutualité Française publie un Observatoire et formule dix propositions

24 juin 2021

Alors que la santé mentale des Français s’est dégradée avec la crise sanitaire, la Mutualité Française dévoile les résultats de son Observatoire et formule dix propositions afin d’améliorer la prise en charge des patients souffrant de troubles psychiques. 

Dix chiffres clés

Une prévention insuffisante

En France, 1 personne sur 5 est touchée chaque année par un trouble psychique, soit 13 millions de personnes. La consommation d'alcool y est supérieure à la moyenne avec l'équivalent de 130 bouteilles de vin consommées par personne et par an (vs 100 bouteille dans l'OCDE). Même constat pour la consommation de cannabis plus élevée chez les Français (21,8 % des 15-34 ans) que chez leurs voisins européens (14,4 %). Or la consommation abusive de ces substances peut être source de troubles psychiques importants. Quant au taux de suicide, de 13 pour 100 000 habitants, c’est également l’un des plus élevés des pays européens (10,5 en moyenne).

Lire la suite ...


“Lascaux ou la naissance de l’art”, de Georges Bataille

Océane Gustave publié le 

© Éditions de l’Atelier contemporain

Entre 1948 et 1962, le philosophe et écrivain Georges Bataille a eu la chance de visiter à plusieurs reprises la grotte de Lascaux (il n’est désormais plus possible de s’y rendre, et l’on doit se contenter de ses différentes répliques). Trois ans plus tard, en 1955 – soit quinze ans après la découverte fortuite par des adolescents de la grotte –, il décide alors de publier un ouvrage historique et philosophique consacré à ce qu’il considère comme le lieu de « la naissance de l’art ». Si les recherches archéologiques ont désormais révélé que Bataille n’était pas tout à fait correct dans ses intuitions (pré)historiques, il n’en reste pas moins que le philosophe a mis au jour un enjeu fondamental : art et humanité sont coextensifs. C’est en effet grâce au « miracle » de la représentation que l’homme peut pleinement devenir homme. Ce texte magnifique est republié aujourd’hui aux Éditions de l’Atelier contemporain.

Berne célèbre un pionnier de l’art brut

PAR INGRID DUBACH-LEMAINQUE, CORRESPONDANTE À NEUCHÂTEL (SUISSE) · LE JOURNAL DES ARTS

LE 23 JUIN 2021 


BERNE / SUISSE


Deux expositions bernoises rendent hommage à un artiste singulier de l’art brut, Adolf Wölfli, pensionnaire d’un asile local d’aliénés.


Adolf Wölfli - Biographie Adolf Wölfli, Expositions Wölfli  









Voir des œuvres d’Adolf Wölfli à Berne a une résonance particulière, car c’est précisément là que le récit de l’art brut a commencé à s’écrire. Quand le peintre Jean Dubuffet, qui a forgé l’expression, en Suisse, en 1942, en compagnie du Corbusier, il ne manque pas de rendre visite aux praticiens pionniers qui associaient psychiatrie et art : le docteur Charles Ladame à la clinique Bel-Air à Genève, mais surtout le professeur Walter Morgenthaler à Berne.

Psychiatre à l’asile de la Waldau, Walter Morgenthaler s’intéresse de près à la créativité de ses patients et l’encourage, convaincu de l’effet thérapeutique de l’art. Mieux, il collectionne leurs créations. Parmi eux, Adolf Wölfli (1864-1930). L’ouvrage que le chef de la clinique publie au sujet de ce dernier en 1921, et aujourd’hui réédité 100 ans plus tard, par la Fondation Adolf Wölfli à l’occasion de ces expositions, est un modèle du genre. Ein Geiteskranker als Künstler[Un malade mental artiste] est la première étude monographique consacrée à un « fou artiste ». Elle représentait comme l’explique le commissaire d’exposition et conservateur Hilar Stadler « une affirmation audacieuse » pour son époque. Le psychiatre bernois reconnaissait en Wölfli, l’ancien garçon de ferme de l’Emmental, autodidacte et schizophrène, la stature d’un authentique artiste.

Lire la suite ...


mercredi 23 juin 2021

Santé mentale : la tentation de l’auto-confinement avec Sophie Braun et André Comte-Sponville

LE 23/06/2021

À retrouver dans l'émission

L'INVITÉ(E) DES MATINS

par Guillaume Erner

Terrasses, concerts, fête de la musique, … le pire est peut-être derrière nous mais pour certains, ça ne fait que commencer. Aujourd’hui nous nous intéressons aux Français qui vivent mal le déconfinement, ou la tentation de l’auto-confinement.

Femme télétravaillant
Femme télétravaillant Crédits :  Getty

Après la crise sanitaire, puis la crise économique, les professionnels de la santé mentale alertent sur l’arrivée d’une nouvelle crise, celle psychologique. De la perte de liens imposée par les confinements successifs, à l’angoisse du retour à la normale, la santé mentale des Français est malmenée depuis plus d’un an. Une souffrance psychologique qui monte depuis des années et qui risque aujourd'hui d’exploser, alors que les services de psychiatrie approchent la saturation. 


Plus d'un million d'euros pour renforcer les services en psychiatrie, au Havre et autour

Par Marie-Charlotte Nouvellon   Publié le 

Pour mieux accompagner les mineurs isolés, les personnes âgées ou encore en situation de grande précarité, de nouveaux postes en psychiatrie vont être financés au Havre. Détails.


Grâce à plus d'un million d'euros débloqués pour la psychiatrie au Havre, plusieurs services vont recruter de nouveaux soignants.
Grâce à plus d’un million d’euros débloqués pour la psychiatrie au Havre, plusieurs services vont recruter de nouveaux soignants. (©MC Nouvellon/76actu)

Plus d’un million d’euros. C’est l’enveloppe qui a été débloquée, dans le cadre du « Contrat territorial de santé mentale » pour les services en psychiatrie dépendant du Groupe hospitalier du Havre (Seine-Maritime). Une somme qui permettra de financer de nouveaux postes de façon pérenne, et qui constitue le premier volet d’un projet global qui se déclinera sur cinq ans. Tour d’horizon des projets concernés par ces nouvelles dotations.


Le Conseil de l’Europe dénonce les conditions de garde à vue en France

Par   Publié le 24 juin 2021

Un rapport publié jeudi 24 juin par le Comité européen de prévention de la torture évoque des mauvais traitements dans certains commissariats et la difficulté à les faire constater par un médecin.

La France est une nouvelle fois pointée du doigt par le Conseil de l’Europe au sujet des conditions d’enfermement des personnes en garde à vue dans les commissariats ou les gendarmeries, dans les prisons et dans les hôpitaux psychiatriques. Le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT), qui organise des visites périodiques dans chacun des 47 pays du Conseil de Strasbourg, a publié, jeudi 24 juin, le rapport portant sur la France après s’être rendu, en décembre 2019, dans dix-sept établissements.