Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 6 février 2010

Les Livres de Psychanalyse

La Cause freudienne n° 73 - Décembre 2009


Les surprises du sexe













16 euros

Les surprises du sexe : éditorial, Philippe Hellebois
Le rapport sexuel : Lacan versus Ratzinger, Antonio Di Ciaccia
Le sexe et ses bienfaits, Marco Focchi
Internet, un mode de la perversion, Erminia Macola
Crise d'identité sexuée, Rosa Elena Manzetti
Une porno-dépendance virtuelle ou réelle ?, Maurizio Mazzotti
Clicc @, Massimi Termini
Réalité virtuelle et réalité sexuelle, Carlo Vigano
Le programme de jouissance n'est pas virtuelle, Eric Laurent
Le bruit des talons, Sonia Chiriaco
Le livre des instructions trompeuses, Gustavo Dessal
L'homme aux loups : 2ème partie, Jacques-Alain Miller
Kraepelin, la fragilité d'une œuvre colossale, Guy Briole
De quoi Kretschmer est-il le nom ?, Philippe De Georges
Robert Gaupp et le cas Wagner, Jean-Claude Maleval
Raymond Roussell, René Fiori
La surprise Lacanienne, CarolinaKoretski
L'autorité entre semblant et responsabilité, Alfredo Zenoni
Le peintre résidu, Gérard Garouste
Ni chose ni personne, Jean-François Lebrun
Un souvenir d'enfance silencieux, Clotilde Leguil

Les Livres de Psychanalyse

Transférer, Séparer, Associer : Le savoir du psychanalyste


Psychanalyse n°17 - Janvier 2010










En librairie : 11.02.2010
Editeur : Erès
Directeur de la revue : Laure Thibaudeau
Prix : 20.00 €


Souhaitons qu'en 2010 vous ayez vu le film de Michael Haneke « Le ruban blanc ? Rarement l'écriture cinématographique, dont on sait la parenté avec le rébus, aura su montrer de façon aussi probante que le mauvais exemple vient d'abord d'en bas et comment une collection hétéroclite de pères, dont le trait commun est de penser que la loi et l'ordre doivent venir à bout de la jouissance, fabrique une portée de nazillons. La psychanalyse elle-même, quand elle s'abuse d'une conception totalitaire de la castration, n'est pas à l'abri d'un tel résultat.
« La vraie psychanalyse » pourrait par contre glisser à l'oreille d'Haneke qu'on peut heureusement compter sur les fils et filles pour échapper au destin que leur réserve l'aveuglement paternel, à condition de nommer le point, infiniment variable, où un père n'est jamais à la hauteur. C'est d'ailleurs ce dont témoigne le jeune instituteur qui se fait le passeur de l'histoire.


Les Livres de Psychanalyse

Psyché, visage et masques

Jacques André , Sylvie Dreyfus-Asséo , Anne-Christine Taylor











Paru le : 20/01/2010
Editeur : PUF
Prix : 19 €


Les anthropologues sont-ils seuls à mettre en cause l'opposition classique du masque, comme fausse identité, et du visage nu, comme reflet d'une intériorité qui s'offre au regard d'autrui ? Le dispositif de la cure psychanalytique, sa manière d'absenter les visages en face-à-face et, du coup, de brouiller les identités, ne la questionne-t-il pas aussi ? Pour les anthropologues, la fonction du masque, qui rend matériellement présente une entité normalement invisible, interroge le système des identifications et des différenciations.
Dans la psychanalyse, cette capacité de médiation revient à Eros qui, à la différence de Narcisse, ne se fige pas dans sa propre contemplation mais invente les masques afin d'animer le théâtre intérieur et d'accepter la rencontre avec l'autre. Masque-déformation ? Masque-transformation ? Quel pouvoir conférer à ce qui peut faire passer du visage à l'identité ?

Les Livres de Psychanalyse

Les récits du temps
Jacques André, Sylvie Dreyfus-Asséo, François Hartog











Paru le : 20/01/2010
Editeur : PUF
Prix : 14 €


La façon qu'a l'homme d'être dans le temps est une interrogation commune à l'historien et au psychanalyste.
Au gré des cultures, des époques, des individus, la représentation du temps et l'inscription des êtres collectifs comme des êtres individuels dans le mouvement de la temporalisation varient. Autant de variations qui font éclater notre idée commune du temps, sa fausse naturalité. Il y a une histoire du temps, il y a aussi une psychogenèse de la temporalité. Peut-être faut-il même envisager que l'idée de temps, en elle-même, procède d'une invention, à l'échelle de la culture comme de la vie individuelle.
L'historien et le psychanalyste n'ont ni le même objet, ni la même méthode, leur dialogue n'en est que plus nécessaire.

Les Livres de Psychanalyse
mercredi 27 janvier 2010

Neuroscience et psychanalyse - Une rencontre autour de la singularité

François Ansermet, Pierre Magistretti (dir.)
















Paru le : 21/01/2010
Editeur : Odile Jacob
Prix : 27 €


Quoi de commun entre, d'un côté, les neurosciences et le cerveau, et, de l'autre, la psychanalyse et le sujet ? Une perspective commune, celle du devenir et d'un devenir intégrant à chaque instant du nouveau, du non-programmé, du contingent, du discontinu.Serions-nous donc déterminés pour échapper aux nécessités biologiques et sociales ? Point de rencontre entre neurosciences et psychanalyse, cette ouverture à l'imprévisible et à la créativité est, en tout cas, ce qui permet l'émergence de notre individualité singulière. Ce livre, issu d'un colloque organisé au Collège de France, réunit des psychanalystes, des philosophes, des psychiatres et des neurobiologistes de premier plan.Pour la première fois, tous ensemble, ils engagent une discussion riche et ouverte sur la singularité et le statut de l'inconscient.

mercredi 3 février 2010

Quand les psys mettent les pieds dans le plat




SOCIÉTE
Publié le 02/02/2010 à 10:12 Le Point.fr
RENDEZ-VOUS


Quand les psys mettent les pieds dans le plat






Bernard-Henri Lévy et Jacques-Alain Miller
© MAISONNEUVE / BALTEL / SIPA


"Évaluer tue." C'est l'intitulé du grand meeting organisé par le Forum des psys, le 7 février à La Mutualité, à Paris (1).
Les psychiatres partent en guerre contre la culture de l'évaluation qui, selon eux, "promet la rentabilité et produit la mort". Principal visé : le monde de l'entreprise "où le monstre de l'évaluation s'est répandu comme une traînée de poudre se transformant en management par le stress", explique le psychanalyste Jacques-Alain Miller, à l'origine de ce meeting de protestation et auquel le trimestriel Le nouvel Âne consacre son dernier numéro. Une culture du tout chiffrable "qui exige de l'homme le zéro défaut et ne fait plus de différence entre l'humain et l'objet".
Aux côtés de Jacques-Alain Miller, Bernard-Henri Lévy présidera le forum ouvert à tous. Une façon de montrer qu'intellectuels et psys font cause commune. D'autres têtes d'affiche sont attendues, parmi lesquelles les philosophes Jean-Claude Milner, Cynthia Fleury, Yves Charles Zarka et l'universitaire Roland Gori.

(1) 24 rue Saint-Victor, Paris 5e, de 10 heures à 19 heures. Inscription sur place : 20€







Développement de l’humanité analysante en vue

La république des livres L'actualité littéraire, par Pierre Assouline

Développement de l’humanité analysante en vue

Le psychanalyste Jacques-Alain Millier, lacanien gendre de Lacan, vient de créer officiellement l’université populaire de psychanalyse Jacques-Lacan "pour (re-)prendre en charge l’éducation freudienne du public français et, à terme, en l’étendant sur tous les continents, pour développer une humanité analysante".

Il l’a annoncé dans le dernier numéro de Philosophie magazine (No 36, février) à l’issue d’un long débat conflictuel avec Michel Onfray sur les vérités et légendes qui gravitent autour de Freud. Légèrement sidéré par la nouvelle, le philosophe a conclu avec philosophie : "Eh bien … Après m’être battu pendant dix ans pour mettre sur pied mon université populaire (à Caen), après avoir été d’abord été superbement ignoré par les intellectuels parisiens pour cette démarche, disons que j’accueille cette nouvelle comme un genre d’hommage".

Malaise dans la psychiatrie en Aquitaine




POLITIQUE / SOCIAL - ÉCONOMIE -
Article paru le 30 janvier 2010
FRANCE


Malaise dans la psychiatrie en Aquitaine

Les soignants ont manifesté hier à Pau contre une refonte de leurs horaires de travail.
Nervosité chez les infirmiers de psychiatrie du Sud-Ouest. Devant le centre hospitalier des Pyrénées, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), ils étaient 350 hier à l’appel de l’intersyndicale CGT, CFDT et FO, venus de Bayonne, de Mont-de-Marsan, de Bordeaux, de Cadillac, de Montpont et d’Agen, pour exprimer leur colère contre le futur changement de leurs horaires de travail.

À Pau, la direction de l’hôpital psychiatrique tente d’imposer cette mesure depuis juillet afin, selon elle, d’améliorer les conditions de travail et de soins. Elle envisage ainsi de faire travailler les personnels 7 heures et demie ou 12 heures par jour. Pour pousser au maximum la productivité et étaler le temps de travail sur plus de jours. Avec cette nouvelle organisation, 25 emplois seraient menacés. « On fonctionnait très bien en travaillant 8 heures, tout cela est fait pour supprimer des postes alors qu’il manque déjà 30 soignants au centre hospitalier », constate Bernard Laulhé, secrétaire CGT de l’hôpital de Pau. Mais la direction ne jure que par les économies.

En 2008, elle a déjà procédé à des coupes dans les effectifs en supprimant 10 postes de soignants. Et la direction compte réduire le déficit de 1,4 million d’euros de l’hôpital en continuant de rogner chez les personnels. Depuis juillet, l’hôpital de Pau est ponctuellement en grève et organise des actions  : blocages de ronds-points, envahissement du conseil d’administration pour lutter contre l’application de cette mesure. Après le rassemblement, les soignants ont rencontré le préfet pour lui transmettre une motion à destination de la ministre de la Santé. « Rien n’a changé ici depuis l’assassinat de deux infirmières par un ancien patient en 2004, on n’a pas plus de moyens et on travaille toujours dans un climat de violence avec les malades », regrette Bernard Laulhé.

Cécile Rousseau





Le numerus clausus 2010 au « JO »

L’arrêté fixant la répartition par faculté du numerus clausus 2010 est paru au « Journal officiel ». Il confirme la stagnation à 7 400 du nombre d’étudiants qui seront autorisés à passer en deuxième année à l’issue de cette année universitaire. Cet effectif sera toutefois réparti différemment entre les 36 CHU français.

Comme l’an dernier, les facultés parisiennes verront leur numerus claususrégresser. Il en va de même dans plusieurs grandes villes universitaires du sud de la France (Bordeaux, Lyon, Montpellier). Le nombre d’étudiants de PCEM 1 admis à poursuivre leurs études sera en revanche augmenté dans les zones déficitaires en offre de soins, en particulier dans les CHU de la moitié nord du pays (Besançon, Lille, Nancy, Reims…). Plus de détails dans l’ arrêté paru au « Journal officiel » et dans notre édition de jeudi.