Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 22 juin 2019

James C. Scott: «On ne se débarrassera pas de l’Etat. Notre seul espoir, c’est de le domestiquer»

Par Thibaut Sardier, Recueilli par — 

Dans «Homo domesticus» l’anthropologue anarchiste s’intéresse aux humains qui sont restés chasseurs-cueilleurs au néolitique, préférant vivre en marge des Etats. Une nouvelle étape dans sa réflexion sur les formes de résistance politique qui s’inventent dans les sociétés rurales.



Ne vous fiez pas aux apparences : il a beau s’intéresser à des sujets chronologiquement ou géographiquement lointains, il ne cesse de questionner, en creux, l’état de notre société. Professeur de sciences politiques et d’anthropologie à l’université de Yale, James C. Scott a, comme tout anarchiste qui se respecte, une dent contre l’Etat. Dans Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, que les éditions du Seuil viennent de republier en poche, il enquête sur une vaste région rurale d’Asie du Sud-Est dont les habitants ont longtemps vécu en marge des Etats, multipliant les stratégies pour résister encore et toujours aux velléités assimilationnistes de leurs voisins. Les sociétés agraires constituent le fil rouge de sa carrière, ce qui l’a conduit à élever lui-même des animaux pour mieux comprendre son objet de recherche. C’est aussi la raison pour laquelle, voulant mettre des cours à jour, il est remonté jusqu’au néolithique afin de montrer que le récit canonique d’une humanité abandonnant le modèle du chasseur-cueilleur pour celui de l’agriculteur vivant sous l’autorité d’un Etat n’avait rien d’évident.

Alain Prochiantz : « La radicale originalité de Sapiens »

Résultat de recherche d'images pour "books revue logo"

Publié dans le magazine Books n° 98 , juin 2019. Par Olivier Postel-Vinay.

Notre particularité, c’est notre cerveau. Comparé à celui des autres animaux, chimpanzés compris, il est littéralement monstrueux. C’est lui qui nous permet de concevoir des droits pour d’autres espèces.
















© Dani Pozo / AFP
Madrid, décembre 2011. « Combien de vies pour un manteau ? » interrogent ces militants animalistes pour dénoncer l’industrie de la fourrure.
Alain Prochiantz est chercheur en neurobiologie et professeur au Collège de France. Ses derniers ouvrages parus sont : Qu’est-ce que le vivant ? (Seuil, 2012) et Darwin, 200 ans (Odile Jacob, 2010).

Un biologiste déclarait récemment : « Nous n’avons cessé, depuis Descartes, de chercher tout ce qui nous distingue des autres animaux. C’est évidemment absurde et scientifiquement sans intérêt 1. » Ce n’est manifestement pas votre point de vue…
Il faut bien accepter que nous sommes nous aussi des animaux et que nous partageons beaucoup de traits avec les autres primates. Cela ne veut pas dire que nous sommes des singes comme les autres, tant les mutations qui ont donné naissance à la lignée des hominidés puis à Sapiens ont eu des effets biologiques et culturels hors de proportion avec la distance génétique qui sépare celui-ci de ses cousins bonobos et chimpanzés. Je pense qu’il n’est nullement absurde et qu’il est scientifiquement d’un grand intérêt d’identifier ce qui nous sépare d’autres animaux.

Randonnée des artistes. De l’art brut avec Kara à Saint-Ivy

Résultat de recherche d'images pour "le télégramme logo"
Publié le 21 juin 2019

Kara en visite à la chapelle Saint-Ivy, avec sa famille et des bénévoles de Ti Arzourien.
Kara en visite à la chapelle Saint-Ivy, avec sa famille et des bénévoles de Ti Arzourien.
Dans le cadre des expositions du Léguer en fête, Ti Arzourien a invité un artiste différent à Saint-Ivy. En effet, Kara est un artiste atypique car atteint de trisomie 21. Enfant, il suit une méthode de stimulation multisensorielle qui le met en contact avec des personnes et des lieux extrêmement enrichissants. Cela lui donne une culture étonnante et universelle.




Vidéos. À Bergerac, les urgences perdent patience


Publié le 

La profession infirmière toujours vue comme un "travail de femmes"



Les préjugés sur la profession infirmière ont la vie dure. Les femmes restent surreprésentées dans le métier et les stéréotypes de genre brident leur potentiel en matière de leadership. C’est ce que révèle un rapport de grande ampleur paru récemment. Si celui-ci pointe les problèmes de genres, il donne également des pistes pour ouvrir davantage de postes à responsabilités aux infirmiers et surtout aux infirmières !
La profession infirmière toujours vue comme un "travail de femmes"
"Investir dans le pouvoir du leadership infirmier : qu’est-ce que cela coûterait ?", la question à laquelle un important rapport tente de répondre.
Etablissez les mêmes règles pour tout le monde, brisez le plafond de de verre et abandonnez toute notion de "travail de femmes" et les infirmiers changeront le monde, scande Annette Kennedy, la Présidente du Conseil International des Infirmières suite à la publication du rapport sur le leadership des infirmiers (rédigé en anglais). Le texte montre une triste vérité sur les obstacles auxquels sont confrontés les soignants (et surtout les soignantes) pour pourvoir à des postes de décideurs. En effet, une problématique homme/femme demeure dans les métiers de la santé, le texte dénombre quantité d’exemples et constitue une liste de recommandations pour parer à cette situation.
Plus de 2600 infirmiers et maïeuticiens de 117 pays différents (plus d’un tiers venant d’Europe) ont été interrogés avant d’établir ces conclusions. Les auteures ont notamment constaté que, d’après les déclarations, plusieurs facteurs barrent l’accès à des postes plus élevés, notamment l’absence de ressources et d’équipements pour assurer le travail, le manque de formation au leadership et aussi un salaire pas toujours correct et juste. Il est indispensable que les infirmières puissent donner directement leurs points de vue sur les questions d’égalité des sexes et de leadership, pour éclairer le programme mondial sur les soins infirmiers et la couverture sanitaire universelle, affirme Constance Newman, la chef d’équipe sur les questions d’égalité des sexes et de santé chez IntraHealth (association International sur la santé publique) et auteure principale. C’est dans ce but que nous avons conduit cette étude : pour mieux comprendre et déterminer les facteurs, et leur ampleur, faisant que, parce qu’elles sont des femmes, les infirmières ne peuvent accéder à des fonctions de direction, afin que les décideurs mondiaux, nationaux et institutionnels s’y attaquent.
Les hommes sont appelés docteurs par les patients et les femmes infirmières même si elles s’avèrent être médecins

Une profession majoritairement féminine ne veut pas dire métier de femmes

La profession infirmière toujours vue comme un "travail de femmes"
Le rapport qui vient de paraître démontre un certain nombre de barrières pour parvenir à un leadership infirmier. Discrimination de genre, biais, stéréotype, plusieurs facteurs inhibent les soignants et plus particulièrement les femmes, pour développer des compétences et marginalisent leur accès à des rôles décisionnels. Il est facile de s’en rendre compte d’ailleurs : à l’heure actuelle, la gent féminine représente 70 % du total des effectifs de la santé et des services sociaux, mais seulement 25 % ont des fonctions de direction au sein du système de santé.


Écoute bienveillante, respect, clarté, confidentialité… : une charte d'engagement des libéraux auprès de leurs patients

21.06.2019




  • relation patient médecin
Crédit Photo : Phanie

Recevoir les patients « dans un respect mutuel », agir « avec humanité »,  écouter « avec bienveillance, en prenant en compte le vécu » ou encore délivrer des soins « selon les recommandations de bonnes pratiques » : l'Union nationale des professionnels de santé (UNPS, qui regroupe 22 syndicats et 12 professions)* vient de présenter une charte d'engagement des libéraux pour promouvoir la qualité de la relation patients/soignants et « réaffirmer les engagements fondateurs de l'exercice ».

Bientôt, nous diagnostiquerons, à domicile, une maladie avant qu'elle ne soit grave

RTFLASH    Vendredi, 21/06/2019

Depuis ses origines, la médecine essaye de soigner, et si possible de prévenir les multiples maladies qui affectent l’homme et elle y parvient de mieux en mieux, comme le montre l’augmentation absolument sans précédent de l’espérance de vie moyenne dans le monde : plus de trente ans de vie gagnés en un siècle !
La médecine parvient aujourd’hui à guérir un grand nombre de maladies, avec une efficacité que nous n'aurions même pas imaginée il y a seulement un demi-siècle. Par contre, elle peine encore à prévenir l’apparition des maladies les plus meurtrières et à les détecter très précocement, ce qui permettrait, notamment dans le cas des cancers et de maladies cardio-vasculaires, ou de pathologies neurodégénératives, d’effectuer un nouveau bond en avant en matière d’efficacité thérapeutique car, on le sait, il est bien plus facile de guérir ou de stabiliser une maladie détectée aux tout premiers stades, avant même que les symptômes n’apparaissent.
Certes, les outils de diagnostic, d’analyses biologiques et d’imagerie, ont fait des progrès considérables depuis la fin du siècle dernier, ce qui a contribué de manière importante à la baisse constante de la mortalité réelle par cancer et maladies cardio-vasculaires dans notre pays depuis trente ans - mais le recours à ces outils a rarement un caractère automatique. Il reste le plus souvent lié à l’apparition de symptômes qui laissent suspecter la présence d’une pathologie à traiter. Et pour un certain nombre de maladies graves, les symptômes apparaissent, malheureusement, tardivement et lorsqu’un diagnostic fiable est posé, les chances de guérison du patient sont souvent amoindries car la maladie a déjà beaucoup progressé…
Si nous pouvions déceler, avant même que ne se manifestent les premiers symptômes, de manière automatique et transparente, avec des outils fiables et peu coûteux, les principales maladies qui nous menacent, nous pourrions augmenter considérablement les chances de guérison dans de nombreuses pathologies graves, tout en améliorant sensiblement la qualité et le confort de vie des malades, qui pourraient bénéficier de traitements moins lourds et moins longs, pour une plus grande efficacité thérapeutique.
Un tel bond en avant scientifique et technologique permettrait également de réduire sensiblement le coût total de nos dépenses de  qui a été multiplié par 3,5, en France, depuis 1950 et atteint à présent 200 milliards d’euros par an, soit environ 9 % de notre PIB.

vendredi 21 juin 2019

Prison : à Châteaudun, une unité pour sortir les détenus violents de l’impasse

L’administration pénitentiaire souhaite ouvrir dix quartiers de ce type en 2019 pour travailler sur le désengagement de la violence.
Par   Publié le 21 juin 2019
Dans l’unité pour détenus violents du centre de détention de Châteaudun (Eure-et-Loir), le 18 juin.
Dans l’unité pour détenus violents du centre de détention de Châteaudun (Eure-et-Loir), le 18 juin. Jean-Baptiste Jacquin/Le Monde
Ils sont deux à être arrivés à l’unité pour détenus violents (UDV) du centre de détention de Châteaudun (Eure-et-Loir), mardi 18 juin. L’un était déjà incarcéré à Châteaudun, l’autre vient du centre de détention de Joux-la-Ville (Yonne). Ces détenus sont affectés pour un séjour de six mois, renouvelable une seule fois pour trois mois, dans ce quartier flambant neuf. Ils vont devoir y suivre un programme personnalisé, censé réduire la violence de leur comportement.

Infanticide : «Ce n’était pas des bébés, mais des êtres qui grandissaient en moi»

Par Julie Brafman, envoyée spéciale à Colmar, photo Pascal Bastien — 
L’avocat de Sylvie H., Roland Moeglen, et les parties civiles de l’association Enfance majuscule, à Colmar, le 18 juin 2019.
L’avocat de Sylvie H., Roland Moeglen, et les parties civiles de l’association Enfance majuscule, à Colmar, le 18 juin 2019. Photo Pascal Bastien pour Libération

Au terme de trois jours d’audience, la cour d’assises du Haut-Rhin a condamné, jeudi, à vingt ans de prison une femme accusée d'avoir tué cinq de ses nouveau-nés.

En octobre 2003, Sylvie H. et Antonio étaient dans le salon de leur maison de Wittelsheim (Haut-Rhin) en train de regarder la télévision quand l’information a surgi à l’écran : quatre nouveaux-nés ont été découverts dans des sacs-poubelle, dans la forêt de Galfingue. Soit à une vingtaine de kilomètres de chez eux. «Celle qui a fait ça mérite la peine de mort», s’est exclamé Antonio. Sa compagne, elle, n’a rien dit, continuant à fixer les images du bois maudit, écouter les témoignages des habitants sidérés et ceux des gendarmes déterminés à résoudre le mystère des corps abandonnés. Seize ans plus tard, Sylvie H. écoute toujours. Dans le box des accusés de la cour d’assises du Haut-Rhin, à Colmar, elle assiste en spectatrice au récit vertigineux de sa propre traque : 400 auditions, 340 prélèvements ADN, une cellule baptisée «infanticide 68», des dizaines de pistes explorées dans les milieux sectaires et satanistes. Tout ça pour un dénouement qui ne sera que l’œuvre du hasard. A la suite d’une rixe entre voisins en 2017, son ADN a été prélevé, il correspondait à celui recherché. «Oui, c’est moi», a-t-elle simplement prononcé quand les gendarmes ont frappé à sa porte. Un cinquième corps sera découvert lors de la perquisition, dans une glacière à la cave.
«Je ne cherche pas à me disculper, j’ai toujours dit que j’étais responsable», commence l’accusée de 55 ans, chemisier fleuri et cheveux bruns. Et de prévenir les jurés : «Vous allez me punir et je vais accepter. Mais je ne vais pas pouvoir vous dire pourquoi j’ai fait ça.»

Dépression majeure : efficacité maintenue de l’eskétamine sur la durée

Univadis

Par Agnès Lara    17 juin 2019

À retenir
Chez les patients souffrant de dépression pharmacorésistante et ayant répondu à un traitement par eskétamine intranasale associé à un antidépresseur par voie orale (rémission ou réponse stable) au cours d’un traitement de 16 semaines, la poursuite du traitement apporte une réduction significative du risque de rechute de dépression par rapport au placebo + antidépresseur par voie orale. Ces données et les données de sécurité obtenue par le département des Neurosciences du laboratoire Janssen sont en faveur d’une balance bénéfices/risques favorable sur la durée.

Affaire Lambert : le procureur général préconise de casser la décision ordonnant la reprise des traitements

Amandine Le Blanc
| 20.06.2019
Fin mai, les ministères de la Santé et des Affaires étrangères ont déposé un pourvoi en cassation dans l'affaire Vincent Lambert, contre la décision de la cour d'appel de Paris, qui avait ordonné le 20 mai la reprise des traitements alors que l'équipe de soignants du CHU de Reims venait de suspendre ces traitements le matin même.
Dans son avis écrit qu'il soutiendra à l'audience de la Cour de cassation (photo), qui se réunira lundi en assemblée plénière, François Molins, procureur général de la Cour de cassation, préconise la "cassation" de l'arrêt de la cour d'appel de Paris, "sans renvoi" devant une autre juridiction.

« Les généralistes seront de plus en plus sollicités pour les soins palliatifs », selon le Dr Olivier Mermet (Sfap)

| 20.06.2019


Pour la première fois, la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (Sfap) a élu un médecin de famille à sa tête. A 48 ans, le Dr Olivier Mermet, généraliste dans une MSP à Saint Pourçain-sur-Sioule (Allier), devient le nouveau président de la Sfap. Coordonnateur du réseau de soins palliatifs de l’Allier depuis 14 ans, il insiste sur l’importance des équipes de soins primaires dans ce domaine.
Vous êtes engagé depuis des années dans les soins palliatifs. Pourquoi cet intérêt pour ce sujet ?
Il y a 20 ans, j’ai fait ma thèse sur les difficultés que rencontraient les généralistes pour les soins palliatifs à domicile. Après avoir exercé exclusivement la médecine générale pendant une période, je me suis réintéressé à la question pour diffuser cette culture palliative au domicile. Mon objectif est que les patients puissent, en restant chez eux, bénéficier d’une expertise en soins palliatifs aussi et d’un accompagnement de qualité. Dans ma ville de Saint Pourçain-sur-Sioule, nous avons un hôpital de proximité dans lequel nous suivons nos propres patients.

jeudi 20 juin 2019

RÉCIT. « Un village pour aliénés tranquilles », de Juliette Rigondet

Elisabeth Roudinesco Jeudi 20 juin 2019
Voilà un livre rédigé par une journaliste qui a passé son enfance à Dun-sur-Auron (Cher), surnommé le « village des fous ». C’est là qu’a eu lieu, à partir de 1891, sous la houlette du DAuguste Marie (1865-1934), la première expérience de psychiatrie ouverte, sur le modèle du boarding-out system écossais (« placement d’enfants orphelins »). Convaincu que les asiles devenaient des lieux de gardiennage accentuant la folie, ce grand philanthrope y créa une colonie destinée à accueillir dans des familles, volontaires et rémunérées, des ­patients stabilisés mais sans autonomie sociale : des aliénés tranquilles. Des femmes d’abord, puis des hommes. Juliette Rigondet ­retrace l’itinéraire de Louise, Eugénie et bien d’autres qui, au fil des années, deviendront lingères, blanchisseuses ou ménagères, retrouvant une identité sociale effacée durant leur vie asilaire. Cette nouvelle approche de la folie fut à ce point concluante qu’en 1913 la ­colonie comptait un millier de ­pensionnaires. « Je voulais raconter cette histoire (…) pour faire sortir de l’ombre les souffrants qui peuplent ou ont peuplé ce lieu. Pour rappeler que le “malade” a été comme nous, avant de devenir parfois tout autre. »Un magnifique récit. E. Ro
« Un village pour aliénés tranquilles », de Juliette Rigondet, Fayard, 312 p.

«Cela me permet de contenir mes douleurs»

Par Charles Delouche, photo Julie Hascoët — 

 Dans la ferme de Jouany Chatoux, à Pigerolles, on se prépare à la légalisation de certains usages du cannabis. Des plants sont sélectionnés dans un conteneur.

Dans la ferme de Jouany Chatoux, à Pigerolles, on se prépare à la légalisation de certains usages du cannabis. Des plants sont sélectionnés dans un conteneur.Photo Julie Hascoët pour Libération

Depuis qu’ils consomment du cannabis, des malades ont retrouvé une qualité de sommeil, l’envie de s’alimenter ou la force de supporter un traitement.

Que faire quand la douleur devient insupportable et que les antalgiques ne marchent pas ou ne font plus d’effet ? Libération publie le témoignage de malades, atteints de pathologies sévères, qui ont trouvé dans le cannabis thérapeutique un remède à leurs souffrances et un moyen de continuer à vivre.

Mado Gilanton, 65 ans, victime de syringomyélie

Cette retraitée, également en proie à une malformation de Chiari de type 1, qui touche la moelle épinière et le cervelet, a découvert sa pathologie en 2013. Elle est depuis présidente de l’association Apaiser S&C et porte-parole d’Espoir impatient pour le cannabis à visée thérapeutique.
«Je souffre depuis l’âge de 50 ans. La découverte de ma maladie a été tardive et j’ai connu les affres d’une certaine errance médicale. Parmi les symptômes, on retrouve les douleurs neuropathiques sévères. C’est comme si on sautait dans un champ d’orties, avec le sentiment qu’on nous arrache les membres et une impression de brûlure. Je souffre aussi d’allodynie, une douleur déclenchée par un stimulus normalement indolore. Un léger effleurement (le souffle du vent ou l’eau de la douche qui s’écoule sur la peau) peut être très douloureux. Certains patients ne peuvent même pas porter de vêtements. Pendant près de cinq ans, j’ai pris les traitements contre les douleurs neuropathiques : antidépresseurs, antiépileptiques et Tramadol aux doses maximales. Lorsque j’avais des crises paroxystiques, quand les symptômes atteignent leur intensité maximale, j’étais obligée de prendre de la morphine. Je suis vite devenue dépendante, alors que les effets antalgiques s’estompaient. J’ai fait des séances d’hypnose pour soulager mes douleurs et reçu un traitement par électrostimulation qui n’a pas été efficace.

Le cannabis, médicament en herbe

Par Charles Delouche, photo Julie Hascoët — 
Des plants de cannabis cultivés dans la ferme de Jouany Chatoux à Pigerolles (Creuse).
Des plants de cannabis cultivés dans la ferme de Jouany Chatoux à Pigerolles (Creuse). Photo Julie Hascoët pour Libération

Le Comité scientifique spécialisé a recommandé mercredi d’autoriser l’usage du cannabis thérapeutique pour soulager certaines douleurs. Si le ministère de la Santé devait suivre cet avis, le produit pourrait être délivré sous différentes formes, dans un cadre très strict.

Cannabis thérapeutique : «Aucun médicament ne sera prescrit avec autant de précautions»

Par Charles Delouche — 

Photo Miguel Medina. AFP

Le président du comité chargé de plancher sur le cannabis à visée médicale vient de rendre son projet. Spécialisé en addictologie, le médecin psychiatre détaille les contours de cette expérimentation.

Il manque de l’argent pour la psychiatrie à Prémontré

Mis en ligne le 18/06/2019


La suppression du service d’addictologie est en réflexion. En cause, le manque d’argent.

François Malleret était jusque là directeur financier. Il a pris, provisoirement la succession de l’ancien directeur. Et il tranche.
François Malleret était jusque là directeur financier. Il a pris, provisoirement la succession de l’ancien directeur. Et il tranche.

F
rançois Malleret vivait jusque-là dans l’ombre du directeur de l’établissement.

Las, François Chapuis a fait valoir ses droits à la retraite en mars et c’est désormais lui, ce jeune directeur financier d’une institution pour laquelle travaillent 1 250 personnes qui a pris les commandes pour quelques mois. Un intérim mouvementé.
L’État n’a pas attribué cette année le financement exceptionnel qu’il allouait à l’EPSMD depuis 2013. Il manque donc 1 million d’euros pour équilibrer un budget stabilisé à 65 millions. Voilà le point qui a conduit François Malleret à opter pour une fermeture du centre d’addictologie cet été.
Le CRAP, un service sur la sellette depuis 5 ans et sur lequel le directeur financier à de quoi dire…
Vous avez décidé, tout en assurant l’intérim à la direction, de fermer le centre régional d’addictologie pour l’été. C’est une mesure qui ne fait pas l’unanimité. N’est-ce pas précipité ?
L’avenir de ce service est sur la table depuis cinq ans mais il a fallu trancher quand nous avons su récemment que l’agence régionale de santé ne nous verserait pas d’aide financière cette année. Il nous manque donc un million d’euros. Voilà pour le contexte. Quant à ce centre, il a toujours eu un positionnement assez flou. Il traitait l’alcoologie et s’occupe désormais de toutes les addictions. Si bien qu’il n’a pas de reconnaissance officielle auprès des instances. C’est dû à l’absence de projet réel et aux difficultés de recrutement de médecins notamment. Si bien qu’il affiche un taux d’occupation de 50 % contre 80 % pour le reste des services. D’ailleurs, il est considéré comme un service de psychiatrie parmi d’autres.

Bourg-en-Bresse - Le directeur du CPA tente de "remettre les urgences psychiatriques en cohérence avec la loi"

Résultat de recherche d'images pour "la voix de l'ain logo"
  • Dominique Bloch-Lemoine a instauré au 1er janvier 2018, un projet d'établissement pour 5 ans. La contrôleuse des lieux de privation de liberté inspecte actuellement l'établissement. © Photo : Corinne Garay
    Dominique Bloch-Lemoine a instauré au 1er janvier 2018, un projet d'établissement pour 5 ans. La contrôleuse des lieux de privation de liberté inspecte actuellement l'établissement. - Photo : Corinne Garay

  • Par Corinne Garay  20/06/2019
  • En plein audit par 7 contrôleurs des lieux de privation de liberté dans ses murs, Dominique Bloch-Lemoine s'explique sur les urgences psychiatriques et le projet d'établissement qui remettent le CPA sur de nouveaux rails.

    Deux ans de discussions avec l'hôpital Fleyriat et une crise en mai dernier... où en est le dossier des urgences psychiatriques ?
    Nous avons repris les réunions. J'ai rencontré le maire et je dois rencontrer dans les prochains jours la nouvelle directrice de Fleyriat. Il faut remettre les choses en perspective. La question n'est pas de savoir qui veut s'occuper des urgences ou pas. En France, les urgences psychiatriques sont régies par le code de la santé publique. Ce n'est donc pas une velléité du centre psychothérapique de refiler nos urgences psychiatriques à Fleyriat, ce que l'on nous reproche. Depuis 20 ans, le centre d'accueil permanent (le CAP), installé à St-Georges s'était peu à peu transformé en urgences, alors que celles-ci sont bien du ressort des urgences des hôpitaux, selon la loi. Il n'y a en France que 4 sites d'urgences psychiatriques du ressort des CHU... Ailleurs, elles sont toutes orientées vers les hôpitaux publics. Il n'y a qu'ici que les secours orientaient jusqu'aux urgences psychiatriques. Il y a eu une dérive de ce que nous acceptions 24 h/24 au CAP. Ce CAP était devenu notre premier lieu de consultation. On y venait de tout le département. Mon objectif a été depuis le 13 mai dernier de remettre tout cela en cohérence et de ne plus assimiler ce service à un service d'urgence qui n'est pas sa vocation initiale. 
    Que faire en cas d'urgence psychiatrique ?
    Les centres médico-psychologiques de territoires sont la première porte d'entrée. Pour ce qui relève de l'urgence, le principe, ce sont les urgences de proximité : Belley, Ambérieu, Bourg, Oyonnax Saint-Julien-en-Genevois (74) pour le Pays de Gex vers lesquelles il faut se diriger. Nous venons de créer une cellule téléphonique comprenant un infirmier spécialisé avec un numéro unique le 04 74 52 29 89 accessible en dehors des heures d'ouverture des centres médico-psychologiques. Elle est située au sein du CPA. Pour le faire savoir, nous avons rencontrés le Samu, les pompiers, tous ont compris et accepté, sauf Fleyriat.