Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 8 décembre 2010


Psychiatrie. Prolonger un internement dépendra du juge27 novembre 201027 novembre 2010

L'hospitalisation pour troubles mentaux d'une personne, décidée sans son consentement à la demande d'un tiers, ne pourra plus être prolongée au-delà de quinze jours sans l'intervention d'un juge.

62.155 patients sont actuellement hospitalisés sans leur consentement et à la demande d'un tiers en psychiatrie. La moitié de ces internements, environ 30.000, seront frappés d'illégalité, à compter du 1eraoût 2011. Tel en a décidé, hier, le Conseil constitutionnel. Pour la première fois, les Sages rendaient une décision concernant les droits et libertés des malades mentaux. Et pour la première fois, ils ont censuré un article du Code de la santé publique régissant le maintien de l'internement d'un patient à la demande d'un tiers qui ne prévoit pas l'intervention d'un juge. Jusqu'à présent, la loi permettait deux types d'hospitalisation sous contrainte: l'hospitalisation à la demande d'un tiers (famille, proche...) sur la base d'au moins un certificat médical, et l'hospitalisation d'office ordonnée par le préfet ou le maire en cas de péril imminent. A partir du 1eraoût 2011, un simple certificat médical ne suffira plus pour les cas d'internement sous contrainte à la demande d'un tiers. Après quinze jours d'hospitalisation, seul un juge sera apte à dire si un patient doit rester ou pas en psychiatrie.

Neuf mois pour adopter la loi

Le Conseil s'est basé sur l'article66 de la Constitution qui exige que toute privation de liberté soit placée sous le contrôle de l'autorité judiciaire, «gardienne de la liberté individuelle». Un principe déjà appliqué pour la garde à vue ou la rétention administrative des étrangers. Le Parlement a désormais neuf mois pour voter un texte mettant en œuvre cette décision du Conseil. Autre conséquence : le projet de réforme de la loi concernant les personnes faisant l'objet de soins psychiatriques, examiné en mai en conseil des ministres, qui devra également être adapté. Les sages du Palais-Royal avaient été saisis de ce sujet par une patiente.






 
Le juge, une contrainte constitutionnelle pour l’hospitalisation à la demande d’un tiers

Publié le 30/11/2010     
En vertu de la révision de la constitution de l’été 2009, une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) peut être soulevée par tout citoyen à l’occasion d’une procédure judiciaire. Aussi, en septembre dernier, le Conseil constitutionnel a-t-il été invité à se pencher sur la loi du 27 juin 1990 relative aux droits et à la protection des personnes hospitalisées en raison de troubles mentaux qui précise notamment les conditions de l’hospitalisation à la demande d’un tiers (HDT).

Abrogation de l’article L 337 du Code de la Santé Publique

Sans tarder, le Conseil constitutionnel a rendu sa décision ce vendredi 26 novembre. Elle abroge partiellement les dispositions de la loi de 1990. Si les sages ont considéré comme conformes à la constitution les dispositions concernant l’admission à l’hôpital, s’ils ne se sont pas prononcés sur l’hospitalisation d’office qui ne figurait pas dans le champ de la question renvoyée par le Conseil d’Etat, ils ont considérés comme contraires à la constitution (et notamment à son article 66) les modalités de maintien de l’HDT au-delà de quinze jours. Cet article 66 impose en effet que toute privation de liberté soit placée sous le contrôle de l’autorité judiciaire « gardienne de la liberté individuelle ». Or, la prolongation d’une HDT, qui relève d’une privation de liberté, semble s’opposer à ce principe. Aussi, le Conseil constitutionnel exige la suppression de l’article L 337 du Code de la Santé Publique qui dispose : « Dans les trois jours précédant l'expiration des quinze premiers jours de l'hospitalisation, le malade est examiné par un psychiatre de l'établissement d'accueil. Ce dernier établit un certificat médical circonstancié précisant notamment la nature et l'évolution des troubles et indiquant clairement si les conditions de l'hospitalisation sont ou non toujours réunies. Au vu de ce certificat, l'hospitalisation peut être maintenue pour une durée maximale d'un mois ». Pour le Conseil Constitutionnel, il est nécessaire pour garantir le droit des personnes hospitalisées qu’un juge intervienne.

Nouvelle loi avant août 2011

La décision du Conseil Constitutionnel impose au gouvernement de faire adopter d’ici le 1er août 2011 de nouvelles dispositions précisant les conditions de l’intervention du juge. Le Garde des Sceaux, les ministères de l’Intérieur et de la Santé ont confirmé qu’ils allaient s’engager dans ce sens. Une loi sur l’hospitalisation sous contrainte est de fait déjà en préparation.

Exception européenne

Cette position du Conseil Constitutionnel s’aligne sur celle du Commissaire européen aux droits de l’homme qui, dès 2006, après une visite en France avait considéré que « comme toute privation de liberté, l’hospitalisation d’office ou à la demande d’un tiers » ne devrait « être établie que par un juge et non par la seule autorité administrative » à l’exception de situation d’urgences pouvant justifier des décisions provisoires validées par les autorités administratives. A travers ce constat du Commissaire européen était rappelé que dans la plupart des pays européens la question de l’hospitalisation sous contrainte est confiée à un juge.

Un débat attendu de longue date

Ce changement majeur qu’impose le Conseil à la France a suscité des avis nuancés chez les professionnels de santé. Certains ont redouté que l’intervention du juge ne soit vécue par les malades comme une descente aux enfers supplémentaires. L’engorgement des tribunaux et l’absence de compétence des juges en la matière ont également été évoqués. Mais pour beaucoup, cette évolution est positive. « Introduire un arbitre dans la prise en charge est une bonne chose », estime ainsi un psychiatre hospitalier parisien cité par le Figaro. « Cela évitera certains abus et soulagera le médecin d'une lourde responsabilité », ajoute-t-il. De son côté, le Syndicat des psychiatres d’exercice public se félicite de voir enfin ouvert « le débat sur la judiciarisation des soins sans consentement (…) comme nous l’avions réclamé depuis longtemps ».


 La librairie Lipsy, la revue Le Coq-Héron, l'AIHP et les éditions érès
      
vous invitent à une rencontre à propos de

Histoire de la fondation des dispensaires psychanalytiques
             
Le Coq-Héron, 2010, n° 201       
                     
Nicolas Gougoulis (S.P.P.) et Michelle Moreau Ricaud (IVe Groupe OPLF ) animeront le débat,
avec parmi les auteurs présents, Marie-Claude Fusco, Dominique Arnoux,


le samedi 18 décembre 2010 à midi
                       
à la librairie Lipsy,
15 rue Monge 75005 Paris -
Tél. : 01 43 54 71 05
www.lipsy-lib.fr





Ars Industrialis

SOIN ET RELATION
14 rue Malte Brun, Paris 20°
Le samedi 15 janvier 2011 à 14 heures
entrée libre
avec Christian Fauré, Frédéric Worms, Bernard Stiegler

Le soin est au cœur de la nouvelle question économique et industrielle s’il est vrai que, comme l’indiquait l’un de nos séminaires, « économiser signifie prendre soin » http://www.arsindustrialis.org/seminaire-trouver-de-nouvelles-armes-de-p....

La séance précédente d’Ars Industrialis http://www.arsindustrialis.org/techniques-de-soi-enregistrements-des-deb..., préparée par l’atelier Techniques de soi http://www.arsindustrialis.org/atelier-des-techniques-de-soi, a montré qu’il n’est pas possible de questionner le soin – ce que l’on appelé aussi en anglais Care et en allemand die Sorge – en ignorant les pratiques et techniques de soi qui constituent les cultures et les civilisations, notamment celles de l’Antiquité, et qui forment l’horizon de la skholè et de l’otium.

C’est la technicité – et la facticité – de l’existence qui, comme situation d’ambivalence primordiale (celle que narre Hésiode dans la Théogonie quant au rapport des mortels au feu, ainsi que l’analysent Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant dans La cuisine du sacrifice, nef Gallimard 1979), impose de prendre soin (du feu et de ceux qui vivent dans le foyer). Il faut prendre soin, take care, parce que l’existence est « pharmacologique » : constituée par l’ambiguïté des pharmaka qui trament un monde et des relations entre ceux qui n’y vivent que dans cette mesure qui est une démesure (une violence).

Or, le développement contemporain – et fulgurant – des technologies relationnelles constitue un contexte absolument nouveau qui impose d’interroger explicitement la façon dont on peut et dont on doit aujourd’hui penser le rapport entre soin et relation, Donald Winnicott constituant sans doute ici une référence première – où l’objet transitionnel apparaît en outre comme le premier pharmakon.

C’est dans la suite de notre séance du mois de juin, consacrée aux techniques de soi, que nous accueillerons le 2 octobre 2010, à 14 heures, et au théâtre de la Colline, Frédéric Worms, auteur de "Le moment du soin", PUF 2010. La séance sera introduite par Christian Fauré, et conclue par Bernard Stiegler. Marc Crépon y participera comme discutant.

Ainsi préparerons nous la séance du 27 novembre 2010, qui sera elle-même consacrée aux technologies relationnelles, à l’écologie relationnelle et à l’économie relationnelle comme aspects majeurs de la question contemporaine du soin.


Ce qui fait que la vie vaut le peine d'être vécue

Nous vous informons de la sortie du dernier livre de Bernard Stiegler, Ce qui fait que la vie vaut la peine d'être vécue - De la pharmacologie aux éd. Flammarion.

"Qu'on l'admette ou qu'on le dénie, chacun sent bien qu'à présent l'avenir de la vie terrestre se trouve mis en jeu dans une urgence inouïe. Et chacun sait que, depuis la séquence historique qui s'est engagée en 2007 et qui paraît avoir déclenché ce qu'on appellerait en physique nucléaire une réaction en chaîne, chaque pas compte et semble se surcharger systématiquement de conséquences très difficilement réversibles - sinon absolument irréversibles.

Cette crise est sans précédent d'abord en cela. Si krisis signifie bien et d'abord décision, elle est critique comme jamais : elle révèle que le destin humain - qui est un destin inéluctablement technique et technologique - est pharmacologique an sens où, en grec, le pharmakon est à la fois le remède et le poison.

Le pharmakon est à la fois ce qui permet de prendre soin et ce dont il faut prendre soin - au sens où il faut y faire attention : c'est une puissance curative dans la mesure et la démesure où c'est une puissance destructrice. Tel est aussi le feu dans la mythologie grecque. Devenu technologie industrielle, le pharmakon est de nos jours hégémoniquement contrôlé par l'économie, c'est à dire par le marketing, et c'est une calamité. Cet état de fait, qui a installé une économie de l'incurie génératrice d'une bêtise systémique, signifie que la question du soin - que l'on appelle aussi le care - est une affaire d'économie politique, et non seulement d'éthique.



« L'hôpital a franchi une étape »

Alain Debetz a quitté la direction du Centre hospitalier des Pyrénées, qu'il avait rejointe deux mois après le double meurtre d'une infirmière et d'une aide-soignante.

Alain Debetz, cadre supérieur de santé, dirige depuis hier deux hôpitaux, à Saintes et à Saint-Jean-d'Angély, et deux maisons de retraite de Charente-Maritime. Un nouveau directeur arrivera au CHP en avril-mai 2011, l'intérim de direction sera assuré par Christophe Gautier, directeur de l'hôpital François-Mitterrand de Pau.

Presque six ans après son arrivée, le 11 février 2005 - deux mois après le double meurtre des soignantes - Alain Debetz quitte un établissement en plein renouveau. Il y a une semaine, la veille de son départ, il inaugurait un hôpital de jour pour adolescents (« Sud Ouest » du 30 novembre).

« Sud Ouest ». Vous quittez l'établissement sur une inauguration, c'est plein de symboles ?

C'est un maillon supplémentaire dans une chaîne de réalisations qui n'a pas cessé depuis mon arrivée, qui s'est faite dans un contexte particulier. Il ne s'est pas passé une année sans un projet que nous n'aurions pu mener sans les collectivités et sans les équipes, c'est indéniable. Pour cela, il faut des gens qui participent et qui proposent. Or les projets proposés étaient toujours mesurés et calibrés.

Cela va continuer ?

Aujourd'hui, nous avons une feuille de route assez bien tracée jusqu'en février 2011. On sait ce qu'il reste à faire. Quand on est arrivé, la feuille était blanche.

Pourquoi ?

Avant le drame, l'hôpital était dans une grande difficulté. Le drame a tout bousculé. Quand je suis arrivé ici, il y avait un grand questionnement sur le sens et sur le devenir.

L'avenir était-il menacé ?

Non, mais sa mission, sa fonction, son assise même, oui. Les relations internes ont été reconstruites. J'ai pu bénéficier d'une excellente entente du corps médical, capable de faire des choix. Il y a un vrai dynamisme médical et les soignants sont de grande qualité. L'Agence régionale de santé considère le CHP comme un établissement tonique, notamment sur la prise en charge ambulatoire, les partenariats.

Le « drame » est-il oublié ?

On ne peut pas oublier, mais l'hôpital a franchi une étape. Nous approchons de la date anniversaire (1) et nous pensons aux victimes, à leur famille, on ne peut pas oublier, mais l'hôpital doit continuer et avancer.

Les annonces sur les mesures de sécurité ont-elles été suivies d'effet ?

Deux vigiles tournent 24 heures/24 dans des véhicules et interviennent sur chaque situation à la demande. Il y a en plus un vigile statique toute la nuit au poste de garde. La présence dans les pavillons a été renforcée. La nuit, nous avons l'effectif nécessaire pour assurer la sécurité des patients. Nous avons en plus une équipe d'intervention de nuit de trois personnes.

Si les réalisations sont un succès, les relations avec les organisations syndicales le sont moins ?

Il y a un vrai dialogue dans l'établissement. Le projet social a été signé en 2006 par l'ensemble des organisations syndicales. Tous les objectifs sont remplis. Certains sont à renforcer.

Les syndicats vous font donc un mauvais procès ?

Il y a, parfois, la volonté de donner l'illusion que tout va mal et de monter en exergue certaines situations. Ce n'est pas parce qu'on gesticule dans la rue qu'on ne s'assoit pas à la table des négociations. Il faut surtout être attentif aux gens qui proposent.

Êtes-vous confiant dans l'avenir de la psychiatrie en France ?

Il faut considérer la psychiatrie comme un domaine médical. Nous avons à traiter des patients, ce ne sont pas des personnes qu'on enferme. On ne s'évade pas d'un hôpital psychiatrique, on peut fuguer, mais la plupart des patients sont consentants. Il faut faire confiance aux professionnels qui sont sérieux, investis, mais je crois que la psychiatrie pourra se maintenir en alliance avec d'autres professionnels et des partenaires. Les alliances permettent de s'adapter et de faire en sorte que l'hôpital ne se referme pas sur lui-même. La période de l'asile est totalement révolue.

(1) Chantal Klimaszewski et Lucette Gariot ont été tuées dans la nuit du 17 au 18 décembre 2004 sur leur lieu de travail par Romain Dupuy.




Justice et psychiatrie, de la Seconde Guerre mondiale à nos jours

Séminaire de recherche proposé par le groupe « Corpus justice » du centre d’histoire de Sciences Po dans le cadre du programme de recherche "Sciencepeine" (financement ANR). Ouvert aux étudiants de masters (Sciences Po, EHESS) et à toute personne intéressée.

Responsables : Hélène Bellanger (Centre d’histoire de Sciences Po) et Marc Renneville (Centre d’histoire de Sciences Po, centre A. Koyré. Histoire des sciences et des techniques)

Lieu : centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris ; Horaire : jeudi, 14h -17h
L’expertise psychiatrique, l’irresponsabilité pénale des malades mentaux, la prise en charge des détenus souffrant de troubles psychiques, l’articulation du soin et de la peine, la possibilité d’une criminologie sont autant de questions mises en débat dans notre société. Elles sont aujourd’hui au cœur des politiques pénales occidentales et fortement médiatisées. Alors que la genèse de cette configuration médico-judiciaire au 19e fait l’objet d’une historiographie fournie, il existe encore peu de travaux sur la période récente. Ce séminaire entend contribuer à combler cette lacune en croisant l’apport de nouvelles recherches avec les pratiques et les mémoires des acteurs de cette histoire. Il s’inscrit dans le cadre du projet de recherche collectif ANR « Sciences, savoirs et exécutions des peines 1911-2011 »

1. jeudi 18 novembre 2010 : Psychiatrie et prison, une histoire de longue durée.

2. jeudi 9 décembre 2010 : De l’aliéné-criminel au malade difficile. La genèse oubliée des unités pour malades difficiles (1870-1910) Intervenante : Véronique-Fau-Vincenti (ANR Sciencepeine)

3. jeudi 20 janvier 2011 : Hôpitaux psychiatriques et prisons pendant la seconde guerre mondiale Intervenantes : Isabelle von Bueltzingsloewen (Université de Lyon 2) et (sous réserve) Corinne Jaladieu (Musée virtuel de la Résistance)

4. jeudi 10 février 2011 : La psychiatrie en réformes : la psychothérapie institutionnelle et la sectorisation Intervenant : Nicolas Henckes (Centre M. Halbwachs, CNRS) http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article692.html




COME 4 NEWS

La maladie mentale aux États Unis
30 Nov 2010
                      
Aux États Unis, des institutions nationales américaines, opérant dans le domaine de la santé, estiment que près de 20 pour cent des américains ont souffert d’une maladie mentale en 2009.
En effet, selon un rapport  publié par l’Institut National de la Santé Mentale (NIMH), l’Institut National des Abus de Drogues (NIDA) et l’Administration des Soins Mentaux et de la Toxicomanie (SAMHSA) ainsi que par d’autres départements gouvernementaux de santé, ces faits sont essentiellement dus à la persistance du chômage et à l’abus de substances.

Les jeunes adultes, âgés de 18 à 25, représentent la plus grande fourchette des malades mentaux - à peu près 30 pour cent – tandis que les personnes âgées de50 ans et plus, ne représentent que 14 pour cent.
"Un grand nombre d'Américains ne reçoivent pas l'aide dont ils ont besoin et on perd, de plus en plus, les possibilités d’intervenir pour les prévenir au moment opportun», déclare, dans un communiqué, l’administratrice de SAMHSA Pamela Hyde. "Les conséquences pour les individus, les familles et les communautés peuvent être dévastatrices. Si elle n'est pas traitée à temps, la maladie mentale peut entraîner un handicap et conduire à la toxicomanie, au suicide, à la baisse de la productivité, et à la discorde familiale.", ajoute la responsable américaine.

2009 était une année caractérisée par l'effondrement de l'économie américaine. En 2010 aussi, le taux de chômage à l’échelle nationale était juste à un peu moins de 10 pour cent.
Selon SAMHSA, Les conditions économiques et les mauvaises perspectives de l’emploi ont également poussé 6,1 millions de malades mentaux adultes à délaisser le traitement, en raison de leur constante peur de ne pas pouvoir acheter, régulièrement, les médicaments appropriés.

Aux États Unis, cette maladie n’est pas récente. Selon un rapport publié plus tôt cette année par le « Centre pour l’Avancement de la Santé » (CFAH), l'utilisation généralisée des tranquillisants durant les années 80, a suscité de vives critiques. Dans les années 90, la dépression est devenue la maladie la plus répandue et a traitée, souvent, par la fameuse  «pilule du bonheur », le Prozac.

La dépression demeure la principale cause de la maladie mentale aux Etats Unis. En 2009, 15 millions d'américains ont connu la  dépression majeure, selon le rapport du NIMH. Le chômage est considéré aussi comme un facteur important  puisque 10 pour cent des chômeurs souffrent déjà de dépression sévère.

Sources :

1-SAMHSA
http://www.samhsa.gov/newsroom/advisories/1011180411.aspx
http://oas.samhsa.gov/NSDUH/2k9NSDUH/MH/2K9MHResults.pdf
2-psychcentral.com
http://psychcentral.com/news/2010/03/29/diagnostic-trends-in-mental-health/12411.html


L'étonnant parcours de Quentin, schizophrène, qui peut travailler « comme tout le monde »
19.11.2010

Jusqu'à mardi se tient la semaine pour l'emploi des personnes handicapées. L'occasion pour l'ESAT de Lomme de faire découvrir son programme qui a vu le jour en début d'année : « l'ESAT Hors-les-murs ». L'établissement accompagne les personnes handicapées psychiques. Sa particularité est de mettre ses bénéficiaires à disposition des entreprises. Parmi eux, Quentin, 29 ans, que la schizophrénie n'a pas empêché de se tourner vers l'avenir.
PAR CÉCILE DEBACHY

Lorsque l'on discute avec Quentin, ses grands yeux bleus-verts, son sourire et sa détermination nous interpellent. On a beau chercher un signe, le petit quelque chose, on ne trouve pas. D'ailleurs, nous ne sommes pas les seuls. « Quelques semaines après son arrivée dans l'entreprise, on s'est posé la question de savoir de quoi il pouvait bien souffrir. Encore maintenant, on ne se rend compte de rien ! », explique Nathalie Schaefer, assistante chef de produit chez Cyrillus et tutrice de Quentin.

Première victoire pour le jeune homme. D'ailleurs, hasard de la rencontre, ce n'est qu'en notre présence que ce dernier révèle à ses collègues sa maladie. « En fait, j'entends des voix », raconte t-il très simplement. Plus précisément, Quentin est atteint de schizophrénie. Une maladie psychique qui s'est manifestée alors qu'il n'avait que 20 ans. « Un coup dur » pour le jeune homme, alors en DEUG de psychologie, ce qui ne l'empêche pas de décrocher son diplôme.

La suite : « C'est une série de phases parfois très dures, des passages à vide, des dépressions. » Mais il s'accroche car il ne veut pas faire « de cet accident de la vie », un frein pour son avenir. Alors, il enchaîne les petits boulots, même si parfois la maladie reprend le dessus et le contraint à alterner les séjours en hôpital. « La plupart du temps, c'était pire. Moi ce que j'ai besoin, c'est de mener une vie normale, de me sentir utile. » Une fois son état stabilisé, grâce aux différents traitements, il intègre, en septembre dernier, l'ESAT Hors-les-murs de Lomme. Un des neuf établissements nationaux de ce type dont le but est de permettre aux personnes souffrant de handicap psychique de se réinsérer dans le monde professionnel classique.

Très vite, pour lui, tout s'enchaîne, puisqu'après avoir décroché un stage de quelques semaines chez Cyrillus à Tourcoing, il se voit proposer un contrat par cette entreprise : « une mise à disposition » jusqu'en avril qui pourrait évoluer sur une embauche définitive. Son quotidien, il le passe désormais dans le showroom de la société dont il est le gestionnaire. Parfois, tout n'est pas toujours facile, surtout à cause de la fatigue due au traitement. Mais Quentin s'efforce d'aller au-devant de son handicap. Dans cette tâche, il peut compter sur le soutien de l'équipe qui l'entoure et de Nathalie, sa tutrice et référente dans l'entreprise. Une oreille attentive qui le guide, le conseille, lui permet de réussir cette intégration. Ce retour à l'emploi, Quentin le vit comme une bénédiction : « Ça permet d'avoir un lien social. Pour moi, c'est comme une thérapie, ça aide à ne pas cogiter. C'est une vraie reconnaissance. » Une autonomie professionnelle longtemps espérée qui lui permet aujourd'hui de réaliser ses projets. Prochaine étape ? « Prendre un appartement, pour être vraiment autonome. »

Schizophrénie : la plupart des patients ne prendraient pas leur traitement
29.11.2010

Les psychiatres estiment que plus de la moitié de leurs patients atteints de schizophrénie (53%), une maladie mentale, ne prennent pas ou seulement partiellement leur traitement. Présentée au Congrès de l'International Early Psychosis Association (IEPA) qui s'est déroulé lundi 29 novembre à Amsterdam (Pays-Bas), cette étude met en relief la dangerosité de ce manque d'adhérence au traitement, précisant que ces patients sont 5 fois plus enclins à rechuter que les patients traités.

Réalisée auprès de plus de 4.500 psychiatres originaires de 36 pays de la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique, cette étude met en avant le fait que les médicaments antipsychotiques représentent le traitement le plus efficace pour lutter contre la schizophrénie.
Toutefois, plus de la moitié des patients atteints de schizophrénie ne prendraient pas leur traitement. Les chercheurs estiment ainsi que les patients concernés seraient sujets à des cas de rechutes et d'hospitalisation fréquentes.
"Dans les cas de rechutes fréquentes et d'hospitalisation, les malades peuvent se retrouver de plus en plus isolés et rencontrer plus de difficultés à trouver et conserver un emploi. Cela peut aussi entraîner une tendance accrue envers les actes de violence comme les suicides et les homicides", concluent les principaux auteurs de l'étude.

Schizophrénie et maniaco-dépression
4 décembre 2010

Quand ton cerveau t’emprisonne


Tous les midis, Jan s’installe avec ses collègues de travail pour partager son repas. La pause permise est d’une heure mais il ne reste jamais plus de 10 minutes. Calmement, il quitte la table pour passer au dessert : une cigarette qu’il fume seul, à l’extérieur.

Annie Mathieu
Âgé de 37 ans, Jan apparaît timide, voire un peu renfermé. Quand on le côtoie régulièrement, on se dit qu’il est tout simplement solitaire. Le diagnostic des psychiatres est plus tranché: il est schizophrène et maniacodépressif. Il tient à discuter chez lui, dans son appartement de la Petite Italie à Montréal. Une fois la porte de son 4 et demi franchie, son univers s’ouvre, comme s’il lui était plus facile, entre ses quatre murs, de tenter d’expliquer l’inexplicable: les caprices d’un cerveau qui ne roule pas comme celui de tout le monde.

Santé mentale, des signes peu visibles

Il ne ménage pas les détails, prêt à démystifier la maladie avec laquelle il cohabite depuis 19 ans. Les préjugés, le manque d’infrastructures dans les hôpitaux et l’image véhiculée dans les médias l’agacent. Chez Jan (nom fictif), les signes sont peu visibles, si ce n’est, comme il l’affirme moqueur, qu’il ne socialise pas à la vitesse de l’éclair. Il tremble aussi un peu des mains, effet secondaire d’un des six médicaments qu’il doit prendre quotidiennement. On est loin du malade mental qu’on imagine et pourtant le cas de Jan est grave. «Je suis diagnostiqué schizo-affectif», affirme-t-il sur le ton de celui qui annonce qu’il a attrapé un rhume. L’effet est voulu. «Pour beaucoup de gens, cette étiquette est honteuse. Ils n’ont pas réalisé que cette maladie en est une comme les autres, comme le diabète. Un point c’est tout.»

Schizophrène et maniaco-dépressif

«Je suis schizophrène et bipolaire», élabore-t-il. Patiemment, il poursuit son explication : «Il existe plus de 250 variantes de la schizophrénie selon le Diagnostic and Statistical Manual (DSM)», le livre de référence pour les troubles mentaux. Il précise : «Mon cas est très grave». Surtout que sa maladie est jumelée avec des troubles bipolaires, ou maniacodépressifs, d’après l’ancienne terminologie.Les schizophrènes sont généralement isolés et vivent des périodes hors de la réalité, qui à leur apogée, sont appelées psychoses. La solitude extrême est aussi un mal commun chez les schizophrènes. Deux chats adorables, Pouêt et Rigatoni, comblent une partie de la solitude de Jan. Mais les félins ne sortent pas au cinéma ni ne partagent sa vie comme une amoureuse. «Physiquement, il y a aussi des différences, poursuit Jan. Par exemple, mes yeux ont parfois un comportement anarchique. Je ressens aussi moins les différences de température. C’est pourquoi il y a beaucoup d’itinérants malades qui semblent bien supporter le froid», explique-t-il.

Désinstitutionalisation et santé mentale


Parenthèse qui le laisse sceptique quant à la désinstitutionalisation des gens atteints de maladie mentale. «Beaucoup se sont retrouvés dans la rue. Ils n’avaient pas, comme moi, de famille pour les soutenir. Ces derniers ne prennent pas la médication requise, ce qui les rend instables. Ceci ne contribue évidemment pas à enrayer les tabous vis-à-vis ces maladies», explique-t-il.Quant à la bipolarité, cette maladie est caractérisée par des sautes d’humeur, de longues périodes de «down», de déprimes intenses suivies de longues périodes de «high» où on se sent invincible. «On peut même penser avoir énormément d’argent et dépenser de grosses sommes au-dessus de nos moyens réels», illustre-t-il. Pour Jan, tout a commencé à l’âge de 17 ans. Une grève étudiante au cégep l’oblige à rattraper le retard accumulé. Le stress monte pour le jeune homme qui étudie en sciences pures. Plutôt que sur les bancs d’école, il termine sa session dans un lit d’hôpital. Il y restera six mois, le temps de se remettre de sa première psychose majeure. «J’ai pété un câble, explique calmement Jan. Je croyais avoir des pouvoirs paranormaux … Quand je marchais à l’extérieur de l’hôpital, je pensais que j’étais radioactif!», se rappelle-t-il, entre deux bouffées de cigarette.Mentalement, l’expérience est épuisante, comme si le cerveau venait de courir un très long marathon. «En sortant de l’hôpital, je n’étais même pas capable de me faire cuire un œuf », poursuit-il. Il est maintenant contraint à prendre quotidiennement des médicaments pour stabiliser son état. «Tu vois ton avenir qui passe tout droit devant toi», explique-t-il, toujours impassible. « Les psychiatres ne te le disent pas directement mais te font comprendre que tu pourras pas faire n’importe quel métier», se rappelle-t-il. L’université est exclue. C’est cette nouvelle réalité qui est la pilule la plus dure à avaler.

Vivre comme tout le monde


Au salon, son diplôme de technicien en informatique sert de décoration sur des murs peu garnis. Il a fallu 8 ans à Jan pour terminer sa scolarité; son rythme de croisière a été ralenti par 4 hospitalisations, 2 psychoses et 3 cours par session. Ses professeurs n’ont jamais été mis au courant et Jan n’aura eu droit à aucun service spécialisé : la maladie mentale n’est pas considérée comme un handicap au même titre que la cécité. Son diplôme, il en est fier. Il fait partie des 40% de gens atteints de maladie mentale qui ont la capacité de travailler. Pourtant, il n’exerce pas un métier au mieux de ses compétences et de ses capacités intellectuelles. Sa technique en informatique n’est d’aucune utilité dans l’exécution de ses tâches quotidiennes. «L’informatique, ce n’était pas pour moi», explique-t-il, résigné à n’être bon qu’en théorie. Son travail actuel –il est commis de bureau– est routinier et exempt de tout stress. Cela lui convient mieux et correspond aux limites qu’il a appris à se fixer. Difficile de croire en discutant avec Jan qu’il éprouve des problèmes qui l’empêchent de fonctionner normalement. Il explique avoir du mal à garder son appartement en ordre. Une femme de ménage payée en partie par le gouvernement l’aide à le garder propre. Après hésitations, il tente une explication peu convaincante : «Si tu es mélangé dans ta tête, c’est dur de faire du ménage.» Puis, voyant la réaction de son interlocuteur, il réessaie : «N’oublie pas que c’est le cerveau qui est affecté». L’argument est de taille, à la hauteur d’un homme qui a consacré beaucoup d’énergie à apprivoiser son handicap.


Washington enquête sur la santé mentale de la présidente argentine

Selon une note confidentielle révélée par WikiLeaks, le département d'État a interrogé son ambassade pour savoir si Cristina Kirchner "prend des médicaments" pour "contrôler son stress".

Le département d'État américain a cherché à savoir auprès de son ambassade à Buenos Aires si la présidente Cristina Kirchner prenait des médicaments pour soigner ses "nerfs et son stress", selon un document confidentiel du 31 décembre 2009 révélé par le site WikiLeaks et publié lundi 29 novembre par El Pais.


"Comment Cristina Fernandez de Kirchner affronte-t-elle ses nerfs et son anxiété ? Comment son stress affecte-t-il sa conduite envers ses conseillers et ses prises de décision ?", demandait le bureau de renseignements du département d'Etat dans un message à l'ambassade des Etats-Unis.

"Quelles mesures prennent Cristina Fernandez de Kirchner ou ses conseillers pour l'aider à faire face à son stress ? Prend-elle des médicaments ? Dans quelles circonstances est-elle le mieux à même de contrôler son stress ? Comment les émotions l'affectent-elles dans la prise de décisions et comment diminue-t-elle la tension quand elle est angoissée ?", s'inquiétait encore la note diplomatique.
 
La "fureur de Nestor Kirchner"


Le document se préoccupait aussi aussi de la santé de l'ex-président et époux de la présidente, Nestor Kirchner, décédé le 27 octobre dernier, et de sa maladie gastro-intestinale et demandait s'il prenait des médicaments.

"Bien connu pour son fort tempérament, Nestor Kirchner a-t-il montré une tendance plus grande à osciller entre des émotions extrêmes ? Quelles sont les cibles les plus communes de la fureur de Nestor Kirchner", interrogeait le document.

Le bureau de renseignements du département d'Etat s'intéressait également aux relations de travail entre les deux époux, demandant si Cristina Kirchner partageait "la vision politique de confrontation" de son mari ou si elle tentait de modérer son "style politique très dur".


mardi 7 décembre 2010

Le DSM, bientôt détrôné ?
Publié le 16/11/2010

En matière de diagnostics et de recherches, la notoriété du DSM et de la Classification Internationale des Maladies (CIM) n’est plus à démontrer. Toutefois, quelques problèmes persistent. En particulier, le recours à des catégories basées sur un consensus de signes et de symptômes ne corrobore pas encore l’apport des neurosciences cliniques et de la génétique. Et les limites de ces catégories ne présentent pas de caractère prédictif pour la réponse au traitement. Enfin, point le plus important, ces catégories nosographiques ne parviennent pas à saisir les mécanismes fondamentaux, à l’origine d’une dysfonction. L’une des conséquences fut le retard porté au développement de nouveaux traitements ciblés sur la base des mécanismes physiopathologiques. On attend donc toujours « une identification des syndromes basée sur la physiopathologie, et susceptible d’apporter des progrès thérapeutiques. »

Cette attente n’est pas nouvelle, rappelle The American Journal of Psychiatry, car elle animait déjà les précurseurs du DSM-III, avec le débat sur l’élaboration de critères diagnostiques (Research Diagnostic Criteria). Et désormais, la difficulté consiste à proposer un cadre nosographique en forme de compromis : à la fois suffisamment rigoureux pour répondre sans ambiguïté aux observations cliniques, mais assez souple pour intégrer les découvertes des neurosciences et de la génétique. Avec l’objectif supplémentaire d’utiliser ce cadre comme un instrument pour « améliorer les perspectives thérapeutiques. » À titre d’organisme de financement majeur de la recherche en santé mentale aux États-Unis, The National Institute of Mental Health (NIMH) estime que « le moment est venu d’orienter les travaux dans cette direction » et lance un projet d’élaboration de critères (RdoC : Research Domain Criteria) pour développer la trame d’une recherche axée sur la physiopathologie, et intégrant en particulier les données des neurosciences et de la génétique. Avec l’ambition d’utiliser les apports de ce projet comme sources d’informations pour les contours d’une future nosographie intégrant davantage certaines données trop délaissées par les classifications actuelles.
Dr Alain Cohen

Insel Th et Cuthbert B : Research Domain Criteria (RDoC) : toward a new classification framework for research on mental disorders. Am J Psychiatry 2010 ; 167: 748-751.


dimanche 5 décembre 2010

Des militantes féministes derrière une banderole, pour les 40 ans du mouvement féministe, à Paris, le 26 août 2010.
AFP/THOMAS COEX


Elles sont quelques centaines à se réunir depuis vendredi 4 décembre et pendant trois jours pour un "congrès international féministe" au "Palais de la femme" – cela ne s'invente pas – à Paris, à l'initiative de "40 ans de mouvement", une association créée en 2009 par quelques "historiques" du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) dont la chercheuse en sciences politiques Françoise Picq, l'ancienne journaliste Martine Storti ou encore la sociologue Liliane Kandel.

Placé sous le signe "des mutations géopolitiques", ce congrès fait la part belle à la thématique internationale, avec les interventions de nombreuses chercheuses et militantes américaine, malienne, indiennes, maghrébines, etc.

Entre cheveux grisonnants et trentenaires de l'association "Osez le féminisme" prêtes à assurer la relève, l'objectif n'est pas de se raconter des histoires d'anciennes combattantes mais de tenter de confronter les mots d'ordre, les analyses, les revendications des années 1970 à la réalité des années 2010.

"Notre volonté n'est pas d'entamer un grand lamento ou de présenter un quelconque livre noir de la condition des femmes, résumait Martine Storti en ouverture des travaux du Congrès, vendredi, mais d'examiner les effets pour les femmes du monde tel qu'il est devenu". Rien de tel pour cela que de tirer le fil des combats des féministes d'hier et de les confronter à aux réalités du monde d'aujourd'hui.

"NOTRE CORPS NOUS APPARTIENT"


Les militantes de "40 ans de mouvement" ont choisi pour cela de centrer leurs débats sur les deux "fondamentaux du féminisme que sont le travail et la maîtrise du corps", a indiqué Mme Storti. Que reste-t-il du slogan "notre corps nous appartient" à l'heure du retour du religieux et de la "marchandisation" des corps, lisible à travers les mères porteuses par exemple ? Que reste-t-il des revendications féministes exigeant d'être libérées du travail domestique quand celui-ci est effectué par des migrantes ?

L'émancipation des femmes du nord est-elle en train de se réaliser sur le dos des femmes du "sud" ? Comment analyser le fait que les institutions internationales placent comme jamais la question des femmes au premier plan ? S'agit-il d'une avancée ou d'une instrumentalisation ?

Ces questions seront au cœur des débats de ce congrès qui veut relancer la discussion entre les militantes à un moment où le féminisme, "après le creux de vague des années 1980 semble saisi d'un renouveau à la faveur de la prise de conscience que tout n'est pas gagné", estime Mme Picq.

FÉMINISTES LAÏQUES ET FÉMINISTES MUSULMANES


Très présente, la question de l'islam promettait, dès vendredi matin, d'occuper une large part des discussions. Sana Ben Ashour, qui préside l'association tunisienne des femmes démocrates, a mis les pieds dans le plat en évoquant les divergences de fond qui opposent, dans tous les pays où l'islam est religion d'état, "les féministes laïques et universalistes" et "les féministes musulmanes".

Une militante féministe a été arrêtée le 15 octobre 2008 à Téhéran. Ici, des femmes assistent à un match de football dans la capitale iranienne le 10 octobre.
AFP/BEHROUZ MEHRI


Les premières sont accusées par les secondes, d'une part d'importer une vision occidentale, d'autre part de s'être alliées avec des pouvoirs autoritaires et enfin d'être élitistes. Un mauvais procès, infondé de surcroît, que cette juriste s'est appliqué à réfuter.

En France même, la loi sur le voile a mis les féministes à rude épreuve. Les divergences entre deux figures du mouvement féministe, Christine Delpy qui défend un féminisme aux côtés de l'islam et Anne Zelensky qui collabore à Riposte laïque, une association aux positions contestées, planent sur les débats.

Le Congrès international féministe ne s'en plaindra pas, au contraire, ses organisatrices estimant nécessaire de comprendre, comme le soulignait Mme Storti, "ce qui est arrivé au féminisme français".
Brigitte Perucca

Le programme du congrès est accessible sur http://re-belles.over-blog.com/article-40-ans-du-mlf-congres-international-feministe-60015276.html


« Surveiller, ce n’est pas soigner»

À Toulouse, l’hôpital psychiatrique Marchant développe des pratiques sécuritaires alors que les syndicats revendiquent du personnel supplémentaire pour mieux soigner. Toulouse, correspondance.

Depuis un mois et demi, une grande tente est dressée devant l’entrée de l’hôpital psychiatrique Marchant. Des salariés de l’établissement y passent leurs jours et leurs nuits. Pour lutter contre le froid, des palettes en bois alimentent un brasero.

Quand le conflit social a débuté à l’hôpital Marchant, début octobre, il avait pour objet, comme partout, la loi sur les retraites et des situations plus locales : pour pallier les nombreuses absences au service gériatrie, la direction décidait de ponctionner les effectifs d’infirmiers en psychiatrie. « C’est ce qui a mis le feu aux poudres, raconte Marie Rajablat, de SUD. En psychiatrie, nous travaillons déjà à flux tendus. Et les soins ne sont pas les mêmes en gériatrie, où les malades souffrent d’Alzheimer, certains reçoivent des soins palliatifs. C’est un travail technique. » « La psychiatrie, enchaîne Cyril Moulin, lui aussi syndiqué SUD, repose sur un relationnel avec un patient. »

Or, « au fil des années, le niveau des soins psychiatriques s’est dégradé », estime Marie Rajablat, qui met en cause, bien sûr, le manque d’effectifs  : « Actuellement, 29 agents de psychiatrie ou gériatrie sont absents et non remplacés. » Pour Isabelle Morère, de la CGT, « il n’est pas normal que des infirmiers de psychiatrie aillent renforcer la gériatrie, même si ce n’est pas incohérent en situation d’urgence. Il faut revoir l’organisation pour que ça ne se reproduise pas ».

Le 18 octobre, il est décidé de planter la tente, « pour que les salariés puissent s’exprimer », ajoute Isabelle Morère. Et les syndicats élaborent une plate-forme de revendications. Il est demandé, bien sûr, l’embauche d’infirmiers pour pourvoir les postes vacants. Les syndicats veulent aussi avoir leur mot à dire dans l’audit décidé par la direction. Cet audit a pour première étape d’établir un diagnostic de la situation.

« La direction ne parle que de gestion ! »

Et les conséquences des sous-effectifs inquiètent Alexandre Boiron, non syndiqué : « Le patient en psychiatrie a besoin de repères. Par manque de disponibilité, nous ne travaillons plus sur la rencontre, la relation. Il manque ce quart d’heure d’attention envers le patient. Celui-ci devient plus angoissé, potentialise des passages à l’acte. » Marie Rajablat confirme : « On ne s’occupe que des situations les plus aiguës. » Selon Cyril Moulin, « on pare au plus pressé, on gère le symptôme. Nous sommes là pour diminuer les angoisses et la direction ne parle que de gestion ! Allons-nous devenir des porte-clés, des distributeurs de médicaments ? »

Bientôt, « l’hopital prison »

Si l’hôpital Marchant manque de personnel, il développe en revanche l’utilisation des matériels de surveillance. Les nouveaux bips, que chaque personnel peut déclencher en cas de situation violente, coûtent 800 à 900 euros pièce, selon le syndicat SUD, et il y en aurait environ cent vingt. La dépense pour ces seuls appareils, sans compter le système qui les relie, dépasserait les 100 00 euros. Ces bips peuvent être utiles mais, pour les infirmiers psychiatriques, il serait plus judicieux de renforcer les équipes soignantes. De même, des caméras ont été installées au service des urgences : « Ce n’est pas en surveillant le patient qu’on le soigne », soupire un infirmier qui confie que les espaces verts de l’hôpital sont maintenant éclairés en permanence la nuit. Marchant, illustration de cette tendance sécuritaire, accueillera d’ailleurs bientôt une unité hospitalière spécialement aménagée (USHA), que ses détracteurs appellent « l’hôpital prison ».

La CGT considère que le mouvement a permis des avancées (le CHSCT participe à l’audit) et n’occupe plus la tente. Aujourd’hui à 9 h 30, SUD et des non-syndiqués appellent toutefois à un rassemblement devant l’agence régionale de santé (ARS) à Toulouse.
Bruno Vincens

Tarbes. Il entre en résistance


Philippe Sarlat est infirmier libéral. Après avoir travaillé en psychiatrie à Lannemezan, aux urgences psychiatriques à Tarbes, dans le cadre des sapeurs-pompiers, il a choisi de se consacrer aux malades psychiques. C'est à ce titre qu'il a constaté que ceux qui ont opté [et c'est « un droit »] pour le secteur privé « se voient refuser les soins infirmiers et les soins spécifiques de réadaptation ou de réinsertion », n'ayant « pas droit », pour ces derniers, « à des structures de réadaptation et de resocialisation tels que les CATTP [Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel] , CMP[Centre médico-psychologique] , et hôpital de jour », résume-t-il. Pour le refus de soins infirmiers, il explique : « Avec des infirmiers et des gens issus du milieu psychiatrique, nous avions mis en place un dispositif d'intervention. Pour certains dossiers, on appliquait l'article 11 de la Nomenclature générale des actes professionnels (NGAP), un acte rémunéré à 8,10 € brut la demi-heure et qui englobe des soins infirmiers, la prise en charge thérapeutique, la prévention, la surveillance clinique avec observation du comportement, mais aussi la stimulation par une activité sociale extérieure, l'orientation vers une association, notamment le GEM, ou un travail en commun avec l'Anpaa dans le cas de sevrages à domicile… » Lors d'un contrôle de Sécurité sociale, il lui a été signifié qu'il ne devait pas appliquer l'article 11 de la NGAP, mais l'article 10, qui consiste seulement « en l'administration et la surveillance d'une thérapeutique orale au domicile des patients présentant des troubles psychiatriques, avec l'établissement d'une fiche de surveillance », un acte rémunéré à 3,15 € brut. Si, devant l'obligation qui leur a été faite, la plupart des infirmiers composant le dispositif a préféré le quitter, Philippe Sarlat a choisi d'entrer en résistance. Et continue d'assurer dans son intégralité l'acte 11. « Si je m'en tiens à l'article 10, je ne dois pas faire la toilette à un patient autiste. Un patient qui ne voulait pas se laver et qui s'en prenait à sa mère. Avec le temps, j'y suis arrivé. Aujourd'hui, sa maman est soulagée », insiste-t-il. Il évoque le travail qu'il mène auprès des patients qui souffrent de troubles graves de la personnalité avec troubles du comportement, de patients psychotiques, d'autres sous tutelle vivant seul… Un travail sur le long terme réalisé en collaboration avec les familles. « J'ai des patients sur les bras. Qu'est-ce que je fais ? Je ne peux les abandonner ! », lance-t-il. Soutenu par des familles (1), des médecins, le SNIIL, Philippe Sarlat a décidé de poursuivre les soins et la mission d'infirmier telle qu'elle est spécifiée dans le décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 : « La profession d'infirmier ou d'infirmière comporte l'analyse, l'organisation, la réalisation de soins infirmiers et leur évaluation, la contribution au recueil de données cliniques et la participation à des actes de prévention, de dépistage, de formation et d'éducation à la santé ». Il a même saisi la Halde pour discrimination sur la distinction qui est faite « de leur état de santé, de leur handicap ». Nous avons contacté le docteur Jean Contie, médecin-conseil chef de service à la CPAM, pour apporter un éclairage sur cette affaire. Le docteur Contie s'est dit dans l'impossibilité de s'exprimer en raison « du respect du secret professionnel ».
 
(1) Une délégation départementale de l'Unafam est en pourparlers sur ce sujet avec la CPAM. Une réunion est prévue à cet effet début décembre.
Infirmier libéral œuvrant dans la prise en charge des malades psychiques, Philippe Sarlat dénonce « la politique visant à leur refuser les soins infirmiers ».



Exposition Travelling les 17 et 18 décembre
30/11/2010
 
Le pôle psychiatrie de l'hôpital de Gonesse et le collectif 100 transitions présentent "Travelling", une exposition sonore réalisée ensemble par la comédienne Elsa Hourcade, le musicien Bertrand Larrieu, les patients et les soignants du pôle de psychiatrie adulte.

Cette exposition sonore restitue un an de travail en résidence de la comédienne Elsa Hourcade et du Musicien Bertrand Larrieu avec les patients et les soignants du pôle de psychiatrie adulte. L'exposition sera accessible les vendredi 17 et samedi 18 décembre 2010, à l'unité de psychothérapie institutionnelle Winnicott du pôle de pychiatrie adulte du Centre Hospitalier de Gonesse. Ce projet a été monté dans le cadre du dispositif Culture à l'Hôpital, il a bénéficié du soutien de la DRAC Ile de France, de l'ARS, du Conseil Général du Val d'Oise et de la Ville de Gonesse.

Depuis 2002, le collectif 100 transitions, implanté à Gonesse, mène des projets de création partagée avec différents publics. Depuis 2005, il développe notamment une production sonore, plastique et cinématographique (http://onoffpause.free.fr) avec les patients et soignants de l'Hôpital de jour de psychiatrie adulte Hôtel Dieu de l'Hôpital, puis dernièrement ceux du pôle entier.

Pendant cette résidence, les deux artistes ont mené des ateliers auprès des patients et soignants du pôle, questionnant chacun dans sa relation au son, au bruit, à la musique et à sa propre voix. Durant ces ateliers, ils ont recueilli des matériaux à partir desquels ils ont réalisé différentes pièces sonores composant l'installation sonore "Travelling", dans un couloir et des chambres d'une aile disponible de l'hôpital.

Des patients en psychiatrie exposent dans un hôpital à Villejuif

VILLEJUIF (Val-de-Marne) - Des patients en psychiatrie exposent jusqu'au 8 décembre peintures, sculptures et dessins à l'hôpital Paul-Guiraud de Vilejuif (Val-de-Marne), qui abrite la plus ancienne unité dédiée aux "malades difficiles" en France, a constaté un journaliste de l'AFP.

Gouaches aux couleurs saturées ou peintures naïves, une trentaine d'oeuvres singulières parsèment l'exposition "De la force aux soins" qui retrace également l'histoire du traitement de la santé mentale dans cet hôpital psychiatrique, l'un des trois plus importants en France.

Pièce maîtresse : trois sculptures faites de bric et de broc directement inspirées des "Ménines", un des plus célèbres tableaux de Velasquez.

"On veut montrer une autre image de la santé mentale, qui continue d'être taboue et de faire peur", résume Céline Delysse, directrice de la communication de Paul-Guiraud.

Selon elle, les oeuvres exposées à Villejuif ne s'apparentent pas à "l'art brut" popularisé par Jean Dubuffet dans les années 40 et qui désigne les créations de pensionnaires d'asiles psychiatriques.

"L'art brut n'existe plus depuis que les patients sont traités aux neuroleptiques", précise Mme Delysse, ajoutant que la création à l'hôpital s'inscrivait désormais dans "l'art-thérapie".

Cette exposition coïncide avec le centenaire de l'Unité pour malades difficiles (UMD) de Villejuif, la plus ancienne de France.

Ces structures sécurisées accueillent des patients issus du milieu carcéral ou du milieu hospitalier classique, qui ne peut plus les garder du fait de leur violence.

Elles prennent également en charge des malades ayant eu affaire au système judiciaire mais déclarés pénalement irresponsables.

Il existe cinq UMD en France.
(©AFP / 03 décembre 201



Des anxiolytiques sur ordonnance, et après ?
Publié le 13/11/2010 

Ces dernières années, les prescriptions d’anxiolytiques ont augmenté considérablement dans le monde. Si le débat sur la « médicalisation » voire la « psychiatrisation » d’une certaine angoisse « physiologique » ou « existentielle » est récurrent (faut-il considérer toute anxiété comme pathologique et lui apporter systématiquement une réponse pharmacologique ?), le problème le plus grave concerne l’usage détourné (abuse) de ces produits, lequel peut aller de la surconsommation ponctuelle à l’addiction médicamenteuse.

Émanant du département de psychiatrie de l’université américaine de Columbia, une étude analyse ce phénomène et confirme l’intérêt d’une pharmacovigilance constante. Portant sur près de 35 000 personnes, cette enquête retrouve en effet un mésusage de ces médicaments dans près de 2 % des cas (quand celui-ci concerne l’année écoulée) et dans 7,4 % des cas (en l’intégrant sur toute la vie des intéressés). Selon la durée retenue (une année ou toute l’existence), on constate que 1,5 % à 6,3 % des sujets usent (et abusent) de ces médicaments sans même jamais avoir reçu la moindre ordonnance à cet effet. Et parmi ceux disposant d’une ordonnance en bonne et due forme, elle se trouve détournée dans une finalité non médicale, le plus souvent, chez des hommes « jeunes, de race blanche, ayant des antécédents de toxicomanie ou de mésusage d’autres substances, ou un parcours émaillé de comportements illégaux. »

Ces résultats éloquents montrent que le praticien ne maîtrise pas toujours, en pratique, le devenir de son ordonnance et qu’une prescription de bonne foi portant sur des médicaments contre l’anxiété aboutit parfois à un usage non médical de ces produits. Bien que les anxiolytiques présentent une évidente utilité clinique, une plus grande attention devrait donc être accordée à cette possibilité d’une utilisation détournée des médicaments contre l’anxiété, notamment chez des patients présentant un risque accru de mésusage (profil connu de toxicomanie, d’addictions ou de délinquance).
Dr Alain Cohen