Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 24 juin 2011

Désobéir en psychiatrie

Les Pieds sur terre
25.05.2011

par Sonia Kronlund
Le site de l'émission
Emission Les pieds sur terre
du lundi au vendredi de 13h30 à 14h
Ecoutez l'émission 28 minutes

Les règles sont édictées pour le bien commun, mais ils les contournent au nom de ce même bien commun. Deux jeunes psychiatres nous donnent leurs interprétations de ces contradictions, et révèlent quelques unes de leurs techniques de survie en milieu psychiatrique. 

Reportage : Pauline Maucort
Réalisation : Nicolas Berger

A écouter ici


Réforme de l'hospitalisation sans consentement : "étonnement et profonde inquiétude"


"J'aimerais tellement qu'on comprenne la signification de ce que je dis : ça peut arriver à tout le monde. Et c'est scandaleux que des gens soient malades et qu'en plus, comme cela existait, chers amis, il y a encore quelques années pour les cancers, non seulement le malade souffrait mais en plus il devait s'en excuser, le cacher. C'est inadmissible. Ça peut arriver à tout le monde : d'être victime d'une dépression, de devoir avoir à faire à un psychiatre. Tout ceci, la société française doit ouvrir les yeux et son cœur sur cette maladie."

Voilà ce que nous disait le 21 octobre 2009, le président de la République qui voulait  honorer à travers nous les personnes concernées par cette discipline médicale.


Élus par nos pairs, usagers et médecins, nous travaillons depuis douze ans ensemble à améliorer le sort des personnes souffrant de troubles psychiques dans notre pays. Ce partenariat fructueux nous a ainsi permis d'élaborer la charte de l'usager en santé mentale cosignée en 2000 avec la ministre de la santé.

Nous avons contribué à améliorer les conditions d'accueil, à promouvoir des soins somatiques adaptés à des personnes dont le corps est souvent négligé et source d'angoisse, à définir des critères d'évaluation de la qualité des soins et des modalités de financement.


Nous avons aussi abordé sans angélisme les questions de dangerosité et de sécurité liées à la maladie, développé "des groupes d'entre aide mutuelle" pour aider les patients à sortir de leur isolement et surtout inscrit notre démarche dans un dialogue constant "usagers-professionnels" à tous les niveaux institutionnels.


C'est dire, si nous avons été sensibles aux paroles prononcées ce 21 octobre 2009 par la plus haute autorité de l'Etat demandant à la société française "d'ouvrir ses yeux et son cœur sur cette maladie". Oui, "ça peut arriver à tout le monde", et tu sais au fond de toi, cher concitoyen, que toi aussi, tu as failli basculer dans l'angoisse ou la dépression, ces mondes où la passion vient submerger la raison, et où l'homme se sent perdu dans une indicible souffrance.


Et, parfois, cette souffrance est si intense que la maladie devient comme l'un de ces cauchemars où l'on essaie d'appeler au secours sans y parvenir ; ou si l'on y parvient, sans personne pour entendre. A cette situation de vulnérabilité extrême, qui ne permet plus de demander de l'aide, toute société civilisée doit s'efforcer de répondre par des soins particuliers dans la mesure où ils vont devoir être momentanément pratiqués contre le gré de la personne concernée.


Alors que la loi du 4 mars 2002 insiste sur l'importance du consentement éclairé du patient qui prend les décisions concernant sa santé, tu comprendras, cher concitoyen, que l'on touche là au cœur de métier du psychiatre. Priver une personne de sa liberté individuelle n'est légitime que si le soin est nécessaire et indispensable pour restaurer chez elle les espaces de liberté psychique invalidés par la maladie.


Et ce n'est pas une situation figée, il est crucial de le comprendre. La nécessité d'un soin sans consentement doit se réévaluer en permanence, dans une perspective évolutive. La démarche soignante est toujours guidée par ce souci constant de la recherche d'une alliance thérapeutique. A terme, tout doit tendre à permettre la levée de la contrainte, pour un patient qui fait désormais confiance à l'équipe qui le prend en charge. Si nous savons que la maladie peut porter la violence sur soi ou sur autrui, surtout lorsqu'elle n'est pas soignée, nous savons aussi qu'il n'y a pas de malades violents mais des moments de violence dans des périodes critiques de l'évolution de leur pathologie.


ÉTONNEMENT ET PROFONDE INQUIÉTUDE


La loi votée par nos parlementaires touche à l'organisation des soins dans cette situation extrême. Le sujet est grave et il est temps pour nous, cher concitoyen, de te faire part de notre étonnement et surtout de notre profonde inquiétude.


Étonnement, car nous avons déjà exprimé, dans un communiqué commun aux usagers et aux professionnels, la nécessité de faire évoluer le texte proposé aux parlementaires. Madame Nora Berra, secrétaire d'Etat à la santé, après avoir souligné lors de son audition publique au Sénat du 13 avril le caractère constructif de nos demandes, n'a paradoxalement soutenu aucune de nos propositions.


Étonnement qui confine à la stupéfaction, devant les propos de la même ministre se prévalant à plusieurs reprises de notre adhésion au projet de loi (comme lors de l'émission "Du grain à moudre" du 9 mai, la veille de l'examen de la loi au Sénat), dans une lecture pour le moins très personnelle de notre communiqué auquel il suffit de se référer pour mesurer les réserves majeures qui y sont formulées.


Ainsi, comment peut-on qualifier de soutien au projet de loi des mises en garde telles que : "la loi, si elle était promulguée en l'état, serait inapplicable dans un grand nombre d'établissements, tant par le juge des libertés et de la détention que par les directeurs des hôpitaux concernés, ou les psychiatres hospitaliers" ?

Profonde inquiétude car l'absence totale de prise en compte de mesures pragmatiques de bon sens demandées par les quinze signataires, annonce sans nul doute le désordre dans un domaine dont chacun sait qu'il n'est pas sans risque au regard de la population concernée, population dont les soins requièrent avant tout calme et sérénité.

A titre d'exemple, il faut que tu saches, cher concitoyen, qu'en cas de divergence entre la prescription médicale et la décision administrative du préfet, notre demande de recours systématique au juge des libertés et de la détention n'a pas été reprise dans la loi. Si bien qu'en France, dans les semaines qui viennent, une personne (toi ou un de tes proches peut-être) pourra rester hospitalisée à la demande du préfet alors que son état de santé ne le nécessite plus.

Nous ne pouvons accepter, comme tous les usagers et professionnels de la psychiatrie, que dans notre pays, un citoyen soit maintenu à l'hôpital pour d'autres raisons que pour y être soigné. La France du XXIe siècle ne peut tolérer le retour à la lettre de cachet pour les malades psychiques !

Voilà une loi qui n'envisage l'usager en santé mentale qu'en termes "d'individu dangereux" que l'on prétend contrôler par une multiplication de procédures d'expertises. Les examens réitérés n'ont pas pour objet de traiter, mais d'évaluer, sans tenir compte de l'effraction dans l'intimité psychique. On oublie qu'il s'agit avant tout d'une personne dont il faut soulager la souffrance par des soins. On oublie que cette personne, dans l'immense majorité des cas, va peu à peu voir son état s'améliorer, comprendre qu'elle a besoin de soins et les accepter. Ce que l'on imposera à une personne profondément dépressive, accepterait-on de l'imposer, par exemple à une femme atteinte d'une maladie physique ? Imagine-t-on cinq à six examens imposés à l'intime du corps en quelques jours, sans objectif thérapeutique ?

C'est pourquoi la loi ne peut pas dissocier l'organisation des soins sans consentement de celle des soins demandés par le patient, deux registres thérapeutiques qui doivent être envisagés comme deux moments du parcours de soins d'un même patient. C'est bien d'une loi globale de psychiatrie et santé mentale dont notre pays a besoin. Cette loi, promise, le 8 janvier 2009 par le président de la République aux représentants des usagers et professionnels, et dont la nécessité a été soulignée par plusieurs rapports (Larcher, Couty, Milon) doit s'appuyer sur ce qui fait la spécificité de la psychiatrie française, et que nous savons reconnue hors de nos frontières, le "secteur" qui permet à tout patient sur le territoire l'accès à des soins de proximité.


Surtout il faut que tu saches, cher concitoyen, que l'un des grands acquis de la psychiatrie moderne est fondé sur la persistance, même chez la personne la plus malade, d'une partie saine sur laquelle doit se construire la démarche de soins : alliance avec cette partie saine contre la maladie qui en tissant un climat de confiance constitue, comme tu peux le comprendre, le meilleur levier thérapeutique.


Il se trouve qu'il y a précisément 500 ans, en 1511 était publié L’Éloge de la Folie, best-seller de l'époque écrit par Erasme, figure emblématique de l'humanisme à la Renaissance qui proclame que la folie est l'apanage de l'humanité. Il est si vrai que le degré de civilisation d'une société se traduit toujours par la façon dont elle traite ses fous.


500 ans après Erasme, 200 ans après Pinel et Pussin, qui libérèrent les aliénés de leurs chaînes, cinquante ans après la création du secteur, de quelle loi notre pays veut-il se doter pour la psychiatrie ?

Cher concitoyen, quelle psychiatrie veux tu pour toi et pour tes proches ?



La Fnapsy est la Fédération nationale des associations d'usagers en psychiatrie et la CME-CHS est la Conférence nationale des présidents des commissions médicales d'établissement des centres hospitaliers spécialisés.

Claude Finkelstein, présidente de la Fnapsy, et Yvan Halimi, président de la CME-CHS





Le projet de réforme de l'hospitalisation sans consentement s'expose aux dérives sécuritaires
08.06.11

Un projet de loi destiné à réformer les hospitalisations sans consentement en psychiatrie est actuellement en cours de discussion au Parlement. Ce projet déplace les équilibres sociaux et civils entre respect des libertés et droit à la protection.

D'après le droit encore en vigueur, tout citoyen qui, à un moment donné, n'est plus capable de décider pour lui-même et dont l'état de santé psychique nécessite des soins intensifs, peut se voir hospitalisé contre son gré après avis médical, soit à l'initiative d'un tiers, soit à l'initiative du maire ou du préfet. Il pourrait désormais, selon le projet de loi actuellement débattu, faire l'objet d'une obligation de soin psychiatrique en ambulatoire, après une hospitalisation. Ces soins sans consentement consisteraient, par exemple, en des consultations régulières mais aussi potentiellement en un traitement médicamenteux obligatoire.


Bien que la réforme des hospitalisations psychiatriques sans consentement soit souhaitée depuis des années, son sens politique actuel est associé à un climat sécuritaire que de nombreux professionnels critiquent, ainsi qu'à une batterie de mesures de surveillance et d'enfermement relativement récentes (plan de sécurisation des établissements, aménagement de nouvelles chambres d'isolement et d'unités d'hospitalisation fermées, création d'unités pour malades dits difficiles). Les associations d'usagers et de leurs proches ont une position plus réservée et concentrent leur attention sur le nouveau plan de santé mentale déjà annoncé.


Au-delà des critiques légitimes, la création de soins psychiatriques ambulatoires sans consentement offre l'opportunité de débattre d'enjeux à la fois thérapeutiques (quelle incidence sur l'accès aux soins ainsi que sur leur efficacité ?) et éthiques (s'est-on donné tous les moyens pour préserver l'autonomie des personnes ?).


L'ADHÉSION DE LA PERSONNE


Dans une perspective thérapeutique, le soin le plus efficace est celui qui est réalisé avec l'adhésion de la personne. Ce principe, qui doit être l'objectif de toute prise en charge, se traduit dans les politiques de santé mentale par la recherche de dispositifs qui limitent ou réduisent le recours à la contrainte et favorisent l'engagement de la personne. C'est d'ailleurs la situation de loin la plus commune en psychiatrie. Il y a déjà plusieurs décennies que la majorité des personnes suivies par les services de psychiatrie ne sont jamais hospitalisées et la plupart des personnes hospitalisées en psychiatrie le sont avec leur accord (87 % des admissions en hospitalisation complète sont libres en 2007).


Or on sait que l'organisation des soins joue un rôle essentiel dans le recours ou non à des mesures de soins sans consentement. Ainsi, aujourd'hui, de nombreux usages "détournés" de l'hospitalisation sans consentement pallient des lacunes plus générales : on hospitalise en psychiatrie une personne sur motif de trouble à l'ordre public parce que l'élu municipal est le seul à se mobiliser, dans l'urgence faute de médecin disponible pour signer un certificat, pour avoir une place à l'hôpital parce qu'on manque de lits ; ailleurs, on maintient un patient à l'hôpital faute de logement attribué, pour apaiser un temps des troubles du voisinage, etc. Les décisions d'hospitalisation sans consentement dépendent certes de l'offre de soins mais aussi pour une très grande part de ce qui s'organise en amont et en aval de l'hospitalisation : accessibilité des dispositifs d'urgences, possibilité de visites à domicile ponctuelles, intensives lors d'une crise ou régulières, articulation entre la médecine de ville et la médecine hospitalière, délais pour obtenir une consultation, offre de logement, accompagnement social, concertation locale entre usagers et professionnels, entre professionnels du sanitaire et du social, etc.


Tout effort de réduction de la contrainte doit donc porter sur les éléments d'un système favorisant l'adhésion aux soins et non uniquement sur les mesures sans consentement. Le législateur devrait en conséquence se concentrer sur les moyens de garantir à toute la population des services et lieux de soins permanents dénués de stigmates. Le dispositif d'obligation de soins proposé peut-il favoriser une réorganisation des soins qui permette de se passer de la contrainte à terme, en évitant notamment des hospitalisations sous contrainte potentiellement traumatisantes ? Ne risque-t-il pas d'étendre au contraire le recours à la contrainte ? Un tel dispositif pourrait en effet créer l'illusion qu'il est possible de supprimer le risque de rechute et de faire l'économie de la recherche de l'accord de la personne aux soins, rendant inapplicable la perspective de soins négociés.


Les expériences étrangères en matière de soins sans consentement sont instructives. Elles montrent d'abord la nécessité de préciser comment la mesure s'articule au dispositif de prise en charge. S'agit-il de décider de soins sans consentement comme une alternative directe à une hospitalisation ? De prévenir une rechute, dès que les professionnels ou les proches en ont l'intuition ? De s'assurer de la poursuite du suivi et du traitement au moment de la sortie d'hospitalisation, qu'elle soit libre ou sans consentement ? L'obligation constitue alors le dernier recours dans un ensemble de mesures de "prises en charge assistées" dont le degré de formalisation de la contrainte varie (directives anticipées, soins ambulatoires "renforcés" ou "intensifs", mesures de tutelle et de curatelle, sorties conditionnelles, tribunaux de santé mentale) et qui visent à engager dans les soins les personnes ayant des troubles mentaux graves ne se reconnaissant pas malades. Elles montrent ensuite que l'intérêt et l'efficacité éventuelle d'une telle mesure ne peut être dissociée de la qualité et de l'intensité du suivi dispensé.


LA CONTINUITÉ DANS LES SOINS PSYCHIATRIQUES


Surtout, la réforme ne peut avoir pour enjeu principal un risque qui n'est présenté que par quelques personnes et seulement à certains moments de leur vie, alors même qu'elle concernera bien au-delà d'eux un très grand nombre de personnes prises en charge. La préoccupation du législateur devrait rejoindre celle du professionnel de santé, du proche ou de l'usager, à savoir le développement de l'accès et de la continuité dans les soins psychiatriques, qui ne se réduisent pas à un traitement médicamenteux. Or, sur cette question, autrement complexe et prégnante en psychiatrie, l'obligation de soin s'impose autant sur la personne suivie que sur les professionnels tenus d'offrir de tels soins.


En l'absence d'une telle réflexion, il y a fort à parier que l'obligation de soins définie dans la nouvelle loi sera soit peu utilisée, comme on l'observe dans de nombreux exemples étrangers, soit utilisée comme un moyen de réduire la prise de risque des professionnels du soin ou des responsables administratifs, sans justification thérapeutique.


Dans une perspective éthique, la préservation de l'autonomie de la personne est un principe essentiel du soin, que la loi du 4 mars 2002 a voulu garantir : le consentement aux soins a été affirmé par l'égalité des citoyens devant le droit au refus de soins. La question se pose alors de savoir comment ce principe d'autonomie est conciliable avec le soin qu'une société doit à ses membres, notamment dans les moments où ils ne peuvent consentir (pour des personnes âgées démentes, dans le coma, atteintes de troubles psychiques sévères, etc.). Articuler ces impératifs implique de reconsidérer le cadre juridique du consentement des personnes. A quelles conditions peut-on obliger à des soins ?


Doit-on défendre un droit général au refus de soins ? En France, les seules mesures d'obligation de soin qui existent actuellement sont prises par le juge dans le cadre d'une procédure pénale. En revanche, il existe des formes juridiques qui prévoient l'acceptation de l'obligation de soin par anticipation, comme le mandat de protection futur instauré par la loi du 5 mars 2007 ou les directives anticipées prévues par la loi du 22 avril 2005.


Dans cette perspective, la mise en place d'un dispositif de soins ambulatoires obligatoire nécessite de penser le consentement dans une temporalité plus longue. Elle offre l'opportunité de dépasser une vision juridique minimaliste du consentement qui le localise dans un moment trop circonscrit, lors de la proposition de soin, juste avant le recours éventuel à la contrainte. Elle invite à inventer, à l'instar de ce qui se fait déjà dans certains pays, un cadre légal de soins obligatoires qui intègre la garantie des droits et englobe toutes les incapacités provisoires, les capacités partielles à consentir. Il est regrettable que le projet de loi actuel ne présente aucune prise en compte de ces enjeux.

En proposant la création d'une obligation de soin hors de tout contexte d'infraction, ce projet de loi ouvre un débat nécessaire sur les aménagements possibles du consentement aux soins et sur les obligations de protection. Faute de répondre aux exigences éthiques et thérapeutiques auxquels une politique envers des personnes vulnérables doit être soumise, le projet actuel s'expose à l'inefficacité, voire aux dérives sécuritaires et étouffe un débat qui commence tout juste à s'ouvrir.



Magali Coldefy
, géographe ;

Benoît Eyraud, sociologue ;
Aurélia Michel, historienne ;
Delphine Moreau, sociologue ;
Pauline Rhenter, politiste ;
Livia Velpry, sociologue.

des membres du collectif d'animation et de recherche interdisciplinaire en santé mentale (Carisme)



La chronique philo de Cynthia Fleury

L’appel, la suite

L’Appel des appels continue sa route. Initié, en janvier 2009, il poursuit sa succession de réappropriations. Le 18 juin dernier, c’était à Brest. Du cœur des métiers, les enseignants, les psychiatres, les psychanalystes, les policiers, les juges, les éducateurs, les journalistes, etc., se sont réunis pour refuser la transformation de l’homme en une série de fonctionnalités, qui confine au meurtre ordinaire de soi et de l’autre. Votre serviteur y était.

Sihem Souid et Gérard Gatineau ont dénoncé, dans leur atelier, la logique du chiffre et du faux rendement dans la police, soit le devenir quasi commercial de cette police, la mise en scène des perquisitions, la création des reconduites à la frontière pour faire grimper les statistiques, la banalisation des discriminations. Loin de mettre en accusation toute la police, Sihem Souid plaide, au contraire, en faveur de la création d’un comité éthique susceptible d’avoir et l’autorité et la légitimité pour réformer ce genre de comportements. 
On lui oppose le droit de réserve, en oubliant un peu vite que l’article 40 du Code de procédure pénale rappelle que « toute autorité constituée, tout officier public 
ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit 
est tenu d'en donner avis sans délai au procureur 
de la République et de transmettre à ce magistrat 
tous les renseignements, procès-verbaux et actes 
qui y sont relatifs ».

Roland Gori est revenu également sur le projet de loi sur les hospitalisations sans consentement 
en psychiatrie, permettant notamment les soins non consentis à domicile, 
qui est actuellement en examen en seconde lecture 
au Sénat. Le souci : ce dernier, proprement délétère 
et liberticide, est désireux de transformer la psychiatrie en dépistage et gestion des risques, bien loin 
de ses réalités initiales de soin et d’accompagnement des individus en grande difficulté.

Lire la suite ici

Réforme de la Psychiatrie : Nous exigeons toujours le retrait du projet de loi (USP)

 Alors que Sénat débattait en deuxième lecture du Projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et à leurs modalités de prise en charge, à Paris et dans de nombreuses régions des rassemblements se sont organisés pour faire du 15 JUIN 2011 : UNE JOURNÉE de REFUS.

Il s'agissait notamment de défendre la déclaration commune rédigée durant le week-end de Pentecôte par de très nombreux organisations, associations, collectifs et partis politiques, bien au-delà des professionnels de la psychiatrie(1).

A LILLE, La "CAGEAUZAUTRES" dont ce fut la 4e participation à une manifestation, a pu accueillir un noyau dur d'une douzaine de personnes et quelques dizaines de "visiteurs". Les aumôniers des EPSM de la régions, des travailleurs sociaux, des infirmiers, des psychologues, des psychiatres, des usagers de passages, quelques "indignés" venus manifester leur solidarité, ont pu entrer et sortir librement de la cage. Les syndicats de psychiatres étaient pour la plupart représentés, Sud santé sociaux, quelques militants CGT, de nombreux jeunes psychiatres et psychiatres en formation étaient présents.

Lire la suite ici

Psychiatrie: Sans Loi ni foi!


Le Dr Yvan Halimi est psychiatre à La-Roche-sur-Yon. Il est président de la conférence des Commissions médicales des Hôpitaux psychiatriques. Référent et rassembleur il réagit à l’annonce d’un nouveau plan psychiatrie santé mentale.

FA: Qu’attendez-vous du plan psychiatrie santé mentale annoncé par Nora BERRA, secrétaire d’Etat chargée de la Santé ?

Dr Yvan Halimi:
Ce n’est pas d’un plan, par définition non pérenne, dont la psychiatrie française a besoin, mais d’une loi globale. Rappelons que conformément aux recommandations du rapport Larcher, la loi HPST n’a pas traité la psychiatrie, dans la perspective d’une loi globale spécifique d’organisation du dispositif de soin et de prévention annoncée le 8 janvier 2009 par le Président de la République et s’appuyant sur ce qui fonde sa spécificité « le secteur ». Cet engagement a été repris par Mme BACHELOT, alors Ministre de la Santé, devant la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales de l'Assemblée Nationale lors de l'analyse du projet de loi HPST (n°1441, p.70). Cela revenait à exclure, pour partie, l'organisation de la santé mentale de ce dispositif. Bien au-delà de sa dimension symbolique, cette promesse quant à un texte législatif (complémentaire à la loi HPST et articulé avec elle), repose sur la nécessité de faire une loi et non de renvoyer à la matière réglementaire au regard des arguments juridiques suivants : Le champ à légiférer ne recouvre pas seulement les établissements de santé, mais l’ensemble du tissu concerné par la psychiatrie et la santé mentale, qui est à mobiliser et dont les articulations sont à préciser : médecine de ville, infirmiers libéraux, paramédicaux, acteurs sociaux, collectivités locales, domaine du logement…Une refonte de cette importance, liée à de nombreuses problématiques (financement, …), touche en partie le pouvoir exclusif de la loi tel que prévu par l'article 34 de la Constitution ; Comment définir les articulations entre les différentes parties prenantes dans le soin et l’accompagnement des usagers en santé mentale, implique une répartition des rôles entre collectivités locales (communes, échelon intercommunal, département, élus locaux) et l’Etat (ARS et préfets), répartition entre collectivités locales et Etat qui relève forcément de la loi. En effet, cela revient à toucher à leurs compétences respectives, domaine à nouveau relevant de la compétence légale et non réglementaire. Outre le rapport Larcher, cette loi globale (précisant les orientations indispensables à l’organisation du dispositif de soins et de prévention, et à ses modalités de financement) est d’ailleurs préconisée par l’ensemble des rapports (Couty, Milon,…), ainsi que par le député Guy Lefrand, (rapporteur du projet de loi réformant la loi de 90) qui souligne d’une part que « la loi HPST est une loi hors champ psychiatrique prévue pour le MCO », et qui, d’autre part, avec l’aval du groupe UMP, veut ajouter un volet organisation de la psychiatrie, prévention et recherche, au projet de loi réformant les soins sans consentement, considérant qu’il lui manque cette « béquille ». C’est pourquoi, s’il ne s’inscrit pas dans une loi globale dont il serait la déclinaison opérationnelle, ce plan psychiatrie santé mentale n’aura aucune efficacité structurante dans le temps.

Lire la suite ici

Psychiatrie - Nora Berra promet une concertation...

17.06.2011

La secrétaire d'Etat à la santé, Nora Berra, a promis le 16 juin dernier une discussion sur "les grands objectifs de la psychiatrie" lors de l'élaboration du prochain plan psychiatrie santé mentale.

Nora Berra est revenue, dans son intervention d'ouverture de la deuxième lecture du projet de loi sur les soins sans consentement en psychiatrie au Sénat, sur les grands principes de ce plan.
Elle a surtout affiché sa volonté d'associer les acteurs de la psychiatrie alors que ceux-ci ont dénoncé l'absence de prise en compte de leurs demandes dans le projet de loi.

"Je veux, qu'à partir d'un diagnostic partagé, de telles orientations soient débattues et élaborées avec les représentants des usagers, des professionnels, des employeurs, des sociétés savantes", a-t-elle déclaré.

La secrétaire d’État à la santé a énoncé, dans une déclaration solennelle, les objectifs du plan.
"Je veux que les personnes qui entrent dans la maladie soient aidées et soignées plus rapidement qu'aujourd'hui, je veux que les ruptures de prise en charge diminuent et que les aidants soient mieux accompagnés, je veux que les situations d'urgence psychiatrique trouvent, en tout endroit du territoire national, une réponse adaptée, je veux aussi que, quel que soit le lieu où ils habitent, y compris lorsqu'ils sont suivis par le secteur médico-social, nos concitoyens bénéficient d'une qualité des soins d'un niveau équivalent".

"C'est avant tout sur ces sujets majeurs que je veux consacrer les prochains mois, et c'est donc à travers le plan psychiatrie santé mentale que cette construction collective va être menée".
"La psychiatrie a besoin de sens, et de grandes orientations pour son devenir, pour qu'ensuite les acteurs de terrain pensent les dispositifs les mieux adaptés aux spécificités locales", a-t-elle également affirmé.

Le plan est annoncé pour l'automne.

LEMONDE
13.06.11
La psychiatrie ne doit pas être l'otage du "tout sécuritaire" gouvernemental

Ont-ils compris, nos parlementaires, que le projet de loi sur les soins sans consentement, adopté à l'Assemblée nationale en deuxième lecture, n'apportera aucune solution à l'alarme que l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) en service commandé vient de déclencher par son rapport sur les accidents graves en psychiatrie ? (Les inspecteurs, qui ont enquêté sur une vingtaine d'homicides survenus dans les hôpitaux ces cinq dernières années, et sur des agressions dont ont été victimes des malades et des soignants, dénoncent "des dysfonctionnements systématiques") On n'épiloguera pas sur la médiocre qualité dudit rapport, due en partie à l'empressement à démontrer, en plein débat parlementaire sur un projet de loi controversé, l'insécurité en psychiatrie. Au nom de l'ouverture de la psychiatrie à la santé mentale, on s'habituerait presque à ce que chacun se sente compétent pour asséner ses jugements sur le contenu des soins, mais on est en droit d'attendre plus de rigueur de cette haute instance chargée d'éclairer la décision publique avant de diffuser des conclusions tranchées.

[...]

Isabelle Montet est secrétaire générale du Syndicat des psychiatres des hôpitaux ;
Jean-Claude Penochet est chef de service au CHU de Montpellier, président du Syndicat des psychiatres des hôpitaux.
Isabelle Montet et Jean-Claude Penochet, psychiatres Article paru dans l'édition du 14.06.11

Lire la suite ici

L'inquiétante hausse des hospitalisations sous contrainte
14.06.11

Le nombre d'hospitalisation sans consentement est très disparate sur le territoire.
Le nombre d'hospitalisation sans consentement est très disparate sur le territoire.Le Monde
Les psychiatres n'en démordent pas. Le projet de loi de réforme de l'hospitalisation sans consentement comporte des risques de dérive sécuritaire. Certains praticiens affirment déjà qu'ils n'appliqueront pas la loi, examinée en deuxième lecture au Sénat, mercredi 15 juin. Le texte prévoit que les soins sans consentement puissent être étendus à la prise en charge hors hôpital. Or beaucoup craignent que le texte n'entraîne un nouvel essor des mesures de contraintes, dont l'augmentation inquiète déjà.
Environ 20 % des hospitalisations en psychiatrie sont décidées hors consentement du malade. Les derniers chiffres datent de 2007, mais ceux sortis depuis - des données non corrigées - montrent une tendance à la hausse. Selon les statistiques annuelles des établissements de santé, que Le Monde s'est procurées, les hospitalisations sous contrainte à la demande d'un tiers (proche ou famille) sont passées, entre 2007 et 2009, de 58 849 à 63 158. Les hospitalisations d'office (sur demande du maire ou du préfet), décidées notamment en cas de trouble à l'ordre public, sont stables, passant de 14 331 à 14 576.
Le fait que de plus en plus d'hôpitaux renseignent les bases de données explique la progression de ces chiffres, mais pas seulement. "La question des raisons de la hausse est clairement posée, mais nous n'en sommes qu'au stade des hypothèses", explique Pauline Rhenter, sociologue du Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé (CCOMS) consacré à la santé mentale. Elle estime notamment que, "dans un contexte général plus sécuritaire, il faut se demander si la contrainte n'est pas en train de devenir un mode d'hospitalisation banalisé".

Manque de structures

Une explication à la hausse des hospitalisations à la demande d'un tiers pourrait résider dans le changement de regard de la société sur la maladie mentale. "Nous avons des difficultés à accepter autour de nous des gens ayant un comportement inattendu", affirme Jean-Marie Delarue, le contrôleur des lieux de privation de liberté. Dans un avis rendu en mars, il s'était inquiété des difficultés rencontrées par les psychiatres pour obtenir des préfets une sortie d'essai pour leurs malades en hospitalisation d'office, qu'ils estiment pourtant suffisamment soignés.

Cette augmentation des hospitalisations sans consentement s'inscrit par ailleurs dans un contexte de fortes disparités géographiques. Dans les zones rurales et périurbaines, les hospitalisations sous contrainte sont plus courantes, car il y a peu de structures d'accueil alternatives et de travail de prévention. D'un département à l'autre, en 2007, le taux des internements pour 100 000 habitants de plus de 20 ans variait de 1 à 5.

Mais le manque de structures n'explique pas tout. Il y a aussi les différences d'attitude des préfets face aux malades mentaux, celles des maires, enclins ou réticents à prendre un arrêté d'hospitalisation, et même des psychiatres. Pour mieux appréhender ces phénomènes locaux, une étude pilotée par le CCOMS est en cours. Elle concerne les hospitalisations d'office dans quatre régions.

Certains voient enfin dans cette hausse la preuve d'un manque de moyens, sachant que pour décrocher plus vite une place à l'hôpital, il vaut mieux opter pour une hospitalisation à la demande d'un tiers, même si le patient est consentant.

Pour Patrick Chemla, psychiatre au Centre Antonin-Artaud à Reims et membre du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, cette dérive pourrait aussi être constatée hors de l'hôpital, avec le projet de loi. "Les structures qui suivent les malades à l'extérieur sont autant surchargées que les hôpitaux", dit-il, ajoutant que la facilité sera de "placer tout le monde en soins sous contrainte, alors qu'il faut parfois des mois pour obtenir un consentement" du patient.

Au ministère de la santé, on estime au contraire que la loi va permettre de développer la prise en charge hors hôpital, et ainsi limiter les recours non justifiés à l'hospitalisation sous contrainte.
Laetitia Clavreul


L’USP dépose un recours en Conseil d’Etat contre le fichage en psychiatrie (communiqué)

 Depuis longtemps, l’USP dénonce les dangers liés au recueil d’information médicale en psychiatrie (RIMP) :

- d’une part la constitution de grands fichiers hospitaliers de données de santé particulièrement sensibles (dont le diagnostic psychiatrique, le mode d’hospitalisation…) ;

- d’autre part l’imposition, par le biais de ce recueil à visée médico-économique, d’un modèle clinique et donc thérapeutique très réducteur, objectivant et déshumanisant.

Le 20 décembre 2010, en annexe à un simple arrêté, l’ATIH (agence technique de l’information hospitalière) a publié une nouvelle mouture du « guide méthodologique de production du recueil d’information médicale en psychiatrie ». Cette nouvelle version du guide ajoute l’obligation pour les établissements de recueillir « en complément des informations nécessaires à la mesure de l’activité » des « informations à visée d’enquête » relatives aux « caractéristiques sociales du patient susceptibles d’influer sur les modalités de traitement de celui-ci ».

L’USP a donc déposé un recours en Conseil d’Etat contre l’arrêté et son annexe , estimant que :

Lire la suite ici


Avis de tempête sur la psychiatrie française



Rendu public le jour même où a été votée à l'Assemblée une loi réformant l’hospitalisation d’office et créant des soins sous contrainte en ambulatoire, un rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) épingle une série de graves dysfonctionnements dans la gestion des hôpitaux psychiatriques français. Mais à qui la faute ?


Étonnant hasard du calendrier : il y a dix jours, le matin même où l'Assemblée nationale a voté, par 297 voix contre 191, une loi, pourtant qualifiée par de nombreux usagers, leurs familles, mais aussi de professionnels de la santé mentale, de « sécuritaire", l'Inspection Générale des Affaires Sanitaires (IGAS) nous sortait de son chapeau un rapport de 200 pages pointant des « dysfonctionnements systémiques » dans la gestion des hôpitaux psychiatriques français. Les anecdotes rapportées y sont accablantes : ici, c'est un enfant autiste de 11 ans, admis en Guyane dans un établissement pour adultes et que l'on a fait dormir, pendant un an, dans un cage grillagée, en plein cœur du service, avant qu'il intègre enfin une structure pour enfants, pour lui éviter de subir des agressions sexuelles d'autres patients ; là, ce sont des petites structures, où sont mélangés des « sujets fragiles, parfois âgés, apaisés ou proches de la sortie avec des jeunes entrants en crise souvent violents, des malades hospitalisés sans consentement avec des malades en hospitalisation libre (…)» ; là encore, des larcins, des fugues et des meurtres. Pour un peu, on se croirait dans les descriptions des asiles d'avant Pinel

Lire la suite ici

Santé mentale : trente personnes manifestent à La Roche-sur-Yon
15 juin 2011

Une trentaine de professionnels de la santé mentale a manifesté, ce matin, devant la préfecture. Dans toute la France, médecins psychiatres, cadres supérieurs de santé et infirmiers se sont mobilisés pour protester contre la loi, qui réforme la psychiatrie. Examinée hier et aujourd’hui au Sénat, les manifestants parlent de «régression». Un diagnostic médical pourra placer une personne en observation durant 72 heures, sans possibilité de sortie. Seul un juge des libertés sera en mesure de valider la sortie d’un patient ou non. « On ne veut pas que l’hôpital soit assimilé à un lieu d’enfermement », s’indignait ce matin une militante.