Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 28 septembre 2019

Au Théâtre des Béliers, les 1 001 vies des urgences brûlent les planches

Amandine Le Blanc
| 28.09.2019


.
Les 1001 vies des urgences
« Je la ferai mourir de rire avant que sa maladie ne la tue. » Dans la chambre 7 au dernier étage de l’hôpital, un jeune interne en stage aux urgences s’est donné pour mission de maintenir en vie la femme « oiseau de feu » comme il l’appelle, jusqu’à ce que son fils, coincé à l’étranger, arrive à ses côtés. Auprès de la patiente, il se transforme alors en conteur qui va chercher l’inspiration auprès des personnages qu’il croise tous les jours : ses patients, ses collègues, les 1 001 vies des urgences. Ces tranches de vie, ce sont celles relatées par le généraliste Baptiste Beaulieu pendant plusieurs années de son internat sur son blog Alors Voilà, récit publié ensuite dans un livre du même titre. Aujourd’hui, Arthur Jugnot a décidé d’adapter ce succès sur les planches dans la pièce "Les 1 001 vies des urgences".

Les hôpitaux vont devoir être plus soigneux avec leurs soignants

LE 28/09/2019 

Dans le Grand-Est, Meurthe-et-Moselle et Moselle ne manquent pas d’infirmières contrairement à d’autres départements français. Mais, ces professionnelles de la santé sont de plus en plus volatiles. Usées, abîmées, elles attendent désormais d’être mieux traitées et considérées par leur employeur. Les hôpitaux sont contraints de changer pour les recruter et, surtout, les garder.

En février dernier, le forum international de la main-d’œuvre du Conseil international des infirmières (CII) lançait un cri d’alarme. Ses membres, infirmières cheffes de file représentant plus de 130 associations d’autant de pays, appelaient à un sursaut des gouvernements afin qu’ils agissent de « manière urgente contre la pénurie mondiale de personnel infirmier ». Dans son rapport final, le CII faisait part d’une situation particulièrement critique. Selon ses projections, il « manquera, d’ici à 2030, au niveau mondial, 18 millions d’agents de santé, dont la moitié d’infirmières et d’infirmiers. »

Lire la suite ...

Près de 8 % des centres pratiquant l’IVG en France ont fermé en dix ans




Plus de quarante ans après le vote de la loi Veil, l’accès à l’avortement reste très inégal en France. S’il n’existe pas de « zones blanches » en termes d’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), il y a en revanche « des territoires en tension dans la majorité des régions, soit du fait de la démographie des professionnels, soit durant les périodes estivales », a admis, vendredi 27 septembre, le ministère de la santé.
Infographie Le Monde
Infographie Le Monde
Cette reconnaissance officielle des inégalités d’accès à l’IVG était attendue de longue date par des structures comme le Planning familial. « Ce n’est pas normal que des femmes doivent faire 50 ou 100 kilomètres de plus pour avorter parce qu’il n’y a pas de médecins ou parce que ceux présents ne veulent pas réaliser d’IVG », déplore Véronique Séhier, la coprésidente du Planning.

ASSOCIATION DE LA CAUSE FREUDIENNE

Résultat de recherche d'images pour "acf idf logo"



LES JEUDIS D’ORSAY : « S’ORIENTER DANS LA CLINIQUE : ÉTUDES DE CAS » : INVENTIONS SOUS TRANSFERT. 03-10-2019

  Association La Cause Freudienne Ile-de-France Les Jeudis d’Orsay : « S’orienter dans la clinique : études de cas » Animés par Pierre-Ludovic Lavoine et Camilo Ramírez Année 2019-2020 : Inventions Sous Transfert 03 octobre 2019   Pour cette deuxième année du séminaire, nous poursuivrons, au Campus d’Orsay, l’étude de cas pouvant nous enseigner sur ..

« FUOCOAMMARE – PAR-DELÀ LAMPEDUSA » PROJECTION ET CONVERSATION ANIMÉE PAR ANAËLLE LEBOVITS-QUENEHEN. LE 19-09-2019 À 20H. CACHAN

L’ACF Ile de France, dans la mouvance Zadig ouverte par l’Ecole de la Cause freudienne, vous invite à la projection du film de Gianfranco Rosi « Fuocoammare – Par-delà Lampedusa »1 le jeudi 19 septembre La projection suivie d’une Conversation animée par Anaëlle Lebovits-Quenehen psychanalyste de l’Ecole de la Cause freudienne   Phénomènes de toujours, ..

CONVERSATION AUTOUR DE LA PIÈCE « LIZA ET MOI, HISTOIRES DE MÈRES ET DE FILLES » DE LA COMPAGNIE LES TOURNESOLS. 29-03-19 À 20H30. PETIT THÉÂTRE ODYSSÉE À LEVALLOIS

L’ACF IdF et la Compagnie Les Tournesols organisent une conversation après le représentation de « Liza et Moi », pièce mise en scène par Sophie Thebaut, vendredi 29 mars à 20h30 au Petit Théâtre Odyssée de Levallois. En présence de la metteure en scène Sophie Thebaut, des comédiennes et animée par: Xavier Gommichon, membre de l’ECF, délégué ..
































































Lire la suite ...

Danser, une philosophie

LE JOURNAL DE LA PHILO par Géraldine Mosna-Savoye
04/06/2018
5 MIN

Temps, espace, art, passion, raison… et si la danse était le problème philosophique par excellence ?
La danseuse de l'Opéra de Paris Léonore Baulac lors d'une représentation du Lac des Cygnes à l'Opéra Bastille (01/01/2017)
La danseuse de l'Opéra de Paris Léonore Baulac lors d'une représentation du Lac des Cygnes à l'Opéra Bastille (01/01/2017) Crédits : HANDOUT / L'OPÉRA DE PARIS AFP
Après la musique de Schopenhauer, place à la danse, grâce à la parution du livre de Julia Beauquel, Danser, une philosophie, aux éditions Carnets Nord. C’est l’occasion de revenir sur cet objet qui fascine les philosophes. Considérée comme un art et une performance physique, relevant à la fois du corps et de l’esprit, exprimant les émotions les plus triviales ou les plus subtiles, les attitudes les plus ordinaires ou les plus abstraites, à la portée de tous mais avec une exigence maximale si on est un professionnel, la danse est un défi pour les philosophes, de Platon et Lucien de Samosate à Nelson Goodman et Paul Valéry.

Platon, Valéry, Nietzsche

C’est à Paul Valéry que l’on doit, en 1939, une Philosophie de la danse. Mais, dès 1923, est publié son texte L’âme et la danse. Entre poésie et philosophie, déjà Paul Valéry veut dégager l’essence de la danse. C’est qu’il avait bien senti le problème avec elle : la définir. 
Qu’est-ce que la danse ? De l’art, du sport, une activité, une contemplation, une marche, une chorégraphie, l’application d’une idée, l’expression d’un sentiment, l’exploration d’un espace, la suspension du temps, un moment de plaisir ou un instant de grâce ? 
Comment trancher ? Qui l’aurait cru... la danse est par excellence le problème philosophique. Car le temps, l’espace, la liberté, la passion, la raison… sont bien des problèmes, mais la danse semble, elle, les rassembler tous. 
C’est pourquoi elle fascine les philosophes et perdure comme questionnement. Le pourquoi de la danse, ce sont précisément les problèmes qu’elle traverse, soulève, pose, le pourquoi de la danse, c’est donc son “pourquoi”... Mais peut-on s’en tenir à ça, à une telle tautologie ?
A tous les problèmes que la danse rencontre (temps, espace, liberté, raison, passion, création, etc…), il faut ajouter toutes les interprétations et les réinterprétations dont elle fait l’objet : selon les philosophes (Platon soulignait sa dimension éducative quand Nietzsche pensait qu’une journée sans danse était une journée de perdue), selon ses circonstances (guerrières, festives, de joie ou d’ivresse), les chorégraphes aussi, les spectateurs, et bien sûr les danseurs. 

A eux, demain






Paris, le samedi 28 septembre 2019 – Feel good movie ? Probablement. Mais il n’est pas interdit de se laisser parfois attendrir par de belles histoires. Ce 25 septembre est sorti sur les écrans un film de Gilles de Maistre, Demain est à nous, qui dresse le portrait de sept enfants qui ont décidé de ne pas attendre le poids des années pour changer la vie et le quotidien de leur entourage. Ils s’investissent en paroles mais aussi souvent en actes pour apaiser la souffrance et faire évoluer les mentalités.

Actes et paroles

Plusieurs de ces portraits d’enfants ou d’adolescents retiendront l’attention. De nombreux médias se sont ainsi intéressés à la force d’Aïssatou Barry. Ce petit brin de jeune fille qui vit en Guinée a été frappée alors qu’elle entrait en sixième de constater qu’une de ses camarades avait été « mariée précocement à l’âge de 15 ans ». Il ne lui est pas nécessaire de chercher longtemps pour constater que plusieurs de ses autres camarades sont concernées et que la plupart doivent abandonner l’école. « Je me suis demandée ce que je pouvais faire pour aider ces jeunes filles. Elles n’ont même pas le droit de s’épanouir ». Aujourd’hui Aïssatou Barry a mis en place un groupe thématique sur les mariages précoces où elle insiste sur l’importance de pouvoir poursuivre ses études afin d’être maitresse de ses choix. Outre les discours d’Aïssatou Barry, le film met en lumière le jeune Arthur qui dans le nord de la France vend ses dessins et tableaux afin de pouvoir récolter des fonds en faveur des sans-abris. Avec l’aide de ses parents, il gère minutieusement sa petite "entreprise" qui transforme les peintures en sandwichs et couvertures pour les sans-abris.

Sensibilisation pas si virtuelle

Publié le 28/09/2019




Paris, le samedi 28 septembre 2019 – Plusieurs villes de France (Lyon, Bordeaux, Nantes, Montpellier, Toulouse, Grenoble et Paris) proposent depuis quelques semaines des panneaux digitaux dont le message est une invitation à mieux comprendre les maladies psychiques. Cette campagne organisée par l’agence E&H LAB et soutenue par le réseau Psychodon trouvera son point d’orgue la semaine prochaine sur le parvis de la Gare Saint-Lazare à Paris. Du 3 au 6 octobre, une demi-sphère géante (symbolisant un cerveau) accueillera les visiteurs afin de leur faire vivre une expérience qualifiée "d’immersive".

Réalité virtuelle 

Avant de coiffer un casque, les visiteurs seront d’abord invités à qualifier en quelques mots ce que signifient pour eux les troubles psychiques. Puis, grâce à la réalité virtuelle ils seront confrontés à une partie de ce que peuvent ressentir les personnes atteintes de différentes pathologies psychiques. Parallèlement à ce "parcours", des informations seront proposées sous forme interactive. Enfin, à la fin de la session, les participants pourront livrer une autre « définition » de la maladie psychique, ce qui permettra de mesurer l’effet de cette opération de sensibilisation.

Gençay : un documentaire en tournage sur le peintre Pascal Audin

Publié le 

Caméra au poing, Jean-Louis Dubois-Chabert suit Pascal Audin depuis près de deux ans.
© Photo NR
L’écrivain et réalisateur Jean-Louis Dubois-Chabert tourne un documentaire sur le peintre gencéen Pascal Audin. Une collecte est lancée sur Proarti.

Leur rencontre remonte à 2017. Le 10 juin de cette année-là, Jean-Louis Dubois-Chabert était venu faire une lecture de son livre Délit de solidarité, au “ Café-Cantine ” de Gençay. Voisin du bar associatif et grand habitué des lieux, le peintre Pascal Audin avait assisté au débat qui suivait et entamé une discussion avec l’ex-journaliste devenu écrivain et documentariste. « On s’est vite rendu compte qu’on avait des affinités, sourit Jean-Louis Dubois-Chabert. Mais ce n’est qu’en janvier 2018 que j’ai osé frapper à sa porte pour lui demander s’il acceptait que je le filme sur un temps long. »
“ De la couleur sur les plaies ”
C’est la personnalité de l’artiste qui a séduit le documentariste. Notamment, sa capacité de résilience, malgré une jeunesse marquée par la violence (enfant, Pascal Audin a été enfermé dans un placard, battu, affamé, puis violé à l’adolescence). « Avec son enfance, il aurait toutes les raisons de tout voir en noir, poursuit Jean-Louis Dubois-Chabert. Mais il met de la couleur partout ! »
De fait, la maison qu’habite l’artiste, en plein cœur de Gençay, ne passe pas inaperçue avec sa façade multicolore. Mais l’intérieur est encore plus sidérant : chaque centimètre carré de mur ou de sol est transformé, magnifié par le pinceau naïf et la palette éclatante de Pascal Audin. Le peintre y a accumulé des milliers de peintures et de sculptures, mais aussi quantité d’objets qu’il collectionne compulsivement : « Je dois posséder l’une des plus importantes collections de sifflets du pays, avance fièrement Pascal Audin. Je collectionne aussi les boules à neige et les ours en peluche. »


Urgences : il faut "aider à réorganiser" les services "par des moyens financiers" (Thomas Mesnier)

Conférence des présidents de CME CHU

APMnews du 29/08/2019 La question des moyens financiers pour aider à réorganiser les services fait partie des sujets étudiés par la mission lancée en juin par la Ministre pour sortir les urgences de la crise, a déclaré le député Thomas Mesnier... >> lire la suite

Mouvements en cascade dans le secteur de la santé

APMnews 29/08/2019 C'est une vraie cascade de mouvements de hauts responsables qu'a connu le secteur de la santé et du médico-social au cours de l'été, sachant que plusieurs nouvelles nominations restent en attente, a constaté APMnews. Lire la suite... >> lire la suite

Grand débat national : La thématique de la santé s'est invitée, il faut l'entendre (E. Philippe)